Bienvenue

Liens utiles

Effectifs

Ligue B : 19 membres
Ligue M : 7 membres
Ligue S : 0 membre
Créatures : 11 membres
Inclassables : 0 membre
Seigneur cauchemar : 1 membre
Rois des rêves : 0 membre

Top-Sites & Discord


Membres du mois

Zachary
Profil
Top comeback
Zephyr
Profil
Top vote
Code par MV/Shoki - Never Utopia



 

Partagez | 
 

 Alix, The Vampire Queen [E.C.]

Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 3
MessageSujet: Alix, The Vampire Queen [E.C.]   Jeu 2 Aoû - 23:21

Illustration du contexte
Modèle voyageurs | Di Angelo Alix

   

   ★ Surnom:"Bathory"
   ★ Sexe:Féminin
   ★ Age:26
   ★ Habite à :Royan, France.
   ★ Activité :Community Manager, Web Designer en Freelance.
   ★ Phobie :Hématophobie( Version peur de se vider de son sang.)
   
_____

   ★ Pouvoir:Morpheur Vampire
   ★ Arme: Une hache à double lame.  
   ★ Objet magique: Bouteille de Château l'Artère cuvée 2016. Une Bouteille de vin contenant 75 cl de sang qui se remplit toutes les nuits.(UN JOUR J'AURAIS MES CONVERSES KAHINA ! )
   ★ Alignement :Mauvais
   ★ Objectifs : Tuez des VK. Boire du Sang. Faire ce qu'elle veux, et qui sait un jour elle aura un vraie objectif.
   
_____

   ★ Aime :Le Métal, à fond les ballons.Rester enfermée toute la journée dans le noir à farmer sur des MMOs. Halloween pour faire flipper les mioches. Les films d'horreurs. Surtout le Body Horror. Les jolies rousses. Le Thé au citron et les cupcakes. Pratiquer le Kick-Boxing. Trancher des têtes, dans Dreamland, IRL ça apporterais trop de complication. Gratter sa Basse des heures durant.
   ★ N'aime pas : Les files d'attentes. Devoir se coucher tôt et se lever tôt.Les choux-fleurs et les épinards.Ceux qui s'en prennent à plus faibles qu'eux. Les Bugs, qui lui font littéralement péter un câble. Accorder sa Basse. C'est chiant.
   ★ Points de Puissance : Je vous laisse juger de ça !
   ★ Points de Réputation :Idem.
   ★ Classement : La même, mais en Ligue M.
   

   
La citation un peu stylée


   

   
Description

   

  ...
 

   
Histoire

   
Il était une fois. Car toutes les histoires commencent par il était une fois. Donc, il était une fois, la famille Di Angelo.

Cette dernière était composée de trois membres. Le père, Vincente, la mère Luciana, et leur fille, Alix. Les parents d'Alix avait vécu une bonne partie de leurs vie avant de venir s'installer en France. Le père détenait une importante société d'import-export et sa mère était directrice de banque. Autant dire qu'Alix n'allais manquer de rien au niveau matériel. Cependant, il s'agissait là de métier très prenant, et la jeune Alix passait beaucoup de temps avec des baby-sitters. Peut-être plus qu'avec ses parents.

Pour ne pas aider, la seule des deux à se soucier de la petite était sa mère, de qui Alix était très proche. Le temps passa sans encombre. Alix ne manquais de rien, toujours le ventre plein, des habits toujours propre , un toit, tout les jouets et instruments qui pouvaient lui faire envie. Et quand sa mère rentrait le soir, elle avais toute l'affection qu'elle désirais.

Le temps passe, et plus le temps passe plus les enfants, ça coûte chers. Les petits soldats et les poupées deviennent des jeux de sociétés, des jeux vidéos, des guitares et des sapes à la modes. Et disons le, malgré sa fortune Vincente était une pince. Alors il y eût des désaccord.

Entre une Luciana qui voulais gâter sa fille comme pas jamais une gosse n'avais été gâtée et Vincente qui ne voulais plus à avoir à autant dépenser pour une gamine, qui ne rapporte rien.  D'ailleurs, il se fichais bien de l'avenir de la petite, la scolarisant à ses douze ans dans un lycée de ZEP alors qu'il aurais pu lui offrir un collège privé sans même voir son train de vie baisser d'un quart de cran. Il n'avais accepter cet enfant que pour faire bonne impression auprès des autres, car un homme marié se doit d'avoir au moins un enfant. C'est comme cela que font les gens respectables.

Donc comme dit plus haut, dés ce jour l'ambiance ce mis à changer et le petit conte de fées à base de "il était une fois" mis enfin les deux pieds dans la merde de la réalité. Toujours ma partie préférée. Qui je suis pour te parler ainsi mon cher lecteur et pour rouler sur ton cher quatrième mur comme si de rien n'était ? T'occupe Jean-Luc, on à d'autre chats à fouetter, et ce même si je suis contre la maltraitance animale.

Voilà le topo : A la maison, Vincente et Luciana s'hurlent dessus non stop, et ce même par téléphone quand Vincente n'est pas là. Alix commence à déprimer, et à l'école... C'est une ZEP quoi. Alix y appris très vite à répondre aux autres, à frapper là où ça fais mal pour pouvoir avoir la paix. Le tout sous les bons conseils de Jennifer, sa nouvelle baby-sitter qui avais grandit dans les quartiers entourant son collège et fais ses études au même endroit.

Notre cercle vicieux de descente aux enfers est donc enclencher pour Alix et les Di Angelos. Le couple ne communiquait plus que par hurlement et en venais parfois aux mains, aux pieds, aux chaises et autres assiettes tandis que Alix sombrais dans la délinquance juvénile de par le climat malsain de son foyer et ses fréquentations douteuses, perdant ainsi l'amour hypocrite de sa mère, qui ne voulais au final qu'une parfaite petite Princesse, une poupée qui suivrais la destinée que cette dernière souhaitait. Puis viens le point de non retour, celui à partir duquel tout finit par dégénérer de façon définitive . Alix à quatorze ans, et les choses ne se sont par arranger. Sa mère la regarde avec dédain, son père l'ignore, les deux s'hurlent dessus sans discontinuer dés l'instant où ils s'adressent la parole. Notre jeune "héroïne" elle, multiplie les bagarres avec une assiduité qui force le respect, si jeune elle à déjà connue l'ivresse plus que de raisons et ses phalanges ont déjà des cicatrices d'usures. Et ce soir elle va faire fort.

Il est tard. Elle devrais être chez elle à réviser et faire ses devoirs. Mais elle traîne dehors avec ses potes, fume des clopes et bois des bières. Et notre gang des bacs à sables à décider de jouer dans la cour des grands. Ils se sont même préparer pour ça. Devant eux se tient l’épicerie du vieux Wong. Ils avaient des battes et des cagoules. Je vous laisse deviner leurs plans. Oui ils voulaient le braquer. Bravo champion ! Et c'est ce qu'ils firent. Cependant ils n'étaient pas très malin ses jeunes là.

Et oui sans entrer dans les détails , ça à foirer. Pour une raison toute simple, de un ils n'était pas (encore) assez atteints pour attaquer le vieux Wong, du moins pour de vrai, et ensuite, car son fils était dans la police, et... ils ont lancer leur "attaque" peu de temps avant qu'il ne vienne passer le bonjour à son père comme tout les soirs. Donc ils furent pris la main dans le sac à tenter de se casser avec la caisse qu'ils avaient pris sur le comptoir dans la panique, et Alix fut attrapée, car surprise par la tournure des événements, elle s'enfuit trop tard et le Wong junior put lui mettre la main dessus.

Elle y resta une journée entière avant que son père et sa mère, furieux tout les deux ne viennent la chercher. Sa mère hurlait comme un hystérique et son père la giflait sans cesse, au point qu'un policier du le retenir de continuer. Cette affaire allais être envoyer au Tribunal des enfants, et Alix risquait de devoir passer un long moment dans un Centre de Redressement.

Et ses deux années de malheurs humains , chaque disputes, chaque mots plus haut que l'autre, chaque bagarre et petits délits, tout ça n'as exister que pour mener à ce mener à ce moment, qui lui même n'est là que pour mener à un autre moment. Il est beau de voir comment les humains ont besoin de la souffrance pour grandir. Sans ce qui va arriver ce soir Alix n'aurais été qu'une petite fille de riche un peu délaissée. Elle aurais finis à la tête d'une boîte de marketing ou une connerie du genre. Jamais elle ne se serais élever vraiment au-dessus des masses.

Vincente Di Angelo est en colère. Il bouillonne. Il est au volant de sa Toyota Cresta X100, qui n'as pas une égratignure. Il en prend bien plus soin que de sa propre famille. Il conduit vite, trop vite, en regardant droit devant lui. Luciana elle lui hurle que tout est de sa faute, sans pour autant oublier de tourner ses hurlements vers Alix, cette source sans fin de déception. Alix elle, regarde par la fenêtre un sourire hautain sur les lèvres. Luciana hurle encore plus fort. Vincente se retourne et hurle à son tour.

Et en cet instant le temps semble ralentir à l'extrême. Alix tourne la tête vers les deux générateurs de bruits extrêmes que sont ses parents, et elle hurle. La voiture se dirige à plus de cent cinquante kilomètre par heure dans le cul d'un camion. Quand Vincente tourne la tête vers la route, il est trop tard. La voiture s'écrase contre le cul de la remorque. L'avant de la voiture est broyé. La remorque quitte la route, entraînant le camion, qui en jouant des freins ne fait que se renverser, tandis que le pare-brise de la Toyota éclate. Vincente heurte de plein fouet le volant, le brisant ainsi que son nez, ses pommettes, sa mâchoire, ses arcades sourcilières et enfin son crâne dans un concerto de craquement sinistre.Luciana s'ouvre le crâne sur le repose tête du siège de son mari et le choc envoie sa tête en arrière, lui brisant la nuque.

Alix est la plus chanceuse, pour le moment il n'y à que des débris de pare-brise qui lui lacèrent le visage, et ses côtes qui cèdent sous la pression de la ceinture. La voiture décris plusieurs tonneaux et elle perd conscience. Quand elle revient à elle, Alix est hors du véhicule qui est un peu plus loin, dans le ravin, tas de métal difforme. Elle peux entendre la voix lointaine d'une personne, sans doute notre ami routier qui à eu beaucoup de chance. Mais ce n'est pas pour lui que le destin à tirer les fils cette nuit.  Alix vois des fragments de sa ceinture, tranchées. Et une flaque de sang. Elle est même dedans. C'est chaud. Mais pourquoi elle à aussi froid ? Elle essaie de se redresser, une douleur aiguë et les mains de l'homme l'en empêchent. Et là son cerveau vois enfin tout et son esprit craque. Une énorme pièce de métal fumante, sans doute un morceau de portière est en travers de son ventre et de là son sang, ce doux et précieux liquide s'écoule. Elle sent sa vie lui échapper. Elle hurle, non elle ne veux pas, pas mourir, pas comme ça, pas pour ça, pas comme eux, tout son corps tremble et après plusieurs minutes à hurler sous les tentatives du routier de la rassurée , sa conscience se fais de nouveau dans la malle dans un mélange d'horreur, douleur et terreur.

Quand de nouveau elle reprendra conscience dans un hôpital, les médecins lui diront qu'elle aura une belle cicatrice sur le ventre, dans le plâtre pour un moment, mais aucune séquelle sur le long terme, qu'elle à eu de la chance. La police viendra prendre son témoignage tout en lui annonçant que durant la semaine qu'elle à passée dans un lit, sans conscience, le tribunal à pris sa décision, dés qu'elle sera rétablies, elle ira en foyer de redressement jusqu'à sa majorité. Joie. Même si physiquement Alix n'avais aucune séquelle, il était clair que mentalement, ce n'était pas le cas. Mais nous sommes dans un monde où ce genre de maux ont tendances à être ignorer, minimiser ou alors juste mis aux bancs de la société. Les premiers symptôme de  sa forme spécifique d'hématophobie se firent quand ils voulurent lui faire une prise de sang, pour vérifier qu'elle n'avais rien chopper avec ses blessures.

Au début , tout se passa bien puis quand Alix sentit le sang quitter ses veines, cette nuit, cette terreur et cette sensation lui firent perdre la tête, dans un cri hystérique elle arracha l'aiguille, se fichant bien de la douleur et tenta de fuir comme elle pouvais avec ses côtes encore entrain de se réparer et sa plaie au ventre toujours à cicatriser. L'infirmière surprise la rattrapa, sans même réfléchir, Alix se retourna, le regard paniqué et les pupilles dilatées et la frappa sans retenue, allant jusqu'à se faire mal, brisant au passage le nez de la pauvre femme.

Un inter la maîtrisa, mais elle se débattait en hurlant , voulant fuir, loin se mettre à l'abri, et ce jusqu'à ce qu'elle en perde connaissance. Nos génies du corps médical purent enfin définir que la jeune Alix, de quatorze ans qui venais de perdre ses deux parents( même si elle ne le savais pas encore), avais faillir mourir exsangue et se voyais condamner à passer les quatre prochaines années dans un centre de redressement, était atteinte d'un sévère traumatisme mental. Bravo les génies.

Ainsi en plus de ses soins physiques, elle reçu une thérapie... Pas vraiment efficace car entre  temps on lui annonça la mort de ses parents. La nouvelle... Lui fis un choc. Elle ne savais pas quelle émotion prédominait. Entre la tristesse, la colère et une forme de de joie macabre et profonde. La tristesse d'avoir perdus ses seuls parents. Sa seule famille connue. Les seuls êtres dont elle partageait le sang. La colère d'avoir été impuissante, de ne pas avoir pu les sauver, et ce sentiment de haine envers soi, car s'était en grande partie sa faute. Et une joie morbide. Car au final ses parents n'étaient que des connards violents et égocentrique, son ordure de père qui ne pensait qu'à son image en société, son hypocrite de mère qui ne voyant en elle qu'une poupée, un pantin malléable pour qu'elle puisse faire ce que elle n'avais jamais pu faire, une espèce de copie manipulable. Les savoirs à tout jamais hors de sa vie la réjouissait au plus haut point, aussi horrible que cela puisse paraître.

Mais elle n'eût pas vraiment pas le temps d'y réfléchir. Car elle allais entamer les quatre pires années de son existence. En effet, à peine était-elle sortie de l'hôpital  qu' un "éducateur", à savoir un gros con à l'air sévère qui se la jouait grave, l'emmena chez elle rassemblée quelques affaires pour partir là où on ferais d'elle "une meilleure personne.".

Rentrer à la maison fut une expérience... Spéciale. Cette grande bâtisse, sur le port de Royan, donnant sur la mer. Chaque pièce décorée avec "goût" par un décorateur d'intérieur. Toujours propre, clean, et brillante. Mais sans personne, ses pas résonnait. L'endroit était devenus froid.Il y fut un temps, longtemps quand elle n'était qu'une gosse, cet endroit lui semblais être le paradis, aujourd'hui ce n'est qu'un vestige, un fragment de temps, vide, silencieux. Elle soupira longuement et fit ses affaires. A chaque objet ou vêtement qu'elle embarquais, elle hésitait entre la tristesse de quitter cet endroit, et la joie de ne pas à avoir à y rester pour ne pas se rappeler les disputes incessantes de ses parents. Mais bon elle n'avais pas tout le temps devant elle. Elle finit donc de rapidement ranger toutes ses affaires vitales et rejoint ceux qui l'attendaient pour l’amener au Centre.

Et les quatre années qui suivirent furent pour le moins folkloriques, avec leurs lots d'événements marquants. Nous n'allons pas nous attarder sur quatre longues années répétitives. Même si nous ferons des arrêts sur quelques événements. Donc avant de marquer des arrêts, voici un résumer: Le Centre de Redressement transforme des délinquants  en futur criminel. Plus sérieusement. Le lieux se voulait strict, mais était plutôt abusif. Comme si ceux censés les encadrer étaient eux aussi d'anciens rebuts de la société. Rabaissement constant, horaires d'études à décourager un salary-man japonais, violence gratuite. Le tout avec des pensionnaires trafiquants tout ce qui était interdit. C'est à dire tout ce qui peux rendre la vie fun.Magazine, Clopes, Alcool. Qui à dit Prison ? Oui c'est pas bien loin d'une prison. Ses années ne firent d'Alix une citoyenne modèle comme elles auraient du le faire, mais plutôt une jeune femme cynique, violente, bordeline, auto-destructrice et déjà fatiguée de l'humanité.

Et durant ses années, sa phobie ne la quitta pas, au contraire. Car mettre son poing dans la tronche de quelqu'un ne la dérange pas, mais s'ouvrir la lèvre la mets dans un état de panique intense la faisant fuir et se cacher dans un coin pour de nombreuses heures, quand elle ne perd pas tout simplement conscience.

Et deux événements importants dans le vie d'une jeune femme lui furent particulièrement désagréables. Quelques semaines après son arrivée dans le Centre, alors qu'elle cherchait encore ses marques, et disons le des alliés dans cette prison miniature, se déclenchèrent ses premières règles. Alix n'était pas une bigote ignorante du fonctionnement de son propre corps, mais entre l'accident, la mort de ses parents, et le transfert dans ce Centre, ça lui était  complétement sortie de la tête.

Ainsi le moment fatidique arriva. Alors qu'elle était tranquillement sous la douche elle reçu la douce visite d' une lourde crampe d'estomac la faisant se tordre de douleur. Puis une douleur plus bas tandis que son crâne ressemblait à un concerto pour quarante-huit marteau-piqueur en si bémol majeur. Par instinct elle y passa sa main, et elle vit alors cette couleur rouge sombre si familière, si crainte. Elle tenta bien de hurler, elle aurait voulue hurler, mais la douleur l'en empêcha. Elle finis par tomber à terre, recroquevillé, à paniquer en serrant les dents de douleur, seule, perdue et souffrante. Une partie d'elle-même l'insultait, elle savais qu'elle n'allais pas crever de ça, que c'était normal, mais son cerveau refusait de prendre ses arguments en compte, la douleur plus le sang le mettant dans un état de panique, jusqu'à ce qu'il disjoncte, Alix perdant connaissance.

A son réveil à l'infirmerie, elle du subir le discours de l'infirmière qui en plus de lui confirmer que désormais, trois jours par mois elle subirais cet enfer, l'accusait d'en "faire trop" que "c'est  bon, il faut pas abuser avec sa phobie, c'est juste une petite peur, pas un handicap". A les humains, ce qu'ils peuvent être stupide. Autant vous dire que ses trois jours  de souffrances et de peurs mensuels marquent à chaque fois Alix.


Et un autre événement durant ses quatre années la marqua aussi profondément. Sa première fois. Oui je sais c'est un événement marquant pour tout le monde. Mais quand vous avez une peur phobique de vous vider de votre sang et que votre hymen, en se déchirant saigne, là ça devient folklorique.

Il s’appelait Enzo. Il avais le même qu'elle à ce moment là. C'est à dire seize ans. C'était un espèce de blondinet qui se la jouait dark, il avais lui aussi fais son lot de conneries pour se retrouver ici. T-shirt prônant l'anarchie et la fin de l'humanité, toujours un sourire méprisant sur les lèvres, complexe d'infériorité, tout ce qu'il fallait pour plaire à la jeune Alix.

Ils se tournèrent autour de longues semaines. Sans doute car leurs caractères anti-sociaux s'attiraient l'un l'autre. Ils passèrent du temps ensemble, rirent ensemble des autres. Les journées passèrent en soirée, puis en nuits. Les échanges de regards en gestes affectueux puis vint le premier baiser. Et par la suite logique de deux jeunes gens pleins d'hormones se plaisant, la première fois.


Tout était partis pour se passer comme dans un rêve. Un rêves d'ado gothiques défoncer aux  hormones, mais un rêve quand même. Enzo avais remplis la chambre de bougie noir et passait du Marilyn Manson en fond. Et pour le gros tout se passait bien jusqu'au moment fatidique, quand l'hymen craqua, la faisant souffrir et saigner. Elle s'en rendait lentement compte et la panique montait au compte-goutte, peut-être aurait elle pu se maîtriser, mais c'était sans compter le génie insoupçonné d'Enzo. Dans le feu de l'action il mordit l'épaule d'Alix au sang , cette dernière cria de douleur. Elle le repoussa et elle vit et ressentit son épaule, entrain de saigner. Un crie de panique s'échappa de ses lèvres, Enzo ne comprenait pas ce qu'il se passait, car comme je vous l'ai dit c'est un putain de génie. Sous la panique le poing d'Alix vint heurter le nez d'Enzo dans un craquement sonore. Ce dernier recula d'un coup avant de se prendre les pieds de la demoiselle dans le ventre, cette dernière se mettant à fuir, toujours en panique, avant de se barricader dans sa chambre pour les quatre prochaines heures. Oui ce ne fut pas une expérience des plus agréable, une fois de plus, et ça à sans doute jouer dans son refus d'avoir de nouveau une relation avec qui que ce soit du sexe masculin.

Pour les années restantes au sein du Centre de Redressement, il n'y a vraiment rien à dire de spécial, la même routine que décrite plus haut. Il est donc tant d'enchaîner et de finir sur ce qui fut le reste de sa vie.

Une fois sortit de cette prison qui ne s'assume pas, elle pu rentrée chez elle, Bac en poche. A son retour, voir la maison familiale, grande et vide, emplie de souvenir. Elle n'y passa que quelques mois, le temps de récupérer sa carte bancaire, passer son permis de régler ses affaires d'héritages. Une fois fait, Alix n'avais plus à se soucier de l'argent. La Société de son père lui revenait mais elle ne s'en mêlait pas, elle n'était que propriétaire, et de par se fait se contentait de toucher une partie des bénéfices.

Une fois tout cela régler elle pris la voiture de sa mère,qui était sienne maintenant et mis le caps vers une destination aléatoire. Elle n'était pas encore prête à remettre durablement les pieds dans cette immense espace vide.


Et elle se mit à parcourir le pays en long et en large. Partout où elle s'arrêtait, elle faisait la fête sans aucune forme de modération, et quand de part l'alcool et son sale caractère, la situation dégrénerais, elle partait ailleurs. Et elle fit cela pendant presque quatre année.

Puis ses péripéties la menèrent à sa ville natale Royan. Dés qu'elle aperçu les panneaux indiquant sa ville, la déprime l'avais envahit. Elle ne passa pas tout de suite devant. Avant elle se posa dans un cybercafé. Elle avais des mails à consulter, puis elle pourrais glander sur le net. Besoin de se changer les idées. Pour se faire un compte elle devais payer déjà cinq heures. Elle fit rapidement ce qu'elle avais à faire, puis se baladant sur les jeux déjà installer sur le pc, elle cliqua sur l'icône "WoW"...

Deux semaines plus tard, elle n'avait pas eu le courage de rentrer chez elle, pas encore, donc elle dormais à l'hôtel, mais passait ses journées sur World of Warcraft au cybercafé, étant juste devenue complétement accro à ce jeu. Elle y passait ses journées et ses nuits, jouant sans jamais se lasser, chaque découverte l'amusant, surtout le PVP.

Le temps passant, elle décida qu'il était temps de se poser. Elle du faire de grands efforts sur elle-même pour retourner vivre dans cette maison. Mais maintenant elle avais un passe-temps se résumant à autre chose que : boire, se battre, baiser la copine d'un mec, se battre de nouveau et recommencer . Le temps passant elle se mit à s'intéresser un peu plus en profondeur à Internet apprenant par des cours en ligne le web design et devint Community Manager sur le même MMO qui l'avais ramener dans un semblant de vie normale. La suite de la vie d'Alix se déroule de la même façon, avec ses aventures dans Dreamland en plus, mais ça, c'est une autre histoire.











   
Chroniques

   




    

   


   
Prénom ou pseudo : El Chara, Vaas
   ★ Age :26
   ★ Comment as-tu connu le forum ? : Google à 2h44 du matin.
   ★ Connais tu Dreamland ? :Oh que oui.
   ★ Depuis quand fais-tu du rp ?: Depuis mes douze ans, sois quatorze ans.
   ★ Pourquoi avoir choisi ce forum ? : Y'avais Dreamland dans le titre !
   
_____

   ★ Personnage sur l'avatar et l'oeuvre d'où il provient : Marceline Abadeer, Adventure Time.

   

   Codage ©️️ Solaris @ Never-Utopia


Dernière édition par Alix Di Angelo le Dim 18 Nov - 23:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Dino Maker
Points de Puissance : 21 600
Points de Réputation : 22 200
Messages : 280
MessageSujet: Re: Alix, The Vampire Queen [E.C.]   Dim 21 Oct - 18:52

Heyo, alors comment ça se passe cette fameuse fiche ? N'hésite pas à donner des nouvelles ou même nous demander si quelque chose bloque !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 3
MessageSujet: Re: Alix, The Vampire Queen [E.C.]   Sam 27 Oct - 11:09

Merci Drasur ^^ Je suis un peu surbooker par ma formation et mes recherches de stages, mais je compte bien la finir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Dino Maker
Points de Puissance : 21 600
Points de Réputation : 22 200
Messages : 280
MessageSujet: Re: Alix, The Vampire Queen [E.C.]   Sam 27 Oct - 12:57

Au moins on est au courant maintenant, bon courage mec !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Alix, The Vampire Queen [E.C.]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alix, The Vampire Queen [E.C.]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FLASH,ALIX FILS-AIME KITE BATO A
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW
» Cherche bannière vampire counts (Fantasy)
» Rosen Vampire
» The Vampire Diaries

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les fiches :: Présentations-
Sauter vers: