Bienvenue

Liens utiles

Effectifs

Ligue B : 18 membres
Ligue M : 7 membres
Ligue S : 0 membre
Créatures : 10 membres
Inclassables : 0 membre
Seigneur cauchemar : 1 membre
Rois des rêves : 0 membre

Top-Sites & Discord


Membres du mois

Edgar
Profil
Top activité
Jøn
Profil
Top vote
Code par MV/Shoki - Never Utopia



 

Partagez | 
 

 Aventure sous les dunes [Pv Ayn]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Créature
Pouvoir : Mutation du bras droit
Points de Puissance : 21 400
Points de Réputation : 3 050
Messages : 85
MessageSujet: Aventure sous les dunes [Pv Ayn]   Lun 9 Juil - 14:14


   

   
« Aventure sous les dunes »

   
Feat Ayn

   


Le royaume des sables a toujours été une énigme pour les créatures qui y vivaient : environnement hostile, difficulté pour les habitants à s’auto-suffire, climat désavantageux etc… Beaucoup de conditions qui faisaient que la majorité du lieu était inhabitable et que pour survivre sur une terre qui semble changer au fil des passages du vent, il fallait avoir énormément de courage. C’est par curiosité que le forgeron avait décidé de mettre les voiles en direction de Saharia, son nouveau goût pour l’aventure ne le mettant pas en garde contre les difficultés qu’il serrait amener à rencontrer une fois là-bas. Il ne savait pas exactement à quel moment précis il était réellement entré dans le royaume, les cendres des terres du Feu se mélangeant petit à petit avec le sable du désert sans fin. Weiss s’était déjà préparé contre la chaleur à venir et notamment des rayons de soleil pouvant transpercer n’importe quelle peau mal protégée. L’albinos portait sur sa tête un turban avec plusieurs bandes sur le contour de son visage, plusieurs de ses mèches blanches s’échappant  du turban à quelques endroits alors qu’il portait un large drap qu’il plaçait sur ses épaules pour couvrir le reste de son corps. En plus de ses vêtements habituels il estimait être suffisamment protégé du soleil de cette manière.

Après avoir marché pendant quelques heures, l’albinos avait rencontré une créature qui se déplaçait à bord d’un petit voilier des sables, sur lequel il transportait deux bêtes capables de transporter ses marchandises. En discutant avec elle, Weiss apprit qu’il était un exportateur qui négocier des biens avec d’autres royaumes mais qu’il se fournissait exclusivement dans le royaume des sables, ce dernier présentant une meilleure qualité pour ce qu’il recherchait. Le marchand proposa bien de faire monter l’albinos sur le voilier des sables, mais ce dernier souhaitait s’enfoncer dans le royaume, pas le quitter. Néanmoins le forgeron pu tout de même réaliser un accord avec le marchand : Weiss lui réparait des objets que le marchand avait retrouvé en mauvais état contre une récompense. Sans réellement en demander davantage – et parce qu’il trouvait le marchand sympathique – l’albinos se mis à la tâche et s’occuper des objets de la créature. Cela dura moins d’une heure à peu près avant que Weiss ne termine les derniers ajustements sur les objets, ayant pris soin de s’assurer de leur qualité une fois le travail terminé. L’exportateur était joyeux de voir que ses dernières fouilles n’étaient pas devenues totalement inutiles ! Il sautait aux anges en se disant qu’il ferait beaucoup de profit grâce à l’albinos, et offrit une planche en guise de récompense.

Dubitatif, Weiss posa la planche au sol et remarqua qu’une fois qu’il posait les pieds dessus la planche se déplaçait sur le sable, avec lui dessus ! D’après les dires du marchand c’était une méthode de déplacement relativement rapide dans le royaume, plus rapide que de marcher en tout cas. L’albinos n’était pas dessus et une fois qu’il saluait la créature, il se servait dans la planche pour foncer dans la direction opposée et s’enfonçait dans les dunes de sables. Weiss sentait le vent soufflait contre lui alors que le drap qu’il portait sur ses épaules se laisser soulever en hauteur, laissant une vue sur le torse aussi blanc que la neige de l’albinos qui, même s’il prit un peu de temps à s’adapter au contrôle de la planche, était bien heureux de son affaire. Grâce à la planche il allait pouvoir gagner un temps fou !... Et surtout attirer des prédateurs. Alors qu’il sautait par-dessus une dune de sable il passait également au-dessus de deux grandes créatures qui ne manquèrent pas de le remarquer une fois que la planche se posait au sol. L’albinos ouvrait grand les yeux pour voir les deux bêtes ressemblant à des reptiles secouaient le sable sur leur dos avant de pousser un rugissement commun et de courir à toute vitesse en direction de Weiss.

« Ils sont rapides ! » pensait le forgeron avant qu’il ne fasse pression sur sa planche et accélère des plus belles alors qu’il glisse sur le sable. La vitesse de son moyen de transport était suffisant pour garder une distance de sécurité avec les prédateurs à ses trousses, mais ne lui permettait pas de creuser un écart si important pour leur donner envie d’abandonner toute poursuite. Sentant une goutte perler sur son front, Weiss comprenait peu à peu la gravité de sa situation où il se rendait compte que si les bêtes derrière lui étaient plus endurantes qu’il ne l’imaginait, il pourrait bien passer les prochaines heures à fuir ces créatures. Ce qui, dans un environnement comme Saharia, serait la pire des situations étant donné que l’albinos n’était pas certain de trouver un endroit sûr par ses propres moyens, pire il pourrait rencontrer d’autres bêtes sur le chemin ! Pestant intérieurement, il remonter le long d’une dune afin de sauter une fois arriver au sommet, descendant à toute vitesse avant d’atterrir au niveau du sol et continuer sa fuite, suivi par les deux grands reptiles qui glissaient le long de la dune et de reprendre leur course frénétique. Ce qui choquait Weiss ce n’était pas la stabilité de ces créatures à se mouvoir sur ce terrain à pattes, après tout elles avaient grandies dans un tel environnement. Ce qui le perturbait c’était de voir à plusieurs centaines de mètres au loin plusieurs personnes qui traversaient le désert.

Le groupe de personnes formait une ligne où chacun étaient sur un moyen de transport, à cette distance l’albinos n’avait pas les moyens d’identifier lesquels et il fallait avouer que c’était un peu le cadet de ses soucis. Ce qui l’alarmé dans l’histoire c’était l’éventualité que les bêtes à ses trousses ne décident de changer de cible et finissent par rejoindre l’espèce de caravane une fois qu’ils se soient assez approchés. Se pinçant la lèvre inférieure, le forgeron hésita quelques minutes avant de décider la chose suivante : il stopperait sa fuite et allait combattre aussi longtemps qu’il faut les deux bêtes. Weiss ne se permettrait jamais de profiter de la présence d’autres créatures pour détourner l’attention de ses poursuivants. Il pourrait bien les rejoindre et demander leur assistance pour repousser les reptiles, mais ce ne serait qu’amener le danger à la porte d’innocents qui pourraient être blessés voir pire, tués. Alors l’albinos fit son choix. Il décidait de mettre un décompte de 10 secondes dans sa tête afin de se préparer, et lorsque le décompte a atteint zéro… Il se retournait brusquement pour frapper avec force le sol derrière lui avec son bras écaillé, la puissance déployée finissant par faire jaillir du sol un barrage de sable qui coupa la vision des deux créatures. Elles foncèrent dedans sans réellement réfléchir plus que ça, traversant le nuage de sable qui avait réussi à les surprendre mais pas à les effrayer.

Les bêtes passaient de l’autre côté et finir par perdre de vue l’albinos, ce dernier ne se trouvant pas de l’autre côté du nuage de sable et ne se trouvant plus en face des deux bêtes. Toujours sur sa planche il avait profité de leur manque de visibilité pour faire un contournement et passer dans leur dos, ne perdant pas de temps pour saisir de sa main transformée le bout de la queue d’une des bêtes. La créature réagie presque automatiquement à la soudaine approche du forgeron mais même si elle tentait de secouer sa queue, la force de Weiss était telle qu’il ne lâcha pas prise et continuer sa glissade entre les jambes de l’autre créature, tirant un coup sec sur la queue de la bête pour que cette dernière croche les pattes de son compagnon et que les deux bêtes finissent déséquilibrées et tombent lourdement sur le sable. Weiss relâchait la queue et commençait à tourner en cercle autour des deux bêtes qui mirent plusieurs longues secondes à se relever, de quoi peut-être lui donner le temps d’élaborer un plan pour se sortir de ce guet-apens…



Codage by TAC

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Sécrétion de poison
Points de Puissance : 26 000
Points de Réputation : 20 000
Messages : 45
MessageSujet: Re: Aventure sous les dunes [Pv Ayn]   Lun 9 Juil - 16:04

Aventure sous les dunes

///
lumos maxima


Dernière édition par Ayn le Lun 30 Juil - 10:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Mutation du bras droit
Points de Puissance : 21 400
Points de Réputation : 3 050
Messages : 85
MessageSujet: Re: Aventure sous les dunes [Pv Ayn]   Mar 10 Juil - 15:25


   

   
« Aventure sous les dunes »

   
Feat Ayn

   

Les bêtes poussaient un grognement entre leurs crocs alors qu’elles n’hésitaient pas à se bousculer pour essayer de se relever plus vite, prenant appuie l’une sur l’autre et fixer avec un regard assoiffé de sang l’albinos qui tournait autour d’eux avec sa planche des sables. Weiss sentait une goutte de sueur perlait le long de sa tempe alors qu’il fronçait les sourcils, essayant d’élaborer plusieurs plans pour combattre les créatures mais chacun d’entre eux venant avec un sacrifice plus ou moins conséquent. Il inspirait profondément et expirer de manière calme, sa concentration au maximum alors qu’il serrait fermement les poings. Les bêtes rugissaient à l’attention du forgeron et s’apprêtaient à charger de nouveau, mais Weiss remarqua quelque chose d’étrange se produire. Derrière les monstres, a une distance raisonnable, l’albinos voyait une figure qui lançait quelque chose sur les deux créatures. Il n’a pas réussi à comprendre qu’est-ce qui a été lancé, mais en tout cas ça avait blessé les deux bêtes qui le sentirent aussitôt.

Les monstres n’étaient pas stupides, ils tournèrent la tête dans la direction qui venait de les toucher : vers le convoi qui était dissimulé derrière une dune de sable. Son sang n’a fait qu’un seul tour alors qu’il criait à l’attention des bêtes : « C’est moi votre adversaire ! VENEZ ! ». Il n’avait pas perdu son objectif de vue : garder les bêtes sur lui pour ne pas qu’elles attaquent d’autres personnes. Les créatures réagirent à l’appel de Weiss et reprenaient leur course dans sa direction. L’albinos tournait en arc-de-cercle autour d’elles, l’un d’entre elles continuant de tourner avec Weiss alors que l’autre tentait de prendre un autre chemin pour couper la route au forgeron. Serrant les dents, l’albinos décidait d’accélérer sur une courte distance pour prendre par surprise la bête qui voulait le prendre en tenaille, cette dernière voyant le forgeron qui allait de nouveau tenter de passer entre ses jambes et qui soulevait sa patte pour essayer de l’écraser. Weiss réalisait un slalome rapide et sec afin d’éviter de près la patte puissante de la créature qui s’enfonçait dans le sable. Le forgeron profitait de son momemtum pour sortir son bras de son sa cape et de frapper avec force contre la deuxième patte de la créature avec sa main tranchante. Lorsque son bras mutant touchait les écailles de la bête, il senti une résistance à son attaque mais il ne s’arrêtait pas dans son élan et força davantage sur son bras, entaillant profondément la patte de la bête alors que Weiss s’échappait enfin de sous ses pattes en continuant sa glissade sur sa planche des sables.

La créature tombait lourdement au sol alors qu’elle gémissait de douleur, sa patte ayant été a moitié tranchée alors que du sang commençait à s’échapper de sa blessure profonde. Weiss adressait un regard compatissant à l’attention de la bête, ayant espéré éviter d’en arriver à de tels extrêmes mais étant dans l’incapacité de les neutraliser rapidement, il avait dû faire un choix… Ce qui le dérangeait le plus c’était qu’il ne voyait plus l’autre créature, cette dernière ayant disparue de son champ de vision… Jusqu’à ce qu’il sente quelque chose de solide et puissant le frapper dans le flanc pour l’envoyer voler une dizaine de mètres plus loin sur le sable. Weiss rebondissait une fois sur le sable avant de rouler plusieurs fois par terre, crachant à son tour une gerbe de sang alors qu’une douleur immense lui transperçait les côtes. Sa main contre son flanc ayant été attaqué de plein fouet, l’albinos redressait la tête pour voir plus loin que c’était la deuxième créature qui l’avait frappé avec sa queue pour le séparer définitivement de la planche de sable. Il grinçait des temps alors qu’il peinait à trouver la force de se relever, la sensation d’avoir un bon paquet de couteaux lui traversant l’intérieur étant ce qui se rapproche le plus de ce que vivait le forgeron.

Weiss avait du mal à respirer normalement, son rythme étant saccadé par la douleur. Une ou deux de ses côtes avaient dû se fendre sous l’attaque brutale de la bête, et il s’en doutait bien qu’elle ne s’arrêterait pas là. Maintenant que l’albinos était à pieds, il n’avait aucun moyen de fuir, et la planche des sables était trop loin de lui pour qu’il espère se remettre dessus et réussir à échapper à son adversaire. Weiss fronçait les sourcils, crachant le sang qu’il avait dans la bouche avant de détacher son sac qu’il avait sur son épaule depuis le début. Il plongeait sa main dedans alors qu’il sortait un long et lourd objet noir en métal, qu’il laissait le bout atterrir lourdement au sol alors qu’il laissait le sac sans fond tomber par terre de l’autre côté. Weiss n’avait plus aucune échappatoire et il allait devoir utiliser sa dernière carte maîtresse pour espérer avoir une chance. Il avait pris dans sa main droite son marteau de forgeron, Tyr. La créature grognait avant d’ouvrir grand la gueule et de rugir de tous ses poumons, se ruant sur l’albinos blessé qui se tenait droit comme un pic, attendant que le monstre vienne à lui. Il serrait fermement le marteau dans sa main, avec une telle force qu’on pouvait entendre les grincements métalliques entre la poignée et la main écaillée de Weiss, ce dernier soulevant le marteau en se mettant en position alors qu’il fixait la bête courant vers lui.

Ses pieds s’enfonçaient dans le sable alors qu’il inspirait profondément, malgré l’immense douleur dans ses côtes qui lui donnait l’impression de lui déchirer les entrailles. Il connaissait ses capacités et il savait de quoi il était capable avec un tel objet magique entre ses mains, un outil capable de créer la magie… Mais aussi capable de la détruire. Il n’osait imaginer le résultat d’une telle attaque sur un être vivant, composé d’os et de sang. Il décida donc de passer par une alternative : il attendait que la bête se rapproche, encore, et encore… Jusqu’à ce qu’elle ne soit plus qu’à quelques mètres du forgeron. Il décida de lancer de toutes ses forces dans son bras le marteau noir, qui volait avec une vitesse déconcertante dans la direction de la bête. L’outil frappa avec force le torse de la bête, cette dernière ayant évitée de peu que l’objet ne touche sa tête mais qui ne pouvait pas s’imaginer être envoyée volée dans la direction opposée à l’albinos, tombant avec fracas au sol alors qu’elle vomissait du sang depuis sa gueule. Weiss transpirait à grosses gouttes alors qu’il laissait pendre son bras mutant vers le bras, son corps trouvant plusieurs difficultés à rester debout sous cette chaleur intense et après autant d’actions. Weiss voyait que les créatures se levaient toutes les deux, observant l’albinos avec une nouvelle lueur dans leur regard avant de commencer à reculer lentement, tout en le fixant, puis s’en aller dans une autre direction. Les deux bêtes peinaient à se déplacer à cause des blessures qu’elles avaient subies, l’une laissant une trainée de sang derrière elle alors que l’autre n’arrivait pas à se déplacer en ligne droite.

Le forgeron les regardait fuir, loin de lui, loin du convoi. Il haussait les sourcils lorsqu’il semblait les voir s’écrouler plusieurs centaines de mètres plus loin, mais ne cherchait pas à se poser plus de questions, il y avait plus urgent. Ce qu’il n’avait pas remarqué c’est que depuis que les créatures avaient étés attaquées par l’inconnu plus tôt, elles avaient étés empoisonnées. Leur force ainsi que leurs mouvements ayant été quelque peu réduits, il n’est pas étonnant qu’après leur blessure ils perdent trop de force pour combattre le poison et finissent par mourir au loin. Mais ça, Weiss n’avait pas moyen de le savoir, à moins qu’il ait eu la force de vérifier, ce qu’il n’avait pas. Il peinait à récupérer son marteau pour le remettre dans son sac, avant de se laisser coucher sur sa planche des sables et commencer à glisser lentement… Sa vision devenait de plus en plus floue alors que sa conscience n’arrivait pas à résister aux vagues de douleurs au niveau de ses côtes, finissant par fermer les yeux et s’évanouir. Sa planche glissait jusqu’au sommet d’une dune et du fait que Weiss ne pouvait pas contrôler son équilibre à ce moment-là, lui et la planche finirent par tomber et rouler le long de la dune en direction du convoi que l’albinos avait fait en sorte de protéger. Si ce dernier était toujours là.


Codage by TAC

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Sécrétion de poison
Points de Puissance : 26 000
Points de Réputation : 20 000
Messages : 45
MessageSujet: Re: Aventure sous les dunes [Pv Ayn]   Mar 10 Juil - 16:17

Aventure sous les dunes

Ayn avait tout vu. A vrai dire, elle observait tout de loin depuis le début afin de s’assurer que les bêtes ne s’approchent pas. Elle avait réellement envie au fond d’elle de l’aider mais le convoi était bien important et elle devait le garder à l’œil à tout moment. Lorsqu’elle l’entendit hurler afin d’attirer les créatures, elle s’excusa au fond d’elle. S’excusa de ne pas bouger, de le laisser se battre seul. Mais elle n’avait pas le choix et une mercenaire ne devait pas s’en vouloir autant. Donc tout observer de loin allait suffire. Mais elle ne savait pas si elle allait pouvoir intervenir dans le pire des cas. Quoi que le pire des cas serait que ces créatures attaquent le convoi. Les créatures bougeaient énormément, laissant pleinement le poison circuler rapidement dans leur corps. Ayn savait bien qu’ils n’allaient pas faire long feu.

Quand elle vit les créatures s’écrouler au loin, elle descendit de la dune pour rejoindre le convoi. Les voyageurs commençaient à ramasser leur affaire petit à petit et les chevaux étaient plus calmes, un peu plus en forme. Ils allaient enfin pouvoir repartir. Ayn ne put s’empêcher de se demander ce que devenait l’autre personne mais elle secoua vite la tête. La mission. Elle ne devait garder que sa mission en tête. Les voyageurs observaient Ayn qui leur sourit. Le voyage était plutôt tranquille, les voyageurs étaient même plutôt agréables et discuter avec eux était plutôt plaisant. Ayn descendit de son cheval et s’occupait de faire les derniers arrangements, elle partit aider les voyageurs de son convoi pour leur prêter main forte. Après tout, plus vite ils partaient, mieux c’était pour eux.

Un des voyageurs arriva en criant en panique, faisant sursauter la mercenaire sur le coup.

« Mademoiselle Hohenheim ! Venez vite voir ! On a trouvé un homme blessé et une planche ! Qu’est-ce que l’on fait ?
- On a bien de quoi le soigner dans la caravane médicale ?
- Oui, mais je ne sais pas si la trousse de soin que l’on a est complète ou non.
- On fera avec ce que l’on a. Où est-il ?
- On n’a pas osé le changer de place pour l’instant.
- Mettez-le dans la caravane de soin, le médecin s’occupera de lui. Prenez sa planche aussi, on ne sait jamais. Ça doit être son moyen de transport dans ce foutu désert.
- Bien madame. »

Ils se remirent en file indienne et le blessé fut rapidement pris en charge. Ayn remonta sur son cheval afin de continuer sa mission de surveillance. Le médecin s’occupait du blessé. Apparemment il n’avait que quelques côtes cassées. Il avait apparemment perdu conscience à cause de la fatigue et de la chaleur, rien de bien méchant. Ayn remercia le médecin à bord et regarda sa boussole. Ils devaient toujours continuer à avancer vers l’ouest. La chaleur se calmait petit à petit et le soleil commençait à se coucher. Par miracle, ils finirent par trouver un petit oasis qui pourrait les aider à réapprovisionner les gourdes d’eau vide.

Le convoi s’arrêta à cet oasis. L’air était déjà plus agréable et plus respirable. Les voyageurs s’occupaient d’abreuver et nourrir les animaux fatigués. Un petit vent frais soufflait, les voyageurs avaient mangés et Ayn aussi. Heureusement ils avaient de bonnes réserves pour ce voyage. Ils allaient pouvoir se reposer cette nuit-là.  Le médecin s’occupa de changer les bandages du blessé par pure précaution. Ayn put enfin aller le voir plus calmement. Il était là, allongé sur un le seul lit de la caravane. Torse nu avec ses bandages, ses affaires étaient sur le côté. Il était blanc comme un linge. Il fallait qu’il reprenne des couleurs à son réveil, qu’il mange un morceau et boive un peu d’eau ensuite pour s’hydrater. Le médecin avait préparé un plat froid et lui mit une gourde d’eau sur un petit tabouret à côté du lit. Si jamais il se réveillait dans la nuit. Ayn se doutait bien que c’était cette personne qui avait combattu les créatures bien plus tôt dans ce désert bien trop chaud. La mercenaire pensait le remercier. Est-ce que de l’argent lui suffirait ? Est-ce qu’il allait demander à voyager avec eux en contrepartie ?

Ayn soupira. Pourquoi avait-il eu besoin d’en faire autant ? Elle lui en devait une maintenant puisqu’il l’avait aidé. Elle verrait ça avec lui à son réveil. La mercenaire ne savait pas vraiment quand est-ce qu’il allait se réveiller et plutôt que de faire du bruit en restant à côté de lui, elle descendit de la caravane. Elle ne comptait clairement pas dormir pour surveiller le campement la nuit. Elle ferait un petit somme à l’aube, quand les premiers voyageurs seraient réveillés. Au moins ils pourront la prévenir si jamais une créature apparaît. Il fallait absolument que quelqu’un reste éveillé et la mercenaire partait du principe que c’était à elle de le faire, au moins la première nuit. Après elle allait faire tourner les personnes du convoi sans vraiment savoir combien de temps le voyage allait durer. Elle n’avait jamais traversée ce désert, dans le passé elle s’était contentée d’essayer de l’éviter au maximum. Mais bon, là elle était bien obligée d’y passer. Apparemment c’était le chemin le plus court à prendre pour arriver à destination. Ayn soupira.

Un feu de camp avait été allumé pour avoir un peu de lumière dans cette nuit sombre. Puis ça réchauffait un peu face au vent froid du désert. Le silence régnait, tout le monde s’était endormi. Ainsi Ayn resta seule avec ses pensées et ses souvenirs. Au moins elle profitait tranquillement du calme et pouvait se reposer ainsi. Puis si quelqu’un devait s’approcher, elle pourrait l’entendre facilement. C’était plutôt agréable en fait. Elle était là, allongée sur le sable à observer les étoiles dans le ciel. Elle avait de la chance de pouvoir les voir cette nuit-là. Faut dire que ça faisait longtemps qu’elle n’en n’avait pas profité. Qu’elle ne s’était pas posée ainsi, au calme, à simplement sourire en regardant ces étoiles briller. C’était très reposant, tant physiquement que mentalement pour elle. Ça lui permettait de faire le vide.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Mutation du bras droit
Points de Puissance : 21 400
Points de Réputation : 3 050
Messages : 85
MessageSujet: Re: Aventure sous les dunes [Pv Ayn]   Mar 10 Juil - 17:38


   

   
« Aventure sous les dunes »

   
Feat Ayn

   

Weiss avait le visage contre le sable alors qu’il avait totalement perdu connaissance, ayant la sensation que tout son corps lui brûlait sous la peau, notamment au niveau de sa blessure dans le flanc qui lui rappelait bien des souvenirs à l’époque. Pas l’époque où il a grandi dans le manoir de son maître, plutôt celle où il a vécu seul, dans le froid et la faim au milieu d’une décharge. Une erreur dans un tel environnement se résultait d’une blessure grave, comme la fois où un bout de lance s’était planté dans son estomac après une chute malencontreuse. Il se souvient avoir souffert longtemps de cette blessure et même après cicatrisation il avait peur de cette menace constante, celle où elle pourrait se rouvrir et lui montrer une nouvelle fois son propre sang s’échappait de son ventre. On peut donc dire que Weiss était plongé dans ses souvenirs alors que, pendant qu’il était inconscient, il était transporté par les hommes du convoi qui l’amenaient voir un médecin à bord d’une caravane.

Le soigneur identifiait rapidement ce qui faisait souffrir l’albinos, autant ses côtes cassées mélangées à la fatigue poussa la créature à développer de la fièvre. Le médecin sortait un produit qu’il administré directement à travers une piqure dans le bras gauche du forgeron, étant donné que son bras droit était beaucoup trop solide pour pouvoir être traversé. La respiration de Weiss devenait de plus en plus calme, arrêtant de suer comme il le faisait jusqu’à maintenant alors qu’il commençait à inspirer et expirer de manière plus tranquille et sereine. Le médecin essuyait son propre front avant de commencer à s’occuper de la blessure sur le flanc du forgeron, la peau de ce dernier ayant commencé à doublé de volume alors que la couleur de sa peau passait du rouge au bleu sombre à cet endroit précis. Weiss n’avait pas la force de résister lorsqu’on lui passait les bandages sur le corps, il n’avait même pas la force d’ouvrir les yeux et de quitter ses songes pour se rendre compte de ce qu’on lui faisait.

Ce n’est qu’au bout de ce qui semblait être une éternité que Weiss ouvrait lentement les yeux, sa gorge sèche et ses lèvres tellement gercées qu’il avait des petites coupures lorsqu’il ouvrait la bouche. Il était surpris de voir qu’il était dans un lit, avant de remarquer les bandages sur lui et le fait que ses affaires étaient posées sur le côté. Il tenta de se redresser mais tel un coup de fouet la douleur se réveilla au niveau de ses côtes, le forçant à serrer les dents alors qu’il passait sa main dessus par réflexes. Il essayait de rassembler ses pensées petit à petit tout en observant autour de lui, remarquant la gourde d’eau ainsi qu’une soupe froide laissée sur le côté. Faisant un effort pour essayer de s’asseoir sur son lit et de poser pieds à terre, il n’hésitait pas à manger ce qui était posé à côté de lui, la faim se faisant plus grande que la prudence alors qu’il finissait en buvant d’une traite toute la gourde d’eau. Le liquide frais lui traversant la gorge lui donnait l’impression de revivre alors qu’il poussait un long souffle, rassasié.  Il observait autour de lui une dernière fois avant de se diriger vers la sortie de la caravane, redressant légèrement le voile pour observer les alentours. Il remarquait que la nuit était tombée et qu’il faisait bien plus frais que la journée.

Après avoir hésité quelques instants, il s’est convaincu qu’il avait besoin de savoir où il se trouvait exactement, il devait en savoir plus sur la situation actuelle. Il prenait donc ce qui lui servait de tissu pour recouvrir son bras et le passait par-dessus ses épaules, préférant se protéger un minimum du vent frais plutôt que de vouloir se faire discret sur l’apparence de sa main écaillée. Il sentait ses pieds nus se poser contre le sable fin, le vent soufflant légèrement contre ses cheveux qui se laissaient voler dans la même direction. Observant de droite à gauche, l’albinos remarquait que le campement était bien silencieux, probablement parce que tout le monde était endormi à l’heure actuelle… Seuls les légers crépitements d’un feu de camp attiraient son attention. Il marchait lentement vers l’origine du bruit, apercevant la lumière au détour d’une caravane. Weiss posait sa main contre cette dernière pour pouvoir mieux se tenir en se déplaçant et remarquait qu’une personne était allongée devant le feu. Le forgeron restait silencieux avant de s’avancer tout aussi lentement et se laisser apercevoir par la femme, tandis qu’il se tenait toujours les côtes. Malgré les traits de son visage toujours marqués par la douleur et la fatigue, l’albinos trouvait la force de sourire à l’inconnue.

« Je suppose que c’est vous et vos amis qui m’ont sauvés lorsque je me suis évanoui. Je souhaite vous remercier, pour m’avoir sauvé la vie, sincèrement. »

Il courbait légèrement l’échine et garder la tête baissée. Son maître lui a toujours appris que Dreamland était un monde capable de donner de la chance tout comme il était capable de la reprendre. Aujourd’hui Weiss aurait pu mourir après avoir perdu connaissance, ce n’est que parce que le convoi était là pour le sauver qu’il était encore en vie. Et le forgeron savait se montrer reconnaissant.

Codage by TAC

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Sécrétion de poison
Points de Puissance : 26 000
Points de Réputation : 20 000
Messages : 45
MessageSujet: Re: Aventure sous les dunes [Pv Ayn]   Mer 11 Juil - 12:14

Aventure sous les dunes

Ayn se détendait là, allongée sur le sable alors que ses deux sabres étaient prêts d’elle. Elle profitait de la brise fraîche qui caressait sa joue et du crépitement du feu pour se détendre et reposer au maximum son corps. Après tout, faire une nuit blanche c’était vraiment quelque chose de fatiguant. Elle entendit du bruit plus loin mais ne bougeait pas, ça avait plus l’air d’être un voyageur sortit de sa caravane qu’une méchante créature qui voulait les attaquer. Néanmoins elle ne s’attendait pas à ce que le blessé soit debout à cette heure-ci. Une bonne nuit de sommeil lui aurait fait le plus grand bien et la mercenaire se releva quand elle vit que c’était lui. Malgré ses blessures, il souriait et la remercia. Il courba même légèrement l’échine.

Voilà bien longtemps qu’elle n’avait pas revu ce geste et à chaque fois ça lui faisait quelque chose. Ça lui rappelait des souvenirs, quand elle était encore reine et que tout le monde s’inclinait face à elle pour leur montrer du respect. Les personnes qui courbaient l’échine étaient très rares et à chaque fois ça lui faisait un petit picotement au cœur. Comme si elle ne voulait plus entendre parler de ces souvenirs et les garder uniquement dans sa tête. Les siècles n’avaient rien changés à son ressenti et à sa peine, elle s’était juste habituée finalement à tout ça. C’était triste de se dire qu’elle s’était habituée à cette douleur de perdre les personnes qu’elle aimait et son peuple. Habituée à cette douleur face à Prime. Mais est-ce que s’habituer voulait dire accepter la chose ? D’ailleurs, malgré le temps, elle n’arrivait toujours pas à comprendre pourquoi est-ce qu’elle était toujours en vie malgré tout. Voulait-il qu’elle souffre à cause de tout ça jusqu’à la fin de sa vie ?

Ayn sortit de sa bulle et secoua sa tête. Non ce n’était pas le moment de penser à Prime et à tous les autres maintenant. Elle devait se reprendre en main, rester sentimentaliste n’allait rien lui apporter de bon. Elle finit par sourire à son tour à son interlocuteur et l’invita à s’asseoir à côté d’elle. Elle ne s’était pas mise debout mais c’était contentée de se relever pour rester assise sur le sable. Elle tapota même le sable pour comme s’il était encore un enfant.

« Ce n’est rien du tout. Vous avez protégé le convoi et je n’ai pas pu faire grand-chose pour vous aider, je suis désolée. C’était la moindre des choses plutôt. Je vous en dois une. Merci. »

Elle l’avait seulement aidé en empoisonnant les créatures, rien de bien fou puisqu’il était tout de même bien blessé. Et même si elle l’avait aidé, Ayn s’en voulait toujours au fond d’elle. Néanmoins elle continuait de lui sourire pour qu’il puisse sentir à l’aise. Elle ne voulait pas qu’il se sente mal à l’aise ni quoi que ce soit. Surtout qu’il avait besoin de repos et il fallait qu’il se détende. Pas besoin de le stresser pour rien.

« Je m’appelle Ayn Hohenheim. Je suis chargée de protéger ce convoi jusqu’à sa destination finale qui se trouve après le désert. Je n’osais pas m’éloigner et je ne voulais pas prendre le risque de perdre le convoi de vue. Je suis actuellement en mission et elle doit passer avant tout dans ce genre de situation. Et vous ? »

Elle ne savait pas vraiment si elle devait le vouvoyer ou le tutoyer. Surtout qu’elle ne savait rien de lui donc s’il avait un statut important, il fallait le prendre en compte. Au moins c’était bien plus simple avec le vouvoiement. Puis elle voulait aussi lui faire comprendre que dans ce convoi, même si elle s’entendait bien avec tout le monde de façon générale, que tout le monde écoutait ses ordres, ça ne faisait pas d’eux ses amis. Il y a bien longtemps qu’Ayn vivait sans attache. Ou bien elle vivait avec ses attaches du passé. Elle n’en savait pas grand-chose. Mais dans ce convoi, elle n’avait pas d’amis.

Ayn s’étira le dos, faut dire que ce voyage était vraiment fatiguant même si ce n’était que le premier jour. Elle se grattait la tête et observa l’état du blessé à côté d’elle. La mercenaire voyait bien que ça allait être compliqué pour lui de voyager seul dans cet état. Avec la chaleur qui risquait de lui faire une nouvelle fièvre et les créatures qui rodent, il n’allait clairement pas faire long feu.  Elle ne savait pas s’il avait des stocks ou non sur lui pour survivre, elle n’avait pas fouillé son sac après tout.

« Que diriez-vous de voyager avec nous ? Au moins jusqu’à ce que vous alliez mieux ou qu’on trouve un bon hôpital. Je ne sais pas si on passera par la capitale, mais on pourrait au moins faire le détour si ça vous intéresse. Histoire que vous ayez des meilleurs soins médicaux. Ici on s’en sort avec le strict minimum donc ce n’est pas idéal pour gérer vos blessures et faire baisser votre fièvre. D’ailleurs comment allez-vous ? »

Elle posa instinctivement sa main sur son front pour voir s’il avait de la fièvre mais ce n’était pas le cas. Il avait repris quelques couleurs mais rien de bien fou qui pouvait réellement confirmer qu’il allait bien. Mieux oui, bien pas forcément. Il devait prendre le temps de récupérer. S’il acceptait ce voyage, il risquait de rester dans la caravane de soin avec le médecin, par précaution. On ne sait jamais, une fièvre ou une douleur importante peut vite revenir et aggraver son cas.

Faut avouer qu’elle proposait ça sans vraiment savoir ce qu’il en pensait. Et aussi sur un coup de tête. Mais ce n’était pas le genre d’Ayn d’abandonner un blessé sur le chemin, de passer sans y jeter un coup d’œil et de le laisser mourir dans son coin. Elle était bien trop sensible pour cela. Son côté protecteur prenait trop le dessus et c’était une torture pour elle de devoir abandonner. Ca a bien été une torture de le laisser se battre seul. Elle se connaissait trop bien. S’il refusait, elle risquait d’insister voir même de le forcer à rester pour que le médecin prenne soin de lui. En fait, elle lui posait la question par politesse car il n’avait pas vraiment le choix de toute façon.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Mutation du bras droit
Points de Puissance : 21 400
Points de Réputation : 3 050
Messages : 85
MessageSujet: Re: Aventure sous les dunes [Pv Ayn]   Mer 11 Juil - 14:47


   

   
« Aventure sous les dunes »

   
Feat Ayn

   

L’arrivée de quelqu’un devant la jeune femme ne semblait pas l’étonner, ce qui l’a surprise néanmoins c’était que ce soit l’albinos blessé qui se présente à elle. Au vu des deux armes posées à côté d’elle et du fait qu’elle était la seule réveillée, elle devait probablement monter la garde pendant le sommeil des autres. Weiss était resté incliné quelques secondes avant de relever lentement la tête pour voir la créature sourire à son attention et lui proposer de s’asseoir près du feu. Il fut étonné de voir qu’elle était au courant de son combat contre les deux bêtes, même si plusieurs raisons pouvaient expliquer cela : soit elle avait observée le combat, soit après qu’ils aient retrouvé l’albinos blessé et évanoui ils aient inspectés les alentours au cas où d’autres bêtes étaient là. Après une rapide réflexion, et après s’être assis près de la demoiselle, Weiss se rendait compte d’une troisième possibilité : la créature à côté d’elle était peut-être l’inconnu qu’il avait aperçu porter une attaque aux bêtes. Cela collerait avec ses excuses mélangées à des remerciements, ce qui mettait le forgeron assez à l’aise. Au moins il n’était pas vu comme quelqu’un de suspect qui avait débarqué de nulle part, blessé en plus.

Ayn Hohenheim, c’est comme ça qu’elle se présentait. Elle briefa rapidement sa présence ainsi que son rôle au sein du convoi, en plus de parler de leur destination. Weiss se grattait légèrement la joue alors qu’il souriait amicalement, il ne voulait pas mettre mal à l’aise la demoiselle qui avait dû faire un choix important pour la protection du convoi. Parfois il fallait réagir rapidement et de manière précise, c’est ce qu’elle a fait pour s’assurer de la sécurité de ceux sous son aile, et ça le forgeron n’y trouvait rien à redire. Une légère toux lui traversant la gorge, Weiss inspirait avant de répondre à Ayn :

« Mon nom est Weiss, je suis un forgeron. J’ai passé de nombreuses années en ermitage et j’ai décidé de débuter plusieurs voyages dans le monde pour découvrir de nouvelles choses. Le royaume de Saharia était l’une de ces destinations, mais on ne peut pas vraiment dire que je sois en état de m’enfoncer davantage dans le désert haha… »

Il toussait contre sa main écaillé et essayait de se détendre, évitant de toucher les bandages sur son corps et essayer, ne serait-ce qu’un peu, profiter de la brise. Le vent soufflait doucement entre les deux créatures, les flammes devant elles laissant une lumière tamisée sur eux alors que l’albinos laissait son regard se perdre vers le ciel. Il y avait tant d’étoiles dans le ciel… C’était beau et à la fois tellement étranger pour lui. Bien qu’il ait déjà vu des étoiles dans le ciel, il fait partie des nombreuses personnes à se demander ce que pouvaient bien être ces lumières dans le ciel. Etaient-elles comme le soleil et la lune dans les royaumes, le fruit des efforts d’une créature qui les place dans chaque royaume ? Ou étaient-elles la représentation des différents royaumes de Dreamland, vu de loin ? Peut-être que tous les royaumes n’étaient pas connectés comme tout le monde se l’imaginait, mais pour avoir une réponse à ce genre de questions qui sait combien de temps cela pourrait prendre…

Weiss fût tiré de ses songes par l’étirement d’Ayn. Il reposait son regard sur elle et profitait de l’occasion pour l’observer un peu plus en détails, mémorisant les différents traits qui la constituaient, ses cheveux aussi blancs que les siens… Il ne s’attendait pas à ce qu’elle finisse par lui proposer de voyager avec eux, ne serait-ce jusqu’à ce qu’il puisse obtenir un meilleur traitement autre part qu’au beau milieu du désert. La proposition était pleine de bonnes intentions mais l’albinos ne pouvait que se sentir gêné alors qu’il se caressait la nuque, ne savant pas trop quoi répondre sur le moment avant qu’elle ne lui demande comment il se sentait. La question était accompagnée d’un geste qui prit par surprise le forgeron qui laissait son front touché. Même si elle vérifiait qu’il n’avait plus de fièvre elle ne semblait pas convaincue s’il allait mieux ou pas, ce pourquoi il décidait de la rassurer en souriant.

« Je vais déjà beaucoup mieux, grâce à vous. Même si j’ai encore quelques douleurs aux côtes j’y survivrai. Je pense que je serais de nouveau en forme après un ou deux jours de repos, au moins je serais capable de reprendre ma route. Je ne veux pas vous déranger plus que ça, j’ai les ressources nécessaires pour prendre soin de moi dans ce genre de condition, c’est pour cela que je vous rembourserai la totalité des soins que vous m’avez administrés. »

Il était sincère dans sa manière d’exprimer et ne laisser aucun doute trahir sa voix, préférant être transparent sur sa condition. Même si c’est vrai qu’être tout seul aurait pu être très dangereux pour lui dans l’état où il a été trouvé, maintenant que les premiers soins avaient été donnés et que la fièvre était passée il était hors de danger. Il ne souhaitait pas non plus gêner les ressources que transportaient ce convoi car il se doutait qu’elles étaient limitées, voir qu’elles n’existaient qu’à un but marchand. C’est pour cela qu’il insisté à vouloir rendre ce qui lui a été donné, même si pour cela il allait devoir partager certaines récoltes qu’il avait accumulées sur la route. C’était la moindre des choses. Il passait la main sur son épaule et faisait de légers moulinets avec son bras droit, comme pour le détendre alors qu’il avait l’impression qu’il était rouillé. Même si l’albinos ne comprenait pas trop quel but avait l’existence d’un tel bras, le fait qu’il le possède était suffisant pour lui donne raison de l’utiliser. Il ne devait pas gâcher sa force, et c’est ce qu’il a essayait de se prouver en combattant les deux bêtes plus tôt dans la journée.

« Je serais heureux de pouvoir vous accompagner dans votre voyage, je pense que nous avons plus de chances ensemble que tout seul… Même si en y repensant dire ça donne l’impression que je suis un peu désespéré hahaha. Même si je ne suis pas capable de me battre pour le moment, je pense être capable de vous aider dans n’importe quelle autre tâche. N’hésitez pas à me dire si les compétences d’un forgeron sont requises, mes mains sont capables de tout réparer. »

Le forgeron n’espérait pas profiter de leur hospitalité gratuitement, s’il pouvait mettre en œuvre ses capacités pour les aider alors il en serait ravis, comme ça a été le cas du marchand avec qui il avait échangé la planche des sables contre un service.

Codage by TAC

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Sécrétion de poison
Points de Puissance : 26 000
Points de Réputation : 20 000
Messages : 45
MessageSujet: Re: Aventure sous les dunes [Pv Ayn]   Mer 11 Juil - 15:35

Aventure sous les dunes

Monsieur était donc un forgeron. Un ermite qui sort dehors ? Faut avouer qu’elle ne comprenait pas vraiment. Etant du genre à voyager énormément, Ayn ne comprenait pas la logique des personnes qui aimaient bien chez elles à rien faire. Enfin bon, lui il a du faire sa forge, du moins c’est qu’Ayn se dit. Comment ces personnes pouvaient ne pas sortir dehors voir du paysage ou du monde ? Étaient-ils des cas sociaux ? Non non non, Ayn ne devait pas se permettre de juger ainsi. Elle ne comprenait pas sa logique d’accord, mais ce n’était pas une raison de penser à des choses aussi méchantes le concernant. Weiss. Ce n’était pas moche comme prénom. Très original mais plutôt sympathique. Après elle ne pouvait pas parler avec le sien non plus hein. Il continua en déclarant vouloir voyager. Et que Saharia était un de ses destinations. En quoi Saharia peut-elle être une destination intéressante ? Ce n’est qu’un désert paumé. Là non plus, elle ne trouvait pas la logique. Elle ne fit aucun commentaire, continuant de sourire.

« Hum … Et c’est quoi qui t’a motivé à sortir de ta vie d’ermite du coup ? »

Elle ne savait pas vraiment si la question était personnelle ou non et y songea après. Le petit forgeron déclarait qu’il partirait sous peu, dans un un jour ou deux. Fallait-il qu’Ayn soit plus directe pour qu’il comprenne qu’elle ne comptait pas laisser filer un homme blessé dans son état dans un désert si cruel ? Puis il parlait de remboursement. Ayn fronça les sourcils, pas vraiment contente de sa réponse. Ni une ni deux, sans même se dire qu’il souffrait encore, elle lui pinça la joue et tira son visage près du sien, prenant un air très sérieux. Histoire qu’il comprenne un peu qu’elle ne rigole pas.

« Non mais en fait, ce n’était une proposition que sur la forme. Mais que tu sois d’accord ou pas tu voyageras avec nous. Je ne vais pas laisser un homme blessé comme toi mourir au milieu d’un désert. Tu as fait de la fièvre toute la journée. Et je n’ai pas besoin que tu rembourse quoi que ce soit, mon client m’a très bien payée pour cette mission. On a un médecin, heureusement qu’il sert non mais ! »

Ah le respect ? Il s’envola. Le vouvoiement ? Aussi. Elle le lâcha et prit sur elle pour ne pas s’énerver, soufflant un bon coup. Elle n’avait pas dû le mettre plus à l’aise que ça. Tant pis, au moins il voyait plus ou moins l’ambiance du convoi : Ayn décide et tout le monde suit. Lui compris désormais. Il parlait de les accompagner et de les aider. Il ne pouvait pas aider Ayn dans sa mission. Elle allait rester seule dans cette mission de protection. La jeune femme prit une expression beaucoup plus détendue, pliant ses genoux pour les rapprocher de son visage et elle posa sa tête dessus. Puis elle lui sourit à nouveau, le but n’était pas de lui faire peur non plus.

« Hum … Je pense qu’il faudra voir les besoins des différents voyageurs. Concernant mes sabres, ils se tiennent bien pour l’instant. Même si un jour, je devrais songer à les changer ... Ils se font vieux ...»

Jamais elle n'allait réussir à s'en séparer, ils étaient bien trop importants sentimentalement parlant pour elle. Ayn prit un de ses sabres et de son sortit de son fourreau. Elle avait prévu le fait qu’elle aurait sans aucun doute besoin de se battre lors de cette mission et les avait entretenus bien plus tôt. Ayn était bien trop attachée à ses sabres. Même s’ils commençaient à se faire vieux maintenant. Faudrait qu’elle pense un jour à en prendre des nouveaux. Mais bon, ce n’était pas le moment de penser à ça. Elle rangea son sabre dans son fourreau et le remit à sa place, près d’elle.

Ayn avait bien remarqué le bras étrange de Weiss depuis longtemps. Depuis que le médecin prenait soin de lui en fait. D’ailleurs, lui aussi avait été étonné de voir ça. C’était une première et il n’avait pas su comment gérer la chose. Il avait même eu peur d’une éventuelle réaction suite aux soins prodigués mais rien de telle n’était arrivé. Ayn hésitait un peu à demander, commençant à se balancer légèrement sur elle-même alors que son visage restait collé à ses genoux. Elle était vraiment en mode relax. Fini la timidité.

« Ton autre bras, il est assez atypique. Tu as ça depuis quand ? Tu es malade ? Ou est-ce que c’est ton pouvoir qui te rend un bras hyper fort mais avec un aspect différent ? »

C’est vrai que dans ce genre de cas, elle pouvait avoir tendance à imaginer le pire avant le meilleur. La maladie avant d’imaginer son pouvoir. Même si elle voulait proposer toutes les éventualités, Ayn ne savait pas s’il avait envie d’en parler. S’il refusait, elle comprendrait. Après tout, elle n’était personne pour savoir des choses intimes de sa vie et si ce bras en faisant partie, il ne dirait sans aucun doute rien. Sur le coup elle se demandait même si ce bras lui faisait mal ou non. Ayn changea sa posture et s’assit en tailleur, posant ses mains à jointure de ses pieds.

« Au fait je t’ai pas demandé, tu as mangé ? Tu as soif ? Il me semble que le docteur t’avait laissé un plateau dans ta caravane. J’espère que tu as mangé et que ça te convenait ! Tu devais avoir faim après une journée à dormir. »

Ayn continuait de lui sourire. L’air frais continuait de souffler. Le feu continuait de faire de la lumière et à les réchauffer. La lune aussi les éclairait. Ils avaient de la chance de ne pas être tombés sur une tempête ce soir-là. Ayn prit une grande inspiration et expira tout aussi fort.

« Au fait, tu peux me dire tu aussi hein. »

Une simple précision. En vérité, Ayn est toujours mal à l’aise quand on la vouvoie alors que celle-ci tutoie la personne. Puis elle imaginait bien avoir le même âge que lui. Sans parler du fait qu’elle n’avait plus son statut de reine. A quoi servent les formalités désormais ?
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Mutation du bras droit
Points de Puissance : 21 400
Points de Réputation : 3 050
Messages : 85
MessageSujet: Re: Aventure sous les dunes [Pv Ayn]   Mer 11 Juil - 17:15


   

   
« Aventure sous les dunes »

   
Feat Ayn

   

On peut dire que celle-là il ne s’y attendait pas ! Alors même qu’il partageait ses pensées et ses intentions, la demoiselle n’hésita pas une seule seconde avant de lui tirer la joue et lui toucher deux-trois mots sur le fond de sa pensée sur la situation actuelle du forgeron. Même si le changement de ton et la nouvelle façon qu’elle a de s’adresser à lui pouvait perturber, Weiss avait l’impression de voir une trace d’Anna à l’intérieur d’Ayn, ce qui encourageait l’albinos a avoir davantage de considération pour la créature en face de lui. Même si elle ne se montrait plus aussi délicate qu’elle a pu être quelques instants plus tôt, le fait qu’elle décide d’imposer son véto aux initiatives qu’avait imaginé Weiss montrait qu’elle avait déjà réfléchie à la question et qu’elle ne comptait pas lui demander quoique ce soit en retour.

« Haha.. Je vois, mademoiselle.. » était la seule chose que pouvait répondre le forgeron alors qu’il se frottait doucement la joue, devenue rouge sous le pincement intrépide d’Ayn. Il haussait légèrement les sourcils lorsqu’il la voyait de nouveau sourire et qu’elle posait sa tête contre ses genoux. Il la regardait en étant un peu curieux, se demandant comment quelqu’un pouvait se montrer aussi autoritaire et redevenir douce le moment d’après, bien que ça n’entachait pas le charme de cette créature, loin de là. Il se demandait si Ayn n’était pas quelqu’un de beaucoup plus attentionnée qu’elle ne laissait transparaître, mais pour ça il faudrait sûrement à l’albinos de passer plus de temps avec elle. Elle répondait à son idée de venir en aide aux membres du convoi, disant qu’il allait sûrement devoir se renseigner à la source et voir avec eux, tandis qu’elle évoqua rapidement ses sabres.

Il observait Ayn qui saisissait l’une de ses armes et en observer la lame brièvement. L’attention du forgeron s’aiguisait rapidement alors que ses yeux se posaient sur ledit sabre, mais d’un simple coup d’œil il ne remarqua rien d’extravaguant, que ce soit au niveau de l’apparence ou de l’aura que pouvait dégager l’arme. Même si pour être honnête il évitera de dire cela sans avoir toucher l’arme au moins une fois, la qualité d’un objet ne se dévoilant que lorsqu’il était capable de l’observer de près. Il respectait la créature en face de lui et la laissa vagabonder dans ses pensées alors qu’elle examinait l’objet avant de le ranger dans son fourreau et le remettre à sa place, retournant son attention sur la tête blanche. Celle qui avait un bras défiguré parmi les deux. Weiss levait son bras pour l’éclairer davantage devant le feu de camp, laissant l’occasion à Ayn et à lui-même de l’observer sous plusieurs angles alors que les yeux de l’albinos se perdaient, lui-même essayant de considérer les questions que lui posait la jeune femme.

« Je ne sais pas. D’aussi loin que je me souvienne, à mon premier réveil ma main droite était déjà dans cet état. Que ce soit mon pouvoir, une maladie ou une malédiction, en tout cas elle est chronique. Plus le temps passe et plus il finira par recouvrir d’autres parties de mon corps. Du moins c’est ce que je pense… Ca me fait bizarre d’en parler, je n’ai même plus l’impression que ce bras m’appartient. Il répond à mes commandes mais… Je ne sens plus rien avec ces doigts. »

Il serrait le poing avant de le desserrer lentement, répétant le mouvement plusieurs fois alors qu’il fixait sa propre main mutante. D’où pouvait-elle bien venir ? Il ne savait même pas qui il était à la base, pourquoi il s’est réveillé dans une décharge et a été forcé de vivre dans les pires conditions qui soient. Il soupirait alors qu’il posait ses deux mains sur le sable derrière lui et se pencher légèrement en arrière, étant dans une position un peu plus détendue alors qu’il observait le feu de camp. Ayn lui demandait s’il avait mangé, lui rappelant le plat et l’eau laissés à son attention pour le moment où il se réveillerait. « C’était délicieux, je n’ai pas à me plaindre avec l’attention qu’on me porte. » répondait-il en riant légèrement, même si le rire finissait toujours par réveiller la douleur dans ses côtes, le forçant à se remettre un peu plus droit alors qu’il se tenait le flanc gauche. Il souriait de manière apaisé alors qu’il écoutait la remarque d’Ayn sur la façon dont ils avaient de s’adresser entre eux, ce qui lui fit hausser les sourcils pendant une seconde mais il décida de ne pas pousser le sujet plus loin, se contentant d’hocher la tête. Il restait silencieux quelques secondes avant de reprendre la parole, ses yeux toujours posés sur le feu qui consumait lentement le bois.

« Vous… Tu m’as demandé qu’est-ce qui m’a motivé à sortir de ma vie d’ermite, la réponse va te paraître bizarre mais je pense que c’est en partie parce que j’avais envie de voir si je pouvais aider les autres. Pendant des années j’ai vécu avec des créatures qui ne veulent plus voir Dreamland, pour diverses raisons. La mienne n’a jamais été compliquée : je n’avais pas d’autres foyers, et j’étais heureux de vivre avec mon maître et les autres ermites. J’ai appris beaucoup de choses, j’ai réussi à devenir l’un des rares forgerons de Dreamland, j’ai même appris à me défendre mais… J’ai fini par me demander quel genre de place j’avais dans ce monde, un monde que je connaissais pas du tout. C’est donc par curiosité que je suis sorti de mon nid. »

Il marquait une légère pause, se grattant le menton alors qu’il essayait de faire de l’ordre dans ses propres pensées. Avait-il eu la réponse à sa propre question ? Non, il estimait qu’il était encore trop tôt pour que son voyage ait une réponse claire à lui donner. Il sait à quel point il peut être ignorant sur biens des aspects, et c’est bien là l’objet de ses recherches : apprendre. Il voulait apprendre et comprendre ce qu’était Dreamland, ainsi que les vies qui l’habitent. Créatures, voyageurs… Tous étaient spéciaux et pourtant tous étaient réunis dans ce monde. A ces yeux ça valait la peine de chercher un moyen d’aider son prochain et de le transmettre aux autres. C’est avec cette pensée qu’il arrivait à se convaincre, en tout cas. Il tournait la tête vers Ayn et lui adressait un regard compatissant, avant de lui parler de ses sabres.

« Je ne sais pas depuis combien de temps tu portes ces armes avec toi, mais il est clair à mes yeux qu’elles ont une importance toute particulière à tes yeux. J’ai vu de nombreuses personnes prendre en main leur épée et l’observer, mais aucune n’avait la même lueur que celle dans tes yeux lorsque tu l’as prise en main. Je ne pense pas qu’on devrait se séparer d’objets qui ont de la valeur à nos yeux, même s’ils sont vieux. On a tous quelque chose à laquelle on tient, plus qu’aux autres. »

Weiss repensait au peigne de sa mère qu’il avait dans son sac, ne trouvant pas la force de se résoudre à s’en séparer tellement il gardait encore énormément de souvenirs d’elle. Des souvenirs, et des sentiments…

Codage by TAC

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Sécrétion de poison
Points de Puissance : 26 000
Points de Réputation : 20 000
Messages : 45
MessageSujet: Re: Aventure sous les dunes [Pv Ayn]   Jeu 12 Juil - 11:51

Aventure sous les dunes

Bon bah ça y est, elle avait réussi à le gêner. En même temps il était gênant lui aussi avec toutes les formalités, les remboursements et autres bêtises. Pourquoi venir contredire quelqu’un dit te venir en aide ? Là encore, la logique la dépassait. Sur le coup, Ayn se dit que malgré les siècles, elle avait vraiment du mal à comprendre les gens. Mais est-ce que ça venait d’elle ? Elle pensait plutôt bien évoluer, devenant mercenaire pour sa survie, n’hésitant pas une seconde à tuer pour de l’argent. Elle avait mis certaines de ses valeurs de côté car le monde changeait et la mercenaire partait du principe qu’elle devait changer avec lui. Mais ce Weiss avait l’air complètement perdu, ça pouvait aussi venir de là. Trop compliqué et Ayn n’avait pas envie de se prendre la tête avec ça en pleine nuit. Pas besoin de se fatiguer davantage.

La mercenaire observa ce bras que Weiss venait d’illuminer davantage. Apparemment il avait ça depuis son réveil. C’était donc de naissance ? Ou quelque chose de greffé avant même qu’il puisse avoir en tête ses premiers souvenirs ? Sur le coup, aucun des deux ne pouvait répondre. Etrangement, la réponse de l’albinos en face d’elle lui fit de la peine. Si ce bras continuait de se développer, allait-il s’élargir sur son corps entier ? Est-ce qu’il resterait conscient après ça ? Et puis cette sensation de ne rien sentir, il allait sentir de moins en moins de chose au fur et à mesure du temps, il ne sentirait plus rien avec son corps. C’était vraiment troublant. Est-ce que le but de son voyage finalement était de trouver une solution à ce problème ? Et si le bras droit était arraché, qu’est-ce qui se passerait ? Ayn fixait ce bras en silence, ignorant si elle pouvait poser davantage de questions pour la simple et bonne raison qu’elle se doutait au fond d’elle que son interlocuteur risquait de ne pas avoir la réponse lui-même. Ou qu’il ne voudrait pas la dire, c’était aussi une option envisageable. La mercenaire décida de passer à autre chose.

Ayn retrouva le sourire quand il lui dit que ce qu’il avait mangé était délicieux. Même si ce n’était pas elle qui avait cuisiné, au moins il était rassasié. Ayn en cuisine ? Elle apprend petit à petit. Dans son ancienne vie de reine, elle ne cuisinait pas, trop occupée à gouverner et s’entraîner. Puis en toute logique, une reine ne cuisine pas, c’était une chose qu’elle avait apprise et qu’elle n’avait jamais remis en doute. Faut dire que ça l’arrangeait mine de rien.

Apparemment il voulait aider les autres. C’était louable, presque admirable. Il cherchait sa place dans le monde. Comme beaucoup de créatures. Ayn savait pertinemment où était la sienne et qu’actuellement elle n’y était plus. C’était désormais à elle de reconstruire sa place. Weiss vivait donc avec d’autres ermites. Ce qui explique qu’il soit devenu comme eux finalement. Tout était logique là-dedans au moins. Il était devenu forgeron. Ayn écarquilla les yeux. C’était vraiment rare d’en trouver ! Et elle était là, en train de discuter avec lui. Aux yeux d’Ayn, le métier de forgeron est un métier très noble. Bon en même temps, vu comme elle prend soin de ses sabres, on devine vite pourquoi.

« Wah, forgeron. C’est impressionnant.  Ce n’est pas commun d’en trouver puis après faut aussi trouver un forgeron de qualité, ce qui est encore plus difficile. Et aider les autres c’est plutôt louable comme raison. Tu penses pouvoir aider les autres avec tes connaissances ? Ça doit quand même être pratique n’empêche. Tu te fais tes propres armes, pas besoin de chercher un forgeron tu les entretiens toi-même en plus de ça donc tu sais ce que tu fais et tu es sûr que tes armes sont entre de bonnes mains. Vraiment génial ! »

Elle continuait de sourire à Weiss. Elle était vraiment contente pour lui. Avoir un métier qui te sert à toi autant qu’aux autres c’était vraiment pratique. Elle disait bien ça parce qu’elle pouvait parfois galérer à trouver des bons forgerons pour ses sabres. Mais au fil du temps elle avait gardé en poche quelques adresses plutôt fiables à ses yeux.

« Hum … Pourquoi est-ce que chacun doit avoir une place quelque part ? Être un vagabond c’est bien aussi. N’avoir aucune attache, faire ce que l’on désire. Enfin bon, ce monde a beau évoluer, je trouve qu’il reste toujours aussi compliqué. »

Ayn pouffa de rire toute seule. Vraiment, vivre c’était compliqué finalement. C’est une conclusion qu’elle avait trouvé au fil du temps. Weiss finit par lui parler de ses sabres. Elle les prit du sable et les posa sur ses jambes repliées. Ses sabres, c’était les choses qui lui restaient de sa vie d’antan. Le dernier cadeau qu’elle avait reçu de la part d’Erik. Ce chevalier qui l’avait trouvé, vu grandir jusqu’à devenir reine et qui l’avait entrainé jusqu’à son dernier souffle. C’était avec ses sabres qu’elle avait combattu Prime, prête à mourir pour protéger son royaume. Les sabres avaient une vraie histoire. Ayn sourit en les voyants, c’était devenu instinctif. Trop de souvenirs étaient présents et elle espérait ne jamais s’en séparer.

« Ca fait très longtemps que je les ai. Et même si j’essaye d’y faire attention, je m’en sers presque quotidiennement pour mon job de mercenaire. J’ai juste peur qu’ils finissent par se briser définitivement au fil du temps. Je ne me vois pas me battre avec autre chose aujourd’hui que ces sabres-là. Même si on m’en offrait d’autres, je n’y arriverais pas. »

Elle n’avait pas vraiment envie de parler de leur provenance. Car cela revenait à parler de son ancien statut de reine et de sa défaite. De la perte de sa famille, son royaume et ses sujets. Depuis le temps, elle n’en n’avait encore jamais parlé et ne savait pas vraiment ce qu’elle pourrait ressentir si elle en parlait. Enfin, elle ne voulait pas savoir plutôt.

Ayn se releva, levant haut ses bras afin d’étirer son dos. Elle remit les sabres sur elle, au niveau de son bassin. Il fallait qu’elle bouge un peu si elle ne voulait pas s’endormir et qu’elle surveille un peu le campement.

« Je vais faire un petit tour pour voir les alentours du convoi. Tu peux aller te reposer dans la caravane si tu veux. Tu peux venir avec moi aussi, on ne va pas aller très loin de toute façon. C’est juste histoire de vérifier que c’est tranquille partout. Je ne préfère pas attendre qu’un voyage hurle pour intervenir. »

La mercenaire allait faire son petit tour tranquillement à pied, laissant son cheval se reposer pour le lendemain. Puis mine de rien, ça faisait un prétexte pour parler d’autre chose, fallait bien l’avouer.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Mutation du bras droit
Points de Puissance : 21 400
Points de Réputation : 3 050
Messages : 85
MessageSujet: Re: Aventure sous les dunes [Pv Ayn]   Ven 13 Juil - 12:03


   

   
« Aventure sous les dunes »

   
Feat Ayn

   

C’était amusant de voir la réaction de la mercenaire lorsqu’il parlait de ses connaissances pour la forge. C’est sûr que du point de vue d’une personne employée dans des métiers à risques, avoir de quoi se préparer des moyens pour se défendre était un avantage considérable. Malheureusement ce n’était pas la philosophie du forgeron, ce dernier n’aimant pas devoir recourir à l’usage d’armes pour se battre, de peur de blesser mortellement les autres même s’il ne faisait que se défendre. Comme contre cette créature qui le força à utiliser son marteau, il aurait très bien pu attendre qu’elle se rapproche pour directement frapper dans sa tête et la rendre inoffensive, mais il préféra une autre alternative. Celle d’effrayer la bête avec la force qu’il était capable de déployer. Même s’il aurait eu l’air d’un idiot fini si la bête avait esquivé l’attaque ou tout simplement qu’elle aurait pris son attaque pour un défi supplémentaire. Heureusement qu’il était actuellement dans un environnement instable et sauvage, où les prédateurs se rendent comptes que parfois il est plus sage de lâcher une proie prête à nous blesser quitte à mourir et donc nous placer dans une position délicate au milieu du désert.

L’albinos souriait lorsqu’Ayn se demandait si cela avait vraiment une importance de trouver sa place dans ce monde. C’était, après tout, l’une des questions qu’il revenait souvent à se poser. Il prenait un bâton en main et remuer légèrement le bois du feu de camp pour laisser ce dernier respirer davantage et durer un peu plus, gardant un léger sourire alors que ses yeux montraient qu’il était pensif.

« Je me le demande aussi, pas parce que je pense que tout le monde devrait avoir une idée précise de ce qu’il doit être mais plutôt parce que j’ai l’impression de vivre dans un paradoxe ces temps-ci. Je n’aime pas utiliser ou penser qu’on utilise des armes pour blesser les autres, pourtant je forge des armes. Je n’aime pas la violence, pourtant j’ai appris à me battre en espérant empêcher la violence en protégeant. Plus je voyage à travers les royaumes, plus j’ai l’impression que ce sont nos désirs les plus innocents qui peuvent faire le plus de mal aux autres… J’essaye donc de faire attention à ce que je fais, à ce qui se trouve autour de moi… Pour au final finir les côtes cassées au milieu du désert hahaha. »

Au final il riait avec la créature assise à côté, étant d’accord avec elle sur le fait que ce monde est bien compliqué. Après tout, les créatures et les voyageurs ne sont-ils pas le fruit de la complexité de Dreamland ? Ce monde qui promet rêves et cauchemars, et qui pourtant se révèle parfois être bien plus nuancé qu’on ne le pense. Après avoir calmé la peine qui lui traversait les côtes, il observait en silence Ayn qui s’ouvrait à l’albinos au sujet des sabres. Il sentait quelque chose le traversait alors qu’il remarquait l’expression assez nostalgique de la demoiselle, mélangé à autre chose. Il sentait qu’elle portait quelque chose de lourd sur ses épaules, qu’elle l’exprimait à travers ses yeux, ses mots… Il avait l’impression que la vie d’Ayn était un combat sans fin, et qu’il prendrait fin au moment où ses sabres finiraient par se briser. A ses yeux, c’est comme si elle lui avouait que ce combat qu’elle portait dans son cœur était sa seule raison de vivre, et qu’elle n’arriverait pas à se détourner de ce chemin si quelque chose d’autre lui était proposé. Weiss baissait lentement les yeux, laissant le silence s’installer alors qu’il réfléchissait.

La belle demoiselle se levait pour commencer à s’étirer et annoncer qu’elle avait besoin de faire le tour du campement, s’assurer que tout allait bien. Elle proposa bien de le laisser se reposer dans la caravane mais proposa tout de même qu’il était autorisé à l’accompagner, ne serait-ce que dans les limites du convoi. Weiss réfléchissait un instant avant de baisser ses yeux sur son propre corps et remarquer qu’il avait dû pas mal transpirer à cause de la fièvre. Un petit rafraichissement ne lui ferait pas de mal.

« Je viens avec toi, je pense avoir besoin de nettoyer toute cette salissure que j’ai sur la peau. » disait-il en se levant à son tour, mettant un peu plus de temps qu’Ayn alors qu’il posait l’une de ses mains sur son flanc couvert de bandages. Il laissait la chef du convoi emboîter le pas pour la suivre d’assez près, prenant soin de regarder aux alentours pour figer dans sa mémoire les différentes caravanes et autres détails qui pourraient lui être utiles dans les jours à venir. S’il doit voyager avec eux, autant essayé de trouver un maximum d’angles possibles où il pourrait s’intégrer dans ce brin de communauté. Ce n’est qu’en étant côte à côte avec Ayn qu’il se rendait compte qu’elle faisait à peu près la même taille que lui, même si ce qui le surprenait davantage c’était les talons qu’elle portait à ses pieds. Il se demandait bien si ce n’était pas trop difficile de se déplacer de cette façon… En tout cas, au vue de la facilité qu’elle avait pour naviguer entre les caravanes sur le sol, ça ne semblait pas être un problème pour elle. Après quelques minutes, ils finirent par passer à côté de l’oasis, là où Weiss décida de s’arrêter pour s’écarter un peu du chemin.

« Je te laisse continuer ? Je pense retourner à la caravane après ça, j’imagine qu’un long voyage nous attend. »

Il s’approchait du bord de l’eau pour poser ses deux genoux au sol, retirant le tissu qu’il avait sur ses épaules pour le poser sur le côté et passer sa main gauche dans l’eau. Elle était fraîche, et agréable au toucher. Il passait ses deux mains dans l’eau pour en récupérer entre ses paumes et se rafraichir la tête avec. Il ne voulait pas se jeter complètement dans l’eau, au risque d’attraper froid à cause du vent frais de la nuit et décider donc d’opter pour se laver avec ses mains. Il retirait délicatement ses bandages un par un, fronçant les sourcils alors qu’il se retenait de faire du bruit à cause de la douleur, pouvant voir clairement à quel point sa peau était devenue noire et qu’elle avait enflée. Il passait ses mains dans l’eau pour commencer à nettoyer la blessure, ce qui lui donnait des pics de douleurs qu’il était obligé d’étouffer entre ses lèvres. Il reprenait lentement sa respiration alors qu’il avait fait la partie la plus difficile, enchaînant par la partie la plus simple qui consistait à passer de l’eau sur les autres parties de son corps.

Quel dommage quand même, en entrant dans le désert il s’était imaginé au moins sauter une fois dans un oasis sous un soleil criminel. Peut-être une autre fois.


Codage by TAC

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Sécrétion de poison
Points de Puissance : 26 000
Points de Réputation : 20 000
Messages : 45
MessageSujet: Re: Aventure sous les dunes [Pv Ayn]   Ven 13 Juil - 15:52

Aventure sous les dunes

Une vie pleine de paradoxes. Un forgeron qui forge pour ne pas blesser. Le plus logique serait de ne pas forger pour éviter de créer des armes qui peuvent blesser ou tuer autrui. Mais ça restait logique d’en forger afin de se défendre aussi. Mais il n’y aurait pas besoin de se défendre si l’homme n’utilisait pas les armes pour blesser. C’était un vrai cercle vicieux quand même. Mine de rien Ayn s’y retrouvait bien dans ce qu’il disait. Elle n’aimait pas s’en prendre aux autres mais elle le faisait contre de l’argent. Elle n’aimait pas tuer mais le faisait quand même. La Ayn passive devait désormais passer à l’attaque. Elle s’était promis de toujours utiliser les techniques utilisées par Erik afin de protéger les autres, son royaume, les personnes qu’elle aime, les plus pauvres et appliquer la justice. Promesse rompu dont elle mit du temps à s’en remettre. Elle s’était mentit à elle-même après tout. Et il est bien simple de mentir aux autres quand on peut mentir à sa propre personne. Malgré le sujet sérieux de cette discussion, Ayn riait bien avec Weiss. Il était plutôt agréable comme personne, calme et plutôt bavard même. Ca faisait passer un morceau de la nuit.

Weiss décida de venir avec Ayn. Même s’il avait encore mal, il bougeait. Ce n’était pas très malin mais pourquoi pas. Ayn se contenta d’esquisser un sourire et commença à faire un petit tour autour du convoi. Un silence s’était installé. Mais ce n’était pas un silence gênant. C’était un silence plutôt tranquille. Ayn était concentrée à observer autour d’elle en essayant de voir le plus loin possible. Mais elle ne voyait rien de suspect. La nuit était étrangement calme. La mercenaire s’attendait à davantage de difficultés, surtout en pleine nuit, le moment idéal pour attaquer un convoi. Ca ne lui inspirait pas confiance. Mais elle essayait de se rassurer en se disant que c’était tant mieux et que se battre en pleine nuit dans un désert avec un blessé contre des bandits ça ne serait pas simple. Entre protéger le convoi et Weiss, que faire ? Elle ne pouvait pas passer outre sa mission. Weiss décida d’arrêter de faire un tour. Il avait besoin de repos après tout.

« Bien sûr vas-y, tu as besoin de te reposer. On a encore un long voyage devant nous donc reprends des forces, les chaleurs de demain risquent d’être difficiles à supporter pour toi. Passe une bonne nuit. »

Après un dernier sourire Ayn s’éloigna davantage de son côté et monta sur une dune pour avoir une vue plus large. Elle voyait le convoi plus bas avec un Weiss proche de l’eau. Il risquait de ne pas tarder. A vrai dire elle l’aimait bien, au moins elle arrivait à le comprendre, un peu. Les heures passaient, les premiers voyageurs commençaient à se réveiller alors qu’Ayn observait le lever du soleil. Elle finit par descendre et partit faire une petite sieste pendant quatre petites heures. Tout le campement était debout, ils allaient partir pour neuf heures, au moment du réveil d’Ayn.

Ayn rêvait d’Erik. Ca faisait longtemps qu’elle ne faisait plus ce genre de rêve. Ça devait sûrement venir des sabres dont elle avait parlé avec Weiss dans la nuit. Dans tous les cas elle se reposait tranquille alors que les voyageurs avaient préparé le petit déjeuner et qu’ils avaient gardé une part pour la mercenaire. Le médecin passa voir le blessé afin de vérifier si des fièvres allaient encore arriver à cause des chaleurs. La mercenaire finit par se réveiller et déjeuna très rapidement après avoir nettoyé son visage. Elle descendit et s’étira à nouveau, encore endormie.

« Bien dormie mademoiselle ?
- Hein ? Oui ça va, merci. On n’a pas de café j’imagine ?
- Sisi on en a préparé.
- Oh génial. »

Ayn ébouriffa ses propres cheveux et ne cherchait même pas à se recoiffer, au moins le temps de boire son café. Puis elle les recoiffa rapidement en passant sa main dedans. La mercenaire aidait le campement afin de ramasser toutes les affaires utiles à nouveau puis ils repartirent. Ayn sur son cheval et sa boussole en main, dirigeait le voyage. Plus le soleil montait, plus la chaleur augmentait. Ils étaient tous sous des capes afin de s’en protéger. Mais c’était vraiment difficile de tenir. Ayn avait déjà pensé à faire la route la nuit et se reposer le jour. Néanmoins ça serait fatiguant de rester sans bouger sous le soleil et changer le rythme de sommeil risquait d’être quelque chose de mauvais. Même si avancer serait plus simple, il n’y aurait finalement pas de repos. Malheureusement, aucun des marchands n’avaient de pouvoirs qui pouvaient les rafraichir un peu. Tout restait globalement lié à l’argent, aux marchandises ou aux métaux en général. Ce qui ne les aidait pas.

Il avait été nécessaire de faire une courte pause pour que le médecin puisse voir un voyageur qui avait l’air d’avoir le mal des transports. Ayn se mit en arrière et s’approcha du carrosse du médecin où Weiss était. Histoire de lui taper un peu la causette quand même.

« Comment tu te sens ? Est-ce que ça va avec les chaleurs ? Pas trop de difficulté ou de fièvre ? »

Dans un premier temps, le médecin se montra rassurant, disant clairement que son état était stable mais qu’il avait quand même dû lui faire une piqure de prévention avant le départ. Si ce n’était que de la prévention ça pouvait aller. Ayn remercia le médecin pour l’aide qu’il apportait quotidiennement dans ce convoi. Elle lui sourit, c’était vraiment quelqu’un de bien celui-là.

« Merci pour votre travail efficace dans ce convoi. Bon je retourne à l’avant, on risque de s’arrêter sous peu si on trouve un autre oasis ou au moins un lieu plutôt tranquille pour se poser pour ce soir et cette nuit. »

Son cheval au trot, Ayn reprit les devants du convoi. En descendant lentement une petite dune, elle tomba sur un petit coin avec des plantes. Néanmoins il n’y avait pas d’eau cette fois. Elle ne se faisait pas de souci pour l’instant. Il y avait de quoi faire. Ayn décida d’y emmener le convoi pour qu’ils puissent être à l’ombre au moins jusqu’au soir. Et les ainsi les tâches quotidiennes reprirent de bon train avec des marchands très souriants, contents de voir que le voyage se passait pour l’instant très bien. Il y une chose qu'Ayn ne leur avait pas dit : elle avait vu une petite tâche noire au loin. Elle ne voulait pas les inquiéter et décida de voir si ce point allait disparaître suite à la chaleur ou si c'était quelque chose qu'elle devait aller vérifier. Ayn restait là, debout, à rester bloquée sur ce point auquel personne ne faisait attention.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Mutation du bras droit
Points de Puissance : 21 400
Points de Réputation : 3 050
Messages : 85
MessageSujet: Re: Aventure sous les dunes [Pv Ayn]   Sam 14 Juil - 14:04


   

   
« Aventure sous les dunes »

   
Feat Ayn

   

Weiss terminait de laver son corps et sentait bien à quel point le vent était frais la nuit, le froid sur sa peau encore mouillée à certains endroits lui donnant un frisson. Il décidait donc de faire ce qu’il avait annoncé la chef du convoi plus tôt et décidé de repartir dans la caravane où il s’est réveillé dans la nuit. Une fois arrivé, il avait l’esprit un peu plus clair et plutôt que de repartir dormir immédiatement, il se penchait vers ses affaires pour prendre des bandages dans son sac et commencer à les placer autour de sa blessure, de la même façon dont on s’était occupé de lui avant. Il mit plusieurs minutes avant de totalement recouvrir sa plaie, mais il était désormais plus à l’aise et pu de nouveau s’installer dans le lit qui semblait lui être attribué, ses yeux se fermant naturellement pour laisser la fatigue l’achever et le forcer à s’endormir profondément. Quelques heures plus tard, l’albinos fut réveillé lorsqu’une main se posait contre son épaule et le secouait légèrement, Weiss pouvant voir une autre personne qu’Ayn dans le convoi.

L’homme se présenta comme étant le médecin de ce voyage et avait un sourire amical sur les lèvres. Weiss se présentait rapidement, répondant à ses questions lorsque l’homme demandait de quelle façon exactement avait-il été blessé. Le forgeron racontait chaque détail, décrivant avec précision l’apparence des créatures que le médecin reconnaissait bien vite. D’après ses connaissances, il confirmait à Weiss qu’il avait dû croiser deux des prédateurs les plus communs dans ce désert et qu’il avait eu de la chance de s’en sortir, les bêtes n’abandonnant pas facilement la chasse sauf si elles se sentaient très faibles. L’albinos en apprenait beaucoup, tout en laissant le médecin lui administré une piqûre de prévention, au cas où la fièvre surgirait à nouveau. Lorsque l’homme se retirait de la caravane pour voir si on avait besoin de lui autre part, Weiss sortait de son sac son cahier à dessin ainsi que son crayon. Maintenant qu’il était réveillé, il allait avoir du mal à se rendormir tout de suite, autant passer le temps d’une façon ou d’une autre.

Weiss avait un léger sourire sur le visage alors qu’il laissait sa main faire le travail, sa mémoire beaucoup trop précise lui donnant tous les détails de ce qu’il a vu comme base pour un dessin. Il décidait donc retranscrire ce qu’il avait croisé ces derniers temps : le paysage où les cendres du royaume du feu se mélangeaient au sable de Saharia, le visage jubilant de l’exportateur qui lui a vendu une planche des sables, l’horizon sans fin sur les dunes de sables du désert, la planche des sables vue sous différents angles, l’oasis sous la lune, le visage agréable du médecin etc… Cela lui prenait plusieurs heures mais il ne s’ennuyait pas, gardant un sourire satisfait sur son visage alors qu’il continuait d’appuyer son crayon contre le dernier dessin sur lequel il était. Il faisait très chaud à l’intérieur de la caravane, malgré que l’albinos ne soit pas en contact direct avec les rayons du soleil il avait tout de même l’impression de transpirer autant que dans une source chaude. N’ayant plus vraiment une idée précise de ce qu’il dessinait, il laissait sa main être guidée par son envie sur le moment et gribouillait sur la feuille de dessin. Son expression se détendait davantage alors qu’il affichait un sourire plus amusé lorsqu’il terminé les traits de visages de la chef du convoi, couchée sur le sable devant un feu de camp alors qu’elle contemplait les étoiles…

Il sentait le convoi s’arrêter dans sa traversée du désert, se demandant s’ils avaient déjà atteint un autre oasis. Ayn s’approchait de l’entrée de la caravane et avait discuté avec le médecin à propos de l’état du forgeron, avant de directement demandé à ce dernier s’il allait bien. Gardant le sourire habituel, Weiss sortait quelque chose de son sac avant de le tendre à la mercenaire. « Je vais bien, j’arrive à supporter ce genre de chaleur. Dans une forge j’ai l’habitude à bien pire, crois-moi. Pense à garder tes forces. » disait-il alors qu’il lui passait plusieurs biscuits secs dans un sachet. Afin de s’assurer de la sécurité de tous, la mercenaire était sûrement celle qui devait le plus s’épuiser à la tâche, ce qui amenait l’albinos à se montrer compatissant au point de faire un geste à son attention. N’importe lequel. Et sur le moment la seule idée qu’il a eue était d’offrir des biscuits. Il prenait en compte ce qu’elle disait à propos de chercher un endroit pour s’installer, alors qu’elle repartait à l’avant du convoi pour reprendre la route. Weiss décidait de se coucher quelques heures pour essayer de reprendre des forces, ne serait-ce que pour avoir de l’énergie pour assister une nouvelle fois la mercenaire dans sa garde de nuit. Il se réveilla tout de même le moment où le convoi s’arrêta une nouvelle fois, cette fois-ci pour de bon aujourd’hui. Weiss décidait d’enfiler sa tenue habituelle ainsi que son manteau pour le désert, descendant de la caravane avant d’être accueilli par les regards curieux de pratiquement tous les membres du convoi. Affichant un léger sourire, l’albinos se rapprochait doucement d’eux un par un afin de se présenter et apprendre qui était qui petit à petit. Cela lui a pris au moins une heure pour faire connaissance avec la majorité des gens, ayant rencontré les différentes personnalités constituant le convoi. Des marchands couplés avec des gens souhaitant quitter le royaume.

Il aurait souhaité en savoir un peu plus sur les raisons qui les poussent à vouloir partir de Saharia, mais il se disait que ce n’était probablement le meilleur sujet de conversation pour des présentations. Il privilégiait le fait de se montrer utile, ayant repéré quelques caravanes avec des défauts au niveau de leurs installations, des défauts sur lesquels il pu travailler quelques minutes avec plusieurs clous et son bras écaillé. Il assistait également les quelques explorateurs qui comparaient leurs propres cartes, Weiss rentrant naturellement dans la conversation alors qu’il partageait sa propre traversée du désert et arrivait à se situer sur la plupart des gribouillages faits par les créatures. Quelques temps après, l’albinos rejoignait même quelques personnes qui avaient commençaient à faire à manger pour le reste du convoi. L’ermite retroussait les manches et mit sa propre main à la pâte alors qu’il sortait de son sac plusieurs épices que pouvaient utiliser les cuisiniers et rendre les plats plus somptueux. Au final il s’était intégré très rapidement et plus personnes ne le lui lançait de regard furtif et prudent.

Ce n’est qu’après tout ça que Weiss approchait la mercenaire qui semblait être seule dans son coin, concentrée sur quelque chose alors que le forgeron lui tendait de sa main gauche une brochette de viande dont la bonne odeur pourrait en faire saliver plusieurs. Il souriait à l’attention de la mercenaire. « Ca ne doit pas être facile de protéger un groupe aussi large toute seule, ce n’est pas grand-chose mais voilà pour toi. » Il pouvait facilement comprendre ce genre de responsabilité, ayant déjà dû réaliser quelque chose de similaire alors qu’il était en plein milieu d’une guerre civile et qu’il essayait de sauver des innocents en les faisant sortir du royaume. La sensation d’avoir la vie de chaque personne du groupe entre nos mains… N’était pas la chose la plus agréable qui soit. Et Weiss le comprenait. Mais il ne cherchait pas à davantage stressé la mercenaire, préférant avoir un comportement plutôt tranquille et amical. Il remarquait un épi dans les cheveux de la demoiselle et souriait alors qu’il passait sa main rapidement sur l’épi pour le faire disparaitre en deux trois mouvements.

« Ce serait dommage de ne pas prendre soin d’aussi beaux cheveux, même si moi-même j’ai du mal la plupart du temps hahaha. »

Weiss ne savait dans quelle direction Ayn regardait exactement. Même si la réalité faisait qu’il pouvait se sentir en sécurité avec elle ici, ne lui donnant plus cette sensation de danger lorsqu’il était seul au milieu des dunes de sables, poursuivi par deux bêtes assoiffées de sang…

Codage by TAC

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Sécrétion de poison
Points de Puissance : 26 000
Points de Réputation : 20 000
Messages : 45
MessageSujet: Re: Aventure sous les dunes [Pv Ayn]   Lun 16 Juil - 10:27

Aventure sous les dunes

C’était un simple paquet de biscuit et pourtant ça suffisait à encourager la mercenaire à se donner davantage. Elle le remercia avec un sourire. Ça lui faisait plaisir de voir qu’il pensait à elle alors que le blessé dans l’histoire c’était lui et que la seule personne à qui il devait penser était lui-même. Elle voyait bien en Weiss quelqu’un d’attentionné et son opinion le concernant devenait de plus en plus positif. Il était gentil après tout. Ayn était contente d’être tombé sur quelqu’un de bienveillant comme lui. Elle n’imaginait pas les dégâts si elle était tombée sur quelqu’un de violent qui voulait détruire le convoi. C’était un pari risqué à ce moment-là mais faut dire qu’elle n’avait pas réfléchie sur ce coup. C’était évident qu’elle devait l’aider alors qu’il en avait fait de même pour elle et le convoi bien plus tôt. Le paquet de biscuit finit dans sa petite sacoche, faut dire qu’elle n’avait pas très faim. Suite à cela, il lui dit aller bien que cette chaleur n’était pas grand-chose contrairement à la chaleur d’une forge. Elle ne doutait clairement pas de ses paroles et le laissa se reposer du mieux qu’il pouvait alors que le médecin restait près de lui pour surveiller son état.

Le voir s’investir et surtout s’intégrer aussi simplement au convoi faisait plaisir à voir. Les marchands étaient contents que les caravanes aient moins de défauts et les épices qu’il avait apportés faisaient plaisir à la personne chargée de cuisiner pour tout le monde. Ayn continuait de fixer le point au loin qui n’avait pas l’air de bouger. Peut-être était-ce la capitale ? Ou d’autres plantes visibles, même si elle trouvait ça étonnant, Ayn se disait que tout était possible à DreamLand. Alors qu’elle était encore concentrée, une bonne odeur de viande arriva à ses narines et finirent par totalement la déconcentrer. Encore une fois, c’était Weiss qui se montrait attentionné avec sa brochette de viande. Ayn la prit avec plaisir. Faut dire que son estomac commençait à crier famine avec tout ce voyage fatiguant. Il parlait de protéger tout un convoi toute seule. Encore une fois il pensait à elle au lieu de penser à ses propres blessures.

« Merci ! Je préfère réaliser des missions de protection plutôt que devoir tuer. C’est certes plus fatiguant physiquement mais au moins je ne m’en prends à personne, pas besoin de se salir les mains. »

Après tu me diras, elles sont bien assez sales. Quand elle songea à cette idée, Ayn se rendait compte qu’elle avait tué énormément de créatures. Que ça soit pendant la guerre contre Prime ou encore quand elle était employée comme tueuse à gage par certains clients. Et malgré le temps elle ne s’y était pas habituée. Donc pour réaliser ses missions elle décidait d’ignorer certains sentiments de tristesse et de culpabilité qu’elle pouvait avoir, ça simplifiait la réalisation de sa mission. Ayn avait choisi une voix difficile et elle s’en rendait compte. Après tout, dans ce milieu ça restait tout de même de l’argent « facile ». Du moins selon son point de vue. Alors qu’elle était perdue dans ses pensées en grignotant la brochette de viande, elle sentit une main dans ses cheveux et vit que c’était Weiss qui lui ajustait sa coupe de cheveux à cause de la présence d’un épi. Ayn se mit à rougir à ce geste et encore plus quand elle entendit qu’elle avait de beaux cheveux. Elle n’avait pas l’habitude de recevoir des compliments. Ou alors elle n’avait pas l’habitude de les écouter, c’était aussi une autre option. Sur le coup, elle ne savait pas vraiment comment réagir.

« Heu … Merci beaucoup. »

Ca y est, elle était perturbée. Il faut bien avouer que les relations avec les hommes, ce n’était pas son fort. C’était même son point faible. La mercenaire ne savait jamais comment répondre aux compliments, comment réagir quand quelqu’un voulait simplement l’enlacer pour la remercier. Puis le reste, pas besoin d’en parler, elle n’a jamais connue. Ayn en oublia le point noir vue au loin. Elle irait le revérifier plus tard dans la soirée. Toujours rougissante, Ayn sourit à Weiss et essayait de se détendre. Il ne fallait pas que l’atmosphère soit tendue pour si peu après tout.

« On part manger avec les marchands et les voyageurs ? Comme tu as pu le constater, ce sont des gens plutôt agréables donc ça pourrait être sympa … »

Pas qu’elle ne voulait pas de tête-à-tête avec lui. Ayn ne voulait juste pas rester dans son coin alors que les voyageurs avaient l’air de s’amuser. Ayn fut la première à bouger et tout le monde était assis sur des vieux sacs en tissu autour du feu de camp qui grillait les brochettes et chauffait la soupe du jour. Quelqu’un finit même par mettre un peu de musique, de la bière commençait à couler à flot. Tout le monde était très joyeux, c’était comme une petite fête improvisée organisée au milieu du désert. Un sac pouvait accueillir deux personnes et Ayn s’assit sur le premier sac vide qu’elle trouva. Puis elle continua de grignoter sa brochette alors qu’un marchand lui servait de la soupe.

« Il faut reprendre des forces mademoiselle ! Vous faites encore une ronde ce soir ?
-  Je pense oui. Je vais dormir au petit matin quelques heures et je pensais faire une sieste quand on aurait trouvé un lieu où se poser. Merci beaucoup de me servir. Ca sent tellement bon !
- Haha régalez-vous ! Ce sont les épices de notre nouvel ami qui donnent une odeur aussi bonne. Vous devez goûter, c’est encore mieux ! Faites attention à vous mademoiselle, pensez à vous reposer.
- Merci beaucoup de penser à ma santé. Le voyage doit être difficile pour vous aussi.
- C’est la chaleur qui est difficile à supporter mais on tient bon ! Et on tiendra bon jusqu’au bout ! »

L’homme sourit à la mercenaire qui fit de même. Il lui proposa même une bière mais elle refusa poliment, pas de bière pendant ses missions. Le repas était délicieux, Ayn reprit même une autre brochette ensuite. Elle profitait de cette soirée arrosée et animée par la musique alors qu’elle voyait des sourires sur le visage de tout le monde autour d’elle.

« C’est un plaisir pour moi de travailler pour voir ces personnes profiter de la vie et sourire. »

Le temps d’une soirée, tout le monde oubliait ses problèmes, tout le monde ne pensait qu’à s’amuser et partager un bon moment. Ayn sourit, elle était vraiment heureuse d’être là. La mercenaire se laissa même aller et posa sa tête contre l’épaule de son voisin, sans vraiment voir qui il était.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Mutation du bras droit
Points de Puissance : 21 400
Points de Réputation : 3 050
Messages : 85
MessageSujet: Re: Aventure sous les dunes [Pv Ayn]   Mar 17 Juil - 15:39


   

   
« Aventure sous les dunes »

   
Feat Ayn

   

L’ermite était content qu’Ayn semble apprécier la brochette de viande. Il ne faudrait pas que l’une des seules personnes capable de défendre le convoi finisse morte de faim avant même que les dangers ne pointent le bout de leur nez. Il écoutait silencieusement le point de vue de la mercenaire, cette dernière préférant défendre des gens plutôt que d’en tuer. Weiss ne connaissait rien du passé de la demoiselle ni de ce qu’elle doit traverser en permanence en tant que mercenaire déployable sur différents travails, mais il se doutait que cela ne devait pas être facile tous les jours. De quoi le convaincre davantage de caresser la tête de la créature alors qu’il a l’impression de réconforter les jumelles cuisinières dans son manoir. Ca avait le mérite de la tirer de ses pensées, bien qu’il ait du mal à comprendre d’où pouvait bien venir autant de couleurs sur le visage d’Ayn. Probablement dû à la forte chaleur du désert ainsi que la brochette encore chaude qu’elle venait de croquer.

Il acquiesçait de la tête alors qu’elle proposait de rejoindre les autres membres du convoi pour manger et se détendre du long voyage. Même si lui était assez détendu étant donné qu’il s’était reposé une bonne partie de la journée, il ne refusait pas un bon repas et une opportunité pour solidifier ses liens avec le reste du convoi. Il suivait donc lentement derrière Ayn, réfléchissant déjà quels sujets il pourrait bien aborder avec les autres, pour au final être un peu perdu dans ses pensées et finir par se rendre compte qu’il ne restait plus qu’un siège de libre à côté de la mercenaire. Il s’installait délicatement, de sorte à ne pas faire ressurgir la douleur au niveau de ses côtes, et voir un bol rempli de soupe lui être servi, avec une brochette à la clé. Weiss souriait alors qu’il mangeait tout en écoutant la conversation entre la mercenaire et l’un des marchands. Même s’il y avait une forme de distance professionnelle entre eux, les personnes participant au convoi essayait de prendre soin de celle qui allait les guider jusqu’à l’autre bout du désert. Une tâche difficile que peu de monde aurait accepté, mais elle l’avait fait, et ça ça n’avait pas de prix à leurs yeux.

Le soleil se couchait lentement, le voile de la nuit couvrant peu à peu le ciel alors que Weiss était toujours assis devant le feu qui leur avait servi à cuir la viande et chauffer la soupe. Certains membres du convoi commençaient à ranger leurs affaires et se posèrent dans leur caravane pour se reposer, deux autres étaient restés avec l’albinos et la mercenaire. Au fil de la discussion, Ayn venait à utiliser l’épaule de Weiss pour se poser contre et le forgeron remarquait qu’elle fermait les yeux, probablement pour se reposer. Le forgeron affichait un sourire gêné mais n’osait pas vraiment bouger de là où il se trouvait, ne trouvant même pas le courage de lever son bras libre pour boire dans son verre, ce qui faisait rire légèrement le marchand et le médecin qui étaient restés pour partager entre eux plusieurs bières. Lorsque la chef du convoi semblait endormie, la voix des deux membres du convoi se faisait entendre alors qu’ils essayaient de parler un peu plus doucement pour ne pas la réveiller.

« Je pense que c’est la première fois que je vois la demoiselle dormir depuis qu’on est partis. Elle dit s’être reposé ce matin mais ça ne m’étonne pas qu’elle ait besoin de faire une petite sieste après une telle journée. »

« Elle prend au sérieux sa tâche, c’est-à-dire notre sécurité. Au début je la trouvais un peu froide et je me disais qu’elle n’était attirée que par l’argent, mais ces deux journées à passer avec elle ont complètement changées mon point de vue. C’est une bonne fille, même si elle a l’air de beaucoup trop se surmener. »

Weiss souriait légèrement alors qu’il observait en silence les deux hommes discuter entre eux, se remplissant plusieurs verres alors qu’il profitait du léger vent frais qui soufflait dans leur dos. L’albinos tournait lentement les yeux vers Ayn qui se reposait contre son épaule, se disant que c’était la première fois qu’il pouvait la regarder d’aussi près. Si près qu’il pouvait sentir sa respiration contre son bras gauche et qu’il ressentait la chaleur qu’émanait son corps. Il buvait un verre d’eau fraiche, essayant de regarder vers les étoiles alors que la pâleur de son visage prenait d’autres tons de couleurs, les deux hommes en face se donnant des coups de coudes alors qu’ils murmuraient entre eux.

« D’ailleurs je pense que c’est la première fois qu’elle laisse quelqu’un si proche d’elle, hum ? La jeunesse est si belle sous les étoiles du désert ~ »

« Je pense que tu as trop bu vieille tortue des sables, retourne te coucher avant que tu finisses par me demander des aspirines demain matin. »

« C’est peut-être un peu trop tard pour dire ça, enfin… Bonne nuit, et bonne chance jeunot. »

« Bonne chance Weiss, je viendrais t’examiner demain et je changerai tes bandages. »

« Eh ? Ils vont me laisser tout seul comme ça ? » pensait l’albinos alors qu’il évitait de laisser la panique se lire sur son visage alors que les vieux hommes se retiraient un par un dans leur tente respectif. Weiss se grattait la joue légèrement roussie alors qu’il pouvait entendre le souffle de la mercenaire contre son épaule. Il ne savait pas trop quel moment serait le plus propice pour la réveiller, si ce n’est qu’un tel moment puisse exister en fait. D’un côté il savait qu’elle avait besoin d’être réveillée pour assurer sa ronde de nuit et faire en sorte que tout le monde soit en sécurité, tandis que d’un autre côté il se disait qu’elle aussi avait besoin de ses propres moments pour se reposer. D’autant plus que le délicat parfum qu’elle portait sur elle ne l’aidait pas à réfléchir de manière rationnelle. Il décidait donc de suivre son instinct et d’ouvrir les yeux et les oreilles à la place de la mercenaire, s’assurant que s’il observait ou entendait la moindre chose suspecte dans les environs il réveillerait Ayn pour la prévenir que quelque chose approchait. C’était probablement le meilleur plan, probablement.



Codage by TAC

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Sécrétion de poison
Points de Puissance : 26 000
Points de Réputation : 20 000
Messages : 45
MessageSujet: Re: Aventure sous les dunes [Pv Ayn]   Mer 18 Juil - 10:34

Aventure sous les dunes

Ayn s’était finalement endormie sur l’épaule de la première personne qui s’était assise à côté d’elle.  La fatigue avait pris le dessus et elle ne s’était pas rendu compte de cela. Elle était bien là, au chaud devant un feu de camp. Ayn rêvait qu’elle était dans sa cour, avec ses amis et qu’ils s’entrainaient à l’épée. Erik était là, tout souriant. Ayn sourit à son tour. Elle n’avait plus ses sabres sur elle mais des épées en bois. Un tournois avait lieu et la reine était en finale contre son mentor Erik. Même la reine Irelia était venue assister au spectacle. Ils étaient tous alignés sur le côté avec des paniers de fruits frais. Pendant qu’ils mangeaient leurs fruits, Erik fronça les sourcils et prit soudainement un air sérieux, il se concentrait et la reine fit de même. Elle voulait lui montrer qu’elle allait être sérieuse et qu’il ne devait surtout pas la prendre à la légère. Faut dire qu’il l’avait compris depuis le temps. Les pouvoirs étaient interdis afin d’éviter les éventuels accidents.

Le combat débuta. Erik fut le premier à foncer sur Ayn qui ne bougeait pas. Quand Erik bondit sur elle avec ses deux épées en bois, la reine finit par lever ses épées afin de proposer un contre direct à son mentor. Erik recula d’un pas et c’était une occasion à prendre. Sans hésiter, Ayn tapa le dessus de l’épée de son adversaire puis le dessous en y mettant toutes les forces qu’elle pouvait. Elle avait placée l’épée à gauche toucher le ventre d’Erik qui lâcha sa première épée. La reine Irelia était la première supportrice de sa fille et criait son nom haut et fort afin de la soutenir. C’était un sentiment très plaisant qui touchait Ayn à ce moment-là. Elle décida de profiter de son rêve autant qu’elle le pouvait.

La mercenaire aurait pu dormir encore longtemps. Du moins elle le pouvait. Dans la nuit tout était possible après tout. La mercenaire entendit des bruits autour du campement et se réveilla brusquement quand elle sentit une présence près d’elle. Ce n’était pas la présence de cette personne assise à côté d’elle non. Une présence bien plus malveillante et très oppressante. Ayn se releva, s’étira pour ensuite prendre ses sabres en main. Elle secoua sa tête, essayant de ne plus somnoler.

« Tu ferais mieux de rentrer dans la caravane … »

Le convoi était menacé. Elle avait bien vu que Weiss l’avait laissé se reposer sur son épaule et ça lui avait fait plaisir. Sauf que ce n’était pas vraiment le moment. La mercenaire observait autour d’elle, méfiante. Elle ne savait pas vraiment d’où pouvait venir le premier coup. Mais étonnamment, personne ne leur sauta dessus. Un groupe de plusieurs personnes, Ayn ne les comptait pas mais elle devinait facilement quatre ou cinq, se présenta à la mercenaire qui leur lançait clairement un regard digne d’un assassin.

« Ho ho ho, alors comme ça, pour ce convoi-là, monsieur-le-riche se paye une mercenaire ! Il a tellement d’argents qu’il ne sait pas quoi en faire.
- Fermes-là, tu vas réveiller tout le monde.
- Allons, allons. Faisons un deal. Tu me dis combien ce vieux renard a payé tes services, je te paye le double et je récupère le convoi.
- Vous allez le piller, n’est-ce pas ?
- Ce que l’on en fera ne regarde que nous. Nous voulons juste obtenir ce convoi sans devoir verser de sang.
- Tu te moques de moi ?
- Oh non je suis sérieux. L’usage sera privé et tu seras très bien payée. N’est-ce pas une occasion en or pour un mercenaire d’être payé pour une mission et d’être payé le double pour décider de la stopper ?
- Hors de question. »

L’homme en face d’elle avait une forte corpulence et hommes de son groupe aussi. C’est comme s’ils s’entrainaient tous les jours pour piller des villages et les éventuels convois qui pouvaient circuler au milieu du désert. Le chef du groupe fit une grimace, il n’avait pas l’air content.

« Tu es bien la première … Un mercenaire qui refuse mon argent … »

Ayn ne fit aucun commentaire. Elle avait ses sabres en main et était prête à attaquer à tout moment. La mercenaire fronça les sourcils. Sa seule et unique mission était de protéger ce convoi et de ne pas le vendre. C’était tellement ridicule comme proposition. Du moins c’est ce qu’elle pensait, ça ne collait pas à sa façon de faire.

« Partez. Sinon je serais dans l’obligation de vous tuer. »

Ils n’avaient pas l’air de la prendre au sérieux et ne bougeaient pas d’un pouce. Apparemment ils n’allaient pas lâcher l’affaire et elle non plus. Elle était bien trop bornée pour ça. Ayn prit une grande inspiration, calmant ses émotions négatives pour ne pas céder à la colère. Au fond d’elle, la mercenaire n’avait pas l’envie de les tuer. Elle voulait tout simplement qu’ils partent sans faire d’histoire et tout le monde serait heureux. Mais non, ces imbéciles insistaient et ils allaient finir empoisonnés à ce rythme. Celui qui avait l’air d’être le chef du groupe souriait, très confiant.

« J’me la fais les gars, observez le patron. Ça peut nous apporter un sacré pactole si je la tue en plus, une mercenaire ça doit être bourrée de fric et si sa tête est mise à prix, c’est le jackpot ! »

Imbu de lui-même en plus. Ayn serra davantage le manche de ses sabres entre ses mains. Pour qui il se prenait pour parler ainsi ? La mercenaire ne bougeait pas d’un pouce alors que son adversaire faisait le beauf devant ses amis qui étaient aussi beaufs que lui. Ils l’avaient cherché, ils allaient mourir. Ayn imprégna ses sabres de son poison puis en pointa un en direction de son adversaire qui sortit son sabre à son tour. Elle était prête à le buter. L’imbécile lui fonça dessus et la mercenaire le laissa clairement venir. Il tenta de la blesser au niveau de son poignée gauche afin qu’elle lâche une de ses armes. Un pas sur la droite suffit à la mercenaire pour esquiver son coup et le sabre de la demoiselle entailla la joue de son ennemi qui bondit en arrière, toujours avec ce sourire confiant.

« Tu penses que c’est en me faisant des petites entailles que je vais avoir peur ? Haha pour qui tu me prends ! Je suis le grand et l’unique Griso de ces terres !
- Ce n’est pas cette entaille qui me fait plaisir. C’est le fait de me dire qu’il te reste moins de 15 minutes à vivre. Une simple entaille suffit à t’empoisonner et ça, de la façon la plus directe qui soit. Dans moins de 10 minutes tu seras au sol en train de souffrir le martyr et tu ne pourras plus bouger. Tu es fini. »

L’homme parut étonné et Ayn en profita pour lui bondit dessus, continuant de le combattre et elle finit par le placer au cercle de son nuage de poison alors que les autres membres de son groupe hésitaient entre se sauver ou intervenir.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Mutation du bras droit
Points de Puissance : 21 400
Points de Réputation : 3 050
Messages : 85
MessageSujet: Re: Aventure sous les dunes [Pv Ayn]   Jeu 19 Juil - 15:41


   

   
« Aventure sous les dunes »

   
Feat Ayn

   

A l’affut du moindre bruit, Weiss s’apprêtait à réveiller la mercenaire contre son épaule pour la prévenir, mais cette dernière était bien plus entraînée qu’il ne l’imaginait. Elle se levait du siège qu’ils avaient partagé et prenait ses sabres en mains, indiquant à l’albinos qu’il ferait mieux d’aller se cacher dans la caravane du médecin. L’ermite pinçait ses lèvres alors qu’il avait envie de s’opposer à cette idée et voulait rester avec elle pour faire face à la menace qui semblait proche, mais dans son état… Il n’était pas en mesure de combattre. Il a donc fait le choix difficile d’écouter Ayn et de se lever à son tour, se retirant dans les ombres des caravanes pour disparaître de la vue des brigands qui venaient d’apparaître en face de la demoiselle. Sortant un œil du bout d’un carrosse, Weiss pouvait voir le petit nombre de pillards qui discutaient avec Ayn, tentant de l’acheter car ils avaient tout de suite reconnu la créature comme étant une mercenaire travaillant pour l’argent.

Le forgeron décidait d’agir vite et se dépêchait pour aller dans les caravanes et tentes et réveiller discrètement les membres de convoi, tout en leur faisant signe de ne pas faire de bruit. Weiss dû plaquer sa main contre la bouche du marchand qui avait un peu trop bu quelques temps plus tôt afin de l’empêcher de brailler alors qu’il n’avait pas compris pourquoi on le réveillait. « Des pillards sont là, restez silencieux et suivez-moi, j’ai un plan. » disait-il alors qu’il demandait aux membres les plus fragiles et malades d’aller se mettre en sécurité à l’autre bout du campement de la position des pillards, tandis que Weiss et quelques hommes – dont le marchand et le médecin – s’étaient placés derrière un carrosse à l’abri des regards pour observer la situation.

« Ils sont… 4, en plus de celui qui discute avec la demoiselle. On fait pas vraiment le poidscontre des hommes armés, Weiss ! »

« En plus tu es blessé, si on rejoint mademoiselle Hohenheim on risque de la gêner plus que de l’aider. »

« Nous n’allons pas les affronter directement, les blessés et les faibles ont leur propre façon de se battre dans ce genre de situation. Je ne peux peut-être pas me défendre, mais j’ai assez de force dans ce bras pour nous donner une chance de tous les capturer une bonne fois pour toutes ! »

« Ce ne serait pas plus sage de laisser la demoiselle s’en occuper ? Elle a l’air bien sûre d’elle. »

« On ne peut pas prendre le risque que tous sautent sur elle, elle est clairement en situation de désavantage. Suivez mes instructions, et aucune goutte de sang coulera ce soir… »

L’albinos expliquait son plan aux hommes qui étaient avec lui, ces derniers prenant un air beaucoup plus sérieux et grave alors qu’ils écoutaient avec attention. Lorsque tous avaient saisis la portée du plan d’action, Weiss tournait un nouveau regard vers Ayn pour voir comment elle s’en sortait et remarquer qu’elle s’était engagée dans un combat avec le brigand qui parlait, les autres se contentant d’observer. Inspirant profondément, Weiss se déplaçait avec les hommes de caravanes en caravanes afin de se retrouver derrière un carrosse rempli de divers fournitures. Inspirant profondément, l’albinos passait ses mains sous le carrosse et serrait les dents alors qu’il soulevait le moyen de transport au-dessus de sa tête, sous les regards impressionnés des membres du convoi qui ne s’attendaient pas à ce que l’homme le plus blessé du convoi puisse déployer une telle force. Weiss crachait du sang alors qu’il sentait sa peau blessée au niveau du flanc se déchirer petit à petit alors que du sang apparaissait sur ses bandages. Il titubait légèrement avant de frapper fermement le sol de son pied et de lancer d’un coup sec le carrosse sur les brigands qui n’avaient pas surveillés leurs arrières. Le résultat fut évident : le carrosse s’écrasa et se brisa sur les pillards qui furent écrasés par le moyen de transport, l’attaque surprise ayant assommé trois d’entre eux tandis que le quatrième essayait de se relever en titubant sérieusement, complètement sonné.

« MAINTENANT ! ATTACHEZ-LES ! » criait Weiss alors qu’il tombait à genoux, les membres du convois ayant pris en main des planches en bois épaisses qu’ils utilisaient pour frapper à l’arrière de la tête du pillard encore debout, le mettant K.O sur le coup tandis qu’ils passaient rapidement à la suite du plan et sortez des cordes pour les attacher comme de vulgaires saucissons. Suant à grosses gouttes, l’albinos essuyait un filet de sang qui trainait contre le coin de sa bouche alors qu’un léger sourire apparaissait sur ses lèvres, espérant qu’Ayn réussisse à maîtriser le dernier brigand et mettre en sécurité le reste du convoi. Il sentait ses dernières forces le quitter alors qu’il s’écroulait la tête la première contre l’herbe, perdant à son tour connaissance alors que seule la voix du médecin qui l’appelait faisait écho dans son inconscient.




Codage by TAC

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Sécrétion de poison
Points de Puissance : 26 000
Points de Réputation : 20 000
Messages : 45
MessageSujet: Re: Aventure sous les dunes [Pv Ayn]   Ven 20 Juil - 11:04

Aventure sous les dunes

La dernière chose à laquelle Ayn pouvait s’attendre, c’était que quelqu’un lui apporte de l’aide. Elle avait demandé à Weiss de partir se cacher et ne comptait pas réveiller les marchands, peur qu’ils soient en paniques et blessés. Surtout que la mercenaire jugeait bien que ça ne valait pas le coup pour si peu. Elle faisait suffisamment confiance à son poison pour réussir à les vaincre, même si elle était clairement désavantagée. C’était son job, c’était à elle de les protéger et de les défendre jusqu’à la destination prévue. Du moins c’était l’idée qu’elle avait clairement en tête. Faut croire que les autres étaient capables d’en décider autrement. Quand elle lui avait dit de rentrer, ce n’était pas pour faire ses plans de son côté, c’était pour qu’il se cache uniquement. Il avait l’air d’être le genre de personne qui n’en fait qu’à sa tête finalement.

L’homme en face de la mercenaire était dans un nuage de poison qu’il essayait de faire partir en soufflant dessus. Il ne comprenait donc pas qu’il en avait déjà dans le sang et que le poison entrait pas les pores de sa peau ? Souffler dessus n’allait pas changer grand-chose mais comme on dit, l’espoir fait vivre. Il décida d’arrêter de respirer mais au bout de quelques secondes il finit par lâcher l’affaire et bougea. Le nuage empoisonné disparu. Maintenant il fallait juste qu’il continue de gesticuler pour laisser le poison se répandre rapidement dans ses veines et le tour était joué. Sauf que le combat allait rapidement être écourté. Une caravane arriva par la voie des airs et Ayn l’observa s’écraser en se demandant ce qui se passait. Au loin elle vit un Weiss tomber brusquement au sol avec un médecin qui se précipite sur lui. Les hommes furent ligotés et le dernier comprit qu’il ne devait plus bouger s’il voulait respirer un peu plus longtemps, il se laissa donc faire dans les marchands vinrent vers lui pour le ligoter à son tour sous la surveillance de la mercenaire. Suite à cela, Ayn aida le médecin à porter le malade pour le mettre dans la caravane de soin. La fièvre venait de remonter et il saignait de partout.

« Qu’est-ce qu’il a fait cet imbécile ?
- Il avait un plan pour essayer de sauver tout le monde.
- Il a forcé sur son corps alors qu’il ne pouvait pas ! Il est encore blessé et continue à jouer le fier. En plus de ça on a perdu une caravane, comment je justifie ça à notre arrivée ?!
- Calmez-vous mademoiselle Hohenheim, se mettre en colère ne changera rien. Le plus important que l’on a pu tous les capturer. Je m’occupe de son cas, il ne mourra pas ne vous faites pas.
- Un bandit va mourir … Je n’ai pas d’antidote sur moi …
- Je peux essayer d’en concocter un ?
- En moins de 15 minutes ? Hors de question. Occupe-toi de Weiss. Je sors de là. »

Elle avait besoin de reprendre son calme et le médecin ne fit aucun commentaire suite à l'ordre donné. Les bandits toujours inconscients avaient été ligotés à un arbre présent. Le bandit empoisonné était séparé de ses amis afin d’éviter une éventuelle infection possible. Ayn aida les mercenaires à récupérer les objets qui étaient présents dans la caravane qui venait d’être brisée. Il fallait tout ranger dans une autre caravane qui allait désormais être pleine. La mercenaire soupira. Elle ne savait pas pourquoi est-ce qu’elle se sentait si mal d’un coup. Les marchands autour d’elle étaient contents, fiers d’avoir battu des bandits et certains allaient jusqu’à faire un concours de force. Ils étaient fiers d’eux. Ayn pas trop sur le coup. Mais elle devait se concentrer sur le principal. Pour l’instant tout le monde allait bien et aucune marchandise n’avait été perdu jusqu’à maintenant. Ça allait prendre de tout réorganiser pour repartir. Suite à ça, une grande fatigue prit tout le monde de court et tous les marchands allaient dormir alors que la mercenaire restait à tourner autour du convoi afin de continuer sa surveillance. Dans la nuit, la mercenaire prit une pelle et creusa un trou plus loin que le convoi pour mettre le corps du bandit que le poison avait fini par tuer. Une planche de caravane fut plantée pour signifier son emplacement. Ayn était désolée pour lui.

Le petit matin arriva bien vite et les marchands venaient de préparer le déjeuner pour tout le monde.

« Merci pour hier soir mademoiselle.
- Je n’ai fait que mon travail, ne vous en faites pas. Je ne compte pas vous vendre ni quoi que ce soit dans ce genre. Je me suis engagée à vous protéger et j’irais jusqu’au bout.
- Vous n’êtes pas une mercenaire comme les autres … Enfin bon. Ça va être difficile de repartir aujourd’hui, on a pas mal de rangement et surtout de réorganisation à faire. Tout ça a compliqué les choses. D’ailleurs il nous manque un bandit non ?
- Je l’ai enterré plus loin. »

Suite à cela, l’homme ne dit rien et posa sa main sur l’épaule de la mercenaire avec un regard compatissant. Comme s’il comprenait ce qu’elle pouvait ressentir, il avait l’air d’être désolée pour elle de devoir passer par des phases comme ça. Ayn lui sourit, essayant de montrer que tout allait bien. Elle s’était habituée à tuer. C’était certes, très triste à avouer, mais c’était le cas et elle-même ne pouvait pas le nier.

« Qu’allons-nous faire des autres ?
- Pour l’instant je ne sais pas, on verra quand ils seront réveillés déjà. »

L’homme hocha la tête et repartit rejoindre un petit groupe qui essayait de ranger les affaires. La mercenaire se dirigea vers la caravane de soin où elle trouva un Weiss encore endormi avec un médecin qui le surveillait. Celui-ci rassura Ayn sur le fait que sa fièvre de la nuit dernière était vite retombée et qu’il devait absolument se reposer. Il avait désinfecté ses blessures et changé ses bandages. Ayn s’assit sur un tabouret près du lit et le médecin lui conseilla de faire un somme alors que la mercenaire commençait à avoir de sérieux cernes se creuser sous ses yeux. Elle lui sourit pour le remercier et se laissa tomber au bord du lit afin de s’endormir à nouveau. Elle était vraiment épuisée et commençait même à avoir de fortes douleurs au niveau de son dos qu’elle ne reposait pas assez. Elle allait profiter de cette journée sans mouvement de la part du convoi afin de se reposer et essayer de dormir pour récupérer ses heures de sommeil perdu à tourner en rond dans la nuit. Elle en ressentait vraiment le besoin. Tout comme elle ressentait toujours ce besoin de pousser une gueulante sur le malade à son réveil.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Mutation du bras droit
Points de Puissance : 21 400
Points de Réputation : 3 050
Messages : 85
MessageSujet: Re: Aventure sous les dunes [Pv Ayn]   Ven 20 Juil - 15:08


   

   
« Aventure sous les dunes »

   
Feat Ayn

   

C’est une sensation bien étrange de sentir nos propres forces nous quitter après un effort, un simple geste dans la direction qui nous semble le plus juste et le moins dangereux. Je sens ma tête tourner, comme dans une spirale sans fin alors que je n’ai plus d’énergie pour supporter mes propres jambes, me laissant tomber alors que j’ai l’impression d’avoir une lance qui me transperçait les entrailles. Ca fait si mal que j’ai envie qu’on m’arrache une partie du corps pour ne plus sentir cette douleur, j’ai envie d’hurler mais je n’arrive qu’à étouffer mes respirations fortes entre mes lèvres alors qu’inconsciemment je serrais dans ma main gauche la première chose que j’attrapais. Je tirais sur l’épaule du médecin qui utilisait son épaule pour me supporter alors que je sentais qu’on me redressait pour m’amener autre part. J’entends différents échos dans ma tête, la voix du médecin, la voix d’Ayn… Elles sont aspirées dans la spirale avant que je n’ai l’impression que mon corps entier ne brûle, en commençant par ma tête et que je sois amené quelque part. Je n’ai plus envie de penser, j’ai juste envie de sombrer dans l’inconscient et ne plus avoir mal…

Weiss gardait les yeux fermés alors qu’il passait une mauvaise nuit dans la caravane du médecin. Ce dernier s’appliquait alors qu’il réalisait de nouveaux soins sur l’albinos, devant à la fois gérer sa fièvre du désert ayant fait une nouvelle montée, ainsi que sa blessure au niveau du flanc qui avait fini par empirée après les efforts du forgeron. Il serrait les dents alors qu’il grognait plusieurs fois lorsque le médecin faisait une piqûre, ou quand il passait du désinfectant sur sa blessure. Le soleil finissait par se lever à l’extérieur et le médecin reposait la trousse de soin sur le côté, observant l’état de l’ermite qui semblait avoir empiré alors qu’il était sur la voie de la guérison il y a moins de 24h. Il suffisait de voir le visage encore plus pâle qu’à l’accoutumé de l’albinos pour se rendre compte qu’il était passé par une épreuve douloureuse. Sa respiration était devenue un peu plus calme, le médecin confirmant que la fièvre était de nouveau retombée sans aucun souci. L’albinos n’avait pas conscience de ce qu’il se passait autour de lui, il était encore prisonnier de ses songes, dans ses souvenirs comme la première fois qu’il avait reçu les soins du médecin.

Cette sensation de douleur intense, mélangée à celle de ne plus rien sentir alors qu’il ressentait une grande peur et une forte haine contre lui-même. Il se revoit enfant, sale, affamé, désespéré, en train de prendre en main un morceau de lame rouillée qu’il avait trouvé dans la décharge. Il fixe sa main écaillée qu’il ne comprend pas, qu’il n’explique pas, qu’il rejette. Il serre les dents et se mord la lèvre inférieure, ses yeux devenant de plus en plus sanguin alors qu’il resserrait sa prise sur le bout de lame, même s’il avait mal de tenir un morceau d’épée à main nue. Il est seul, personne n’est là pour lui parler, personne n’est là pour le regarder, personne n’est là pour le comprendre. Personne n’est là pour l’arrêter. Il hurle, personne ne l’entend. Il pleure, personne ne le voit. Il vit, personne ne le sait. Alors il n’avait aucun remord à avoir. Il lève au-dessus de sa tête le morceau d’épée, fixant cette main démoniaque, et l’abat d’un coup sec. Weiss ouvre subitement les yeux dans un sursaut, inspirant en urgence alors qu’il avait l’impression d’étouffer alors qu’il transpirait par tous les pores de sa peau. Toutes ? Non… Un rapide regard suffisait pour voir que son bras droit était le même, qu’il n’avait pas changé, et qu’il ne disparaîtra sûrement jamais.

Weiss soupire longuement avant d’étouffer un pic de douleur au niveau des côtes, conséquence de s’être réveiller de cette façon. Il était couché dans la caravane du médecin, le plafond et l’endroit lui étant désormais bien familier. Il clignait des yeux, un peu incrédule alors qu’il voyait la belle mercenaire assise sur le côté et qui avait posée sa tête sur le lit pour se reposer. Le forgeron la regardait de haut en bas, ne voyant pas de blessure apparente, rassuré qu’elle allait bien malgré le fait qu’elle était face à plusieurs pillards. Il voyait néanmoins sous les yeux fermés de la créature des cernes aussi creusées que les siennes, ce qui lui donnait davantage raison dans le fait qu’il passait sa main droite sur la tête de la mercenaire pour la caresser légèrement. Même s’il ne sentait plus rien avec cette main… Non, il évitait d’y penser, tout ça c’était du passé, et il devait l’accepter. Il l’avait accepté. Il décidait de poser sa main contre l’épaule de la demoiselle pour la secouer délicatement et essayer de la réveiller.

« Ayn… Tu ferais mieux de dormir dans ton propre lit... tu vas avoir mal au dos dans cette position. »

Sa voix était bien plus faible que d'habitude, mais c'était bien le cadet de ses soucis pour le moment.

Codage by TAC

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Sécrétion de poison
Points de Puissance : 26 000
Points de Réputation : 20 000
Messages : 45
MessageSujet: Re: Aventure sous les dunes [Pv Ayn]   Ven 20 Juil - 15:58

Aventure sous les dunes

Ayn était en colère contre Weiss. Et pourtant elle était venue le voir. Si on cherchait une logique elle serait bien difficile à trouver. La mercenaire avait encore du mal avec certaines choses. Elle était encore bien trop habituée à ce qu’on l’écoute sans broncher et surtout sans faire de plan ensuite. De ce fait, voir Weiss ne pas l’écouter et se blesser tout seul davantage, ne lui plaisait pas. La mercenaire savait bien que pour le premier point elle devait s’y faire, elle n’était plus reine. Et même si elle était désormais une mercenaire et que les personnes avaient tendance à faire ce qu’elle voulait pour s’attirer ses faveurs, ce n’était pas le cas de tout le monde. Et elle avait toujours du mal sur le fait qu’on la contredise dans ses ordres. Si c’était une discussion ça aurait été avec plaisir qu’Ayn aurait échangé son point de vue, mais là ce n’était pas le cas. Depuis la veille, elle se sentait frustrée au fond d’elle. Il l’avait clairement agacée, autant ne pas tourner autour du pot. Mais elle devait bien prendre sur elle si elle voulait éviter d’empoisonner tout le convoi. Un nuage de poison ne leur ferait pas vraiment du bien.

Alors qu’elle s’était bien assoupie, elle sentit une main sur sa tête qui la réveilla immédiatement et qu’elle attrapa dès qu’elle ouvrit les yeux. La demoiselle n’aimait pas vraiment qu’on la touche dans son sommeil, surtout quand il est aussi léger. Elle vit un Weiss encore très pâle, fatigué et qui ne pouvait pas vraiment faire quoi que ce soit mis à part dormir. Quand elle vit que c’était lui, elle relâcha sa main et se releva instantanément tout en lui lançant un regard noir. Elle avait clairement cette impression de se faire envoyer balader. Son propre lit ? Elle n’en n’avait pas et squattait celui des différents voyageurs qui se montraient sympathiques avec elle. La mercenaire ne prit même pas la peine de lui répondre, ne prit pas le temps de lui demander de ses nouvelles qu’elle sortit de la caravane et partit directement demander au docteur si elle pouvait squatter son lit et celui-ci accepta.

Une fois dans la caravane personnelle du docteur, Ayn s’allongea sur ce qui pouvait lui servir de lit et observa le vide. Autour d’elle, la mercenaire entendait les marchands parler entre eux, elle les entendait ranger les affaires, ils se demandaient aussi ce qu’ils allaient faire ce soir et un marchand fut désigné pour faire une ronde le temps de la journée à la place de la mercenaire pour la laisser se reposer. Dans tous les cas, elle serait prévenue s’il y avait le moindre danger.

Faut dire qu’elle avait eu du mal à s’endormir. La demoiselle réfléchissait peut-être un peu trop. Dans tous les cas elle prit une décision : prendre des distances avec Weiss. Elle se demandait si sur le coup, elle ne s’était pas laissée emporter dans son attitude vis-à-vis de lui. Elle s’était montrée très vite sympathique avec lui après tout. Elle estimait même que c’était trop vite. Ayn se demandait bien si sa situation de blessé jouait ou non un rôle là-dedans. Elle voulait savoir pourquoi est-ce qu’elle ne posait pas la même distance qu’avec les marchands et voyageurs. La demoiselle s’inquiétait pour lui, prenait régulièrement de ses nouvelles aussi. Quand elle fouilla sa poche, elle trouva son paquet de gâteau. Ayn ne savait pas quoi en faire. Le manger ? Le jeter ? Sa colère lui disait bien de le jeter mais elle savait bien qu’elle pourrait le regretter plus tard. Elle se contenta de le remettre dans sa poche pour voir ce qu’elle ferait plus tard.

Roulée en boule sur le lit, sans aucune couverture sur elle, Ayn avait fini par s’endormir sans manger de toute la journée. Elle se sentait plus frustrée qu’affamée et l’odeur de la nourriture ne l’avait pas attiré. Personne n’osait la réveiller alors qu’elle avait dormi toute la journée. Là encore, elle rêvait de sa mère et de son royaume. Les paysages magnifiques défilaient sous ses yeux. Celle-ci en profita pour serrer sa mère dans ses bras dans son propre rêve. Elle savait bien qu’au réveil, elle serait seule. Mais au moins elle se sentait bien le temps d’une journée. La mercenaire se réveilla alors que le soleil était déjà tombé. Quand elle sortit de la caravane, un bol de riz avec un curry l’attendait encore bien chaud. Elle s’assit près du médecin qui était encore en train de manger.

« Bien dormi ?
- Oui oui. Merci de m’avoir prêté votre caravane.
- Pas de soucis, vous aviez besoin de repos.
- On repart demain matin à la première heure. Tous les arrangements sont terminés ?
- Oui oui mam’selle ! On a tout bien fait pour repartir vite. Plus vite on sortira de ce désert, mieux on s’ra, pas vrai doc’ ?
- Bien sûr. »

Un p'tit jeune qui avait l'air fort sympathique se mêla à la conversation. Tout le monde parlait joyeusement alors que la mercenaire était concentrée sur la nourriture. Mine de rien, ne pas manger ça creusait vachement l’estomac. L’ambiance était aussi joyeuse que la veille avant que les pillards arrivent. D’ailleurs ils étaient toujours attachés à l’arbre et les marchands attendaient une décision de la part d’Ayn qui décida de les relâcher après le repas. Ils partirent en disant qu’ils ne reviendraient pas les attaquer et la mercenaire avait bien envie de les croire alors qu’ils avaient vus leur chef mourir.

« Vous voulez bien apporter le repas à notre blessé ? Je m’occupe de servir les dernières personnes.
- J’ai une ronde à faire, voyez avec quelqu’un d’autre.
- J’m’en occupe m’sieur ! »

Le docteur parut étonné. Il pensait sans doute qu’Ayn allait retourner voir Weiss. D’ailleurs il était encore plus étonné quand il remarqua qu’elle ne lui demandait strictement rien à son sujet alors qu’elle avait demandé tous les jours avant. Il ne fit aucune réflexion et donna le plateau encore chaud au jeune voyageur qui se présenta et continua de servir les personnes qui restaient alors qu’Ayn commençait à s’étirer puis partit faire sa ronde seule de son côté. Elle avait envie d’avoir un peu de calme et surtout d’être seule.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Aventure sous les dunes [Pv Ayn]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aventure sous les dunes [Pv Ayn]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» La diaspora veut retourner en Haïti sous condition
» Obama fait campagne sous la pluie alors que McCain annule...
» Un sous-commissariat à Grand'Ravine
» Partons à l'aventure !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Partie RP :: Troisième Zone :: Saharia-
Sauter vers: