Bienvenue

Liens utiles

Effectifs

Ligue B : 17 membres
Ligue M : 7 membres
Ligue S : 0 membre
Créatures : 11 membres
Inclassables : 0 membre
Seigneur cauchemar : 1 membre
Rois des rêves : 0 membre

Top-Sites & Discord


Membres du mois

Blanche
Profil
Top PP
Léo
Profil
Top voteur
Code par MV/Shoki - Never Utopia



 

Partagez | 
 

 La vengeance est un plat qui se mange froid [en cours]

Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 1
MessageSujet: La vengeance est un plat qui se mange froid [en cours]   Dim 15 Avr - 0:26

Illustration du contexte
Modèle créature dans un voyageur | Darhazall


Surnom: Legna
Sexe: Masculin
Age: Plus de 3000 ans (corps actuel : 22 ans)
Royaume : Royaume obscur
Activité : Voyageur de Ligue M
_____

Pouvoir: Contrôle obscur (matérialise et contrôle de la matière noire)
Arme: Aucune.
Objet magique: Aucun.
Alignement : Chaotique mauvais
Objectifs : Se venger du Seigneur Obscur et de ce traître de Varniak, en plus de faire chier le monde.
_____

Points de Puissance : 35 000 maximum
Points de Réputation : 35 000 maximum
Classement : A voir, dans la Ligue M

Je les tuerais tous, et peu importe les obstacles. Personne ne fait de l'ombre au Dragon Obscur



Description


Décrivez votre personnage physiquement et mentalement

Histoire


Un simple flash avait suffit. Je m'étais préparé pendant des années, j'avais soigneusement sélectionné mes pions, accumulé les provisions et les contacts nécessaires. J'ai agi dans l'ombre afin de ne pas éveiller les soupçons, ne sortant pratiquement jamais de mon temple tout en prétendant une fidélité sans faille à mon seigneur. Une loyauté qui m'avait permis de m'approcher de Lui, de connaître Son entourage et de me préparer à le Lui voler. A tout Lui prendre, pour le garder pour moi. J'aurais détruit les éléments dispensables, afin de n'avoir que l'essentiel. La crème du royaume obscur, réputé pour être le plus puissant de tout Dreamland. Pourtant.... Un simple flash avait suffit pour anéantir tout mon projet. Les plans que j'avais préparés depuis des siècles effacés, tout comme mon temple ainsi que tous ceux qui étaient présents.

J'ai senti Son pouvoir pénétrer mes écailles, les réduisant à néant alors que ma chaire se déchirait sous l'influence de son attaque. Unique, mais d'une puissance presque hors de portée pour les habitants de ce monde. Lorsque je rouvre les yeux, je n'arrive même plus à tourner la tête pour faire l'état des dégâts, je connaissais mon corps, et je n'avais aucune difficulté à comprendre qu'il manquait de nombreuses parties. Beaucoup trop pour survivre de manière conventionnelle. Alors je ferme les yeux, lentement, laissant ma conscience s'effacer comme mon existence dans ce monde, laissant le silence remplacer mes pensées... Tout en embrassant doucement mes rêves.

Je suis Darhazall, le Dragon Obscur. Ceci est ce qui reste de mon histoire...

Chapitre 1 - La dernière ombre

J’ai peu de souvenirs à propos des circonstances autour de ma naissance. Vu comme le Dragon Obscur, ce n’est pas quelque chose dont j’ai hérité mais un surnom que l’on m’a attribué alors qu’il y plusieurs millénaires de cela, mon ombre planait au-dessus des champs de batailles ensanglantés. Je n’avais pas été appelé, je n’étais même pas connu du monde à ce moment-là. J’ai simplement ouvert mes yeux, observant des créatures s’entretuer sans but apparent. J’ai senti mon estomac se tordre à cause de la faim, tandis qu’un clou frapper ma tête à cause de la cacophonie de la guerre. D’un rugissement, les tranchées se firent silencieuses alors que ma descente sur la terre était synonyme de mort pour des centaines. J’étais plus fort qu’eux, plus grand et plus cruel. Mes griffes déchira leurs armures, mes écailles repoussèrent leurs lames, ma queue brisa leurs os alors que mes crocs se délectèrent de leur sang. J’étais un dragon et ma présence seule suffit à changer le cours des choses. Là où, dans une guerre, il ne pouvait n’y avoir qu’un seul gagnant, j’étais celui qui avait volé les espoirs de ces créatures.

Au début animé par la faim, j’ai très rapidement pris plaisir à torturer ces pauvres âmes qui tentaient de s’échapper. Je les ai écrasés, démembrés, observés alors qu’ils gisaient dans l’agonie. J’écumais les champs de bataille dans ce monde vaste et tordue qu’était Dreamland, répétant la même manœuvre des centaines, voir des milliers de fois. Les années passèrent et le monde entier avait pris connaissance de mon existence, moi : Darhazall, les ailes noires, la dernière ombre sur le champ de bataille… J’étais à la fois crains et désiré, les plus faibles priez pour ne pas espérer apercevoir la couleur de mes écailles tandis que les plus forts attendaient de m’affronter. C’était une époque baignant dans le sang et les tripes des faibles, là où les forts se disputaient le bétail pour s’amuser et passer le temps. Je le sais car je l’ai fais pendant de nombreuses années, pendant très longtemps… Pourtant, après des décennies à patauger dans ces terres, abandonnées par la raison, j’ai ressenti pour la première fois ma plus grande peine : l’ennui. Je ne retrouvais plus cette passion pour le sang lorsque j’achevais des insectes, ce monde qui me paraissait sans limites alors que j’étais capable de déployer mes propres ailes me paraissait désormais bien petit.

Dreamland devenait fade, sans aucune saveur, comme si je ne faisais que mâcher des cendres alors que je tournais en rond. Plus rien n’avait d’intérêt à mes yeux, pas même mes semblables qui se réunissaient sous le flambeau du fameux Roi des dragons. Plusieurs fois j’ai été approché, jamais je ne suis reparti avec ces pathétiques dragons qui finissent par imiter les autres et tentent de réduire en cendres leurs ennemis non pas pour le plaisir de la chasse, mais pour la conquête. A quoi bon conquérir des terres entretenues par des faibles, si ce n’est récupérer leur héritage éphémère et inintéressant ? Les yeux d’un dragon sont faits pour observer les châteaux de sables des autres se construire et s’effondrer, au même titre que leur pathétique existence. Jamais je ne me serais mélangé à un peuple ayant oublié les principes même de notre existence et la raison de notre puissance démesurée. Au final tout cela pour quelle raison ? Pour que leur dirigeant se fasse pourfendre par le maître du ciel ? Bah ! Un destin aussi tragique que prévisible pour un dragon ayant essayé d’imiter le système des insectes.

De cette vision sur cette page d’histoire des dragons, entachée par l’existence même du Roi des dragons, mon ennui a fini par doucement se transformer en colère. Une colère noire à l’égard de ces créatures de Dreamland ne connaissant par leur place. C’était avec un nouveau sentiment que je plongeais sur les terres frappées par la guerre, détruisant toutes les formes de vie me tombant sous les écailles. Je ne recherchais plus le plaisir de la chasse comme j’avais pu y goûter par le passé, non, je souhaitais simplement détruire, réduire à néant leurs espoirs et laisser les morts girent après mon passage. Seul le silence mortel des champs de batailles ravagés pouvait m’apporter calme et sérénité, alors que je finissais toujours par repartir vers de nouveaux royaumes à attaquer. Je ne comptais plus les morts. Ma vue était aussi rouge que le sang des créatures et des voyageurs. Je n’avais aucun allié, aucun ennemi. Il n’y avait que moi, puis les autres. C’est dans ma colère aveugle que j’avais fini par croiser la route du royaume obscur, se protégeant des innombrables attaques qu’il subissait depuis plusieurs siècles, voir millénaires. Ce jour-là, j’étais devenu l’assaillant, et j’ai connu pour la première fois le goût de la défaite. J’avais détruit les remparts d’un simple souffle et les bourrasques produites par mes ailes suffisaient à envoyer voler les petits êtres. J’étais confiant, fier, sûr de mon énième victoire qui se profilait devant moi. Puis ils sont apparus.

Une créature recouverte de ténèbres plus profondes encore que ma folie. Accompagnée par son fidèle servant, elle levait la main dans ma direction tout en indiquant un simple ordre : « Domine ». Le chevalier noir s’est avancé, dégainant son épée alors qu’il ruait dans ma direction afin de protéger son maître ainsi que son royaume. Je poussais mon plus puissant rugissement, semblable à la foudre déchirant le ciel, avant de plonger dans la mêlée. Mais la réalité fait que je ne pouvais gagner ce combat perdu d’avance. J’avais beau être l’équivalent de l’ange de la mort sur les terres de Dreamland, ma puissance et mes faits d’armes n’avaient pas le même impact face au plus puissant Duc du royaume obscur. Pour la première fois je fus cloué au sol, crachant mon propre sang. Je n’étais plus en état de déployer mes ailes, et la majorité de mes os furent réduits en morceaux.  Pourtant, plutôt que de me sentir frustré ou en colère, je sentais mon propre rire s’étouffer dans ma gorge ensanglantée alors que je fixais le chevalier noir devant moi. Un rire que je n’avais pas poussé depuis plusieurs décennies à présent, tandis que pour la première fois de ma longue vie je me sentais proche de la mort. C’était le destin des faibles de mourir par les mains des forts, et j’allais en devenir la preuve même. J’ai vécu à travers les combats uniquement dans ce but, je n’avais aucune autre finalité que celle de mourir pour ce en quoi je croyais. Malgré la fierté qui brillait dans mes yeux, je laissais un râle s’échapper de mes crocs alors que j’ordonnais Ristar, le Duc, de m’achever et de clamer la victoire.

Mais il n’en fit rien. Au contraire, il rangea lentement sa lame tâchée de mon sang et recula, laissant son maître s’avancer jusqu’à ce qu’il soit à portée de mes crocs. Néanmoins, je n’avais plus la force de l’attaquer, ni même le désir. Il n’y avait rien de plus déplorable à regarder qu’un rat se débattre alors que sa mort était certaine. Jamais je n’accepterais montrer une telle image. Jamais. Cependant, pendant l’espace d’un instant, mon regard croisa Ses yeux, aspirant mon esprit ainsi que mon attention pour que je n’écoute que lui, et uniquement lui. Sa voix fait écho à travers mes os brisés, Son ordre me forçant à lui obéir et Sa clémence m’accordant le droit de vivre, même après une défaite.

C’est ainsi, avant que le Seigneur Obscur ne décide de s’isoler de Dreamland, que je suis devenu le Second Duc.



Derrière l'écran ?

Prénom ou pseudo : Joël
Age : 22 ans
Comment as-tu connu le forum ? : Voir Weiss
Connais tu Dreamland ? : J'attends le prochain tome !
Depuis quand fais-tu du rp ?: Depuis... 7 ? 8 ans ? Peut-être 9, je serais vétéran un jour !
Pourquoi avoir choisi ce forum ? : Voir Weiss.
_____

Personnage sur l'avatar et l'oeuvre d'où il provient : Nowe - Drakengard 2


Codage ©️️ Solaris @ Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La vengeance est un plat qui se mange froid [en cours]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les fiches :: Présentations-
Sauter vers: