Bienvenue

Liens utiles

Effectifs

Ligue B : 18 membres
Ligue M : 7 membres
Ligue S : 0 membre
Créatures : 10 membres
Inclassables : 0 membre
Seigneur cauchemar : 1 membre
Rois des rêves : 0 membre

Top-Sites & Discord


Membres du mois

Edgar
Profil
Top activité
Jøn
Profil
Top vote
Code par MV/Shoki - Never Utopia



 

Partagez | 
 

 Un scotch et on cause affaire [Sigan PV Le Barman]

Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Créature
Points de Puissance : 31 250 Points (D) / 14 000 Points (S)
Points de Réputation : 28 400 Points (D) / 9 000 Points (S)
Messages : 46
MessageSujet: Un scotch et on cause affaire [Sigan PV Le Barman]   Jeu 5 Juil - 19:19

C'était ce genre de nuits. Vous savez, celles où tout va mal. Le genre de nuits où tous les problèmes qui ont jalonné ta vie te reviennent dans la face. Comme le plus souvent dans ma chienne de vie, j'étais seul à peu près au milieu de nulle part. J'essayais de revenir de cette foutu excursion que Sigan avait voulu faire avec des gosses là. D'ailleurs, ils ont eu l'occasion de bien foutre leur nez dans mes affaires les gosses. Je lui ai pourtant dis 10 000 fois de pas laisser n'importe qui rentrer chez nous comme ça. Mais elle n'en fait qu'à sa tête. Il n'empêche que tout ça, ça me faisait sévèrement cogiter. Ça me renvoyait un peu à ma situation merdique. Moi parcourant le monde pour trouver un moyen de mettre fin à une malédiction à laquelle personne ne peut mettre fin ou plutôt dont les seuls personnes qui veulent y mettre fin ne veulent absolument pas m'aider par ce que visiblement me voir souffrir est beaucoup trop amusant. Ça me renvoyait un peu à ma solitude et au fait que la femme que j'aime soit à la fois si proche... et si loin de moi à la fois. Surtout le fait que plus le temps passe, plus elle s'éloigne. Je ne suis même plus certain de savoir à quoi elle ressemble. Mais il y a des choses qui ne me quittent jamais comme son odeur. C'est con à dire mais, je sens comme elle. Elle empeste la roulotte de ses encens et ses onguents et autres conneries de sorcières là. Du coup ça s'imprègne dans mes vêtements et résultat, je me trimballe son odeur partout avec moi. C'est ce genre de détails qui m'empêchent d'oublier. Si seulement on nous avait maudit en nous empêchant simplement de nous voir. J'aurais refait ma vie, je l'aurais oublié, elle m'aurait oublié... Mais elle est toujours là ! Elle me hante systématiquement ! Elle est si proche que je pourrais presque la toucher ! Ça attise l'amour que j'ai pour elle mais fait aussi naître en moi une colère sourde envers le monde entier issue de la frustration de ne pouvoir vivre simplement l'amour auquel j'estime avoir droit comme tout le monde. Je suis prêt à tout donner pour ça ! Absolument tout ! La seule chose que je veux, c'est que tout cela cesse et que je puisse enfin vivre avec elle.

J'étais à la frontière du sucré. Il faisait nuit, une belle nuit étoilée d'ailleurs. J'avais envie d'en profiter. Profiter du peu de petit bonheurs simples que je suis capable de vivre. Pouvoir observer les étoiles au bord d'un feu de camp. Ça m'aiderait peut-être à penser à autre chose que mes idées noirs. Et alors que dire de l'efficacité de cette tentative de me sortir de ma déprime par la beauté des paysages nocturnes ? Pas très concluant. C'était presque même pire Je me disais que c'était le genre de moments que je souhaiterais partager avec Sigan et non pas seulement avec un lapin géant. J'étais au bord de ce feu à faire cuire des marshmallow que j'avais cueilli sur un arbre un peu plus loin et que je faisais griller avant de les mâchonner d'un air las, comme si leur incroyable saveur sucrée, trop à mon goût d'ailleurs, ne suffisait pas à m'apporter la moindre once de bonheurs. M'aurait-on menti en me disant que le sucre est une drogue encore plus puissante que la cocaïne ?

Il ne me restait alors qu'une solution ! L'alcool ! Le lubrifiant de l'âme ! Grâce à lui tous tes problèmes glissent sur toit et ne t'atteignent plus. 2-3 gorgées et étant donné ma résistance à cette foutu substance, digne d'une none et on n'en parle plus je pense, je rentre dans le brouillard des rêves enivrés et brumeux, embrouillés par les vapeurs de divins cognacs ou d'amères bières. Je me dis alors qu'il ne me reste qu'à lever mon cul et aller chercher dans la roulotte de quoi me prendre une petite cuite.

Quand je me retourne, je constate que derrière moi est apparu un bâtiment. Oui oui ! Un motherfuckin' bâtiment tout entier. Je lève un sourcil interrogateur plus que surpris. Des trucs curieux dans le genre j'en ai vu des tas dans ma longue vie. Je me suis habitué au fait que Dreamland recèle encore bien des secrets, même pour moi. Je me lève alors et commence à marcher vers le bâtiment qui n'était pas là avant que j'installe ma roulotte et décide d'y entrer. Je découvre alors un décors d'un troquet assez chicos. Quoique le terme troquet semble du coup assez inadapté à décrire l'établissement. Un bar ! Comme c'ets commode ! Pile quand j'ai envie de me murger la gueule ?! Ça ne peut pas être une coincidence ! Ce n'est pas une question, c'est une affirmation. Ce bar est magique. Je le sais par ce que je l'entends. J'entends sa voix qui me murmure ce qu'il est, d'où il vient,ce dont il est capable. Donc il apparaît, récupère les personnes aux personnes qui en ont besoin. C'est vraiment la boutique parfaite si vous voulez mon avis. M'y connaissant un peu, je peux vous dire ce que tous les vrais professionnels du commerce vous diront. Il y a trois choses importantes dans le commerce. L'emplacement, l'emplacement et le PFH ! (Putain de facteur Humain) Là tu te pose même plus la question de l'emplacement étant donné que l'emplacement c'est... bah... toujours là où le client se trouve. Je sais pas comment il l'a trouvé son rade le tenancier mais il a fait une affaire.

Je restais donc planté quelques instants à essayer de comprendre tout ce que me disait le bar, l'air rêveur avant de me mettre à réellement contempler les lieux et trouver ce qui m'intéressait, le bar, derrière lequel se trouvait le tenancier de l'établissement en train de servir une créature visiblement venue du royaume de la glace au vue de sa chevelure de givre et de son teint de peau carrément bleuté. Je me positionne à côté d'elle et parle directement à l'homme qui a une allure très distinguée et chic. Il match avec l'ambiance de son établissement. Pas comme moi qui jure légèrement avec les lieux avec mon look de gipsy.

- Je sais pas si t'es comme ton bar et que tu peux lire dans les pensées des gens pour savoir ce qu'ils veulent... Du coup dans le doute je vais te le dire... sers moi quelque chose de fort !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Polymorphe
Points de Puissance : 8 000
Points de Réputation : 10 000
Messages : 9
MessageSujet: Re: Un scotch et on cause affaire [Sigan PV Le Barman]   Lun 16 Juil - 21:25

Il se faisait tard. Très tard. Le Barman, pouvait le deviner au nombre de clients qui quittaient peu à peu l’établissement. Certains étaient venus seuls et le restaient, mais le poids de leur maux avait était un peu plus alléger. D’autres, repartaient accompagnés, emmenés par l’appel de leurs corps que l’alcool sublimait. Qu’il s’agisse d’une seule nuit ou d’une relation de longue durée qui naissait, le gérant appréciait le rapprochement que son établissement pouvait apporter comme conclusion à ses clients. Une belle victoire, et il espérait que la suite leur apportera du réconfort, mais cela n’était plus de son ressort. Il avait juste su donner la bonne impulsion. Généralement il était évidemment à l’origine des couples plus ou moins éphémères qui se former au sein du bar. Il avait une certaine intuition pour nouer deux âmes entre elles et il savait donner l’impulsion nécessaire, même aux plus timides, afin de faire engager une conversation entre les deux protagonistes.

Les deux derniers clients, un homme et une femme d’un certains âge quittaient le bar, se promettant un rendez-vous dans un autre lieu. Le bar ne renvoyait les gens que de là où ils étaient venus, c’était ensuite à eux de se retrouver, s’ils en avaient la motivation et le désir. Il arrivait au Barman d’entendre à travers le comptoir de bois des retours de certains et il s’empressait alors de prendre des nouvelles via une lettre, d’offrir un verre au nouveau couple, ou même , et c’étaient les cas les plus rares, d’assister brièvement à des mariages d’anciens clients. Il se faisait naturellement très discret dans ce genre de cérémonie, de façon à éviter toute mésentente sur l’intérêt qu’il pouvait porter à tous ses consommateurs. Il n’avait pas de préféré et cela resterait probablement comme ça.

Il lavait consciencieusement son shaker et son doseur à l’aide d’un chiffon blanc. Même s’il était peu probable qu’une autre personne requiert ses services en cette heure tardive, il se tenait prêt en toute circonstance. De toute façon il ne dormait jamais. Au mieux, lorsqu’il avait du temps libre, il s’essayait à de nouveaux cocktails, lisait des ouvrages ou bien nettoyait le bar. Le bar justement. Cela faisait un certain temps qu’il arpentait le monde, aidant les gens comme il pouvait et il n’avait toujours pas trouvé de nom à son établissement. Tout ce qui lui était déjà passé par la tête ne lui convenait pas et cela engendrait chez lui une réelle frustration et un inconfort certain. Il préférait ne pas demander à ses clients. Après tout, ils allaient tous avoir un choix très personnel et adapté à leur expérience, il préférait donc choisir un nom qui siérait à tous.

Il reposa ses ustensiles sous le comptoir à portée de main et mis sa main sur le comptoir. Le silence de son esprit fut de courte durée. Il sentait quelqu’un dont émanait une certaine détresse, bien qu’il ne connaissait l’origine de celle ci. Un mélange de mélancolie, de chagrin et un brin de frustration et de colère se faisait sentir. Il s’empressa de déplacer son établissement auprès de cette personne qui après quelques minutes franchit le pas de sa porte et se dirigea vers le comptoir afin de prendre commande. Quelque chose de fort. Généralement la demande était faite par des personnes voulant cacher leurs émotions. Il lui sourit amicalement.

> Bonsoir monsieur. Je vois que vous faites preuve d’une incroyable sagacité pour une heure aussi tardive de la nuit. Malheureusement pour vous je ne lis pas dans les pensées, mon métier serait bien plus simple autrement. Cet établissement ne perçois que les peines des gens rien de plus. Je n’est aucune prétention de connaître la nature de vos maux. Cependant je suis à votre service et j’espère qu’un verre ici vous sera bénéfique et que vous ressortirez l’esprit et le coeur un peu plus léger qu’en entrant. Je suis Le Barman, mais vous pouvez m'appeler Barman tout court. Quelque chose de fort dites-vous?

Il ne réfléchit que quelques instants avant de s’emparer de son checker, de plusieurs bouteilles qui trônaient sur l’étagère derrière lui et d’une petite fiole contenant une poudre rouge flamboyante. Dans des gestes millimétrés il mis quelques glaçons dans le mélangeur, y versa une dose de chaques bouteilles, le secoua et le filtrat dans un verre à cocktail. Il ajouta ensuite une toute petite dose du contenu de la fiole.

> Et voici monsieur. Cette boisson est faites à base d’une vodka de pomme de terre géante, d’un écrasé de pamplemousse hexagonale, de jus d’oranges carnivores et la poudre que vous m’avez vu verser me provient d’un étrange jeune homme, vétéran aventurier. Je crois qu’il prénommait ça souffle du dragon. Je ne l’ai utilisée que trois fois mais l’effet était garantie.

Il poussa le verre sur une petite serviette vers le jeune homme, l’invitant à boir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Points de Puissance : 31 250 Points (D) / 14 000 Points (S)
Points de Réputation : 28 400 Points (D) / 9 000 Points (S)
Messages : 46
MessageSujet: Re: Un scotch et on cause affaire [Sigan PV Le Barman]   Lun 23 Juil - 3:25

Le barman, qui apparemment n'avait d'autre nom qu'un descriptif de ce qu'il est, était vraiment obséquieux. Un trait de personnalité que je connais bien mais que je n'apprécie pas vraiment étant donné que de là où je viens, c'est un trait de caractère très courant et que j'exècre un peu même s'il m'arrive parfois, par utilitarisme d'user de ceci en dernier ressort. Je n'arrivais pas vraiment à détecter si c'était de l'hypocrisie ou de la politesse dans sa façon de me parler donc je me permettais de ne ps le juger sur ce point étant donné que personnellement, ce que je n'aime pas trop dans cette attitude, c'est qu'elle cache bien souvent une bonne dose d'hypocrisie. Ce qui me rassurait en partie, c'est qu'il n'ai pas le même pouvoir que son bar. Je n'aime pas vraiment ça les télépathes qui lisent dans ton esprit ou même dans ton cœur. Ils sont toujours à essayer de te brain ou à te donner des leçons de vie, te dire comment tu devrais agir. J'agis comme je veux putain !

Bon, autant j'aime pas les gens obséquieux, autant de je dois avouer que ce type a son petit charme. Il est un peu, apaisant et sa politesse excessive arrivait tout de même à me donner confiance en lui. J'ai pas l'impression qu'il soit comme ça par volonté de me niquer. Je pense que c'est juste quelqu'un qui fait beaucoup de zèle et considère que le client est roi et qu'il doit être traité comme tel. C'est pas une posture comme chez la plupart de mes anciens compatriotes de Rokhan qui te font croire que t'es un roi pour mieux te prendre pour un bousieux quand ils t'ont niqué en affaire. A en juger pas ses petites attitudes ou même la déco' de son bar, se dégage du tout une certaine forme « d'éthique » de travail.

Je m'installe à son bar et m'y accourde en le regardant distraitement faire son cocktail. Il sait ce qu'il fait on sent. Mais bon, je pense qu'il a mal jugé ma demande en mettant autant de volonté et m^me d'amour dans son geste visiblement. J'ai pas envie de quelque chose de bon. Je veux quelque chose de fort, qui te déchausse les dents et qui arrache la tronche en fait. Ce qu'il me faisait là, c'était pas vraiment ce que je voulais. Moi ce que je voulais, c'était la goutte à papy Joe ! Le truc qui fait qu'en une goutte t'as l'impression que ta bouche est plus sèche que Saharia ou le cœur de Lucrecia. J'avais envie d'un truc peu présentable et juste fort et méchant. Quelque chose qui convenait mieux à mon état d'esprit. Mais bon, on pas pas taper sur ce pauvre gars pour son zèle. D'autant que de visu'... ça avait l'air fort. J'observe le verre qu'il me sert légèrement dubitatif. Je suis rassuré de constater qu'il m'a pas mit de paille, de rondelles de citron d'mon cul ou d'ombrelles ou encore quoi quece soit qui fait mignon et présentable. Ça aussi ça correspond pas à mon humeur du moment. Mais bon, au moins, le regarder faire parvenait à me distraire. Faut croire que c'est pour ça que le bar s'est manifesté à moi. Faut croire que je me sentais seul et que j'avais juste besoin d'une compagnie autre que celle d'un lapin géant.

Je m'empare du verre et hume un peu. Je sens presque les poils de mon nez se rétracter. Ça doit être l'effet « souffle du dragon ». C'est puissant mais ça semble en même temps assez goûteux. Je bois le truc cul sec. Je dois avouer que ça envoie du lourd tout en étant bon au goût. Un truc à la fois doux et amère, sucré et corrosif. Lisse en bouche, amère en gorge et brûlant une fois dans l'estomac. Une boisson d'homme. Un truc qui conviendrait assurément mieux à Sigan qu'à moi. C'est elle qu'a la descente de camionneur pas moi. J'arrive tout juste à retenir une petite larme et je toussote. Ça fait pas trop bonhomme et ça va pas trop avec l'image un peu dark et mélancolique que je me donne jusque là mais bon... je m'en cogne.

- *tousse* Pas mal... c'est plutôt coriace en effet ! *tousse*

Je regarde un peu autour de moi après posé le verre sur le bar. Je lui fais aussi un signe de joueur de Poker, je tapote sur son comptoir, signe que je veux qu'il me resserve la même chose alors qu'il est évident que je supporte pas le breuvage et que c'est trop fort pour moi. Habituellement j'aime pas me mettre dans des états seconds mais là, franchement j'en ai besoin. J'vais me défoncer. Mais malheureusement pour lui et son chiffre d'affaire, ça demandera pas tant de verres. Je lui tourne le dos, un peu sans respect, je pose mes deux coudes sur le bar et observe. Je suis le seul client et me permet un commentaire.

- Dis Barman ! Y a pas foule dans ton rade. Problème de clientèle où c'est vraiment que j'arrive en fin de service ? Je suis moi-même dans le « commerce ». Et ça me surprendrait si tu me disais que t'as peu de client. Ton établissement est génial, le rêve de tous les tenanciers. Comment tu l'as obtenu d'ailleurs ? Un bel objet comme ça... ça se trouve pas partout !

Je tapote sur le comptoir comme pour flatter le bar, un peu comme pourrait taper sur la croupe d'un destrier pour le flatter. Et au fait, Qu'est-ce que j'essaie de faire là en engageant cette conversation ? Bah j'sais pas ! Je commence la conversation voilà tout ! Apparemment j'ai besoin de compagnie alors compagnonons hein ! Et puis je dois avouer que j'ai une petite curiosité pour son établissement. Comment et où il a obtenu un truc pareil ? S'il me dit qu'il l'a gagné aux jeux, j'le croirai pas ! Ah et... si j'étais lui, j'arrêterais vite de me servir par ce qu'avant de m'effondrer comme une merde, j'ai souvent l'alcool un peu mauvais et comme je l'ai déjà dit, chez moi, ça monte très vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un scotch et on cause affaire [Sigan PV Le Barman]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un scotch et on cause affaire [Sigan PV Le Barman]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le futur d''Haiti selon l''homme d''affaire Mike Spinelli
» Haïti-Justice : L’affaire des 200 enfants empoisonnés bientô
» Interdiction de depart dans le cadre de l'affaire Socabank
» Le rapport sur l'affaire de drogue a Tiburon disponible...
» Rebondissement dans l'affaire du meurtre Jean Dominique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Partie RP :: Troisième Zone :: N'importe où-
Sauter vers: