Bienvenue

Liens utiles

Effectifs

Ligue B : 19 membres
Ligue M : 7 membres
Ligue S : 0 membre
Créatures : 11 membres
Inclassables : 0 membre
Seigneur cauchemar : 1 membre
Rois des rêves : 0 membre

Top-Sites & Discord


Membres du mois

Zachary
Profil
Top comeback
Zephyr
Profil
Top vote
Code par MV/Shoki - Never Utopia



 

Partagez | 
 

 Saleté de nature | Feat Manekiel & Weiss

Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Ligue B
Pouvoir : Dino Maker
Points de Puissance : 21 600
Points de Réputation : 22 200
Messages : 280
MessageSujet: Saleté de nature | Feat Manekiel & Weiss   Dim 24 Juin - 6:08

« Mais du coup, c'est quoi le trésor au final ?
- Mais l'amitié bien sûr ! Les liens tissés au fil de rencontres inoubliables, les vies chamboulées, l'aventure tout ça !
- ... Vraiment ? Genre rien d'autre ? Juste un message "ptdr c'était l'amitié"
sur la dernière île ? Et c'est ça qu'ils recherchent tous depuis des années ? C'est pour ça qu'on attend depuis quinze ans ?!

- N'est-ce pas le meilleur trésor possible finalement ? Un équipage soudé et une belle avent ... »

Crac

Quelques oiseaux s'envolèrent en larges nuées, surpris par le claquement sec qui venait de faire écho entre les cimes des arbres. Il fut rapidement suivi par un bruit sourd, alors que le corps inerte du macchabée touchait le sol, avant de simplement disparaître dans un léger nuage de fumée translucide. Quelle déception ... Drasur, sur sa branche perchée à quelques mètres du sol se mordillait la lèvre inférieure tout en fronçant les sourcils comme un gosse, montrant bien qu'il était toujours aussi agacé et que ce meurtre à peine justifié n'avait en rien calmé sa colère. Il n'avait aucune idée du type de rêveur qu'était sa victime, si il était un voyageur ou non, mais il en doutait clairement. En effet, si il avait retrouvé cet homme c'était en espérant lui soutirer la fin de son manga, un véritable classique depuis plus d'une décennie, dont notre héros était un grand fan. N'en pouvant plus de toutes les théories foireuses qu'il trouvait sur les réseaux sociaux ou même que ses potes clamaient être crédibles, il avait décidé de venir voir le quarantenaire de lui même pour lui tirer les vers du nez. Au vu de la facilité de la tâche, il se disait donc qu'il y avait peu de chances qu'il s'agissait d'un voyageur, même si il aurait bien entendu préféré ne pas découvrir cette horrible vérité. Il s'alluma une cigarette, fixant son regard aussi loin que les centaines d'arbres environnant lui permettaient, essayant tant bien que mal de se calmer. Il n'aurait pas dû lui briser la nuque non, il aurait mieux fait de faire durer le plaisir, une telle trahison de sa propre oeuvre méritait d'avantage de douleur.

Enfin, il était trop tard pour se torturer l'esprit à ce sujet désormais, tout ce qu'il lui restait à faire était de tenter de trouver une activité qui lui ferait oublier cette sale expérience. Se laissant glisser sur la branche, il atterrit promptement sur un tas de feuille et se mit à marcher de manière aléatoire. Au vu du décor l'entourant, il devinait à peu près se trouver dans la fameuse forêt des rêves, un royaume servant d'une sorte de rite de passage aux voyageurs qui souhaitent quitter la monotonie de la première zone. Au final, cette forêt était en quelques sortes ... Un royaume frontière ! En voilà un beau terme qui mériterait d'être utilisé, mais nous digressons. Le maker commençait à doucement s'ennuyer au fil des pas, maintenant qu'il faisait partie des 200 voyageurs les mieux classés de la ligue Baby, il avait un peu trop pris la confiance et considérait ce royaume comme bien trop sûr pour lui. Alors oui, il avait entendu parler de ces fameux voyagers killers qui rôdaient ici à la recherche de débutants à charcuter, mais ne se considérant plus lui même comme un rookie, il se disait bien qu'il n'avait pas grand chose à craindre. Le con. Il slalomait ainsi entre les arbres, les mains dans les poches, la clope au bec, traînant les pattes sur la mousse qui recouvrait le sol. Il entendait bien des bruits à peu près inquiétants au loin, comme des hurlements avalés par la profondeur de la forêt ou autres grognements fins résonnant, sans compter les chuchotements provenant des souches d'arbre. Finalement, si quelque chose de dangereux rôdait bien autour de lui, il se serait déjà manifesté, donc il n'avait d'autre choix que de se faire chier, saleté de forêt.

Plusieurs dizaines de minutes ressemblant à des heures de calvaire plus tard, sa randonnée commençait à mettre au coude à coude son ennui et sa fatigue. Il faut dire qu'esquiver les racines et autres trous dans la terre, c'est du sport mine de rien. Pour le moment, il ne voyait absolument aucune différence entre une forêt perdue dans la vraie vie et celle là, il n'y avait rien d'onirique dans cette merde. Il avait bien l'impression de tourner en rond d'une certaine manière, mais dans l'absence de réels indices visuels, il ne pouvait ni confirmer ou nier cette possibilité. Une seule phrase tournait en boucle dans son esprit : putain de nature. Une bonne vieille industrialisation, voilà ce qui ferait du bien à cet endroit. Ayant déjà été de passage à Kazinopolis pour une nuit dont il garde un souvenir extrêmement détestable, accompagné d'un voyageur à la peau d'ébène qui l'était tout autant, il savait que la ville de tous les pêchés n'était pas très loin géographiquement parlant. Il aurait pu invoquer son ptérodactyle pour simplement y voler, mais n'avait absolument aucune confiance dans les talents de vol de sa créature, se doutant bien qu'ils se prendraient tous les deux un chêne à pleine vitesse à un moment ou un autre. Il n'avait donc aucun échappatoire si ce n'était de continuer à marcher, tout en continuant de se faire chier, quel fardeau d'être un voyageur.

Ah ! Un événement lui permit de sortir de son état léthargique, il était temps bordel ! Il se stoppa instantanément, alors qu'il entendit des feuilles se froisser à quelques mètres de lui, suivi d'un arrêt brusque de ces dernières et d'un claquement de bois. Quelqu'un ou quelque chose était proche de lui, ce qui n'était pas très choquant sachant qu'il avait bien dû croiser quelques animaux autour de lui depuis avant. Non, ce qui le fit se figer et serrer l'intégralité de ses muscles dans l'expectative d'une attaque était le fait que le bruit s'était stoppé instantanément. Ce qui était proche de lui possédait donc une conscience, ou au moins un instinct animal lui dictant de se stopper une fois que sa cible s'était rendu compte de sa présence. Un sourire carnassier illumina le visage du voyageur, alors qu'il tendit sa main gauche dans la paume de laquelle s'était formée une sorte de boule d'ambre dorée. Il était prêt à utiliser son pouvoir au moindre mouvement, transformant ce qui semblait être un duel dans une situation de deux contre un, qui le placerait directement dans un avantage tactique non négligeable. Après quelques secondes de tension, il décida de briser le silence qui s'était imposé en maître sur la scène, ne serait-ce que pour prendre l'ascendant psychologique. Ou en d'autres mots se la péter oui, il faut dire les choses.

« Mais quelle discrétion de merde ! J'te le dis tout de suite, si tu comptais me prendre en traître c'est mort, par contre si tu veux qu'on se fight j'suis chaud, je cherchais justement un moyen de décompresser. »

Oubliant totalement le cas de figure extrêmement probable qu'il ne s'adressait qu'à un animal apeuré, il était parti du principe qu'il s'agissait forcément d'un de ces fameux chasseurs de noob qui rôdaient. Oh il l'attendait de pied ferme le con, histoire de lui montrer qu'on n'est qu'une merde si on se contente de buter des petits jeunes qui comprennent à peine leur pouvoir. Son propre esprit étriqué l'empêchait complètement d'envisager que la potentielle personne à portée de voix ne soit même pas hostile, mais réagisse de la même manière que lui. C'était possible en effet, mais il avait bien trop faim de combat pour réfléchir ne serait-ce qu'une seconde, sans compter qu'il était un peu stupide aussi il ne faut pas oublier de le prendre en compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Armure organique
Points de Puissance : 17 500
Points de Réputation : 8 000
Messages : 56
MessageSujet: Re: Saleté de nature | Feat Manekiel & Weiss   Dim 24 Juin - 11:11

De toute la seconde zone, la forêt des rêves est clairement l’endroit où Manekiel le moins en danger. Il était recherché dans toute la seconde zone, mais pas la première, alors si les choses devaient s’envenimer, il pourrait aisément se réfugier dans n’importe quel royaume de la première zone. Enfin, ça, c’est la théorie, car la créature savait très bien qu’Eden Island n’allait pas miraculeusement arrêter ses recherches si la créature se retrouvait soudainement à Kazinopolis. Mais disons que l’aspect psychologique de la chose permettait de réduire le stress permanent qui envahissait Manekiel. De plus, l’aspect de la forêt offrait un terrain qui pouvait être un avantage non négligeable pour la créature en cas de poursuite. Un avantage, mais aussi un inconvénient car si Manekiel pouvait se cacher et tenter de semer d’éventuels poursuivants en effectuant des slaloms entre les arbres, c’est que ces adversaires le pouvait eux aussi. Il fallait donc redoubler de prudence.

Que faisait la créature dans la forêt des rêves d’ailleurs ? Une créature aquatique d’ailleurs en pleine forêt, le tableau était un peu étrange il fallait bien se l’avouer. La réponse était que, dans sa volonté d’engager une vendetta personnelle contre Eden Island et plus particulièrement Z, la créature s’était mise en tête, en plus de devenir plus forte pour accomplir sa vengeance comme dans tout bon personnage un peu edgy qui se respecte, mais en plus d’en apprendre le maximum sur son adversaire. Le seigneur Z était d’ailleurs un personnage bien mystérieux, qui semblait, du peu de renseignements que Manekiel avait eu, prendre bien soin de cacher sa véritable identité à tout le monde. Bien, alors ! Quoi de plus enrageant pour le mystérieux seigneur d’Eden Island que de révéler qui il est à la face du monde ; Se secret révélé par une créature lambda de plus ! Quelle humiliation, quelle disgrâce pour lui et quelle joie pour Manekiel ! Mais pour cela il devait en apprendre le plus possible sur ce seigneur. De ce fait, la créature avait pour objectif de rechercher des créatures ou voyageurs qui auraient potentiellement des informations sur Z. Il ignorait si Mugen-Gi, seigneur de ce royaume aurait des informations, ni même s’il accepterait de parler à une simple créature comme l’homme-poisson, mais ça valait le coup d’essayer. Tout pour avoir quelque chose contre Z. Voilà donc la raison de sa présence dans ce royaume-frontière.

Cependant le statut de ce royaume ne permettait pas à Manekiel de se reposer sur ses lauriers, c’est pour cela que comme à son habitude, l’homme-poisson était prudent. Il tendait l’oreille, captant le moindre bruit suspect. Des feuilles qui se froissaient, des branches qui craquaient, les bruits de pas. En parlant de ça, d’ailleurs, l’ouïe de Manekiel se focalisait sur un son non loin de lui. Son corps se tendit. Sa constante paranoïa lui fit immédiatement penser à un scientifique d’Eden Island, mais il conclut rapidement que ça ne pouvait pas être logique. Dans un endroit aussi large que la forêt, offrant autant de possibilités d’échappatoires, il ne fallait pas envoyer qu’un homme, mais une petite escouade au minimum. Les bruits qu’il entendait étaient donc sûrement ceux d’une créature ou d’un voyageur. Mais même ça, ça n’était pas rassurant. Il était dit que dans cette zone, un groupe un peu fou de voyageurs tendaient des pièges aux petits nouveaux, prêt à leur en faire baver. En soit, Manekiel ne craignait rien, mais on ne savait jamais.

Finalement, cette forêt des rêves n’était peut-être pas l’endroit le moins dangereux de la dernière zone.

Cependant, la curiosité poussa Manekiel à prendre des risques non mesurés et à connaître la nature de ce son. Maintenant qu’il se disait qu’il y avait de grandes chances que ça ne soit pas un gus d’Eden Island, son stress s’était un peu dissipé.

Il ne lui fallut que quelques pas pour qu’un voyageur arrive dans son champ de vision. Un homme assez grand avec un air nonchalant semblait marcher sans trop savoir dans quelle direction aller, perdu dans ses pensées. Quel con, songea la créature. Prudence est mère de sûreté, il faut toujours être sur ses gardes toujours. Quelle ironie que Manekiel pense cela alors qu’il marcha sur des feuilles mortes bien croustillantes qui firent un bruit digne de l’enfer. La créature se figea alors que le bruit semblait avoir réveillé le voyageur de sa transe. Dans une légère panique, Manekiel s’éloigna du point où il était, faisant craquer une autre branche au passage. Ah ben bravo la discrétion. L’homme-poisson se réfugia derrière un arbre, mais malheureusement pour lui, le voyageur, bien qu’il ne l’a pas vu, savait où il se cachait. Il le fait d’ailleurs savoir en formant une sorte de boule de lumière étrange dans sa main et en provoquant gratuitement Manekiel. La créature grogna. C’était bien sa veine. Il n’avait aucune envie de se battre. Il pourrait l’expliquer au voyageur, y aller de manière diplomatique, et peut-être même se faire un allié dans cette grande quête qu’était sa vie et qu’il l’aiderait à faire son deuil et à oublier sa vengeance qui au final était futile car n’y a-t-il pas plus grand achèvement vital que la confiance mutuelle et l’amitié ?

Non c’était de la merde, il fallait provoquer. Taper dans le tas et voir ce qu’il se passait. Le voyageur avait tenté de le provoquer ? Bien ! Manekiel pouvait très bien en faire autant !

La créature recula doucement de quelques pas et regarda l’arbre derrière lequel il se cachait. Un bon petit coup de poing pourrait le faire chuter, il n’était pas aussi immense que certains autres végétaux. Serrant son poing qu’il sentit se durcir, Manekiel prit quelques pas d’élan et d’un coup net, brisa le tronc qui chuta légèrement à côté du voyageur. Quant à la créature, il se tenait devant le tronc de feu le végétal, toujours dans la position qu’il avait en frappant l’arbre. Lentement, il se remit droit, ses deux poings toujours serré. Il se promit néanmoins de replanter les graines dudit arbre pour remplacer cette perte. Il paraissait que le seigneur de royaume était très susceptible à ce sujet. Mais c’était le cadet des soucis de Manekiel. Lui aussi venait de prouver à ce voyageur qu’il en avait à revendre. Le silence s’était installé entre les deux adversaires, les feuilles mortes volant entre eux et l’on pouvait presque entendre une musique de western se jouer en fond sonore.

« Ça tombe bien, moi aussi, j’ai envie de décompresser. » Dit Manekiel, assez content de sa petite punchline, ayant même fait exprès de rendre sa voix plus grave pour l’occasion. Pour illustrer le tout, il montra ses dents carnassières, espérant provoquer un peu plus le voyageur. La tension était maintenant à son comble. Qui des deux, de Manekiel ou du voyageur engagerai le combat dans ce qui semblerait être le combat le plus titanesque de ces dernières décennies ?

Malheureusement, on ne le saura pas tout de suite alors que dans le silence pesant installé par les deux voyageurs, un autre crissement de feuilles se fit entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Mutation du bras droit
Points de Puissance : 22 000
Points de Réputation : 4 100
Messages : 103
MessageSujet: Re: Saleté de nature | Feat Manekiel & Weiss   Dim 24 Juin - 15:25


   

   
« Saleté de nature »

   
Feat Drasur et Manekiel

   

Mais quelle est la chose qui allait bien pouvoir calmer les testostérones de ces deux personnages ? A force de montrer leurs dents on va finir par les confondre avec des babouins incapables de protéger leur territoire sans montrer leur cul tout rouge, mais on s’égare du sujet. Sans vraiment faire attention à ces bonhommes, revenons quelques heures en arrière dans l’une des bordures entourant la forêt. A plusieurs centaines de mètres des arbres, non loin d’une cahutte perdue au beau milieu d’une prairie, on pouvait entendre les bruits de succions frénétiques comme si la vie de celui ou celle qui les produisait était en jeu. Une créature faisant bien plus de deux mètres se tenait assise sur un grand tabouret alors qu’il mangeait dans un énorme bol à l’aide de baguette, dévorant à une vitesse sans précédente un met qu’il n’avait probablement jamais goûté de toute sa vie de chasseur. A côté de lui, assit par terre avec les jambes croisées, une autre créature avec la peau aussi blanche que ses cheveux suivait son camarade dans la dégustation mais avec un peu plus de calme. Après quelques minutes, le chasseur reposait son bol sur le côté avant d’inspirer profondément, son ventre rond gonflant de plusieurs centimètres avant qu’il ne lâche un puissant rôt faisant trembler l’herbe autour d’eux.

« Toi ! Dis moi, comment tu as fais pour cuisiner ça ? C’est la chose la plus délicieuse que j’ai mangeais de ma vie ! »

« Ce sont des nouilles, si vous voulez je peux vous laisser la recette » répondait Weiss avec un léger sourire, allant de pair avec le rire sauvage du chasseur qui tapotait contre le ballon qui lui servait de ventre. Cela faisait quelques nuits que l’albinos errait dans différents royaumes, ses pas l’ayant aléatoirement conduits jusqu’à l’une des entrées de la célèbre Forêt des rêves. Une forêt pouvant être aperçu à plus d’un kilomètre au loin et qui devenait de plus en plus majestueuse au fur et à mesure qu’on se rapproche. Très rapidement le forgeron fut attiré par le foyer sauvage, s’approchant avec une certaine excitation et beaucoup d’entrain. C’était à ce moment-là qu’il avait fini par croiser un chasseur vivant dans les environs, revenant tout juste de son immersion journalière dans la forêt avec une prise sur les épaules. Un énorme sanglier faisant bien trois mètres de hauteur et aussi large que la plupart des troncs d’arbres. Très rapidement le chasseur et Weiss ont fait connaissance, notamment leur estomac respectif, et c’est dans le bon esprit que les deux créatures décidèrent de passer un bon repas.

Caressant son ventre qui avait fini par prendre la forme d’une pastèque, l’albinos notait sur un bout de papier les ingrédients nécessaires et la façon de cuisiner des nouilles. C’était une recette qu’il avait appris auprès des jumelles chefs dans le manoir, ainsi que bien d’autres plats, il avait une pointe de fierté alors que lui-même finit par transmettre une recette à quelqu’un. Après un tel repas venait souvent la digestion, et la bouche des deux créatures n’étant plus occupée à mâcher de la nourriture, ils finirent par rapidement discuter d’après près tout et n’importe quoi. Celui qui prit l’ascendant dans la parole était le chasseur qui mettait en avant sa connaissance des lieux et les divers conseils/contes qu’il pouvait transmettre à Weiss. C’était une chance de pouvoir croiser quelqu’un qui connaissait les lieux, le forgeron apprit énormément de choses. Allant des propriétés de certains fruits accrochés aux arbres jusqu’aux mises en garde des différents personnages que pourrait rencontrer Weiss à l’intérieur. Il fronçait notamment les sourcils lorsqu’il entendait parler d’un chat ayant décidé de s’installer près d’une bordure de la forêt, le chasseur notant que son gang s’étant déjà montré violent envers plusieurs visiteurs malchanceux.

« La forêt semble cacher bien plus de secrets qu’on ne pourrait le croire, à l’heure qu’il est je serais peut-être déjà entre deux de ces personnes malintentionnées. »

« Mêmes si les chats ont les moyens de foutre le bordel ça reste des chatons comparés aux bêtes qui rôdent vers le cœur de la forêt. Mais c’est vrai que ça reste casse couille de toujours voir des chats ou des voyageurs foutre en l’air l’équilibre dans les bois… »

« Les voyageurs viennent souvent par ici ? »

« Ouais, plus qu’on peut le croire. J’imagine que ça doit être important pour la plupart de faire leurs débuts dans la Seconde Zone à travers la forêt. Le soucis c’est qu’avec leur sang chaud la plupart s’entretuent avant même de mettre un pied dehors. Débiles ces gens-là. »

Cela dura peut-être une heure ou deux avant que Weiss ne décide de reprendre la route et de saluer le chasseur, lui payant ses respects. Etant devenu une sorte de vagabond, l’albinos s’est rendu compte que le temps était devenu une denrée rare qu’il fallait essayer d’optimiser. Il espérait pouvoir travers la forêt entière en moins de 24h, mais il n’a pas peur de dormir sur place si la fatigue se fait sentir. Frais et plein d’enthousiasme, le forgeron marche de manière lente mais sûre à travers les différentes racines et feuillages démesurés pouvant lui barrer la route. Il était toujours aussi impressionné et émerveillé par la beauté de la nature, cette végétation qui semblait respirer la vie, cette couleur qu’il n’avait pas l’habitude de voir auparavant. L’air qui remplissait ses poumons était bien plus sain que celui de la région entourant Armacity, là où seule l’odeur du métal rouillé mélangée à du sang séché semble se démarquer. L’albinos croisait différentes bêtes qui le dévisageaient avec un air curieux, juste avant de subitement prendre la fuite lorsque Weiss essayait de les approcher. Il n’a pas mis longtemps avant de se résoudre à faire attention aux bêtes qu’il décidait d’approcher, certaines pourraient répliquer de manière agressive, voyant l’acte de l’albinos comme une provocation.

Par curiosité, le forgeron levait les yeux pour essayer de discerner quelque chose entre les branches de différentes tailles. La cime des arbres était bien plus haute que ce qu’il ne pouvait s’imaginer, certains troncs dépassant la centaine de mètres. Avec un sourire sur ses lèvres, il décidait de mieux serrer son sac contre son épaule et de commencer à sauter sur le bois dur et plein de vie. Plantant ses doigts écaillés dans l’écorce, il débutait son ascension dans les arbres en utilisant les différentes branches à sa disposition comme points d’accrochage. Très rapidement l’albinos se retrouvait à plusieurs dizaines de mètres au-dessus du sol et passer à côté de plusieurs nids relativement grands, coincés le plus souvent entre deux branches. Ce qui l’excitait davantage était de remarquer que les feuillages des arbres se croisaient très souvent, formant des sortes de passerelles naturelles entre les arbres. Weiss n’y réfléchissait pas à deux fois avant de les emprunter et de continuer son avancée dans les bois de cette façon. Après un long détour, il remarquait la présence  de fruits colorés sur certaines branches. La voix du chasseur résonnait dans sa tête alors qu’il se rappelait de cette histoire sur des fruits aux différentes propriétés. Il tendait la main pour en saisir un et remarquer que la tige le reliant à l’arbre était bien plus solide qu’il ne le pensait. Il insistait quelques secondes avant de subitement l’arracher, le regardant de plus près avec un flash de curiosité brillant dans ses yeux.

Mais ce qui le coupa dans ses pensées c’était le soudain tremblement qui bouscula l’arbre tout entier sur lequel il se trouvait. Une secousse pas du tout naturelle alors que le tronc commençait à dangereusement se pencher dans une direction précise. Pris par surprise, Weiss ne pu que bondir au hasard dans les airs et s’accrocher à bout de bras sur une branche voisine, tandis que l’arbre sur lequel il se trouvait venait de tomber lourdement au niveau du sol. L’albinos soupirait doucement en se disant que ce n’était pas passé loin ! Il jetait un coup d’œil en direction du sol pour remarquer que deux figures humanoïdes se faisait face. L’un d’elle était même désormais debout sur l’arbre ayant chuté, toisant de haut son « adversaire » ( ?). Confus, le forgeron essayait de faire fonctionner ses méninges avant d’entendre un craquement sourd et soudain. La branche sur laquelle il était accroché venait de se briser sous son poids et il chutait à toute vitesse jusqu’au sol. Un grand « boooooom » se faisait entendre alors que la poussière se levait, l’albinos ayant le visage enfoncé dans la mousse et les feuilles tandis que la partie passe de son corps était plus relevé que le reste. Un animal ayant prit peur après avoir marché sur les feuillages et attiré l’attention des deux autres auparavant finissait par s’enfuir et disparaître dans les bois. Weiss grognait légèrement en se redressant lentement, crachant l’herbe qu’il avait avalé et la terre qui était sur sa langue alors qu’il essayait de s’essuyer le visage, avant de remarquer qu’il était pile entre les deux figures qui devaient certainement le toisaient du regard. Déglutinant légèrement, le forgeron regardait à droite et à gauche avant d’afficher un sourire gêné et montrer le fruit qu’il avait en main.

« Euhm… Bonjour !... Vous avez faim ? »



Codage by TAC

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Dino Maker
Points de Puissance : 21 600
Points de Réputation : 22 200
Messages : 280
MessageSujet: Re: Saleté de nature | Feat Manekiel & Weiss   Mar 26 Juin - 15:36

Ah ouais, quand même. Qui que soit la personne moyennement discrète que Drasur venait d'allègrement provoquer, il n'était clairement pas là pour déconner le gars. La piste du simple animal était complètement à écarter donc, puisqu'un profond bruit sourd accompagné du déracinement d'un arbre prouvaient bien qu'il s'agissait de quelqu'un doué d'un minimum de conscience. L'hypothèse d'une personne potentiellement amicale disparaissait également, tout aussi subitement, puisque le gars avait directement prit la mouche et décidé de déballer son service trois pièces pour comparer sa taille avec celui de notre héros. En effet, bien que ce dernier ai adopté un ton loin d'être respectueux, en bon petit con condescendant qu'il était, il n'avait absolument pas provoqué l'inconnu en duel, loin de là. Enfin peut être un peu, mais rien n'aurait empêché cet invité mystère de simplement lui dire qu'il ne comptait pas l'attaquer, sachant que lui même était plus sur la défensive qu'autre chose. Enfin, c'est une chose courante dans le monde des rêves que de faire pendre ses cojones à la moindre occasion et rien ne garantit que si le maker était capable d'arracher des arbres à mains nues il ne le ferait pas à longueur de journée. Si, il le ferait totalement, sans jamais s'arrêter, lançant les troncs sur des handicapés moteur pour rigoler, mais on s'éloigne du sujet. Le mec avec le feu au slip avait donc fait étalage de sa force brute, mais pas forcément de ses talents de tacticien, l'arbre s'écrasant lourdement à un bon mètre du voyageur. Il effectua malgré tout un léger mouvement sur le côté, ne serait-ce que pour être certain de ne pas avoir mal calculé la trajectoire, ce qui aurait été une erreur aussi fatale qu'ironique. S'apprêtant à mettre sa contre attaque en pratique en invoquant son fidèle raptor, Drasur stoppa cependant son mouvement alors qu'il vit l'antagoniste de sa nuit se dévoiler sur le cadavre de l'arbre. Il laissa le mec sortir sa punchline, par pure sympathie et baissa sa garde tranquillement, avant de souffler.

« Oh des barres, un poisson. »

Retenant un rire aussi franc que gras, il montrait malgré tout une absence totale d’agressivité à l'égard de ce fameux poisson et ce pour plusieurs raisons. En premier lieu, le fait de voir un homme poisson en chair et en os l'émerveillait autant que ça l'amusait et le gamin en lui avait milles questions à lui poser, notamment si il pondait des œufs ou non. Deuxièmement, il s'attendait à un de ces fameux voyageurs killers et si il avait en effet fait face à un voyageur, il n'aurait absolument pas réagi de la même manière, sachant qu'une créature peut se trouver ici pour des milliers de raison, contrairement à un voyageur qui aurait une chance sur deux de vouloir le buter pour gonfler son classement, ce que lui même aimait beaucoup faire d'ailleurs. Pour finir, la posture du type, ainsi que son entrée et sa tentative de voix à la Batman puaient la mise en scène à plein nez, prouvant que même si ses intentions étaient hostiles, il n'avait clairement aucune expérience dans l'embuscade. Il se serait contenté de rapidement attaquer sa proie après avoir focalisé son attention sur l'arbre par exemple. C'est donc grâce à tout cela que Drasur passa en mode passif, observant la créature de bas en haut avec un sourire niais tout en s'allumant une clope tranquillement. Il s'apprêtait à envoyer une avalanche de questions à son interlocuteur, mais fut coupé par une apparition aussi soudaine que brutale d'une autre personne encore.

« Oh des barres, un sidaïque. »

Il s'avérait donc que ce coin précis de cette immense forêt était très fréquenté, ce qui était déjà en soi un hasard assez fabuleux. En effet, la chute des cieux d'un gars aussi blanc qu'un cachet d'aspirine, d'où la réaction de Drasur, venait ajouter encore un peu plus de burlesque à la situation. Il n'avait pas non plus l'air d'être spécialement agressif, se contentant de proposer un fruit aux protagonistes de base après avoir galéré à se remettre dans une pose un tant soit peu honorable. Le voyageur secoua d'ailleurs légèrement la tête devant l'offre de l'inconnu, tout en tirant calmement sur sa clope. Il en était à un stade où il ne doutait pas assez pour attaquer à vue, mais n'avait pas spécialement confiance dans ce gars là non plus. On ne peut pas être aussi livide et avoir de bonnes intentions, peut être en fait, sachant que cette expression n'existe absolument pas. Après quelques secondes de silence extrêmement gênant, notre héros prit la peine de le briser en accompagnant son refus d'une réponse réelle, accompagnée d'une question que tout le monde avait probablement sur les lèvres.

« Non ça ira merci. Bon du coup c'est pas très poli hein, mais vous êtes qui bordel ? Et toi t'es un voyageur ou pas ? »

En effet la question se posait effectivement, le nouvel arrivant n'ayant pas spécialement de signes reconnaissables avec sa chevelure mi-longue couvrant intégralement ses oreilles qui étaient pour le maker, la seule manière de différencier les humains des autres. Ça et le fait que certains étaient simplement des poissons, il n'avait pas eu besoin de jeter un coup d’œil à ses oreilles à lui pour être sûr. La scène, aussi surréaliste que possible continuait d'être silencieuse, alors que Drasur attendait patiemment une quelconque réponse, en espérant quand même ne pas se faire agresser. Il était vrai qu'il est d'usage de se présenter avant de demander une quelconque présentation d'autrui, mais bon vu qu'il avait demandé le premier, il considérait qu'il avait fait assez d'efforts pour le moment. Sans compter le fait qu'il n'avait toujours pas attaqué, alors que c'est sur lui que deux inconnus aux couleurs chelous sont tombés et pas l'inverse, c'était déjà une preuve suffisante de bonne volonté pour le moment.

Alors que les secondes passaient, des murmures à peine audibles provenaient d'un peu partout autour du petit groupe de fortune, leur volume augmentant graduellement au fil du temps, jusqu'à qu'il soit impossible pour qui que ce soit ici de ne pas les entendre. Le mystère se leva enfin après que des sortes de ... Farfadets ? Enfin un mélange entre des fées, des lutins et autres petits peuples folkloriques, arborant des petites ailes de libellules, des vêtements en feuille et une taille ne dépassant pas la trentaine de centimètres, surgirent de tous les coins pour venir examiner le cadavre de l'arbre au sol. Leurs mouvements étaient aussi rapides et fluides que des insectes, alors qu'ils continuaient de marmonner entre eux et de constater l'effroyable accident qu'il était arrivé à ce chêne millénaire. L'une des petites bête vint se figer à quelques centimètres du visage de Drasur, tirant la gueule jusqu'au sol, les deux bras sur les hanches, en envoyant un regard accusateur au jeune homme. Se sentant légèrement agressé, il décida de directement se dédouaner de cette connerie.

« Ah l'arbre c'est pas moi frère ! J'suis innocent wallah. »

Alors que les mots du Kouffar sentaient bon l'héritage méditerranéen et son enfance dans une zone disons urbaine, la petite créature fit glisser son regard sur lui, puis sur l'arbre, puis sur lui de nouveau avant de rejoindre ses compatriotes à vérifier l'état du tronc se mourant peu à peu. Ils étaient une bonne douzaine les cons mine de rien et leur présence, bien que très peu effrayante, faisait monter la pression comme il faut chez Drasur, le poussant à discrètement éteindre sa cigarette sur sa semelle avant de la dissimuler dans la poche arrière de son jeans. Si il avait bien appris une chose lors de ses pérégrinations sur le net, c'était qu'à l'instar des féministes et des vegans, il ne fallait surtout pas énerver consciemment des écolos, surtout pas en situation d'infériorité numérique. C'est ce genre de comportements qui ont poussés des malades à cramer des Mcdos, cette bande de sauvage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Armure organique
Points de Puissance : 17 500
Points de Réputation : 8 000
Messages : 56
MessageSujet: Re: Saleté de nature | Feat Manekiel & Weiss   Mar 26 Juin - 21:19

Rapidement, la situation prit une tournure à laquelle Manekiel ne se serait pas attendue. Déjà, que le voyageur n’ait pas une réaction de peur ou d’agressivité était le plus étonnant. Il était vrai qu’ayant passé la majorité de sa vie enfermé et torturé, Manekiel ne connaissait vraiment que ces deux types d’émotions en guise de réponse à une action. Alors voir ce genre… d’apathie chez quelqu’un surpris sincèrement la créature. Sa nature prudente et méfiante le fit rester crampé sur ses positions, indécis de la manière d’agir avec le voyageur qui fixait Mane avec un sourire qu’il ne dissimulait pas. Il ne semblait pas avoir de mauvaises intentions, mais Manekiel était constamment sur la défensive. Le second élément qui surprit Manekiel, le faisant sursauter et reculer de quelques pas, montrant qu’il ne contrôlait absolument rien de la situation, fut l’apparition inattendue d’un troisième personnage à l’équation, qui fit réagir le voyageur à la cigarette d’une manière aussi nonchalante qu’il avait été pour l’homme-poisson. Quant au nouveau personnage de cette histoire, il avait l’air aussi inoffensif que le voyageur, proposant un fruit à ses deux interlocuteurs. Alors que le voyageur refusa poliment l’offre, Manekiel secoua la tête, déterminé, troublé et effrayé. Et si le fruit était empoisonné ? C’était en soit assez peu probable mais Manekiel ne réfléchissait plus quand il commençait à paniquer.

« N-Non… » Réussit-il à balbutier, avant de reprendre un peu ses esprits et de pointer le voyageur fumeur avec un doigt accusateur, « Et je ne suis pas un poisson ! Je suis un HOMME-Poisson ! C’est très important comme distinction ! »

Mais pas le temps de partir dans un débat sur ce qu’était Manekiel qu’un bruit vint troubler le paisible silence de la forêt. Et voilà qu’une 4e personne allait se joindre à l’équation. Ou une 5e… ou alors une 15e, au vu du brouhaha qui semblait se former autour des trois compères. On aurait dit une armée entière prête à s’abattre sur eux, et le ventre de Manekiel se noua. Quoi ?! Eden Island était là ? Mais c’était impossible, ils les auraient senti, et entendu venir, non ? Manekiel fut pris d’une violente migraine qui lui fit se prendre la tête dans les mains. Un sifflement interne rendait tout insupportable et il avait l’impression qu’il allait imploser à chaque instant.

Cependant pour la santé mentale de Manekiel, ce ne fut pas des scientifiques qui firent leur apparition mais des petites créatures sylvestres. Les petites bestioles étaient sûrement apparues à cause de l’arbre et elle semblait déplorer un tel incident. Tandis que l’une des créatures accusait le voyageur, une autre vint faire de même pour l’homme poisson, sauf que contrairement au voyageur qui avait régit plutôt normalement pour un innocent, Manekiel était coupable. Il aurait pu mentir, trouver un moyen d’esquiver tout cela et d’accuser un des deux autres, mais la dose de panique qu’il avait ressenti précédemment revint d’un coup dans son corps et la créature recula avant de chuter lamentablement au sol.

« Pardon ! » Avoua-t-il en reculant contre un autre tronc d’arbre, « J’ai paniqué, d’accord ! Je… je croyais QU’IL allait m’attaquer ! » Dit-il paniqué en pointant son doigt vers Drasur. « Mais je vais replanter les arbres, je le promets ! Au moins 10 ! »

La petite créature le regarda encore, un air clairement furibond sur le visage, mixé avec un peu de satisfaction d’avoir trouvé le coupable aussi rapidement puis alla rejoindre ses congénères, parlant en messes basses afin qu’aucune des trois personnes présentes ne puisse les entendre. Quant à Manekiel, l’apparition soudaine des sortes de farfadets avait déclenché tout ce qu’il avait de pire en lui. Il le savait pourtant, que les créatures de la forêt des rêves étaient très attachés à leurs précieux arbres, non ? Pourtant il en avait quand même défoncé un. Et maintenant, qu’est ce qui allait lui arrivé ? Il allait se faire tuer ? Ou pire, se faire enfermer ? Non ! Manekiel ne retournerait pas dans une cuve.

Le sifflement horrible dans sa tête se fit entendre de nouveau, et l’homme-poisson se prit la tête dans ses mains, la douleur lancinante le faisant souffrir. Il se balançait doucement de gauche à droite, son esprit partagé entre une petite voix lui disant que ça allait aller et une autre lui répétant qu’il était finit et qu’il ne ferait que passer sa vie enfermée.

Pour le RP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Mutation du bras droit
Points de Puissance : 22 000
Points de Réputation : 4 100
Messages : 103
MessageSujet: Re: Saleté de nature | Feat Manekiel & Weiss   Jeu 28 Juin - 16:48


   

   
« Saleté de nature »

   
Feat Drasur et Manekiel

   

L’albinos des forges haussait légèrement les sourcils lorsqu’il observait les réactions assez nonchalantes de ses interlocuteurs. Il avait rapidement remarqué que l’un d’entre eux était un voyageur et l’autre une créature avec les traits d’une bête marine. Aucun d’entre eux ne souhaitait partager le fruit coloré avec Weiss, bah alors ? Il a pas l’air tout frais son petit fruit ? M’enfin, le forgeron passa rapidement à autre chose alors qu’il dû faire face aux interrogations forcées du voyageur qui semblait avoir du mal à se montrer patient. Tout en demandant l’identité des créatures, tout en voulant une affirmation sur le statut de Weiss : voyageur ou pas voyageur ? La réponse était claire : pas voyageur. Par contre, il n’a pas vraiment eu le temps de laisser les mots sortir de ses lèvres que la créature aquatique s’insurgeait face au voyageur en précisant qu’il était un « homme-poisson » et pas un poisson. Ayant chuté plusieurs secondes après que Drasur n’ait interpellé Manekiel, Weiss ne comprenait pas la subtilité de leur échange et se contentait de froncer les sourcils.

Il ne savait pas vraiment comment briser la glace qui commençait doucement à se cristalliser entre eux, une légère goutte de sueur perlant sur sa tempe alors qu’il gardait un léger sourire gêné et que ses yeux vagabondaient de gauche à droite pour observer le statut quo au sein du trio. Décidant tout de même de ranger le fruit dans son sac – vu que personne n’en voulait et que Weiss comptait l’étudier plus tard – plusieurs murmures se faisaient entendre tout autour d’eux, de quoi les surprendre pendant un moment. Ce que ne manquait pas de remarquer l’albinos ces les légers tremblements fréquents chez l’homme-poisson qui avait du mal à tenir en place. Ne se sentait-il pas à l’aise ? Dans un sens ça peut paraître logique, il n’y a pas de point d’eau à plusieurs centaines de mètres à la ronde. Les propriétaires des messes basses se révélaient petit à petit, se dévoilant devant le trio improbable et révélant être des petits êtres de la forêt. Une petite étoile apparaissait dans les pupilles du forgeron alors qu’il observait les fées tourner autour des deux autres pour obtenir des aveux.
Alors que l’une d’entre elles s’approchait de Weiss, l’air tout aussi inquisiteur que les autres qui toisaient du regard le voyageur et l’autre créature, elle fut surprise de voir que contrairement à eux l’albinos s’avançait d’un pas franc et rapide pour se rapprocher et la fixer de ses grands yeux bleus, l’étudiant sous plusieurs angles. Il était agréablement surpris de rencontrer ce genre de créature par ici, se remémorant les quelques histoires que lui avait conté le chasseur il y a quelques heures. La surprise ne l’empêcha pas de rire subitement alors qu’il regardait les fées.

« Haha ! Incroyable, je ne pensais pas en rencontrer aussi vite ! S’il vous plait, pourriez-vous me donner un peu de la poudre relâchée par vos ailes magiques ? C’est très important ! »

Le forgeron affichait un regard déterminé alors qu’il faisait face à l’une des petites êtres qui, en voyant la démarche audacieuse et la demande soudaine de l’albinos, ne pu s’empêcher de l’observer avec de grands yeux avant de devenir rouge comme une tomate et d’exploser comme un volcan. Dans un tourbillon d’émotions elle et plusieurs de ses collègues qui étaient proches réagissaient avec autant de colère et jeter des graines et plusieurs petites branches sur le forgeron. Weiss essayait tant bien que mal de se protéger, ne comprenant pas spécialement en quoi sa demande, bien qu’imprévue, puisse susciter une telle réaction ! Alors qu’il se faisait tirer les cheveux dans trois directions différentes, pincer dans les côtes et sur son bras gauche tout en se faisant mordre le nez, il ne se rendait pas compte qu’une telle requête auprès des fées de ce royaume était équivalent à leur demander de partager un moment intime d’intense plaisir. Ces créatures qui n’avaient pas l’habitude de croiser des mâles aussi maladroits face à elle semble avoir fait exploser en elles la frustration de toute une vie alors qu’elles se défouler physiquement sur lui. Au sens petite violence du terme, et non pas pour un plaisir intime.

Après plusieurs secondes à se plaindre et à s’excuser, tout en se faisant torturer par les petits êtres, ces dernières remarquèrent la réaction effrayée de l’homme-poisson qui semblait se recroqueviller de plus en plus sur lui-même alors qu’il attendait de connaître son sort. Alors que de plus en plus de fées arrêtaient d’embêter Weiss, elles se plaçaient en cercle autour de l’autre créature pour l’observer, se demandant bien plus qu’est-ce qui pouvait bien le perturber autant plutôt que de se demander comment il pourrait les compenser pour l’arbre. L’albinos apparaissait devant l’homme-poisson, ses cheveux en pétards qui partaient dans tous les sens et plusieurs marques de petites griffures et morsures sur sa peau blanche, alors qu’il observait Manekiel avec une expression inquiète.

« Euhm… Tout va bien ? Vous savez, vous n’avez pas à vous sentir aussi mal pour avoir fait tomber un arbre. Ce n’est pas aussi grave que ça en a l… » commençait-il avant de se prendre plusieurs coups derrière la tête qui, accumulés, ressemblait à une bonne claque. Se frottant l’arrière de la nuque en soupirant, il observait les fées qui, en retour face à son regard, faisaient des grimaces et des signes de mort avec leurs mains. Il soupirait avant de se tourner vers l’arbre brisé en deux. Il restait immobile quelques secondes avant de redresser le voile sur son bras droit et laisser les écailles mélangées à une sorte de carapace réfléchir les quelques rayons qui passaient à travers les feuillages des arbres. D’un mouvement sec il plantait ses griffes dans l’écorce et, après s’être bien positionné sur ses appuis, finissait par soulever l’arbre en un seul mouvement fluide. Les fées semblaient surprises de voir une créature à l’apparence aussi fébrile que Weiss réussir un tel exploit. Même si dans les faits elles avaient déjà vu de grandes créatures faire la même chose, rares ont étés les cas avec des personnes au gabarit similaire à lui ! Rapidement, il posait l’arbre droit comme un pic sur le tronc avec qui il ne faisait qu’un il y a moins d’une dizaine de minutes. Le maintenant bien avec ses deux bras – surtout avec son bras écaillé – il faisait signe aux petites êtres magiques d’agir. Bien que mécontentes, elles s’approchèrent de l’arbre brisé en deux au point qui le séparait du tronc et appliquaient leurs petites mains dessus, plusieurs halos de lumières s’échappant de leur paire d’ailes.

« J’ai entendu dire que ces petites créatures faisaient parties des gardiens de la forêt. Leur rôle est de pardonner les erreurs des visiteurs tout en s’assurant de la stabilité du cycle de vie des plantes, des fruits et des arbres de ce royaume. Même si j’avais en tête des êtres bien plus douces dans leur approche, je dois bien avouer qu’elles possèdent toutes une forte affinité avec la nature. »

Au moment où il disait les imaginer plus douces, une des petites êtres atterrissait sur le haut de sa tête et attraper fermement deux des mèches blanches de l’albinos avant de les tirer avec force. Même si cela ne faisait pas très mal ça avait le mérite de lui faire lâcher un rire gêné alors qu’il remarquait les gardiennes réaliser leur tâche et recoller les morceaux brisés de l’arbre. Le bois semblait récupérer toute sa vitalité et ses couleurs alors qu’un léger film vert semble le recouvrir des pieds jusqu’à la cime. Reculant de plusieurs pas, Weiss levait les yeux vers l’arbre de nouveau en un seul morceau alors qu’un sourire satisfait se dessiner sur ses lèvres, la fée debout sur sa tête et lui-même mettant les mains sur les hanches pour observer le résultat. Se rappelant de l’existence du voyageur, l’albinos se tournait dans sa direction et s’approchait avant de lui tendre la main gauche et d’afficher un sourire franc.

« Pardon je ne me suis toujours pas présenté ! Je m’appelle Weiss, et non je ne suis pas un voyageur. Juste un vagabond qui avait la malchance d’être accroché à l’arbre que l’ami par ici a fait tomber. Mais l’arbre est de nouveau sur pieds et tout le monde va bien, donc tant mieux ! Et vous êtes ? »

Son regard balayait à la fois celui de Drasur et de Manekiel, les invitant à se présenter à leur tour, espérant au moins connaître leur nom avant que l’un des deux – ou les deux d’entre eux – ne décident de s’en aller. On savait jamais.


Codage by TAC

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Dino Maker
Points de Puissance : 21 600
Points de Réputation : 22 200
Messages : 280
MessageSujet: Re: Saleté de nature | Feat Manekiel & Weiss   Sam 7 Juil - 23:46

Oh la poukave ! Bien qu'il avait insisté plus tôt sur le fait qu'il était un homme poisson, il ne montrait pas vraiment l'étendue de ses cojones sur le moment, balbutiant que Drasur était la cause de tout ce bordel tout en le pointant du doigt. Mais quel enfoiré, le voyageur hésita de longues secondes à lui annoncer qu'il était plus une femme poisson visiblement, mais réussit à se retenir en se disant que bon, c'était un peu sexiste quand même. Le politiquement correct gagnait donc ce round pour changer, ça faisait du bien de temps en temps. Sans compter que la poiscaille commençait à sévèrement paniquer devant les accusations des petits êtres de la forêt. Wow, il le prenait vachement mal quand même, ça va c'était pas la mort non plus, enfin sauf pour l'arbre lui il était bien mort ouais. Il n'était donc clairement pas de bon ton d'enfoncer la créature en la clashant en plus, qui sait dans quelle genre de panique une telle réplique pourrait l'envoyer ? Toujours silencieux, le maker faisait glisser ses yeux entre les deux créatures, alors que le séropositif tentait une approche différente à l'égard les petites fées. Du harcèlement sexuel, exactement, voilà ce que c'était, rien d'autre. Roulant ses yeux dans leur orbite, Drasur commençait à se demander ce qu'il foutait là, au milieu de cette scène tout aussi loufoque que ridicule, alors que l'albinos se faisait bolosser par les êtres sylvestres dans une recréation presque parfaite d'un des plus gros cliché d'anime. Pourquoi il ne pouvait jamais tomber sur des gens normaux sérieux ?

Ah, un peu d'action ! La frêle créature qui pouvait mourir d'un rhume à tout moment déballa un bras des plus ... Bizarre, avant de chopper le tronc et de le soulever dans le plus grand des calmes. Ah oui quand même, donc la seule personne incapable d'arracher ou soulever un arbre ici était Drasur, c'était plutôt humiliant il faut bien l'avouer. Ah et le gars se mit à faire un petit exposé sur la nature des petites créatures, avec toujours un putain d'arbre dans les mains hein précisons le, ne se laissant pas gêner par le quadruple quintal que pesait certainement le bousin. Après quelques secondes où le taux de wtf à la seconde avait atteint son maximum, l'arbre allait parfaitement bien à nouveau, comme si rien ne lui était jamais arrivé. Sorcellerie ! Alors oui, mais de la sorcellerie efficace, ça compense. Complètement estomaqué et se faisant un peu chier quand même on va pas se mentir, il dégaina une cigarette alors que le sidaïque observait fièrement son travail accompli et que le poisson devait certainement être en position latérale de sécurité ou un truc comme ça. Puis, la politesse fit son grand retour alors que le blanc bec décida enfin de se présenter au plus bronzé, prenant la peine de lui tendre sa main normale. C'était bien sympathique, car Drasur aurait préféré ne pas toucher son bras lépreux, sait on jamais qu'il choppe le sida lui aussi à cause de ça.

« Ah ton prénom c'est littéralement ta couleur de peau je vois, heureusement que t'es pas black ça aurait pu être mal interprété. Moi c'est Drasur, chômeur et génie incompris. Euh ... J'suis en ligue S. C'est ton pote le poisson ? Il a pas l'air bien là. »

Ouais, il venait de lui mentir sans absolument aucun remord ni même une raison valable d'ailleurs. Il s'était rendu compte qu'il était extrêmement simple de mentir sur les choses de ce genre, puis ça fait toujours plaisir de se faire un peu briller face à des inconnus qu'il ne reverrait sans doute jamais, donc tout le monde était gagnant, surtout lui finalement. Les petits êtres sylvestres après avoir bien victimisé le fameux Weiss disparaissaient les uns après les autres dans les fourrés, buissons et autres surplus de végétation cachant certainement une infinité d'insectes et autres conneries dégueulasses. Il ne restait donc plus que nos trois compères, comme des cons au milieu de la forêt. Légèrement inquiet mais surtout plein de curiosité morbide, Drasur prit la peine de s'approcher du poisson en pleine crise d'angoisse histoire de tirer cette histoire au clair et éventuellement de l'aider, sait on jamais.

« Ça va mec ? Tu veux une clope pour te calmer ? Han j'ai une de ces idées, si tu mets une clope dans chaque branchie tu vas être défoncé de ouf, tu veux tester ? »

Accroupi près de la créature, il secouait son paquet pour essayer de le motiver à tenter cette expérience folle inspirée directement d'une vidéo qu'il avait vu sur le net. Bon le poisson dans la vidéo était mort sur le coup mais ça devrait aller pour lui non ? Mais si enfin, un peu d'optimisme, les créatures c'est résistant d'habitude, il était temps de le prouver. Après quelques longues secondes rythmées par la respiration profonde du poisson, un bruit horrible vint résonner dans toute la forêt, se rapprochant subitement du havre de paix du trio. Aussi rapidement que le son strident qu'il émettait, un homme surgit de l'ombre pour atterrir à quelques mètres de Drasur et du poisson. Un regard rapide permettait de constater deux choses : déjà il s'agissait d'un voyageur d'un certain âge, tapant facilement dans la quarantaine avec ses cheveux grisonnants et ses pattes d'oies sur le visage. En second lieu, le bruit horrible provenait de lui, son bras droit étant très littéralement une tronçonneuse en marche. Quelques dents de scie parcouraient également son épaule, montrant directement qu'il était donc un morpheur. Bien trop occupé à admirer ce pouvoir beaucoup trop stylé et de mâchouiller sa jalousie, le maker entendit à peine le petit speech du gars.

« C'est vous qui avez butés mes potes ?! Ça fait des semaines qu'on chasse des débutants dans cette forêt sans aucun souci et là je les retrouve tous en charpies, griffés de partout et morts !! C'est vous hein ? C'est obligé putain !! J'vais vous saigneeeer ! »

Alors que le gars venait de finir son exposition dans la plus profonde des facilités scénaristiques, il s'élança en avant, son bras-tronçonneuse derrière lui, prêt à trancher à peu près tout ce qui passait à sa portée. D'un mouvement vif, Drasur choppa le poisson par le mollet et le tira derrière lui, histoire de le mettre en sécurité, alors que lui même fit un bond en arrière. Les deux étaient hors de portée de l'attaque et n'avaient subis aucun dégâts, ce qui ne fut malheureusement pas le cas pour tout le monde. Dans sa folie destructrice, le voyageur avait tranché sec un arbre, pas n'importe lequel non, oui cet arbre là, la mascotte de la nuit. Dans un bruit sourd, le tronc s'écroula faisant trembler le sol, alors que le mec ne semblait pas prêt à s'arrêter là. Pauvre arbre quand même, il en avait bavé cette nuit, qu'il repose en paix. It's been a looong day, without you my frieeend ♫ ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Armure organique
Points de Puissance : 17 500
Points de Réputation : 8 000
Messages : 56
MessageSujet: Re: Saleté de nature | Feat Manekiel & Weiss   Dim 8 Juil - 16:53

Il fallut un peu de temps à Manekiel pour se calmer, lui qui avait toujours sa tête fourrée entre ses deux mains, la secouant frénétiquement, en espérant qu’il ne retournerait pas dans une quelconque prison obscure pour avoir arraché un arbre. Mais l’action de la créature aux cheveux blancs lui permit de retrouver une attitude moins secoué plus rapidement, lorsque d’un coup sec, il planta son bras dans l’arbre et le remit à sa place. Immédiatement, les petites créature en oublièrent Manekiel et se mirent au travail, afin de réparer l’arbre qui parut bientôt comme neuf. Plus de soucis à se faire alors ? Plus de prison à l’horizon ? Il eut sa réponse alors que les petits farfadets disparurent dans les bois une fois leur tâche accomplie.

Les pieds encore tremblant, Manekiel tenta de se relever doucement, honteux d’avoir eu une telle crise devant des gens qu’il ne connaissait absolument pas, sans succès. Il décida donc de rester assis pour le moment. Cependant, il avait maintenant une certitude, ces deux-là ne venaient pas d’Eden Island et ne semblait pas vouloir de mal à l’homme-poisson. L’albinos s’était présenté, ainsi que le voyageur, il devait donc leur retourner la politesse. S’il n’était probablement pas tué ou enfermé, c’était plus ou moins grâce à eux, après tout…

« Je m’appelle Manekiel. Mais vous pouvez m’appeler Mane. Je… je viens d’Aquarya, et je… me balade un peu partout dans Dreamland. » Dit l’homme-poisson en guise d’introduction. Il n’avait pas menti, simplement pas dit la vérité entière, ce qui était totalement différent. « Je… vous remercie pour avoir réglé le problème de l’arbre, je… il m’arrive de réagir nerveusement pour certaine chose… Mais ça va mieux, maintenant. Mais… Qu’est-ce que vous faites ? » Coupa-t-il en regardant le paquet que le voyageur, Drasur, lui tendait. L’homme lui baragouina quelque chose comme quoi il pourrait être « défoncé de ouf » ce que Manekiel ne comprit guère. En guise de réponse, l’homme-poisson secoua nerveusement et poliment la tête repoussant le paquet d’une de ses mains.

Cependant, le repos fut de bien courte durée alors qu’un bruit sourd  à côté de Manekiel vint troubler les nouvelles présentations. Un voyageur assez âgé muni d’un bras-tronçonneuse venait de faire son entrée tout en couleur. La première crainte du poisson fut que ça soit un scientifique d’Eden Island ou quelqu’un à la recherche de Manekiel, mais la personne ne semblait pas le reconnaître. Il en déduit donc qu’il n’avait aucune idée de l’existence de la créature et cela lui convint pour le moment. Cependant, l’homme semblait plus qu’en colère, accusant les trois personnes d’être responsables de la mort de ses compagnons de route. Manekiel plaidait innocent. Il n’avait rien fait ! Il lui arrivait certes de parfois… S’emporter lors d’un vent de panique, mais il se souviendrait avoir perpétrer un tel massacre !... N’est-ce pas ?

Mais pas le temps de se défendre que le voyageur fou avait déjà lancé sa première attaque. Si Drasur ne l’avait pas attrapé par le mollet et tiré en arrière avec lui, il serait mort à l’heure qu’il est. Ce qui était encore le cas du malheureux arbre. Intérieurement, Manekiel supplia pour que les petits farfadets reviennent se venger sur l’homme-tronçonneuse, bien sûr, ses petites saloperies ne se montrèrent pas !

S’appuyant sur Drasur pour finalement se relever, la petite dose d’adrénaline donnée par le voyageur suffisante pour remettre Manekiel sur pieds, Manekiel regarda leur adversaire. Il avait l’air dangereux, mais sans stratégie de combat. Si les trois compères bossaient en équipe, il n’aurait probablement aucune chance. Le problème, c’est que s’il serait capable d’encaisser les coups, Manekiel savait que la tronçonneuse  serait trop tranchante pour son corps, surtout si l’homme touchait une de ses cicatrices. Il regarda vers Weiss voir si l’albinos allait bien, ce qui semblait être le cas et regarda Drasur, le seul qui était à portée de sa voix sans que leur ennemis communs ne les entendent :

« Je peux le mettre K.O. d’un coup de poing. » Confia Manekiel, « Cependant, j’ai besoin qu’il oublie mon existence pour le prendre par surprise. Pas envie de me retrouver avec un bras coupé. Si toi et l’albinos, Weiss, vous l’occuper, je pourrais le finir avec ça ! » A ces mots, il durcit son point et prit le poignet de Drasur pour lui faire sentir la dureté avec lequel le poing rencontrerait le visage de l’homme, « Il se relèvera pas avant un bon moment, avec ça. A moins que tu ais une meilleure idée, mais crois-moi, j’ai à faire, et je ne mourrais pas ici ce soir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Mutation du bras droit
Points de Puissance : 22 000
Points de Réputation : 4 100
Messages : 103
MessageSujet: Re: Saleté de nature | Feat Manekiel & Weiss   Mar 10 Juil - 16:35


   

   
« Saleté de nature »

   
Feat Drasur et Manekiel

   

Drasur serrait la main gauche de l’albinos tout en semblant garder un œil sur l’autre bras de ce dernier. Weiss affichait un sourire assez léger alors qu’il ne cherchait pas à pousser le sujet plus loin, préférant ce tourner vers l’homme-poisson qui se présentait sous le nom de Manekiel. Une créature venant d’Aquarya, le forgeron trouvait ça intéressant. Le royaume de l’eau était probablement l’un des plus influents dans Dreamland et ce n’est pas uniquement à cause du caractère assez autoritaire de la reine, non. Cela tenait davantage au fait qu’il existait de nombreux royaumes liés aux mers et autres océans et que l’environnement se retrouve être le meilleur avantage des habitants qui y vivent face aux envahisseurs. Du moins c’était comme ça que le voyait Weiss, même s’il ne connaissait pas tous les rudiments de la guerre ou toutes les astuces que pourraient employer certains pour palier à ce genre de désavantages. En tout cas Manekiel semblait être devenu plus calme tout d’un coup, ce qui était rassurant aux yeux de l’albinos, c’était difficile de traiter avec une personne qui est en panique.

Weiss voyait le voyageur, apparemment de la « Ligue S » - quoique cela veuille dire, l’ermite n’était pas encore à l’aise avec le système des voyageurs – qui proposait à Manekiel de fumer. Le forgeron trouvait Drasur assez amusant, à sa manière. Il semblait en décalage comparé à une créature comme l’homme-poisson ou Weiss ici présent. Même face à la présence des fées de la forêt ou d’un arbre qui lui tombait dessus, il arrivait à garder une sorte de calme qui est rarement visible chez la plupart des gens. L’albinos préférait ne pas s’interposer dans leur échange, les observant calmement, du moins jusqu’à ce qu’un bruit strident ne fasse écho dans les bois et finisse par alerter le trio. Weiss pouvait voir arriver un homme relativement âgé, une sorte de tronçonneuse ayant remplacé son bras et qui commençait à menacer la première personne qu’il croiserait : c’est-à-dire le groupe Weiss-Drasur-Manekiel. Le voyageur semblait persuadé qu’ils étaient responsables de la mort de ses compagnons… Dans le cas de Weiss c’était difficilement envisageable, déjà parce qu’il ne se résoudrait jamais à tuer quelqu’un, et surtout parce que le voyageur de la Ligue S et Manekiel sont les premières personnes qu’il a rencontré en entrant dans cette forêt.

L’albinos espérait pouvoir placer quelques mots mais le voyageur à la tronçonneuse ne lui laissa pas le temps de s’exprimer, privilégiant l’agression à la discussion alors qu’il attaquait Drasur et Manekiel. Toujours maître de son sang-froid, le voyageur à la cigarette tirait la créature sur le côté pour esquiver l’assaut, l’étranger finissant par attaquer sans aucune retenue l’arbre qui venait tout juste d’être remis sur pieds… La mâchoire de Weiss ne pouvait s’empêcher de tomber, au même titre que l’arbre qu’il esquivait de peu et qui s’écroulait à côté de lui. Pourquoi fallait-il que cet arbre se fasse agresser de cette manière ? Etait-ce son destin de finir ainsi ? Une goutte de sueur froide coulait le long de la tempe du forgeron alors qu’il se demandait bien si tout cela n’était qu’une blague. Une prank qui tournerait mal en somme. Mais au-delà des expressions qu’il ne pouvait pas comprendre, il voyait Manekiel proposait rapidement un plan pour neutraliser l’homme, se montrant bien insistant sur le fait qu’il n’avait pas envie de mourir ici. Fronçant les sourcils, Weiss secouait légèrement sa tête à l’attention de l’homme-poisson avant de lui répondre calmement :

« Attendez, il n’y a peut-être pas besoin d’en arriver à de telles extrémités. Ca se voit que ce pauvre homme est confus, si on se montre agressif ça pourrait très mal tourner. Restez-là, je vais aller lui parler. »

L’albinos décidait d’emboîter le pas vers l’homme qui semblait frapper du poing à plusieurs reprises contre sa tronçonneuse pour la redémarrer. Il remarquait bien à quel point l’homme était couvert de sueur et était sale, comme s’il avait retourné la moitié de la forêt pour essayer de trouver le responsable de la mort de ses camarades. Weiss levait lentement les mains dans sa direction et indiquait à l’homme d’essayer de se calmer.

« Monsieur ? Je crois que vous n’allez pas très bien, vous êtes sûrs que vous ne voulez pas reprendre votre souffle et nous expliquer calmement ce qui se passe ? »

« TA GUEULE LE BLANCO ! Je sais que c’est vous qui avez tué Charlie et Hebdo ! C’était mes potes et même s’ils faisaient des blagues borderlines ils méritaient pas ce qui leur est arrivé ! »

« Je pense qu’il y a erreur sur la personne, monsieur ! On peut peut-être trouver une solution ensemble, vous ne voulez pas ranger votre tronçonneuse ? »

« JAMAIS ! » hurlait-il en postillonnant avant de refaire démarrer sa tronçonneuse et attaquer le forgeron.  Sentant la menace arriver à vitesse grand V, l’albinos se mettait en position de combat. Fronçant les sourcils, Weiss s’armait de patience afin d’attendre le dernier moment avant que son visage ne rencontre la tronçonneuse pour faire un pas de côté, esquivant l’objet métallique et passant l’une de ses mains contre le dos de l’homme pour le pousser davantage dans son avancée, tout en mettant son pied en travers des siens pour littéralement le faire tomber par terre. L’albinos essayait de faire attention au bras tronçonneuse de l’homme car c’est sans aucun doute qu’une telle attaque pourrait lui déchirer la peau, sauf s’il utiliser son bras droit pour se défendre. Le voyageur peinait à se relever avant de se tourner vers le forgeron et pester contre lui plusieurs insultes avant de retourner à l’assaut. Weiss se demandait bien comment il allait bien ramener à la raison cet homme tourmenté…


Codage by TAC

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Dino Maker
Points de Puissance : 21 600
Points de Réputation : 22 200
Messages : 280
MessageSujet: Re: Saleté de nature | Feat Manekiel & Weiss   Lun 23 Juil - 3:45

Wow, c'est vrai que Manekiel était dur, extrèmement dur même. La scène avait d'énormes relents d'introduction de porno, qui demande à quelqu'un d'autre de constater sa dureté ? C'est chelou quand même, puis qu'est ce qui lui faisait croire qu'avoir un poing dur changerait quoi que ce soit ? Certes ça ferait plus mal, un coup de batte en mousse fais moins de dégâts qu'une batte en bois il faut bien l'avouer, mais tout de même, un peu de sérieux. Mais Drasur s'en fichait un petit peu, il avait décidé de rester calme cette nuit, c'est que s'énerver constamment commençait à doucement le fatiguer, il était temps de chill. Alors il se contenta d'un sourire à moitié gêné, se demandant si le poisson n'allait pas lui faire les fesses dans les secondes qui suivraient le combat, se préparant à répondre positivement à la requête de la créature. Après tout, si il y avait bien une chose qu'il faisait bien en tant que maker, c'était d'attirer l'attention de potentiels ennemis sur ses invocations. C'était d'ailleurs comme ça qu'il se battait dans ce monde, se basant sur le surplus d'information chez l'ennemi et les coups de bluff, ce qui marchait plutôt bien jusque là, à voir jusqu'où cela dit. Mais non, au lieu de pouvoir s'avérer utile en se contentant d'une petite invocation ou deux, le sidaïque avait décidé de vivre dans un monde de marshmallow et d'arc-en-ciels et de tenter de calmer le jeu. Le con. Enfin bon, il constata rapidement que la vie c'était pas un kiwi non plus hein et le morpheur au pouvoir infiniment plus bourrin que celui de notre héros se jeta à l'assaut de la créature. Il méritait quand même.

Les deux effectuèrent quelques passes, alors que le voyageur se cassa la gueule comme le loser qu'il était, avant de bien gueuler. Il faisait un peu chier le gars mine de rien, surtout si on considère le fait qu'il avait à nouveau tué l'arbre sacré de l'amitié, puis il faisait énormément de bruit surtout, ça commençait à doucement taper sur le système du maker. Surtout que le vagabond n'avait pas trop l'air de vouloir en terminer rapidement, il devait certainement se triturer l'esprit pour trouver une solution pacifique à tout ce merdier. C'est en tout cas ce que son expression laissait paraître, il avait une bonne tête de niais, mais peut être que c'était sa maladie qui le fatiguait qui sait, il ne devait sans doute plus lui rester beaucoup de temps dans ce bas monde. Il n'empêche qu'il était temps de le buter ce type, mais pas pour Drasur non, il considérait que si bras-lépreux-man s'était imposé il devait désormais l'assumer, puis il avait un peu la flemme surtout. S'allumant une clope tranquillement, il lança alors à poisson-man.

« Bah si t'attendais une distraction pour l'attaquer en traître tu l'as là hein, tu peux lui mettre une bonne gifle de cow-boy bien dure dans le pif je pense. »

Il s'adossa alors sur un arbre derrière lui, appréciant tranquillement le doux arôme de cancer de sa cigarette. Il observait le combat toujours en cours entre la créature et le voyageur, ce dernier faisant passer sa tronçonneuse d'un membre à l'autre, témoignant d'une maîtrise de son pouvoir assez avancée tout de même, sans compter la classe inhérente de ce dernier. Comme quoi, entre le morpheur carton qu'avait croisé Drasur dans la première zone et ce mec là, il y avait une véritable hiérarchie dans les pouvoirs qu'accordait ce monde cruel. Les inégalités sont donc bien plus profondes ici que dans le monde réel, ce qui veut dire beaucoup, c'était un peu déprimant quand on y pensait. Mais bon, il n'avait pas de temps de cerveau à accorder à de telles futilités, il était temps pour lui de se rendre un minimum utile. Ah non, il n'allait pas bouger, mais distraire un adversaire ne nécessite pas forcément de l'attaquer, il suffisait qu'il baisse un peu trop sa garde et il pouvait se prendre une droite de lépreux et une gauche de poisson qui le calmerait suffisamment pour qu'il ferme enfin sa gueule. Il était temps de sortir ses techniques de bluff les plus intelligentes.

« Hé l'bûcheron, t'sais moi j'suis Charlie hein, j'suis triste pour tes potes. Mais là tu t'attaques à un seigneur cauchemar, son lord et un voyageur de la S pélo. Tu penses vraiment que t'as une quelconque chance ? Nan mais parce que le oneshot peut arriver à tout moment hein. D'ailleurs t'es dans une illusion depuis avant... En fait tout ça c'était un rêve, c'est euh ... La matrice ouais, t'as pas remarqué que l'arbre avait glitché quand tu l'a coupé ? Bah ouais mec c'est une simulation, c'est un jeu, nan une fanfic, bref t'existes pas parce que ...
- MAIS TA GUEULE !
- Ouais ok j'avoue j'ai forcé my bad. Par contre là j'mytho pas, il y a un truc derrière toi ! »

Le bluff était très moyen quand même, heureusement que le mec avait une dent contre le blanc bec, sinon il aurait pu attaquer Drasur pour se venger de ce speech de merde. Malgré tout, il espérait avoir assez attiré son attention pour que l'un de ses deux compère de galère puisse lui arracher le cœur, ou juste lui mettre une droite ce serait déjà bien. Puis, sortant de nulle part, une tête de chat surgit du côté de l'arbre qui servait de siège de fortune au maker, avec une bouille rousse toute mignonne. Il laissa son regard glisser un peu partout sur la scène puis se retourna vers notre héros, des étoiles dans les yeux.

« Maouw c'est vrai que tu es classé dans la spéciale monsieur ?
- Euuuh ouais bien sûr ouais ! J'suis ... Soixante neuvième ! Impressionnant hein ?
- Oh Mawouuuh parfait ! Et c'est vrai que l'un de tes amis est un seigneur ?
- Ouais bah ouais, tu vois le blanc là ? C'est le seigneur du sida ! Tu connais le sida ? C'est une grosse maladie hein attention ça existe pour les chats aussi, le mien il l'a le sida des chats par exemple c'est chaud.
- Maouuuuw et le lord ? C'est le monsieur qui se bat avec le seigneur ?
- Nan c'est un autre mais il est pas loin là, c'est le lord du seigneur ouais, il le protège et tout, enfin tu sais ce que c'est un lord t'façons.
- Ça veut dire que vous êtes forts ! Merci miaousieur ! Il faut que je prévienne sa seigneurie ! Maooouw à tout à l'heure !
- Sa seigneu' quoi ? Ah bah salut du coup hein. »

Le petit chat trop mignon disparut alors aussi rapidement qu'il était arrivé dans le buisson d'où dépassait sa petite tête toute mignonne. Drasur continuait de fumer tranquillement en se disant qu'il aimait vachement mentir quand même, même dans ce genre de situation où ça ne lui apporte pas grand chose au final, ce petit rush d'adrénaline qui se libérait en lui à chaque information erronée qu'il lâchait était très agréable. Sans compter que là, rien ne viendrait plus tard pour le faire regretter d'avoir menti de cette manière n'est-ce pas ? Mais non, si les actes avaient des conséquences ça se saurait enfin ! Bon c'est pas tout ça mais ils ont terminés les créatures là ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Armure organique
Points de Puissance : 17 500
Points de Réputation : 8 000
Messages : 56
MessageSujet: Re: Saleté de nature | Feat Manekiel & Weiss   Lun 27 Aoû - 11:34

Manekiel se demanda quand même s’il n’était pas tombé sur une bonne grosse brochette de losers quand même. Entre celui qui voulait trouver une solution pacifique avec un mec qui voulait les tronconner sans raison valable (Enfin, si, la mort de ses amis et Manekiel pourrait presque compatir à son malheur et son désir de vengeance s’il n’était pas l’une de ces cibles) et l’autre voyageur qui ne voulait rien en avoir à foutre de tout ça, l’homme-poisson n’était pas aidé. Mais il devait rester calme et ne pas laisser parler ses nerfs, du moins, pas sur les deux autres. S’il devait bien s’énerver un bon coup, ça devait être sur l’homme-tronçonneuse. Il se dit qu’en imaginant la tronche de Drasur sur son ennemi, ça allait peut être vachement l’aider quand même. Mais non, il devait rester courtois, sinon ça se finirait en massacre. Ou en PLS. La vie est pleine de surprise, après tout.

Poussant un long soupir de frustration, Manekiel se frotta le visage pour que presqu’immédiatement après, son poing rencontre celui de l’homme-tronçonneuse. Immédiatement après, Manekiel se sentit étrangement mieux, comme libéré. Comme quoi, taper dans des trucs, humains ou non, ça fait quand même un bien fou. Son ennemi recula de quelques pas, quand même bien surpris de s’être pris un mur de brique dans la figure. Seulement quelques pas ? La vache il était résistant le bougre. Les neurones qu’il devait avoir en moins étaient remplacés par un système de défense incroyable. Enfin ça a eu pour effet d‘énerver bien le mec qui avait maintenant décidé de ramener toute son attention sur Mane. L’homme-poisson pourrait très bien transférer toute la capacité de sa peau sur son corps, mais face à une tronçonneuse, il ne ferait pas long feu, surtout s’il touchait ces cicatrices. La meilleure stratégie pour le moment était d’éviter la tronçonneuse. Bien que le scénario parfait aurait été de ne pas l’énerver du tout.

« Alors toi, le poisson pané, je ne vais pas te rater ! » Hurla le dégénéré en brandissant son arme et la faisant rugir, ce qui fit déglutir Manekiel. Il n’avait pas subi d’expériences impliquant des tronçonneuses à Eden Island, Z voulant qu’il reste un tant soit peu vivant pour ses recherches. Ce qui allait lui permettre de garder au moins son esprit plus ou moins sain pour le combat. Ce qui était une bonne chose pour lui et toutes les personnes présentes ici. Le voyageur fonça tête et arme baissées sur l’homme-poisson, un peu livré à lui-même il fallait le dire. Il n’était pas finaud et pas un fin stratège et Manekiel pu esquiver sans vraiment de problèmes. Tel un bon boss de jeu vidéo, l’homme-tronçonneuse se mangea un arbre un peu plus loin qui ne tomba pas, fort heureusement car cela aurait encore plus énervé les farfadets des forêts. Et on ne veut pas énerver les farfadets des forêts, n’est-ce-pas ?

Une nouvelle occasion pour Manekiel de prouver la compétence de ses poings. L’homme-poisson fonça sur le voyageur et lui grimpa sur le dos avant de bourrer son ennemie de coups répétés sur le crâne. Le voyageur avait la tête dure, mais il finirait bien par abandonner face à la suprématie bleutée de Mane. Ses poings surtout en fait.

Finalement après un bon moment de coups et d’insultes poissonnières en tous genres, le voyageur finit par tomber, mort ou simplement sonné à vous de faire vos interprétations. Les paris sont ouverts. Quant à Manekiel, il s’écroula sur le sol à côté du voyageur, complètement épuisé.

« J’en… j’en ai fini pour aujourd’hui » Souffla-t-il. Maintenant, il avait vraiment envie de dormir. la grande vengeance attendrait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Mutation du bras droit
Points de Puissance : 22 000
Points de Réputation : 4 100
Messages : 103
MessageSujet: Re: Saleté de nature | Feat Manekiel & Weiss   Dim 9 Sep - 20:26


   

   
« Saleté de nature »

   
Feat Drasur et Manekiel

   

Bon, la stratégie de discuter pacifiquement n'a pas tant fonctionné que ça, au lieu de calmer les ardeurs du voyageur l'albinos n'a fait que rajouter de l'huile sur le feu, malgré ses efforts. Weiss se retrouvait dans une situation assez gênante, il n'avait pas envie de blesser l'homme confus et perdu mais ce dernier était plutôt menaçant avec son pouvoir. Le forgeron décidait donc de patienter d'observer pour le moment, esquivant de peu certaines attaques crues et téléphonées du voyageur qui se contentait de faire de larges swings avec son bras tronçonneuse. L'ermite repoussait à plusieurs reprises le bras transformé du voyageur en se servant de son propre bras muté, plusieurs étincelles volant à chaque fois que Weiss déviait l'attaque, bondissant en arrière à plusieurs reprises afin d'éviter un coup dangereux où l'homme changerait de bras pour déployer sa tronçonneuse.

C'est donc face à la distraction de Drasur que l'autre créature du groupe, Manekiel, fonçait pour s'engager dans un combat… Ou plutôt un échange de coups assez acharnés et sans réelle technique à l'appuie. L'albinos fronçait les sourcils alors qu'il observait le tout se dérouler sous ses yeux, se demandant si c'était comme ça que l'homme-poisson compter régler ça en un simple coup unique… A part prendre le risque de se blesser, de s'épuiser et de blesser gravement la personne en face, on peut pas vraiment que c'était l'idée du siècle. Surtout quand Manekiel grimpa sur le dos du voyageur pour le frapper à plusieurs reprises sur la tête, ce qui poussa Weiss à intervenir après que la créature ait frappé plus de 5 ou 6 fois. Il saisissait fermement le bras de l'homme-poisson et le tirait sur le côté pour qu'il arrête le bashing inutile, s'assurant bien que le voyageur à la tronçonneuse était bel et bien K.O.

- Je ne pense pas que c'était nécessaire d'en arriver là… Bref, il ne fera plus de mal à personne pour aujourd'hui.

Weiss ne relevait pas le commentaire de Manekiel à propos d'en avoir fini pour aujourd'hui, est-ce que c'était une personne qui s'imposait comme objectif de tabasser quiconque croiserait sa route ? Plutôt dangereux comme personnage, l'ermite garderait un œil par-dessus son épaule afin de protéger ses arrières, on ne savait jamais. Le forgeron soulevait délicatement l'homme inconscient pour le poser contre un arbre proche, trouvant plus approprié de l'installer confortablement ainsi plutôt que coucher par terre. Il observait sous plusieurs angles la tête de l'homme et malgré le sang, il estime qu'il n'a pas de blessures pouvant atteindre à sa vie… C'était déjà ça. Se redressant, il se tournait en direction de Manekiel et Drasur afin de faire part de ce qui trotte dans sa tête depuis l'intervention du voyageur à la tronçonneuse.

- Si quelqu'un ou quelque chose a tué ses amis, il est probable que l'on soit nous-même en danger. Ce serait probablement plus sûr de se déplacer en groupe, sait-on jamais…

A peine avait-il fini sa phrase que les buissons un peu plus loin se mirent à s'agiter, alertant immédiatement le forgeron qui se tournaient vers eux, prêt à réagir à n'importe quoi de dangereux qui puisse en sortir…


Codage by TAC

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Dino Maker
Points de Puissance : 21 600
Points de Réputation : 22 200
Messages : 280
MessageSujet: Re: Saleté de nature | Feat Manekiel & Weiss   Dim 23 Sep - 20:12

« Haha il a dit poisson pané, comment j'aurai pas aimé ! »

Finalement, c'est quand même vachement reposant et sympa de ne pas participer aux combats. C'était une première pour Drasur qui d'habitude saute sur tout ce qui bouge comme le bel attardé qu'il est. Il commençait à bien apprécier ce parti pris de rester calme et spectateur, de se reposer tranquillement sans forcément risquer sa vie constamment. Ça lui changeait bien et même si il pouvait passer pour "le mec inutile du groupe qui fait des remarques de merde sur le côté", ça lui allait très bien pour le moment. Et puis bon, on va pas se mentir, si il pouvait éviter de perdre un bras à cause d'un coup de tronçonneuse mal esquivé, il ne cracherait pas sur l'occasion. Le poisson déchaînait une violence assez inouïe, enchaînant les patates comme un forain désabusé. C'était impressionnant à regarder, ça devait beaucoup plus l'être à le vivre. Si le cerveau du mec n'était pas encore liquide c'est que c'était un sur-homme. Enfin, il s'écroula assez rapidement de toutes manières, suivi de près par l'homme poisson visiblement exténué. C'était le sidaïque qui mit fin au massacre d'ailleurs, prouvant bien sa mentalité orientée pacifisme, histoire d'éviter une mort inutile. C'était un peu niais mais noble, comme quoi tout le monde n'est pas forcément une machine à tuer dans ce bas monde. Ça redonnait espoir au maker, même si il était quand même un peu dégoûté de ne pas pouvoir mettre le coup final comme il l'avait prévu. Mine de rien, c'était important pour lui ! Les voyageurs doivent faire ce qu'ils peuvent pour grimper les classements ! Et sécuriser un kill était une de ces manières. Enfin bon, il valait mieux ne pas attiser des tensions, le blanc bec ne semblant pas vraiment être un faiblard donc il valait bien mieux le garder de son côté.

« Franchement c'était quand même un peu nécessaire, j'veux dire quand t'as tenté la voie de la gentillesse il t'as envoyé chier, il y avait pas trente six milles solutions là. D'ailleurs bien joué Panediel ! Nan attend c'est pas ça ... Ariandel ? Nan euh ... Mais bien joué mec ! »

Le lépreux présumé prit alors soin de déplacer le corps inerte du voyageur et le plaça contre un arbre, ah oui donc le mec ne faisait pas semblant, il était vraiment profondément bon. Comme quoi on ne peut plus se fier aux apparences, même les blancs peuvent être gentils ! Il proposa d'ailleurs dans la foulée qu'ils se déplacent en groupe, ce qui était une sage idée. Le mec à la tronçonneuse recherchait visiblement quelqu'un de dangereux, ce qui pourrait être à peu près n'importe quoi dans cette foutue forêt. Du voyager killer de base au monstre gigantesque et affamé, traîner ensemble ne semblait donc pas si fou. Et puis pour une fois que Drasur n'avait pas spécialement envie de se battre avec des gens qu'il vient de rencontrer, ce serait bête de ne pas en profiter pour maximiser ses chances de survie. Prit par un élan d'amitié assez fou, il attrapa la main du poisson pour l'aider à se relever. La créature marine ne lui avait rien demandé, mais c'est à ça qu'on reconnaît les vrais amis : ils vous aident sans que vous n'ayez besoin de leur demander ! Bon ça lui ferait peut être plus chier qu'autre chose et il y a des chances qu'il voulait peut être encore se reposer quelques minutes, mais bon maintenant il est debout c'est trop tard oh !

« Ouais t'as raison Wei ... Oh putain mais on est des aimants à emmerdes ou quoi ?! »

En effet, ils l'étaient, une flèche se plantant dans l'arbre au dessus du voyageur inconscient, provenant de fourrés environnants. Quelques secondes plus tard, une bonne dizaine de chats surgirent d'un peu partout autour du petit groupe improvisé. Ils ressemblaient à des soldats de fortune, tous armés et équipés, leur équipement incomplet étant complété par des bouts de bois et autres feuilles. Leur peintures de guerre un peu partout sur leur fourrure indiquait qu'ils n'étaient pas que de passage ici et qu'ils devaient être adeptes de la guérilla. Ils ne semblaient pas trop vouloir déconner les mecs et encerclèrent rapidement le quatuor afin d'empêcher toute fuite. Les archers les fixaient alors que ceux qui portaient des armes blanches se tenaient prêts. L'un d'eux, un chat visiblement plus gradé que les autres au vu de son équipement moins sauvage, s'avança vers le petit groupe et prit la parole.

« Nous traquions ce voyageur depuis quelques temps déjà, il était le seul élément de son groupe encore en vie, il est une menace pour cette forêt et pour nos troupes. Nous allons le tuer désormais, veuillez ne pas vous interposer. Nous avons à discuter avec vous lorsque ce sera fait. »

Wow, le mec n'était pas là pour tisser des perles. Dans le principe, Drasur était d'accord avec lui, le meilleur moyen de se débarrasser d'un emmerdeur c'est quand même de le buter on va pas se mentir. Mais en même temps ... Nan, ils n'avaient clairement pas le droit de sortir de nulle part et s'accaparer les efforts de nos héros ! Bon plus de Manekiel et Weiss que de Drasur certes, mais quand même, il était là, il a un peu participé ! Les archers bandaient leurs arcs, histoire d'en terminer avec monsieur tronçonneuse, mais le maker décida de foutre la merde. Rien à foutre de la situation compliquée dans laquelle il se trouvait, du danger ambiant, de la tension à deux doigts d'exploser : ce kill était à lui. Il invoqua ainsi rapidement Rexouille qui apparut dans le creux de sa main droite et l'envoya droit vers la gorge du voyageur inconscient. Le bébé tyrannosaure, toutes dents dehors, les planta immédiatement dans la gorge fragile du type. L'intégralité du bataillon présent tourna ses armes vers le Kouffar, le gradé dégainant son épée dans la seconde.

« Wooooow calmez vous les gaaars, je l'ai juste buté tranquille. Parce que c'est nous qui l'avons mis dans cet état et que c'est notre kill, ça se fait pas de venir voler l'exp comme ça. Là c'est bon on est quittes, vous pouvez vous barrer, la bonne soirée à vous ! »

Ok là ça semblait être la merde, le gradé n'avait visiblement pas trop apprécié le coup de poker du maker et avait en sa main la capacité de le cribler de flèches au moindre ordre. La tension était palpable et le petit groupe semblait quand même mal parti. Surtout qu'une question demeurait : qu'est ce qu'ils leur voulaient ? Le chef des chats avait bien précisé vouloir discuter avec eux, mais par rapport à quoi ? Quelles étaient leurs intentions ? Si ils sont des protecteurs de la forêt à l'instar des petites fées d'auparavant, le trio serait dans une belle mouise. A moins qu'ils ne soient là par rapport à ce que Drasur avait raconté au petit chat mignon avant ? Ah ça c'était extrêmement probable, rapport au fait qu'ils étaient des chats aussi, il ne devrait pas y en avoir tant que ça dans cette forêt normalement. Le mystère demeurait pour notre héros totalement incapable de déduire pourtant assez simplement ce qu'il allait se passer. Là, pour la première fois de la nuit, il était content que Weiss le pacifique soit de son côté, il pourrait bien les aider si il fallait négocier. Ou sinon ça partirait en grosse bagarre générale et Manekiel pourrait bien s'avérer utile aussi. Dans tous les cas, c'était la merde, alors que Rexouille mâchouillait les restes du voyageur mort depuis quelques temps déjà, cette brave bébête.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Armure organique
Points de Puissance : 17 500
Points de Réputation : 8 000
Messages : 56
MessageSujet: Re: Saleté de nature | Feat Manekiel & Weiss   Ven 28 Sep - 10:53

Pas le temps de se réjouir sur sa victoire (même s’il était trop crevé pour s’en réjouir en fait) que Manekiel se fit tirer sur le côté par l’albinos, qui ne semblait pas content que ce dernier ait tabassé l’homme qui voulait tous les tuer. Quelle ingratitude, tout de même. Il lança un regard à Drasur et soupira avant de répéter son nom, lassé. Manekiel, c’est pourtant pas dur à prononcer, non ?

Cependant, Weiss souleva un poing intéressant, celui de qui avaient tué les amis de ce pauvre bougre. Il proposa de se déplacer en groupe. Afin de contrer la potentielle menace qui planait sur eux, afin de ne pas terminer comme ce voyageur et ses amis. Manekiel hocha la tête alors que les buissons se mirent à bouger. Bon, techniquement, ils pouvaient affronter le danger, ils étaient en groupe, mais ça ne voulait pas dire qu’ils étaient saufs pour autant. Surtout que bon, d’abord les fées, puis le voyageur/tronçonneuse, ensuite un putain de buisson qui bouge… Manekiel poussa un gros soupir un peu désespéré.

« S’il vous plait, pas encore ! » geignit-il alors qu’une flèche se planta juste au-dessus de la tête du voyageur inconscient, que Weiss avait trainé contre un arbre. L’homme-poisson poussa un petit cri aigu alors que des tas de chats arrivèrent et encerclèrent rapidement le groupe, un vrai guet-apens, quoi. Manekiel sentit une boule au ventre se reformer et pria pour que ça ne dégénère pas, il en avait déjà marre et pourtant, ça ne devait pas faire longtemps qu’ils étaient arrivés.

Le chef de ce qui semblait être la troupe de petits chats sauvages s’avança devant le trio et leur intima de ne pas s’interposer, qu’ils devraient parler avec eux une fois cela fait. Quelque chose de Manekile voulait très bien faire après avoir tabasser le voyageur. Plus d’emmerdes, et il partirait bien assez vite…

Mais bien sûr, ce n’était pas du goût de Drasur qui invoqua un petit dinosaure qui se jeta à la gorge du voyageur, finissant de l’achever ; Un geste préventif certes, mais qui foutait bien la merde en somme, puisque le groupe de chats sauvageons retournèrent leurs armes vers Weiss, Drasur et Manekiel. Laissant place au stress, sans pour autant craquer, Manekiel dit d’une voix un peu brisée par l’émotion :

« MAIS QU’EST-CE QUE TU AS FAIT, ON ALLAIT ENFIN S’EN SORTIR ! » Cria-t-il plus fort qu’il ne l’aurait dû. Et voilà, maintenant, il devait s’occuper d’un AUTRE problème. De plus, Manekiel n’avait pas du tout envie de devoir se retaper une autre bagarre, très peu pour lui. Il fallait réussir à calmer la troupe avec un peu de jugeote et de jolis mots, en espérant que ça passe. S’avançant de quelques pas, son front encore perlé de sueur par la bagarre et la peur que venait de lui faire avoir Drasur :

« Ecoutez, on veut pas d’emmerde, nous. » Tenta l’homme-poisson, « On s’est occupé de ce gars parce qu’il a tenté de nous tuer, autrement, on a rien à voir avec lui, nous. Vous pouvez pas baisser vos armes, non ? »

Le chef fronça les sourcils, visiblement peu convaincu par la première tirade de Manekiel. Il soupira et reprit donc :

« Ce que je veux dire, c’est qu’on ne vous veut pas d’emmerdes. Au pire, vous avez qu’à dire que c’est vous qui l’avez égorgé ou je sais pas, moi. Puis vous vouliez nous parler, de quoi, exactement, hein ? Si vous nous butez, vous ne pourrez pas avoir de réponses à des questions éventuelles, non ? »

Là, les chats semblèrent hésiter un moment et se tournèrent vers leur boss afin d’avoir une vraie réponse. Il était dans le doute, mais pas assez pour ordonner aux félins de baisser leurs armes. Manekiel lança un regard à Weiss. Ce dernier semblait très porté sur le pacifisme, si quelqu’un finirait de convaincre ce groupe un peu sauvage, ça serait bien lui, à toi de jouer, Weiss !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Mutation du bras droit
Points de Puissance : 22 000
Points de Réputation : 4 100
Messages : 103
MessageSujet: Re: Saleté de nature | Feat Manekiel & Weiss   Ven 12 Oct - 15:19


   

   
« Saleté de nature »

   
Feat Drasur et Manekiel

   

Il en avait entendu parlé et savait plus ou moins qu'il finirait par en croiser tôt ou tard, mais il ne pensait pas rencontrer aussi vite le peuple de chats migrants dans cette forêt. Ils étaient relativement nombreux, sortant des ombres des environs pour pointer une arme dans la direction du groupe, se montrant bel et bien menaçant et validant les dires du bûcheron qu'avait rencontré l'albinos aujourd'hui. Restant calme et immobile, Weiss analysait dans un premier temps son entourage, étudiant l'allure et les intentions des créatures qui se sont révélées au grand jour. Il ne pouvait qu'élaborer diverses théories : trépassassions de territoire, haine viscérale contre les visiteurs ou désir de délester les quelques trésors que pouvait avoir le groupe. Si cela avait été une de ces trois raisons, alors la fin de l'histoire aurait été plus sanglante que prévue, au grand malheur du forgeron qui se rechigne à chaque instant de tuer. Mais le destin fut tout autre et il semblerait que la véritable cible du groupe de combattants soit le voyageur inconscient à côté de l'albinos.

Fronçant les sourcils, Weiss observait l'homme avec cette toute nouvelle information, même si sa conclusion était exactement la même qu'au moment où il a empêché Manekiel d'allait trop loin : il ne laisserait pas cet homme mourir aussi facilement… Du moins, c'est ce qu'il espérait. Avant même qu'il n'ait le temps de se rendre compte de quoique ce soit, alors qu'une soudaine ombre filait sous son nez pour trancher la gorge du voyageur évanoui, du sang vola jusqu'au visage de Weiss. Choqué, il écarquillait les yeux jusqu'à avoir l'impression qu'ils s'échapperaient de ses paupières, observant les derniers instants de cet homme qui ne saura jamais ce qui l'a frappé, et qui ne se souviendra probablement plus jamais de ce monde. La fumée dégagée par le cadavre du voyageur disparaissant n'avait même pas le temps de disparaître que le forgeron fermait les yeux, inspirant profondément. Il sentait le sang rapidement lui monter à la tête, ses émotions explosives qu'il gardait pour lui à l'intérieur résultant à de simples nerfs gonflant sur ses tempes.

Il était là, à côté de lui, et Weiss n'avait rien pu faire pour le sauver. Pire, le coup n'était même pas venu de ce qu'il imaginait être ses ennemis à la base, il est venu d'une des personnes avec qui il pensait parcourir une partie de la forêt, quelqu'un à qui il aurait pu accorder sa confiance dans un premier temps. Son esprit fuse dans un premier temps avant qu'il n'ouvre à nouveaux les yeux, arborant un regard neutre alors qu'il saisissait fermement la nuque du petit dinosaure avec sa main gauche pour le soulever sans grandes difficulté et se tourner vers ses "alliés", qui avaient tournés leur regard dans sa direction. Il marchait en direction de Drasur, sentant la créature sous prise se débattre légèrement mais incapable d'agir avec seulement ses crocs comme arme. Il entend les arcs se bander un peu plus à chaque pas qu'il faisait, mais il avait d'autres priorités pour le moment. Une fois arrivé à côté de Drasur, Weiss lui lança un regard froid et menaçant avant de lui plaquer la tête de Rexouille contre son torse, n'hésitant pas à le bousculer de quelques mètres pour qu'il s'écarte. Ayant toujours du sang sur le visage, Weiss continuait de marcher, cette fois-ci en direction du leader du groupe qui avait désormais son attention sur le forgeron. A deux-trois pas du leader, Weiss s'arrêtait et baisser légèrement les yeux pour fixer ceux du leader, son ton froid et détaché traduisant la moindre de ses prochaines paroles comme une manière polie d'inciter le chat à dégager.

- Qu'est-ce que vous faites encore là, votre cible est morte non ?
- Mais c'était nous qui devions nous en…
- Est-ce que j'ai l'air d'en avoir quelque chose à faire de qui ou quoi se charge de tuer un voyageur ? Epargnez-moi votre pauvre honneur mal placé ou vos pauvres excuses pour jouer au chat et à la souris avec toute une troupe.
- Je vous conseille de changer de ton, c'est vous qui vous trouvez au bout de chaque flèche ici présent.
- Des menaces maintenant ? Alors permettez-moi de vous dire une vraie menace : je vais vous briser, vous et quelques uns de vos hommes. Pourquoi que quelques uns ? Parce que je vais donner une chance aux autres de s'enfuir et de prendre de l'avance. Puis je les traquerai tous un par un, nuit après nuit, quitte à retourner chaque arbre chaque buisson dans cette forêt, et je les briserai à leur tour. Vous aurez si mal que vous regretterez que je ne vous ai pas tué, mais vous regretterez encore plus de m'avoir provoqué et passer le reste de votre vie à vous demander si un jour je ne reviendrai pas pour vous briser, encore et encore.


Si la créature en face de Weiss n'avait pas autant de poils sur le visage, on aurait peut-être lire à quel point il devenait de plus en plus pâle alors que les mots de l'albinos faisaient écho dans sa tête, dans la sienne et dans celle des autres chats, dont certains commençaient à chuchoter entre eux, craintifs. Ce n'était pas dans les habitudes du forgeron de se montrer aussi passivement agressif envers quelqu'un, mais s'il l'a fait c'était pour protéger les deux autres derrière-lui. Entre un voyageur qui se montre agressif et qui n'a pas hésité à tuer devant tout un groupe de soldat et une créature incapable de se convaincre elle-même, il était clair que si Weiss ne faisait rien pour un tant soit peu intimider le groupe en face et bien cela pourrait partir en bain de sang. Même si dans un sens, ses paroles n'étaient pas sans fondement : il était capable de les briser et il en avait même un peu envie. Tout comme il avait envie de briser la mâchoire de Drasur pour avoir oser jouer avec la vie d'une personne qui ne lui a strictement rien fait. En tout cas, le jeu d'intimidation semblait fonctionner car au bout de quelques secondes à être dévisager par Weiss, le leader du groupe faisait signe aux autres chats de ranger leurs armes avant que lui-même ne rengaine son épée. Il se penchait légèrement en avant, dans un semblant de présentation d'excuses.

- Veuillez nous excuser pour notre attitude désobligeante, nous avions oubliés à qui nous avions à faire en face de nous. Un de nos éléments nous a rapporté récemment qu'un seigneur accompagné d'un voyageur et d'une créature était dans la forêt des rêves, et par ordre de notre seigneur nous souhaitions vous inviter auprès de lui. Si vous trouvez en vous la bonté de nous pardonner.

Haussant un sourcil, le forgeron essayait de bien analyser ce que lui rapportait le soldat : Weiss, un seigneur ? Il tentait de trouver à quel moment dans sa petite vie il a pu laisser croire qu'il en était un, mais même avec sa mémoire extraordinaire il ne trouvait rien. Cela ne pouvait bien dire qu'une seule chose : le leader s'est trompé de personne. En voilà une situation gênante, si le forgeron exprimait la vérité alors toute cette mascarade aurait été inutile et ils seraient tous de retour à la première situation, avec combat sanglant à la clé. Ne se permettant pas de trop faire attendre le leader, au risque d'éveiller des soupçons, l'albinos essuyait le sang sur son visage avec le tissu recouvrant tout son bras droit.

- Montrez le chemin, je suis curieux.
- Bien, vos serviteurs sont libres de venir eux aussi.
- Qu'ils le fassent s'ils le veulent, je ne suis pas leur baby-sitter.


Le cercle dessinait par les chats s'ouvrait dans une direction précise, que le leader emboîtait afin de guider Weiss (et le groupe ?) en direction d'une zone plus profonde encore dans la forêt…


Codage by TAC

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Saleté de nature | Feat Manekiel & Weiss   

Revenir en haut Aller en bas
 
Saleté de nature | Feat Manekiel & Weiss
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Stephen Weiss
» La nature en sommeil... [pv Hypnos]
» Saleté d'école
» Soins prodigués par la Nature. [PV : Lïo]
» Les créatures de la nature ont besoin d'air pur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Partie RP :: Seconde Zone :: Forêt des Rêves-
Sauter vers: