Bienvenue

Liens utiles

Effectifs

Ligue B : 18 membres
Ligue M : 8 membres
Ligue S : 0 membre
Créatures : 10 membres
Inclassables : 0 membre
Seigneur cauchemar : 1 membre
Rois des rêves : 0 membre

Top-Sites & Discord


Membres du mois

Florian
Profil
Top activité
Léo
Profil
Top vote
Code par MV/Shoki - Never Utopia



 

Partagez | 
 

 Bleeding Hearts Club ~ Drasur

Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Créature
Pouvoir : Polymorphe
Points de Puissance : 8 000
Points de Réputation : 10 000
Messages : 9
MessageSujet: Bleeding Hearts Club ~ Drasur   Mer 6 Juin - 21:58

Les mains posées à plats sur son comptoir de bois, les paupières closes, l’élégant barman écoutait le flot des voix qui parcourait son esprit. Aujourd’hui était un jour particulièrement bavard, de par la quantité d’informations qu’il devait trier. Imaginez seulement d’essayer de distinguer quelqu’un appelant à l’aide dans un concert et vous vous rapprocherez un peu de ce qu’était le quotidien du Barman. Maintenant essayer de distinguer cette même personne dans un concert, se déroulant dans un aéroport avec les allés et venus des voyageurs et le bruit des avions qui décollent et atterrissent en permanence et vous obtiendrez le moment présent. Certaines journées étaient plus chaotiques que d’autres, heureusement l’homme savait se concentrer suffisamment pour entrer dans une sorte de méditation lui permettant de naviguer entre les voix tel un marin bravant la mer déchaînée. Cela nécessitait très certainement une bonne gymnastique mentale même pour un être comme lui sur laquelle la fatigue glissait comme une brise sur l’herbe. Ne pouvant faire le tri, l’homme enleva les mains de son mobilier et la litanie des damnés s’éteignit brusquement un peu à la manière d’une lumière. Il enleva sa veste blanche, la plia très méthodiquement en deux, la posa sur le comptoir puis entreprit de remonter les manches de sa chemise au dessus de ces coudes dans des ourlets soigneusement étudiés. Il s’étira comme s’il était prêt à effectuer un quelconque rituel païen, inspira un grand coup, referma ses yeux bleus et repris sa tâche sélective.

Tant bien que mal, il finit par y arriver et le bar le transporta successivement de clients en clients. Une douzaine de personnes étaient désormais installée dans l’espace chaleureux et chic qu’offrait l’établissement. Une ambiance lounge régnait et pour cause, le Barman avait décidé de ce focus sur un style de problème, cela lui permettait d’offrir un service personnalisé tout en gardant une certaine cohérence et ainsi de proposer un environnement adapté à tout le monde. De plus, s’il avait appris une chose de son existence, c’était qu’un coeur brisé ne se réparait pas tout seul et mettre en relation des personnes ayant subis un chagrin d’amour était une méthode qui portait souvent ses fruits. Il avait donc décidé d’offrir son bar à ses âmes en peines afin qu’elles puissent partager leurs déboires amoureux dans un endroit rassurant. Haïr à deux pouvaient être parfois synonyme d’un début de relation. Du moins c’est ce dont il avait pu être occasionnellement témoin. Il espérait être témoin d’un tel sacre aujourd’hui et il poussait  subtilement la chose entre certains clients. Le résultat y était, notamment pour cette femme dont le compagnon infidèle l’avait laissée pour une idole, et cet homme dont la jeune épouse avait cessée tristement de l’aimer. Ils discutaient depuis une bonne heure, assis à une table sous une lumière tamisée dans un coin du bar où du jazz se jouait en fond. Si Le Barman n’avait jamais éprouvé l’amour, il comprenait les enjeux de tomber amoureux et de perdre l’être aimé. Même si ce n’était qu’une connaissance factuelle de la chose, il faisait preuve d’une empathie toute particulière envers les coeurs brisés. Ils étaient fragiles comme du verre, et pour celui qui manipulait souvent des bouteilles et autres flacons, il était évident qu’il fallait les manipuler avec précautions. Une parole déplacée, un mauvais conseil et les morceaux pouvaient être impossibles à recoller. Mais la créature se reposait sur sa bonne compréhension de l’âme humaine -et inhumaine-, son expérience et ses bonnes intentions.

Il était en train de discuter avec un jeune voyageur, bien trop jeune pour avoir connu le vrai amour, mais suffisamment mature pour savoir qu’il avait perdu quelque chose. Il lui avait servi un cocktail sans alcool  -on pouvait être une créature métamorphe dimensionnelle et avoir des notions de légalité- à base d’orange et de jus de sureau. Le sucre pour le réconfort et l’amertume pour le bénéfice des larmes. Tout était une question de balance. Il était donc en train d’écouter les déboires de ce garçon d’une oreille attentive quand il perçut une désagrément dans le bar. Il était intimement lié au lieu et lorsque quelque chose ne tournait pas rond, il en était intuitivement informé.

> Pardonnez-moi jeune homme, je reviens. En attendant je vous invite à discuter avec mademoiselle Elsa qui se trouve là-bas. Nul doute que vous pourriez parfaitement vous entendre.

Il lui désigna une jeune fille qui avait à peu près le même âge que son petit client. Ce dernier lui fit un signe et elle lui répondit d’un sourire dévoilant l’éclat d’un appareil dentaire. Une fois ce conseil prodigué et après s’être assuré qu’il avait été appliqué, il se dirigea vers l’accroc dans la toile de perfection qu’il essayait de tisser en ce lieu. Une jeune femme, visiblement très alcoolisée se frottait à un jeune homme d’une façon particulièrement grossière. Il était impossible qu’elle ait autant bu ici, Le Barman ne versait jamais plus de deux consommations par personne et savait exactement la dose d’alcool à prodiguer à chacun, cependant il ne pouvait évaluer via les voix si la personne était bon en état ou non. Les incidents étaient heureusement rares. La femme commençait à chevaucher sa victime qui n’était visiblement pas très conséquente. Le barman lui tapa alors poliment sur l’épaule.

> Excusez-moi mademoiselle mais vous importunez visiblement ce monsieur et vous mettez dans l’embarras les autres clients. Je vais vous demander de partir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Dino Maker
Points de Puissance : 15 000
Points de Réputation : 15 500
Messages : 236
MessageSujet: Re: Bleeding Hearts Club ~ Drasur   Mer 13 Juin - 20:58

Mais quelle journée de merde. Certes, complètement empêtré dans son quotidien de chômeur longue durée sans ambition, réel ami ou même passion constructive, certains pourraient avancer que chaque jour devait être plutôt désagréable pour Drasur. Ils auraient raison, mais cette fois c'était pire que d'habitude, ce genre de journée qui éveillait les idées les plus sombres sommeillant constamment au fond de son esprit, voilà de quoi il sortait. Ah ça, si il n'était qu'un tantinet moins lâche, il se serait bien jeté de quelque part pour en finir une bonne fois pour toute. Mais non, il était bien trop con pour ça, pariant sa vie sur l'infime lueur d'espoir qu'il n'était même pas certain d'apercevoir dans le brouillard impénétrable de l'avenir, peut être qu'un jour ça irait mieux qui sait. S'accrocher à des idées aussi vagues peut paraître grotesque, mais dans une telle existence, aussi vide de sens qu'anecdotique, ça avait son importance, sans compter une légère dose d'ironie sur laquelle nous passerons. Le véritable coup dur de cette journée, en plus de savoir que le lendemain ne serait pas forcément meilleur, était qu'il savait pertinemment que sa nuit ne serait pas bien meilleure. Quelqu'un de normal irait se réfugier dans le sommeil pour calmer sa peine et oublier ses soucis pour quelques heures, mais pas lui. Il allait encore une fois devoir crapahuter dans le monde onirique, à se battre pour sa vie, à rencontrer des créatures chimériques millénaires lui prouvant bien que sa pauvre petite existence à lui était bien plus insignifiante que ce que sa dépression daignait lui faire croire.

C'est ainsi qu'il ferma doucement les yeux, une couche moite de transpiration parcourant son corps disgracieux laissé à l'abandon depuis longtemps déjà. Il était extrêmement mal à l'aise, le coussin ressemblant d'avantage à un parpaing lui déformant la nuque à petit feu, sans compter les draps d'un autre siècle lui démangeant les parties les plus profondes de son anatomie, sans compter le souffle bien trop chaud dans sa nuque et les cheveux dans la bouche. Ah si il avait su, il serait rentré chez lui, mais il ne préférait pas risquer de retrouver son studio délabré à la limite de l'insalubre, au cas où une idée plus noire que d'habitude ne prenne avantage d'importance dans son esprit. Alors il avait fait ce qu'il pensait être la meilleure chose à faire, après avoir vu son cœur se faire piétiner par celle à qui il avait fait l'erreur de le donner, il fallait qu'il rebondisse. Quelques verres qui poussaient sa situation financière toujours plus profondément dans les abysses, des tentatives de séduction sans aucun filtre sur toutes les femmes jonchant la piste de danse, jusqu'à que l'une d'elles, assez saoule pour se laisser avoir et accepter de tout faire pour une promesse d'augmenter ne serait-ce qu'un petit peu son taux de dopamine et le tour était joué. La romance avait énormément perdu de sa superbe de nos jours.

Un Uber plus tard et ils se retrouvaient en banlieue de Lausanne, dans ce genre de quartier résidentiel sorti tout droit des séries télés, trop propre, trop beau, qui vote certainement à l'opposé du socialisme. La maison de la jeune fille était impressionnante à sa manière aussi, mais le jeune homme était bien trop occupé à faire de son mieux pour souiller la banquette arrière du taxi nouvelle génération pour chauffer sa cible, sinon il se serait bien rendu compte qu'il était impossible pour quelqu'un de l'âge de la meuf de se payer une telle baraque. Ce n'est qu'après les deux actes et demis et l'avoir honorée dans la cuisine, l'escalier et sa chambre qu'il se rendait compte que quelque chose n'allait pas. La chambre de petite fille enfantine à souhait, rose à en gerber, des rubans et autres conneries de gamines un peu partout, le poussant à lui poser la question fatidique. Elle aurait donc 17 ans dans quelques mois. Putain de merde. Il se retrouvait ainsi là, complètement nu dans un lit une place, celle qu'il avait détourné de l'enfance dans les bras complètement endormie, le monde tournant autour de lui, à cogiter sur ses conneries. Un véritable typhon de pensées assaillait son esprit, entre les flash-backs de son après midi marquée au fer rouge par sa rupture, jusqu'au moment présent, où il s'était donc tapé une mineure. D'après les dires de cette dernière, ses parents ne seraient pas de retour avant quelques jours, ce qui le rassurait suffisamment, au moins il ne serait pas tiré du monde onirique par un père énervé et un fusil, c'était déjà ça.

Peu de temps plus tard, il tentait de chasser toutes les mauvaises pensées qui polluaient son esprit, ce qui s'avérait être une tâche plus que compliquée au vu de leur nombre assez impressionnant. Il ne devait se concentrer que sur une seule chose, A-380, son ptérodactyle. Ce dernier, en bon casse couille forceur qu'il était, harcelait son maître depuis plusieurs nuits déjà pour lui demander de venir dans les Plaines Anciennes, prétextant qu'une menace pour les dinosaures de la région y sévissait depuis quelques temps. Malheureusement pour notre héros, il s'était proclamé protecteur de ce royaume, plus poussé par l'adrénaline et l’appât du gain qu'une véritable vocation de paladin, mais c'est une autre histoire. À peine arrivé à Dreamland, il fut accueillit par les piaillements incessants de son invocation, lui rabâchant qu'il arrivait trop tard, que les fauteurs de trouble n'étaient plus sur place et plein d'autres conneries qui commençaient doucement à le saouler. La journée qu'il venait de passer, sans compter sa soirée, ne l'avaient pas vraiment mis dans la meilleure des humeurs. C'est donc après moins d'un quart d'heure de leçons et autres jérémiades de gonzesse, no blâme la blogosphère féministe, qu'il décida de se barrer. Il venait potentiellement de perdre une de ses invocations les plus puissantes, mais il n'en avait plus rien à foutre de quoi que ce soit, ce qu'il lui fallait c'était ... Un verre, oh bah quel hasard, un établissement semblant parfaitement faire l'affaire se tenait là, au milieu de la plaine, comme si il l'attendait.

Il n'en était plus au stade des questions ou autres doutes, que ce soit un piège, qu'aucun bar n'a jamais été construit ici et qu'il était donc extrêmement suspect, il s'en foutait de tout ça : il voulait juste un bon petit verre et une ambiance cozy. C'est d'ailleurs ce qu'il obtint en pénétrant à l'intérieur du petit immeuble. Le tout suintait le bar lounge plutôt luxueux et classe, sans pour autant donner une impression de mépris envers sa clientèle. Il se sentait immédiatement mieux à l'intérieur, son regard parcourant l'assistance rapidement, lui donnant un véritable sentiment de paix. Les endroits comme ça étaient rares dans ce monde, c'était bien la première fois de son existence en tant que voyageur qu'il relâcha sa garde sans culpabilité. Il passa une nana en train de twerker sur un autre client, dans un mix entre du logobi et du catch du plus bel effet, qui ne semblait pas plaire au serveur cela dit. Drasur ignora la scène et continua tranquillement sa route jusqu'au bar, voyant un petit couple de pré-pubères discuter ensemble, les joues de chacun étant plus rouges que celles de l'autre, ils avaient l'air faits l'un pour l'autre les bougres, ce qui fit naître une petite boule de nerfs dans l'estomac légèrement noué du voyageur. Il ne pouvait s'empêcher de sentir un brin de jalousie en voyant ça, ce qui devait bien être l'une de ses caractéristiques les plus humaine finalement. Une fois installé au bar, il patienta tranquillement que le barman revienne, dégainant son paquet de cigarettes et le posant sur le bois ciré devant lui. En temps normal, il n'hésite jamais à s'en griller une sans faire attention aux règles établies dans l'établissement en question, tout comme au Valhalla Bar il y a plusieurs nuits de ça, mais il n'en avait pas envie là dans l'immédiat. Lui qui se foutait bien des règles mettait un point d'honneur à ne pas déranger le calme de l'endroit, ce qui expliquait également son silence face à la twerkeuse plus loin, dans une autre situation il n'aurait pas hésité une seule seconde à lâcher un commentaire de beauf voire même à lui coller une petite claque sur les fesses. Après quelques secondes ou minutes, il ne savait pas bien tant le bar semblait hors du temps, le barman fut enfin à portée de parole, s'installant à son lieu de travail habituel. Le voyageur lança alors directement la discussion, n'en pouvant plus de sa sobriété, plus vite il pouvait s'engourdir le corps et l'âme, mieux il se sentirait.

« Lourd le bar mec, j'aime l'ambiance chill, j'peux fumer ici ? Sinon met moi un truc fort, je sais pas du whisky de Firania ou un truc comme ça, je bois toujours les mêmes choses dans ce monde, surprend moi au pire. Ah et ... Je sais pas, du lait pour lui ? Ou si t'as du jus de viande ou un truc dans le genre, j'sais pas ce que ça boit les T-rex. »

Son discours fut en effet coupé en plein milieu par l'arrivée de Rexouille, sa fameuse invocation qui s'invoquait un peu comme elle voulait. Le bébé tyrannosaure se jeta sur les épaules de son maître, lui mordillant les lobes comme il avait l'habitude de le faire. Avec un peu de chance, il ne lui arracherait pas l'oreille cette fois ci, ah les gosses ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Polymorphe
Points de Puissance : 8 000
Points de Réputation : 10 000
Messages : 9
MessageSujet: Re: Bleeding Hearts Club ~ Drasur   Sam 16 Juin - 16:23

La demoiselle se retourna dans un regard courroucé, laissant enfin respirer sa pauvre victime, un jeune homme dont les joues et la bouche était teintées de marque de rouge à lèvres. Elle ouvrit la bouche pour s’apprêter à rétorquer mais un coup d’oeil autours d’elle lui fit savoir qu’elle était le centre de toute l’attention des clients qui pouvaient observer la scène. Certains la regardaient écoeurés, d’autres amusés, tous la jugeaient. Elle se ravisa à effectuer une quelconque réponse et sous la honte libéra son amant unilatéral à la manière d’une cavalière qui descendait de sa monture. Celui-ci se releva et massa sa nuque endolorie. Après avoir raccompagné d’un geste de la main désignant la porte l’agresseure, le Barman s’enquit de la santé de son client.

> Vous me voyez navré du comportement de cette demoiselle. Cela n’est pas pardonnable, ni dans cet établissement ni ailleurs. Votre sécurité et votre confort, à vous et à ma clientèle en générale est ma principale priorité. Souhaitez-vous de la glace pour votre cou?

L’autre lui répondit d’un hochement de tête qui lui fut visiblement douloureux au vu de l’expression tordue sur son visage. Le propriétaire de l’établissement se dirigea vers une autre table où deux femmes discutaient, des coupes de champagne à la main. Il se saisit du seau contenant la bouteille vide -il ne se serait jamais permis de la prendre autrement- et adressa un sourire rayonnant à ses deux clientes.

> Bonsoir mesdames, j’espère que vous passez une meilleure journée que lorsque vous avez franchies la porte de cet établissement. Permettez-moi de vous débarrasser de cette bouteille et de ce seau, le jeune homme là bas aurait besoin de son contenu afin d’atténuer une vilaine douleur.

Les femmes lui sourirent en retour et lui laissèrent prendre le récipient plein de glace. Tout le monde ici compatissait à la mésaventure du jeune homme et il aurait été inhumain de leur part de ne pas lui accordait cela. Et puis après tout, elles n’en avaient plus besoin, une pierre deux coups pour Le Barman donc, qui revint auprès du blessé. Il se saisit de la glace à l’aide d’une petite pelle prévue à cet effet, la déposa dans un torchon qui était situé autours de l’anse du seau et l’enroula pour former une compresse qu’il tendit à son client qui s’en saisit et l’appliqua sur l’endroit qui lui était douloureux. La créature s’assura qu’il ne manquait de rien et qu’il pourrait déguster sa boisson en paix et se dirigea vers le bar où un jeune homme qui était dans un état de décrépitude mentale avancée s’y trouvait. Le propriétaire l’avait remarqué rentrer du coin de l’oeil lorsqu’il gérait cette mini-crise. Visiblement, lui, aurait bien besoin de ses services et de ceux du bar.

Alors qu’il retournait derrière son bar, l’individu le salua et passa sa commande pour lui et l’étrange dinosaure qui apparut sur son épaule au moment où il parlait. Comme la plupart des gens présents dans l’établissement et la plupart des clients du Barman, il s’agissait d’un voyageur.

> Bonsoir Monsieur et bienvenue. Vous pouvez bien entendu fumer ici, du moment que cela ne dérange pas les autres clients, bien que vous êtes assez loin pour que la fumée ne leur parvienne. Pour ce qui est de votre commande, permettez-moi de vous proposer une création de mon choix et pour votre compagnon également.

Sur ces paroles, il sortit de sous le bar une bouteille contenant un liquide ambré dont il versa deux doses à l’aide d’un doseur de bar dans un shaker. Il se saisit d’une autre bouteille sur les étagères dans laquelle trônait un liquide transparent et en ajouta une dose, puis il compléta avec le contenu d’une autre bouteille. Il déposa des glaçons dans le shaker, le referma et se mit à le secouer doucement, de façon à faire le moins de bruit possible , mais assez sèchement pour que la magie opère à l'intérieur. Il versa le mélange dans un verre à whisky, y ajouta deux glaçons parfaitement transparents et le poussa sur le comptoir vers son client. Pour le petit dinosaure qui mâchouillait l’oreille de son propriétaire, il sortit d’un petit frigo une bouteille semblable à celle d’un vieux vin et le versa dans une gourde sophistiquée qu’il équipa d’une paille.

> Et voilà pour vous deux. Pour vous monsieur, un cocktail de mon invention auquel je n’ai jamais donné de nom, libre à vous de le choisir. Et pour votre jeune ami, un cru de sang de tortues de lave uniquement nourries au charbon bleu. J’espère que cela conviendra à vos humeurs à tous les deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Dino Maker
Points de Puissance : 15 000
Points de Réputation : 15 500
Messages : 236
MessageSujet: Re: Bleeding Hearts Club ~ Drasur   Sam 23 Juin - 1:13

Le maître des lieux avait pris la commande de son client et s'affairait rapidement à la préparer, juste après lui avoir donné l'autorisation de s'en griller une petite. Le voyageur lui adressa un mouvement de tête et un lent clignement de paupière, dans le but de le remercier tout en lui signifiant son accord pour la boisson que lui proposait le professionnel. Il se leva à moitié de son siège, tira vers lui une coupelle de céramique sombre avant de s'allumer sa tige à cancer salvatrice. Tout en laissant sa mascotte continuer de lui arracher le lobe, il se fit glisser sur le tabouret de bar, laissant son dos s'écraser contre le dossier. Sa nuque pliée, son regard passait entre les différentes fentes qui séparaient les lamelles de bois formant le plafond. Sa respiration lente témoignait parfaitement de sa détresse mentale, alors que chaque expiration se faisait en un long soupir, créant des nuages de fumées plutôt impressionnants de par leur taille.

Il se laissait bercer par les bruits de shaker visiblement millimétrés, presque mécaniques du barman, alors que des images aléatoires de sa sale journée assaillaient son esprit. Comment avait il pu laisser sa vie partir en couilles à ce point là ? Il le savait, il connaissait parfaitement la réponse à cette question et c'était exactement ça qui l'empêchait de dormir paisiblement. En effet, l'impression de n'avoir fait qu'une succession de mauvais choix depuis sa majorité n'est pas le genre de pensée qui laisse Morphée vous bercer correctement loin de là, sans compter la culpabilité qui rongeait son estomac comme un brasier inextinguible. Heureusement pour lui, il se vit rapidement tiré de ses questionnements intérieurs par le tintement des verres sur le bar ainsi que l'explication de leur nature par le serveur. Drasur se reprit alors, se remettant à peu près droit sur son siège, avant de faire venir le verre qui lui était destiné à ses lèvres. Un véritable choc vint frapper ses papilles gustatives, le faisant plonger dans un tourbillon de saveurs aussi appréciables qu'inattendues, dans un mélange entre l'inconnu et l'habitude, comme si il avait bu ça toute sa vie mais qu'il ne le découvrait qu'aujourd'hui.

« Et bah putain, j'ai rarement bu un truc aussi bon. C'est des glaçons du mont éternel ou je me trompe ? Je crois aussi reconnaître un truc qu'il y avait dans le Catnip special là ... Tu m'a bluffé en tout cas ! Pour le nom par contre ... Je suis une merde pour ce genre de trucs, le Hard Candy ça paraît pas mal nan ? La douceur du sirop qui atténue le punch du whisky, enfin je sais pas ce que t'as utilisé en vrai mais ça lui va bien je trouve. »

Un coup d'oeil à son invocation lui permit de constater que lui aussi aimait beaucoup sa boisson, même si elle galérait visiblement à caler la paille entre ses canines déjà ensanglantées par l'hémoglobine de son maître. Il remuait ainsi, ses deux pattes sur le bar, tentant tant bien que mal de boire un maximum de ce sang visiblement bien à son goût. Un rictus apparut sur le visage du voyageur, réalisant le choix de la paille de la part du barman, qui servait bien plus à occuper le bébé dinosaure qu'à le faire boire. Il avait l'air de connaître son boulot le bougre, fait qui était encore plus appuyé à chaque gorgée que prenait le jeune homme de ce cocktail qu'il savait pertinemment qu'il ne retrouverait plus autre part. Il ressentait une légère pointe de mélancolie dans le creux de son torse alors qu'il le réalisait, se rendant compte qu'encore une fois, son plaisir serait bien éphémère. Il chassa cependant ces pensées et décida de lancer une discussion avec son hôte, quelques questions demeurant sans réponses.

« Du coup, ça fait longtemps que t'es installé là ? Ça doit pas être la joie de tenir un établissement avec des putains de dinosaures autour. J'avais rencardé un gars du royaume des chats pour qu'il ouvre un stand de glace à la viande ici, mais au deuxième jour un Bronto' a marché sur le tout et l'a renvoyé directement à Félinia, la queue entre les jambes. Puis en vrai, ça m'étonne qu'A-380 m'ai pas prévenu de ton installation, vu que j'suis censé protéger le royaume et bla bla, il arrête pas de me saouler avec le moindre truc qui se passe ici. À moins que t'aies construit le bar en une nuit, ça je sais pas. »

Il en venait presque à se demander si le fameux gars dangereux qui rodait dans les plaines anciennes n'était pas un associé de ce barman, ça faisait un peu trop de coïncidences à la fois pour être honnête. Sans compter le fait que l'établissement, bien qu'il n'était pas plein à craquer, avait un nombre de clients respectable. Pourtant, malgré une bonne trentaine de nuits passées dans ce royaume qu'il avait promis de protéger, Drasur n'avait jamais vu plus de deux personnes à la fois. Cette absence de touristes et autres voyageurs s'expliquait assez simplement d'ailleurs, les créatures et voyageurs expérimentés évitaient la zone qui n'avait pas de réel intérêt il fallait bien l'avouer et les débutants la contournaient pour éviter de servir de casse croûte au premier Allosaure qui passerait par là. Il n'existait donc qu'une infime partie de la population qui se verrait éventuellement intéressée par ce royaume perdu dans la première zone. Les doutes de notre héros commençaient à doucement s'accumuler, alors qu'il attendait patiemment la réponse de l'intéressé à son petit speech. Il espérait au plus profond de lui que son hôte n'avait rien à se reprocher dans cette histoire, cela lui briserait le cœur de devoir choisir entre son invocation et ce bar, ce qui ferait de lui le seul perdant de l'histoire dans tous les cas. Putain de merde, qu'est ce qu'il regrettait le fait de s'être proclamé protecteur de ce royaume de merde, si il avait su que ça deviendrait une plaie au bout d'un mois et demi, il s'en serait passé avec plaisir ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Polymorphe
Points de Puissance : 8 000
Points de Réputation : 10 000
Messages : 9
MessageSujet: Re: Bleeding Hearts Club ~ Drasur   Jeu 28 Juin - 22:56

Un sourire satisfait traversa le visage du Barman alors que ses deux clients se délectaient de leurs boissons respectives. Le dinosaure avait certes des difficultés à ingérer le contenu du verre et cela malgré la paille qu’il lui avait mis à sa disposition, mais il semblait apprécier grandement le cocktail. Le sang inondait ses babines et ses joues et la lueur dans ses grands yeux était révélateur du plaisir qu’il prenait à déguster le nectar. Son maître faisait de même, bien qu’il buvait d’une manière un peu plus conventionnelle. Pourtant, même s’il n’exprimait pas son plaisir d’une façon aussi excentrique que son petit compagnon, certains signes ne trompaient pas l’oeil affûté du gérant de l’établissement. Le petit pincement de lèvres, les yeux mis-clos, les poils de la nuque qui se dressaient légèrement, tant de micro-expressions qui trahissaient l’avis qu’il pouvait avoir sur le liquide qui lui avait été servi. Il confirma au balafré ce qu’il savait déjà et ce dernier ne manqua pas d’incliner la tête en guise de remerciements.

> Vous m’en voyez ravi. Monsieur a l’oeil, se sont effectivement des glaçons du Mont Éternel récoltés récemment par votre humble serviteur. Vous conviendrez que l’on est jamais mieux servi que par soi même. Pour ce qui est du Catnip, vous y êtes presque: il s’agit d’une eau de vie à base d’herbes arc-en-ciel, ironique quand l’on sait qu’une fois mises sous formes liquide, elles deviennent complètement transparentes, cependant elles sont similaires en goût avec ce que vous venez d’évoquer. L’autre liquide est comme vous l’aviez si bien dit un whisky, de Belvodore plus particulièrement, c’est un village d’un royaume depuis longtemps oublié, très peu de visiteurs et pourtant, les gens y sont très accueillants.


Le Barman lui raconterait bien la façon dont il avait obtenu toutes ces boissons, mais il doutait que cela intéressait réellement son interlocuteur. Après tout, il était là pour écouter les problèmes de ses clients et non pas pour leur conter des histoires qui les tiendraient éveiller jusqu’au bout de la nuit.

> Hard Candy...cela fait un peu m'as-tu-vu mais cela convient bien au goût. Je vous remercie de cette suggestion.

Il laissait le soin à tous ses clients de choisir le nom des boissons qui leur servait. Généralement ceux-ci voyaient plutôt juste. Etait-ce un effet secondaire du bar? La lucidité avec laquelle ils réussissaient à mettre un nom sur les sensations et le goût que leur procuraient le liquide l’étonnait. Intéressant. Il sourit à cette pensée et aussi à la question du jeune homme. Visiblement il n’avait jamais entendu parlé du bar. Peu étonnant, Dreamland était un monde tellement vaste.

>  Pardonnez-moi mais vous vous méprenez. Je ne suis pas à proprement parler installé ici. Je ne l’ai pas non plus construit en une seule nuit, bien loin de là. Cet établissement possède ses propres règles et ses propres lois. Il se manifeste auprès de ceux qui en ont le plus besoin. Je le guide juste vers ceux qui me semblent le plus abîmés par le moment présent. Il est normal que le prénommé A-380 n’ai pas pu vous prévenir de mon arrivée. Je navigue d’âme en peine en âme en peine et m'atèle à essayer d’apporter un peu de réconfort et une oreille attentive à tout ceux qui en ont besoin. La boisson, si elle est bien dosée, apporte un certain réconfort vous en conviendrez.

Il se stoppa dans son discours le temps de laisser à son client d’ingérer cette explication. À moins que vous ne soyez un habitué du bar, ce qui était rare, il était en effet perturbant de se retrouver dans un tel endroit. Vous pouviez être sur un volcan au bord de l’éruption, dans une tempête de neige ou encore dans un désert de sel et vous aperceviez au loin la bâtisse, et une fois la porte franchie vous vous retrouvez dans cet endroit calme, luxueux. Cela avait de quoi en perturber plus d’un. Le Barman reprit les deux récipients vides qui se tenaient sur le comptoir, les déposa sur le côté, il les laverait plus tard, pour le moment, il avait plus urgent à faire.

> Mais je manque à mes obligations. Je suis le Barman, vous pouvez m'appeler Barman tout court. Souhaitez-vous un autre verre Monsieur? Peut-être que si vous me contiez la raison pour laquelle vous êtes ici je pourrais vous proposer quelque chose de plus adéquate.

Et par plus adéquate, il entendait plus fort. Qui sait peut être que le jeune homme serait même enclin à aller faire la connaissance de la superbe créature qui venait de pénétrer l’air hagard dans le bar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Dino Maker
Points de Puissance : 15 000
Points de Réputation : 15 500
Messages : 236
MessageSujet: Re: Bleeding Hearts Club ~ Drasur   Dim 5 Aoû - 14:06

Pas faux, il fallait bien avouer que le nom proposé par le voyageur était quelque peu "m'as-tu-vu", mais il ne prenait pas ça comme une critique bien au contraire. Après tout, n'est-ce pas cela que l'on cherche lorsque l'on nomme un cocktail dans un établissement de ce style ? Les puristes, ou ceux qui croient l'être, basant leurs commandes sur ce qu'ils savent apprécier sont rares. Un client lambda sera toujours attiré par un nom hors du commun, qui attire l’œil et surtout attise sa curiosité. C'était d'ailleurs ce qui expliquait le succès du Sex on the beach, au delà de son goût sucré et fruité à souhait ne laissant pas apparaître l'alcool une seule seconde en bouche, c'est surtout pour les beaufs et les mineurs qui rigolent bien en le demandant au serveur on va pas se mentir. Mais bon, on digresse pour pas changer. Le Barman répondait donc aux questions de notre héros, avec un calme et un flegme à toute épreuve. Il n'avait rien à se reprocher ou même à cacher et cela se sentait, il était totalement transparent, ce qui est une qualité de plus en plus rare dans ce monde, encore moins dans l'autre d'ailleurs. Drasur continuait de siroter son Hard Candy en écoutant le propriétaire du lieu lui expliquer de quoi il en retournait. Il expliquait un concept assez bizarre et difficile à comprendre pour que le con qu'est le lausannois, mais qui remis dans un contexte de monde onirique prend tout son sens et pousse même à se demander pourquoi plus d'établissements ne faisaient pas de même. Un fast food qui détecte la faim à travers le monde et s'y déplace pour nourrir le nécessiteux roulerait sur l'or, littéralement. Il n'y avait pas de meilleure évolution pour le capitalisme, au moindre besoin la demande arrive directement, le rêve mouillé des marketeux. Il n'empêche que même si le voyageur appréciait la chose, s'avouant bien qu'il avait tout de même sacrément besoin d'un verre là, entendre de vive voix d'un inconnu qu'il le considérait comme mentalement abîmé lui piquait tout de même l'ego. Terminant son verre d'une traite avant de le déposer doucement sur la table et de s'allumer une seconde cigarette, il décida de répondre rapidement pour tenter de noyer le poisson sur son instabilité psychologique, autrement appelée fragilité.

« Ok je vois, t'es un peu le samu social des cœurs brisés quoi, j'aime le concept. Du coup toi tu trouves les cibles et le bar se déplace si j'ai bien compris ? T'as une bête de synergie avec ton truc, c'est fou. Quelqu'un d'autre que toi peut l'utiliser le bar ? Parce que bon, avec quelqu'un de moins scrupuleux aux commandes, tu peux renverser tout Dreamland en une nuit hein, tu débarques de palais en palais avec une armée et c'est fini. En fait plus j'y pense et plus c'est flippant qu'un tel truc existe ... Enfin bon balek, comme t'as dis la boisson ça fait du bien à son homme, donc je suis bien content que tu l'utilises pour ça, même si je doute qu'on soit d'accord sur les doses à prescrire pour se sentir vraiment bien ! »

Son petit speech terminé, Drasur fut assez heureux de constater que le barman avait débarrassé son verre ainsi que celui de Rexouille pour les mettre de côté, ce qui révélait certainement une volonté du tenancier à les resservir, ce qui était toujours très appréciable. Le bébé tyrannosaure était d'ailleurs complètement endormi sur le comptoir, ronflant sans aucun respect pour ce qui l'entourait, comme papa ! Ce dernier venait même à s'en demander si le barman ne lui avait pas glissé quelques gouttes d'alcool dans son verre pour le coucher, ce qui aurait été très malin comme manœuvre. Son maître sait pertinemment à quel point ce gosse peut être chiant quand il est excité, ce qu'il aurait forcément été après avoir bu un demi litre de sang légendaire. Pour faire un parallèle légèrement foireux, il agirait comme un enfant s'étant tapé un thermos de café, sauf que lui avait une mâchoire capable d'écraser un fémur quoi, je vous laisse imaginer ce qu'il peut arriver donc. Enfin, entre temps le serveur avait repris la parole, sa voix suave résonnant dans l'esprit de son client qui appréciait toujours tranquillement sa clope. Après une bonne grosse bouffée qu'il recracha vers le plafond, il prit la peine de répondre aux questions un peu trop personnelles du barman.

« Ton nom c'est ta fonction ? C'est un peu réducteur quand même, ça fait PNJ random. J'vais t'appeler Bobby du coup, histoire de t'humaniser un peu ! Et ouais bien sûr, met moi la petite sœur n'hésite jamais à ce propos mon gars. Et ... Ouais, la conversation qui fait mal elle est là, je la voyais venir, tu perds pas le nord hein, sacré Bobby. Bah comment te dire ... C'est un enchaînement de merde tu vois, 23 ans de taquets dans la gueule de la vie, c'est difficile à résumer. Mais si tu veux une idée, disons que j'suis le genre de mec qui a fait uniquement les mauvais choix, se retrouve dans la merde et maudit la société pour ses propres conneries, qui se déteste bien plus qu'il méprise le reste du monde tout en étant persuadé d'être bien meilleur qu'eux, tu vois le délire, j'imagine que des pélos comme moi t'en vois une demie douzaine par nuit ici, c'est le syndrome type du millenial. Mais bon, le dernier uppercut du destin c'est une histoire de cœur, une meuf qui m'a envoyé balader comme une merde et moi qui fait le con derrière pour tenter de noyer la culpabilité et cette putain de boule dans le bide. Enfin, il y a à peu près cinquante pourcent de chance que je me réveille en garde à vue donc je verrais bien. Du coup bah, j'vais avoir besoin de quelque chose de fort mon pote. »

Pour quelqu'un qui ne voulait pas trop se révéler il avait la langue bien pendue tout de même. Il faut bien avouer que l'ambiance générale et l'oreille attentive du barman l'avaient mis à l'aise, le rendant bien plus prompt à s'ouvrir à quelqu'un qu'il connaissait depuis moins d'un quart d'heure. Mine de rien, même si il n'était absolument pas entré dans les détails et ne se sentait pas de le faire dans l'immédiat, il se sentait un peu mieux, une bonne partie du poids pesant sur son torse disparaissant soudainement. Il y avait encore énormément de boulot pour qu'il se sente bien, voire juste se sentir pas mal, mais c'était un début. Comme quoi parler de ses problèmes ça peut aider quand la personne en face n'est pas un incompétent notoire, comme le psychologue qui avait été assigné à Drasur il y a quelques mois de cela après sa tentative de suicide et qui ne s'avérait être qu'un gouffre à pognon, pognon que le suisse n'avait pas d'ailleurs. Donc oui, il avait perdu espoir dans toutes ces conneries, jusqu'à cette nuit, peut être bien que les gens peuvent être heureux en discutant ensemble ? Woah ce serait fou, mais bon en attendant, un bon petit verre qui lui brûlerait sa race ne serait pas de refus non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Bleeding Hearts Club ~ Drasur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bleeding Hearts Club ~ Drasur
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lonely Hearts Club ▽ ANTKA
» BYUN PHOENIX ♡ lonely hearts club
» Club de medecine
» Club de Shogi
» Achats groupés club?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Partie RP :: Première Zone :: Plaines Anciennes-
Sauter vers: