Bienvenue

Liens utiles

Effectifs

Ligue B : 19 membres
Ligue M : 7 membres
Ligue S : 0 membre
Créatures : 10 membres
Inclassables : 0 membre
Seigneur cauchemar : 1 membre
Rois des rêves : 0 membre

Top-Sites & Discord


Membres du mois

Jøn
Profil
MVP du Metro
Léo
Profil
Top vote
Code par MV/Shoki - Never Utopia



 

Partagez | 
 

 La Chasseuse de Sorcières - Nyxia {Finito !}

Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Ligue M
Pouvoir : Contrôleuse de la décomposition
Points de Puissance : 19 700
Points de Réputation : 23 400
Messages : 10
MessageSujet: La Chasseuse de Sorcières - Nyxia {Finito !}   Jeu 9 Aoû - 0:27

Illustration du contexte
Nyxia Alžbeta Csejte


Surnom: Von Nachtreich, Bones Eater, la Chasseuse de Sorcières
Sexe: Féminin
Age: 25 ans
Habite à : Bratislava en Slovaquie
Activité : Serveuse et Peintre
Phobie : Fongophobie ou la phobie de la moisissure.
_____

Pouvoir: Permet de saper les forces des êtres vivants et de les faire se décomposer. Fonctionne sur les êtres vivants et tout les objets.
Arme: L'épée Tyrfing visible ici.
Objet magique: Tyrfing qui lui permet d'annuler le pouvoir de décomposition de Nyxia, lui donnant ainsi la possibilité d'utiliser cette épée sans qu'elle ne se désagrège entre ses mains. Peut également lui servir à dialoguer avec son Seigneur Cauchemars à condition de presser correctement certains endroits de la lame.
Alignement : Chaotique Neutre
Objectifs : Trouver une certaine sorcière et éradiquer les autres. Et servir son seigneur, bien sur.
_____

Aime : Les animaux, l'art, les livres, les contes, tout ce qui est sucré.
N'aime pas : La solitude, les endroits clos, le moisi et tout ce qui se rapporte à la mort.
Points de Puissance : 19 700 PP
Points de Réputation : 23 400 PR
Classement : N°1 777 de la ligue M

Ho ! Tu es une sorcière ? Ça à l'air rigolo ! Dis m'en plus...



Description


- 1m67 - Cheveux blancs - Yeux verts tirant sur le gris - Silhouette sèche et musclée - Très expressive de visage -

Élégance. C'est le premier mot qui arrive aux lèvres lorsque l'on voit cette fille aux cheveux blancs. Il se détache de la jeune femme une sorte de sensualité et un petit quelque chose de perturbant qui font qu'elle est assez attirante.
Grande, fine, aux formes bien dessinées, Nyxia aurait put être mannequin avec le corps qu'elle a. Elle possède des cheveux légèrement ondulés dont les tintes passent par toutes les couleurs : du noir sombre au blond, en passant par le châtain et même quelques mèches rousses, ces cheveux forment une véritable palette de couleur, qui se mari sans mal. Cependant, elle ne reste jamais longtemps avec la même couleur de cheveux, étant une adepte de la coloration et du changement. C'est une artiste après tout ! Mais bon, tout aussi farfelue que soit ses colorations, la petite peintre préfère tout de même sa drôle de couleur naturelle, un blanc éclatant, proche de l'argenté, portant quelques reflets nacrés. De plus, ces beaux cheveux lui arrivent un peu plus bas que les omoplates, tombant sur ses épaules et dans son dos en une gracieuse cascade. Cependant, elle a toujours quelques mèches folles qui virevoltent allègrement autour de sa tête, se perdant dans sa nuque ou cachant l'éclat de ses yeux, éclat éternellement malicieux, intelligent et dangereux par moment.

Ces yeux étranges qui semblent vous passer au scanner possèdent une couleur bien particulière ; ils sont verts, avec de jolies teintes d’émeraude. Cependant, en fonction de la luminosité, ils peuvent varier au gris foncé par moment.
Pour rester dans les couleurs pâles, continuons avec sa peau. Ne vous attendez pas à voir une superbe peau basanée, Nyxia vient du grand est, ne l'oublions pas! Du coup, c'est sans surprise que la jeune femme possède une peau couleur de nacre, typique des pays de l'est. Notons cependant que, lorsqu'elle se met au soleil, cette peau délicate vire au doré/brin clair, ce qui a pour effet de faire incroyablement ressortir ses yeux et ses cheveux, lui donnant un charme supplémentaire.
Possédant quelques légères tâches de rousseurs sur l’arête du nez et les joues, la slovaque a une marque très caractéristique que l'on ne peut louper. Courant de son œil gauche jusqu'à son lobe d'oreille en passant par sa joue, la demoiselle a une estafilade fine mais bien présente. Elle déteste d'ailleurs qu'on le lui fasse remarqué, complexant pas mal sur cette déformation de son visage.

Côté vêtements, elle change souvent, mais elle a un faible pour les habits facile à porter mais le tout, en restant un minimum classe. Elle opte généralement pour des ensembles très passe-partout mais elle ne se refuse cependant pas quelques tenues extravagantes et farfelues lorsqu'elle en a envie !
Concernant ce qu'elle peut porter quand elle est à Dreamland, le style change réellement du tout au tout. Elle opte naturellement pour un genre vestimentaire plus moyenâgeux, à grand renfort de corset, chemise amples et braies. Il faut également savoir que, pour palier à son pouvoir, elle prend grand soin de cacher, bander et recouvrir la moindre parcelle de sa peau, pour éviter tout problème involontaire. 

♣️ ♥️ ♦️ ♠️

- Calme - Discrète - Timide - Curieuse - Espiègle - Passionnée d'art - Joyeuse - Vive - Fidèle - Manipulatrice - Légèrement misanthrope - Polie - Bonne comédienne - Froide - Rancunière - Têtue - Intransigeante -

Dans la vie réelle, Nyxia est d'un naturel calme, discrète et timide. Possédant une politesse contre toutes épreuves à tomber par terre, c'est une jeune femme qui se fait souvent remarquer de part son savoir, sa curiosité inlassable mais aussi et surtout, par sa force de caractère. Si elle n'hausse jamais le ton ni ne cherche le conflit, il ne faut cependant pas trop titiller sa patience sous peine de se voir élégamment mais violemment remit en place, le tout, avec un joli sourire glacial que cette jeune peintre sait si bien faire.
Notons également que Nyxia est une passionnée. Passionnée par son art, certes, mais aussi par l'Art en général. Dévorant ainsi à tour de bras livres, encyclopédies et tous supports susceptible d’accroître sa soif de connaissance, elle ne s’arrête jamais. D'ailleurs, elle est appréciée pour ce savoir qu'elle accumule lentement mais surement, mais aussi par sa gentillesse naturelle, sa douceur et sa joie de vivre discrète mais qui a fâcheusement tendance à devenir contagieuse.

Bien, maintenant que son portrait dans la vraie vie est fait, passons à celui dans Dreamland qui, même si il garde des caractéristiques de son original, varie légèrement. A croire que la "vraie" Nyxia ne serait visible que dans ce monde sans queue ni tête.

D'un naturel calme et vive, Nyxia n'est pas le genre de personne à se laisser mener par le bout du nez. Elle est un brin manipulatrice lorsque ça l'arrange et pense que les personnes sont là pour être utilisées puis c'est tout. Elle considère les êtres humains en général comme des sales gosses, des gamins qui ne savent rien faire de mieux que de se détruire mutuellement. Misanthrope ? Un brin, oui. Étrangement, elle porte cependant une adoration quasi-sainte à la vie et, de ce fait, elle n'aime pas tuer, même si c'est à Dreamland. Mais, lorsqu'elle y est obligée, n'espérez alors pas qu'elle ait à votre égard la moindre once de pitié.
Intelligente et réfléchit, elle a la capacité de trouver une idée au bon moment, au bon endroit. Elle conserve son tempérament fort et une force de caractère qui lui à souvent joué des tours dans ce monde-ci. Tout comme dans la vie réelle, la jeune femme conserve sa sagesse et son calme olympien à toutes épreuves, ce qui l'a sauvé pas mal de fois.

La demoiselle aux cheveux d'argent a un don pour jouer la comédie qui est assez impressionnant et elle s'en sert souvent, autant pour ses fins personnelles que professionnelles. De plus, on ne sait jamais ce qu'elle pense réellement, ce qui fait qu'elle est totalement imprévisible et donc, extrêmement dangereuse. Cette impossibilité à savoir ce qu'elle pense est doublé par le calme et la froideur dont elle sait faire preuve lorsqu'il s'agit de tuer quelqu'un. Ironie du sort, sa politesse ne lui fait pas défaut, ce qui a pour don de donner des situations relativement étranges... Je vous laisse imaginer.
De plus, quand elle se trouve en présence de personnes en qui elle a confiance et qu'elle connait vraiment bien, on se rend compte qu'un coté un peu foufou, joyeux et très espiègle de sa personnalité ressort nettement, contrastant pas mal avec la première impression que l'on a généralement d'elle.

On pourrait dire qu'elle a une double personnalité mais il n'en est rien. Elle semble être d'humeur extrêmement changeante mais au fond, elle fait ça pour "brouiller" les pistes car elle sait parfaitement ce qu'elle veut et comment faire pour l'obtenir.
Pour faire simple, c'est une manipulatrice infatigable possédant cependant un cœur grand comme le monde pour ceux qu'elle affectionne.


Histoire


La Genèse de la Peur


Noir. Tout était désespérément noir.
Pas un seul rayon de lumière en vue, pas une seule étincelle, rien. Le néant.
Puis, vint la douleur.
Une douleur aiguë et fulgurante, qui partit de la tempe avant de se propager de manière lancinante et douloureuse dans tout le corps. Sa joue gauche semblait brûlante et elle avait l'impression de sentir ses veines pulser sous sa peau. Le simple fait de respirer faisait mal maintenant et il était impensable d'essayer de bouger, ne serait-ce que d'un cheveu.
Mais il fallait ouvrir les yeux. Question de survie.
Ses paupières semblaient être soudées l'une à l'autre... Finalement, après de longues minutes, elles se décolèrent et le noir profond disparu.
Ses yeux papillonnèrent, essayant de retrouver une vision nette et non pas floutée par la douleur. La pièce était sombre et on ne distinguait qu'avec grand mal les éléments du décor.
Soudain, une odeur particulière la prit aux tripes, éveillant d'un coup ses sens engourdis. Une bouffée d'angoisse s’insinua avec violence en elle, surplombant sa douleur.
Ouvrant à demi les lèvres, un gargouillis rauque qui se changea en voix résonna dans la salle.

- Maman?... Où es-tu, maman?...

La jeune fille se réveilla en sursaut. Ses draps étaient trempés de sueur et elle tremblait comme une feuille morte ballotée par le vent. Elle mit quelques minutes à reprendre ses esprits, à ce rendre compte que ce n'était qu'un lontain souvenir qui avait refait surface.
Un goût d'amertume s'imposa à elle et elle se leva, allant maladroitement jusqu'à sa salle de bain pour prendre une douche, comme pour se laver de ce qu'elle venait de se remémorer. Bien sûr, ça ne marcherait pas mais elle avait toujours cette illusion que quelque part, ça l'aiderait.
Petit à petit, en rythme avec le clapotis de l'eau, elle se perdit dans ses souvenirs cotonneux.

L'enfance de cette demoiselle aux cheveux blancs n'eut rien de ce que l'on aurait put appeler d'idyllique. Ou, tout du moins, la partie la plus normale de son enfance, elle ne s'en rappelait plus, faute à sa mémoire alors nourissonne. Ses premiers souvenirs remontent à ses cinq ou six ans, et ils sont loin d'être roses et couvert d'un parterre de bonne volonté, d'amour et d'eau fraîche. Mais, pour bien comprendre tout cela, revenons un peu avant la naissance de notre protagoniste.

Elanea Csejte était l'une des descendante de la tristement célèbre lignée des Báthory. Sa famille n'avait plus rien à voir avec ce qu'elle avait été autrefois mais elle mettait un point d'honneur à ne pas oublier son héritage. Elanea était une femme banale et douce qui travaillait comme vendeuse dans un petit commerce de la capitale slovaque. Comme beaucoup, elle avait fait des études, s'était orienté dans le commerce et avait avec succès tracé sa route. Elle était maintenant une jeune adulte épanouie et pleine de vie.
Principalement élevée par son père, elle partageait avec lui un lien très fort. C'était d'ailleurs lui qui c'était appliqué à lui raconter les histoires de ses ancêtres pour qu'elles perdurent malgré le temps. Bien sur, il n'avait pu passer à côté du personnage d'Élisabeth Báthory de Ecséd, la comtesse sanglante. Ce fut d'ailleurs un de ses ancêtre qui marqua le plus la jeune Elanea. Son père lui raconta également un conte qui devait marquer à jamais la vie de cette jeune femme, mais aussi celle de sa progéniture à venir.

Une vieille histoire racontait qu'une sorcière était apparu en rêve à l'ogresse de Carpates et avait maudit cette ancienne lignée royale suite aux assassinats sordides répétés de la comtesse rouge. Ainsi, toutes les trois générations, un enfant viendrait au monde qui serait très sensible à la folie. Il était dit que celui-ci finirait par causer la fin de la lignée.
Le père d'Elanea lui assura que ce n'était qu'un simple conte, des histoires pour enfants. Cependant, très impressionnable et influençable qu'elle était, la curieuse fille ne put s'empêcher d'aller fouiner... Une nuit, elle alla fouiller dans la maigre bibliothèque de son père et y trouva ce qu'elle recherchait : un ancien arbre généalogique. Elle fit le décompte et se rendit compte qu'elle était l'une des troisième génération de l'histoire. Prise d'un coup de terreur, tentant de rationaliser la chose en se disant que ce n'était que des histoires à dormir debout, la jeune femme brûla le papier millénaire, comme pour faire partir en fumée les démons qui l'avait alors assahit.
Puis elle n'y pensa plus, se forçant un peu à oublier tout ça.

Dix ans plus tard, Elanea se rencontra un certain Lõkös Rákóczi dont elle tomba éperdument amoureuse. Quelques mois après, ils furent mariés et Elanea, enceinte. Le jeune couple était le plus heureux du monde et tout se passait pour le mieux. Cependant, au bout d'un certain temps, la jeune femme se rendit compte que son mari s'embrunissait petit à petit. En vérité, il était entré dans une routine des plus commune : métro, boulot, dodo. Or, pour lui, ce n'était pas ce à quoi il aspirait. Quelque chose lui manquait. Lui qui rêvait de voyages et d'aventures se morfondait lentement en un métier qui ne lui plaisait pas mais dont il avait désespérément besoin, pour le bien-être de sa famille. Alors il avait fait une croix sur ses passions et rêves mais ça le rongeait de plus en plus de l'intérieur. Ainsi, poussé par la soif d'aventure et de dangers, il commença à aller voir d'autres femmes dans le dos de celle qu'il avait épousé. C'était émoustillant en soit, c'était grisant de savoir qu'il pouvait se faire prendre. Ce sentiment l'enivrait et il en devint rapidement accro.
Lorsque cette dernière découvrit les escapades de son mari, elle entra dans une rage noire et, pour la faire calmer, l'homme lui promit qu'il ne recommencerait plus et que c'était une erreur de sa part, qu'il l'aimait malgré tout... C'était vrai, il l'aimait et il n'aimait qu'elle mais cette sensation de marcher sur la corde raide était bien trop délicieuse pour qu'il y renonce...
Ainsi, pendant qu'il était entrain de culbuter des filles de joie, la pauvre Elanea était en train d'accoucher de leur unique enfant : Nyxia Alžbeta Csejte.

Les premières années de sa vie, Nyxia ne s'en rappelle tout simplement pas. Heureusement pour elle, en un sens. La relation entre ses parents battait vilainement de l'aile car, après les prostituées, son père était devenu un grand mordu de jeu. Il s'était lassé du sentiment que ces femmes lui procuraient et il en voulait plus. En oubliant de travailler, il passait des jours à dilapider l'argent qu'Elanea récoltait tant bien que mal. Cette fièvre du jeu rongea Lõkös au point où il en arriva à commencer à parier sur les meubles de la maison familiale. Lorsque les meubles vinrent à manquer, il paria les habits et, finalement, lorsqu'il ne resta plus rien, il paria la maison.
Et il perdit tout.
Désespérée par l'attitude de son mari et souffrant de cette affection qu'elle lui portait toujours, Elanea ne savait plus quoi faire. Elle n'osait pas le quitter, ne sachant pas oùelle irait ni ce qu'elle ferait, mais elle ne pouvait non plus rester sans rien faire... Elle tenta bien de le raisonner, de discuter avec lui mais rien n'y fit. Pire même, lorsqu'elle tenta d'en parler avec lui un soir où il rentrait, Lõkös, bien imbibé d'alcool, fit une chose qui brisa définitivement quelque chose en  se femme ; il la battit de rage. A cours d'idées, Elanea se laissa aller et, en plus de sombrer dans la pauvreté, elle sombra dans l'alcool. La petite Nyxia dans tout ça ? Elle observait, impuissante, ne comprenant pas ce qu'il se passait, les choses se dégrader.


L'Alpha et l'Omega d'une Vie

La famille éclatée des descendant des Bathory n'avait plus rien d'une famille. Vivant au jour le jour, se déplaçant de squat en squat, Elanea tentait de faire survivre la fratrie avec le maigre revenu qu'elle gagnait encore alors que le mari s'empressait de le dilapider. Sombrant dans le jeu, les femmes et l'alcool, côtoyant des personnes plus louches et malsaines les unes que les autres, il n'avait plus rien de ce charmant jeune homme pétrit de bonnes intentions duquel elle s'était amourachée. Petit à petit, il en vint à rejeter la faute de leur condition sur sa femme. Elle fut battue, insultée, humiliée. Mais elle ne disait rien, espérant que si il la frappait elle, il ne s'en prendrait pas à leur enfant. Durant un temps, ce fut vrai mais ça ne dura pas. Et un soir où la pauvre mère était sortie pour travailler, le père leva la main sur l'enfant pour la première fois. Quand Elanea revint, elle découvrit sa petite fille recroquevillée dans un coin, couverte de bleus, le visage maculé de sang, une plaie profonde marquant sa joue gauche.
L'air lui manqua. Les larmes lui montèrent aux yeux. Persuadée que sa progéniture était morte sous les coups de son mari, Elanea fut prise d'une crise de démence.
Ce jour là, les dires de la sorcière se réalisèrent.

Elle se remémora l'histoire de la lignée maudite et, poussée par la douleur et la rage, elle se saisit d'un couteau. Elle égorgea son mari dormant du sommeil de l'ivre, psalmodiant de manière démentielle.

- C'est la faute à la sorcière... C'est la faute à la sorcière des rêves...

Tout à sa folie, elle pleura toutes les larmes de son corps avant de retourner le couteau contre elle. Elle s'effondra sur le sol en un bruit sourd. Alors que la vie s'échappait d'elle, elle pensait sincèrement qu'elle avait fait quelque chose de bien et que sa lignée s'était finalement éteinte.
Ce qu'elle ne savait pas, c'était que sa fille avait vu le spectacle macabre. Terrorisée, recroquevillée dans un coin, elle avait mit son poing dans sa bouche pour ne pas faire de bruit alors qu'elle tremblait de terreur. Sous le coup de l'émotion, elle se laissa aller à l'inconscience.  

Lorsque Nyxia se réveilla, la salle était encore sombre et le soleil ne s'était pas levé. L'odeur acre de fer la prit à la gorge et, par réflexe, elle appela sa mère. Tâtonnant le sol à la recherche d'un quelconque signe de vie, sa petite main ne trouva rien d'autre que deux corps dans vie et une quantité de liquide rouge qui lui tacha les mains et les habits.
L'enfant resta prostrée dans cette salle durant une semaine avant qu'un policier faisant sa ronde ne découvre l'horreur de la scène à cause de l'odeur de décomposition.
C'est depuis ce jour là que la jeune slovaque a développé sa phobie de la pourriture. C'est également à partir de ce moment là où ses jolis cheveux bruns et roux virèrent à un blanc immaculé ; séquelle du traumatisme diraient les professionnels par la suite.

Récupérée par le policier, elle fut amenée dans une cellule psychologique pour enfants. Au début, traumatisée par ce qu'elle avait vu, elle ne parla pas, communiquant que par dessins, à tel point que la psychologue qui la suivait cru qu'elle était réellement muette. Cependant, un jour, sans savoir pourquoi, Nyxia se mit à parler de façon brouillonne et décousue mais une phrase audible revenait souvent.

- C'est la faute à la sorcière elle a dit maman...

L'enfant ne savait pas pour sa lignée ni pour l'histoire que son grand-père avait répété jadis à sa mère. Cette dernière s'était bien gardé de la lui raconter, lui expliquant seulement qu'elle descendait d'une grande famille aristocratique oubliée.
Par la suite, elle resta durant plus d'un an dans un centre pour se faire soigner du traumatisme qu'elle avait vécu. A terme, les spécialistes conclurent que la thérapie avait porté ses fruits et ils placèrent la petite dans une famille d'accueil. Cependant, la dite famille ne mit pas longtemps avant de demander à ce que l'organisme ne reprenne l'enfant. Elle ne parlait presque pas et, bien que très polie et serviable, il y avait quelque chose qui leur faisait peur en elle.
Ainsi, entre ses 7 et 15 ans, Nyxia passa son temps à se faire ballotter de familles d'accueil en famille d’accueil dans tout le nord-est du pays jusqu'à ce qu'elle rencontre Nicoleiv Medňanský à Bratislava.

Peintre loufoque et génie de son art, personne ne sut pourquoi il s'attacha à l'adolescente. Quoiqu'il en fut, il décida de la prendre sous son aile, lui payant ses études et la formant aux rudiments de la peinture. Alors, la jeune fille commença à s'ouvrir, petit à petit, via la peinture, au monde qui l'entourait. Sortant de sa réserve et de sa peur de l'inconnu, elle sortait peindre des personnes, des paysages et bien d'autres choses. Observant des inconnus, apprenant les moeurs de son temps, Nicoleiv l'éleva, bien plus que comme un apprentie, comme sa propre enfant.
D'elle, il ne savait rien, ou plutôt, il avait refusé de lire son dossier, prétextant que le passé était le passé et le présent, le présent. Il ne lui demanda d'ailleurs jamais rien sur sa famille ni pourquoi elle s'était retrouvé là.
Confiance maître-élève, disait-il.


Requiem et Renaissance

Les années passèrent et avec elles, Nyxia changea. Elle devint celle que tous connaisse, cette jeune femme à la politesse irréprochable et la gentillesse sans bornes. Elle avait finit ses études et avait décidée de se consacrer exclusivement à la peinture. Cependant, Nicoleiv l'avait foutu hors de son atelier à coups de pieds dans le derrière, lui intimant l'ordre d'aller trouver du travail et de revenir lui faire sa demande d'apprendre vraiment la peinture une fois que cela serait fait. La jeune fille passa quelques mois à chercher avant de trouver un petit boulot en tant que serveuse dans un bar de la capital. Elle revint alors voir son mentor qui honora sa promesse et il la prit officiellement comme apprentie. Elle passait la matinée dans l'atelier ou à peindre à l'extérieur et, à partir du midi jusqu'à la nuit, elle endossait son uniforme de serveuse pour gagner sa croûte.
Cette période de sa vie fut, sans conteste, la plus heureuse, à un détail près : ses rêves.

Il ne lui était pas étranger le fait de rêver, à intervalles plus ou moins régulières, de ce qui lui était arrivé lorsqu'elle s'était réveillée dans cette salle puante. Et, dans ses rêves, elle revivait la scène, à ceci près que le policier ne venait jamais et qu'elle finissait par se faire dévorer par la pourriture. A chaque fois, elle se réveillait en larmes, tremblant comme une feuille morte et mettait des heures avant de réussir à se calmer. Jusqu'au jour où elle en eut assez. Si c'était un rêve, alors elle pouvait faire ce qu'elle voulait.
Prenant son courage à deux mains, elle s’endormit, et fit ce cauchemar. Elle dut s'y reprendre à cinq fois avant de réussir à vaincre sa peur. Et là, alors qu'elle espérait pouvoir dormir en paix, un nouveau monde s'offrit à elle : celui de Dreamland.
Elle ne mit pas longtemps à comprendre les règles abstraites de cet endroit. En revanche, elle eut beaucoup plus de mal à contrôler le pouvoir que sa peur lui avait donné. Il était difficile à comprendre et à utiliser et le revers de la médaille n'en était que plus grand. Ainsi, se retrouvant changée en une sorte de Midas mortel, Nyxia se fraya un petit chemin dans Dreamland, sans but vraiment fixe, plus parce que c'était amusant qu'autre chose.

Très rapidement, Nyxia rencontra une jeune femme humaine à demi-décharnée prénommée La Catrina. L'inconnue l'aborda avec douceur et amusement, et elle tissèrent rapidement une amitié solide. Finalement, La Catrina lui demandant si elle voulait bien la suivre car son seigneur, le maitre de ces lieux, désirait la voir. Intriguée et poussée par la curiosité, la jeune voyageuse accepta, se disant qu'elle ne craignait rien. Après tout, il lui suffisait de se réveiller si quelque chose n'allait pas.

Ce fut ainsi qu'elle se retrouva dans le royaume cauchemardesque de la décomposition gouverné par un seigneur répondant au nom de Cendre.
Cendre avait tout du pire être de cauchemar que l'on pouvait imaginer. Haut de quatre bons mètres, il possédait un crane décharné de cerf en guise de tête dont les orbites vides luisaient d'un éclat étrange. Son corps était majoritairement recouvert d'une épaisse fourrure sombre et, par endroits, ressortait ça et là des os. On pouvait également voir des plaies plus ou moins purulentes et infectées de-ci de-là. Ses côtes étaient visibles, à nues, perforant leur enveloppe charnelle sans que cela ne sembla poser le moindre problème à leur hôte. Une longue queue décharnée prolongeait sa colonne vertébrale, laissant entrevoir par moment quelques vertèbres blanches.
Cette vision cauchemardesque lui proposa son aide pour lui apprendre à contrôler son pouvoir en échange de quoi, il la laisserait repartir aussi libre que l'air, à condition cependant qu'elle devienne ses yeux et ses oreilles à l'extérieur de son royaume-prison. Pour d'obscures raisons, ce seigneur ne semblait pas particulièrement enclin à quitter son royaume ; à moins qu'il s'en trouvait dans l'incapacité de le faire ? Allez savoir. Quoiqu'il en fut, la jeune femme sauta sur cette occasion trop belle et accepta son offre mais ne prêta pas pour autant allégeance à ce Seigneur Cauchemar. Il prit son mal en patience, étant déjà intérieurement heureux d'avoir un voyageur sous son aile.
Cendre lui apprit ainsi à contrôler son pouvoir si aléatoire et lui enseigna également les règles qui régissaient Dreamland. Quelle ne fut pas la surprise de Nyxia de se rendre compte que cet être effrayant et décharné était en réalité un précepteur excellant doublé d'un personnage des plus chaleureux! Elle se prit d'ailleurs d'affection pour lui, affection qui fut clairement réciproque et, petit à petit, un climat de confiance solide s'installa entre les deux êtres.

En plus de lui apprendre ce qu'il savait, Cendre lui fit deux cadeaux.
D'une part, étant visiblement le seul être de ce monde que la demoiselle pouvait toucher sans craindre de le faire partir en poussière, il lui forgea une épée blanche avec l'une de ses côte squelettique : Tyrfing était née.
Son second cadeau fut qu'il lui donna un nom. Trouvant le sien trop compliqué à prononcer et emplit de souvenirs douloureux, il la baptisa Nyxia "Von Nachtreich" soit Nyxia du Royaume des Ombres. La jeune femme accepta ces deux cadeaux et, en échange, poussé par l'affection qu'elle avait envers cet être, elle lui prêta finalement allégeance, devenant son espionne.
Quelques jours plus tard, elle partit du royaume, quittant le seigneur sombre avec une pointe de tristesse, le cœur légérement serré.

Se mettant à arpenter Dreamland, elle faisait régulièrement des rapports à son seigneur quand elle le pouvait sur les situations des autres royaumes qu'elle traversait.
Durant l'une de ses nuit d'errance dans ce monde aux multiples facettes, Nyxia fit la connaissance d'une habitante des rêves se disant être une sorcière. Cette présentation fit tiquer la jeune femme et la ramena quelques années en arrière, se souvenant de ce que psalmodiait sa mère durant cette nuit fatidique. Se liant d'amitié à cette étrange inconnue, notre voyageuse apprit que les sorcières étaient des êtres faisant pleinement partie de l'univers de Dreamland mais que certaines d'entre elles, les plus puissantes, pouvait influencer sur dans le monde réel. Bien sûr, ce n'était que balivernes mais la sorcière qu'elle venait de rencontrer ne souhaitait que se distraire en tourmentant un peu les voyageurs qu'elle croisait. Grand mal lui prit que de s'amuser ainsi avec la slovaque. Car de ces dires venaient de germer une envie certaine. Et si cette sorcière dont avait parlé sa mère se trouvait là, quelque part, dans ce monde ? Il n'en fallut pas plus à Nyxia pour commencer une chasse aux sorcières dans le sens le plus littéral du terme. Son objectif était tout tracé : retrouver cette sorcière et se venger. Ainsi, elle partie sur les traces de ces êtres oniriques, les forçant à parler pour finalement les tuer. Ainsi, elles ne pourront plus faire de mal à qui que ce soit.

Le temps passa et, rapidement, un peu plus d'une année s'était écoulée. Avant qu'elle ne s'en rende compte, la jeune femme commençait à se faire connaitre pour sa vendetta personnelle et on l'affubla même du surnom de chasseuse de sorcières. En soit, elle n'allait pas le réfuter, c'était vraiment ce qu'elle était après tout. Et elle n'allait surement pas s’arrêter en si bon chemin.

Chroniques


Première nuit


La salle sombre et puante se mit à se désagréger petit à petit. Elle partait en fumée, comme si elle n'avait jamais existé. Nyxia se retrouvait donc debout sur ce qui était manifestement un nuage qui flottait tranquillement à travers le ciel. Celui-ci était zébré de rose et d'orangé. au loin, on pouvait voir deux soleils qui se couchaient paresseusement à une lenteur ridicule. Encore sous le choc, ne réalisant pas complétement ce qu'il venait de se passer, la jeune femme se laissa tomber sur le nuage doux, l'air encore un peu hagard, le regard perdu dans le vide.

Elle avait réussit... Elle avait réussit !
Enfin ! Enfin elle pourrait dormir tranquillement ! A elle les nuits de sommeil lourd et reposant ! Plus de cauchemars, plus de réveil en sursaut ! Le pied !
Laissant éclater sa joie, elle se retourna, roulant sur le dos pour observer le ciel en éclatant d'un rire de soulagement joyeux. Une vague de joie et de soulagement mêlés la submergea. Lorsqu'elle réussit à calmer son fou rire, elle roula de nouveau sur le côté pour observer ce qui s'offrait à elle en contre-bas, s'appuyant de ses mains sur le nuage cotonneux. De ce qu'elle pouvait voir, elle survolait actuellement une forêt dense, ressemblant pas mal aux forêts tropicales qu'elle aurait pu imaginer. Elle fut prise de l'envie irrésistible d'aller voir ce qu'il se passait en bas. Comme si le nuage avait deviné sa volonté, il sembla céder sous ses mains et, entrainée par son propre poids, la slovaque se mit à chuter en direction du planché des vaches. Elle fut cependant arrêté dans sa course bien avant de toucher le sol. Elle atterrit effectivement dans un large landau ailé qu'une cane énorme poussait à l'aide son bec tout en volant. Nyxia n'eut pas le temps de s'étonner de cette rencontre ubuesque qu'elle se fit houspiller férocement par la mère de famille qui était folle de rage et d'inquiétude pour ses œufs, persuadé que l'humaine les avait écrasés. Pour éviter plus de coups de becs furibond, la nouvelle voyageuse s'extirpa du landau et reprit sa chute. Après tout, elle ne craignait rien, tout ceci n'était qu'un rêve ! Et elle avait bien raison.
De nouveau sa chute fut interrompue et elle fut réceptionnée cette fois par un arc-en-ciel aux formes tordues en train de se faire lustrer par des gnomes volants. A cause du trop bon travail de ces petits ouvriers, l'arc-en-ciel était des plus glissant et notre protagoniste se mit à glisser joyeusement sur les boucles colorées, pour son plus grand amusement.

Atteignant finalement le sol, elle se retrouva au cœur d'une forêt dense et touffue. Sa petite série de looping l'ayant définitivement mise de bonne humeur, la peintre slovaque se mit à déambuler sans but réel à travers les arbres. Plus elle avançait, plus l'endroit semblait changer. La forêt laissant petit à petit place à une sorte de bayou humide et chaud du sud de la Louisiane. Si, en temps normal et dans le vrai monde Nyxia détestait les chaleurs humides, ça ne semblait pas la déranger le moins du monde pour le coup. Continuant donc sa progression, elle finit par arriver à un cours d'eau près duquel était attaché une barque rudimentaire. Embarquant à bord, notre humaine se laissa porter par le courant en chantonnant. Au bout de quelques minutes, le courant se mit à ralentir et sa barque heurta la terre ferme. Enfin, "terre ferme", c'était plus une façon de parler. En vérité, ce que la barque avait cogné était une épaisse branche de mangrove serpentant au-dessus de l'eau. En suivant la dite banche, on se rendait compte qu'elle donnait sur un enchevêtrement d'autres branches qui se rejoignaient pour former une sorte de citadelle de bois, de mousse et de champignons jaillissant des profondeurs des marais. L'endroit avait de quoi rebuter, tant par sa température que par son humidité et son aspect. Pourtant, malgré tout, la jeune femme lui trouva un charme certain. Morbide, certes, mais certain.

Ce ne fut pas suffisant pour entamer sa joie. Sautant hors de sa barque, elle se mit à marcher en équilibre sur les branches, s’arrêtant par moments pour observer les environs. Elle se rendit alors compte de quelque chose d’inhabituel. Dès que sa peau entrait en contacter avec quelque, cette chose se désagrégeait plus ou moins rapidement... Bah, ce n'était sans doute là que la résultante de son imagination trop fertile. Elle ne s'en préoccupa donc pas plus que ça.
Continuant son petit bout de chemin, sa curiosité fut attisée par une chanson flottant dans l'air. Suivant les paroles, la fille aux cheveux blancs se retrouva rapidement face à une jeune femme en robe rouge cousue de fleurs dorées. L'inconnue, armée d'un panier en osier, était en train de cueillir des champignons turquoise fluorescents.
Quelques champignons et plusieurs rires plus tard, les deux femmes finirent par faire les présentations. Ainsi, la mi-squelette mi-humaine en décomposition se faisait appeler La Catrina. De cette rencontre s'en suivit une amitié aussi joyeuse que rapide entre les deux demoiselles. Dans ce monde étrangement chaud et lourd où tout ce qu'elle voyait semblait soit en état de décomposition plus ou moins avancé, soit rongé par les champignons, Nyxia ne s'attendait pas à trouver une personne aussi enjouée et agréable. Elle aurait bien continué à discuter de tout et de rien avec elle mais, malheureusement, ce fut à ce moment là que son réveil la sortie de sa torpeur.    


Doux ronron quotidien


De l'eau avait passé sous les points depuis sa première nuit à Dreamland et sa rencontre avec La Catrina. Depuis, elle avait rencontré d'autres êtres, elle s'était familiarisé avec ce monde onirique et avait bien vite compris qu'il ne s'agissait pas seulement d'un fruit de son imagination. Elle avait passé beaucoup de temps auprès de Cendre, le Seigneur Cauchemar du monde de la décomposition. Ce monde marécageux auquel sa peur l'avait naturellement lié était un peu devenu comme un second chez elle. C'était précisément pour ça qu'elle l'avait quitté. Elle ne pouvait pas non plus rester indéfiniment là. après tout, Dreamland avait tout à offrir et sa curiosité naturelle l'avait poussé -sans trop de peine- à entreprendre son petit périple onirique. L'avantage qu'elle avait et qui n'était pas négligeable dans un monde que l'on ne connaissait pas, c'était l'enseignement que lui avait prodigué son seigneur. Certes, Cendre ne bougeait habituellement pas de sa forteresse moussue mais il n'en restait pas moins incroyablement savant quand au monde l'entourant et à ce qu'il s'y passait. Et puis surtout, il l'avait grandement aidé à comprendre et à maitriser son pouvoir dévastateur. après, c'était comme tout, il faudrait de la pratique pour réussir à bien s'en servir mais au moins, elle avait de larges bases.

Ce fut donc avec un petit pincement au cœur qu'elle quitta le royaume de la décomposition mais ce pincement fut vite remplacé par l'excitation de l'aventure. Passant de royaume des rêves en royaume des rêve, notre nouvelle voyageuse débuta son aventure comme beaucoup avant elle : en s'amusant. Tout du moins, la plus part du temps. Elle n'oubliait pas ce qu'elle avait promis à son seigneur et, quand le besoin se faisait sentir ou qu'elle avait suffisamment d'informations sur un village, une ville, des gens ou quoique ce soit d'autre, elle faisait son rapport.    
En soit, pendant quelque temps, elle ne fit pas de vagues. Elle voyageait juste tranquillement, prenant soin de pas trop attirer l'attention sur elle pour éviter tout désagréments du type voyageur Killers. Malgré toutes ses précautions, elle ne réussit cependant pas à éviter certaines confrontations, principalement avec d'autres voyageurs plus belliqueux qu'elle. Bien qu'elle n'était pas du genre à chercher des noises, elle ne disait jamais non à une provocation ou une attaque dans le dos. Au moins, ça lui permettait de mettre en pratique ce qu'elle avait apprit. C'était dans ces moments là qu'elle se rendait compte, par moment, la différence entre ceux qui avaient été livrés à eux même et elle.

Pendant quelques temps donc, elle voyagea, aidant telle ou telle autre personne de temps en temps, quand l'envie lui prenait. Et puis un jour, elle rencontra Crymnell, une blonde au regard taquin. Les deux femmes se rencontrèrent dans une taverne dans laquelle s'était temporairement arrêté Nyxia. Crymnell, attiré par Tyrfing, aborda la voyageuse de façon agréable. Elle lui expliqua que, de part son statut de sorcière dont elle était très fière, elle s'intéressait aux objets rares et elle n'avait jamais vu d'épée comme la sienne. Aussi, elle lui proposa d'étudier la lame en échange d'un service. La jeune humaine accepta et elle laissa la sorcière observer la lame osseuse. Tout en sirotant quelque alcool, les deux femmes discutaient et c'est ainsi que la slovaque apprit que les sorcières étaient des êtres faisant pleinement partie de l'univers de Dreamland mais que certaines d'entre elles, les plus puissantes, pouvait influencer sur dans le monde réel. Mensonge que cette dernière partie mais ça, notre peintre ne le savait pas.
Lorsque Crymnell lui rendit sa précieuse épée, toute heureuse de son expertise et des quelques verres qu'elle avait bu, elle demanda quel était le service que l'humaine souhaitait en échange. Elle choisit de lui poser une simple question : où les sorcières se trouvaient-elles ? Celle qu'elle avait en face d'elle se trouvait quelque peu gênée par la question mais elle y répondit quand même. Suite à anéantissement de leur royaume d'origine, les sorcières survivantes se sont éparpillées un peu partout dans le monde onirique, chacune vaquant à ses occupations personnelles. Un éclat étrange illumina les yeux de la peintre qui écoutait attentivement les dires de sa compagnon du soir. Une fois la réponse achevée, elle continua la soirée en sa compagnie, se faisant plus douce et plus mielleuse qu'à son habitude. Finalement, les deux femmes prirent une chambre mais, si Crymnell s'attendait à une nuit dédiée aux plaisirs de la chair, il n'en fut rien. La voyageuse prit grand soin d'enfermer la sorcière dans sa chambre et, alors que les vêtements tombaient, se resserrait autour de la magicienne le piège pervers l'humaine. Il ne fallut qu'un effleurent de peau pour que tout commence. Les chairs se détendirent et se mirent à pourrir, formant des trous ça et là dans le corps immaculé de Crymnell. Avant qu'elle ne s'en rendre compte, il était déjà trop tard.

Au petit matin, Nyxia avait déjà quitté l'auberge depuis longtemps. Quand à Crymnell, on ne retrouva d'elle qu'un cadavre à demi décomposé laissé négligemment sur le lit.
Si elle avait des regrets ? Aucunement. Après tout, elle avait trouvé quelque chose qui avait ravivé en elle une flamme de haine qu'elle ne se connaissait pas jusqu'alors. C'était enivrant, c'était terrible mais dieu que c'était bon ! Elle avait enfin une chance de faire table rase de ce qui lui était arrivé ! Mais pour ça, il lui fallait plus de sorcières. Il lui fallait les trouver, les faire avouer ce qu'elles savaient les unes des autres et puis finalement, les tuer. C'était tout ce qu'elles méritaient pour ce qu'elle avait enduré alors qu'elle n'était qu'une enfant qui n'avait rien demandée.
Poussée par la soif de vengeance, Nyx se mit à suivre les traces des sorcières survivantes. Crymnell lui avait fournit quelques noms et elle commença par là. Elle les traqua, les trouva, les tortura pour quelques informations pour les laisser finalement pour mortes. Terriblement efficace et tenace, la voyageuse ne reculait devant aucune bassesse pour retrouver ces êtres immondes. Elle se devait de débarrasser Dreamland de leur souvenir même. C'était un service qu'elle se faisait un plaisir à mettre en œuvre.

Durant près d'un an et demi, Nyxia fit une chasse aux sorcières virulente, la mettant en pause de temps en temps pour combattre quelque voyageurs qui venaient se mettre en travers de son chemin. C'était un bon entrainement à prendre après tout. Elle n'avait aucune idée de combien de ces êtres des songes elle avait tué mais ça commençait à en faire un bon nombre.
Bien sur, malgré tout ça, elle n'en oubliait pas moins son devoir envers Cendre qu'elle remplissait avec toujours autant de zèle. Pourtant, plus elle avançait dans le temps, plus trouver ces pommes pourries devenait difficile. En un sens, c'était logique. Ses meurtres répétés et pas franchement discrets avaient du commencer à faire parler d'eux. Mais au moins, ça prouvait une chose qui ne pouvait qu'enchanter la jeune femme : soit elles étaient toutes mortes, soient elles s'étaient toutes passer le mot et avaient donc, un moyen de communiquer entre elle. La peintre ne croyait pas en la première option mais la seconde en revanche avait un petit quelque chose de sexy qui la prenait aux tripes.
Oui, elle le sentait ; cette nouvelle année allait être absolument délicieuse !        

Derrière l'écran ?

Prénom ou pseudo : Nyxia ou plus communément Sethys
Age : 27 rouleaux de printemps !
Comment as-tu connu le forum ? : Top site
Connais tu Dreamland ? : Yup of course !
Depuis quand fais-tu du rp ?: Depuis 12 ou 13 ans à vue de nez.
Pourquoi avoir choisi ce forum ? : Y'avait de la lumière, ça semblait cool donc je suis entrée ! 8D
_____

Personnage sur l'avatar et l'oeuvre d'où il provient : Ciri de la saga du Sorceleur et des jeux The Witcher.


Codage ©️️ Solaris @ Never-Utopia


Dernière édition par Nyxia Von Nachtreich le Jeu 9 Aoû - 20:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Dino Maker
Points de Puissance : 21 600
Points de Réputation : 22 200
Messages : 276
MessageSujet: Re: La Chasseuse de Sorcières - Nyxia {Finito !}   Jeu 9 Aoû - 20:43

Et bien et bien, c'était rapide tout ça !

On va directement entrer dans le vif du sujet : la présentation est carrément sympa ! L'histoire est intéressante et plutôt originale sur quelques points, l'objectif du personnage l'est aussi, on ressent clairement son traumatisme qui la mène à sa phobie ... Bref, c'est tout bon. Le parti pris de ne pas révéler la victoire contre la phobie me gêne autant que je l'apprécie en fait, d'un côté je me dis que c'est certainement un choix motivé par une raison précise et que je préfère que ce passage soit passé plutôt que mal fait et bateau, ce qui aurait juré avec le reste de la fiche, mais d'un autre côté ... Je sais pas, ça me semble être tout de même un moment crucial dans la vie d'un voyageur, ce moment où un sentiment fort le pousse à vaincre ce qu'il craint le plus au monde au péril de ce qu'il pense être sa vie. Là on a tout, l'origine de la peur, la motivation de la vaincre puis ... Pouf, c'est vaincu. C'est dommage, vraiment, je pense qu'on en apprend beaucoup sur les personnages lors de ce genre de situation, bien plus que lors des descriptions m'est avis. Du coup j'espère sincèrement que ce sera exploré lors de tes rps, que ce soit le simple fait de mentionner cette fameuse nuit ou de la revivre en flashback.

Pour ce qui en est du reste, je n'ai rien de négatif à dire de plus, si ce n'est quelques petites fautes qui piquent les yeux mais bon, c'est notre malédiction à tous. L'objet magique me faisait un peu peur au début mais au final, si on résume la chose, ce n'est qu'une épée qui ne pourrit pas, qui peut donc être utilisée par Nyxia et qui sert aussi de téléphone mental, sachant que l''épée est directement forgée dans l'os du seigneur, une sorte de lien télépathique permettant de communiquer avec lui ne me semble pas si fou que ça. D'ailleurs au passage, je le classerais en rang D, sachant qu'il ne sert à rien au reste du monde, si ce n'est à Brian.

Passons à la validation en elle même maintenant !

Nyxia, aka la chasseuse de sorcières, continue son voyage en tant que contrôleuse de la décomposition avec 19 700 points de puissance pour avoir vécu de nombreux affrontements et avoir pas mal de sorcières à son tableau de chasse, 23 400 points de réputation pour sa traque et son surnom qui commencent doucement à s'ébruiter et se classe numéro 1 777 de la ligue Major !

Tu peux désormais partir sur ta fiche technique, ta fiche de suivi si tu le souhaites mais surtout : enjaille toi bien à buter toutes les sorcières qui passent !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
La Chasseuse de Sorcières - Nyxia {Finito !}
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Boissons gratuites pour les sorcières avant minuit [LIBRE]
» Candice "Douce-lame" [chasseuse de primes][En cours de mise à jour]
» Scénario Second : "Chasse aux Sorcières" (2)
» La météo des sorcières
» Descendants des grandes familles sorcières

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les fiches :: Présentations :: Fiches validées-
Sauter vers: