Partagez|

Ce qui rode dans les ténèbres [Quête except. / PV Zephyr]

Takeo Jomei
Ligue M
Takeo Jomei
Pouvoir : Invocateur de mannequin
Points de Puissance : 19 700
Points de Réputation : 13 700
Messages : 40
Ce qui rode dans les ténèbres [Quête except. / PV Zephyr] Sam 12 Jan - 18:50



Ce qu'il ne fallait jamais oublier

- Qu'est-ce qu'on fout ici… C'est un coup à se faire buter, petite.
- …
- Oï je te parle Marie.
- … Tss.
- Quoi ? T'as quelque chose entre les dents ? Envie que je t'ouvre la bouche de force pour que tu parles ?
- Arrête de te plaindre Jomei, c'est tranquille par ici.


Cigarette entre les lèvres j'inspirais profondément en gardant dans mon champ de vision la gamine. C'est vrai que c'était calme par ici mais c'était pas vraiment le truc qui me dérangeait dans le cas présent. J'observais Marie et tiquait sur les nombreux bandages et éraflures qu'elle avait par ci et là du corps, certaines plaies n'ayant même pas eu le temps de cicatriser complètement. Depuis quelques temps déjà la poupée s'est lancée dans des combats de plus en plus violents, contre des adversaires plus grands ou plus nombreux, manquant de se faire tuer plusieurs fois si je n'étais pas intervenu à temps pour la tirer de là. C'était pas facile de faire face à des créatures ou des voyageurs plus puissants que soi alors que moi je n'avais pas de capacité en dehors de Marie ici présente, j'ai plusieurs fois perdus un membre ou deux durant les échanges alors que je fuyais avec elle. Là où je veux en venir c'est que je ne savais pas ce qu'il passait par la tête de la créature en face de moi, je le vois dans son regard qu'elle est rongée de l'intérieur mais pour quelle raison ? Qu'est-ce qui justifierait qu'elle se lance à corps perdu dans des combats quasi ingagnables ? Elle a même finie d'arrêter de m'appeler "Papa" depuis un moment, m'appelant par mon prénom.

Je soupirais alors que je la suivais, lentement, jetant un œil aux alentours. Je ne savais absolument pas où on se trouvait, quelque part dans les fonds de la 3ème zone ? La 4ème zone ? Peut-être même qu'on était déjà dans l'antre du démon le Royaume obscur, je sais pas. En tout cas c'était pas accueillant par ici, des bâtiments en ruines, saccagés par une force que je ne pouvais même pas décrire parce que dans ce monde ça peut-être dû à tout et n'importe quoi. Mais ça sentait mauvais, cet endroit ne me disait rien qui vaille. J'avais l'impression de marcher dans les rues détruites après que les flammes aient tout emporté… Alors que Marie continuait de marcher sans se retourner, je me décidais enfin à l'attraper par le bras et la retenir un moment, le regard sérieux.

- Arrête de déconner, c'est quoi ton problème ?
- Mon problème ?
- Ouais, exactement, ton problème. Depuis ce mariage tu n'as pas arrêté de t'embrouiller avec tout et n'importe quoi et regarde toi maintenant : t'es sur le point d'être cassée pour de bon.
- Cassée ? C'est ce qui risque de m'arriver c'est ça ?! Je serais "cassée" ?! Au moins je mourrais pas, pas comme elle !
- Mais de qui tu parles ?
- De ta fille !


Mon sang n'a fait qu'un tour alors que mon corps a réagi tout seul, mes yeux devenant rouge de colère alors que je levais la main pour gifler Marie. La claque résonnait parmi le décor vide et sans vie autour de nous alors que je gardais la main légèrement levée, ma respiration un peu brusque alors que je fixais la petite qui mettait sa propre main sur sa joue devenue rouge. Ma cigarette tombée par terre; je grinçais des dents alors que je levais la voix.

- Je t'interdis de me parler comme ça.
- Pourquoi ? Parce que c'est trop dur de ne pas me voir comme Hina ? Tu crois que c'est de ma faute si je lui ressemble autant sans pour autant lui ressembler vraiment ?
- Arrête.
- Non ! C'est de ta faute si dans Dreamland j'ai été créé avec cette apparence ! Mais je ne jouerais plus à ce petit jeu avec toi, je ne vais plus jouer à la petite Hina qui se promène avec son "papa".
- Je t'ai dis de t'arr…
- Parce que de toute manière elle, elle est morte Jomei ! Et moi, grâce à toi, je suis en vi…!
- LA FERME !


J'hurlais avec l'air qui me restait dans mes poumons alors que je sentais quelque chose frapper fort à l'intérieur de ma poitrine, comme si ce qu'elle me disait n'était que des coups de feux qu'on m'aurait porté directement au cœur. J'étais totalement pris au dépourvu par cette conversation, ne m'attendant pas à ce que Marie pense soudainement de cette façon alors que je sens mes jambes devenir tremblante mais je reste quand même debout, fixant la poupée alors que colère et la tristesse d'un deuil qui ressurgit transparaissait dans mon regard. Je sentais même mes yeux humides putain. Avec une voix déchirée par quelque chose que je n'arrivais pas à identifier, je lui disais :

- Pendant tout ce temps j'espérais ne plus y penser, je voulais simplement voyager avec ma fille… Et la protéger…
- Jom… Papa, je…
- Tais-toi.


Mon ton sec la coupa nette dans son élan, alors que je pouvais lire une graine de regret qui commençait à germer dans le fond de sa voix, rien ne pouvait effacer ce qui a été dit jusqu'à maintenant. Mon expression s'assombrissait alors que j'essuyais ces putains de yeux humides, la fixant durement.

- Tu as raison. Tu n'es pas ma fille. Tu n'es que le fruit de mon imagination.
- Mais… !
- Je n'aurais pas dû faire cette erreur, mais ça ira maintenant. J'ai compris la leçon.


Mettant mes mains dans les poches je recommençais à marcher, passant à côté d'elle. Je faisais quelques mètres devant, avant de l'entendre commençait à pleurer dans mon dos. Je passais ma main sur mon visage, ayant envie de m'arracher la face ou n'importe quoi d'autre, ne serait-ce que pour ne pas repenser à tout ça. Ne pouvant supporter cette situation, je continuais à marcher, laissant Marie derrière alors qu'elle était tombée à genoux et laisser les larmes couler sans s'arrêter.
Voir le profil de l'utilisateur
Zéphyr Moreas
Ligue B
Zéphyr Moreas
Pouvoir : Contrôleur obscur
Points de Puissance : 21 700
Points de Réputation : 25 750
Messages : 199
Localisation : Belgique
Re: Ce qui rode dans les ténèbres [Quête except. / PV Zephyr] Dim 13 Jan - 6:59



La détermination du tourmenté.

Les temps n’étaient pas très joyeux et Zéphyr sentait de mauvaises choses venir, à force de s’intéresser au royaume obscur, malheureusement sa région natale. Notre voyageur avait fini par entendre les rumeurs d’un roi dont le voisin aurait disparu après d’étranges émanations venant du royaume obscur. Il supportait de moins en moins les agissements des venants du continent obscur. Cette fois-ci il tenterait de mettre un terme aux poursuites qui lui sont faites tout en réglant surement un gros problème. En voyant ce que Zéphyr pensait, on pouvait se poser pas mal de questions, si sa santé mental était atteinte ? Pourquoi y aller seul ? Et pleins d’autres ramassis de questions. C’était sans connaitre notre obscur qui n’en avait rien à caller de s’il devait mourir là-bas. Pourquoi ? Parce qu’il ne mourrait pas un point c’est tout. Il était beaucoup trop déterminé que pour laisser le destin décider de ce qui lui arriverait.

Zéphyr était donc de retour sur le continent obscur, cet endroit dont les actes l’insupportait, cet endroit qui malgré cela l’attirait indirectement. Il risquait sa vie rien qu’en posant les pieds ici, il savait qu’il serait très rapidement reconnu par la majorité des créatures obscures parce qu’il n’y avait surement pas moins de 2 ou 3 voyageurs obscurs, il n’en savait pas plus que ça, sa réputation était-elle surement déjà prédéfinie dans les contrées obscures comme un voyageur recherché. Il n’était cependant qu’à la frontière entre la troisième et quatrième zone, réduisant surement un peu les chances qu’il se fasse directement attraper par une créature obscure ou un servant des ducs. Cependant il fut surement très rapidement remarqué parce qu’il sentit une présence très proche, quelque chose qui l’observait, quelque chose qui approchait. L’obscur n’avait pas peur, il n’avait plus peur de quoi que ce soit de cet endroit, le traumatisme avait été passé entièrement et enfermé dans un coffre scellé. Plus rien de cet endroit ne lui fait peur, pensait il en regardant autour de lui. Un bruit de flute se fit alors entendre tout autour de lui, ne sachant pas ce qui l’attendait, Zéphyr prépara un rayon dans sa main droite et accéléra le chargement de celui-ci en le chargeant à l’aide de ses deux mains. Le solo s’arrêta et une silhouette apparu des ombres, en fait on pourrait croire que celles-ci dansaient autour de lui.


- Et bien et bien, te ferais-je peur petit agneau égaré ?  Tu sais, il n’y a pas beaucoup de voyageurs qui osent seulement s’approcher des temples de nos maitres.

- Nos maîtres ?Interrogea sèchement Zéphyr, gardant le rayon chargé prêt à faire feu à tout moment.

- Oh je vois, je te comptais toi aussi, étant natif de ce royaume, ton échappée aura causé une certaine discorde assez rapidement. Je me demande pourquoi tu reviens ici, en a tu eu assez de ta misérable vie de piètre voyageur ? Viens-tu servir ton duc ou périr de sa main ?

- Je viens aider un roi proche de ce continent obscur, que ce royaume ne soit pas lui non plus détruit.
Dit-il toujours aussi énervé et commençant à perdre son calme, le ton de la créature l’agaçait au plus haut point. Chacune de ses phrases étaient accompagnées de gestes et mouvements arrogants et hautains.

- Je vois c’est rare qu’un obscur ait de bonnes intentions, généralement vous êtes assez atteints mentalement nehahahaha. Rit-il de façon tonitruante.

- Très bien, maintenant déguerpis, j’ai assez toléré ta présence. Si tu ne souhaites pas te faire exécuter ici.

- Ce sont donc des menaces ? Montre-moi ce que tu vaut Zéphyr.

- Kch. Tu vas regretter.


Les deux obscurs se lancèrent donc tous deux, le flutiste commença donc un air macabre, faisant flotter des ombres autour de lui, celles-ci étaient censées le cacher. Cela confirmait donc ce qu’il pensait. Il ne savait pas qu’il voyait même dans le noir le plus complet. Le gars n’avait pas l’air plus puissant que cela, il faisait surtout penser à un gardien de zone, cependant il avait une puissance presque équivalente à celle de Zéphyr et cela se faisait ressentir. Mais alors que les ombres dansaient et que le flutiste avait tout simplement bougé de quelques mètres, Zéphyr faisait comme s’il le cherchait parmi toutes ces ombres.

- Ou suis-je donc hein ?

- Tu m’excuseras mais j’ai mieux à faire.


Il en aura fallu du temps, mais son rayon qu’il maintenait était désormais chargé au maximum, qu’il lâcha très rapidement en direction du flutiste, qui avait de bon réflexes, mais pas aussi rapides qu’un rayon obscur de Zéphyr, tentant de minimiser les dégâts, le rayon lui arracha le bras droit et une partie de l’épaule, l’expulsant contre un mur proche, choqué que Zéphyr soit nyctalope. Pris par la douleur, il cracha un liquide pourpre foncé, n’ayant pas la force de lui répondre, un rictus frustré et meurtrier s’était dessiné sur son visage. Il s’était fait avoir comme un débutant.

- Je reviendrai ici plus tard, j’ai remarqué plus intéressant que de te tuer par surprise.

L’effet de surprise avait marché, mais une autre surpris avait attiré son attention, un voyageur arrivant sur le terrain de la quatrième Zone, il devait le prévenir de l’endroit où il posait les pieds. Il courra donc vers le grand gars qui arrivait sur le continent obscur. Il s’exprima en arrivant après une petite vingtaine de secondes de course, de la matière obscure était toujours prête, tournant autour de son bras droit au cas le gars voudrait l’attaquer.

- Hoï ! M’sieur arrêtez-vous c’est vachement dangereux ici je vous conseille pas de trop avancer !

Hrp : Le flutiste:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Takeo Jomei
Ligue M
Takeo Jomei
Pouvoir : Invocateur de mannequin
Points de Puissance : 19 700
Points de Réputation : 13 700
Messages : 40
Re: Ce qui rode dans les ténèbres [Quête except. / PV Zephyr] Lun 21 Jan - 6:43



Le silence pour se protéger des obscurs

Frustré et toujours en colère, je donnais un coup de pied à la première pierre devant moi, laissant le caillou voler vers une fenêtre à moitié brisée, finissant le travail alors que la pierre rebondissait en faisant des échos dans le bâtiment en ruine. Je voulais me défouler sur quelque chose mais je devais essayer de garder la tête froide, je suis pas n'importe où là. Ici c'est pas des alcooliques qui ne demandent qu'à se battre dans les rues de Tokyo. L'ambiance était lourde, si pesante alors que concrètement il n'y avait pas âme qui vive. Même si je ne savais pas exactement où je me trouvais, je savais que je n'étais pas si loin du royaume obscur. Le fameux. Partout où je suis allé j'ai entendu tellement de choses sur cet endroit, même si les créatures de là-bas ne sortent pas de leurs remparts, il y a toujours dans Dreamland cette image du monstre tapit dans l'ombre, sommeillant mais restant une menace tout de même. L'activité autour de ce royaume était pour le moins… Calme, comme si les terres avoisinantes faisaient des efforts particuliers pour se retenir de péter, à force de se chier dessus en se demandant si des mecs en noirs allaient les assassiner dans la nuit.

En tout cas l'endroit était mort, pas de vie, pas d'herbe, d'arbres ou d'animaux. Il n'y avait rien, que des ruines. Ca faisait un petit moment que je marchais, et Marie ne m'avait toujours pas rattrapé. Je sais que ce que j'ai dis été cruel mais au final la vérité finira toujours par resurgir. Ce monde, Dreamland, était vraiment tordu. Pourquoi les gens pouvaient voyager de cette façons à travers leurs rêves ? Et pourquoi battre sa phobie était la condition pour arpenter ces terres de façon lucide ? Quand je voyais la plupart des voyageurs… J'avais du mal à me reconnaître en eux. Je comprends l'engouement qu'on peut avoir quand on a l'occasion de voyager dans un tel monde… Mais c'est différent pour moi. J'ai plus 20 ans. J'ai un peu perdu l'intérêt de vouloir réaliser des plans foireux avec des inconnus. Partir à l'aventure n'avait plus vraiment de saveur pour moi… La seule chose qui me rattachait à ce monde, au final, c'était elle. Cette créature qui a les mêmes traits que ma fille, mais qui ne sera jamais comme elle. Peut-être jouait-elle le jeu jusqu'à aujourd'hui, voulant sûrement me faire passer la pilule plus rapidement et faciliter le voyage dans ce monde, mais je n'étais pas con. On ne peut pas baser une relation sur des mensonges aussi grossiers, surtout avec moi. Je ne déteste pas Marie pour avoir essayé, c'est juste que…

Complètement perdu dans mes propres pensées, je relève la tête dans un sursaut lorsque je vois une nouvelle tête apparaitre devant moi. Un garçon, qui me disait que l'endroit été dangereux et qu'il valait mieux que je m'en aille. Je le fixe pendant un moment, mon regard perçant l'étudiant alors que j'étais interpellé par la matière sombre au niveau de son bras. Penchant la tête légèrement sur le côté, je regardais d'où il venait et commençait à gratter ma barbe.

- Et pourquoi je devrais écouter les conseils d'un mec qui vient de là-bas ? T'es quoi, une sorte de chien de garde ?

J'étais pas vraiment agressif dans mon ton, j'étais même plutôt neutre, complètement détaché des émotions qui m'ont retourné l'estomac tout à l'heure. J'étais juste froid dans un sens, mais ça pouvait se comprendre si on se souvient dans quel endroit on se trouvait en ce moment. Je faisais quand même attention à l'inconnu, il avait peut-être toujours sa peau de bébé mais si c'était vraiment un mec qui gardait l'endroit alors j'étais plutôt mal barré. Sans Marie je ne peux pas me défendre contre quelqu'un qui a des pouvoirs, à moins qu'on se batte à la loyale mais ça ça n'arrive jamais bien sûr. Mais bon, après réflexion je crois qu'il a pas vraiment l'air de vouloir en découdre avec moi, il devait juste être méfiant, tout comme moi. Après j'avais moyen de faire d'une pierre deux coups avec lui. Je ramassais une chaise poussiéreuse couchée par terre et m'installais dessus, sortant mon paquet de cigarette.

- Relax, je compte pas rester longtemps, j'attends juste quelqu'un… Elle devrait pas être loin, ça te dirais d'aller la chercher pour moi ? Je suis un peu fatigué avec mon dos en mauvais état, ça m'arrangerait que tu le fasses.

En jouant la pauvre personne âgée j'allais peut-être pouvoir ramener la petite à moi et en même temps identifier les attentions du petit. Sauf s'il décide de vouloir me tuer maintenant, auquel cas j'allais devoir trouver une solution pour m'approcher et lui briser la nuque. Mais chaque chose en son temps hein.

Voir le profil de l'utilisateur
Zéphyr Moreas
Ligue B
Zéphyr Moreas
Pouvoir : Contrôleur obscur
Points de Puissance : 21 700
Points de Réputation : 25 750
Messages : 199
Localisation : Belgique
Re: Ce qui rode dans les ténèbres [Quête except. / PV Zephyr] Lun 21 Jan - 15:38



Le gentleman obscur.

Il arrivait proche du daron aux airs de vrai Yakuza, qui donnait un peu l’impression d’être perdu dans ses pensées et qui eut surtout l’air surpris de sa question, observant la matière qui tournait autour de son bras. Il la fit disparaitre alors qu’il lui demandais s’il était un chien de garde.

- Ahh oui je suis un voyageur qui viens d’ici, mais je ne reviens que pour défendre les territoires qui sont à la frontière du royaume obscur. Les rumeurs m’ont amené ici.

Dit-il sur un ton plutôt joyeux mêlé à une respiration un peu accélérée vu qu’il ressortait d’un petit sprint. Apparemment il n’allait pas resté trop longtemps et Zeph’ fut plutôt rassuré de l’entendre, ils seraient surement rapidement accueillit par des types qui viendraient chercher le vrai chien de garde qui avait accueillit Zéphyr. Il était aussi fatigué et avait mal au dos, lui demandant s’il pouvait aller chercher la fille qui était avec lui. Des excuses surement mais ça ne le dérangeait pas.

- Oh ehm ouais sans soucis, je crois que je la vois de loin.

Il fit un petit sourire gêné en se frottant l’arrière de la tête puis se mit en chemin. C’est en continuant à avancer, qu’il se rendit compte de la situation, sa silhouette était bien plus visible et Zeph’ se demandait s’il n’y avait pas eu une dispute. Il arriva donc devant ce qu’il croyait être une amie, ou bien sa fille. Une voyageuse ? Surement. Il s’arrêta donc, peiné par les pleures de Marie. Il pencha sa tête sur le côté et prit un ton qui ne se voulait pas ennuyant, mais compréhensif, se mettant à son niveau pour qu’elle l’entende correctement.

- Excuse-moi, que se passe-t-il ? Je peux t’aider ? Je m’appelle Zéphyr.

Il ne supportait pas quand quelqu’un pleurait, voulant automatiquement aider, préférant entendre un rire et voir sourire que pleurer. Il posa ensuite une autre question, se rappelant qu’il devait la ramener vers Ehm, le type qui était avec elle. Il ne connaissait pas son nom, donc il se demandait de comment il pourrait le présenter. Enfin il improviserait comme d’habitude quoi.

- Je viens de la part de Ehm. Le type là-bas, il est bien avec toi ? Il m’a demandé que tu reviennes. Je protège les voyageurs et créatures des terres proches du royaume obscure. J’ai entendu beaucoup de rumeurs comme quoi il y a eu beaucoup de disparitions dans les nuits précédentes. En tout cas ces derniers temps. Alors je veux juste m’assurer que tout le monde aille bien.

Il préférait la rassurer, qu’au moins elle ne sente pas en danger, on ne savait jamais si elle décidait de l’attaquer parce qu’il avait l’air… mauvais ? Ouais qui sait, vu l’origine de son pouvoir et du nombre de rejets, ce ne serait pas trop étonnant. Pour le moment il se contenta de l’écouter et lui présenta sa main pour l’aider à se relever. Un vrai gentlemen je vous dis.

Voir le profil de l'utilisateur
Game Master
Admin
Game Master
Messages : 585
Re: Ce qui rode dans les ténèbres [Quête except. / PV Zephyr] Mer 23 Jan - 0:20

Les deux voyageurs étaient séparés. On était proche du royaume obscur donc toute l'atmosphère environnante était poisseuse, un peu oppressante, sombre. Jomei devait avoir du mal à y voir très clairement. C'était comme si on était au crépuscule mais sans soleil couchant pur darder de ses derniers rayons de la journée. Juste cet espèce d'atmosphère étrangement sombre comme une journée de brouillard. Tout autour de Jomei, des ruines qui étaient parfois encore légèrement fumantes, comme si les destruction étaient récentes. Elles l'étaient certes mais pas assez pour qu'il y ai présence de cette fumée en toute logique. Ça devait Être l'effet Dreamland ça. Pas forcément de logique à cette situation.  Il y avait ce je ne sais quoi d'apocalyptique, de terrifiant. Le décors avait à peu près la même colorimétrie que celle du film « the road » dans lequel un monde dépourvu de toute vie se meurt dans une ambiance et un scénario dépourvu de toute forme d'espoir. 

C'est à ce moment qu'une créature apparut sous les yeux de Jomei. Elle venait de la même direction que celle d'où était venu Zephyr un peu plus tôt. Le poursuivait-elle ? L'accompagnait-elle ? Aucune idée. En tout cas, c'était un peu compliqué de déterminer si c'était un homme ou une femme. Elle portait une paire de corne et la couleur de ses pupilles était noire. Elles étaient d'un noir profond et intense. La créature faisait assez propre sur elle et son attitude comme sa tenue juraient complètement avec la situation et le décors. Elle faisait hors du temps et approchait Jomei. En fait on n'aurait pas dit qu'elle projetait d'arriver jusqu'à Jomei de base mais juste qu'il se trouvait sur sa route et que tant qu'à faire, autant s'arrêter. La créature faisait un peu froids dans le dos malgré son air pas du tout menaçant. Il y avait quelque chose en elle qui respirait la malveillance à plein nez mais ce n'était pas son attitude, sa gestuelle ou quoi que ce soit de perceptible. C'était purement un ressenti instinctif. Peut être juste que son apparition dans ce décors aussi glauque était juste trop surnaturelle pour l'esprit de Jomei. Mais bon, cette créature s'arrêta face à Jomei avec une certaine distance comme par politesse, pour ne pas que le japonnais se sent agressé par une trop grande proximité physique.

- Tiens... c'est peu banale de voir des voyageurs dans cette zone. Ils ont beaucoup trop peur du royaume obscur d'habitude. Que fais-tu ici ? Perdu au beau milieu des ruines ? Ne me dis pas que tout ça est ton œuvre quand même !

Rien dans l’attitude de la créature ne laissait deviner ce qu'elle faisait là et son apparition faisait beaucoup trop hors du temps et de l'espace pour être purement anodine. Ça n'avait rien pour rassurer Jomei. C'était comme un démon apparu au bon moment pour proposer un pacte à notre Yakuza.


Du côté de Zephyr et Marie, qui étaient tout deux hors du champ de vision de Jomei commençaient à parler. Ou plutôt, le contrôleur obscur tenta d'engager la conversation en sentant la détresse de la créature, il ne put s'empêcher de tenter de l'aider. Lui même avait perdu de vue Jomei dans son déplacement même si son champ de vision, lié à son pouvoir, était beaucoup plus important dans ce décors embrumé de ténèbres. Suite à une rapide discussion entre le voyageur et la créature invoquée par Jomei, Une enfant apparut, venant de la direction opposée à celle d'où était parti zephyr, en se rapprochant un eu plus du royaume obscur. La petite créature était une enfant. Elle semblait triste, elle avait même des larmes qui coulaient le long de sa joue. Elle était couverte de crasse, de blessures et de poussières et ses vêtements étaient déchirés. Elle tomba en se prenant les pieds à terre avant d'arriver jusqu'à Zephyr et Marie.  Quand les deux s'approchèrent d'elle, elle se mit à pleurer et à bafouiller dans un hocquet difficilement compréhensible, mouchant et parlant difficilement du nez à cause de ses pleurs.

- je... je... Je zuis bardis.... Il Il... Il a attaqué le village. Il a commencé à tout cassé. Le voyageur il a commencé à tout détruire ! Aidez mon baba et ma mamaaaaaaaan ! Bouhouhouhouhouh !

La gamine fondit littéralement en larme. La situation était claire. Ce qui avait détruit ce royaume s'attaquait à présent au royaume voisin et cette gamine n'était que l'un de ses victimes qui était parvenue à s'enfuir.
Voir le profil de l'utilisateur
Takeo Jomei
Ligue M
Takeo Jomei
Pouvoir : Invocateur de mannequin
Points de Puissance : 19 700
Points de Réputation : 13 700
Messages : 40
Re: Ce qui rode dans les ténèbres [Quête except. / PV Zephyr] Jeu 24 Jan - 20:31



Il n'y a jamais de coïncidence



Donc le jeune garçon était bel et bien un de ces voyageurs obscurs. C'est la première fois que j'en croisais un, mais au vu de son attitude… Je ne pense pas avoir besoin de me méfier de lui. Son ton joyeux lorsqu'il expliquait la raison de sa présence, même si ça m'arrachait un sourire assez sarcastique alors que je lui répondais sur un ton moqueur :

- On peut pas dire que tu ais bien fait ton taf, mais qui peut vraiment t'en vouloir ?

J'accompagné mes mots par un balayage de mon regard de la zone autour de nous. Même si je ne voyais pas extrêmement bien les alentours, j'avais compris depuis longtemps que j'étais dans des sortes de ruines. Les ruines d'un endroit où la vie à fleurie un jour. Peut-être que l'endroit était mort depuis très longtemps, et que le garçon devant moi n'était même pas encore né pour le protéger, mais je ne jugeais pas. Je n'ai même pas dis ça pour le blesser, juste donner un peu de recul sur ce qu'il espérait réaliser par ici. Moi aussi j'étais passer par là, désireux de protéger des territoires face à des factions dangereuses, mais la réalité c'est qu'au final on ne peut pas surpasser les limites de notre propre corps : on ne reste qu'un homme. Il voulait protéger les autres ? C'est noble, on espère tous qu'il y arrive, mais par politesse je ne dis pas qu'il n'y arriver jamais. En tout cas j'étais plutôt content qu'il accepte ma proposition, ça me facilitait un peu la tâche et vu qu'il est jeune il devrait pas mettre longtemps avant de la retrouver et pourquoi pas la ramener.

Il disparaissait aussi rapidement qu'il était arrivé, me laissant de nouveau seul. Je ne disais rien, laissant la cendre tombait doucement depuis ma cigarette, gardant mes fesses posées sur la chaise alors que je soupirais la fumée aspirée. A quoi je pouvais bien penser ? A tout et à rien, les tâches que je devrais faire en me réveillant demain matin, à quand remontait mes dernières discussions avec de vieux amis, quand est-ce que j'allais pouvoir me tirer de cet endroit… Malheureusement je n'avais pas de nouvelles de la part du jeune homme, et à sa place… Une nouvelle personne faisait son apparition. Surpris de remarquer quelque chose sortir de l'obscurité, d'une manière aussi lente et sans bruit, je sortais instinctivement le pistolet que j'avais dans ma veste, pointant sur la nouvelle tête qui me faisait face. Cigarette sur les lèvres, je fixais d'un regard froid la nouvelle venue, surpris de voir quelqu'un ressemblant à une enfant par ici. En tant normal j'aurais baissé ma garde devant une gamine, mais… Elle dégageait quelque chose qui me mettait extrêmement mal à l'aise. Je n'arrivais pas à baisser le canon de mon arme, je n'en avais même pas envie en fait. Même si elle n'était pas si proche que ça pour pouvoir m'attaquer, je me sentais dans un état d'alerte assez nouveau.

La créature avec des cornes s'adressait à moi, vraisemblablement surprise de rencontrer un voyageur comme moi par ici… Elle devait venir du royaume obscur au vu de comment elle s'adressait à moi, même si j'y voyais plus de la curiosité qu'autre chose. Doutant encore un peu, je décidais de baisser lentement mon arme à feu, soupirant intérieurement en me disant que même si je pouvais tirer avec cette arme, il y avait peu de chance que je vienne à bout d'une créature venant du pire endroit de Dreamland. Je m'étais en quelque sorte résigné à mourir, si la créature voulait me tuer elle le pouvait, mais je ne pouvais pas non écarter les bras et lui dire de me rouler dessus. Après tout… Loin derrière moi il y avait toujours Marie. Au fond j'espérais que le gamin ne revienne pas avec elle, il ne ferait que la mettre en danger… Si je dois mourir, autant mourir seul. Mais si je dois mourir seul… Autant partagé une dernière conversation. Un léger sourire se dessinait sur mes lèvres, pas joyeux ni malsain, ni triste, juste… Ironique. Je laissais mon regard se poser sur les alentours, haussant légèrement les épaules.

- Va savoir, même moi je ne sais pas pour quelle raison j'ai mis les pieds par ici. J'imagine qu'il y a des moments où on se laisse guider par nos instincts. Peut-être que cet endroit m'appelait, qui sait ?

Inspirant profondément pour fumer ma cigarette, je la prenais dans ma main afin de pouvoir évacuer le tout dans un long souffle. Ca me détendait de faire ça, comme si je vidais une partie du sac que je trainais. Un souvenir réapparaissait dans ma tête et je lâchais un léger rire, sonnant presque sarcastique envers moi-même.

- Je suis pas celui qui a fait tout ça mais on peut dire que cet endroit me rappel des souvenirs. Les ruines ressemblent à un quartier que j'ai mis à feu et à sang par pure égoïsme et désir de rédemption. L'obscurité… Me rappelle ce qui est arrivé après. Comme ce petit coin dans la prison, que les rayons du jour ne pouvaient atteindre. Des ténèbres si profondes qu'on plonge dedans sans réfléchir… Et qu'au final on se rend compte à quel point on se sent chez soit parce qu'on est noir, à l'intérieur, tout au fond de nous.

Je ne savais absolument pas pourquoi je racontais tout ça à une inconnue, peut-être parce qu'un partie de moi sent qu'elle va mourir, ou peut-être que la créature dégageait quelque chose qui m'incitait à déballer mon sac. Je fermais un moment les yeux, inspirant profondément… Avant de les rouvrir lentement pour fixer froidement la créature, mais avec un sourire coupable.

- Toi aussi, tu te sens à l'aise dans l'ombre ? Moi, dans un sens, c'est la vie que j'ai choisie depuis longtemps déjà.

______________________

Du coté de Marie… La peine était dure à supporter. Elle était restée à genoux pendant tout ce temps, à laisser les larmes couler sur ses mains, mains qui tentaient de cacher son visage pendant qu'elle vivait l'un des moments les plus pitoyables de sa vie. Elle pensait qu'il était trop tard, que Jomei la haïssait désormais, qu'elle avait franchie la ligne de non-retour. " Mais pourquoi est-ce que je lui ait dis ça ?!" hurlait-elle dans sa tête, mais aucune réponse. Juste le dégoût envers elle-même qui lui donnait un arrière goût désagréable, tant elle s'est retenue de vomir à plusieurs reprises. Au bout de quelques temps… elle entendait une voix murmurait à son oreille. C'était un jeune homme qui s'était abaissé pour être au même niveau qu'elle. Elle retirait ses mains se son visage, lentement, les traces des larmes encore présentes sur ses joues alors que ses yeux étaient encore rouge. Reniflant une dernière fois, elle passait ses mains sur les traces pour les retirer une bonne fois pour toutes, retenant les sanglots de continuer à couler alors qu'elle regardait le sol.

- Non tu ne peux pas m'aider… Mais ça va aller.

La Marie qui était pleine d'émotions auparavant semblait s'être cachée, laissant place à une jeune femme qui n'avait pas envie de montrer ses sentiments et donc qui se renfermer sur soit. Elle montrait une certaine surprise lorsqu'elle entendait Zephyr parlait de l'homme qui l'a envoyé ici, elle pariait ses mains articulées qu'il parlait de Jomei. Elle commençait à réfléchir sérieusement, ne faisant plus du tout attention à ce que disait le voyageur à propos du fait qu'il voulait protéger les autres etc. Marie n'était pas intéressée par cet inconnu, mis à part le fait que ce soit son père… Enfin, Jomei, qui l'ait envoyé. Alors qu'elle s'apprêtait à lui poser des questions, une petite fille blessée courait jusqu'à eux, tombant dans les bras de Marie alors qu'elle demandait de l'aide. Elle voulait que ses parents soient sauvés. Lorsqu'elle voyait le visage de cet enfant, un flash lui traversait l'esprit, lui plantant un clou dans le cerveau alors que l'image d'une lycéenne en larmes se calquait sur l'enfant. Petit à petit l'image s'élargissait et le monde semblait avoir changé. Elle était passée des ruines à une rue dans Tokyo, il était tard et il pleuvait. Marie tenait dans ses bras une fille dont elle avait de vagues souvenirs, mais les mains qui la tenaient n'étaient pas les siennes… C'était celles de Jomei. Alors qu'elle comprenait qu'elle était en train de revoir un des souvenirs de Jomei, la lycéenne essayait de parler avec sa voix déchirée par les sanglots :

*- Ils… Ils ont pris Hina ! Ils l'ont k-kidnappés… Je n'ai rien pu faire, sauvez-là monsieur je vous en prie !*

Retour à Dreamland, où Marie sortait de sa transe alors qu'une boule au ventre s'installait en elle. Elle mordait si fort sa lèvre inférieure qu'elle en saignait presque, alors qu'elle se relevait en confiant l'enfant à Zephyr. Sans dire un mot elle faisait passer l'énergie de Jomei dans ses jambes, les transformant instantanément pour donner de la force dans ses pieds et se mettre à bondir plusieurs mètres au loin. Elle partait dans la direction d'où venait l'enfant. Elle ne savait pas pourquoi elle le faisait, mais ses sentiments instables lui dictaient d'aller là-bas.



Voir le profil de l'utilisateur
Zéphyr Moreas
Ligue B
Zéphyr Moreas
Pouvoir : Contrôleur obscur
Points de Puissance : 21 700
Points de Réputation : 25 750
Messages : 199
Localisation : Belgique
Re: Ce qui rode dans les ténèbres [Quête except. / PV Zephyr] Jeu 24 Jan - 21:42



Le chemin menant au massacre.



Spoiler:
 

Alors qu’il arrivait devant l’étrange voyageuse, n’ayant pas confiance en Zeph’ ce qui était purement et simplement logique, il ne pouvait s’empêcher de lui aussi ressentir une part de la tristesse qu’elle dont elle souffrait en ce moment même. Alors qu’elle s’essuyait et répondait négativement à ce qu’avait dit notre voyageur obscur ce qui ne le dérangeait pas plus que ça dans un sens, il avait l’habitude de se prendre des vents de la part de la gente féminine. Zéphyr lui réfléchissait surtout au pourquoi du comment elle était triste et avait pleuré. Que pourrait il bien s’être passé entre les deux personnes tout juste rencontrées.

« Ce ne sont pas tes affaires Zéphyr. »

Pensa-t-il alors qu’une voix au fond de lui voulait tout savoir sur la situation. Cependant, coupant cours à toute la scène et prenant surtout de cours Zéphyr dans ses pensées. C’était une enfant, blessée et crasseuse, venant de l’autre direction. Il se leva par réflexe, ses traits du visage changeant du tout au tout.

- Que

- Je... je... Je zuis bardis.... Il Il... Il a attaqué le village. Il a commencé à tout cassé. Le voyageur il a commencé à tout détruire ! Aidez mon baba et ma mamaaaaaaaan ! Bouhouhouhouhouh !

Son sang ne fit qu’un tour dans ses veines en entendant ce qu’elle avait à dire, une colère et une rage indescriptible se marquant au fer rouge sur le cœur du voyageur. Alors qu’il prenait la petite dans ses bras et formait un voile obscure peu dense pour la couvrir, voyant Marie partir à toute vitesse. Il dit la phrase suivante sur le ton le plus rassurant possible en lui caressant la tête de manière bienveillante.

- Je vais aller tout arranger avec la jeune fille qui viens de partir. Je t’ai fait un voile, le voile du courage et de la force. Grâce à cela, personne ne viendra t’embêter et tu seras courageuse d’accord ?

Cela dit, il l’amena en dessous d’un petit escalier, lui demandant de l’attendre ici. Il savait que c’était dangereux de la laisser ici, mais le village non loin était en danger. Il commença de suite à charger des rayons dans ses deux mains et sprinta à toute vitesse dans la même direction que Marie, la colère le faisant aller plus vite. Un gars qui osait s’attaquer à des innocents et des enfants méritait de périr de sa main. Alors qu’il sprintait toujours, il avait en tête cette fois ou il avait du combattre un voyageur killeur qui menaçait de tuer des gens contre une rançon en ev et sur la puissance qu’il avait du combattre par ruse. Si quelqu’un attaquait ainsi un village à la frontière du royaume obscur, c’est qu’il devait être puissant. Malheureusement pour lui, peu importe la différence de puissance, il ferait face à la détermination sans faille de Zéphyr. Il arriverait pour les aider. Il se jurait de mettre un terme aux nuisances de ce chien.

Voir le profil de l'utilisateur
Game Master
Admin
Game Master
Messages : 585
Re: Ce qui rode dans les ténèbres [Quête except. / PV Zephyr] Lun 28 Jan - 19:00

La créature regardait calmement Jomei avec un très léger sourire en coin plein d'une sorte de sarcasme. On s'imaginerait presque l'entendre glousser un petit rire machiavélique mais non, elle restait silencieuse et écoutait passivement Jomei en train de se confier à elle. Elle se mit réellement à sourire puis même eut un petit ricanement quand le japonais parla de cette part d'ombre en chacun de nous.

- Haha ! Je vois oui. Je vois très bien ce dont tu parle voyageur. J'ai moi-même une part d'ombre... Que j'ai beaucoup écouté et suivi, au point qu'elle finit par me dévorer et faire complètement de moi ce que je suis actuellement. Chez moi, cette ombre porte un nom... l'ambition !

En prononçant ce dernier mot, un sourire pervers s'afficha sur le visage de la créature qui dévoila ses dents. Elle s'approcha un peu plus de Jomei passant à côté de lui doucement pour regarder dans la même direction que lui comme si elle voyait un magnifique paysage, alors que dans ces ténèbres, il était impossible de voir plus loin que quoi ? Cent mètres ? Elle reprit alors la parole, laissant sa voix douce bercer Jomei.

- Et oui... j'aime l'ombre. Elle est reposante, douce, calme... Et puis, j'ai toujours aimé agir dans l'ombre de toute façon. Je crois qu'elle m'a toujours mieux convenu que la lumière. On peut même dire que j'ai fais mon choix... J'ai choisi d'embrasser pleinement les ténèbres et d'être ce que je suis aujourd'hui.

Elle regarda Jomei qu'elle effleura dans un geste très rapide, invisible pour le voyageur très certainement. A cet instant, les idées sombres du yakuza semblèrent prendre le dessus. Et la voix de la créature venue du royaume obscur, ça ne faisait aucun doute à présent vu son discours et son attitude, rit une sonorité plus... dérangeante, malsaine.

- Et toi voyageur ? Comment se nomment tes ténèbres ?

_______________________

L'invocation du yakuza et le jeune voyageur partirent alors tous deux dans la direction du désastre qui frappait le royaume voisin. Tout deux partaient pour des raisons assez différentes. L'un le faisait pour trouver une forme de rédemption, un moyen de s'améliorer et de se donner bonne conscience, de se sentir utile peut-être. Pour prouver qu'il était différent que ce qu'on pensait de lui. L'autre pur sa part certainement par ce qu'elle trouvait das cette situation un écho de ce qu'elle pouvait ressentir ou avoir l'impression d'avoir vécu. A moins qu'elle ne cherche qu'un exutoire ? En tout cas, tout deux se dirigèrent vers le royaume voisin au pas de course. Zephyre restait à distance par rapport à l'invocation. Cette dernière arrivait même à creuser l'écart étant donné ses capacités physiques. Tant et si bien qu'elle arriva largement avant le contrôleur obscur et découvrit un village déjà ravagé. Elle pouvait entendre geindre des personnes qui étaient blessées ou qui pleuraient un proche qui avait été tué. Visiblement les quelques guerriers de cette petite bourgade avaient été tués. Les autres civils avaient été épargnés. Il n'y avait que les personnes qui s'étaient défendues qui avaient été attaquées. Au vue de leurs blessures, c'est comme si une bête les avait attaqué. Ils étaient avant tout touchés par des morsures parfois à des points vitaux. C'était un réel carnage en tout cas. Marie constatait tout ceci de façon horrifiée. Qui avait bien pu faire ça ? Le royaume obscur ? Impossible ! Il est calme et pacifique depuis des années. Serait-ce une créature obscure qui a décidée de se faire la main sur de pauvres voisins ?

Zephyr approchait du village et que Marie était là depuis quelques dizaines de secondes à s'affairer à aider les survivants, les soigner ou je ne sais quoi ? Enquêter sur le pourquoi du comment ou bien à chercher si celui ou ceux qui avaient fait ça étaient encore présents. Marie put alors entendre un aboiement ainsi qu'une série de grognements. C'était évidemment un chien qui émettait ce bruit. Zeph' débarqua pour voir une créature poupée encerclée par une meute de loups. Les loups avaient cependant une apparence un peu spectrale, comme s'ils étaient composés d'ombre et de ténèbres. Leurs pattes au sol semblaient comme fusionner à ce dernier, se mêlant à l'ombre sur laquelle ils posaient es pattes. Ils devaient être une douzaine de canidés avec un air menaçants. Certains tournèrent les oreilles vers Zephyr à son arrivée avant de tourner la tête en humant l'air. C'était donc ces créatures qui avaient causés tous ces dégâts ?! Il ne fallait surtout pas les sous-estimer !

Les Loups de ténèbre:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Takeo Jomei
Ligue M
Takeo Jomei
Pouvoir : Invocateur de mannequin
Points de Puissance : 19 700
Points de Réputation : 13 700
Messages : 40
Re: Ce qui rode dans les ténèbres [Quête except. / PV Zephyr] Mer 6 Fév - 21:55



La vérité


La conversation avec cette créature était si… irréelle, c'est comme si je venais de plonger dans un véritable rêve. Comme si j'étais devenu, l'espace d'un moment, redevenu un rêveur qui se retrouverait dans une situation improbable. A quel moment je me mettrais sérieusement à parler d'une éventuelle part d'ombre en moi ?  Et pourtant la situation était réelle, ce que dégageait la gamine en face de moi… Je n'ai jamais été aussi mal à l'aise dans ma vie. Je pensais avoir tout vu et que mon estomac serait préparé à la moindre épreuve, mais je ne peux pas m'empêcher d'avoir un sursaut de frayeur lorsque la créature montrait son véritable visage. Perverti, sombre, malsain. Pourtant, on dirait qu'elle ne cherchait qu'à faire écho à ce que je lui disais jusqu'à maintenant. Comme si elle me montrait par de simples mots, une expression, un regard, qu'elle et moi n'étions pas si différents.

Pendant qu'elle marchait pour se placer à côté de moi, je continuais de regarder dans la même direction alors que mon propre sourire disparaissait. J'étais plutôt pensif, mes yeux rivés sur la noirceur profonde devant moi alors que je repensais à ce qu'elle disait. Ambition… C'était peut-être des hallucinations, mais dans l'obscurité je voyais des choses familières. Des ombres, qui dessinaient des portraits, des gens que je connaissais. Une jeune fille sans visage, armée d'un pistolet et d'un sachet de drogue. Un yakuza de ma propre famille qui avait créé un réseau de prostitution dans mon dos, à l'encontre de nos codes. Mon père qui forçait les honnêtes citoyens à baisser leur tête devant lui, pour qu'il puisse leur soutirer encore plus d'argent. Je connaissais très bien les ambitieux, j'en ai rencontré tellement qui ont plus ou moins eu un impact sur ma vie… Je passais légèrement ma main sur mon foulard autour du front, la cicatrice que j'avais sur la tête commençant à me faire de nouveau mal… La créature me parlait, affirmant qu'elle avait fait un choix. Comme moi. Que l'obscurité a toujours été mieux que la lumière. Comme moi. Qu'elle avait choisie d'embrasser totalement la part d'ombre en elle…

Au moment où j'allais penser la même chose, j'ai soudainement l'impression que mon estomac se retourne. Mes pupilles se dilatent et quelque chose mitraille mes pensées. Les voix se multipliaient dans ma tête, certaines murmurant des propos que je n'avais jamais osé prononcer, d'autres hurlant des vérités douloureuses que j'ai toujours dû porter sur mes épaules. Le froid dans le dos que j'avais jusqu'à présent disparaissait, se transformant limite en une sorte de torrent de flammes qui me recouvrait. Les ombres, les sortes d'hallucinations que j'avais l'impression d'avoir changeaient drastiquement alors que ma mâchoire se serrait. J'oubliais presque la présence de la créature à côté de moi alors que je fixais dans les ténèbres devant moi, mon visage affichant une expression dure, fermée.

** Mon amour, je suis si contente de t'avoir pour mari… Même si tu vis dangereusement, je sais que tu pourras nous protéger.**

Arrête Hisa, je n'ai pas pu protéger notre fille, ni toi… Mais j'ai été capable de la venger, de leur infliger plus de mille fois la douleur qui creuse encore mon cœur aujourd'hui.

** Aniki ! Avec vous on se sent invincible ! Rien ne peut stopper le clan Taiyō !**

J'ai pourtant risqué tout le clan pour me venger… Mais aujourd'hui j'en suis à la tête, je suis le dragon qui veille sur le Japon. Notre pays, dans l'ombre.

** Jomei… Je savais depuis longtemps qu'un jour je devrais porter tout ce poids sur mes épaules. J'ai toujours eu peur de finir par céder, comme mon père… C'est grâce à toi que j'arrive à tenir le coup, mon frère.**

Akira… J'ai tant de respect pour toi, mon frère. Savoir que tu m'estimais autant à toujours été ce dont j'avais besoin pour continuer à avancer. Avec moi, ta femme et tes enfants seront en sécurité. Je porterais seul le poids de nos crimes, pour qu'aucune tragédie ne tombe une nouvelle fois…

** Papa ! Tu es le plus fort du monde !**

- Hina…

Les mots échappaient naturellement mes lèvres alors que je passais la main sur mon visage, me levant lentement de mon siège. Je me retournais vers la créature obscure, alors que j'affichais une expression dominante, sûre de moi, froide et imperturbable. Je retrouvais une vieille sensation que j'avais enfouie en moi, et que peut-être j'avais espéré ne jamais recroiser un jour.

- Mes ténèbres sont celles d'un homme qui regarde de haut les autres, qui juge leurs actions et qui décide de leur sort. Elles sont celles d'un homme qui donne envie aux autres de se reposer sur lui, de se retrouver sous sa protection. Elles sont celles d'un homme qui provoque tant la haine et la peur qu'il est celui qu'on n'ose pas nommer. Je suis cet homme. Et mes ténèbres ne représentent qu'une chose : la force !

______________________

A chaque fois qu'elle posait un pied par terre c'était l'occasion de s'élancer une nouvelle fois, réalisant un bond de plusieurs mètres en avant et creusant une distance non négligeable avec le voyageur sympathique derrière elle. Elle ne s'attendait pas à ce qu'il la suive, en fait elle n'y pensait même pas alors qu'elle gardait les yeux rivés droit devant elle, à la recherche du moindre signe de civilisation dans ces ténèbres ambiantes. Elle était comme Jomei par rapport à ça, elle ne pouvait pas voir très loin, mais sa vitesse de course compensait. Elle fini par rapidement apercevoir à ce qui ressemblait à un petit village, détruit par une sauvagerie sans précédent. Des gens blessés, par-ci et là, et beaucoup de morts. Trop même… Marie s'arrêtait un instant, prenant conscience du massacre sous ses yeux et commençait à marchait lentement au milieu de la grande rue. Son regard se portait sur les maisons détruites, dans un premier temps, se demandant bien quelle genre de force il fallait pour réaliser ça. Puis elle regardait les victimes, ceux qui pleuraient, ceux qui se cachaient, et les cadavres… Tout été si frais, si récent… Mais la créature ne ressentait pas ce qu'elle s'imaginait ressentir en arrivant. Elle espérait voir son estomac se retourner rien qu'en voyant ce genre de spectacle macabre, qu'elle aurait des nausées face à l'odeur du sang frais et des tripes à l'air… Rien de tout cela n'arrivait, et un frisson lui traversait l'échine alors qu'elle commençait à tenir l'un de ses bras par réflexe.

**Tu as déjà vue et tu as déjà vécue bien pire que ça Marie. Tu ne connais pas ces gens, et tu n'as pas à ressentir de l'empathie pour les pleurs de leurs proches. Car personne ne veut de la pitié, devant une mort injuste ils ne désirent qu'une seule chose…**

Marie fermait les yeux alors que la voix de Jomei résonnait dans sa tête. Elle ne savait pas si c'était vraiment lui qui était en train de lui répéter ce qu'il lui a toujours dit, ou si la partie du voyageur qui l'a créée était en train de se manifester en elle. Au final, avait-elle réellement une pensée qui lui était propre ?... Et si tout ça n'était que le fruit de son imagination, l'illusion d'être libre ? Et si depuis le début… Elle était toujours enfermée dans cette pièce, mise en morceaux par des mannequins sans visage, et qu'elle attendait sagement qu'Il arrive. Elle savait bien sûr que c'était faux, qu'elle était déjà partie depuis longtemps de cet endroit, qu'elle voyageait depuis plus d'1 an déjà avec Jomei. Mais peut-être que contrairement à ce qu'elle pensait, sa libération de ce cycle cauchemardesque ne l'a pas aidé à lui créer une identité, cela n'a fait que la piéger entre les mains d'un seul homme. Une étrange lueur brillait dans le regard de la poupée alors qu'elle observait plus loin devant elle, pensant silencieusement… Jusqu'à ce qu'elle entende plusieurs aboiements. Plusieurs figures se démarquaient des ombres environnantes, des créatures faites d'un seul et unique élément, encerclant Marie… Elle les observait un instant, essayant de compter leur nombre… Mais ils étaient sûrement ceux qui avaient réalisés tout ce bordel par ici. Ses sens s'aiguisent, elle inspire profondément alors qu'elle sent petit à petit ses pensées se fondre dans le vide… Elle n'avait envie que d'une seule chose… Passer ses nerfs sur n'importe quoi.

Les bêtes donnaient l'impression d'attendre le premier mouvement de la poupée, comme s'ils étaient programmés pour ne s'en prendre qu'à ceux ou celles qui savaient se battre… Mais lorsque Zephyr apparaissait un peu plus loin, la majorité tournèrent leur tête vers le contrôleur obscur… Une opportunité que ne laissait pas échapper Marie ! En un souffle elle prenait appuie sur ses jambes renforcées et bondissait en un instant sur l'une des créatures déconcentrées. Elle plaçait son pied en avant, sa jambe traversant la matière obscure avant de faire voler en éclat la forme mi- physique mi- spectrale de la bête. A ce moment-là pas besoin de faire un dessin sur ce qui allait ce passer : c'était un véritable chaos. Les chiens foncèrent sur la poupée qui, dans un premier temps tournait brusquement sur elle-même en mettant son pied en avant, dessinant un cercle complet qui balaya la première vague de chiens, les repoussant contre d'autres créatures obscures. Mais les bêtes étaient agiles et féroces, la plupart bondissaient dans les airs et attaquer la poupée qui tentait de se défendre. Elle transformait ses bras en armure pour frapper directement dans la mâchoire du premier venu et se défendre d'une morsure d'un second, mais un troisième vient la griffer dans son dos pendant qu'un quatrième s'accroche à son épaule en la mordant. Très rapidement elle s'est fait submerger par la masse de loups ténébreux, donnant l'impression qu'elle était couchée sous une couverture obscure alors qu'elle sentait les entailles et autres morsures. L'avantage de la situation c'était qu'elle arrivait tant bien que mal à protéger des parties vitales et qu'à cause de leur nombre ils ne faisaient que se gêner, le désavantage c'est que si elle reste ainsi elle allait juste y passer.

Serrant les dents, Marie commençait à crier de colère et de rage alors qu'elle transformait entièrement son corps en armure, déployant sa toute nouvelle force pour écarter brutalement et violemment les bras et faire voler la masse sur elle, avant de saisir le premier chien venu et de l'utiliser comme arme pour l'écraser sur les autres. Elle ne faisait plus attention à une quelconque stratégie, elle voulait juste détruire ces créatures.

- JE VAIS TOUS VOUS TUER !!

Voir le profil de l'utilisateur
Zéphyr Moreas
Ligue B
Zéphyr Moreas
Pouvoir : Contrôleur obscur
Points de Puissance : 21 700
Points de Réputation : 25 750
Messages : 199
Localisation : Belgique
Re: Ce qui rode dans les ténèbres [Quête except. / PV Zephyr] Jeu 7 Fév - 1:41



Pas peur de la mort.


Alors qu’il tenait tranquillement le rythme de Marie, impressionné par la détermination et la vitesse à laquelle elle prenait de la distance sur Zeph’ qui était pourtant quelqu’un de très sportif en général, à un tel point que les pas de celle qu’il suivait laissaient des traces bien visibles sur le sol. Les gens qui dépassaient leurs limites ne le savaient pas, mais ils motivaient Zéphyr et lui donnent l’envie de se surpasser pour prouver qu’ils n’étaient pas seuls. Il avait déjà eu cette sensation lorsqu’il avait été en compétition d’athlétisme, la recherchant jusqu’à maintenant en vain. Si seulement il avait su que c’était grâce à celui qui traçait la route devant lui qu’il avait eu cette sensation, cette sensation de ne plus sentir ses jambes, comme s’il était une locomotive, comme s’il ne ressentait aucune fatigue, qu’elle soit mentale ou musculaire. Maintenant était l’instant et cette rage de se prouver qu’il pouvait tout faire sans qu’on ne l’arrête était présente. C’est alors qu’il arrivait au village dévasté et c’était peu dire, des cadavres et des gens inconscients partout alors qu’il avançait en suivant celle qu’il venait de rencontrer en silence, choqué. C’était une scène d’horreur et Zéphyr tenait à peine mentalement cette scène, manquant de hurler, pensant à toutes les familles et vies brisées par un monstre. Il vit alors Marie s’arrêter et qui venait à se tenir le bras, elle regardait le vide et devait être dans ses pensées. Il s’arrêta derrière elle, ne sachant pas quoi dire et ne voulant pas la déranger. Il regardait autour de lui se disant qu’il avait de la chance, ça aurait pu être lui, il aurait pu se faire faucher par un monstre sur son chemin et tué sans que personne ne le sache, pas même lui-même et ça lui faisait froid dans le dos. Lui et la créature entendirent les aboiements en même temps, les sortants de leur torpeur en un instant, c’était donc ça ? Ce serait ces aboiements, ces bêtes qui auraient détruit ce village ? Alors qu’il se dirigeait vers la source du bruit avec Marie, la rage montait crescendo en lui, mais pas un crescendo simple, un crescendo ravageur, sentant les frissons de la colère remonter méchamment son échine. Les bêtes se tournèrent toutes vers lui lorsqu’il arrivait et il n’avait nullement peur. Il était consumé par une rage profane et frénétique. Les loups étaient autour d’une poupée comme s’ils attendaient qu’elle bouge et confirmèrent une pensée, les morts étaient ceux qui s’étaient battus. Toujours des guerriers, des défenseurs de ce village qui n’avaient rien demandé à part laisser la vie à leur village et leurs familles. Alors que chacun des loups croisaient le regard de l’obscur, il les regarda et leur fit bien comprendre qu’il n’avait nullement peur d’eux et il dit d’un ton dont même les mots synonymes de colère et rage ne sauraient décrire alors qu’il créait deux grosses dark stars dans ses mains, montrant bien qu’il allait passer à l’offensive.

- Je n’ai pas peur.

Et alors qu’il créait ses gros gants à propulsion obscure autour de ses mains, il fonça en même temps que Marie, qui elle balayait une première vague, Zéphyr lui envoya les deux dark stars dans la deuxième vague et fonça rageant et lançant des salves de dark star peu chargée mais faisant tout de mêmes de bons dégâts. Il s’en fichait de la douleur et l’accueillait comme une vieille amie. Elle s’occupait de trois loups et Zéphyr lâcha un violent kick sauté dans le thorax d’un loup qui allait attaquer dans le dos de Marie, ils étaient lâches et ne voulaient que tuer. Ils mourraient tous. Il hurla de rage alors qu’il créait un bo de combat obscur et se battait tant bien que mal. Les trois loups qu’il combattaient reculèrent en même temps et Zéphyr vint à leur corps à corps, donnant un violent revers du droit de son bo sur l’un d’eux, un second sautant vers son flanc droit et le dernier se plaçant dans le dos. Il venait d’entendre Marie hurler et lui donna à lui aussi l’envie de les exploser et de leurs faire avaler le sol par cube de la taille d’un immeuble. Il hurla lui aussi transcendé par ce combat et sa rage, lançant un énorme coup circulaire de son bo, balayant les loups qui lui sautait dessus.

- LA DOULEUR NE ME FAIT RIEN JE SUIS UN SPARTIATE C’EST MOI LE VRAI LOUP ICI ! VOUS ALLEZ CREVEEER !

Et alors que le premier loup devant lui revenait à la charge en sautant vers son visage la gueule ouverte, il saisit son bo et frappa de toutes ses forces de haut en bas sur son crâne, se faisant mordre la cuisse par le deuxième et bousculer par le troisième.

- ILS VOUS FAUDRAIT AU MOINS DIX LOUPS POUR ME VAINCRE BANDE DE FILS DE PUTES !

Tous ses sens étaient en transe sous l’adrénaline et la douleur lui donnait plus de force. Il créa un nouveau barrage de quelques dark stars instantanément pour dégager les deux loups sur ses flancs. Il commença à charger des lasers dans ses gants, ne se souciant plus de la dépense énergétique. Il avait surement déjà utilisé la moitié de son pouvoir. Toujours pas assez endurant Zeph’ ? Tu va y passer mon gars… Disait une mauvaise voix en lui alors qu’il prenait les prochaines 30 secondes pour se protéger. Cela se passa ainsi, un loup lui sautait frénétiquement dans son dos le griffant et le mordant, l’obscur ne sachant s’occuper que de deux à la fois pendant qu’il chargeait et bloquait des coups. Les deux premiers eux s’attaquaient à ses bras alors qu’il les bloquait pour ne pas qu’ils atteignent de points vitaux. Il était clairement blessé de partout et ne saurait presque plus donner d’endroit sur son corps ou il n’était pas blessé. Mais une chose le retenait de ne pas s’évanouir ou de s’arrêter de combattre, ayant tout de même l’occasion de tenter de fuir. Sa détermination et son envie de tuer plus que tous ces immondes créatures. Il relâcha ses lasers sur les deux premiers loups, se retournant tel un monstre et attrapant de ses gants la gueule du dernier en hurlant de toute sa gorge, risquant presque de se la déchirer.

- TU VA CREVER SALE DÉCHÊT ?!

Hrp:
 

Voir le profil de l'utilisateur
Game Master
Admin
Game Master
Messages : 585
Re: Ce qui rode dans les ténèbres [Quête except. / PV Zephyr] Sam 9 Mar - 1:44

La créature regardait Jomeï d'un air toujours aussi malaisant malgré une sorte d'espièglerie qui se détachait de son attitude, une espièglerie dont Jomei était la victime. Elle ne riait pas avec lui mais de lui de toute évidence et cela, le voyageur devait le sentir très fortement. Il semblait comme perdu dans une folie rêveuse, celle d'un songe fiévreux, désagréable. Mais elle sembla plus amusée encore quand la mine u voyageur se raffermit et qu'il afficha une mine dure, déterminée avant d'affirmer que ses ténèbres étaient la force. Elle avait presque envie de pouffer de rire. La force ?! La force comme étant une souffrance d'un homme forcé de devoir toujours garder la tête haute, sans aucune possibilité d'un moment montrer un côté plus faible, plus normal de sa personne ? Les ténèbres d'un homme trop fort pour ceux qui l'entourent et qui finissent toujours par en souffrir ?


- Eh bien ! De belles paroles que voilà. Mais... Il me semble que tu dois très mal connaître tes ténèbres alors ?


Elle disait ça comme une provocation alors qu'elle s'éloignait un peu de Jomei tout en lui tournant le dos au voyageur. C'était une sorte de petit pic envoyé gratuitement. Gratuitement vraiment ? On voyait que cette créature ne parlait pas gratuitement et que ce qu'elle disait était pesé et préparé, que son discours avait un sens. Non, elle ne disait pas ça gratuitement. Elle se retourna subitement pour observer Jomei et lui demander d'une voix perçante et à la fois légèrement grondante :


- Veux tu apprendre à connaître tes ténèbres ?


__________________________


L'invocation du voyageur à l'idole entrait dans une forme de profonde rage de combat, associant la situation à des souvenirs anciens. Mais étaient-ils ses souvenirs à elle ? Là se tenait une partie du drame. Bien qu'encerclée, elle déploya ses modifications physiques pour tenter de repousser les loups obscurs qui la dominaient numériquement. Les bêtes semblaient avoir une intelligence de meute et fonctionnaient en équipe. L'intentant d'immobiliser la poupée en l'attaquant au pied pour faciliter l'assaut d'un autre loup.


Mais, après quelques secondes d'affrontement, le jeune voyageur obscur arriva lui aussi sur les lieux, découvrant le triste spectacle qui s'offrait à eux. Une scène de massacre et de désolation. Un paysage après la bataille peuplé d'innocents qui avaient été frappés sans réelle raison apparente. La situation semblait lui aussi l'avoir mis dans tous ses états. Il déchaîna toutes ses capacités pour combattre les créatures, il prenait de dégâts mais sa rage l'emportait dans une fureur de vaincre sans faille. Lui et la jeune créature invoquée vinrent à bout des loups assez rapidement. A noter que quand les loups furent vaincus, ils s'évaporèrent, comme s'ils n'étaient rien d'autre que des mirages ou des invocations.


Mais c'est alors qu'une seconde meute, attirée par les bruits de la bataille fit son entrée. Ils étaient une bonne douzaine de loups qui arrivèrent des 4 coins du village. Ils devaient jusqu'à présent avoir été occupés à se repaître des restes de leurs victimes. Ils encerclèrent assez vite les deux sauveurs du village en approchant doucement tel des charognard, avançant tout doucement leur sinistre profil. Puis, c'est alors qu'il se produisit quelque chose de très étrange, l'un des loups sembla manifester comme... un pouvoir ! Alors qu'il passa dans l'ombre d'un bâtiment, l'animal sembla se fondre en elle. Ça ne dura qu'un instant mais il sembla alors disparaître pour réapparaître soudainement à l'extrémité de la dite ombre, prêt à attaquer Marie. Un autre en profita pour passer derrière Zephyr et se fondre dans l'ombre du voyageur et en ressortir au niveau de sa cheville pour lui mordre cette dernière. Mon dieu ces loups ne sont pas juste des loups obscurs, ce sont des créatures capable de son fondre dans les ombres et ténèbres pour se déplacr instantanément en elle. Cela les rendait donc que plus dangereux à mesure qu'il y avait beaucoup d'ombresnet de ténèbres. Ça veut donc dire que... Plus Zephyr utiliserait son pouvoir, plus il permettra à ces créatures de se déplacer facilement pour les attaquer vite et pissement. Ça, c'était une très mauvaise nouvelle !
Voir le profil de l'utilisateur
Zéphyr Moreas
Ligue B
Zéphyr Moreas
Pouvoir : Contrôleur obscur
Points de Puissance : 21 700
Points de Réputation : 25 750
Messages : 199
Localisation : Belgique
Re: Ce qui rode dans les ténèbres [Quête except. / PV Zephyr] Hier à 0:40



Du Sombre Dans Le Bien.


- PUTAIN ! C’est surement des invocations. J’AI LA HAINE LA!

Il entendit alors plus loin la nouvelle meute arriver, crachant au sol et changeant de stratégie de combat, faisant apparaitre son fameux Bo obscur de combat, se ruant de suite sur les loups obscurs qui arrivaient pour ne pas leur laisser l’initiative. Il ne leur laisserait pas le temps de les entourer. Cependant il n’était pas à bout de surprises, le loup sur lequel il tenta d’asséner un coup sur la tête, venait de fondre dans son ombre et de ressortir en lui attrapant la cheville, lui arrachant un hurlement de douleur et de surprise. L’adrénaline aidait tout de même, Zéphyr lâcha un direct de haut en bas sur la gueule du loup qui le mordait, suivant ensuite d’un écrasage de son autre pied. Il vint alors à foncer sur les loups devant lui, faisant tournoyer son Bo à toute vitesse et attaquant le premier Loup obscur à sa portée, regardant en permanence son ombre pour voir si l’un des loups tenterait de nouveau cette fourbe stratégie. Cependant une pensée au fin fond de lui vint à lui chuchoter un mot. Invocateur. Il devait y avoir quelqu’un derrière tout cela. Un gars qui dirigeait ces pantins loups d’ombre. Il devait être proche. Il gueula alors à s’en arracher la gorge.

- HEY ENCULÉ JE SAIS QUE TU TE CACHES ! MONTRES TOI FILS DE PUTE !

C’était assez là, qui pouvait être assez malfaisant que pour torturer ainsi tout un village ? Cela ne passait pas dans la tête de Zeph’. Il tenterait de toute façon, il n’avait rien à perdre et sinon il continuerait de combattre ces abominations de loup.

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Re: Ce qui rode dans les ténèbres [Quête except. / PV Zephyr]

Ce qui rode dans les ténèbres [Quête except. / PV Zephyr]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Power Down] La liberté s'allume dans les ténèbres...
» Dans les Ténèbres de ma mémoire [Terminé]
» Forge d'un mental d'acier dans les Ténèbres
» Un plongeon dans les ténèbres
» [+18] « Et dans les ténèbres, nous lier. » | Elena & Abraxas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Partie RP :: Quatrième Zone :: N'importe où-
Sauter vers: