Bienvenue

Liens utiles

Effectifs

Ligue B : 18 membres
Ligue M : 7 membres
Ligue S : 0 membre
Créatures : 10 membres
Inclassables : 0 membre
Seigneur cauchemar : 1 membre
Rois des rêves : 0 membre

Top-Sites & Discord


Membres du mois

Edgar
Profil
Top activité
Jøn
Profil
Top vote
Code par MV/Shoki - Never Utopia



 

Partagez | 
 

 Quand un musicien joue de l'épée [Terminé]

Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Ligue M
Pouvoir : Aucun
Points de Puissance : 13 700
Points de Réputation : 7 300
Messages : 18
MessageSujet: Quand un musicien joue de l'épée [Terminé]   Mar 9 Jan - 13:11

Illustration du contexte
Zachary Baker





Surnom: Le Virtuose
Sexe: Homme
Age: 27 ans
Habite à : En prison, aux Etats-Unis
Activité : Rêver de liberté
Phobie : Aucune
_____

Pouvoir: Aucun
Objet magique: Requiem, l'épée du dernier son
Spoiler:
 
Alignement : Mauvais
Objectifs : Retrouver sa femme à Edénia, tuer tous eux qui sont pas digne de vivre selon lui et vivre libre
_____

Demande de PR : 35 000 maximum
Demande de PP : 35 000 maximum
Classement souhaité : Ligue M peu emporte le classement
Toi qui veux me défier, es-tu prêt à entendre la mélodie de ta mort



Description



-Bonjour Zachary, je serais votre nouveau psychologue pour toute l'anné prochaine de votre incarcération. Il va donc falloir recommencer depuis le début, et pour commencer vous allez vous décrire physique.

-Vous avez des yeux, alors servez-vous-en.

-Allez faite un effort Zachary, c'est pour votre bien.

-Ok mais arrêter de m'appeler Zachary et appelez-moi Zac. Alors ma description, pour commencer le visage j'ai les yeux marron, un nez tout à fait normal et une bouche avec toutes ses dents. J'ai les cheveux mi-long et noir corbeau... Euh vous ne notez quand même pas la précision "noir corbeau" .-Pourquoi j'en ai besoin ?

-*soupir*...Non...Bref, je mesure environ un mètre 90 dans cette zone-là, ma musculature ? j'en prends soin, je vais tous les jours à la salle de muscu enfin quand je ne suis pas en cellule d'isolement. Le début ressembler à une publicité non ? -Non non, continuez je vous prie.

-Quoi dire d'autre, j'avais un tatouage mais maintenant il est caché par trois cicatrices au niveau de l'épaule gauche. J'ai un chouchou au poignet droit dont je me sers pour mettre mes cheveux en arrière quand mes mèches me gênent, Voilà j'ai tout dit.-Et vous êtes habillé comment ?

-Sérieux là... Bon j'ai compris, je porte une putain de tenue immonde et orange avec un joli numéro dessus et quand je n'étais pas en prison j'avais les vêtements de monsieur tout monde. Un jean, des chaussures, un T-shirt et un pull, il n'y a pas 36 manières de s'habiller de toute façon.

-J'ai lu dans votre dossier que vous révez continuellement de la même chose, est que vous voyez comment vous êtes habillé ?

-Oui car mes rêves deviennent de plus en plus clair et je me vois avec une grande veste blanche à capuche ouverte et torche nue ainsi qu'un collier et avec un jean noir, et j'ai aussi remarqué résament que j'avais des sortes de manches avec des sangles autour des bras mais aussi autour des jambes.

-D'accord intéressant maintenant passons à la suite. Maintenant décrivez-moi votre caractère et essayez de mettre du positif comme du négatif.

-D'accord alors commençons par le moins facile à trouver, le côté positif, alors franchement je ne sais pas quoi dire à part admettre que je suis un gros connard et je n'ai pas peur de le dire. Non, même en cherchant bien je ne vois rien de positif chez moi.

- Allons Zac, il y a bien une chose qui est bien chez vous chercher encore.

- Bon, il y a bien une chose qui est "positive" chez moi, quand j'ai une dette envers quelqu'un je renvoie l'ascenseur d'une façon ou d'une autre. Par contre je choisis aussi la manière et quand je rends ce service, voilà tout est sous mes conditions à point c'est tout. Je vous vois déjà venir, pourquoi me dirais vous parce que tout simplement parce que je n'aime pas les ordres. JE mène ma vie comme JE l'entends, les autres n'ont aucun droit sur ma vie et je la poursuis comme je veux car je suis un Homme libre. Ma réaction quand on me donne un ordre ? Soit j'encaisse sans rien dire mais je n'oublie pas que la personne a osé me donner un ordre, soit je l'envoie tout simplement aller se faire voir. Et quand je dis que je n'oublie pas, c'est parce que je n'oublie jamais rien surtout les connards arrogants, ce qui parle beaucoup trop ou les peureux qui se cachent au lieu d'agir. Pourquoi je les déteste parce qu'en général ils croient que leurs vies valent plus que les autres et pour les froussards ils se cachent ne faisant rien de leur vie bien à l'abri de tout danger et ça ce n'est pas vivre. Ça paraît être dur dit comme mais ce n'est que mon avis est pour le comprendre il faut me connaître un au minimum, mais je n'ai pas encore fini pour mon côté obscur. Ce que je déteste le plus au monde à part les ordres c'est d'être renfermé, ce qui est un peu un comble pour moi car je suis en prison car j'ai toujours l'impression de ne rien faire, ce qui me rend fou de colère parfois.

-Ah enfin vous évoquiez votre colère car c'est ceci qui vous a vené ici, n'est-ce pas ?

- Oui tout à fait, j'ai du mal à contrôler ma colère depuis qu'elle n'est plus là, et j'ai de plus en plus de mal à me calmer mais j'ai trouvé un truc pour m'apaiser. J'écoute de la musique et quand vraiment je veux me calmer rapidement j'écoute de la musique classique, mais ici il n'y a qu'à voir l'heure de la télé ou de la radio qu'on peut écouter de la musique et encore quand ils veulent bien mettre la musique. Et puis il y a encore moins de musique classique qui passe à la télé et à la radio si quelqu'un a le malheur de vous entendre écouter ça, il commence à vous chercher des noises. Et je ne vous raconte pas les noms d'oiseau qui te donnent et quand il a changé la musique ça m'a mis en colère et je lui suis collé une droite qui l'a séché et ensuite je lui ai mis la radio dans le derrière. Et oui la colère me fais faire m'importe quoi, en plus ce n'était pas très malin puisque la radio est partie à l'infirmerie avec lui. Enfin bref voilà le genre de gars que je suis, que ça plaise ou non, je suis comme ça.

Histoire


- Passons maintenant à votre passé, commençons donc par votre enfance Zac, jusqu'à la fin de votre scolarité.

- Alors pour commencer je viens d'une famille très modeste pour ne pas dire pauvre, je suis aussi fils unique mais j'avais des cousins et cousines que je ne vois plus actuellement. Mes parents étaient très patients avec moi, je piquais beaucoup de crise de colère pour un oui ou pour un non, mais jamais ils m'ont battue ou insultée. À l'école, à la primaire j'avais des bonnes notes mais bien sûr je me battais souvent et à cause de ça cela ma voulus bon montrer de convocation, et ensuite mon premier entretien avec le psychologue. Il disait que j'étais juste un peu turbulent et que ça passerais avec l'âge, mais apparemment il avait tort. Ensuite viens mes années de collège qui fut nettement moins rempli de bagarre car environ après deux trois mois de ma première rentrée, je me suis battue avec un 3eme m'avais racketté et je l'ai mis K.O devant tout le monde et je rappelle même qu'elle était là à me regarder avec plein de peur dans les yeux.

- Vous voulez parler de votre ancienne copine ?

- Oui mais on ne se parlait pas encore à l'époque c'était même elle qu'avait le plus peur de moi, dans les couloirs elle n'osait même pas me regarder et passer à chaque fois loin de moi. En 5eme mon père fit un malaise, et après un passage à l'hôpital, ils remarquèrent que mon père avait une tumeur à un stade avancé et quelques mois plus tard il meurt. Ma mère sombra dans une profonde déprime mais j'étais là pour la soutenir, et elle savait qu'elle pouvait compter sur moi. Et c'est à ce moment-là que j'ai découvert que la musique avait le pouvoir de me calmer, je me rendais dans le local de musique et me mettais à l'écart dans un coin en les écoutant jouer. Puis après quelques semaines, le professeur me demanda pourquoi je venais ici, je lui répondis que j'aimais écouter la musique et il me proposa même si je voulais jouer d'un instrument. Mais cela sera pour l'année prochaine si j'étais d'accord bien évidemment, j'hésitai beaucoup puis je me suis dit pourquoi pas si ça peut m'aider et mon année en 4e arriva. Le prof de musique me proposa plusieurs instruments et ceux avec qui j'aimais bien le son étaient le piano et le violon, alors il me dit que ça sera Mary qui m'apprendra le violon. Mary est le nom de mon ancienne copine et c'est aussi elle qui avait peur de moi si vous suivez toujours.

- Bien sûr, je vous écoute toujours Zac, continuez s'il vous plaît et si vous pouviez la décrire en même temps se serait encore mieux.

- D'accord alors je commence par la décrire avant de continuer, Alors elle était grande aux yeux bleus, les cheveux longs, ébouriffé et rouge. Elle portait des lunettes noires et avait toujours un air timide, mais quand il s'agit de musique elle le prenait très au sérieux mais toujours avec du plaisir d'en faire. Bref au début elle n'osait pas me regarder et bégayait, puis un jour elle m'a engueulé parce que j'avais dit que c'était trop compliqué et qu'elle expliquait mal et après on s'est regardé droit dans les yeux et j'ai vu qu'elle avait peur. Je lui ai dit "mais en fait tu sais parler correctement" avec un sourire et elle me répondit "et toi tu sais sourire" et je lui dis à mon tour "un point partout", et à partir de ce moment elle perdit sa timidité envers moi et lui arriver même de se moquer de moi quand je faisais de mauvaises notes. L'année où j'étais en 3eme passa en apprenant le piano et le violon avec un niveau correct dirons-nous et avec le diplôme de fin d'études en poche, et me voilà au lycée et j'étais dans le même que Mary ce qui était une bonne surprise. On sait rapprocher au fur et à mesure du temps allant jusqu'à choisir une université ensemble et on en sorti diplômé et en couple, fin de mon enfance ainsi que mon année d'études.

- D'accord continuons jusqu'au jour où vous êtes arrivé en prison.

- J'ai perdu ma mère qui avait eu une première crise cardiaque mais avant de faire la dernière qui lui a été fatale elle me dit "Zachary, je suis contente que tu sois venue, je voulais te dire de bien prendre soin de Mary cette fille est vraiment faite pour toi. Elle a même réussi à faire disparaître toute ta colère, profite de la vie avec elle et je vous souhaite plein de bonheurs ensemble". La visite fit interrompue par les médecins qui me prévenuent que je devais partir et la phrase d'adieu de ma mère résonne parfois dans ma tête "en revoir, je t'aime mon petit Zachary." Puis il fallait que je trouve un travail, Mary en trouva un rapidement, elle était professeure de musique dans un collège. Mais moi j'étais sans emploie, j'enchaînais les boulots pas plus de deux mois grand maximum et je me mettais en colère contre le patron. Du coup je restais à la maison à jouer du piano et du violon, je m'entraînais tous les jours, les mois se suivaient et j'avais un bon niveau, je ne dis pas ça pour me la péter mais c'est vrai. Avec Mary ont essayaient d'avoir un enfant mais sans succès, on allait voir un médecin mais on fonctionnait tous les deux biens à ce niveau-là, on ne comprenait pas du tout pourquoi ça ne marchais pas. Et ce putain de jour à la con arriva, Mary m'envoya un message sur mon portable "J'ai une bonne nouvelle à t'annoncer, avec ça notre vie sera magnifique". Les heures passèrent et elle n'était toujours pas de retour, le téléphone sonna et un homme d'une voix sombre me dit "Monsieur Baker, je vous annonce que Mary Ginger est morte suite à un accident de voiture, toutes mes condoléances".

- Et ensuite ?

- Une colère comme j'en avais jamais eu montait en moi, je détruisis tout dans ma maison. Alerté par le bruit mes voisins appelèrent la police qui arriva chez moi et enfonça la porte car j'étais encore en train de casser tout ce qui tombais sous ma main. Les policiers essayèrent de m'arrête en parlant calmement mais aveuglé par ma colère je m'en suis pris à eux, le premier n'eut même pas le temps de réagir, le second sorti le teaser et j'en perdis connaissance. Au poste de police il me questionna et je me souviens aussi de l'une de leurs questions "Pourquoi avoir tout cassé à part le violon ?" Je ne répondis pas encore sous la colère et je me débattais même, ce qui me valait un deuxième coup de teaser. Et pour finir mon passage au tribunal, coupable pour coups et blessures envers un agent de police, et me condamna à trois ans de prison ferme au début.

- Comment cela au début ?

- À mon arrivée en prison, j'avais toujours cette colère qui c'est retourner vers mon codétenue qui n'arrêtait pas de m'insulter et m'avais même mis un coup. Je me suis énervé et lui est fait bouffer les barreaux de la cellule et je l'ai tué, ce qui m'a valu un séjour en cellule d'isolement et un rallongement de ma peine de 20 ans. Et mes rêves ont commencé à ce moment-là, au début je rêvais d'elle puis je rêvais de musique, et plus je rêve plus je vois mieux, hier soir j'ai même cru qu'une personne voulait me parler mais la musique était beaucoup trop fort je l'entendais que ça. Puis je m'arrange parfois pour aller en cellule d'isolement pour pouvoir dormir quand ça me plaît, parce que rêver pour moi c'est ça qui me donne l'impression d'être libre et en même temps j'écoute de la musique qui me calme à mon réveil. Et c'était ça pendant les trois ans et demi que je viens de passer ici, et voilà je vous suis tout dit, des questions ?

- Non, ça sera tout pour aujourd'hui, en revoir Zac et fait attention à vous.

- Ouais bye.

Chroniques


Pour vous racontez ma vie de voyageur je dois d'abord vous racontez ma vie de rêveur et comment, grâce à la seule force de mon esprit, je suis devenu un voyageur sans pouvoir. Au début je rêvais de ma défeinte femme, Mary, je ne voyais qu'elle, je ne voyais pas très bien l'endroit où on se trouvait, j'étais concentré que sur elle. Plus les nuits passaient mieux je voyais son visage, je revois son sourire j'arrive même à voir la couleur de ces yeux. Dans un de mes rêves je la vois me donner son chouchou et me le mettre au poignet droit et tout cela je m'en rappel quand je me réveille. Après quelques mois à rêver d'elle en boucle j'atterris dans un couloir, dans ce couloir il y a une porte devant moi et derrière cette porte on peut entendre de la musique. je reste devant à écouter cette musique, j'ai même l'impression que cette symphonie m'appel mais je reste devant sans pouvoir bouger. Plus les nuits passent plus j'ai l'impression que cet endroit est spécial, j'arrive désormais à bouger mais à chaque fois que je veux ouvrir la porte je me réveille.Je lutte donc chaque nuit pour ne pas me retrouver dans ce monde sans liberté et puis une nuit j'arrive à ouvrir la porte et devant moi se trouve une épée, cette épée est plantée dans le sol et scellée par quatre espèces de sangles qui sont eux-même attaché au sol aux quatre coin de la pièce. J'entends mieux la musique qu'avant, on dirait même qu'elle vient de l'épée alors pour voir je décide de toucher l'épée, j'entends alors la musique comme si elle était dans ma tête. Cet alors qu'une personne fit son apparition et essaya de me parler mais je l'entends pas à cause de la musique, je reste là sans bouger essayant de l'entendre en vain. Chaque nuit qui passe, je reste désormais à côté de l'épée à écouter cette musique qui m'apaise et chaque nuit il y a toujours cette personne qui essaie de me parler alors je décide d'essayer de maîtriser ce son pour l'entendre. Au fur et à mesure je réussis à calmer le volume et cet alors que je commence à l'entendre, au début je n'entends que des bouts de phrases puis je comprends tout ce qu'on me dit.

- Pourquoi tu es là rêveur ?

Je ne réponds pas, je n'ai pas besoin de justifier pourquoi je suis là après tout ce n'est qu'un rêve même si je n'ai aucune envie de me réveiller. Je veux plus de ce monde sans liberté, je veux plus être renfermer, je veux plus qu'on me donne des ordres, je veux plus être traité comme tous les autres détenus, je veux plus me réveiller. Je veux rester là à rêver dans ce monde si parfait, là où tout serait possible, pourquoi je ne pourrais pas vivre ici hein donnais moi une seule bonne raison. Il en a aucune, pour moi c'est le monde idéal et je veux que ce monde idéal existe du plus profond de mon âme.

- Je veux vivre dans ce monde !

Alors que je crie, la musique recommence à monter de volume, je décide donc de répondre à son appel comme si l'épée voulait elle aussi veux devenir libre. J'enlève les sangles une par une, à chaque sangles enlevé je la mets sur une partie de mon corps, la première autour de la jambe gauche puis la deuxième autour de la jambe droite ensuite la troisième autour de mon bras gauche et enfin la quatrième autour de mon bras droit. Maintenant je me trouve devant l'épée planter dans le sol sans rien pour la retenir, la personne dans la pièce reste là à observer, au lieu de l'enlever du sol je m'assois dos à la lame le son est plus fort que d'habitude mais je fais pas très attention à force et je me réveille. La nuit suivante je suis tout seul dans cette pièce avec encore les sangles sur moi et toujours assis contre l'épée mais j'ai l'impression que je suis plus libre de mes mouvements en tout cas plus que quand j'ai commencé à rêver la nuit dernière. Ma solitude ne fut que de courte durée vu qu'une personne arriva dans la salle, c'était la même que la nuit précédente.

- Encore toi tu veux quoi ?

Un long silence s'installe avant que la personne fait apparaître un violon comme par magie ce qui me trouble un peu, elle commence à jouer. Je me lève donc pour mieux écouter ce qu'elle fait et reste devant elle sans rien dire, cela me rappelle Mary, je me sens apaisé et triste à la fois.

- Passe moi le violon s'il te plaît.

Elle me passe le violon sans dire un mot et je commence à jouer, cela m'avait manqué de plus en faire depuis les années que je suis en prison. Au début je fais quelque fausse note puis j'en joue comme si je n'avais jamais arrêté, en jouant je remarque une chose, le chouchou qui est sur mon poignée droit qui tient l'archet. Je m'arrête donc un instant et je revois le moment où Mary me donne ce chouchou et si tous mes rêves étaient lié, c'est forcément cela sinon je n'aurais pas cet élastique à cheveux. Donc si j'ai ça je peux donc revoir Mary à nouveau mais comment faire pour la rencontrer. Je redonne le violon à sa propriétaire et lui demande.

- Tu sais comment revoir quelqu'un qui est mort ?

Elle fait mine de réfléchir pendant quelque instant puis dit.

- Tu veux certainement parler d'Edénia, vu que tu es devenu un voyageur je ne sais pas du tout comme il y aller, je ne sais même pas si ça existe vraiment.

- Biensûr que cela existe, je l'ai vu moi-même mais attend tu as dit voyageur, c'est quoi ?

- Les voyageurs sont des individus comme toi, des rêveurs qui ont battu leurs peurs ou dans ton cas qui se rendit compte que dreamland existe.

- Alors ce monde s'appelle dreamland et bien il est temps que j'aille visiter ce monde en toute liberté, et j'ai un dernier truc à faire avant.

Je m'avance vers l'épée et la retire du sol et avant même qu'elle ne parle, je me réveille avant d'avoir pu goûter à la liberté.

- - - - -

Voilà quelque temps déjà que je suis devenu voyageur et je m'ennuie pas de cette liberté, je me balade de royaume en royaume, je traine dans les bars, je tue des gens qui l'ont cherché bref une vie de voyageur commun quoi. En cette nouvelle nuit qui commence je décide de faire un tour au royaume des chats et je vois une scène où je vois deux gars louche parler avec un gosse et essaie de ne pas être vu pour aller parler plus loin au calme. Alors je vais dans leurs directions et essayant à mon tour de ne pas être vu ni par eux ni par qui que ce soit, je suis à quelques mètres d'eux cacher par un arbre et je suis assez près pour entendre leur petite discussion. de ce que j'entends ça parle de voler quelque chose dont seul et en échange il aura le droit de revoir ces parents, il faut que j'interviens c'est plus fort que moi. J'arrive devant les trois personnes un peu surpris de voir quelqu'un passer par là, mais sans prévenir je prends mon épée à deux mains et toujours jouant de l'effet de surprise je coupe la tête du premier gars. Quand je coupe la tête de la première personne mon épée garde la tête sur la surface plate de la lame, d'un coup je décide d'envoyer la tête dans les air et de la frapper, toujours avec la surface plate de la lame façon batte de basse-ball. Tout cela pour faire rebondir la tête sur son ami qui est alors choqué et troublé par ce que je viens de faire, je ne lui laisse même pas le temps pour réagir, je le transperce le torse et le dos.

- Obligé un enfant à voler en le menaçant, faut vraiment être faible pour faire cela. Petit regarde bien ce qui arrive au faible, basse.

Basse est en fait une technique qui consiste à l'épée de faire une pulsation par un son, mais le faire dans quelqu'un est fortement déconseiller mis à part si vous avez les mêmes intentions que moi. Les pulsations commencent à se voir le corps tremble au début puis le corps explose m'éclaboussant de sang et tout cela sous le regard du petit garçon qui resta figé sans rien dire. Puis je me retourne vers lui et lui dit.

- Tu es prêt à te battre pour revoir tes parents ?

- ...ou...oui.


- Très bien ils sont où ?


- Che chez moi.

Je pars donc en route guidé par l'enfant en direction de sa maison, pendant le chemin je regarde bien comment ce comporte le gamin qui a l'air décidé de retrouver ces parents. Après un petit moment à marcher nous arrivons enfin à une maison des plus classique, l'enfant pointe du doigt la maison et je décide donc d'aller voir à l'intérieur tout seul demandant à l'enfant de ne pas trainer dans mes pattes. En rentrant dans la maison je tombe sur un long couloir sans personne pour surveiller, je trouve cela un peu louche. Puis j'entends du bruit venir du premier étage et je monte alors discrètement voir qui ou quoi fait ce bruit, arrivé à l'étage je tombe à nouveaux sur un couloir et au bout de ce couloir une pièce d'ou provient le bruit. Une fois dans la pièce je vois deux personnes attachées à une chaise et bâillonnées mais personne pour les surveiller, je les détache et enlève leur bâillon. Je n'ai pas le temps de les interroger sur qui les ont séquestré que quelqu'un arrive, je me retourne et vois un mec tenant l'enfant en otage avec une sorte de bras en métal avec la main au niveau du coup du jeune garçon. Avant qui commence à parler j'active la capacité spéciale de l'épée "Requiem".

- Toi lâche ton épée et aucun mal sera fait à l'enfant.

- Tue-le, moi je m'en fou je ne le connais pas.


Je prends mon épée à deux mains et marche d'un pas décidé en sa direction lui faisant comprendre que je ne suis pas là pour rigoler mais bien avec l'intention de le tuer. Il repousse le gamin sur moi et je le balaye avec mon avant-bras gauche pour le mettre sur le côté le plus vite possible sans me préoccuper si je lui ai fait mal ou pas. Pendant ce temps le gars recule dans le couloir et dit.

- Aller viens te battre ici.

- Tu parles trop.

- Attends c'est quoi c'est note qui sort de ton épée ?

Je ne lui réponds pas et brandis mon épée devant lui, je prépare un coup de haut en bas mais il se protège en levant son bras de métal. Il transforme alors tout son corps en métal et essaie de me mettre une droite directement dans l'abdomen mais je réussie à parer de justesse avec le plat de la lame. Puis je décide de contre-attaqué, j'active mon attaque tempo qui me fait frapper en rythme soutenu, au début le voyageur pare tout avec ces avant-bras et tout le bruit de lame contre son corps de métal se transforme en note. Puis se rendant compte de sa résistance il décide de ne plus parer faisant rencontrer mon épée avec son torse en métal et commence à frimer en rigolant ce qui a le don de me mettre en colère, ce qui me fait augmenter le rythme de mes coups. À force d’enchaîner je commence par faire craquer sa peau de métal qui recouvre son torse, quand il se rendit compte il recula de nouveau et cette fois-ci il se trouve juste devant une fenêtre et cela me donne des idées un peu dangereuses. Je fonce dans sa direction et lui saute dessus les genoux en avant, l'épée pointer en direction du torse fissurer. Je réussis à nous faire passer par la fenêtre tous les deux et je force mon épée a craquer sa peau de métal toujours au même point. À l'atterrissage on peut entendre le métal se briser et voir l'épée à transpercer son torse, puis l'adversaire étant à bout de force désactive sa peau de métal.

- Il est temps de nous dire adieu, Requiem.

Requiem est une attaque passif à la première activation, elle transforme les bruits et sons que fait l'adversaire pour les transformer en note qui plane dans les airs comme une partition.  À la deuxième activation les note active et vont en direction de l'homme qui faisait le son et les renvoie sur lui en multipliant le volume, mais cette fois ce n'était pas pour l'attaquer mais pour l'enterrer. Les notes remue la terre qui se trouve sous le voyageur pour l'enfoncer le voyageur dans la terre une fois fini je pars d'ici sans même vérifier si le gosse et les parents vont bien, je n'ai pas envie d'être remercié pour les avoir sauvés alors que tout ce que je voulais c'est tuer des gens.



Derrière l'écran ?

Prénom ou pseudo : R
Age : 22 ans
Comment as-tu connu le forum ? : Ancien membre de la V1
Connais tu Dreamland ? : ouaip
Depuis quand fais-tu du rp ?: 2 ans environ
Pourquoi avoir choisi ce forum ? : Pour dieu Kael... Quoi ?  Il est partit T^T
_____

Personnage sur l'avatar et l'oeuvre d'où il provient : Foa Godfrey-Jackals


Codage ©️️ Solaris @ Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue M
Pouvoir : Aucun
Points de Puissance : 13 700
Points de Réputation : 7 300
Messages : 18
MessageSujet: Re: Quand un musicien joue de l'épée [Terminé]   Sam 27 Jan - 18:10

Double poste pour dire que j'ai fini, Merci d'avance pour l'analyse de ma fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Dino Maker
Points de Puissance : 18 500
Points de Réputation : 16 900
Messages : 254
MessageSujet: Re: Quand un musicien joue de l'épée [Terminé]   Sam 27 Jan - 19:04

En premier lieu, bienvenue à toi sur le forum ! Ça fait toujours plaisir de revoir un ancien, surtout avec ce personnage que tu prévoyais de jouer depuis longtemps.

Parlons de cette fiche maintenant, globalement, elle fait le taf. Le parcours de ton personnage, bien qu'étant convenu, reste logique et sa descente aux enfers avant sa renaissance à Dreamland est totalement crédible. Le coup du prisonnier qui s'évade dans ses rêves c'est un peu "déjà vu" mais au final, ça fonctionne et ça permet de justifier la transition en tant que voyageur sans vaincre de phobie. En parlant de ça d'ailleurs, j'ai trouvé la transition très naturelle et pour moi elle passe bien, ce qui pourrait être compliqué pour un voyageur sans pouvoir.

Il y a tout de même pas mal de soucis d'écriture, beaucoup de fautes, que ce soit de conjugaison, d'orthographe ou de grammaire. À ce niveau, je ne peux que te conseiller d'essayer de lire quelques rp d'autres membres pour essayer de t'améliorer, ou simplement te relire plus en profondeur. Ces fautes sortent souvent de la lecture et gâchent un peu l'immersion qu'on attend en lisant une histoire, ce qui est vraiment dommage.

Quant au reste, tes chroniques nous aident à comprendre les capacités de ton arme qui pour moi sont carrément acceptables. Si j'avais une remarque à faire à ce niveau, ce serait de te dire de faire attention au god play. Les pnjs dans ton histoire ne mettent pas vraiment ton personnage en difficulté et même si je sais qu'on a tendance à faciliter les combats dans les fiches, je me permet de te le dire pour être sûr que tu ne le fasses pas en rp avec d'autres joueurs.

Pour finir, tu es donc validé avec 13 700 points de puissance, 7 300 points de réputation et un classement de N°1 973 de la ligue M !

N'oublie pas de rédiger ta fiche technique et de t'inscrire à l'event du Metropolitan, si il t’intéresse bien sûr, dont les inscriptions ferment bientôt, amuse toi bien en rp !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Quand un musicien joue de l'épée [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand un musicien joue de l'épée [Terminé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand Eléo joue à la manucure ça donne ça...
» Quand le vent joue des siennes... [Rainer]
» Quand le Destin joue avec nous... (PV BatCat, Griffon et Fauve)
» Quand mon mec joue avec la magie noire
» Quand la nature joue sur la situation [Pv : Shade]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les fiches :: Présentations :: Fiches validées-
Sauter vers: