Bienvenue

Liens utiles

Effectifs

Ligue B : 18 membres
Ligue M : 7 membres
Ligue S : 0 membre
Créatures : 10 membres
Inclassables : 0 membre
Seigneur cauchemar : 1 membre
Rois des rêves : 0 membre

Top-Sites & Discord


Membres du mois

Joy
Profil
Top quêtes
Léo
Profil
Top vote
Code par MV/Shoki - Never Utopia



 

Partagez | 
 

 Un café siouplait ! [Quête Edgard et Weiss]

Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Admin
Messages : 457
MessageSujet: Un café siouplait ! [Quête Edgard et Weiss]   Mer 15 Aoû - 0:03

- Bon les bizuts... Ce soir, vous débutez par ce que cette bande de fils de pute qui me servent de sujet et qui branlent jamais rien quand je suis surbooké moi, eh bah ils ont enfin eu la bonne idée de m'envoyer des gens pour me filer un coup de main. Bon... vous allez vite comprendre votre douleur ! Ici on déconne pas ! Bizut N°1 ! C'est quoi le taf le plus chiant que t'ai fais de ta vie ?

Il posa la question à Edgard mais n'attendit même pas qu'il lui réponde, continuant son discours. Mais d'ailleurs, on est où et avec qui ? Pourquoi et comment bordel à couille ? Roh c'ets bon faites pas vos chouineuses c'est pas très important tout ça !

- Eh bah imagine que le taf que tu vas avoir ce soir... c'est 10 000... NON !!! C'est un million de fois pire ! Les poses ? Tu t’asseoir dessus ! T'es constamment sollicité ! Quoi qu'on vous demande de faire, faut le faire par ce que si vous le faites pas, personne le fera. Un gosse de merde qui veut des chichis, une grosse qui veut un paréo, un couple qu'il faut sauver de la noyade, une invasion de méduses qu'il faut gérer, les locations de pédalo et jet ski, la police de la place, le nettoyage de la plage et des installations, faire la météo, les analyses de l'eau et du sable pour s'assurer que tout est sécur' et blablabla et blablabli et mes couilles sur ton front elles sont en coton ! ... Et ça c'est rien que sur la plage !

Bon je pense que vous l'aurez deviné ! Vous êtes face à Deskjauke, seigneur des vacances et du travail qui vous a engagé pour cette nuit pour être ses assistants qui seront là pour l'aider dans toutes les tâches qu'il doit réaliser. Il essayait de vous expliquer vaguement ce qu'ils devraient faire. Visiblement, ce seraient les larbins d'un peu tout le monde. Pas compliqué sur le principe.

- C'est le taf le plus ingrat du monde et le plus chiant ! Mais c'est aussi le plus important par ce que certes, vous, vous galérez comme des damnés ! Mais dites vous que vous, vous faites ça pour des vacanciers qui attendent parfois des mois pour un jour de repos, de congé. Et vous c'est votre devoir cette nuit, de faire en sorte qu'ils aient des vacances chanmés leur race ! Et j'préfère vous prévenir tout de suite que je serai le plus méchant es managers de tout Dreamland ! Si vous faites mal un truc, j'serai sur votre cul et j'vous le défonce promis juré craché et après j'vous encule ! Pigé ?! Bon plan d'action !

Il dévoila alors une acrte du royaume qui était découpé en plusieurs parties. Un parc d'attraction, une montagne articficielle et une plage ainsi qu'une petite ville dans laquelle il fallait tout faire, composter les tickets du cinéma, nettoyer ce dernier, lancer les projections, activer le télésiège, faire la sécurité de l'escalade, faire le moniteur de luge, vendeur de prêt à porté etc etc. Bref, imaginez tous les métiers qui s'activent de près ou de loin dans la filière du tourisme... Bah vous serez 3 pour tous les faire, absolument tous, à l'échelle de tout le royaume ! Bonne chance les cons ! Hahaha vous vous êtes fais ken mais d'une force en acceptant cette mission ! Hahaha putain les cons ! Jamais vu des boulets se faire autant niquer. A part peut-être François Fillon qui s'est quand même bien fait NIQUAY !!!! Ah et au passage, il vous dit qu'il est vénèr comme manager mais... il est aussi juste purement un rageux qui est foutu de vous tabasser juste par ce qu'il est stressé. Mais ça, vous le découvrirez bien assez vite. Bref, il semble chaud comme la braise à commencer.

- Heureusement je me suis tapé de sacrés vacances. Du coup là je suis d'attaque !

L'ours en peluche seigneur sortit de la baraque à frittes  dans laquelle il avait fait tout ce discours similaire à celui d'un général avant une bataille, pur motiver les troupes, fut accosté par près de 40 personnes qui vinrent tous le solliciter pour un renseignement, une demande, une location d'un pédalo, l'achat d'une glace, d'un paréo ou une demande triviale du genre aller secourir leur enfant qui est en train de se noyer. L'ours en peluche se tourna vers les deux stagiaires à son service d'un air triste et dépité. Sa motivation avait été vaincue en quoi ? 2 secondes ! Beau jeu !

- Putain... c'est quand les vacances ?!

Il a à peine le temps de dire ça qu'il se met dans une sorte de rage de travail, son regard s’obscurcit et il commença à répondre à toutes les demandes comme un cinglé, insultant tout le monde au passage, s'activant comme un fou. Il est en train de faire des crèpes quand il vous regarde en train de rien faire.

- Activez vous les bizuts ou sinon j'vais bien niquer vos baronnes avec mon Gun !



Il sortait de nul part un énorme Colt en signe de menace. Je serais vous je m'activerais. En gros, c’est soit vous vous défoncez et vous ruez à la tâche soit c'est lui qui vous tuera. Le fun quoi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamland-infinity.forumactif.com
avatar
Ligue B
Pouvoir : Pouvoir des 9 queues
Points de Puissance : 21 000 points
Points de Réputation : 18 400 points
Messages : 129
Localisation : Horror Park
MessageSujet: Re: Un café siouplait ! [Quête Edgard et Weiss]   Mer 15 Aoû - 12:28

Edgar s'était mis à chercher un job étudiant, afin d'avoir davantage de pouvoir d'achat et de ne plus faire partie de la caste des étudiants fauchés. Il avait fini par en trouver un mais, peu habitué à servir les gens, il avait fait quelques gaffes et le patron du café où il bossait n'était pas satisfait. Il lui avait conseillé de se sortir les doigts du cul et de se documenter, afin de pallier son inexpérience.

Edgar avait alors eu une idée : il se servirait de Dreamland afin de gagner de l'expérience dans le monde du travail. Il avait donc cherché Workland ou, du moins, un royaume s'apparentant au travail. Sa recherche n'avait pas été bien fructueuse jusqu'à ce qu'il tombe sur une annonce. Le seigneur d'un royaume cherchait des aides afin de gérer son royaume.

Quelques nuits plus tard, Edgar se faisait donc copieusement hurler dessus par une sorte d'ours en peluche qu'il avait trouvé mignon au prime abord. Comme quoi, les apparences étaient souvent trompeuses. Il y avait d'autres aides et, parmi eux, une sorte de créature aux cheveux blancs et au teint maladif. Edgar fut intrigué et aurait bien entamé la conversation s'il avait été en présence d'un employeur lambda. Mais quand il vit le tempérament de l'ourson, le jeune homme se dit qu'il fallait mieux se mettre au travail. Il se précipita donc vers la foule de touristes geignards. Un gamin l'attrapa par son smoking de travail.

— MON BALLON ! RENDEZ-MOI MON BALLON !
— Où est votre ballon, monsieur ?
— Dans ton cul, ahahahah
— Plaît-il ?

Son manager dans le monde réel lui avait intimé de se montrer professionnel et poli en toutes circonstances. Une veine apparut sur le front d'Edgar mais il resta calme et souriant.

— Non, en vrai, c'est le grand ballon bleu qui flotte au loin, dans la mer. On jouait avec des cop...
— Je reviens de suite, monsieur, déclara Edgar.

Quels sont les points forts du Voyageur ? Sa vitesse et son endurance. Les touristes purent donc assister à une course folle en direction de l'eau, à faire pâlir de jalousie un sauveteur professionnel, puis à une nage rapide en direction du ballon. Mais n'y avait-il que le ballon, dans l'eau ? Un gosse geignard était embarqué vers le large. Bah ouais, il n'y avait pas de sauveteur. Edgar foutu un coup dans le ballon de toutes ses forces pour le ramener vers la plage, chopa le gosse et se mit à nager à toute vitesse afin de revenir sur la plage.

Le gosse allait bien mais le ballon avait été crevé par une mouette. Edgar laissa le gosse à sa mère et prit le ballon avec lui, et l'amena à la cabane de l'équipe de surveillance des plages, où il trouva une rustine et une pompe. Il le répara, le regonfla puis le ramena au gosse blagueur qui le remercia de tout son coeur.

— C'est pas trop tôt, vous en avez mis du temps.

D'autres demandes fusèrent et Edgar eut beaucoup de mal et dut pousser ses capacités jusqu'à leur retranchement. Lesquelles ? Oh, vous pensez qu'il s'agit de la vitesse et de l'endurance ? Ahahaha. Ahaha. Ah. Ah.. Bouhouhou. Non, plutôt les capacités de résister au burnout et à l'envie d'étrangler son prochain. Au bout d'une demi-heure, Edgar avait gagné en efficacité et ne s'exprimait plus que par onomatopée.

— M'sieur ? Oui ? Ballon ? Où ? J'arrive.

Il avait décidé de s'occuper de toutes les tâches qui consistaient à aller chercher des trucs à toute vitesse (remplacez trucs par "gamins geignards / maris infidèles / belle-mères suicidaires / mémés paumées / roues de secours / planches à voile / glaces / clés oubliées sur la porte / ballons au large / valises / alcools / verres / fiancés bourrés / trousses de secours / outils de plongée / autres équipements sportifs") et de rester dans le périmètre de la plage, vu que c'était une zone vaste, étendue, où il fallait être rapide pour pas que les glaces fondent, entres autres.

Le truc le plus saugrenu qu'on lui avait envoyé chercher, c'était une tondeuse à gazon. Les mecs avaient décidé de faire du wakeboard avec, sans se soucier que le moteur allait être noyé par l'eau. Mais Edgar n'était pas payé pour leur apprendre à réfléchir mais pour exaucer leurs souhaits, alors il s'était exécuté.

Il espérait que les autres s'en tiraient avec les autres tâches et zones, qu'il leur avait laissé. En croisant l'albinos, il lui fit un sourire et leva un pouce en l'air afin de lui montrer que, de son côté, il parvenait à s'en sortir à peu près bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Mutation du bras droit
Points de Puissance : 22 000
Points de Réputation : 4 100
Messages : 90
MessageSujet: Re: Un café siouplait ! [Quête Edgard et Weiss]   Dim 9 Sep - 16:32

Cela faisait déjà quelques temps que l'ermite avait entrepris son voyage dans tout Dreamland. Il avait eu l'occasion de rencontrer tellement de choses différentes, tellement de personnes marquantes ! Pour lui la vue de nouveaux paysages était déjà la preuve que son voyage en valait la peine, surtout lorsqu'il apercevait les si grands buildings de Borliday. La ville était bien plus animée que les royaumes typiques qu'a pu croiser l'albinos, tout le monde avait l'air si pressé de se déplacer d'un point A à un point B, tant de gens se collaient les épaules sans pour autant créer de désordre et donc ne pas se sentir ralentis. La cacophonie qui se dégageait de l'endroit était perturbante mais Weiss sentait son cœur battre de plus en plus vite alors que l'excitation de parcourir la ville se faisait de plus en plus grande.

Le seul hic et bien… C'est que récemment le porte-monnaie du forgeron se faisait bien maigre ces temps-ci. Il n'avait pas tant eu l'occasion d'obtenir de nouveaux fonds pour son voyage à travers diverses tâches, le forçant à dormir à la belle étoile la plupart du temps. On pouvait dire que ce royaume était une sorte de cauchemar pour l'albinos qui était bien trop pauvre pour se permettre de dormir confortablement, mais peut-être que Borliday aurait besoin de ses services et donc lui permettre de mériter son pain. C'est donc que commença la longue quête de Weiss… Celle de trouver du travail, parce qu'on le croit ou non, les habitants du royaume était si irrités qu'ils n'étaient pas prêts d'accepter un inconnu comme l'ermite pour travailler avec eux. Cela demandait d'investir du temps dans sa formation,  de payer les éventuels pots-cassés s'il faisait des erreurs, de payer un salarié en plus… Bref, toutes les bonnes excuses d'un patron bien salé par sa journée compliquée.

C'est en se présentant à la mairie de Borliday que Weiss pu obtenir un travail, hourra ! Un fonctionnaire avait écouté la requête du forgeron et lui trouva presque immédiatement une tâche très précise : celle de travailler pendant le jour de congé du royaume. Sur le coup, Weiss n'y voyait aucun soucis, il accepta donc le job, signant les différents papiers constituant son contrat etc… Puis vint le jour où il rencontra Desjauke, le roi de la ville. Si l'on mettait de côté le fait que la réunion se déroulait dans une barraque à frites, Weiss écoutait attentivement les instructions de la créature, même si elles étaient assez extrêmes. Le forgeron ravalait sa salive lors qu'il mémorisait le premier jet de tâches éventuelles pour aujourd'hui, ayant une pointe d'admiration pour Desjauke lorsque ce dernier prenait un ton plus compatissant lorsqu'il précisait que même si le trio allait passer une sale journée, ils allaient la passer pour combler les besoins de personnes qui ont attendues longtemps avant de pouvoir mériter leur repos. Ces paroles avaient gonflé à bloc le forgeron alors qu'il suivait de près le roi avant de tous sortir de leur planque. Oui, le terme était bien planque, parce qu'une fois un pied mis dehors… Une myriade de vacanciers s'abattit sur notre trio pour les acculer de centaines de demandes.

N'ayant même pas le temps de faire connaissance avec son partenaire pour la journée, et un peu motivé par la menace de Desjauke, Weiss décida d'obéir et de se diriger vers la zone qui lui serait attribué pour le moment : le centre-ville. Pendant qu'il courait il défiler avec une vitesse impressionnante les pages du manuel que lui a confié le roi quelques minutes plus tôt, recessant à peu près les milliers de trucs que peut potentiellement réaliser l'albinos dans l'heure. Heureusement qu'il avait la capacité de tout mémoriser d'un simple coup d'œil, mais dans la situation actuelle il frôlait la disjonction mentale… Il démarrait sur les chapeaux de roues alors qu'il enfilait une nouvelle tenue dans une cabine d'essayage, enfilant une chemise et un pantalon plus adapté à l'accueil en magasin. Oui, Weiss allait devoir conseiller et vendre en même temps. Dans un magasin d'habits. Pour femmes….

- Je ne sais pas si ce bikini me va bien…
- Que dîtes-vous de l'essayer dans la cabine ? Vous pourrez également essayer celui-ci, celui-là et celui-ci encore, je trouve qu'ils iront à ravir. Surtout qu'aujourd'hui nous disposons d'une promotion à -25% pour un second bikini achetés.
- Monsieur, j'aimerai passer une commande pour mon amie !
- J'arrive dans un instant !
- VENDEUR ! Je ne trouve pas le prix pour cet article !
- J'arrive dans une minute !
- J'ai perdu mes clés ! J'étais sûre de les avoir laissée sur le comptoir !
- Elles sont dans le panier juste à côté de la caisse, faites attention la prochaine fois s'il-vous-plait !
- J'aimerai acheter des fleurs !
- Dans le magasin d'à côté si vous le voulez bien !


Malgré le nombre assez énormes de demandes le forgeron restait calme et neutre, même si une goutte de sueur perlait sur son front alors qu'il courait de magasins en magasins pour contrôler que tout allait bien, jusqu'à les fermer quelques temps avant de s'adonner à d'autres activités.

- C'est la première fois que vous tentez de passer le permis ?
- Oui…
- Très bien, je m'appelle Weiss et c'est la première fois que je ferais passer le permis à quelqu'un, enchanté.
- Euh… c'est vous le moniteur ? Où est Desjauke celui qui m'a fait passer les heures de conduites pendant mes congés ? Vous avez votre permis ?
- Non,  ce sera tout comme questions ? J'ai terminé de lire le code de la route, nous pouvons y aller. Ceinture s'il-vous-plait.
- Oh seigneur…


Quand faut tout faire, faut le faire bien ! Armé d'un stylo et de la grille d'évaluation, Weiss débuta le passage du permis de ce jeune homme qui avait de sérieux doutes sur la morale de cette histoire. Alors que tout se déroulait sans réels accros jusqu'à maintenant, l'albinos repérait au loin une personne suspecte qui arracha le sac à main des bras d'une femme, avant de s'enfuir avec à bord d'un vélo. Sans hésiter, Weiss ouvrait la boîte à gant où il y trouvait plusieurs objets : des menottes, une matraque, une arme à feu… Des trucs de policier quoi ! Il saisissait le gyrophare pour le placer sur le toit de la voiture de l'auto-école, commençant à passer la tête par la fenêtre pour monter à son tour sur le toit.

- Rapprochez-nous de cet homme ! Il faut absolument que nous l'attrapions !
- Et mon permis alors ?!
- Vous êtes encore sous évaluation, maintenant accélérez ! Et n'oubliez pas le clignotant avant de vous engager !


Sans l'avoir remarqué l'albinos passait à côté de la zone de travail de son partenaire, ce dernier semblant l'avoir repéré alors que Weiss était debout sur le toit d'une voiture d'auto-école qui faisait un boucan d'enfer avec le gyrophare. Néanmoins, le forgeron répondait tout de même par un pouce levé et un sourire, la situation étant encore sous contrôle ! Pour l'instant en tout cas…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
Messages : 457
MessageSujet: Re: Un café siouplait ! [Quête Edgard et Weiss]   Ven 14 Sep - 23:24

Edgar faisait tranquillement son taf... enfin tranquillement, tout est relatif. En effet, c'était très stressant et ça se faisait pas aussi facilement que ça, mais il arrivait à tenir plus ou moins, et au moins, à supporter les demandes incessantes et parfois saugrenues des créatures et des rêveurs en vacances. Et là... sans crier gare, l'ours en peluche, chef du royaume bipolaire lui envoya une énorme patate dans le nez.

- Mais enfin abruti c'est quand que t'arrête de faire n'importe quoi ?! Nan mais regarde ce que t'as fait !!!

Il pointa une direction de sa papate toute mole de nounours en peluche, encore gantée d'un point américain dans lequel aucun doigt ne n'était inséré, à se demander comment il avait pu frapper Edgar avec. Si edgar n'était pas un imbécile qui regarde le doigt plutôt que la lune quand on la lui pointe pouvait alors voir que ce que pointait le roi de borliday n'était autre d'une réelle scène de massacre. Les rêveurs qui avaient demandé une tondeuse avaient eut la connerie de la démarre dans le sable. La lame en tournant sur le sable avait projeté du sable à haute pression à la gueule d'une créature, l'écorchant vif, le tout avant que la lame ne se casse sur un galet, projetant la lame dans les jambes de joueurs de volley de plage (le français!!!!!) leur découpant au passage.

- Ils sont en vacance mais c'est pas pour autant qu'il faut les laisser faire n'importe quoi espèce de demeuré !!! Si un te demande un kalach pour aller braquer une banque tu vas lui donner sous prétexte qu'il est en vacance ?

L'ourson en peluche bondit sur Edgar en lui foytant une autre patate dans le pif.

- La réponse est non bizu ! Allez répare moi tes conneries putaing !!!

Sans aucune forme de procès, il laissa Edgar se démerder avec ses conneries. Il allait devoir joueur au docteur... non ! Pas faire du touche pipi ! Jouer réellement au docteur, ou du moins essayer d'emmener tout ce beau monde réellement jusqu'à l'hôpital le plus proche pour éviter que ça ne meurt incessamment sous peu. Deskjauke lui avait autre chose à foutre ! Il devait aller accompagner une classe verte venue de babyland jusqu'à sa prochaine animation de loisir.

De son côté, Weiss donnait à ce jeune conducteur pas trop fconfiant et complètement en stress l'examen de la conduite. La créature semblait moyennement en confiance avec Weiss, surtout en découvrant qu'elle s'y connaissait plus que lui. En fait, le laxisme apaprent de weiss le stressait. Le côté colérique de Deskjauke avait pour lui un aspect rassurant. Tant qu'il ne s'énervait ps, c'est que tout va bien. Mais là, avec Weiss, il perdait ses moyen par ce qu'il avait l'impression que le pire pouvait arriver qu'il ne serait pas là pour l'aider en appuyant sur la pédale de frein pour arrêter le véhicule. Vous savez dans une situation d'urgence genre pour éviter de foncer sur Deskjauke qui fait traverser le passage piéton à des enfants. Quoi ? C'est ce qui est train de se passer ? Mais quelle coïncidence !

Evidemment ce qui devait arriver arriva. La voitur percuta à toute vitesse le petit roi du travail qui s'envola sur bien 250 mètres avant d'atterrir contre un mur. Ce dernier se releva comme si de rien n'était. Rien de cassé... pas un seul os. En même temps, il n'en a pas ! Yohohohohohohohoho ! Il était là, face à la voiture dans laquelle se trouvait Weiss et la jeune créature. Pendnat genre 10 secondes, il regarda simplement weiss sans rien dire ni faire. Le tout avant de sortir un putain de lance roquette monstrueux avec un canon de 2ù de diamètre et un missile au moins aussi gros.

- Putain mais qui m'a fichu une bande de bizuts aussi nazes ! Tu l'as eu dans une pochette surprise ton putain d'permis ? ! J'vais t'apprendre à bien faire ton travail Moi !

Et là, au calme, il tire son missile droit sur la bagnole. La jeuen créature au volent sortit de la voiture en beuglant. Hahahahaha j'adore mon taf ! Pas dit que Weiss et Edgar aiment autant leur taf de la nuit ! Perso je prends mon pied. La nuit commence tout Juste que Deskjauke semble plus tressé et véner que jamais. Sortir direct la grosse Bertha... les gars sérieux, vous chiez dans la colle !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamland-infinity.forumactif.com
avatar
Ligue B
Pouvoir : Pouvoir des 9 queues
Points de Puissance : 21 000 points
Points de Réputation : 18 400 points
Messages : 129
Localisation : Horror Park
MessageSujet: Re: Un café siouplait ! [Quête Edgard et Weiss]   Sam 13 Oct - 19:00

Edgar se sentit coupable. Il s'était laissé dépasser par les événements et avait fini par perdre son sens critique et son libre arbitre, obéissant aux ordres les plus insensés de ses clients. Cette attitude avait mis en danger un groupe de personnes et c'était entièrement de sa faute. Il écouta donc piteusement la gueulante poussée par le nounours.

— Je suis vraiment désolé, monsieur. Cela ne se reproduira plus.

Il sprinta en direction de la plage afin de constater les dégâts. Ils n'étaient pas des moindres et dépassaient les maigres compétences en secourisme d'Edgar. Il ne s'arrêta pas pour rassurer les blessés car chaque minute comptait. Il sprinta le long de la plage, balayant les environs du regard. Son visage finit par s'éclaircir et il se dirigea à toute vitesse vers ce qui semblait être le quartier général des maîtres nageurs.

— Bonjour, y a-t-il un secouriste ici ? fit-il à l'adresse de la première créature qu'il apperçut.

Il s'agissait d'une grande blonde aux yeux bleus, au corps athlétique et aux courbes dissimulées derrière un tee-shirt blanc qui portait la mention "STAFF". Elle tirait des lattes sur une cigarette et ne semblait pas voir Edgar. Le jeune homme agita sa main devant ses yeux.

— Excusez-moi, il y a des blessés et...
— Vous voyez pas que je suis en pause ? Vous aimeriez qu'on vienne vous déranger quand vous êtes en pause ? Non. Alors attendez quinze minutes comme tout le monde.
— Vous ne comprenez pas, c'est une urgence...
— Non mai c'est pas croyable, vous êtes un sacré phénomène. Vous êtes exactement comme mon ex mari, Roger. Comme je l'expliquais l'autre jour à Marcel, il avait la fâcheuse tendance de...

Edgar hésita à reprendre sa route tandis que la créature continuait son monologue.

— Êtes-vous formée à porter les premiers secours ?
— ... dans la cuisine. Il avait oublié les alliances dans la cuisine ! Premiers secours ? En effet, oui, cela me rappelle d'ailleurs cette fois où Roger avait caché du rhum dans une bouteille vide de Javel afin de boire en cachette et où il s'était trompé de bouteille. Il m'avait fallu..

Edgar avait déjà foncé sur la porte du bâtiment, qu'il défonça d'un coup d'épaule. Il fouilla l'intérieur de la pièce, trouva une mallette de premiers secours qu'il attrapa, sortit comme une balle de fusil et attrapa la jeune femme qu'il chargea sur son dos avant de foncer à toute vitesse en direction des blessés.

— Qu... KYAAAAAAAAAH

En quelques minutes à peine, Edgar put déposer la jeune femme auprès des blessés et lui tendit la mallette de premiers secours.

— Maintenant, faites votre travail s'il vous plaît. Ces gens comptent sur nous.
— Mmh, il y a un problème...
— Qu'y-a-t-il ? Je peux faire quelque chose ?
— Il me reste encore trois minutes de pause.

Edgar conserva tant bien que mal son calme et se concentra sur les blessés. L'un d'eux s'égosillait, une main ensanglantée plaquée sur le visage.

— Ne vous inquiétez pas, nous allons nous occuper de vous. Gardez votre calme, j'ai amené une personne habilitée à vous délivrer les premiers seco...
— Ah mais non, j'ai une habilitation de degré un. Cela veut dire que je sais comment faire mais je n'ai pas le droit de faire. Il faut une habilitation de degré deux pour pratiquer.
— Mais comment avez-vous pu sauver Roger, alors ?
— C'était en dehors du cadre du travail.
— Mais savez-vous comment les soigner ?
— Oui, mais je ne peux pas car nous sommes dans le cadre du travail.

Edgar regarda les blessés qui avaient besoin de soins de toute urgence, puis reporta son attention sur la créature. Il ne pouvait pas laisser ces gens souffrir par sa faute : il avait causé le mal et il devait le réparer. Il ouvrit la mallette de secours.

— Pouvez-vous me dicter la procédure de soin pour chacun d'eux ?
— Ma pause est terminée donc oui.
— Bien, je vous écoute.

[HDJ : Désolé pour le temps mis o/ J'essaie de répondre à tous mes rps en même temps, mais ça prend du temps]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un café siouplait ! [Quête Edgard et Weiss]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un café siouplait ! [Quête Edgard et Weiss]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» ♣ Le café, ça tache ? | Alix & Ewen
» Stephen Weiss
» Le pot de mayonnaise et les deux tasses de café...
» Café renversé,aquarium, asticots, moisissures...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Partie RP :: Première Zone :: Borliday-
Sauter vers: