Bienvenue

Liens utiles

Effectifs

Ligue B : 18 membres
Ligue M : 7 membres
Ligue S : 0 membre
Créatures : 10 membres
Inclassables : 0 membre
Seigneur cauchemar : 1 membre
Rois des rêves : 0 membre

Top-Sites & Discord


Membres du mois

Barman
Profil
Coup de ♥
Wylen
Profil
Top vote
Code par MV/Shoki - Never Utopia



 

Partagez | 
 

 La Voie de la Perfection [Zéphyr & Joy]

Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Ligue M
Pouvoir : Contrôleuse des maths
Points de Puissance : 34 400
Points de Réputation : 29 700
Messages : 281
MessageSujet: La Voie de la Perfection [Zéphyr & Joy]   Mer 11 Juil - 17:53

*


- Joy ! Joy ! Arrête de faire la morte ! Joy…
- Qu’est-ce...qui es-tu ?
- Jock. Putain, Joy ! J’ai cru que tu étais morte ! Ils t’ont laissé en vie grâce à un homme avec un masque d’or ! Qu’est-ce qu’il y a encore ?
- Je suis...morte. Ils m’ont laissé en vie pour que je réfléchisse sur ma disparition.
- Qu’est-ce que tu racontes ? Arrête un peu, va voir ton seigneur et…
- Mon seigneur m’a tuée...vendue...abattue. J’ai perdu cette partie, Jock. C’est…
- Non…
- C’est fini.
- Non.



Assise sur le lit superposé de quatorze étages des frères de Jock, Joy Killamanjiro était une momie entourée de bandages. Retrouvée dans le coma par la mère de Jock dans la banlieue de Kazinopolis, qui fut alertée par Sonia, elle passa une partie du dernier mois plongée dans un coma onirique, juste une paralysie totale, une absence sans être absente, une présence sans être présente. Le choc des mots, la violence de voir sa Princesse utilisée par son propre frère, la coalition organisée autour d’Euclide, tout tournait à vide dans sa tête. Jusqu’à l’overdose, le point de rupture. Elle se mit à hurler durant des nuits entières, quand elle comprit, enfin. Comprendre que c’en était fini. Comprendre qu’elle était une esclave de la Famille, voyageuse vendue comme une marchandise dont on doit se débarrasser. Comprendre que l’amour avait été coupé en deux, et personne ne reviendrait jamais cicatriser l’énorme balafre tailladant non pas le cœur, mais l’entièreté du corps de la jeune femme. Saisie de tremblements, de tristesse, de rage, d’un désespoir fou sans même avoir l’idée de se foutre en l’air, Joy hurlait toutes les nuits le nom de Lili-Anna en éclatant en sanglots, jusqu’à s’en cisailler la gorge. Après ça, le silence, l’acceptation, la dépression, et la résignation comme un suicide quotidien.

*






- Ouvre les yeux, Yoro-chwan.

- Ouvre les yeux, ton maître te l’ordonne.

- Tu vis ou tu rêves ?
- J’ouvre les yeux, et je ne sais plus, Futago-senseï.
- Répète un peu le principe que je t’ai énoncé hier.
- L'essence de l'Aïkido c'est de vous purifier de toute votre malice, de vous mettre en harmonie avec votre environnement, et de nettoyer votre chemin de tous les obstacles, de toutes les barrières.
- Exactement. Qu’en dis-tu ?
- Que vous avez bien digéré Ueshiba.
- Senseï Morihei Ueshiba.
- Lui-même. J’en dis que la malice ne dépend pas de nous, que l’harmonie ne se trouve nulle part autour de moi. Mon chemin est fait d’obstacles infranchissables et de barrières mortelles. Je ne sais pas ce que Ueshiba peut répondre à ça…
- Yoro-chwan , ton cœur n’est pas vide, tu n’es pas dans le ciel, tu n’es pas avec l’Univers.
- J’ai déjà du mal à être à l’heure, vous croyez quoi ?
- Tes réponses ne font que dévier la vraie réponse qui est en toi. Tes réponses ne sont que les parades d’un éventail face à la force de l’ouragan qui te démonte et éventre tes entrailles. Tu vois l’Univers par sa malice et ses horreurs, tu penses que l’aïkido que j’enseigne ici n’est qu’un sport, un art martial de plus ? Non, c’est une philosophie du corps et de la vie, une pureté de l’âme et un assouplissement de nos pensées les plus démoniaques.
- Je suis venue pour ça, mais je ne comprends pas comment vous pouvez vous débarrasser de vos problèmes sans jamais attaquer.
- Quand tu blesses un adversaire, tu t’infliges du mal à toi-même...nous ne répondons pas à l’agression par le mal, mais par la parade, par la force de la maîtrise du corps, et par l’esprit. La force, si elle existe, n’est rien dans notre sport.
- La force gouverne ce monde, vous rêvez avec de beaux gestes et des phrases à l’emporte-pièce !


La voyageuse prit son bol de champignons noirs et de tofu soyeux et le balança contre un mur, de rage. Futago, le panda qui lui apprenait l’aïkido depuis quelques nuits soupira de voir son élève aussi emportée, et se tourna vers les autres disciples du dojo, le temple qui appartenait à la famille du maître. Comme à son habitude, il releva les manches de sa chemise, desserra son nœud de cravate et s’adressa à tous les disciples qui étaient en train de manger tout en discutant des préceptes de l’art martial qui les concernaient.


- Mangez, mes enfants, mangez ! Vous en aurez besoin ! N’écoutez pas notre nouvelle recrue Yoro-chwan qui, malgré tous ses pouvoirs, n’a pas encore compris l’essence de notre art. En attendant, je vous signale que le tournoi des arts martiaux débutera demain, et que je compte sur vous pour donner le meilleur de vous-mêmes. Rappelez-vous que si le style du sleeping-fu est le plus côté en ce moment, l’aïkido peut aisément venir à bout de toutes les difficultés. Faites le vide en vous, consolidez votre pensée et armez-vous de votre mental. Enfin, j’espère que vous serez tous à la hauteur de notre devise : « La Voie de la Perfection dépend des actions souples de l’esprit qui est en maîtrise totale de lui-même. Je ne fais qu’un avec l’Univers ».
- LE MONDE EST MA MAISON !
- Le monde est ma maison, et aussi la vôtre, mes chers élèves ! Yoro-chwan, Bae-Shin-Ji, vous débarrassez vos camarades. Bae, félicitations pour tes réponses, tu prends le chemin de la Voie.


Joy aka Yoro-chwan poussa un soupir. Elle n’était pas vraiment là pour être ici. Au départ de sa mission, elle devait fragiliser les fondations de Pandaland pour créer des troubles dans le pays. Mais au détour d’une promenade elle était tombée sur un cours d’aikido qui la fascina, et elle décida de passer quelques jours, au risque de se faire prendre par la patrouille. Elle avait un alibi, le tournoi des arts martiaux du Royaume allait amener d’énormes pointures, l’occasion pour elle de placer des pions, ou même d’en tuer quelques uns, au pire. Pour l’heure elle nettoyait le dojo sali par le repas tandis que les élèves avaient quartier libre non loin, à l’étang qui les rafraîchissait après des heures de contrôles musculaires et de pensées savantes faites de citations et d’évidences universelles. Elle jeta un coup d’œil à Bae, une jeune panda bipède et énergique qui visait la première place parmi les élèves du dojo. Acharnée, hargneuse et mauvaise tête, Bae se donnait à 100 % dans la Voie de la Perfection, et Joy aka Yoro-Chwan était un obstacle qu’elle n’arrivait pas à passer. Malgré son incompréhension totale des principes de l’aïkido, Joy aka  Yoro-chwan était devenue assez rapidement l’élève la plus prometteuse du dojo. Ce qui avait créé des tensions, et des jalousies envers ses capacités, ses pouvoirs capables de renverser des combats ou des mouvements millimétrés et mesurés. Mieux que ça : son pouvoir était fait pour cet art martial. Mais elle ne comprenait rien à l’esprit qui animait les corps de ce sport.





- Dis Bae, tu as compris le truc autour du lien au vide véritable ?
- Bien sûr, pas toi  Yoro-chwan ?
- J’ai rien bitté !
- Je n’en doute pas une minute...bon, même si je ne devrais pas t’expliquer, je vais essayer de le faire parce que le senseï place de bons espoirs en toi. En gros, il faut qu’en combat tu t’oublies pour laisser ton être s’unir avec l’univers, trouver le vide, le vrai vide, pour comprendre que la force n’est rien sans la maîtrise, que blesser l’autre ne te fait pas gagner, que la victoire ne mène à rien. Le corps répond à nos exigences mentales, et celles-ci sont faites de vide : nous sommes dans le ciel, dans le cosmos, et nous ne devons que nous défaire de nos pensées, nos mauvaises pensées pour agir en harmonie avec le réel. Tu comprends ?
- Vite fait quoi.
- Bon sang,  Yoro-chwan, comment tu peux gérer notre art sans comprendre l’enseignement supérieur ?
- J’ai un pouvoir…
- Le pouvoir est l’apanage des faibles, la force réside dans…
- Blablabla...va dire à Clive Higgins que son pouvoir est l’apanage des faibles, tu vas voir ce qu’il va te dire…
- Tu es impossible…
- Bae ?
- Oui ?
- Bonne chance pour le tournoi, tu vas être remarquable !
- Je ne le fais pas pour moi, je le fais pour le senseï et pour le prestige du dojo.


La jeune panda quitta la pièce et laissa la jeune voyageuse toute seule avec les restes de l’apprentissage. Elle se mit à léviter et partit en méditation. Le tournoi arrivait, il était temps de montrer à ce dojo ce qu’était la vraie force.


Futago-senseï:
 

Bae:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Contrôleur obscur
Points de Puissance : 12 650
Points de Réputation : 17 780
Messages : 63
Localisation : Belgique
MessageSujet: Re: La Voie de la Perfection [Zéphyr & Joy]   Jeu 12 Juil - 15:45

- Non, non et non Zéphyr ! Je te l’ai déjà expliqué petit, tes mouvements doivent être plus gracieux. Les katas sont un art, respecte le à la lettre.

- Arhhh. Bien Sensei Akage. Gedan-barai, age-uke, oi-zuki et shuto-uke.

- Bien, tu l’as retenu en peu de temps, je suis réellement impressionné. Et tu sais ce par quoi je serais encore plus impressionné ?

- Que je gagne le tournoi pour votre Dojo ? Ehh. Non…. La vérité m’échappe, je l’ai sur le bout de la langue, vous me le répétiez hier.

- Que tu réussisses à…. Allez, tu le sais enfin

- Que j’essaie de ne me battre qu’avec le Bo d’ombre ou les gants que je crée !

- Oui, tu le sais, la clé n’est pas la réussite, mais la victoire contre ses propres pulsions. Si ton adversaire croit te tenir alors que tu n’utilises que cette technique. Tu auras déjà gagné le combat lorsque tu utiliseras le reste de ton pouvoir. Mais cela seulement dans le cas où tu serais surpassé. Bien, vu que aujourd’hui tu as bien fais tes exercices et réussi l’entrainement, il ne te reste plus que les exercices physiques de gainage.

-Sensei eh… Je suis fatigué là...

- Tatatata, pas d’excuses petit bambou ! Au travail.

- Oissu sensei…

- Avec plus de vigueur !




Dit-il en lui distribuant une petite tape sur la tête de son bâton de bambou. Et c’était donc la dernière demi-heure de gainage de sa nuit. La différence physique entre Zéphyr post dreamland et ante dreamland était flagrante, plus un pet de graisse pour notre jeune voyageur désormais sain de corps même si moins d’esprit. C’est après sa demi-heure de souffrance et de petites pauses, qu’il se releva sans trouver son sensei. Peut-être était-il partit vers ses autres élèves. M’enfin à la base il voyait Zéphyr aller le plus loin pour l’instant.

C’est à la fin de son entrainement que le sensei revint vers son élève. Il avait quelques mots à lui partager. Ils étaient d’une certaine importance et voulait faire prendre consciences à celui qui possédait un pouvoir obscur, ceux-ci souvent accompagné de la voie obscure pour en obtenir une maitrise totale. Il connaissait donc les objectifs du jeune Moreas.




- Zéphyr.

-Oui Sensei ?

-Sur ce que tu m’as expliqué il y a quelques jours par rapport à tes objectifs. Hmmm…



Akage marqua une légère pause, jaugeant Zéphyr tout entier, comme s’il essayait de scinder l’essence même de sa personne. Ils étaient tous deux assis sur le tatami central du dojo, ils arrivaient en fin de nuit et Zéphyr se réveillerait surement bientôt.



-Si tu souhaites maitriser ne serait ce même qu’une infime partie des mouvements ou de la science même du Karaté. Tu dois pendant que tu les appliques, mettre de côté ton égo et penser à ce que tu fais de cette maitrise. Jure moi donc que tes techniques de karaté que tu as appris et que je t’apprends, ne seront utilisées que pour te défendre et non pour attaquer.  Comme tu me l’as expliqué, tu souhaites atteindre la perfection. Mais ne serais tu pas simplement à la recherche d’un titre ?

-Je. Non. Je ne souhaite qu’atteindre la perfection de mon pouvoir car il me fascine. Je jure que vos apprentissages me seront utiles pour aider et non attaquer. Auquel cas je n’utiliserai pas le karaté.

-Enfin tu le sais mieux que moi. Je ne souhaiterais pas te voir suivre ce chemin. Tu perdras surement des proches. Tu connaîtras des sentiments très forts. Dont le pire de tous peut être celui qui te fera perdre ces êtres chers. Alors reste humble tout au long de ton chemin petit vent d’ouest.



Zéphyr s’inclina et posa sa tête sur le tatami en signe de respect. Le sensei avait raison. Il tentera de toutes ses forces de garder ses principes. S’il s’élevait tant dans son pouvoir, que par ce qui résultera en une certaine popularité, il ne pourrait se perfectionner qu’en restant humble. Il espérait ne pas céder.




-Allons allons. Tu vas te faire mal au cou à rester ainsi prosterné. Relève dont toi et expliques-moi comment tu envisages ton avenir, cela m’intéresses petit.



Les heures suivantes pouvaient donc se résumer à Zéphyr expliquant les personnes qu’il a déjà rencontré, ce qu’il envisageait pour son propre avenir au long terme et même ce qu’il voyait pour le tournoi. Le tout corrigé par son récent sensei accompagné de thé chaud et de petits biscuits. Il comprenait peu à peu à côté le côté symbolique de ce qu’essayait d’inculquer le karaté. Cependant une part du sensei savait que Zéphyr était quelqu’un d’émotif, lors de ses premières journées d’apprentissage, Zéphyr cédait trop facilement à la colère et la hâte. Il savait aussi qu’il avait beaucoup vécut. Et l’on sait tous ou mène le vécu lorsqu’il est mêlé à une personnalité fortement émotive et attachée. N’est pas voyageur obscur qui veut.



-Bien, je vais te laisser Zéphyr, j’imagine que la ta nuit va toucher à sa fin. Profite de ce petit temps pour méditer et penser en marchant, il fait beau dehors. Alors qu’il fasse beau en ton intérieur aussi. Encore bonne chance à toi pour le tournoi petit vent-d’ouest.



Zéphyr partit donc s’aérer, le tournoi approchait et il se devait d’être dans sa meilleure forme tant mentale que physique pour pouvoir bien représenter le dojo de sensei Akage.


hrp-
Sensei Akage, bien sur sans l'arc à flèche, mais en tenue de karaté.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue M
Pouvoir : Contrôleuse des maths
Points de Puissance : 34 400
Points de Réputation : 29 700
Messages : 281
MessageSujet: Re: La Voie de la Perfection [Zéphyr & Joy]   Jeu 12 Juil - 17:52

La nuit suivante.


Le temps de préparation pour enfiler ce putain de kimono avait été infini, mais Joy était fière de le porter. Elle l’avait choisi chez un maître couturier spécialisé dans le design et la couture parfaite, comme un art ancestral et surtout une tradition à défendre. Il était normal, lors du tournoi d’arts martiaux, d’apparaître dans un beau vêtement. La coutume montrait non seulement le goût du combattant, mais également sa richesse. Et autant dire que Joy avait fait péter le budget en prenant un kimono vert malachite aux fleurs de cerisier blanc, un de ses arbres favoris. L’ensemble était d’une beauté époustouflante, et elle se jura de le conserver intact à tout jamais. Elle avait mis du temps pour le mettre correctement, aidée par les élèves et jugée hautement par Maître Futago. Dans un petit sac qu’elle tenait à la main, elle avait sa tenue de combat, prête à l’emploi. Mais pour l’inscription du dojo le premier jour, il valait mieux poser pour impressionner la galerie. Le plan était tout autre pour la jeune combattante, puisqu’il lui faudrait repérer ses premiers contacts parmi les combattants, au mieux chercher la pègre, au pire...prendre du plaisir durant la balade en barque qui les mènerait inévitablement vers les marches de la scène de tous les combats.





Le chemin avait été plutôt rapide, les pandas se laissent traîner dans d’immenses charrettes qui amènent tous les combats de la même manière, depuis les quatre coins du royaume, pour respecter la tradition, et surtout pour ne pas aller trop vite bien sûr. Les pandas détestaient ce qui pouvaient aller vite, et les combattants étaient déjà bien assez rapides pour le commun des pandas du royaume. Ainsi les charrettes, puis les barques déposaient les combattants sur des marches baignées par une eau claire qui balançait quelques nénuphars vivants. L’ambiance était idyllique, le Royaume montrait à la fois tout son savoir-faire, toute sa beauté, et toute sa noble paresse. Au moment de sauter de la barque, Joy admira l’ensemble proposé à ses yeux et elle n’eut de cesse de s’extasier sans mot dire. Devant elle, le Temple du Guerrier accueillait le tournoi du meilleur combattant, et l’effervescence commençait à atteindre les jeunes élèves de Futago.



Le Temple du Guerrier:
 




On arrivait pas l’arène, stylisée et balayée régulièrement par des agents d’entretien, des pandas qui faisaient à peu près un mouvement par minute, ce qui donnait un ensemble étonnant et contagieux. Joy avait envie de bouger au ralenti, voire de faire une sieste. Mais enfin pas le temps de niaiser, il fallait s’inscrire dans l’énorme bâtiment principal, pris d’assaut par tous les jeunes combattants. Elle avança avec son groupe et elle sentit bien les regards posés sur Futago et sur Bae qui faisait office de favorite parmi toutes les rivales. La matheuse esquissa un sourire, elle était donc dans la stratégie du challenger qui fait son entrée sans prévenir. Une bonne chose, anticipée de loin par Maître Futago. Vieux loup de mer, il connaissait bien son affaire. Elle attendit le tour du dojo en regardant tous les guerriers, de tous les âges, de toutes les disciplines. Puis vint son tour. Un panda fatigué et usé tenait une plume et soupirait à cause de la cadence de travail.


- Bonjour.
- Mouais. Nom prénom catégorie. Vous donnera votre numéro et votre adversaire….pffff
- Bien. Yoro Kirrumannugiro. Voyageuse et combattante d’aïkido.



Le panda était en train de ronfler, la main sur la joue, la tête penchant sur le côté, de la bave sortant du côté de la bouche. Il poussait des petits bruits d’aise tandis que la voyageuse le regardait endormi, d’un air interdit. La scène était quasiment irréelle, puisqu’il y avait plusieurs centaines de combattants venus pour s’enregistrer, derrière elle. Elle tapota un petit peu sur la table, zieuta Bae sur la table d’à côté avec un vieux panda qui tenait une sorte de maté en tremblant. L’autre haussa les épaules. Joy toussota un peu, moyennement, puis hurla un grand coup en tapant sur la table. Le vieux panda se réveilla, ravala sa bave et reprit le cours de la discussion comme si de rien.


- Yoro Kirru. Pffff. 104. Pffff.
- Merccccccci.
- J’ai arrêté de vous écouter au deuxième c. Pfffff
- Trop aimable.


Elle fit demi-tour et rejoignit Bae qui l’attendait avec deux élèves et un groupe portant des tenues d’aïkido. Ils semblaient revenir de l’entraînement. Le plus grand et le plus fort d’entre eux était un tigre taillé comme un athlète. Un gabarit taillé pour ce genre de sport, et une gueule à vouloir bouffer des médailles au petit-déjeuner. Il n’inspirait rien qui vaille à la voyageuse, surtout quand il la zieuta avec hauteur et un air clairement affiché de mépris. Il avait un sérieux grave qui allait jusqu’à la noirceur profonde, et son énorme katana ne disait rien d’autre.


- Cette année vous n’avez aucune chance, Futago est dépassé par nos jeunes talents ! Profitez bien de vos premiers combats, car vous n’allez pas rester longtemps ! Tiens, voilà les karatékas qui arrivent. J’espère que cette année on les verra au moins dans les phases finales. Ce serait con que j’en découpe un ou deux juste pour le plaisir...Retenez mon nom, on m'appelle le Dernier Dan. Dan Black pour les pros.


Dan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Contrôleur obscur
Points de Puissance : 12 650
Points de Réputation : 17 780
Messages : 63
Localisation : Belgique
MessageSujet: Re: La Voie de la Perfection [Zéphyr & Joy]   Ven 13 Juil - 2:32

Parfait, aujourd’hui était le grand jour. C’était le tournoi, pas n’importe lequel hein. Aujourd’hui il prouverait à son sensei qu’il n’utiliserait son pouvoir que s’il était en difficulté. D’ailleurs en parlant de difficultés, il y en avait une qui lui avait fait prendre du retard sur les quelques membres de son dojo qui participaient au tournoi. Bon forcément il ne les avait pas suivis vu qu’il ne parlait simplement qu’au sensei sans donner d’attention aux autres. La majorité était des pandas assez calmes et peu bruyants sans personnalité transcendante. Il n’avait pas beaucoup d’intérêt à leur donner. Je parlais donc de sa difficulté, celle de choisir un kimono qu’il aimait. Son sensei lui avait dit qu’il le lui offrait vu que Zeph’ n’avait pas un rond. Il avait choisi après un certain temps un kimono noir sans manches. Il serait simple à porter et assez large pour le combat et les mouvements sec.



Arrivant au bâtiment principale et ayant vu l’arène de base, il était stupéfait c’était d’une beauté impressionnante tout en restant extrêmement propre et soigné. Son arrivée n’était pas plus marquée qu’une autre. Il arriva en même temps que son groupe, celui des karatékas. Il jaugea rapidement ceux qui attendaient à l’entrée. Ils n’avaient pas l’air très aimable. Surtout ce Tigre au regard hautain. Il lui fit un léger clin d’œil lorsqu'il l’observa, lui faisant lâcher un léger rugissement de menace, genre fallait pas le chercher ou c’était la correction. Il y en avait une autre, surement une voyageuse. C’était la première qu’il voyait pour l’instant. Il y en aurait surement d’autre.  Elle lui disait vaguement quelque chose. Il avait dû entendre parler d’elle dans le dreammag. Meh, il n’y prêta pas plus d’attention, le tournoi lui obnubilait déjà assez les pensées. Avant de pouvoir s’inscrire il du d’abord attendre une interminable demi-heure, puis s’arrêta devant le mec dont la fatigue était surement plus grande que son avenir en lui-même, qui était surement aussi la raison principale de cette trop longue attente.


-Yosh.

-Hmm. Nom prénom catégorie. Vous donnera numéro et adversaire…

- Moréas Zéphyr. Voyageur et karatéka.

- . . .


Il s’était à moitié endormi durant ce qu’il disait. Et se réveilla surement au moment où Zéphyr soupira. Comme s’il avait capté les émotions du jeune voyageur. Enfin c’était panda land pas volt city. Rien ne l’étonnait ici et il avait appris à prendre son temps en ces lieux. Il s’étira vite fait en attendant les réponses du panda.

-Hmmm… Zeph .... More ... Hmmm… 226…

-Merci.

Il partit donc s’adosser à un mur proche, toujours observé par les autres mecs de la pièce. Ça l’énervait pas mal, mais il resterait calme et se contentait de maintenir le regard. Il ne baissait pas les yeux. Il n’avait pas de toute façon à le baisser. Il détournait du regard lorsqu’il entendait des chuchotements de gens qui le regardaient mal. Ouais en même temps il avait cette espèce d’aura autour de lui. Comme s’il possédait un voile qui disait « Enfant du sheitan fils des ombres ne pas approcher ! » Il n’aimait pas cette étiquette qu’on lui collait. Il n’avait juste pas envie d’approcher des gens comme ce tigre chelou. Ou certains ne lui donnait juste pas envie. M’enfin le tournoi et la sélection allait bientôt commencer. Il s’échauffa donc légèrement en s’étirant un peu de partout. Réajustant son Kimono qui allait enfin avec ses muscles. Muscles qu’il possédait enfin, il s’était remis au sport intensif il y a 6 mois et cela commençait à bien faire ses fruits. Merci la course, la muscu et le tennis !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue M
Pouvoir : Contrôleuse des maths
Points de Puissance : 34 400
Points de Réputation : 29 700
Messages : 281
MessageSujet: Re: La Voie de la Perfection [Zéphyr & Joy]   Ven 13 Juil - 10:13

La tension était palpable chez bon nombre de combattants. Avec l’effervescence et le contraste avec les pandas, les concurrents en costumes traditionnels ou déjà en tenues, les guerriers étaient tous remontés à bloc après l’inscription. L’énorme tigre cristallisait autour de lui et de son groupe un certain nombre des coups d’œil et des provocations lancées de loin. Le genre de trucs qui se réglerait dans l’arène, à coup sûr. La matheuse n’était pas spécialement impressionnée, elle avait déjà connu des situations bien plus stressantes, et les combattants avaient simplement des arts à défendre, non pas leurs vies. Sa concentration passait donc pour de l’indifférence, et l’indifférence pour du mépris. Ce qui ne plut pas au tigre qui vint l’approcher après avoir zieuté un autre voyageur. Joy l’analysa d’un coup d’un seul : créature énervée par les pouvoirs des voyageurs, provocation gratuite, cherchant la disqualification pour rester dans la secte des arts martiaux gérés par des créatures. Stéréotype du con de base qui te fout une merde pas possible tout en tirant son épingle du jeu à chaque fois. Malin. Dangereux.


- Dis-moi p’tite, t’es pas réputée par hasard ? Ta gueule me revient pas.
- Va jouer dans le mixer, tigrou, j’ai pas le temps de bavasser avec des sous-combattants dans ton genre.


Le tigre eut une demi-seconde de surprise puis il approcha sa gueule de celle de la voyageuse, qui ne cillait pas et regardait le sol, les yeux fermés. Elle sentit l’aura de la créature essayer de l’impressionner, mais elle ne bougea pas d’un iota. Le tigre le prit comme une autre insulte et il empoigna la matheuse par le kimono, qui craqua sous sa puissance physique. A ce moment, Joy ouvrit les yeux, concentra des formules dans les os et la peau de ses mains, et fit un mouvement au poignet et sur les phalanges du tigre pour lui faire lâcher prise. Elle se laissa tomber au sol comme si elle ne pouvait pas léviter. Il voulait d’ors et déjà révéler l’utilisation d’un pouvoir, elle ne lui donnerait pas ce luxe. Mais elle n’en avait pas fini avec lui.


- Si personne te fait bouffer le sol avant moi, considère que tu as déjà perdu si on se rencontre. Pauvre tâche.


Devant la tension qui montait entre les deux groupes, et quelques pandas de surveillance qui dormaient calmement, Joy décida de prendre la poudre d’escampette pour éviter que ça ne dégénère. Elle avisa un voyageur pas loin d’eux, qui était avec un groupe de karatéka. Si jamais il rencontrait le dénommé Dernier Dan il aurait le même souci. Elle laissa son groupe tandis qu Futago venait ramener de l’ordre entre les groupes, et faisait partir Dan d’un regard qui voulait tout dire. La matheuse esquissa un sourire, les combats promettaient d’être intéressants, à condition qu’il y ait d’autres adversaires intéressants à déboîter. Elle s’approcha de l’autre voyageur, qu’elle salua d’une révérence polie malgré son kimono un peu malmené.


- Salut. Ravie de voir que le concours des arts martiaux intéresse d’autres voyageurs, je commençais à me sentir seule ici ha ha ha ! Je m’appelle Yoro, et toi ? J’sais pas si on t’a prévenu, mais les créatures ici n’aiment pas trop combattre des voyageurs, on les accuse toujours d’abuser de leurs pouvoirs, alors que rien dans les règles ne nous interdit de les utiliser. Je te dis ça juste comme ça, parce que le tigre que tu vois derrière moi est pas jouasse quant à la participation des voyageurs dans ce qu’il estime être une compétition réservée aux créatures. Et ce n’est sans doute pas le seul...bref, bon courage à toi, j’espère qu’on se croisera pour montrer aux autres ce qu’est un vrai combat de voyageurs ! Tchu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Contrôleur obscur
Points de Puissance : 12 650
Points de Réputation : 17 780
Messages : 63
Localisation : Belgique
MessageSujet: Re: La Voie de la Perfection [Zéphyr & Joy]   Ven 13 Juil - 12:13

- Dis-moi p’tite, t’es pas réputée par hasard ? Ta gueule me revient pas.
- Va jouer dans le mixer, tigrou, j’ai pas le temps de bavasser avec des sous-combattants dans ton genre.


Et bien et bien, cela promettait. La salle était chauffée à blanc à certains endroits. L’autre voyageuse était clairement d’un autre niveau et le tigre ne l’avait pas compris, sa haine des voyageurs l’aveuglait clairement. Lui avait su vite fait se faire amis avec l’une ou l’autre créature. Le reste du temps il reste calme et ne répondait pas à la provocation. Tant qu’il serait à pandaland il respecterait les conseils du sensei. Oh tiens ? Le tigre venait de se faire remettre à sa place. C’était clairement satisfaisant à voir. Enfin ce n’est pas Zéphyr qui l’aurait remis à sa place.

- Si personne te fait bouffer le sol avant moi, considère que tu as déjà perdu si on se rencontre. Pauvre tâche.

Oh elle partit aussi aviser un mec qui avait fait comme eux, il ne saurait dire pourquoi, mais le gars avait aussi l’air d’un type sympa. Il n’avait pas entendu de quoi elle parlait, mais elle avait dû lui dire bonjour ou quoi. Zeph’ dans ce genre de situations restait humblement souriant dans son coin. Il ne dérangerait personne. Oh ? Tiens ? Bah elle venait aussi vers lui, très sympathique apparemment. Il lui répondit donc en souriant, carrément heureux d’être si gentiment abordé. C’était pas souvent qu’il croisait de gentils voyageurs qui n’avaient pas pour idée première de lui péter la gueule.

- Salut. Ravie de voir que le concours des arts martiaux intéresse d’autres voyageurs, je commençais à me sentir seule ici ha ha ha ! Je m’appelle Yoro, et toi ? J’sais pas si on t’a prévenu, mais les créatures ici n’aiment pas trop combattre des voyageurs, on les accuse toujours d’abuser de leurs pouvoirs, alors que rien dans les règles ne nous interdit de les utiliser. Je te dis ça juste comme ça, parce que le tigre que tu vois derrière moi est pas jouasse quant à la participation des voyageurs dans ce qu’il estime être une compétition réservée aux créatures. Et ce n’est sans doute pas le seul...bref, bon courage à toi, j’espère qu’on se croisera pour montrer aux autres ce qu’est un vrai combat de voyageurs ! Tchu !

-Yosh ! Je suis ravi de même, je suis passionné d’arts martiaux alors cela va de soi haha. Enfin moi c’est Zéphyr, tu peux m’appeler Zeph’. J’avoue que je me tape pas la meilleure réputation non plus, je crois que c’est dû au fait que les voyageurs étant plus éphémères ont tendances à avoir une marche de progression plus rapide si ce n’est plus limitées que celles des créatures de rêves. Mais oui, j’ai remarqué qu’il n’était pas très sympathique. Enfin bon courage à toi aussi, en espérant que tu réussisses tes combats avec brio ! Ciao !


C’est après cette légère entrevue qu’il décida de partir voir l’arène en attendant d’être appelé. Cela lui ferait du bien, il prit une bouteille d’eau en sortant de la pièce. Il était donc placé à l’extérieur sur un banc, profitant du léger battement avant le commencement des combats. Il se révisait les phrases de sensei avant de combattre en essayant de se faire un plan de ce qu’il utiliserait tout d’abord de son pouvoir en tant que limitation. Il verrait selon l’adversaire. Si le mec en face de lui était un connard, il aviserait. Ce serait aussi simple que ça.


-Ouais tranquille ça devrait aller.

Le glas du commencement des festivités commença peut après l'arrivée de Zeph' à l'extérieur. Ils allaient être appelés par numéros. Zéphyr commençait à gentiment stresser, c'était une habitude de toute façon, il stressait pour absolument toutes les choses qu'il faisait, même au quotidien.


hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue M
Pouvoir : Contrôleuse des maths
Points de Puissance : 34 400
Points de Réputation : 29 700
Messages : 281
MessageSujet: Re: La Voie de la Perfection [Zéphyr & Joy]   Ven 13 Juil - 21:33

- Yoro-chwan, on a ton adversaire. Tu es contre un jeune judoka du Clan Toriko. Rien de bien insurmontable pour toi, mais fais attention. Les Toriko sont réputés pour ne jamais rester au sol.
- Très bien, Futago-senseï.
- Maintenant qu’on est entre nous, dis-moi un peu si tu as déjà tué.
- Plus d’une fois.
- Plus d’une fois ?
- J’ai...beaucoup tué...je sais que vous le saviez.
- Tu comptes tuer, cette nuit ? Je serais obligé de venger l’honneur de mon dojo si…
- Non, Futago-senseï. Je suis un assassin de la Famille, mais pas ce soir.
- Pas ce soir…


Le maître panda était dans un coin de l’arène, en train de discuter avec son élève, tandis que le dojo Futago et les Torikos entraient dans les gradins. Joy ne regardait pas encore son adversaire, faisant croire à une concentration extrême. Elle restait impassible, tête baissée à écouter le senseî et surtout à lui parler à voix basse. Elle était sur le deuxième match d’ouverture du tournoi. Le tableau l’avait bien placé. Elle rencontrait le premier voyageur karatéka en fin de classement de la première partie du tableau, et le dénommé Zéphyr était à l’opposé. S’ils se rencontraient, ce serait en finale, pas avant. Une bonne chose car elle avait senti une énergie positive émaner de lui. Comme de beaucoup de combattants rassemblés dans les gradins. L’organisateur fit un petit discours et laissa Futago-senseï se présenter, ainsi que le directeur sportif de Toriko. Le fair-play était de mise, les beaux coups et le respect également. La matheuse était loin des règlements de comptes de la Famille. Une bonne chose pour souffler. Futago revint vers le côté de l’arène où Joy se tenait en tailleur, en méditation malgré le brouhaha qui régnait.


- Yoro-chwan, je sais que tu m’as battu le jour de ton arrivée. Mais tu avais utilisé ton pouvoir. Je sais pourquoi tu es là, pourquoi tu m’écoutes, pourquoi tu restes à nos côtés alors que tu pourrais te battre contre de vrais adversaires, en mettant ta vie en danger. Si je sais tout cela, ce que tu me donnes tout ça à voir, à analyser. C’est donc que ton adversaire peut le deviner comme moi. Il devinera tes manques, ton absence de motivation...si tu fais ça juste pour te divertir ou pour essayer de te sentir vivante, alors abandonne de suite. Tu verras ici des jeunes guerriers qui rêvent de faire plus que des combats. Ils veulent devenir autre chose, sur ce sol que tu foules. Ne leur manque pas de respect, car c’est d’abord à toi que tu manquerais de respect.
- On dirait ma mère…
- Pour une fois, écoute, Yoro-chwan ! Les combats de l’autre partie de tableau sont lancés, nous sommes déjà en retard ! Mais c’est parce que je veux que tu comprennes quelque chose d’essentiel...ce que nous faisons ici, tous...tous sauf toi...c’est très important pour nous ! Ne gâche pas ça, ne fais pas ça pour le dojo, je t’en prie.


Le gong retentit, annonçant le début du combat. Joy restait fixée sur le visage de Futago-senseï. Elle sentait son adversaire approcher. Il tenterait de l’agripper, le kimono blanc et bleu était une prise facile pour un judoka, voire une facilité donnée d’entrée de jeu pour lui. Toujours rivée sur le senseï, Joy ne bougeait pas. Jusqu’à ce que Futago comprit ce qu’elle attendait. Il baissa la tête et prononça une phrase pour définir le combat, déterminer une direction précise.


- Règle de base : Toujours pratiquer l'Aïkido d'une manière vibrante et joyeuse.


Alors elle sentit l’arrivée du bras de son adversaire. Elle le saisit sans le voir, le fit pivoter pour faire basculer le judoka au-dessus d’elle et le planter d’un coup au sol. Elle vit le corps passer, plaça une formule de vitesse, de lourdeur sur le kimono du judoka, et elle utilisa la puissance de ses os pour plaquer le corps du judoka au sol. Le mouvement passa en un éclair de seconde, mais la puissance et donc le choc étaient là. Sans négociation possible, le judoka se retrouva au sol, tétanisé et poussant un cri de douleur effroyable...et juvénile. C’était un gamin, qui hurlait sa mère en se tenant la colonne vertébrale. Le directeur de Toriko se leva dans les tribunes, et Joy salua son adversaire qui demandait à sortir pour se faire soigner.



- Vainqueur, Yoro du dojo Futago !!!

- Wéééééééééééééééééé !


La voyageuse quitta l’arène en passant à côté du sensei sans rien lui dire. Elle vit quand même un sourire de contentement et de plaisir extrême passer sur le visage du panda. Quel vieux voyou...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La Voie de la Perfection [Zéphyr & Joy]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Voie de la Perfection [Zéphyr & Joy]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Voie de la Navigation
» Prérequis pour la voie de la Médecine
» La voie du Martyre
» la decentralisation ,seule voie de developpement du pays.
» les prerequis pour la voie de la médecine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Partie RP :: Seconde Zone :: Pandaland-
Sauter vers: