Partagez|

Outlaw [Dyler et Sigan & Joy]

Joy Killamanjiro
Ligue M
Joy Killamanjiro
Pouvoir : Contrôleuse des maths
Points de Puissance : 40 650
Points de Réputation : 45 750
Messages : 449
Outlaw [Dyler et Sigan & Joy] Mar 4 Sep - 12:35

- Opérateur.
- Ouais Dantès, c’est la merde.
- Quoi ? Ton petit frère s’est encore enfui avec une machine à sous dont il est tombé amoureux ?
- Non pire ! Le Patron a demandé à ce que tu escortes un objet qu’il a vendu à Maghiore.
- Ah c’est tout ?
- Ouais, et tu dois aller à Rokhan. Tous les autres ont décliné et ont reversé leurs amendes.Et...et toi ?
- Hum. Je connaissais un marchand de là-bas, un mec se trimbalant avec un lapin chelou. Mais depuis le temps, on a perdu contact. Il doit vendre ses enfants ou sa dignité quelque part en tôle. L’avantage et l’inconvénient, c’est que je connais la route. Je connais cette putain de route.
- Il paraît que Wan Taunser des Chicagos a perdu la raison dans le désert de Rokhan.
- Il n’a pas perdu grand-chose, mais c’est pas faux. Bon, dis au Patron que j’accepte. C’est quoi le colis ?
- Tu auras le coffre dès que tu passeras par Vice City.
- Ok, je passe demain soir et je me mettrais en route.
- Tu me rapporteras un cadeau, dis ?
- Déjà je vais essayer d’arriver en vie. La première fois j’ai falloir y rester...mais on m’avait drogué...c’est comme un viol tu sais et…
- Biiiiip.
- Okay sympa, le mec s’en bat royalement les burnes !




**


- Et comment tu t’appelles toi ?
- Helmut.
- Toi tu t’appelles Helmut ? Bien sûr, bien sûr. T’as une gueule à vendre des plats à tajine, et ma mère c’est Luxeria sur un bidet. Oh tiens, du racisme ordinaire. Bon, Helmut, qu’est-ce que tu me proposes comme monture de luxe pour aller à Rokhan ?
- Des chameaux, des ânes et des barbichettes. Des chèvres du désert.
- Va pour les chameaux, te faut combien ?
- 8,000, et tu paies le tout avant de partir.
- Et si tu essaies de me niquer une fois dans le désert, Helmut ? T’as cru que j’étais née des dernières pluies ?
- Dernières pluies ? Y’a quatre ans ?
- Ouais non laisse tomber. Bon, 6,000 maintenant, et 2,000 si tu m’abandonnes pas.
- 6,500.
- Ok, va pour 6,500 Helmut. Et tu te charges de l’eau et de la bouffe.



A l’entrée du désert de Rokhan, c’était calme, il fallait le signaler. C’était une partie de Dreamland peu fréquentée, voire pas du tout, les voyageurs n’aimaient pas l’impression de nuit sur quinze jours ou une semaine, même trois quatre jours, et les rêveurs venaient juste au début du désert. Seuls quelques rêveurs en cauchemars s’aventuraient dans l’intérieur et s’y perdaient pour se réveiller, soit dans le monde réel, soit en tant que voyageur. Rokhan était loin, et on ne savait jamais vraiment comment allait se passer le voyage, guide ou pas guide. Rokhan était loin, et Rokhan avait le chic de toujours un peu faire des doigts d’honneur à la notion de survie et de prudence. C’était aussi ça, la quatrième zone, du coup les créatures qui en venaient étaient toutes des professionnelles de la survie, de la roublardise, de l’arnaque. Pas le choix, sinon tu crevais la gueule ouverte. Elles comptaient parmi les plus rusées et les plus « créatures » dans Dreamland, dans le sens où elles se marraient mais elle disaient assez souvent qu’il fallait se bouger le cul pour continuer à vivre, pour avancer. Dans le désert, tu ne peux compter que sur toi-même, et ça elles l’avaient bien en tête, comme un patrimoine génétique. C’était pour cette raison que Joy jouait le jeu de la négociation, mais elle ne mouftait pas trop avec Helmut. Venant de Rokhan, le guide pouvait tout aussi bien se casser en plein désert avec la thune, Joy pouvait avoir le temps de le buter, s’il s’y prenait bien, il pouvait la laisser se démerder pour qu’elle trouve Rokhan par elle-même. On lui avait déjà fait le coup.


Ils partirent sur des chameaux version Dreamland, avec des pattes immenses comme si c’étaient leurs propres ombres. Effectivement, Helmut lui expliqua que les chameaux prenaient la forme de leurs ombres, de manière à suivre le mouvement de la lumière et de savoir toujours à quel moment s’arrêter, à quel moment marcher. Aussi, ça leur permettait de créer encore plus d’ombres pour abriter les voyageurs. Une évolution pertinente de la race, conservée et entraînée depuis des siècles par leurs guides qui les nourrissaient et qui s’occupaient d’eux comme s’il s’agissait de leur famille. Et c’était bien souvent le cas, si le marchand était solitaire pur et dur, endurci aux tempêtes de sable et aux attaques dans les dunes. En avançant, Joy se souvint d’un tableau de Dali qui représentait les animaux de cette manière. C’était les éléphants spatiaux, quelque chose comme ça, comme quoi Dali pouvait très bien être un rêveur qui serait passé par là, ou un voyageur ...tout était possible, c’était la magie du monde des rêves à l’œuvre. Nourrissant l’imaginaire humain, ce qui posait la question : était-ce l’imaginaire humain qui nourrissait Dreamland, ou Dreamland qui nourrissait l’imaginaire humain ? L’œuf ou la poule, en somme. Joy sourit sous son vêtement et continua d’observer le paysage tout en remettant son vêtement de la bonne façon pour ne pas laisser rentrer les grains de sable.





Le voyage se passa sans encombres, soit dit relativement. Le temps écrasant, le soleil étouffant, le vent chaud et les tempêtes de sable passaient et Joy se sentait pas trop trop mal, quoique en plein milieu du désert de Rokhan on ne se sentait jamais bien. Le temps fut distordu, si bien qu’elle comptait maintenant les jours – ils en étaient au sixième. Tout ça ne durerait qu’une seule nuit, mais le désert magique de la zone était justement réputé pour ça. Six jours de désert et déjà elle sentait la fatigue et le choc des températures la broyer lentement mais sûrement. Elle était en train de s’assoupir malgré un mal de fesses d’une violence rarement atteinte, quand le guide parla haut et fort, rompant le silence depuis le début de la journée.


- Arrakimes ! Arrakimes ! Ils arrivent, regarde là-bas !
- Quoi ça ?
- Arrakimes, les vers de sable !
- Connais pas, ils sont dangereux ?


La réponse passa devant eux. D’un coup, machinalement, Joy mit la main sur le coffre contenant l’objet à donner au Roi de Rokhan. La peur. L’angoisse. L’apparition lui glaça le sang, et elle en oublia la chaleur pour ne ressentir que de la pisse envoyée dans le fond de son froc. Et c’était pas une métaphore. L’animal ressemblait à un ver boosté aux hormones de croissance, faisant plusieurs dizaines de mètres de haut, avec des rangées de dents et pas d’yeux. Le cauchemar incarné dans le sable. Un ver de sable, un Arrakimes. Helmut hurla et se sépara des chameaux longues-pattes sans hésiter. Joy emporta le sac qui retenait le coffre de l’objet à escorter, et laissa aussi les bêtes galoper. Elle prit l’essentiel : bouffe, eau, coffre et quelques ustensiles. Pour la suite : courir. Les bêtes se firent avaler par un deuxième ver, tandis que le premier s’intéressait à Helmut. Joy raisonna pour tenter de combattre le monstre, mais ce fut peine perdue. Un troisième ver jaillit d’une dune et sa gueule se referma sur le guide. Un quatrième jaillit sous ses pieds et elle eut le temps de léviter et de se lancer sur la gauche, en passant entre les dents acérées et puantes, pour arriver sur le sable. Elle sentait les vibrations dans tout le désert, et elle se rendit compte qu’elle n’était plus dans la stratégie. Avec aucun autre être vivant autour d’elle, c’était la proie. Elle prit son envol, les vers laissés sans nourriture la pourchassèrent en se propulsant haut, si haut qu’elle crut ne jamais pouvoir s’en sortir, et quand ils replongèrent dans le sable, elle soupira. Mais pas pour longtemps. Les vers ne venaient pas par hasard. Au loin, une nuée ocre balayait tout sur son passage. Une énorme tempête venait droit sur elle. Les vers continuaient leur chemin, allant droit sur la tempête, comme à contre-courant. Aveugles, ils ne pouvaient pas voir ni ressentir les vibrations dans le sable ? Une explication qui alla à Joy. Elle voleta vers l’opposé en espérant sortir du désert...un jour.


Arrakimes:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Sigan / Dyler
Créature
Sigan / Dyler
Points de Puissance : 31 250 Points (D) / 14 000 Points (S)
Points de Réputation : 28 400 Points (D) / 9 000 Points (S)
Messages : 66
Re: Outlaw [Dyler et Sigan & Joy] Lun 17 Sep - 23:22

-  Hmhm ! Mais ça m'explique pas pourquoi tu veux aller à Rokhan.
- Mais enfin pour t'accompagner ! Après tout t'es ma belle sœur adorée !
- Ouais alors ça non désolé mais c'est pas une vrai bonne raison. Surtout que je connais mon frère... S'il se réveille là-bas, il t'en voudra à mort. D'autant plus si mon abrutis de jumeau est là-bas.
- Bon ok j'avoue ! J'aime pas voyager seule et là toi tu avais l'air dans la panade avec ton poulet de transport...
- Coq de transport !
- C'est pareil non ?!
- Oulah non ! J'espère qu'il ne t'entend pas ! C'est que c'est susceptible ces bêtes !
- Ah bon ? Autant que les lapins que dressait ton père ?
- Hahahaha je vois clair dans ton petit jeu Sigan ! N'essaie même pas de changer le sujet ! Accouche !
- Rooooh tu sais que t'es dure en affaire ?!
- C'est une caractéristique famille.
- Certes. Alors, comme je le disais, J'aime bien ta compagnie et voyager en groupe c'est plus amusant non ?
- Ouais nan ça c'est pas une bonne raison qui se tient non plus.
- Pourtant c'est la vérité !

Bon vous l'aurez deviné, je suis dans ma roulotte, je suis confortablement installée dans mon petit salon. Je suis accompagné de ma belle sœur. Par ce que oui, Dyler a une sœur. Quoi ?! Vous le saviez pas ?! Honte à lui ! Peut-être qu'il ne parle jamais d'elle par ce qu'il l'apprécie. Je saurais pas trop dire. A vrai dire, je savais pas qu'il avait une sœur avant qu'on soit maudits. Il m'avait parlé de son frère mais pas d'elle. J'ai été surprise de découvrir quelques temps plus tard que son frère avec une jumelle en la personne de Carissy. Le portrait crachée de Carvey mais au féminin. Faut éviter de dire ça par ce que c'est une fratrie un peu compliquez vous comprenez. Ils s'aiment mais d'un amour très vache. En fait ils n'osent pas se l'avouer qu'ils s'aiment. Personnellement je trouve ça mignon. Mais passons par ce que l'aventure n'attendra pas trop de temps ! J'ai donc croisé Carissy par pur hasard dans la troisième zone alors qu'elle revenait d'une collecte de trésors. Elle avait été attaquée par une bande de voyageurs qui avaient tenté de la dépouiller et dans l'affaire, sa monture, un gros poulet, avait été blessé et elle avait trouvé refuge dans une taverne le temps que la blessure de l'animal guérisse. Et c'est là que je suis arrivé ! Enfin, elle est arrivée par ce qu'il se trouvait que moi, je me faisais payer à danser dans cette taverne... pour ensuite aller vider la caisse pendant que la patron avait le dos tourné. C'est donc naturellement que je lui ai proposé de la dépanner alors qu'elle avait besoin de retourner à Rokhan pour vendre son butin. Et c'est donc après une petite séance de voyance qu'on était là à tranquillement boire le thé alors que la roulotte traçait à présent au travers du désert de Rokhan par les chemins les moins sableux pour éviter que les roues ne s'y enfoncent. Le lapin géant tirant la carriole étant une espèce originaire de ce désert, il était parfaitement apte à repérer les dangers du désert et à les éviter. Ouais je sais je triche pour traverser ce désert. M'enfin bon, c'est plus confortable qu'à dos de chameau. Y a que les touristes qui font ça.

Et là comme vous le voyez, elle essaie de me tirer les vers du nez pour connaître la raison profonde pour laquelle je veux aller à Rokhan. Mais enfin  je suis quelqu'un de sympathique et honnête ! C'est dans ta famille où tout le monde a toujours des arrières pensées ! Moi je suis quelqu'un de sympa. Hey ! Je vous entends rire et je vous signale que c'est pas très sympa ! Elle essaie encore un peu de connaître via diverses sortes de manipulations. Ça ne marche pas du tout par ce que bon, elle pense un peu trop comme ses frères pour que je ne la vois pas venir. Elle se met alors à bouder un peu en mâchant les petits gâteaux que j'avais servi. Ouais, pendant que certains se cassent le fion sur des dromadaires, nous on goûte.

- Pfeuh ! J'suis certaine qu'y a une raison profonde à ton retour à Rokhan.  T'es comme mon frère tu fais jamais rien au hasard ! Ou non... T'es différente par ce que tu sais te faire porter par le hasard pour aller là où tu veux. Le hasard, c'est notre rencontre, ta destination Rokhan ! Mais ça me dit pas ce que tu veux y faire. Par ce que t'irais pas à Rokhan par pur hasard non plus. Et si j'étais mauvaise langue je dirais même qu'il y a de la sorcellerie sous cette coincidence.
- Hahaha ! Tu pense ?
- Je finirai par savoir Sigan... Pour l'instant t'es trop coriace pour moi mais je vais finir par savoir ! Pense pas venir à bout de ma curiosité avec tes gâteaux et ta gueule d'ange
- Hihi !

Et c'est à peu près à ce moment là que retentit sur le toit de la roulotte un puissant cri de coq. Quelques secondes plus tard, la roulotte s'arrêtait. On avait attaché la monture blessée de ma belle sœur au toit. Bon, on pouvait pas trop la mettre ailleurs. Sa monture entre pas dans la roulotte et j'ai pas d'écurie intégrées. Bon, il avait vu pire. Mais Carissy semblait aux abois et m'annonça que son coq est dressé pour chanter quand un danger approche. Et je suppose que le lapin s'est arrêté de tirer la roulotte pour la même raison. Je sors la tête à une fenêtre, suivie par ma belle sœur qui s'écrie alors :

- Oh nan ! Pas ça ! Des Arrakims !
- Ooooh des gros vers !
- On va devoir changer de cap ! Il faut à tout prix les éviter ! C'est juste l'un des pires prédateurs de ce désert !
- Regarde une voyageuse ! On l'aide ?!
- Euh non !
- Si !
- Oh que non !
- C'est ma maison, c'est moi qui décide, on l'aide !
- Mon frère t'a jamais appris que la charité c'est de la connerie ?
- C'est pas de la charité c’est juste rendre service.
- Rendre service gratuitement c'est de la charité !
- Si tu croyais en le Karma comme moi tu saurais qu'aucun service rendu n'est gratuit.
- Qu'est ce que je déteste quand t'as réponse à tout ! Si t'étais pas aussi sympa comme belle sœur... hey mais reviens ! Oh mais elle fonce tête baissée !

Je sautais par la fenêtre de la roulotte pour me diriger vers les vers de terre géants  tout en gueulant à leur attention. Les vers, a priori aveugles, devaient pourtant être capables de percevoir les sons, ou du moins les vibrations. Je devais donc être, pour ces bêtes, sacrément plus attirantes que la voyageuses qui visiblement était en train de voler au dessus de ces sales rageux de vers. Je devais donc potentiellement les attirer beaucoup plus qu'elle. Je m'immobilise alors au milieu du sable alors qu'un des vers s'enfonce dans le sol et que je sens le sol vibrer sous mes pieds à l'approche du lombric monstrueux. Je m'empare alors d'un petit sac qui est attaché à ma ceinture et le jette en l'air.

- Wouhoooooouh ! Les asticots ! Venez me manger ! Regardez comme j'ai l'air apétissante ! J'ai même des poignées d'amour ! Y paraît que c'est super bon ! Venez à la soupe les petits vers ! Pitits pitits pitits !

Le ver arrive, il tente de me croquer d'un seul coup mais je suis poussé hors de son champ d'attaque par Carissy qui me pousse in extremis en me hurlant dessus.


- Mais ça va pas la tête ?! Il allait te bouffer !
- C'est le Karma qui m'a aidé !
- Karma mon cul ! Allez viens on se tire on laisse cette voyageuse se démerder !
- Je crois qu'il y aura pas besoin !

Bah ouais, vous pensiez que j'allais me jeter dans la gueule du ver comme ça sans plan ? Juste en pensant que la chance et le karma allait m'aider ? Nan ça c'est juste pour emmerder ma belle sœur que je le dis ! Ce que j'avais jeté en l'air, c'était un sac contenant une poudre hautement hallucinogène dont j'ai le secret. Je savais qu'elle me sauverait in extremis alors j'ai juste fait en sorte d'être certaine qu'un des vers ingère la poudre. Bon, la bestiole est volumineuse mais vu la concentration, l'effet est rapide. Pas quelques secondes plus tard, alors que Carissy me porte sur son épaule pour me rapporter à la roulotte, alors qu'un des vers était à deux doigts de nous boulotter, le ver qui m'avait attaqué en premier fondit sur son collègue, gueule grande ouverte pour le mordre. S'en suivit alors une bataille entre les trois Arrikims jusqu'à ce que mort de l'un d'entre eux s'en suive et qu'il serve de casse croûte monumental à ses compères qui nous laissèrent alors nous éloigner tranquillement jusqu'à ma roulotte. On est vite rejoins par la voyageuse que j'invite alors à nous rejoindre.

- Salut ! Moi c'est Sigan ! Je vois que t'as plus de monture, ça te dit de voyager avec nous ? Tu vas vers Rokhan je suppose. En plus j'ai du thé et des gâteaux !



Je lui adressait un grand sourire alors que Carissy me disait encore une fois que les services gratuits ça se fait ps, surtout à Rokhan par ce que c'est de la concurrence déloyale. Réflexion qui n'arrive à me tirer qu'un grand rire aux éclats. Quelle bande de rapiats ces marchands de Rokhan !

Voir le profil de l'utilisateur
Joy Killamanjiro
Ligue M
Joy Killamanjiro
Pouvoir : Contrôleuse des maths
Points de Puissance : 40 650
Points de Réputation : 45 750
Messages : 449
Re: Outlaw [Dyler et Sigan & Joy] Mer 19 Sep - 18:31


Au moins Joy avait un mérite, elle ne grugeait pas abusivement pour traverser le désert de Rokhan. Ça pourrait bien lui coûter la vie, on est d’accord là-dessus, mais elle jouait réglo. Et avec la réputation de Rokhan, elle savait que tout le monde ne pouvait pas en dire autant. La concernant, elle était surtout en train de s’épuiser à léviter dans le désert en espérant fuir des vers, qui la suivaient toujours en suivant la tempête. Elle allait bientôt y passer, elle essayait de s’économiser mais ce désert n’avait pas de fin, et la tempête n’en finissait pas d’avancer, de plus en plus rapidement. Pas d’échappatoire possible désormais. Faisant une pause, elle prit un moment au-dessus d’une dune. Grosse erreur. Elle sentit au dernier moment la présence souterraine débouler à pleine vitesse. Un arrakimes avait été plus rapide que les autres et était parti en sous-marin pour choper la voyageuse. Bien, ces trucs avaient un cerveau et savaient l’utiliser pour bouffer, au moins. Pas une bonne nouvelle au demeurant, mais c’était toujours bien à savoir.


La voyageuse fit un roulé-boulé sur la pente de la dune, tandis que le vers la poursuivait en sautant gueule la première. On aurait dit qu’il jouait et qu’il riait, et c’était peut-être bien le cas ? Joy grimaça, tendue par la douleur, et tenta un mouvement pour se projeter dans les airs. Elle fut suivie et balayée par le ver qui n’en finissait pas de la pourchasser. Le coup de l’animal la renvoya au sol, et un deuxième arrivait pour la gober. La voyageuse poussa un cri de rage et stoppa son mouvement pour changer sa trajectoire d’une formule et continuer de léviter. C’était une sécurité à laquelle il était impossible de renoncer, sinon c’était son arrêt de mort sans conditions. Elle tenait bon autant qu’elle pouvait et attendait un signe...du destin…


Qui arriva dans les instants qui suivirent. Une créature piaillait pas loin de la scène, disait aux vers de venir bouffer. Elle était folle ? Était-ce une hallucination ? Un mirage ? Une jeune et jolie créature dans le désert, avec une roulotte ? Meh, aucune raison de ne pas lui faire confiance. Et quand on parle de confiance, on parle de prendre l’aggro bien sûr. Merci mademoiselle. Joy lévita et regarda la créature, bientôt rejointe par une deuxième femme sortie d’une roulotte en plein désert. Pourquoi pas. Joy voulut les aider mais la première femme semblait à l’aise, dans son élément. Les vers avaient pris un coup dans l’aile car ils commençaient à se bouffer entre eux. Joy eut un geste de dégoût et une grimace, avant de se reprendre et de léviter vers la roulotte des deux créatures, aussi étrange que ça pouvait paraître. Un coq géant était attaché sur le toit, on n’était plus à un détail chelou de ce genre. De plus, elle avait entendu un truc au sujet des marchands de Rokhan, certains avaient des liens très forts avec les animaux, qui leur servent d’animal de compagnie sur les routes, d’amis, de confidents, et bien plus encore…Elle avait entendu ces rumeurs, et surtout elle connaissait bien, il y avait de ça quelques années, un marchand de Rokhan qui se promenait jamais sans son lapin préféré. Un drôle de gars, que personne ne connaissait vraiment.



- Salut Sigan. Je m’appelle Joy, effectivement j’ai pas de monture et ma cargaison est plutôt lourde, je fatigue. Mon guide s’est fait défoncer par les...Arrikimes ? Je crois qu’on dit comme ça. Je serai ravie de pouvoir continuer la route avec vous et…


Pas le temps de finir la phrase, la tempête venait droite sur eux, implacable. Les grains de sable semblèrent secouer la roulotte. Joy essaya de prévenir la dénommée Sigan du danger, mais une forme sombre venait d’apparaître dans la tempête, le temps des présentations. Une forme gigantesque qui circulait avec les tempêtes de sable. On disait qu’elle les provoquait, et que la tempête protégeait la forme énorme qui se dessinait dans l’ombre du nuage de sable. Joy hésitait à donner le choix à Sigan alors qu’elle venait de l’accueillir, mais il était là : mourir sous la tempête, ou tenter de rejoindre la forme qui vivait là-dedans !
Voir le profil de l'utilisateur
Sigan / Dyler
Créature
Sigan / Dyler
Points de Puissance : 31 250 Points (D) / 14 000 Points (S)
Points de Réputation : 28 400 Points (D) / 9 000 Points (S)
Messages : 66
Re: Outlaw [Dyler et Sigan & Joy] Mer 21 Nov - 2:28

- Hmmmm ça sent bien pas bon tout ça !
- Je t'avais dis de pas l'aider cette voyageuse ! D'abord les Arrikimes et maintenant le Shuurga ! Elle porte la poisse cette voyageuse !
- Le Shuurga ?
- C'est une bête immense. On sait pas trop comment ça se fait mais elle génère des tempêtes de sable tout autour d'elle. Elle se balade dans le désert en semant la mort autour d'elle... ou de lui. En fait on sait pas ce que c'est.
- Oh... je vois. On est dans le caca alors !
- Bah oui ! Si on était parties on aurait pu échapper à cette tempête mais là vu la situation actuelle on est trop prises dans la tempête et on va crever dedans !
- Roh dis pas ça ! L'écoute pas Joy, ma belle sœur elle est trop défaitiste ! Bon... du coup si sortir de la tempête est plus possible, faut s'engouffre dedans jusqu'au Shuurga non ?!


Là, Carissy ne me répondit que d'un geste en se frappant le front avec sa paume avant de me faire signe de faire ce que je voulais, de toute façon on était mortes d'avance pour elle. Elle partit s'asseoir en disant à vois haute qu'elle se demandait ce qu'elle avait fait pour mériter une famille d'attardés suicidaires comme la sienne. C'est vrai qu'entre Dyler le sociopathe de la famille, Carvey l'attardé, le père qui fait un combat à mort contre Maghiore et qui naturellement le perd, une mère qu'était quand même pas mal une catin sur les bords... Y a que moi, son adorable belle sœur qui est un tant soit peu là pour sauver les meubles. Je reste globalement assez sure de moi et affiche un grand sourire à la voyageuse autant qu'à la sœurette alors que je me dirige vers la sortie de la roulotte pour prendre les rennes de mon lapinou et nous amener vers le cœur de la tempête après m'être couverte d'un manteau pour me protéger de l'agression du vent et du sable. Je note au passage que la voyageuse est pas trop rassurée non plus et surtout qu'elle est épuisée. Va savoir depuis combien de temps elle faisait la course avec les asticots géants. Je la laissais donc seule avec ma belle sœur en pleine déprime mais qui finit par tendre l'oreille à une petite voix qui susurrait à son oreille. Elle regarda alors avec attention le chargement de la voyageuse avant de la regarder elle.

- ça vaut chère ce que tu transporte dis moi ! En tout cas... Ce que je peux te dire, c'est que ce Golde Lion doit plutôt bien connaître Maghiore... Le cadeau que tu lui apporte risque de beaucoup lui plaire.



Ah oui, j'ai oublié de le préciser mais Carissy a hérité du même pouvoir que Dyler, le même que son père. En fait, l'objet lui avait dit tout ce qu'elle devait savoir sur lui. Notamment qu'il était actuellement transporté par Joy pour être donné à Maghiore par Golde Lion. M'enfin bon ça je suis pas censé le savoir. Bah ouais je suis pas là ! Moi je suis aux commandes de la roulotte je vous le rappelle. Bon faut que j'arrête d'outrepasser ms droits en me prenant pour une personne omnisciente. J'aimerais bien être omnisciente... quoique nan on doit pas voir de belles choses tous les jours en l'étant. Enfin passons ! C'était bien galère de circuler dans la tempête de sable mais bon, le lapin, comme le poulet d'ailleurs, étaient fait pour ces climats et tenaient plutôt bien le choc. Il tenait le cap que je lui donnais, même si je sentais que son instinct lui disait de ne pas aller dans cette direction. Il devait en effet sentir la menace du monstre géant dans la tempête. Il suffisait que je cesse de maintenir ce cap pour que son instinct lui dicte de faire demi-tour. Mais c'est vrai qu'à mesure que nous nous enfoncions dans la tempête, son intensité semblait faiblir. Notez au passage que la tempête avait quand même été assez violente et qu'elle avait manqué de faire chavirer toute la roulotte sous la violence du vent à plusieurs reprises et elle nécessiterait je pense après ça un bon coup de peinture et un rafraîchissement par ce que là, je pense qu'elle avait pris un peu chère et je pense qu'une fenêtre avait été à deux doigts de péter. En vrai, je suis heureux que ce soit un aussi bon véhicule, aussi fiable par ce que avec une simple monture ou quelque chose de moins adapté à la traversée de ce désert, alors que cette roulote a été conçu dans ce but initialement, bah on serait certainement déjà enterrées par le sable. En plus des vents étaient si violents qu'ils en étaient parfois tranchants en projetant des grains de sables à une vitesse folle. Ma cape de désert était presque en lambeau au moment où nous arrivâmes à une sorte d'accalmie dans la tempête.  On était entré dans une sorte de bulle dans laquelle le temps était presque complètement clair. La tempête, sauvage, grondante nous entourait. Je sautais à terre en me couchant dans le sable, épuisée par la traversée de la tempête. J'avais l'impression de m'être faite roulée dessus ou même de m'être battue contre u régiment entier.

- Haaaaaaaaaaaaaaaaah la vie ! J'aime la vie ! J'aime le calme !... Non c’est faux j'aime pas le calme mais j'aime ma vie !



M'exclamais-je en gueulant, satisfaite de ce petit exploit en tournant ma tête vers le ciel bleu alors qu'on pouvait entendre tout autour de nous la tempête hurler de toute sa violence et de toute sa rage. Le lapin vint se rouler en boule à côté de moi pour chercher du réconfort et du repos. Ah oui et j'oubliais ! Sans le lapin aussi j'aurais âs pu accomplir cet exploit en vrai, j'y suis pas pour grand chose. C'est plus le père de Dyler qu'il faut féliciter par ce qu'il a construit cette roulotte et c'est lui qui élevait ces lapins du désert. Il avez du nez pour un type suicidaire et un peu sanguin.

- Que faites vous ici ? Pourquoi avoir traversé le tempête ?
- Hmmm ?

Une voix inconnue mais roque, caverneuse et puissante je dirais même, m’interpella. Je me relavais un peu et voyais alors...

- ça alors ! Un dragon ! Si je m'attendais à ça !



En effet, juste devant moi volait en vol stationnaire un dragon. C'était donc lui le responsable de cette tempête ? Bon c'est cool par ce que les dragons, c'est quand même des créatures intelligentes et sages non ?! On peut lui demander de faire baisser la tempête pour qu'en s'en aille. Par ce que bon, c'est pas que j'ai pas envie de passer ma vie coincée dans le cœur d'une tempête de sable mais un petit peu quand même. Quoi ? Je suis pas choqué de voir un Dragon ? Oh vous savez j'en ai vu d'autres ! Il me toisait cependant d'un air un peu sévère. Je sais pas pourquoi mais il a pas l'air super super ouvert à la discussion celui-là. En tout cas... un dragon dans une tempête de sable. c'est plutôt cocasse !

- Réponds à ma question créature !
Voir le profil de l'utilisateur
Joy Killamanjiro
Ligue M
Joy Killamanjiro
Pouvoir : Contrôleuse des maths
Points de Puissance : 40 650
Points de Réputation : 45 750
Messages : 449
Re: Outlaw [Dyler et Sigan & Joy] Mer 28 Nov - 18:18

La sœur avait quelque chose d’assez mortifère, sans  doute parce que les trois femmes risquaient leurs peaux ensemble juste ici et maintenant, allez savoir . La frangine parlait de Shuurga, une créature inconnue du bestiaire de Joy qui plissa les yeux en entendant sa description. Ouais, pas le truc qu’on voulait forcément inviter dans un bar. Sigan laissa les deux femmes sur le côté, et la frangine regarda la cargaison de Joy. La matheuse ne savait pas ce qu’elle contenait donc elle haussa les épaules, mais tenta quand même le coup du sort.


- Ouais, des affaires privées. Tu saurais dire ce qu’il contient ? Je ne suis qu’une transporteuse, ça m’intéresserait pas mal de savoir pour quoi je risque mon boule.


Un coup d’œil à l’extérieur, la dénommée Sigan gérait la conduite des opérations. La roulotte était secouée dans tous les sens mais la conductrice gardait une trajectoire potable. Habituée ou douée ? Difficile à dire pour la voyageuse mais malgré les secousses et le désert qui se déchaînait à l’extérieur, le véhicule de gitans avait quelque chose de bien sécurisant. Après une avancée au travers de la tempête de sable une bulle d’accalmie accueillit la roulotte. Joy sortit contempler le phénomène. Une bulle où  la tempête ne passait pas, tout tournait autour d’elles, sans rien toucher. Impressionnant. Elle essaya de lancer son pouvoir pour comprendre les formules mathématiques de cette bulle mais la complexité fut évidente : les chiffres venaient de partout, des formules allaient et disparaissaient en un quart de seconde et tout bougeait avec une force démentielle. Elle ne pouvait voir ici qu’une conséquence d’un ensemble de formules, rien de bien pratique à travailler. Mais l’idée d’une bulle dans le chaos pouvait se bosser doucement pour être adaptée comme il fallait…


Ayant passé la tête dehors Joy entendit aussi la voix grave d’une créature résonner. Elle leva la tête et aperçut un dragon. Un dragon dans le désert, tout était normal. L’animal n’avait pas l’air jouasse et la question qu’il venait de poser était plutôt inquiétante. Un « comment » aurait été quasiment un aveu, mais un « pourquoi » donnait un tout autre sens à la question. Pourquoi traverser sinon sauver ses miches ou affronter le danger. Plus simplement, il était peut-être là dans la bulle en attendant que les choses se calment...ou bien il venait de se faire piéger et ne voyait pas comment s’en sortir ? Joy, pouvoir toujours activé, chercha des formules d’accroches sur la créature ailée mais rien n’y faisait...Sigan faisait face au dragon sans trop sourciller ni flipper, ce qui n’était pas le cas de la voyageuse, qui hésita à retourner dans la roulotte.


Mais enfin, ça ne dura que quelques instants. Joy pesta contre elle-même et puisqu’elle était en voyage, autant se comporter avec l’insouciance classique des voyageurs ! Elle sortit de la roulotte, s’éleva dans les airs, au milieu de la tempête et analyse le dragon sous toutes les coutures. La créature ailée, au-dessus de Sigan, la repéra et se mit à grogner, mais la matheuse restait en silence. Puis, elle s’approcha les bras ouverts, et prit la parole avant que Sigan ne réponde.



- On a rencontré les Arrikimes, puis le Shuurga, puis vous…il faut toujours avancer dans le désert de Rokhan, c’est bien ça ? On peut vous retourner la question : vous, qu’est-ce que vous faites dans cette bulle au milieu de la tempête, on peut vous aider ?


La matheuse ne savait pas trop comment aborder le sujet avec élégance, mais elle était presque sûre que le dragon s’était fait choper par le Shuurga, par excès de confiance, quelque chose comme ça. Elle esquissa un sourire narquois en contemplant toujours la bulle pour tenter d’en comprendre encore et toujours les puissants mécanismes à l’œuvre. Elle approcha de la frontière entre l'accalmie et la tempête pour y mettre le doigt, juste un doigt bien sûr, et quand son index passa ce mur de sable, elle sursauta, pris à la fois dans le hurlement du dragon et dans le grondement des lieux.


- PAS CA PAUVRE FOLLE !
Voir le profil de l'utilisateur
Sigan / Dyler
Créature
Sigan / Dyler
Points de Puissance : 31 250 Points (D) / 14 000 Points (S)
Points de Réputation : 28 400 Points (D) / 9 000 Points (S)
Messages : 66
Re: Outlaw [Dyler et Sigan & Joy] Ven 7 Déc - 23:54

En apprenant que Joy elle-même ne savait pas ce qu'il y avait dans cette boite, Carissy regarda juste la voyageuse avec un sourire un peu de bâtard et lui répondit qu'elle ne voulait pas lui briser la surprise de l'apprendre si elle ne le savait pas. Mais ça fait pas avancer notre situation avec le dragon qui me regardait d'un air pas mal ronchon. Roh faut pas faire cette tête gros lézard, faut garer le sourire un peu. Quoiqu'un dragon qui sourit, ça doit faire flipper. Je me redressais et m'asseyais en tailleur devant la créature légendaire quand la voyageuse sortit de la roulotte avec ma belle sœur qui se faisait discrète. Plus que la voyageuse qui se décida à répondre à la créature à ma place. La politesse ! Je lui en tiens pas rigueur par ce que ça m'évite d'avoir à tout expliquer, d'autant qu'elle est assez synthétique. Une qualité que je n'ai pas et que j'imagine que notre interlocuteur apprécie au vu de son air rigide et coincé. Le Dragon sembla ne pas tout à fait comprendre la réponse de Joy. Il s'assit sur son postérieur et sembla se décrisper un peu avant de nous répondre.


- Je vis dans cette tempête depuis des années déjà. J'ai créé cette tempête pour m'isoler du monde, me protéger des convoitises des marchands du désert et du seigneur du désert qui voulait de moi un de ses valets.
- Raas'en'Haal ?
- Exactement.
- Bah ça doit faire un moment que t'es là dedans par ce qu'il est mort il y a 1000 ans.
- C'est vrai ?
- Mais il a ressuscité il y a quelques temps. 10 ans à peu près  je crois.


Le dragon me regarda d'un air un peu interrogatif comme s'il ne comprenait pas ce que je disais. On avait donc un dragon ermite qui refusait de côtoyer les marchands de tapis de Rokhan. J'le comprends ! Ces gens sont pas du tout fréquentables ! Et ça se comprend un peu par ce que les dragons, j'ai cru comprendre qu'ils se font harceler pour leur puissance ou leurs écailles. Il devait vouloir avoir la paix. M'enfin vouloir la paix au point de s'enfermer dans une tempête pendant un millénaire, il a pas trop le sens de la mesure l'animal. Mais étrangement, maintenant qu'il semblait comprendre que nos intentions n'étaient pas mauvaises ni même intéressées, il semblait se détendre. Je pense que ce qu'il voulait savoir, c'est si nous étions là pour lui. Mais si vous voulez mon avis, plus personne ne sait qu'il vit dans cette tempête depuis un bon paquet d'années. Je le regardais et j'allais engager réellement la conversation avec lui quand il se mit à gueuler à l'attention de la voyageuse. Il se mit à parler assez rapidement et d'un ton presque énervé à Joy.


- Maintenir cette bulle de protection est très complexe... Trop la perturber, la toucher pourrait la faire s'effondrer et la tempête s'abattrait sur vous.
- Et pas sur vous ?
- Je suis Kelfron, le dragon de sable... une tempête de able ne me fera rien. Mais, elle vous déchiquetterait sous sa violence ! Que vous soyez parvenu à la traverser indemne est déjà un miracle.
- Ah ouais pas cool. Mais au fait, pourquoi vous maintenez cette tempête ? J'sais pas, ça doit être lourd de vivre tout seul.
- La solitude est le prix à payer pour ma tranquillité.
- Ouais vous êtes tellement tranquille qu'on sait même plus que vous existez en fait. Les gens du coins pensent que vous êtes un monstre qu'ils appellent le Shuurga.


Le dragon semble un peu surpris et j'ai capté son attention visiblement alors qu'il reprend son calme. Perso, ce dragon, il m'intrigue. Je le trouve un peu cinglé d'aller aussi loin. J'arrive vraiment pas à le comprendre. Putain comment il a dû grave se faire chier ! Attends un millénaire à perler à personne ou presque, par ce que suppose qu'on est pas les premiers à traverser la tempête. Puis merde comment il fait pour se fournir en bouffe ? Et ça veut dire qu'il a pas baisé depuis tout ce temps ? Ouah le fou ! J'sais pas comment il fait !


- Du coup, pourquoi vous sortez pas de votre bulle ?
- Pour quoi faire ? Ma tranquillité me plaît.
- Alors déjà par ce que nous comme ça on pourra sortir de la tempête tranquillou je vais pas vous le cacher. Puis j'sais pas, vous manquez tellement de choses ! Y a un mariage de folie bientôt par exemple ! Bon, c'est un peu la merde... mais comme toujours ! Et puis y a plein de gens sympa à rencontrer, de soirées à faire, de lieux à explorer ! Personnellement j'ai que 300 ans et quelques et je peux déjà vous dire que Dreamland a tellement changé depuis le temps ! Vous voulez pas sortir pour explorer tout ça ? Pas vrais ?!


Je prenais à témoin ma belle sœur qui se faisait discrète autant que possible à s'occuper des montures. Je regardais aussi la voyageuse pour qu'elle me soutienne dans mes discours. J'avais l’impression de parler à un do que je devais pousser à sortir de sa chambre. Ou sinon il souffre du syndrome de Deus. il a l'impression d'avoir tout vu et tout fait et que ça sert plus à rien de participer à la vie de Dreamland et que s'isoler vaut mieux. Après qui suis-je pour juger e la volonté de ce gros lézard ermite ? Il a ses conviction, ses idées. Il préfère peut-être juste la paix, la méditation. Mais j'sais pas, j'ai comme l'impression qu'il se rend pas compte de tout ce qu'il perde. Je le vois en train de réfléchir à ce que je lui dis. Je pense qu'il s'est juste habitué à son train de vie depuis le temps et qu'il ne s'est juste pas posé la question une seule seconde de remettre en question sa décision passée de s'isoler. Je me lève alors et m'approche de lui. Je le vois avoir comme un petit geste précieux de recule alors que je m'approche. Alors qu'il fait plusieurs mètres de hait et qu'il me domine de très loin, je lui temps ma main et je lui annonce !


- Si t'as juste peur de l'avenir et de te faire emmerde... Si tu veux je peux te lire ton avenir si ça peut te rassurer. Et comme j'suis sympa j'te fais ça gratis' ! Allez tends ta patte !
Voir le profil de l'utilisateur
Joy Killamanjiro
Ligue M
Joy Killamanjiro
Pouvoir : Contrôleuse des maths
Points de Puissance : 40 650
Points de Réputation : 45 750
Messages : 449
Re: Outlaw [Dyler et Sigan & Joy] Dim 9 Déc - 13:13

Woh, un dragon pouvait faire naître et garder une tempête tout autour de lui ! Ça c’était vraiment cool ! Joy avait des étoiles dans les yeux rien que de penser au pouvoir et à l’énergie déployée pour maintenir une tempête en continu. Le dragon était maintenu assis et disposer à causer un peu. Il était question de Raas, le Seigneur du désert ou du sable, la matheuse ne savait plus bien. Elle avait entendu l’info y’a quelques temps, mais c’était comme parler des soucis dans un pays lointain...le dragon craignait donc le Seigneur et les marchands locaux...comme Sigan et sa sœur en gros ? Elle esquissa un sourire et se dit qu’elle comprenait pas mal pourquoi valait mieux se planquer avec les gens de Rokhan. Joy savait que les dragons étaient pas mal courtisés, pour ne pas dire traqués pour leurs puissances et surtout leurs écailles qui pouvaient donner un pouvoir assez bourrin à ceux qui les acceptent. Mais tout de même, ça faisait donc au moins un millénaire qu’il était dans sa tempête, tout seul ? C’était d’une tristesse incroyable, si bien que la matheuse fit la moue avec les yeux de chat un peu embués par l’émotion en y pensant. Et dire qu’elle parlait de solitude…


Il avait engueulé la voyageuse, à juste titre. La tempête était sans doute une horreur à maintenir et mettre un grain de sable de plus pourrait avoir des conséquences désastreuses. Joy s’en éloigna et gifla intérieurement sa curiosité. Le dragon était sérieux, et pas agressif pour un sou, il valait mieux profiter de sa présence pour causer et ne rien faire de plus. Kelfron, c’était son nom, le dragon des sables. La voyageuse déglutit un peu car elle savait bien le prestige que c’était que de rencontrer un des dragons de Dreamland, et comprit un peu mieux qu’elle devait se tenir tranquille et ne pas trop l’ouvrir ou faire des conneries. La créature avait de quoi imposer, encore plus que tout à l’heure. Sigan parlait avec le dragon et la matheuse voyait à peu près où elle voulait en venir : lui faire prendre conscience de son inexistence ? De son absence totale du monde ? Joy suivait le dialogue avec intérêt – même si elle n’était pas foncièrement d’accord avec Sigan, cette dernière avait le mérite de présenter quelque chose de différente, une autre voix, au dragon des sables qui semblait aller de surprise en surprise. La gitane poursuivait son interrogatoire et l’incompréhension ou la surprise qu’était ce dragon amusaient Joy. Elle le comprenait un peu. Elle n’aurait pas attendu mille ans et elle aurait sûrement craqué bien avant, mais elle saisissait l’idée. Vouloir être tranquille ce n’était pas négociable et on pouvait être prêt à tout pour se retirer du monde. Elle se sentait un peu comme lui, toutes proportions gardées. Elle prit la parole en voyant Sigan dire au dragon d’aller sortir voir le monde.



- Sigan, d’abord je comprends son geste, et c’est pourquoi je te rejoins toi, au final. Je m’explique pour vous, Kelfron. Comme vous j’ai voulu...et je veux encore...me retirer du monde, parce qu’on m’a trahi, tous ceux en qui j’avais confiance m’ont trahi et je ne souhaitais que la paix et la tranquillité, en développant mon pouvoir. Je l’ai fait, je suis restée dans ma bulle pendant ces quatre dernières années – une goutte d’eau par rapport à vous, je sais bien, mais pour moi, c’est beaucoup...- et effectivement, j’ai été tranquille, j’ai trouvé la paix. J’ai fait mon job, j’ai tué beaucoup de gens, sereinement, sans être trahie ni attaquée ni traquée. Mais depuis quelques temps, j’ai compris que je ne vivais pas. Dans notre monde de voyageurs, ceux qu’on appelle les stoïciens se rendent hermétiques à tout et peuvent même s’éloigner de tout ce qui les affectent. Oui, très bien, mais voilà... ils ne vivent pas. Je l’ai compris que trop récemment : on doit souffrir, on doit se heurter à d’autres, on doit se mettre en danger, prendre des risques, et encore et toujours accorder sa confiance et sa bonne santé à d’autres. C’est comme ça que ça marche, nous devons tous compter les uns sur les autres, et en effet, c’est dur, c’est douloureux, on aimerait aller mieux, aller toujours vers le mieux possible, l’ataraxie de l’âme, l’absence d’affects, n’être que sérénité, calme, prospérité, bonheur...sauf que ça ne fonctionne pas comme ça. Maintenant je sais que j’ai appris de mes souffrances, de mes errances, de mes douleurs...tout ça me rend maintenant heureuse, parce que je sais que je peux le traverser et aller mieux, avancer ! Vous craignez de rencontrer des marchands ? Imposez-vous à eux. Vous craignez le Seigneur du Sable ? Mettez-lui la misère, rendez-le fou, imposez-vous au monde au lieu de le subir. Je sais que je ne suis qu’une voyageuse, une insecte par rapport à vous, mais je vous comprends tellement que j’ai eu envie de pleurer en songeant à votre solitude. Et vous savez quoi ? Un chanteur de mon monde a écrit dans une de ses chansons « la solitude n’est plus une maladie honteuse ». C’est-à-dire que ça ne sert à rien de vous prendre le chou, de vous culpabiliser pour votre ermitage, comme ça ne sert à rien, Sigan, de lui dire qu’il y a plein de choses à voir, comme je vous dis que ce n’est pas la vie. Non, là où je vous comprends, c’est que la solitude est bénéfique, mais ce ne peut pas être un état continu...vous êtes immortel, vous avez le monde entier à voir, à cultiver, à élever, à aider...ou à détruire, vous pouvez faire ce que vous voulez !


La matheuse souffla un coup et tomba à genoux. C’était étrange, comme monologue, c’était comme utiliser son pouvoir à fond en continu, elle se sentit vidée et soulagée d’avoir exprimé des choses qu’elle avait en tête depuis quelques mois. L’histoire de Kelfron, finalement, c’était la sienne, et en disait au dragon quoi faire, elle se donnait aussi le courage d’avancer. Toujours avancer, c’était bien le désert de Rokhan et la vie des marchands, non ? Elle reprit à voix basse, enfin.


- Ce que j’en dis, c’est qu’à rester seul ici dans votre tempête, vous vous empêchez de rencontrer des gens qui auraient besoin de vous, comme vous auriez besoin d’eux. Je sais que vous êtes un dragon, mais j’espère sincèrement que même un dragon de Dreamland a besoin de quelqu’un.


Elle laissa Sigan reprendre le flambeau de la discussion, elle était un peu attaquée. Serrant les poings, elle regardait Kelfron dans les yeux, non pas pour le défier ou pour le convaincre, mais simplement pour observer ses réactions et voir comment il prenait son discours. Elle avait été sincère, et au pire il l’engueulerait et resterait sur son avis. Les gens étaient souvent comme ça, enfoncés dans leurs pensées sans voir les lumières des autres âmes autour d’eux. Sigan voulait donc lui révéler son avenir, ce qui amusa la voyageuse qui émit simplement une remarque un peu pour rire.


- A quoi ça sert de connaître son avenir alors qu’on lui vend le monde à explorer, à re-découvrir ? S’il sait déjà ce qui l’attend, il pourrait bien rester ici en prétextant qu’il connaît déjà son futur ailleurs ah ah ah ! T’en dis quoi, Kelfron ?
Voir le profil de l'utilisateur
Sigan / Dyler
Créature
Sigan / Dyler
Points de Puissance : 31 250 Points (D) / 14 000 Points (S)
Points de Réputation : 28 400 Points (D) / 9 000 Points (S)
Messages : 66
Re: Outlaw [Dyler et Sigan & Joy] Sam 5 Jan - 1:05

Et là.... la voyageuse elle est parti dans un monologue mais alors un monologue ! Je l'observais d'un air un peu ahuri et exagérément abrutis en train de répondre au dragon en disant au passage que je disais un peu de la merde selon elle. Baaaah ! Pas grave ! Je pense pas avoir le monopole de la vérité. Je suis même très loin de tout savoir donc c'est pas ça qui va me choquer. La contradiction ne m'a jamais dérangé. Je m'étais assise en tailleur sur le sable tiède, entre le dragon et la voyageuse, les observant tour à tour. Quand à ce que je répondit à tout ça quand Joy eut finit, ça devait ressembler à un rire suivi de :


- Ah bah dis donc t'en tiens une couche toi ! C'est pas tous les cours qu'on croise une voyageuse qui a autant de répondant hein ?!
- En effet.
- Ouais enfin toi tu peux parler ça fait 2 000 ans que tu vois personne. Ton meilleur compagnon de discussion c'est le vent.
- Et il ne me déçoit jamais.
- Toi aussi tu as réponse à tout à ce que je vois.

Je regardais le dragon et commençais limite à causer avec lui comme si c'était mon pote. Je suis comme ça moi. Personnellement je ne formalise pas trop et je parle à peu près de la même façon à tout le monde. Qu'il soit seigneur ou larbin, je lui parlerai de la même façon. Et en fait, ça ne semblait pas déplaire au gros lézard qui m'observait puis Joy avec ce qui pouvait ressembler à un très léger sourire qui habitait sa gueule. Il semblait intéressé par notre discussion ou notre présence. Je sais pas. Peut-être avait-il quitté le monde et la civilisation sur un très mauvais souvenir qu'il ressassait et que voir à quel point nous on est trop sympa, ça lui faisait plaisir. Ou peut-être appréciait-il juste cet échange pour ce qu'il est selon moi. Une discussion posée et sans prise de tête, sans le moindre enjeux. A moins qu'il n’apprécie ce moment pour sa rareté ? En tout cas, il ne semblait plus du tout aussi agressif que lors de sa toute première prise de parole. Il semblait aussi un peu plus loquace à chaque prise de parole, comme s'il redécouvrait cette fonction de son corps.

- Je comprends ce que vous voulez me dire toutes les deux. Mais mon choix de m'isoler était motivé et je savais ce que je perdais en faisant ce choix. Je savais que je me privais de belles rencontres en même temps que je me coupais des mauvaises.
- Et à aucun moment pendant tout ce temps tu t'es dis que tu changerais d'avis ?
- Pas vraiment. Mon choix était motivé et absolu. Pour faire simple, renoncer à ma réclusion serait rendre toutes ces années d'isolement vaines. Certes tout ce temps que j'ai passé seul m'a permi de penser, de me retrouver avec moi même et d'apprendre à connaître ce désert comme personne ne le connaîtra jamais. Il m'a permis de me trouver. Mais... j'ai comme le sentiment au fond de moi que me reconnecter au monde me couperait de moi-même à présent.

Je saisissais plus du tout où il voulait en venir. Personnellement je n'ai jamais été seule avec moi-même. Enfin, je suis plus solitaire depuis que je suis maudite mais je n'ai jamais cherché cette solitude. En fait, on pourrait même dire que c'est quelque chose qui m'effraie un peu. Certainement pour ça que je voyage autant. Je suis addicte aux rencontres. En un sens ce dragon me semblait étrange dans l'incompréhension de sa démarche qu'il suscitait pour moi mais aussi fascinant. Vraiment je comprends pas du tout ce qu'il peut ressentir et ça me frustre un peu en même temps que je trouve ça curieux.

- Je trouve vos perspectives séduisantes, bien que je n'adhère pas tout à fait à ta vision voyageuse. En effet, n'ai pas l'envie d'imposer mon existence au monde, ma volonté. Imposer ma volonté aux marchands m'aurait été possible. Combattre Raas'en'Haal aussi. J'aurais pu survivre à ces deux choses et même l'emporter mais... Je ne me suis jamais retrouvé dans cette façon de m'imposer. Le lâche... oui... c'est comme cela que mes congénères dragons m'appelaient dans le passé. Kelfron le lâche. Par ce que j'ai toujours préféré fuir les affrontements que de m'imposer, malgré le fait que j'en ai le pouvoir.
- Baaaaaah ! On s'en fout de ce qu'ils pensent les autres. Moi on me traite bien de voleuse juste par ce que je suis une nomade. Et puis bon, c'est pas lâche ce que vous avez fait. Je trouve qu'il faut plus de courage pour supporter les conséquences d'un tel choix que d'aller à la facilité de l'affrontement.
- Je rejoins cependant la voyageuse. Savoir mon avenir ne m'intéresse pas. Ça n'a jamais été un de mes soucis.
- Je suis complètement d'accord ! Connaître son avenir c'est pour les pigeons !
- Pourquoi vendre tes divinations alors ?
- Par ce que c'est pour les pigeons justement ! 
-  M'as-tu pris pour un pigeon alors ?
- Non juste quelqu'un de perdu qui peut avoir besoin d'une boussole. Il ne faut se dire aussi qu'avant y avait pas de psy alors bon, pour se confier et tenter d'être rassurer sur eux-mêmes ou le monde qui les entourait les gens allaient voir des mystiques. Et c'est ce que tu as fais non ? Tu t'es senti menacé et tu as décidé de faire un repli mystique sur toi-même. Quoi de plu mystique d'un désert... sa solitude, son charme romantique et sa terrible cruauté ?

Ouaaaaah cette discussion n'a juste aucun putain de sens ! Et bon, c'est pas que je m'ennuie mais j'aimerais sortir de cette tempête et puis surtout, j'aimerais vraiment éviter que Dyler débarque et découvre le Dragon par ce que j'ai pas la moindre foutu idée de ce qu'il tenterait de faire s'il rencontrait ce dragon. Mon mec c'est tellement un fou, un déglingos ! Le Dragon entama une discussion avec la voyageuse alors que je regardais tout autour de moi. On pouvait entendre le vent fouetter l'air de particules de sable dans un espèce de grondement sourd mais étouffé tout autour de nous. La tempête qui faisait rage. Au terme de sa discussion avec la voyageuse à laquelle je ne prenais plus trop part, enfermée dans mes propres pensées, Kelfron sembla prendre conscience de mon envie de m'en aller et m’apostropha.

- Je vous remercie de m'avoir parlé comme vous l'avez fait... toutes les deux. On m'a rarement parlé ainsi, avec autant de bienveillance et sans arrières pensées. Ce que vous m'avez dit... j'y méditerai et prendrai une décision... Un jour. Mais ce moment n'est pas encore venu. Mais le temps est cependant venu pour vous de retrouver le monde. Je n'ai qu'une demande.
- oui ?
- Respectez mon choix et ne dites à personne que vous m'avez rencontré.
- Ok pas de soucis. C'est dommage par ce que ça me faisait une belle histoire à raconter mais bon... Une de plus une de moins... hihi !

Le dragon écouta la réponse de Joy puis nous laissa rejoindre la roulotte. Le Dragon d'enfonça alors dans la tempête dans une démarche majestueuse... Quête créature majestueuse ! Pas comme ces attardés de pandas ! La bulle de protection, l'accalmie au milieu de la tempête resta cependant autour de nous alors que la tempête suivait le dragon, finissant par nous libérer complètement de la prison qu'était cette tempête. La tempête s'éloignait dans les sables du désert de Rokhan avec Kelfron le dragon en son centre qui disparaissait tel un mirage à l'horizon. Mais à jamais il restera dans nos mémoires.  Je me tournais vers ma belle sœur en lui adressant un sourire un peu mesquin.

- Dis tu promet que tu vendras pas l'info sur le dragon hein ?! On a juré de rien dire !
- Traite moi tout de suite de menteuse et de grippe-sous !
- Tu viens de Rokhan tu sais !

C'était purement gratuit, une pure volonté de lui envoyer un petit fion pour rire. Mais bon, avec tout ça, on est pas encore à Rokhan même. Faudrait se remuer le fion et s'y mettre car notre destinée se trouve à Rokhan.... là où les lumières s'éteignent !
Voir le profil de l'utilisateur
Joy Killamanjiro
Ligue M
Joy Killamanjiro
Pouvoir : Contrôleuse des maths
Points de Puissance : 40 650
Points de Réputation : 45 750
Messages : 449
Re: Outlaw [Dyler et Sigan & Joy] Lun 14 Jan - 18:31

La créature rigola. Les marchands de Rokhan étaient finalement un peu tous les mêmes : très bavards pour raconter des superficialités et pour vendre leurs marchandises, mais incapables de parler franchement, avec le cœur et la raison ensemble, quitte à se dévoiler, quitte à se dénuder, quitte à se montrer vulnérable. Dans le nuage qui était en fait un cocon de sable, Joy savait qu’elle pouvait se le permettre. Qu’importe un rire nerveux ou gêné ou juste moqueur d’une créature. Elle était au-dessus de ça, maintenant, et puis elle regardait le dragon avec un air amusé, compatissant, mais aussi de défi. Il était toujours plus intéressant de se frotter au monde que de se planquer, telle était la leçon que voulait lui donner Joy. Qu’allait-il en faire ?


Le dragon répondit à la créature qui lui parlait comme s’ils étaient accoudés à un bar. Le dragon était résolu à rester, disait-il. Joy voyait un peu son idée. On était ce qu’on habitait, et ce désert, comme cette cage d’ermite c’était son habitat, c’était donc lui, et ce qu’il voulait. La routine, l’habitude, la connaissance des lieux. C’était rassurant, mais c’était aussi ce qu’il était pleinement devenu. Joy ne l’avait pas vu comme ça, mais elle était obligée de reconnaître qu’il marquait un point. Tout en se refusant à sa condition et tout en vomissant la Famille, elle tuait, elle connaissait les mafieux et leurs codes, c’était son élément et c’était devenu également une partie non négligeable d’elle-même, qu’elle pourrait perdre en quittant l’organisation...raison pour laquelle elle ne la quittait pas. En plus d’être cachée par Golde Lion, elle connaissait comme sa poche ses terrains de chasse favoris et ce qu’elle devait y faire. Quant à la solitude, elle ne pouvait rien en dire de plus : le dragon appréciait la sienne, la voyageuse n’y voyait qu’une immense lassitude. En tant qu’humaine, avec une vie peu développée, très courte, douloureuse mais aussi rempli de joie et de moments intenses et dingues, la solitude valait pour quelques moments qu’on pouvait savourer, mais pas du tout pour une vie. Elle écouta le dragon la reprendre.



- Je ne te dis pas que vous êtes lâche, non, je vous comprends et il faut être fort pour vivre seul aussi longtemps, je pense. Fuir les affrontements, ce n’est pas fuir le monde, et fuir n’est jamais une solution. Votre solitude prend alors la forme d’une excuse bien ressassée, et non plus d’un argument pertinent...Mais enfin, je ne veux pas donner de leçon depuis ma petite vie de voyageuse, peut-être qu’un jour vous vous souviendrez de ce qu’on vous a dit et vous sauterez le pas. Parce que franchement, on s’amuse plus quand y’a des gens autour de nous, bons ou mauvais…


Joy arrêta de parler, Kelfron continuerait par la négative, il n’était pas encore prêt pour sortir de sa bulle. C’était sans doute une vision trop humaine pour être comprise par les créatures centenaires ou millénaires de ce monde, mais la voyageuse avait parfois des discussions avec des créatures qui semblaient assez vieilles pour porter le poids du monde, mais tellement jeunes et craintives dans leurs propos que ça la laissait vraiment perplexe. Aucune prise de risque, aucune intensité, que du néant assez plat et fade. Le dragon lui rappelait en cela Deus. Un Seigneur qui pouvait aller partout et compter dans ce monde, faire des choses et rencontrer des gens...mais non, il était lassé des autres, c’est-à-dire finalement de sa propre existence. Le fossé était toujours présent à cet endroit entre les voyageurs et les créatures, et une nouvelle fois Kelfron montrait qu’il était encore profondément là.


A la promesse de ne pas révéler la présence et la position de Kelfron, Joy ne dit rien mais leva le bras pour montrer une main amicale, comme un signe ou un salut particulier. Elle respecterait le vœu du dragon, même si elle n’était pas d’accord avec lui. Il aurait bien un moment de lucidité pour sortir de sa cage de lui-même, tout comme elle. Ensuite elle assista au départ du dragon, sa puissance et sa magnificence, typiquement dreamlandiennes ! Elle évitait d’ouvrir la bouche en raison du sable en rafales, mais elle le faisait bien en son for intérieur, c’était un sacré spectacle.

Les deux créatures reprirent leurs discussions en disant de ne rien dire au sujet du dragon. Les marchands de Rokhan étaient toujours précédés de leur réputation, c’était pas un mal de donner des indications à la belle-sœur, en effet. Pendant ce temps, la tempête partait loin des trois femmes et Joy commença à regarder les environs.



- Faudrait qu’on se remette en route, je suppose que j’peux compter sur vous ?


Elle alla s’asseoir sur le toit de la roulotte, assise en tailleur, en méditant et en se concentrant sur les propos du dragon. Une cage valait-elle mieux que la liberté ? Est-ce qu’il fallait rester sur les chemins balisés, seule, éloignée de tous ? La voyageuse ne savait que dire. Elle s’amusa pendant un temps à faire tourner ses billes de bois en orbite autour de sa tête, pour affiner toujours plus son contrôle mathématique, tout en retournant les questions dans tous les sens. Les yeux fermés, elle écoutait le silence du désert, pour essayer de mieux capter ce que voulait dire Kelfron. Sa rencontre était une expérience intéressante, autant visuelle que cognitive. Il apportait quelque chose de différent, une voix particulière face aux affres de ce monde des rêves. Finalement, du haut du toit, Joy essaya de parler avec Sigan.


- Dis, au fait, qu’est-ce que vous allez faire à Rokhan toutes les deux ? Tu as dit que c’était ta belle-sœur, il est où ton mari ? Si c’est pas indiscret, bien sûr.
Voir le profil de l'utilisateur
Sigan / Dyler
Créature
Sigan / Dyler
Points de Puissance : 31 250 Points (D) / 14 000 Points (S)
Points de Réputation : 28 400 Points (D) / 9 000 Points (S)
Messages : 66
Re: Outlaw [Dyler et Sigan & Joy] Dim 3 Fév - 14:34

- Faudrait qu’on se remette en route, je suppose que j’peux compter sur vous ?
- Ce serait une bonne idée oui. Et bien sûr que tu peux compter sur nous. On va au même endroit de toute façon.
- Oui mais avant faudrait un peu réparer la roulotte de papa.
- de Dyler tu veux dire nan ?
- Ouais... de mon enfoiré de frangin ouais.

En effet, même si la roulotte avait résisté à un tas de choses depuis les siècles qu'elle existe et qu'elle parcoure Dreamland, elle avait quand même pris un peu chère dans cette violente tempête. Plusieurs vitres avaient éclatés et toute la peinture sera à refaire et certaines planches seraient à changer. On fera ça à Rokhan au pire. Le problème c'était plutôt les roues enfoncées dans le sable et le fait que l'une d'elle, avait certainement percuté une grosse pierre alors qu'on traversait la tempête, elle tiendrait pas longtemps. Pas jusqu'à Rokhan en tout cas. Heureusement ; on a tout ce qu'il faut pour réparer ce genre de choses à l'intérieur. Avec ma belle-sœur on commence les réparation tandis que la voyageuse, grâce à son pouvoir dégage assez facilement les roues et nous permet de soutenir le poids de la  roulotte alors qu'on change la roue. Pendant que nous réparions, la voyageuse me demanda la raison de notre voyage à Rokhan. Nous nous regardons Carissy et moi et elle se met à répondre en première.

- Je dois vendre des marchandises... et j'ai rendez-vous avec mon frère. Pas son mec, l'autre. Mais bon, apparemment ça va finir en réunion fraternelle tout ça. J'ai pas hâte !
- Et moi... J'ai rendez-vous avec Maghiore !
- Quoi ? Mais qu'est ce que tu lui veux à cet enfoiré ? Pourquoi tu me l'as pas dit ?
- Je dois protéger mon petit jardin secret enfin ! Hihi

Elle me regardait mauvais alors que je l'observais avec un petit sourire mesquin tout en ricanant un peu. J'aime la taquiner. Elle me rappelle plus Dyler qu'elle ne le voudrait. C'est pour ça que j'aime bien la compagnie de ma belle sœur. Puis la voyageuse posa une autre question. Elle nous demanda où était mon mari. Là, je voyais Carissy faire de grands gestes de négation à la voyageuse pour lui signaler que c'était le sujet à éviter. Ça m'amusait un peu. Je suis pas aussi susceptible que Dyler mais disons que oui, j'aime pas trop être rappelée à ma triste réalité. Mais en même temps, pourquoi en vouloir à cette voyageuse qui ne m'a rien fait et qui exprime juste sa curiosité. Je penche un peu la tête et affiche un grand sourire en lui répondant.

- Il m'attend à Rokhan. Et... on est pas vraiment mariés en fait. On en a toujours été empêchés. On n'a jamais trouvé la possibilité. On a des agendas qui ne coïncident jamais. 

Je pense qu'elle devinait que j'évitais la question et que je donnais des réponses évasives qui n'étaient que des demi-réponses et des demi-vérités. Je ne me sentais pas d'humeur à évoquer ce genre de choses avec une inconnue à vrai dire.

Une fois tout ça fait, on est parti pour Rokhan. Carissy m'aide à me repérer, elle connaît ce désert mieux que moi. Elle avoue elle-même sans peine qu'elle est elle-même un peu paumée et pas persuadée de savoir où elle est. On s'était pas mal écarté des sentiers battus et des dunes connues des marchands pour aller dans la tempête, qui avait de toute façon pas mal redessiné la topographie des lieux.Ni moi ni ma belle-soeur ne faisions plus référence au dragon. En fait ça nous était passé assez vite. On était passé à autre chose. S'il y a une chose que les habitants de Rokhan et ceux du Hameaux avaient en commun, c'est le fait de vivre plutôt l'instant présent que dans le passé. Pour des raisons différentes mais tout de même. Après les marchands ont tendance à pas mal anticiper le futur. Personnellement, j'envisage les choses qui m'arrivent immédiatement au lieu de faire des plans sur la comète. Quand on est habitué à survivre plutôt qu'à vivre durant toute son enfance...

Au terme d'un voyage qui parut un peu long pour la voyageuse, moins pour nous qui étions habituées, voyage durant lequel j'avais laissé ma belle sœur conduire la caravane et j'avais préféré m'isoler de la voyageuse pour éviter d'autres questions indiscrètes. C'est pas que je l'aime pas... Je déteste personne moi ! Non c'est juste que, comme je viens de le dire un peu plus tôt, je ne me sens pas d'humeur à évoquer mon passé avec n'importe qui. Et puis, je vais être franche, je ne fais pas complètement confiance à cette voyageuse. Elle me fait ressentir quelque chose d'assez... glaçant. J'avais donc passé une partie de mon temps sur la route seule dans mon boudoir à préparer potions, onguents ou encore lire le livre d'enchantements que j'avais acheté quelques nuits plus tôt dans le but de m'améliorer dans ce noble art magique.

Arrivés à Rokhan, je sors de la roulotte avec la banane. J'aime bien ce royaume ! J'y retrouve un peu de ce que j'aimais là d'où je viens... en plus propre et plus vivable. J'aime aussi cette impression hors du temps que donne son marché qui semble figé dans une période historique dépassée, celle d'où je viens. Je sais pas pourquoi mais ce royaume me rend nostalgique. J'ai l'impression de retrouver Dreamland tel qu'il était il y a quoi ? 200-300 ans quand j'y viens. Et c'est vrai que rien n'a réellement changé en plusieurs siècles ici. Si le royaume a grandement rapetissé. Il a  perdu sa gloire d'en temps, à l'époque où les marchands du monde entier se retrouvaient ici au terme de voyages fabuleux pour échanger richesses, marchandises et histoire. C'était autrefois une réelle capitale, le carrefour du bout du monde. Aujourd'hui, ça ressemble plus à une bourgade ou un relais de caravaniers. Et des rêveurs « touristes » viennent polluer le décors à prendre des photos, découvrir l'exotisme de ce royaume et de son marché, rendant leur présence complètement anachronique. Le tout avait un arrière goût un peu triste... Mais en même temps, j'aimais ce que ce lieu me faisait ressentir.

Carissy nous quitte. Elle dit avoir des affaire à régler sur le marché alors qu'elle embarque un sac que je devine remplis de richesses. Je me retrouve donc un peu seule avec la voyageuse. Nous avons toutes les deux la même direction, le même objectif... rencontrer Maghiore.
Voir le profil de l'utilisateur
Joy Killamanjiro
Ligue M
Joy Killamanjiro
Pouvoir : Contrôleuse des maths
Points de Puissance : 40 650
Points de Réputation : 45 750
Messages : 449
Re: Outlaw [Dyler et Sigan & Joy] Mer 6 Fév - 19:58

Les deux créatures repartaient vers de nouvelles aventures chocolatées, si bien que Joy apprit de la bouche de Sigan qu’elles avaient le même objectif au final : rencontrer le Roi marchand de Rokhan, Maghiore. La voyageuse ne savait pas vraiment à quoi s’en tenir avec ce Roi qu’elle avait rencontré une seule fois, et pas forcément dans les meilleures conditions. A l’époque elle voyageait avec un anonyme que tout le monde traquait et son lapin...pour finir esclave dans un marché franchement mal famé de la ville principale. Maghiore apparaissait souvent comme un faux vrai stratège, un type un peu naïf et difficile à suivre mais avec toujours quatorze mille coups d’avance qui donnaient l’impression d’être totalement improvisés dans l’instant. Un talent en soi, il fallait bien le reconnaître.

Sur le sujet du mari, Joy sentit assez rapidement qu’elle avait touché une corde sensible. Carissy lui faisait de grands gestes, d’abord des non avec son index, puis des gestes nets de sa main tendue en aller-retours au niveau de son cou. Quoi ? C’était pas une question à poser ? Il fallait bien la poser au moins une fois pour savoir que ce n’était pas une question à poser, nope ? Mais Sigan répondait, avec une précision toute vague, ou une exactitude qui pouvait laisser à désirer. Empêchés, des agendas qui ne coïncidaient pas ? Joy plissa les yeux en essayant de capter ce qu’elle voulait dire puis haussa les épaules. Encore une sale histoire de cœur qui a mal fini, à coup sûr. Elle comprit qu’il ne valait mieux pas trop trop insister sur cette question ; si elle passait plus de temps avec elle, elle aurait tout le loisir de l’aider ou de lui apporter une solution plausible, si cette dernière existait bien sûr. Dreamland avait le chic pour planter des situations de manière définitives, sans trop se poser de questions ni même faire de sentiments.


Chemin faisant, Joy reconnut aux habitants de Rokhan l’incroyable méconnaissance de leur royaume, doublée d’une absence d’inquiétude totale sur le sujet. Les créatures avaient un côté des animaux les plus intelligents de la terre, c’était tout simplement l’intensité de vie. Ils vivaient le moment présent comme les humains oubliaient parfois ou souvent de le faire. Seul comptait l’instant présent, être là, être dans la situation, jamais dans le passé, jamais dans le futur, sauf peut-être Deus...Le dragon était déjà oublié alors qu’il envahissait les pensées de la matheuse qui retournait la vie de la créature millénaire dans tous les sens pour en tirer des leçons. C’était quelque chose qu’elle admirait et qu’elle détestait à la fois : les créatures vivaient intensément leurs vies, mais ne prenaient pas souvent leurs rencontres comme des expériences intéressantes qui permettaient de se changer soi-même. Leur nature prévalait, comme l’instant. L’être, le verbe. Être là, palpable et bien posé dans le monde onirique.


La matheuse avait aussi le temps pour méditer car la route semblait infinie. La malédiction du désert de Rokhan est de démontrer dans la chair l’étirement inlassable du temps...elles faisaient trois quatre cinq nuits en une seule, sans pression. Un calvaire quand on était voyageuse, en raison de la dépense d’énergie et des sens qui devaient rester toujours en alerte, sur le qui-vive. Sigan s’était isolée, et Joy s’était assise sur le toit, à faire et refaire inlassablement des exercices qui pompaient environ entre 10 et 25 % de son énergie. Des exercices sur les exposants et des manipulations de billes de bois les yeux fermés, tout autour d’elle. Fermer les yeux et ressentir les choses, ressentir les formules tout autour d’elle et visualiser un peu mieux ce qu’elle formulait autour de son crâne. L’exercice qu’elle adorait faire était simple : les deux mains sur les genoux, faire passer une bille de bois en trajectoire en cloche, de droite à gauche, de gauche à droite, les yeux fermés, tout en essayant d’accélérer sa vitesse de déplacement. Alerte spoiler : elle ne parvenait pas à une vitesse suffisante une fois Rokhan enfin en vue ! Malgré un entraînement qui avait semblé durer plusieurs jours, mais deux heures en vrai, c’était une petite déception, signe aussi qu’il lui restait un chemin conséquent à faire.



- Aaaaaaaaaaaaaah Rokhan….non j’déconne, tu ne m’avais pas manqué, vieille ville de merde !


La voyageuse s’étira et s’envola pour atterrir à côté de la roulotte. Elle remercia chaleureusement les deux créatures et surtout la conductrice de la fin de l’aventure, qui lui avait permis de se reposer comme rarement au cours d’une seule nuit. C’était un peu comme passer dans la Salle de l’Esprit et du Temps de Dragon Ball Z. Elle retint l’idée si elle devait s’entraîner sur la longue durée un jour, même si l’intendance à prévoir était beaucoup trop grosse pour qu’elle le fasse. L’idée de l’ermitage était cela étant une bonne chose, et elle mit ça dans un coin de sa tête. Disparaître dans un temps étendu aux yeux de Dreamland, ça pourrait bien un jour avoir son charme.

Une fois les adieux terminés, Sigan suivit la voyageuse pour aller faire un petit coucou au Roi des lieux. La ville ne changeait pas, des marchands venus de partout, des caravaniers, un marché à ciel ouvert qui avait diminué au fil des années mais qui gardait sa petite réputation. La matheuse vit des articles intéressants pour Jock mais la mission passait avant les loisirs et le shopping ! Elle prit la direction du lieu de vie de Maghiore et arriva devant une baraque qui était au centre d’un marché disposé en cercle. On indiqua le Roi en train de pioncer dans un transat et la matheuse s’approcha accompagnée toujours de Sigan. Une créature dormait sur une chaise terriblement trop longue pour lui, avec un bouquin défoncé sur le visage. Joy toussota pour réveiller l’individu qui se redressa et leur adressa un sourire colgate du feu de dieu. Il était jeune et beau gosse comme jaja, le salaud.



- Ouais les filles ?
- Vous êtes Maghiore ?
- Waouh je rêvais que j’étais en train de pioncer sur le bord d’une piscine et ce connard de King Arthur me jetait de l’eau sur mon dos bronzé et chauffé par le soleil ! Quel cauchemar ce mec !


Il partit dans un récit épique qui opposait son fun à celui du King Arthur, dans une bataille sans merci qu’il répétait avoir gagné largement. La matheuse haussa un sourcil et se tourna vers sa camarade. Le bagou de Rokhan, c’était plutôt son rayon.
Voir le profil de l'utilisateur
Sigan / Dyler
Créature
Sigan / Dyler
Points de Puissance : 31 250 Points (D) / 14 000 Points (S)
Points de Réputation : 28 400 Points (D) / 9 000 Points (S)
Messages : 66
Re: Outlaw [Dyler et Sigan & Joy] Mer 6 Fév - 23:39

La voyageuse annonçait haut et fort qu'elle détestait ce royaume ; Je savais pas trop pourquoi ni comment c'est possible car bon, à part se faire méchamment arnaquer au point d'en perdre ses 4 membres, ce royaume a pas grand chose de bien méchant pour un voyageur. Enfin bon, chacun ces goûts. Moi comme je viens de le dire, j'aime bien. Nous traversons le marché qui compose toute la ville sans réellement nous parler. Personnellement, je flâne un peu. Je prends mon temps pour observer, écouter, m’enivrer un peu de l'atmosphère du lieu. Je constate que certaines personnes me reconnaissent en me voyant passer. Sans être une célébrité locale, disons que Rokhan est le genre de royaumes où, autant moi que Dyler pouvons difficilement passer inaperçus par ce qu'on est connu et reconnus. Il faut dire que c'est pas grand et que les gens du coin, quand ils vous arnaquent pas, passent leur temps à parler. Alors évidemment que l'histoire de l'enfant du pays qui est devenu le contrebandier le plus sournois de Dreamland qui a été maudit pour avoir tenté de voler la fiancée du roi du Hameau puis qui s'est démerdé pour faire raser le dit Hameau... C'est le genre d'histoire qu'on aime raconter au coin du feu comme une histoire exotique. Un conte merveilleux issue d'un temps révolu en somme. Et il faut dire que la famille de Dyler, sans être une famille mega réputée reste une des plus vieilles familles issues de Rokhan. Enfin moi on me repère un peu mais Dyler j'vous raconte pas. De ce que je sais, quand il circule entre les échoppes, son passage est tapissé de murmures et de racontars. Je pense que c'est en partie pour ça qu'il n'aime pas venir ici. Ça et le fait qu'il déteste Maghiore, qu'il déteste son frère, qu'il déteste assez globalement les marchands du coin et leur attitude et qu'il prenait cordialement son père pour un débile.

Je me formalise pas trop de tout ça et me contente de toucher avec les yeux et de sentir l'odeur des épices, entendre au passage des histoires d'aventure et mensonges commerciaux. J'aime bien ce royaume. Je ne peux pas m'empêcher de sourire et j'ai presque envie de danser ! Ça doit se sentir et se voir dans ma démarche. Personnellement il m'en faut assez peu pour me vider la tête, me divertir, me détourner de mes tracas quotidiens.  

Nous arrivons finalement jusqu'au seul bâtiment construit en dure de tout le royaume. Encore un point commun entre Rokhan et le Hameau. Le roi et son habitation était le cœur du royaume et tout gravitait autour, il était le seul à avoir une réelle maison dans un paysage de bidonville crasseux. Il y a quelques personnes qui sont réunis dans le bâtiment à discuter. En fait, avant d'être la résidence du roi, ce bâtiment est une sorte de hall commune, une espèce d'Agora, de place publique que le roi squatte quand il est de passage ici. Les gens du coin se formalisent pas trop de la présence de Maghiore qui visiblement pionce comme un loir dans un coin, étendu de tout son long. J'aime bien la vision que les gens du coin ont de la royauté. Le roi n'a pas réellement d'autorité su les gens du coin. C'est juste « leur meilleur représentant » Maghiore est un peu la quintessence de ce qu'est u  marchand de Rokhan dans tout ce que ça a de positif comme de négatif. Il se réveille d'un coup, il semble frai comme un gardon, pas du tout comme s'il venait de se lever ! Il commença à nous raconter son rêve. Je regardais la voyageuse pour observer sa réaction. C'est toujours marrant à voir les réactions que produisent des types comme Maghiore sur les gens peu habitués à le rencontrer.

- … et on se battait ! Puis là je lui dis « temps mort ! C'est syndical ! » Il accepte et je commence à discuter. La pause quoi !  Je négocie avec lui à essayer de voir comment je peux faire pour m'en débarrasser et là... une tarte dans ma gueule ! Il a vu das mon regard que je m'amusais le saligaud ! J'y peux rien j'aime trop négocier Hahaha ! Oh mais... tu serais pas là nana du mariage toi ? Aaaaaah le mariage de Cupi-chan et Law... c'était cool ! Y avait un max de chaudasses et aussi pas mal d'animation ! Je me suis bien marré ! Et toi...

Et là, un peu comme je le craignais, quand il m'eut un peu plus capté, ayant finit de se parler tout seul et de faire son show, Maghiore me calcula réellement et afficha un grand sourire avant de s'approcher de moi, poser un genou à terre et de me faire un baise main avant de prendre une voix suave et faussement virile de séducteur d'opérette.

- Bienvenue à Rokhan beauté de mes jours ! Ta présence illumine ce morne marché !

Ouais... Alors pour la petite histoire ! Maghiore, il adore essayer d'avoir tout ce qu'il n'a pas et se désintéresse un peu de ce qu'il a déjà. Comme un gosse quoi !  Et il aime encore plus essayer d'obtenir ce qui appartient à d'autres ! C'est aussi un vrai coureur de jupons ! A partir de là, je pense que vous voyez assez vite où je veux en venir non ? Maghiore, il a envie de me pécho depuis plusieurs siècles maintenant ! Pourquoi ? Pour le plaisir d'obtenir celle pour laquelle un royaume est tombé, pour le challenge, pour faire chier Dyler, par ce qu'il le peut. Et c'est en partie pour ça que moi aussi j'évite de venir ici. Non pas que ça me dérange d'être courtisée... loin de là. Mais être courtisé par Maghior c'est un peu différent par ce que je sais que c'est le genre de choses qui peuvent mettre Dyler dans une folie furieuse. Je fais un rire un peu nerveux avant de lui répondre en retirant ma main avant que ses lèvres ne se posent dessus.

- Bonjour Maghiore.
- Elle je sais pourquoi elle vient ! Elle a un cadeau pour moi ! Mais toi beauté... Qu'est ce qui t'attire dans mon modeste royaume ? Attends attends je sais ! Je sais ! T'as quitté Dyler, le mec sans doute le moins fun du monde et ton corps est habité par le feu dévorant de la passion que tu me voue ?! Tu veux que je te fasse un prêt ? Attends non ! Tu as un service à me demander !
- Non je viens pour vendre des scoubidous pour la croix rouge !
- Hahahaha ! Décidément je t'adore Sigan ! Nan mais vraiment qu'est ce que tu fais avec le contrebandier le moins sympa de tout Dreamland ? J'sais pas ! Tu veux pas tourner la page après tout ce temps sans le voir ?
- Oh tu sais il y a diverses raisons ! Tout d'abord il est plus beau et virile que toi. T'es mignon mais ton air tout juste post-adolescent ça m'excite moyen. Et tu sais moi les hommes je les préfère trop dark et torturés. Si tu te teins les cheveux en brun, j'y réfléchirai peut-être. Et puis tu sais... Il est l'homme qui m'a enlevé mon cœur !  Tu peux pas lutter. 
- Hahaha ! Nan je crois pas ça m'irait pas trop ! Et ça va pas trop dure de vivre sans coeur ?  Allez comment je peux te faire changer d'avis ? Hmmmmm... Et si je t'invite à manger... et plus si affinité... Tu me réponds ? 
- A tes risques et périls ! Certains n'en sont jamais revenus. 

Maghiore explose de rire. Il fait de malin. Il est toujours comme ça et dès qu'il a un public, c'est encore pire... Il est toujours en public pour info. Il agis un peu comme un relou insistant mais il sait se montrer plus subtile que ça. C'est justement une façon de cacher la subtilité de ses actions en douce. Je pense doucement à la voyageuse qui se fait plus ou moins ignorée alors que j'accapare toute l'attention de Maghiore. Je sais à peu près comment le gérer quand il est dans cet état d'esprit. C'est un peu un tout bête concours de fion et de répartie. Il suffit de garder son calme et de ne jamais prendre mal le moindre truc qu'il te dira, même si clairement il cherche à te déstabiliser mentalement. Pour gérer Maghiore, vaut mieux être armé de patience et ne jamais prendre trop personnellement tout ce qu'il dit, chose que mon homme n'arrive pas à faire, raison pour laquelle il est incapable de gérer son roi.

- hahaha ! Qu'est ce qu'on se marre ! Bon ! Allez dis moi ce que tu me veux stp, j'ai un cadeau à ouvrir !
- C'est demandé si gentiment !

Je prends une profonde inspiration avant d'annoncer ce que je vais dire. C'est que ça demande du courage. Je sais qu'en prononçant ces mots, je vais m'engager dans un sacré paquet d'emmerdes. Et j'aime pas trop ça moi les emmerdes ! C'est pour ça que je suis une gitane ! Je préfèrerais avoir une conversation plus privée avec Maghiore mais c'est impossible. Tout se fait en public ici ! Absolument tout ! La notion même d'intimité et de secret est pas mal étrangère aux genre de Rokhan.

- J'ai besoin de tes services.
- En tant qu'escort boy ? Quand tu veux ! Je peux te faire un tarif par ce que c'est toi par ce que je suis pas donné.
- En tant que négociateur.
- Dyler est pas capable de le faire pour toi ? Bon, c'est une tête de con violente et trop dure en affaire mais ...
- Je veux que tu m'aide à entrer en négociation avec Lucrecia !


Ma demande une fois posée installa un blanc, plus personne ne parlait dans la pièce. Tout le monde ici, à part peut-être la voyageuse connaissait Lucrecia. Au moins de nom ! Ils savaient tous qu'elle était une puissante négociatrice et que faire affaire avec elle était jamais une bonne idée. Maghiore pour sa part restait silencieux et afficha un large sourire. Pas son sourire de jeune branleur playboy... Nan ! Un vrai sourire intéressé un peu déplaisant ! Le sourire du type qui flairait la bonne affaire et qui avait trouvé un moyen de bien s'amuser.
Voir le profil de l'utilisateur
Joy Killamanjiro
Ligue M
Joy Killamanjiro
Pouvoir : Contrôleuse des maths
Points de Puissance : 40 650
Points de Réputation : 45 750
Messages : 449
Re: Outlaw [Dyler et Sigan & Joy] Sam 9 Fév - 12:42

Se faisant superbement ignorer, et sans doute à juste titre, la matheuse écoutait la discussion qui allait bon train entre le Roi des marchands et Sigan. Les créatures avaient toujours ce don insupportable que de mettre de côté les voyageurs qui passaient pour des insignifiants dont on ne se préoccupait qu’à la fin. Joy avait pris l’habitude, à force de vivre avec les mafieux, mais en dehors de Kazinopolis ça restait toujours un peu surprenant, voire crispant. Mais enfin, qu’était une vie aussi courte que la sienne au regard de ces créatures qui pouvaient avoir plusieurs siècles ? C’était comme être dans un repas de famille en étant gamin, un peu, et il fallait l’accepter avec un regard d’adulte, et peut-être une compréhension qui dépassait de beaucoup celle de ces mêmes créatures, en fait.


Au moins elle apprit le nom, le métier et le lien plus ou moins clair qui existait entre Sigan et son mec. Les histoires d’amour finissent mal en général, disait-on. Maghiore était clairement en train de proposer un plan  la créature, qui lui disait que son cœur était pris. Pas de love story en vue, mais une petite session de cul, pourquoi pas ? C’était ça le deal ? Joy fit la moue, se demandant juste quand on lui demanderait de se casser maintenant qu’elle avait filé le cadeau au Roi. Mission accomplie, veuillez agréer etc etc. Finalement c’était pas si dur que de trouver le destinataire, et maintenant elle pourrait bien dépenser une prime ou deux dans des objets ou de la bouffe locale pour se mettre bien et prendre quelques nuits de repos ici pour voir un peu mieux ce que pouvait proposer la ville. Surtout, elle pouvait aussi rencontrer son vieux pote marchand accompagné de son lapin de voyage, ça ferait longtemps ! Même s’il était rarement présent à Rokhan, s’il était présent ça valait bien de s’arrêter quelques jours pour chiller avec lui, en souvenir du bon vieux temps !


A force de diverger la matheuse en sortait même de la conversation, qui revenait sur l’objectif suivi par Sigan. Les marchands ne discutaient jamais trop au hasard, c’était un truc qu’elle avait appris en traînant avec son pote. Ça piaille, ça piaille et à un moment ça se jette à l’eau pour ferrer la poiscaille. C’était apparemment le moment pour Sigan d’aller droit au but, et la matheuse reprit le sens de son écoute pour rester attentive à ce qui sera bien vite échangé, en public avec témoin comme le voulait la tradition dans la ville ! Joy s’attendait à un truc bien costaud, mais elle ne s’attendait absolument pas à entendre popper le prénom de Lucrecia. Elle connaissait l’histoire de la nana un peu de loin, mais c’était suffisant pour avoir un geste de recul. La Reine des Sorcières de Dreamland, défoncée par le Royaume du Feu, sérieusement ? Ça c’était de l’aventure ! Joy esquissa un sourire entendu en voyant les réactions que ça procurait. La vache, Sigan n’avait pas fait semblant ! La peur due à ce prénom était surtout en lien avec les marchés qu’elle passait, selon ce que Joy avait entendu comme rumeur. Faire un deal avec elle n’était jamais tout à fait une bonne idée, qu’importe ce que ça apportait il fallait toujours réfléchir à deux fois avec elle ! A quoi jouait Sigan ? Difficile à dire pour la matheuse qui n’avait qu’une vision partielle des choses, elle le sentait et il lui manquait deux trois informations cruciales pour comprendre l’ampleur de la demande.


Par contre Maghiore avait un air qui était soudainement beaucoup plus inquiétant. Lucrecia, un marché, et sans doute des raisons de trouver ça marrant. Il ne dit rien pendant un petit instant et observait la créature avec les yeux à la fois malicieux et malsains. Il cogitait à fond les ballons et il avait trouvé quelque chose qui lui plaisait énormément, manifestement. Il ne disait rien mais ouvrit le cadeau amené par la voyageuse. Le coffre en bois scellé découvrit une lettre, juste une lettre, vieillie, avec une signature, un sceau, une écriture manuscrite que Joy reconnut par transparence comme celle de Golde Lion. Après lecture, Maghiore émit quelques mots à voix basses et de la poudre d’or s’échappa de la lettre et forma un collier en or qui alla entourer le poignet du Roi des Marchands. Un échange ? Une affaire de gros sous ? Il rangea la lettre dans le coffre et il balança le coffre sur une pile de lampes incassables mais cassées.



- Ah ah ah ah ! J’adore ce jour, j’ai l’impression que les cieux s’ouvrent à tous mes marchés, merci Deus, vieille branche dépressive ! Sigan, t’es vraiment physiquement intelligente, brillante et méga bonne, tu le sais ça ! C’est pourquoi j’accepte de t’aider, même avant qu’on bouffe ensemble...non ne me remercie pas, tu me remercieras en nature comme tu sais si bien le faire ! Enfin j’espère que Dyler ne viendra pas nous interrompre, j’suis pas de ce bord !


Il disait les choses de manière légère, trop légère pour être pris au sérieux par la créature qui lui souriait et qui n’en disait rien. Joy haussait juste un sourcil en entendant le début de la phrase. Qu’est-ce que Golde lui avait donné pour qu’il soit d’aussi bonne humeur et qu’il accepte le marché sans frémir ni trop discuter ? Elle avait la tête baissée et quand elle la releva pour observer le Roi de Rokhan, elle se rendit compte qu’il l’observait attentivement, les yeux remplis d’une malice moins malsaine mais rempli de félicité, de victoire. Ça ne présageait rien de bon, cette fois.


- Je vais t’aider Sigan, je vais t’aider d’une manière que je viens d’imaginer et que je n’aurais jamais eu y’a deux jours ! Tu sais pourquoi j’adore mon job ici ? Parce que la nouveauté est constante, tout me surprend et j’invente et je réinvente tous les jours ! Imaginer qu’on viendrait me demander une parlotte avec Lucrecia, ou penser que ta pote voyageuse viendrait vers moi ! Non y’a pas à dire, j’adore vraiment trop ce taf !


Bon, le mec se paluchait en public sur son statut, jusque là on était d’accord que c’était plutôt normal et pas franchement ce qui faisait avancer les choses. Mais la matheuse le sentait, Maghiore était joueur, il aimait faire monter la pression pour mieux envoyer la sauce. Il aimait parler en captivant son auditoire, en sachant qu’il tenait ses auditeurs par sa palabre prolixe. Il savourait même ça, en tant que marchand ça devait réellement le mettre dans une joie énorme.


- Je te propose mes services, bien sûr ! Mais je ne souhaite pas rencontrer cette tarée de Lucrecia, j’ai peur qu’elle me propose un deal de merde, je la sens venir de loin tu sais, et j’ai plein de choses à faire ici je suis surbooké comme tu peux le voir ! Par contre tu as mes services, et la voyageuse à côté de toi va t’accompagner et va t’aider à négocier ce que tu souhaites avec Lucrecia ! Elle vient de Kazinopolis et on vient de me la donner, elle m’appartient et elle bosse pour moi à partir de maintenant ! Elle sait faire plein de choses, enfin je suppose ! Satisfaite ou remboursée, mais je sais satisfaire les femmes comme toi, Sigan ! Qu’est-ce que t’en dis ? Et qu’est-ce que tu me donnes en échange de ce service d’escort-girl de luxe ?


Joy fit une tête de trois pieds de long. C’était elle, le cadeau, Golde Lion venait de la vendre à Maghiore en direct live. Elle bouillait de rage d’être considérée une nouvelle fois comme une marchandise, elle plissa les yeux et eut dans l’idée de le tuer maintenant, sur place, et reprendre sa liberté. Mais une pensée la saisit rapidement...pourquoi l’avoir vendue ? Pourquoi maintenant ? Et à qui profitait le crime ? Elle se calma, tempéra sa respiration saccadée et attendit. Elle était à Rokhan, elle changeait de Patron, ça voulait tout dire. La Famille, la partie des Traders style american way of life, tout ça prenait du sens. Maghiore était un Tonton, et ils venaient de faire un mercato sans aucune forme de pression. Elle prit l’information sur elle et attendit la suite des événements. Après tout, c’était son job à elle.

Tout en méditant sa vengeance encore plus rageusement que jamais.
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Re: Outlaw [Dyler et Sigan & Joy]

Outlaw [Dyler et Sigan & Joy]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» New Age Outlaws VS Brtish Invasion 2VS 2
» Outlaw Motorcycle Club Paris (Garage appartenant à Ace)
» The Outlaw Tahar Tahgel [FB 1622]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Partie RP :: Quatrième Zone :: Rokhan-
Sauter vers: