Bienvenue

Liens utiles

Effectifs

Ligue B : 17 membres
Ligue M : 7 membres
Ligue S : 0 membre
Créatures : 11 membres
Inclassables : 0 membre
Seigneur cauchemar : 1 membre
Rois des rêves : 0 membre

Top-Sites & Discord


Membres du mois

Blanche
Profil
Top PP
Léo
Profil
Top voteur
Code par MV/Shoki - Never Utopia



 

Partagez | 
 

 Qui veut épouser mon juge ? [Quête de Joy & Blanche]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar
Ligue M
Pouvoir : Contrôleuse des maths
Points de Puissance : 33 600
Points de Réputation : 28 200
Messages : 250
MessageSujet: Re: Qui veut épouser mon juge ? [Quête de Joy & Blanche]   Lun 9 Avr - 21:38

- Ouais, une dernière alliance avant de partir. Tu penses qu’il y a une sorte de dette tacite entre les deux ? Il doit y avoir un historique en commun, c’est clair. Tu noteras que notre bonne vieille Aphrodite n’a pas dit non sur la proposition de mariage...et si c’était un truc qu’elle attendait ? Mettre la main sur Law pour elle toute seule ? Passer de la tradition au Divorce Plan, elle a dû faire un cheminement mental assez important...peut-être similaire à celui de Law. Elle a dit qu’il pouvait aimer les vilaines filles, donc si ça se trouve, elle est devenue une vilaine fille pour lui plaire… ? J’sais pas, je réfléchis tout haut.


Joy réfléchit un peu à la proposition de sa camarade, effectivement le Juge a dû voir ses clients venir en nombre grâce à l’ancienne Reine. Peut-être qu’ils pouvaient en tirer quelque chose autour du préjudice jamais perçu ? Quelque chose de ce genre. Après tout fouillé, sans avoir quelque chose de vraiment efficace, le plus simple était d’aller défoncer les archives de Justicity de fond en comble. Joy le pressentait, ce ne serait pas une mince affaire. Pour accéder aux archives, il faudrait sans doute entamer un bras de fer juridique assez important.


Les deux voyageuses reprirent la route, cette fois vers Justicity. Joy prit le volant et essaya de ramasser tous les éléments possibles. Elles avaient le plan à trois, l’ancienneté, le préjudice d’Aphrodite...et pas grand-chose de plus pour l’instant, elle mit en marche le van qui avança et se mit à foncer vers la ville de la justice. Après plusieurs dizaines de minutes de route, elles arrivèrent à l’un des fameux postes de douane du Royaume, et les douaniers demandèrent d’arrêter le véhicule. Joy sortit tandis que les douaniers inspectaient déjà Mylène Farmer à la loupe.



- Papiers du véhicule ?
- J’ai pas.
- Permis ?
- J’ai pas.
- Pièce d’identité ?
- J’ai pas.
- Titre valable de propriété sur le véhicule ?
- J’ai pas.
- Assurance ?
- J’ai pas.
- Dépliant contre la pollution ?
- J’ai pas.
- Carte grise ou rose ou verte ou…
- J’ai pas.
- Acte de naissance ? De vous ou du véhicule ?
- J’ai pas.
- Anciens constats ?
- J’ai pas.
- Photos souvenirs datées ?
- Je crois que...nan j’ai pas.
- Papier toilette ?
- J’ai pas.
- Papier aluminium ?
- J’ai pas ?
- Contrôle anti-alcool et anti-stupéfiants ?
- J’ai...non tout a été utilisé pour jouer avec les indicateurs. J’ai pas.
- Est-ce que vous avez quelque chose pour nous aider à vous faire passer dans les règles ?
- Le van s’appelle Mylène Farmer.


Un temps de silence, le douanier devint blanc. Joy avait oublié, à force, mais le van faisait peur à toutes les créatures qu’il pouvait croiser sur sa route. A croire qu’il avait eu une première vie avant de rencontrer la voyageuse des maths. Le douanier alla chuchoter quelque chose à ses collègues, tous regardèrent Joy et le van, alternativement, en devenant blême. Puis ils se reculèrent et rentrèrent tous à dix dans les minuscules postes de contrôle de la douane du Royaume. La barrière se leva et Joy haussa les épaules en reprenant le volant.


- Un jour Mylène, faudra que tu me dises pourquoi que tu fais flipper les gens comme ça…
- Callate !
- Ok ok, j’disais juste ça comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Invocatrice de dards
Points de Puissance : 15 300
Points de Réputation : 11 900
Messages : 126
MessageSujet: Re: Qui veut épouser mon juge ? [Quête de Joy & Blanche]   Mar 10 Avr - 12:35

Il était, comme Joy le dit si bien, très probable qu’Aphrodite ne compte pas partager Law avec son homologue reine du mariage. Elle et Cupi ne semblaient pas partager la même « vision » du mariage, Cupi-chan semblant plus… ouverte d’esprit que la chef du Divorce Plan quant à sa conception du mariage, ses unions à la chaine sans faire attention aux genres des personnes présentes en était la preuve.

« T’as raison. » Dit Blanche une fois que Joy eut terminé, « Qui nous dit qu’il voudra de Cupi-chan, qui veut des mariages qui dure, l’amour, le vrai avec un grand A, alors qu’à côté, il a sûrement convenu d’un moyen de fonctionnement avec Aphrodite. S’il choisit Cupi-chan, administrativement, il y a le contrat de mariage, mais c’est rare que les gens en fasse un, généralement, ou alors, il faut être vraiment préparé, alors qu’à côté, il a Aphrodite, qui lui propose des mariages très traditionnels, qui ne vont sûrement jamais marcher, et qui mèneront probablement à des divorces, qui parfois se passeront mal et mèneront à des procès. J’ai déjà entendu des amis à moi parler de divorces qui ne se passent pas comme prévu, c’est une vraie galère, crois-moi. En général, quand on a le choix, on va choisir l’option qui nous parait nous donner le plus d’avantages et le moins d’inconvénients aux premiers abords, même si on sait que ce n’est pas le bon choix. Pour Law, sur le coup, ce choix pourrait être Aphrodite. Si on veut que le mariage à trois, ou celui avec Cupi se fasse, alors il va totalement falloir s’informer beaucoup plus, mais si je pense que ça sera compliqué… »

Comme pour lui donne raison, elles arrivèrent alors à la douane de Justicity, et directement, les charmants douaniers de l’entrée les firent sortir du véhicule pour un contrôle de routine pour le royaume. Le visage de Blanche devint blème au fur et à mesure que Joy répondait par la négative aux questions des douaniers. Au vu de ce qu’elle avait pu voir dans le royaume lors de son arrivée, un tel comportement méritait bien pire qu’un procès, et pendant un moment, Blanche se demanda si Joy ne le faisait pas exprès pour qu’elles puissent voir Law, ce qui sur le papier pourrait être une bonne idée, mais ne pouvait que se finir mal, au final. Mais l’impensable arriva et alors que Joy dit le nom de son van, le douanier devint aussi blanc que l’invocatrice. Allant chuchoter quelques mots à ses camarades, il finit par faire passer les deux voyageuses et le van dans Justicity malgré le fait qu’il y avait une entorse à toutes les règles de sécurités du code de la route possible les concernant. Blanche ne fit aucun commentaire, mais pour elle, ça revenait à se balader avec une étiquette « Criminelles » peintes en gros sur Mylène, mais passons.

Enfin, les archives de Justicity arrivèrent dans le champ de visions des voyageuses  et comparé à celle du Divorce Plan, les éplucher allait demander bien plus que quelques heures. Mais le seul avantage c’est qu’au moins, ça serait rangé, et que si elles cherchaient une information précise, elles sauraient où le trouver. Le seul et unique problème, c’était de renter et là non plus, ça ne serait pas gagné. Bon, comme dans un tribunal, les archives étaient ouvertes au public mise à part un contrôle de routine, il serait simple de passer, cependant, ce qui s’avéra plus compliqué fut qu’on leur attribua des badges une fois le contrôle passé.

« Et ça sert à quoi ? » Demanda l’invocatrice à l’agent de sécurité qui distribuait les précieux petits bouts de plastiques.

« Ça permet de réguler l’accès aux informations. » Répondit le baraqué sans même regarder l’invocatrice, continuant sa distribution au compte-goutte, « Certaines informations ne peuvent être donnée qu’aux travailleurs de Justicity, question de sécurité du Royaume. Vous aurez accès aux 2 premiers étages des archives, en tant que voyageur externes. Si vous outrepassez cette règle, vous serez conduite directement face à la justice. »

Blanche laissa le gardien à ses occupations et poussa un soupire une fois à une distance raisonnable, et rejoint Joy :

« Bon, faut espérer que notre carte nous permette d’accéder aux informations que l’on veut, sinon… » Soudain, le visage de Blanche, comme si elle avait mangé un perle de lait, se transforma. « Et si ça nous permettait de voir Law ?! Si on viole les consignes données, on aurait l’occasion de voir le grand juge en personne, non ? C’est risqué, mais j’ignore si on aurait un autre moyen de voir Law en personne. » Bon, d’accord, c’était aussi le risque d’aller directement à la case prison du monopoly, mais elle regarda Joy, l’interrogeant du regard sur le fait qu’il puisse y avoir une autre possibilité d’agir pour éviter de se mettre en danger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue M
Pouvoir : Contrôleuse des maths
Points de Puissance : 33 600
Points de Réputation : 28 200
Messages : 250
MessageSujet: Re: Qui veut épouser mon juge ? [Quête de Joy & Blanche]   Mer 11 Avr - 17:28

- Cupi-chan cherche moins l’amour que les mariages. On peut se marier encore aujourd’hui, dans le monde, pour des terres, un nom, une famille, de l’argent, et même parfois pour des causes qu’on aura du mal à déterminer...l’émancipation de sa famille, une fuite en avant, changer son nom de jeune fille, prendre un top model ou une femme qui correspond à notre niveau social habituel. On ne se marie pas forcément par amour, et je ne parle pas des mariages obligatoires ou arrangés qui ont cours encore dans certains endroits du monde.


Elle réfléchit encore un peu. Le mariage n’était pas l’amour, l’amour était bien une chose contingente au mariage, et souvent même l’amour était dangereux dans le mariage, dans le couple et dans l’union prononcée à vie – le terme à vie jouant son rôle de grand inquisiteur quotidien une fois la liesse de la cérémonie passée. Cupi-chan voulait du mariage, prétendument amoureux, mais elle n’était en aucun cas en lien avec l’amour. Ou alors Joy avait mal saisi l’envergure de la Reine ?


- Il nous faudra un double contrat, en fait, entre Cupi-Chan et Law, et entre Law et Aphrodite. Plus on proposera de cas législatifs précis et compliqués à Law et plus la possibilité de l’intéresser sera grande. Je passe bien sûr sur le fait d’être une vilaine fille avec lui. Quoi ? On pourra toujours s’arranger si on s’aperçoit que c’est un fait un gros pervers. Mais pour en revenir au sujet, le but c’est généralement de créer du conflit, du procès et des démarches pour que Law, le Juge, trouve son compte et son plaisir dans ce mariage. Cupi-chan pense qu’il faut lui changer les idées, mais l’un n’empêche pas l’autre : le mariage va lui changer les idées, mais c’est le Roi de la Justice, c’est sa nature propre, il est né pour faire des jugements, pour les rendre. Tu lui enlèves ça, son inexistence n’a aucune raison d’être...il faut plus que ça. On est là pour ça.


Joy lui répondait alors qu’elles étaient en route vers les archives. Le coup de Mylène était passé, de manière un peu imprévue. Le plan de base était de ne rien déclarer pour arriver plus rapidement auprès des personnes intéressantes du Royaume, mais cette fois elles auraient la paix pour investiguer tout leur saoul. C’était un peu une déception car finalement elles perdraient du temps, mais l’idée d’esquiver toutes les procédures était aussi une forme de soulagement pour la voyageuse des maths qui ne se sentait pas forcément d’affronter Justicity et ses règles sur une période longue. Après avoir récupéré des badges, les contrôles continuaient. Elles auraient pu ne pas entrer à cause de leurs tenues, de chaussures non conformes et des mèches de cheveux trop longues...mais Mylène ou bien ses occupantes avaient quelque aura au-dessus d’elles.


Une fois isolées dans les archives, Joy parla à voix basse à sa camarade. Blanche avait eu la même idée qu’elle, mais se laisser embarquées donnait beaucoup trop d’incertitudes et de risques pour la matheuse qui voulait y aller avec des pincettes mesurées, calculées, mûrement réfléchies.



- Déjà, on fouille l’espace réglementaire et ensuite j’essaie de passer aux étages interdits. Tu m’aideras ou pas ? Il nous faut soit forcer le passage pour accéder à toutes les archives, soit un truc qui fait qu’on devient travailleur de Justicity. On peut aussi aller directement à la justice, comme tu dis, mais on doit compter sur l’effet de surprise pour se présenter à Law de la meilleure des façons. Bien sûr, si on trouve des trucs intéressants avec ça, pas besoin de tout ce cirque, mais j’sais pas pourquoi, ce qu’on cherche va forcément se trouver dans les endroits inaccessibles.



Elle lui montra les rangées de cartons et d’ouvrages divers, et elles se séparèrent pour enquêter chacune dans son coin. Joy passa quelques heures à décortiquer plein d’ouvrages inutiles, des feuilles, des compte-rendus, des procès-verbaux, des intentions, des notes, des lettres d’excuses, des lettres avec des pleurs. Puis, elle plongea dans un énorme volume avec des pages arrachées : Histoire de la Justice. L’histoire du Royaume de Law. Elle plongea littéralement dedans, c’est-à-dire qu’elle finit par atterrir dans un tribunal rempli de vieilles créatures qui parlaient toutes en même temps sur les décisions judiciaires du passé. Elle ne savait plus trop où elle se trouvait, dans le bouquin ou quelque part ailleurs, téléportée, mais elle y était. Les créatures s’arrêtèrent et firent silence. Puis, une des créatures se leva et prit la position du Juge. Son bureau s’éleva et sa robe se transforma en celle d’un juge rouge, blanc, et noir.


- Que faites-vous ici ? Intrusion, crime de catégorie 1 de l’an de grâce mil huit…
- Je suis Joy. Voyageuse des Maths. Je lis actuellement un livre sur l’Histoire de Justicity et…
- Oui, nous sommes le livre. Que faites-vous donc ici ?
- Aucune idée, je plaide l’innocence.
- A quel moment avez-vous eu un lien avec le Royaume des Mots ?
- Il y a environ quatre ou cinq ans. Pourquoi ? C’est grave docteur ?
- Juge Merleton. Ce n’est pas grave, mais la magie des mots peut surprendre ceux qui ont connu la lecture particulière de ce royaume, en particulier avec les livres issus de ce Royaume.
- Oh, je comprends mieux. Rappelez-moi l’auteur ?
- Le maître Paul Bismuth le célèbre criminel-avocat-millionnaire et bien sûr philanthrope et ami des bêtes référencé dans le Droit du Bestiaire. Nous sommes ses créations.
- Dans ce cas, je viens juste vous consulter, à titre de spectatrice.
- Des objections dans la salle ?
- Oui, nous voulons savoir pourquoi cette jeune fille nous lit-elle !
- Objection !
- Objection accordée. On poursuit. On en était sur l’auto-référencement du Royaume dans ses textes de lois et de ses lapsus de connaissances correctives à visée locale, c’est ça ?
- Exactement !
- Parfait, on reprend.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Invocatrice de dards
Points de Puissance : 15 300
Points de Réputation : 11 900
Messages : 126
MessageSujet: Re: Qui veut épouser mon juge ? [Quête de Joy & Blanche]   Mer 11 Avr - 18:44

Bien qu’elle n’ait pas l’autorisation nécessaire pour explorer les archives de Justicity dans sa totalité, Blanche avait déjà bien du travail à faire dans les étages qui lui étaient autorisés. Elle poussa un soupire mais il fallait bien qu’elles trouvent un moyen de régler leur problèmes avant de pouvoir simplement penser à se présenter à Law, sinon, ils allaient les jeter hors de son bureau et les envoyer directement par la case prison sans possibilité de jeter un dé pour en sortir.

« Compte sur moi ! » Dit Blanche non sans un pointe de crainte, « On va éplucher cet étage puis si on trouve rien… on va s’arranger. A plus tard ! » Conclut-elle en allant de son côté éplucher des tonnes de dossiers barbant et autres documents administratifs dont l’attribution du mot « passionnant » serait un mensonge éhonté. Au bout d’un moment, lire et relire encore et toujours le même blabla juridique qu’elle se mangeait à l’université rendait Blanche folle. Si elle était devenue voyageuse, ce n’était pas pour subir les cours de l’université ! Le monde des rêves était supposé être quelque de chose de passionnant et palpitant, pas rébarbatif ! Après une bonne heure et demie à éplucher les archives, Blanche posa sa tête contre le bureau, s’autorisant une petite pause pour refroidir son cerveau en ébullition. Elle espérait que Joy ait trouvé quelque chose, parce que pour elle, c’était vraiment le vide total en terme de trouvaille révolutionnaire. Rien n’avait été ajouté au dossier « Law Legato » à part une bonne grosse migraine pour l’invocatrice. Et si Joy ne trouvait rien, ce qui serait peut-être le cas, alors elles n’auraient pas d’autres choix que d’aller dans les étages interdits et là, il faudrait faire vite pour ne pas se faire arrêter sans rien avoir trouvé. Mais surtout, comment entrer. Nul doute que les étages réservés aux travailleurs de Justicity devaient être gardés, et relevaient d’une inspection du badge, mais aussi de la personne. Est-ce que vous trouveriez crédible vous, une personne en tenue de mariage qui a un badge de juge ? Non, et bien il était probable que les gardes non plus. Il fallait donc, en plus de pénétrer dans les fameux étages, avoir l’air d’appartenir à cet étage. Mais là encore, c’était facile à dire, mais pas à faire.

Du bruit près d’elle fit que Blanche releva la tête pour replonger dans ses documents, comme pour dire à la personne qui arrivait qu’elle suivait très bien ce qu’elle faisait et qu’elle ne rechignait pas à la tâche. Mais son interlocuteur, un avocat tiré à 4 épingles, ne prêta même pas attention à l’invocatrice et se permit même un reniflement du nez dédaigneux en passant prêt d’elle. Prête à démarrer au quart de tour, Blanche l’était si ça permettait à cet avocat de pacotille de ne plus avoir ce petit regard hautain sur le visage. Mais il fallait se calmer. En effet, ça ne ferait qu’attirer des ennuis et pourrait compromettre la totalité de leur mission. Mais aussi et surtout, ce qui retint Blanche de péter un scandale au beau milieu des archives, ce fut un petit bout de plastique brillant. Le saint graal dont elle avait besoin, un badge spécial pour les avocats de Justicity. Ses yeux s’illuminèrent. Il lui fallait ce badge, et pour ça, il fallait la jouer fine. Lui demander de but en blanc, c’était à coup sûr un plan foireux, soit il allait lui rire ou nez, ou prévenir la gardes et si c’était le cas, ça n’était pas bon du tout. Il fallait opter pour une autre approche, plus subtile, plus… sensuelle. En effet, Aphrodite avait dit que les avocats étaient des gens qui aimaient qu’on les complimente, ça lustrait leur ambition. Si Blanche arrivait à caresser cet avocat dans le sens du poil alors peut-être que.

Un coup dans les cheveux pour se refaire toute belle et Blanche se leva.

« E-Excusez-moi… » Commença-t-elle a dire avec une petit voix de faible femme, qui fit que l’avocat se retourna pour le regard, son air étant devenu hautain ET interrogateur. Retenant l’envie de lui exploser la face contre un code pénal, Blanche s’efforça de répondre parfaitement à son rôle et entra encore plus dans celui d‘une femme désespérée, et dont l’avocat serait le seul et l’unique sauveur. « Monsieur, vous êtes avocat, c’est ça ? ». L’intéressé ne répondit pas, mais Blanche continua quand même, explosant presque, « Vous êtes mon sauveur ! J’ai besoin de votre aide, et vous seul pouvez me conseiller ! » Et se faisant, se jeta dans les bras de l’homme, surpris, mais loin de faire un geste pour la repousser, ce qui était bon signe.

« C’est mon petit ami ! I-Il est violent, et j’ai peur qu’un jour, il aille trop loin… »

« Eh bien… » Dit l’avocat, bien gêné par la situation, « Que voulez-vous que je vous dise, quittez-le ! »

« J-Je ne peux pas, il… il est puissant. Si je vais chez le juge sans être prête, il risque de… Je ne veux même pas y penser ! » Et avec ses mots, Blanche joua la carte des larmes de crocodile, se mouchant presque dans la robe de l’avocat, qui cette fois, eut la présence d’esprit de la repousser un peu. Faisant semblant de sécher ses larmes, Blanche regarda l’avocat avec des yeux emplis d’admiration.

« Mais vous, vous pourriez m’aider ! Vous allez l’air d’être bon dans votre domaine, vous ne pourriez pas me conseille. Oh, l’essence de vie n’est pas un problème, je vous assure ! »

Le juriste la considéra un moment, puis sûrement charmé par les mots de la voyageuse, remit bien sa robe et lui répondit.

« Je ne suis pas spécialisé dans ce genre de droit, mais il me semble connaître un collègue qui serait plus à même de vous aider, Saul Gentilhomme. Dites-lui que vous venez de la part de Ben Chasseur, il devrait vous aider. »

Avec un sourire très bien fabriqué, Blanche le remercia :

« Merci ! Vous êtes mon sauveur, je ne saurais jamais comment vous remercier ! » Ce à quoi l’avocat, avec un sourire de playboy, lui tendit sa carte d’avocat avec son « numéro privé » au dos, au cas où, on ne sait jamais.

Blanche regarda l’avocat disparaître de son champ de vision, parti cherché d’autres documents dans les étages plus bas, puis jeta sa carte dans la poubelle la plus proche pour retourner à ses documents, un badge d’avocat spécialement fait pour les étages supérieurs des archives.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue M
Pouvoir : Contrôleuse des maths
Points de Puissance : 33 600
Points de Réputation : 28 200
Messages : 250
MessageSujet: Re: Qui veut épouser mon juge ? [Quête de Joy & Blanche]   Jeu 12 Avr - 16:25


La séance dans le livre durait, s'étirait et ne semblait pas avoir de fin. Les magistrats s'écharpaient sur des mots, des jurisprudences, des dates et des événements, comme de bons vieux historiens jamais d'accord sur les points de détails...La matheuse manquait de s'endormir mais elle se décidait de tenir bon pour mener à bien la mission qu'on lui avait confiée. De plus, le pouvoir des mots à l'oeuvre lui rappelait le bon souvenir du Royaume des Mots et de sa belle princesse ; cela l'amena dans des rêveries particulières, et forcément un peu cryptées. Elle se reprit encore une fois et demanda à son voisin qui faisait des mots fléchés.


- Ça fait combien d'heures qu'ils parlent ?
- Deux minutes et soixante-quinze secondes.
- La vache, ils en ont même cassé le fonctionnement du temps ! Bon, j'sais pas s'ils vont parler de mariage...vous savez vous ?
- Nous en sommes qu'à l'introduction, ils ont parlé de la création du Royaume et de l'installation problématique aux frontières.
- HEIN ? ET JE DORMAIS ?
- Oui, d'ailleurs vous avez reçu une amande pour tapage sonore. Vous ronfliez un peu trop fort au goût de certains magistrats, mais deux avocats ont pris votre défense en disant que les autres se vengeaient de l'objection de tout à l'heure. C'était assez intéressant, même si à l'appel de l'accusée on s'est naturellement un peu ennuyé.
- Et ils ont dit quoi ?
- Oh pas grand-chose. En gros la Justice se faisait un peu partout dans Dreamland, et il fut décidé de la rassembler dans un lieu. Bon. Mais comme il s'agit d'un rassemblement, on a mis une sorte de cohabitation avec d'autres royaumes. La Justice, les Dieux, l'Amour et la Rhétorique. Les frontières étaient un peu floues, mais à force la Justice a fini par remporter le plus grand territoire. Les Dieux sont allés vers Myriade, et la Rhétorique au Royaume des Mots. Il est resté l'Amour et la Justice, et l'Amour a fini par céder son territoire à la Justice, dans des circonstances qui nous sont encore inconnues. On parle d'une incompatiblité d'humeurs entre les deux régents de l'époque. Un des magistrats a tout de même parler d'un texte de loi qui affirme que les terres de l'Amour sont concédées par prêt à la Justice, mais on n'a aucunement mention de ce texte.
- Mais je ne savais pas tout ça ! Le lien entre les deux royaumes ! Comment on a pu passer à côté ?
- Tout le monde dans Dreamland déteste Justicity, et ça vaut pour son histoire. Ceux qui ne nous détestaient pas nous ont juste ignoré...
- Et pourquoi l'Amour lié à la Justice ?
- Parce que la morale remplace parfois la justice, et que l'amour est contrôlé par la morale. Nos compétences s'arrêtent bien sûr sur le papier sur les terres de la morale, mais en réalité, on pourrait penser que toute justice n'est qu'une morale plus officielle que les autres, simplement.
- Pas le temps de niaiser, s'il existe un texte liant les deux royaumes, et s'il y a un lien par le territoire, alors légalement Cupi-Chan et Aphrodite pourraient demander certaines contreparties...
- Encore faut-il se procurer ce texte. Et légalement.
- Merci du conseil. Vous faites quoi ici au juste ?
- Je suis un lecteur du Royaume des Mots, j'essaie de rédiger des synthèses sur tous les royaumes possibles pour la cour royale.
- Ok, vous oubliez qu'on s'est vu, salut !



La matheuse émergea du bouquin, les yeux écarquillés par ce qu'elle venait d'apprendre. Le plus dur restait à faire, à savoir trouver le fameux texte, entre autres éléments pour constituer un dossier. C'était en tout cas un bon lancement de procédure pour appâter Law Legato, et pour lui présenter un accord à l'amiable. Mais...s'il y avait des accords sur le territoire, et les concessions, c'est qu'il pouvait y avoir plein de documents centrés sur la relation entre les deux royaumes. Il y avait un autre souci...les lois changeaient constamment à Justicity, donc le texte de loi pouvait bien être modifié plusieurs fois, ou simplement revu ou supprimé par rapport à ce qui pouvait se faire ensuite...il fallait un texte non retouché, encore valable...un texte fondamental, du droit intouchable, impossible à modifier...Joy se décida à retrouver sa camarade voyageuse, et l'appela tranquillement dans les rayons tout en zieutant les ouvrages.

Elle vit défiler son nom de famille et feuilleta les dossiers par curiosité, en attendant. Elle croisa son propre prénom et vit la mention du mariage refusé avec Lili-Anna. Elle leva la tête, perdu dans le vide.



- Mais c'est bien sûr !


Une idée venait de popper. Et si le Roi de Justicity était légalement obligé de se marier ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Invocatrice de dards
Points de Puissance : 15 300
Points de Réputation : 11 900
Messages : 126
MessageSujet: Re: Qui veut épouser mon juge ? [Quête de Joy & Blanche]   Sam 14 Avr - 10:39

Entre avant et après sa rencontre avec l’avocat, Blanche pouvait l’affirmer, elle n’avait pas avancé d’un iota. Pourtant, elle ne pouvait pas dire qu’elle ne s’était pas donnée à fond. Elle avait épluchée chacun des documents qu’elle trouvait qui avait un rapport avec Law, les proches de Law, le royaume du mariage, Justicity, les deux, mais rien ne lui avait sauté aux yeux. Certes les deux royaumes ont été de plus en plus proches de par les ans, surtout depuis que le mariage avait pris une dimension beaucoup moins religieuse et plus administrative. Il y avait des documents attestant de mariages plus ou moins ratés devant divers juges et avocats et la même chose pouvait être dite des divorces. Quelques mariages plus importants avaient même bénéficiés de la présence de Law lui-même, mais parmi tous ces documents, rien qui ne pourrait pousser le juge dans ses retranchements pour admettre que oui, il était temps pour lui aussi de se marier, et de connaître les joies de la vie conjugale. Au final, les documents présents ici ne lui avaient été que peu d’aide. Bon, elle avait toujours le fameux badge de l’avocat qu’elle avait croisé il y a quelques temps, mais elle ne voulait pas s’aventurer dans une mission qui avait aussi peu de chance de succès sans Joy. Si elle voulait se lancer dans cette aventure, alors elle devait d’abord retrouver la voyageuse des chiffres.

Prenant soin de ranger les documents qu’elle avait consulté, Blanche se mit alors en route dans le labyrinthe que constituaient les rayons des archives, à la recherche de son amie voyageuse. Elle aurait bien voulu gueuler comme une folle son prénom pour la retrouver plus facilement mais elle serait capable de se manger une amende pour tapage. Il fallait alors être discret. Alors qu’elle se baladait dans les rayons, elle finit par retrouver Joy et s’apprêtait à l’appeler lorsqu’elle vit qu’elle semblait plonger dans des documents. Elle avait l’air perdue dans ses pensées, et Blanche, pendant un instant n’osait pas trop la tirer de cette sorte de rêverie. Dés fois, on avait son petit jardin où on aimait se perdre quelques secondes, et après, on était reparti à l’aventure. Blanche attendit alors que Joy revienne à elle, parlant tout haut. Elle semblait avoir trouvé LA solution qui allait les aider à sortir de ce labyrinthe juridique. Raclant sa gorge et s’approchant, Blanche afficha un grand sourire.

« Hey, on dirait que t’as trouvé un solution, c’est cool ! » Dit-elle, avait d’abaisser la voix, aux « Chuuut ! » qu’elle reçut de la part de quelques magistrats présents. « Parce que de mon côté, ben, eh, j’ai pas grand-chose. » Reprit-elle, gênée d’avoir été aussi infructueuse dans ses recherches. « Enfin, si, j’ai trouvé des tas de trucs, mais rien qui pourrait nous intéresser. En vrai, je pense que ce qui serait vraiment utile se trouve dans les étages supérieurs, qui sont les étages qui nous sont interdits, en théorie… Je dis bien en théorie parce que… » D’un geste dramatique, et en prenant bien garde à ce qu’on le na voit ni qu’on ne l’entende,  Blanche sortit le fameux badge en plastique de sa poche. « Tadaa ! La clé pour aller toujours plus loin, toujours plus haut, toujours plus fort. Bon, euh, par contre, si tu veux bien me faire cette faveur, si on te demande comment je me suis retrouvée avec un badge comme ça, j’ai abordé un avocat pour qu’il m’aide pour une histoire conjugale, il a fait tomber son badge et je l’ai ramassé dans l’espoir de lui redonner parce qu’il a été très aimable avec moi. Tu ferais ça pour moi, hein ? » Termina l’invocatrice avec une petite moue de chien battu qui voulait qu’on lui offre une friandise. Au moins, si elles étaient d’accord sur la version à donner, elles seraient moins dans la mouise si elles se faisaient choper, le meilleur scénario étant qu’elle puisse sortir ni vue ni connues.

Prenant soin de ne pas parler du document qu’elle tenait, ni des raisons de son air si perdu, Blanche rangea le badge et s’empressa de demander à Joy :

« Mais on dirait que tu m’as devancé sur ce niveau, en fait, et on aura peut-être pas besoin de mon badge trouvé par terre, finalement. T’as trouvé l’idée de génie qui va nous permettre de marier Law Legato ? » Dit Blanche avec enthousiasme. Les questions sur le livre viendraient plus tard, elles n'avaient pas vraiment le temps, puis ce n'était peut-être pas le moment de poser de telles questions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue M
Pouvoir : Contrôleuse des maths
Points de Puissance : 33 600
Points de Réputation : 28 200
Messages : 250
MessageSujet: Re: Qui veut épouser mon juge ? [Quête de Joy & Blanche]   Lun 16 Avr - 12:15

Blanche venait vers elle, en disant qu’elle n’avait rien trouvé. Joy fit une petite moue et reprit le fil de ses pensées. Elle avait cependant récupéré un badge d’avocat et était assez fière de l’avoir récupéré. En effet le badge serait doublement utile : pour entrer dans les étages supérieurs mais aussi pour se faire passer plus naturellement pour un avocat. Il y avait une autre utilité : accéder directement à Law Legato. Joy avait une idée, qui changerait sûrement le fil des recherches.


- J’ai pensé à un truc, là. J’ai lu des choses au sujet du Royaume de l’Amour, son nom d’avant, et le Royaume de la Justice, et je me demande si légalement, Law ne serait pas obligé de se marier ? Ensuite, il y a bien un lien entre les deux royaumes, mais la piste échoue à chaque fois, ça date ou bien c’est vraiment trop ardu pour nous deux...je sais juste que s’il y a une querelle autour du territoire, les deux Reines pourraient demander contrepartie, notamment le mariage. Après, Cupi-chan veut une femme pour Law, et une femme capable de le sortir des textes de lois, et je me dis du coup, si on ne veut pas se prendre la tête, on lui dit juste que légalement, il doit se marier, qu’il y a deux candidates, qu’elles règlent les questions de territoire, et voilà la deuxième partie de mon plan du coup.


Idée de génie, idée de génie...c’était vite dit, c’était pas sûr que ça fonctionne, mais les éléments accumulés par Blanche pourraient leur être utile. Il fallait maintenant accéder au Roi ou à des supérieurs de la magistrature, et un détail venait d’éveiller le système D de la matheuse, qui commençait à commencer le puzzle pour aller le plus vite possible auprès soit du Roi, soit d’autres documents.


- Tu as un contact spécialisé dans le droit marital ? Il nous le faut, car on a deux possibilités maintenant : soit on tente le coup de force auprès de Law avec nos éléments actuels. Je sens qu’on est friable, mais en même temps on a des idées, on a des pièces intéressantes, on connaît un peu le dossier, et surtout par rapport à ce qu’il nous répond, on pourrait retomber rapidement sur nos pattes grâce à ton badge. Et ton contact s’il nous suit. En plus, on présenterait les candidates à Law, et il pourrait nous dire s’il aime les vilaines filles ou pas, par exemple ah ah !
- Chut !
- Oui pardon ! Deuxième possibilité : on est sûre de notre coup et on bourrine les documents de la zone interdite au commun des mortels, on récupère un dossier en béton armé, et on tente le coup de force sur la voie légale d’un Seigneur marié. Mais s’il veut déjà se marier sans discuter ? On aurait l’air connes...en même temps, pour un mec qui aime les textes de lois, ça pourrait aussi être sexy de voir deux voyageuses qui se sont démenées pour lui, dans son Royaume ? J’sais pas, je le connais pas, mais perso ça me charmerait quand même un peu et je les écouterais...après, les seigneurs de Dreamland sont pas mal des cassos et …
- Chut !


Joy fusilla du regard le magistrat qui la reprenait à chaque fois, et elle se dirigea vers un rayon désert où une juge et un juré s’embrassaient en loucedé, pour discuter tranquillement et surtout débattre de ses idées avec Blanche qui était toujours de bon conseil. Finalement, c’était un peu l’heure du verdict, et il était peut-être temps de présenter le jugement final ? Ou allez dans une nouvelle cour pour épaissir le dossier Law Legato...la voyageuse des abeilles donnerait sa réponse, après quoi le plus dur resterait à faire dans tous les cas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Invocatrice de dards
Points de Puissance : 15 300
Points de Réputation : 11 900
Messages : 126
MessageSujet: Re: Qui veut épouser mon juge ? [Quête de Joy & Blanche]   Lun 16 Avr - 14:22

Avec attention, Blanche écouta attentivement Joy lui présenter le plan qu’elle avait en tête. Sortir un argument vieux sûrement de plusieurs années, voire siècles pour forcer Law à se marier, en voilà un plan risqué, tordu, mais qui, tout de même pourrait marcher ! De plus, la question de la candidate à choisir revenait naturellement à Law, qui se démerderait avec Cupi et Aphrodite sur le dos. Puis s’il veut choisir les deux et entrer dans le fameux cercle polygame, ça serait légal, en théorie, au vu des nombreux textes que l’invocatrice avait lu. Mais tout cela, ce n’était que la première partie du plan « Marier Law ». La seconde, elle allait sûrement être plus compliquée. Bon, elles avaient deux choix. Ou elles y allaient au culot, en espérant que le terrible Law les suivent, ce qui était risqué en soit, ou alors elles fouillaient, elles préparaient un dossier en béton armé, et le présentait à Law, au risque d’avoir fait des efforts pour rien, si le représentant de Justicity était conciliant. Mais au moins, elles n’avaient pas le risque de se retrouver face à des règles de lois qu’aucune des deux ne comprendrait et qui rendrait leur argumentation invalide. Aux yeux de l’invocatrice, construire un vrai dossier semblait plus important. Mais bien que cette solution paraisse être la meilleure, il restait un bémol à tout cela. En effet, ce dossier, il fallait le constituer dans les étages interdits. Et elles avaient bien un badge, mais il ne leur appartenait pas et se faire attraper, si elles n’étaient pas envoyées directement à Law, c’était direction CellPool direct. Cependant, comme l’avait si bien fait remarquer Joy, elles auraient besoin d’un spécialiste dans le droit marital, et Blanche se pinça le menton, songeuse.

« Un spécialiste là-dedans ? Nope, pas dans mon carnet d’adresse. Pourquoi je connaitrais… » Mais immédiatement, son visage s’illumina, sa mémoire lui revenant comme un coup de poing dans le ventre. Mais oui, elle connaissait bien quelqu’un ! Pas en personne, pas encore du moins, mais il pourrait leur être utile. « Mais oui ! » s’écria-t-elle, recevant des « Chut ! » et un regard de travers des deux tourtereaux qui se bécotaient, mais l’invocatrice n’en tint pas compte, et continua, « Tout à l’heure, l’avocat que j’ai croisé, il m’a conseillé un avocat spécialiste dans ce genre de droit… Enfin, je crois, c’est lui qui me l’a conseillé pour les affaires de violences conjugales. Il s’appelle Saul Gentilhomme, et il m’a dit de dire que je viendrai de la part de monsieur Chasseur, et qu’il accepterait de m’aider, on peut utiliser ça pour qu’il nous aide. On peut lui dire qu’on a besoin  de constituer un vrai dossier, mais que nos recherches dans les premiers étages n’ont rien donné. Mais lui, ce gars-là, c’est un avocat, il a forcément accès aux étages supérieurs ! Lui, il doit en connaître un rayon sur l’histoire des deux royaumes, et il pourrait nous aider sans même savoir qu’il nous a aidé à constituer un dossier pour Law ! Et on aurait fait tout ça dans la légalité la plus totale, si ce n’est qu’on a un peu menti à notre avocat. Quoique, je ne dirai pas que c’est un mensonge, jusqu e l'on ne lui a pas tout dit. Dans tous les cas, ce Gentilhomme est la personne qu’il nous faut, et je te propose qu’on aille le voir immédiatement ! »

Se prenant de nouveau des « Chut ! » agacés, Blanche se dirigea vers la sortie en compagnie de Joy, avant de se prendre une amende pour tapage bibliothécaire. A l’accueil, elle prit cependant soin de demander à une des secrétaires si elle savait où trouver leur cher avocat. Cette dernière, plutôt occupée à parler à sa collègue qu’à accueillir les client, toisa les deux jeunes femmes de haut en bas avant de répondre que si elles voulaient un avocat, elles n’avait qu’à consulter l’annuaire juridique à leur droite, puis retourna à sa palpitante discussion avec sa collègue, bien contente de s’être débarrassée des deux visiteuses qui avaient osé la déranger. Poussant un soupire, Blanche alla au fameux annuaire, un gros bloc semblable aux pages jaunes à l’ancienne, et en ouvrit les pages. Franchement, c’était d’un vieux jeu, qui utilisait encore les annuaires papiers pour trouver quelqu’un, à part si on s’appelle Arnold et qu’on cherche une Sarah Connor ? M’enfin bref, il fallait tout de même le trouver et Blanche se mit en quête d’un Gentilhomme, Saul. Apparemment, le bougre avait son propre cabinet, il devait sûrement être de confiance, du moins, l’invocatrice l’espérait. Elle regarda Joy, attendant de voir ce qu’elle pensait de la marche à suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue M
Pouvoir : Contrôleuse des maths
Points de Puissance : 33 600
Points de Réputation : 28 200
Messages : 250
MessageSujet: Re: Qui veut épouser mon juge ? [Quête de Joy & Blanche]   Lun 16 Avr - 16:50

Le visage de l’invocatrice semblait s’éclairer : elle avait trouvé quelqu’un de compétent, et cela déclenchait les chuts, les tg sphinx et les remontrances des magistrats présents dans les archives. Décidément, on ne pouvait pas travailler décemment ici ! Joy écouta attentivement sa camarade, les yeux plissés car traiter avec un magistrat du royaume pourrait s’avérer à terme compliqué dans la gestion du personnel, étant donné que les créatures du coin étaient du genre à vous embêter sur la façon dont on pouvait bosser ensemble, ou récupérer des informations.


- Violences conjugales ? T’es sûr que c’est le genre qu’il nous faut ? Dans tous les cas on pourrait d’ors et déjà avoir un avis en effet...Saul Gentilhomme tu dis ? Ça me parle vite fait, mais je ne pourrais pas te dire d’où.
- Chut !
- Mais c’est pas possible, achetez-vous des bouchons d’oreilles à ce rythme !
- Chut ! Dernier avertissement mesdemoiselles !
- Bon, on y va…


Elles sortirent en réglant rapidement l’amende pour le tapage en rayons, dérangement des livres et des lectures patientes silencieuses et respectueuses. Rien que cela donnait envie à la matheuse de se casser pour de bon, mais elle sentait qu’elle arrivait sur la fin d’une mission qui leur avait donné à voir du pays, et tous les recoins de Justicity. Après feuilletage de l’annuaire Blanche trouva le cabinet de l’avocat, pas loin d’ici presque dans la périphérie et elles y allèrent dans le van. A l’adresse indiquée se tenaient une sorte de restaurant miteux avec deux vieux en terrasse, un bowling fermé et délabré, et enfin un pressing avec une créature enfoncée dans des haillons sur un siège, avec un énorme lapin n’ayant plus que la moitié du pelage sur le torse. Dans le jargon, on appelait ça un peu la zone. Joy s’approcha de l’entrée du cabinet tandis qu’un client sortait, l’air furax et une mallette, une allure de vendeur de contrats digne de l’univers de Gaston Lagaffe.


- Vous allez voir cet incompétent ? Bon courage !
- Houla, y’a un souci ?
- Je n’ai jamais vu un escroc pareil ! Ma femme devait prendre super cher à cause du divorce, et voilà qu’elle se barre avec mes meubles, mes mômes et mes salaires !
- Ah, pas glop !
- Soi-disant je l’aurais frappée, cette pute ! Tout juste un bleu !
- Ah euh en effet…
- Vous savez ce qu’il a fait ? Il a pris sa part et m’a plombé ! MOI !
- Vous parlez de Saul Gentilhomme ?
- Lui-même ! Un conseil, jeunes filles...mesdemoiselles ! Fuyez ! Cet escroc ne voit que son profit dans chaque affaire ! On m’avait dit de me méfier de lui, ça a beau être un expert dans son domaine, il ne voit que le profit ! Je suis ruiné ! Je n’ai plus qu’à aller à Kazinopolis pour me refaire ! Et si je perds tout, je me bute ! Avant je reviendrai crame sa boutique ! Elle a déjà été enflammée trois fois, vous le saviez ! Non ? Bah demandez vous pourquoi ? Allez, fuyez pendant que vous le pouvez ! Cet homme vous mènera à votre perte !


Il courut en soufflant et en gueulant. Au fur et à mesure sa voix se dissipa, laissant Joy et Blanche toutes seules devant le cabinet. La mafieuse voulut proposer peut-être un plan de secours, mais la porte s’ouvrit. Rien à faire, le sort en était jeté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
Messages : 364
MessageSujet: Re: Qui veut épouser mon juge ? [Quête de Joy & Blanche]   Mar 17 Avr - 0:38

A peine les deux voyageuses furent-elles libérées de la créature qui venait de tenir des propos plus que honteux sur le dit Saul, la porte du bureau s'ouvrit et la moquette sous leur pieds s'anima pour les porter jusqu'à l'intérieur de l'office de l'avocat plus que douteux et véreux visiblement. Il les attendait, là, assis derrière son bureau massif. Il avait vraiment la tête de l'emploi. La tête typique que l'on imagine qu'a un jeune avocat tale talentueux et ambitieux qui ne serait intéressé que par l'argent et le pouvoir. Et à voir la décoration de son bureau ; très riche et qui mettait en avant ses réussites en le glorifiant au travers de coupures du dream-mag encadrées ou de photo aux côté de personnes puissantes et influentes. Tout cela jurait vraiment avec le décors. Les deux voyageuses devaient s'attendre à un avocat un peu tout pourris. Vous savez l'avocat commis d'office qu'a son bureau dans sa bagnole et tout ? Le mec qui ne s'occupe que des cas minables. Il donnait l'impression opposée. Il était le loup de justicity  et il le faisait sentir. Il semblait avenant mais également faux comme un putain de discours de politicien plein de bullshit comme dirait l'autre.  Il ouvrit la bouche pour saluer les deux voyageuses. A remarquer que sa gestuelle accompagnait très adroitement ses paroles. Il était un orateur expert.

- Je vois que vous venez de rencontrer mon impresario. Ma meilleure publicité ! Ne faites pas attention aux propos de cet ancien client déçu.

Il se leva finalement refaisant le bouton de sa veste. Ce mec a tout du premier de cordée détestable. Le sourire colgate qui va avec, saupoudré d'un air séduisant et l'ambition d'un loup cherchant à dévorer la lune. Et l'ironie ainsi que le dédain dont il faisait preuve vis à is de l'homme qui venait de leur dire à quel point il était devenu misérable par sa faute ne faisait que rendre cette créature plus détestable. Commençant à contourner son bureau à la fois garni de dossiers et très propre comme l'ensemble du bureau, il vint leur serrer la pogne. Comptez vos doigts les filles, sait-on jamais !

- Saul Gentilhomme ! Pour vous servir mesdemoiselles. Mais que puis-je justement faire pour vous servir ? Oh ! Laissez-moi deviner ! C'est Ben le chasseur qui vous envoie.

Ouah ! Comment le savait-il ? C'est un miracle ?! Non c'est encore un coup de la fée des intrigues qui puent la merde ! Ou celle des intrigues qui veulent avancer vite. L'une des deux. Ou les deux qui sait. Ou peut-être que Ben est le dernier de ses collègues du barreau à le recommander à des clients.

- Quelque chose me dit que vous avez besoin de conseils en droit marital de Justicity. Ça tombe bien ! C'est ma spécialité !  

Il invita les deux voyageuses à s’asseoir. Une fois de plus sa moquesse se mit à bouger pour apporter deux chaises qui les poussèrent à s’asseoir. Entre elles s'installa également une petite table sur laquelle était posée des rafraîchissements. Il les invita d'un geste poli à boire. Le service, le bureau, son attitude... Tout semblait trop propre, trop clean, trop suspect, trop faux ! Posant ses fesses contre son bureau, positionné bien en face des deux voyageuses, il reprit la parole.

- Dites-moi. Aucune de vous ne semble mariée ou battue. Et je ne vous vois pas trop vous marier à une créature venue d'ici. Je vous assure que c'est le genre de choses qui se remarquent avec l'expérience. Je pense donc que... vous venez pour glaner des conseils pour une tierce personne ! J'ai juste ?

Il afficha un grand sourire qui semblait aussi contrefait que tout le reste dans cette pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamland-infinity.forumactif.com
avatar
Ligue B
Pouvoir : Invocatrice de dards
Points de Puissance : 15 300
Points de Réputation : 11 900
Messages : 126
MessageSujet: Re: Qui veut épouser mon juge ? [Quête de Joy & Blanche]   Mar 17 Avr - 20:56

Blanche était en train de se dire que finalement, elles allaient peut-être renoncer à passer par la case avocat, mais elles n’en eurent pas le temps d’en discuter, ni de s’éloigner que les voilà transportées dans le bureau de ce cher Gentilhomme, avocat de son monde. Alors que Blanche s’attendait bel et bien à voir un looser, d’après ce que son ex-client en dit, mais il n’en fut rien. L’avocat était bien habillé, il semblait avenant, mais surtout putain de sexy. Non, Blanche, focus, focus ! On n’est pas là pour chercher un mec, enfin, pas pour toi. De plus, si l’imprésario de Saul disait vrai, alors il fallait se méfier des mecs comme ça, tous des salauds ! Alors qu’il serrait la main des deux voyageuses, il mentionna que la personne qui les avait fait venir ici était sûrement Ben. Mais… Comment est-ce qu’il avait deviné ? Est-ce qu’il avait un contrat avec cet avocat ? Ou alors, avait-il vu le badge de Ben sur Blanche ? Ou alors, est ce qu’il pouvait lire dans les pensées ? Non, les pensées intrusives de l’invocatrice sont son petit jardin secret dans lequel personne n’a le droit de pénétrer ! Mais là n’était pas le problème, Saul les fit s’asseoir avec la même technique qui avait été utilisée pour les amener à lui, avec, en bonus une petite table avec tout ce dont les voyageuses avaient besoin pour se rafraîchir. Bien que Blanche eut soif, quelque chose, une petite voix affolée lui hurlait de ne pas toucher à ces boissons, sous peine de se réveiller dans un endroit obscur dans Dreamland. Décidant d’écouter sagement cette petite voix, Blanche se prit le ventre et secoua la tête :

« Une autre fois, les boissons, je crois que j’ai un peu trop abusé tout à l’heure… » Bon c’était à moitié vrai, elle avait bien bu quelques verres au royaume du mariage, mais elle n’était pas saoul. Pas encore du moins. Mais elle souhaitait vraiment ne pas tester les boissons de ce lieu, qui semblait de plus en plus cacher quelque chose. Quoi, elle l’ignorait, et elle regrettait un peu d’être venue ici, et même d’avoir glissé cette stupide idée. Elle lança d’ailleurs un regard un peu désolée à Joy. C’était pas prévu dans le keikaku ça, décidemment. En plus, pour enfoncer le clou de sa tombe déjà bien creusée, Saul avait vu clair dans leur jeu sans même qu’elles ne disent un mot sur leur affaire. Ou ce gars était vraiment fort, ou il était vraiment flippant, ou les deux. Ou bien même, son pouvoir était lié à la lecture de pensées. Non, pas le jardin secret, pas le jardin secret ! Il fallait trouver une pirouette, bien foireuse, mais une pirouette qui pourrait les sortir de là. Blanche n’avait pas envie de dire la vérité à ce Saul, au final. Ce mec pourrait très bien s’en servir contre elles, et ça ne serait pas bon, car même si ce mec avait l’air crapuleux et véreux, il avait l’air, et surtout, il semblait bel et bien être talentueux. Un procès contre lui, c’était la défaite assurée. Mais, si on devait voir le verre à moitié plein, si ce gars était aussi ambitieux et doué qu’il le laissait paraître, alors il serait l’homme de la situation contre Law.

« Hé bien… » Commença Blanche, assez peu sûre d’elle, cherchant un mensonge qui se fabriquait dans sa tête au fur et à mesure qu’elle parlait ; cette technique n’allait définitivement pas marcher, mais il fallait le tenter. « Vous n’avez pas vraiment tort. » Avoua l’invocatrice et regardant Joy, espérant que la matheuse la suivrait, « En fait, c’est pour une amie à nous. Vous voyez, elle vient du royaume du mariage, et il y a ce gars de Justicity… Ben elle l’aime quoi, et elle aimerait bien se marier avec lui, vous savez, le mariage, tout ça, tout ça. Mais en fait, le gars n’arrête pas de la repousser. Vous savez, un délire un peu à la Roméo et Juliette, ses parents ne veulent pas gna gna gna, c’est impossible, c’est un amour interdit, tout ça. Enfin c’est très compliqué et tout ça pour dire qu’en fait, on a besoin de vous ! » Termina l’invocatrice en reprenant son souffle, ses paroles sortant plus vite que son cerveau pouvait gérer tout ça. Ayant enfin reprit de l’air, Blanche se retint de ne pas prendre une des boissons à côté d’elle :

« En fait, on a besoin de vous parce qu’on cherche un moyen pour notre amie de prouver à la famille de son Don Juan qu’ils sont obligés de se marier. Des documents, tout ça. » Dit-elle en secouant les poignets, espérant avoir été convaincante et surtout, mener les deux voyageuses sur la bonne piste. Après tout, elle n’avait pas vraiment menti, juste déformée la réalité à son avantage. Il fallait bien qu’elle tente de recoller les morceaux de son plan un peu foireux après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
Messages : 364
MessageSujet: Re: Qui veut épouser mon juge ? [Quête de Joy & Blanche]   Mar 17 Avr - 22:48

Spoiler:
 

Pendant que Blanche décrivait la situation qui n'était que partiellement fausse, Saul semblait écouter attentivement en faisant les 100 pas devant elle, secouant la tête en signe d'écoute. Il semblait concentré et déjà réfléchir peut être aux possibilités de procès, aux procédures à utiliser, aux tactiques, aux lois à exploiter. Il s'en retourna dans ce petit balais de pas qui semblait étrangement assuré, comme si tous ses mouvements étaient préparés un long temps à l'avance. Il s'appuya sur son bureau pour leur répondre.

- humhm... Je vois. Intéressant ! Je vais être franc avec vous, je suis avant tout spécialiste des ruptures maritales et non des mariages. Mais disons que ma spécialité est sœur de celle qui vous intéresse. Il m'a été donné plusieurs fois l'occasion de défendre des clients qui demandaient à empêcher le divorce par des procédures l'empêchant sur le plan légal. Et puis, je dois avouer que ça me fait du bien de sortir de mes procédures habituelles.

Il se dirigea alors vers une des bibliothèque qui ornait les murs de son bureau et survolait du doigt les ouvrages dans une gestuelle décidément toujours aussi calibrée et... Parfaite putain ! Il s'empara d'un des livres tout en commentant son propos.

- Donc votre affaire concerne une créature de l'amour et un habitant de Justicity... Un bien étrange mélange si vous voulez mon avis. Ah ! Mais qui suis-je pour juger ?! Après tout le seigneur de la guerre avait bien épousé la reine de la médecine. Hmmmm... Voilà ! Je me disais que ça m'évoquait quelque chose ! Il y a en effet des lois, plutôt archaïques et anciennes dont il faudrait vérifier la constitutionnalité suite aux amendements à la constitution de la semaine dernière. Il faudrait également que je m'assure des précédents lors d'actes notariés et des cours associés et enfin si ces vieilles lois ne sont pas en contradictions avec des lois actuelles. Mais !

Annonça-t-il en fermant son livre avant de le remettre à sa place et de se retourner vers les jeunes femmes.

- En effet, certaines fonctions occupés à Justicity, selon ces dites vieilles lois, exigent un mariage du dit fonctionnaire dans un délais qui est laissé à la décision du juge des affaires nuptiales et sous contrôle de probité par la commission des affaires familiale et l’œil bien évidemment du syndicat de la magistrature civile.

D'un geste de la main, sa chaise recula seule, la moquette sous cette dernière l'ayant soulevée, le tout afin qu'il puisse s'y installer de nouveau. Prenant appui sur son bureau. Il arborait toujours cet air avenant bien que relativement neutre. Sa prosodie était parfaite et ses gestes accompagnant sa parole mesurés.

- Donc si le dit potentiel époux est fonctionnaire et non comme je le suis, un indépendant, je peux faire quelque chose pour vous en effet. Vérifier de l’applicabilité de cette loi, entamer les procédures et vous accompagner, vous et votre amie, et tant que consultant puis avocat su par le procès nous devons passer. Cependant, je n'aborderai pas plus cette affaire tant que nous n'aurons pas réglé la question de mes honoraires.

Là, il afficha enfin un léger sourire, comme s'il révélait un peu plus son vrais visage qui, d'après la créature tout juste croisée, était avant tout intéressée par son profit.

- Comme je viens de vous l'évoquer, toutes ces procédures sont complexes, demandent une maîtrise du droit maritale et de justicity ainsi que du droit du travail et administratif. Cette affaire me demanderait un certain temps et investissement qui exige rétribution pécuniaire. Comme le certifie l'article 123.68 du code de la magistrature de Justicity : « Nul magistrat indépendant ne doit faire don de ses services ou d'un quelconque acte juridique ».Sachez également que si vous voulez que je vous conseille, il faudra de votre part une transparence parfaite et m'expliquer la totalité de votre cas car la diable du vice de procédure se cache dans les détails.

Il finit cette dernière phrase avec un léger sourire, signe assez discret qu'il savait que Blanche ne lui avait pas tout dit et lui cachait encore de nombreuses choses concernant ce qu'elles voulaient et ce qu'elles mijotaient précisément.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamland-infinity.forumactif.com
avatar
Ligue B
Pouvoir : Invocatrice de dards
Points de Puissance : 15 300
Points de Réputation : 11 900
Messages : 126
MessageSujet: Re: Qui veut épouser mon juge ? [Quête de Joy & Blanche]   Mer 18 Avr - 11:34

Tout en expliquant leur situation, Blanche ne pouvait détacher son regard de la démarche de Saul. Tout chez ce gars semblait calculé et c’était presque dérangeant à regarder ! L’invocatrice ne se demandait même s’il ne le faisait pas exprès pour la dérouter, tant ça en devenait agaçant. Cependant, il fallait voir le bon côté des choses, cet avocat semblait disposé à les aider et pour prouver de cette volonté, il s’empara d’un ouvrage dans l’une de ses bibliothèques et se mit à lire ce qu’il y trouvait. Elle essaya de comprendre ce que Saul disait et en comprit l’essentiel : Le mariage entre Law et quelqu’un du royaume du mariage semblait bel et bien possible, ce qui arrangeait leur affaire, mais pour cela, il fallait qu’il vérifie d’abord si ce genre de loi était toujours valable aujourd’hui. De plus, d’après ce qu’il disait, ce genre d’évènement devait être organisé par différentes organisations de Justicity ce qui n’arrangeait pas l’affaire. Mais, en conclusion, il pouvait les aider. Law était le chef des fonctionnaires, donc un fonctionnaire. De ce fait, Saul pouvait bel et bien faire quelque chose pour elles, encore une fois une bonne chose. Mais comme une bonne chose semblant en amener une mauvaise aujourd’hui, vint la question des honoraires. Ben oui, à quoi est ce qu’elles s’attendaient ? Il n’allait pas travailler gratuitement, surtout vu le personnage.

Blanche lança un regard à Joy. Elle pensait avoir assez d’essence de vie pour payer un avocat miteux, mais ce genre de gars ! Il faudrait qu’elle prenne un crédit jeune dans une banque de Dreamland, et encore ça ne serait pas assez pour elle ! Et Joy, est ce qu’elle accepterait de payer, mais dans tous les cas, ça ne changerait rien, elle n’avait pas les moyens de se payer Saul ! Regardant ses mains, un peu gênée, elle se remua dans sa chaise :

« Ah oui, la… rémunération, c’est vrai… Je… Ecoutez, je ne sais pas combien vous prenez, mais à ce que je vois, je ne crois pas que j’ai ce qu’il me faut… Je ne suis pas Crésus, moi. » Dit-elle en gonflant les joues de frustration. Elle avait été bien idiote. Il fallait se douter qu’un avocat ne travaillait jamais seul et que ce dernier demanderait forcément une rémunération. En plus, il leur fit bien comprendre qu’il avait vu clair dans le jeu de la voyageuse, et qu’il voulait toute la vérité, rien que la vérité.

« Et d’ailleurs, je ne vous ai pas menti. » Reprit la voyageuse. visiblement vexée, « Notre histoire est bien vraie. Bon, ce n’est peut-être pas une amie à proprement parler, plus un commanditaire, mais ça ne change rien au fond de l’histoire. Elle vient du royaume du mariage et chercher à épouser une fonctionnaire de Justicity. »

L’invocatrice jeta un regard à Joy. Est-ce qu’elles devaient vraiment en dire plus à ce Saul. Il pourrait bien sûr leur être d’une très grande aide et les aider à résoudre cette histoire une bonne fois pour toute, mais est ce qu’elles pouvaient leur dire la vérité. Cette homme semblait prêt à tout et il pourrait les plumer à la première occasion ce qui était extrêmement risqué. Mais d’un côté, il semblait avoir les compétences adéquates pour les aider à résoudre cette affaire, et il semblait aussi avoir les chevilles pour affronter Law en personne. De plus, il semblait ambitieux et une affaire contre le chef de Justicity devrait probablement lui mettre l’eau à la bouche.

« Mais, vous êtes sûr qu’un autre type de paiement ne serait pas possible ? » tenta Blanche, en jetant un regard à Joy, « Sinon, on ira voir quelqu’un plus dans nos moyens, ce n’est pas grave, hein, Joy ? » Dit-elle avec un air un peu dépitée. Si la matheuse entrait dans son jeu, elles pourraient peut-être, elle disait bien peut-être renégocier le prix de ses services, en jouant sur le fait qu’une telle affaire ne se représenterait surement plus jamais à lui, et qu’un autre pourrait s’en attribuer les mérites. Elle espérait simplement que ça allait marcher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue M
Pouvoir : Contrôleuse des maths
Points de Puissance : 33 600
Points de Réputation : 28 200
Messages : 250
MessageSujet: Re: Qui veut épouser mon juge ? [Quête de Joy & Blanche]   Jeu 19 Avr - 9:53

Ce qu’on pouvait dire, c’est que l’intérieur ne ressemblait pas à l’extérieur, et c’était tant mieux pour l’avocat qui se tenait en face d’eux. La matheuse ne préféra rien dire et de le laisser causer, déjà parce qu’il connaissait mieux Blanche, et que dans le doute, un mec connu, ambitieux et posant ses coupures de journaux devait être assez informé pour connaître son nom et ses attaches avec la Famille. A ses paroles et ses gestes on pouvait sentir le mec qui savait ce qu’il faisait, et en toutes circonstances, ce qui était à la fois rassurant sur le bonhomme, et inquiétant sur la manière dont il pourrait les entuber. Trop propre sur lui, c’était ce que pensait Joy. Trop gentil pour être honnête. En quête de gloire, l’ego en bandoulière, avide de pouvoir et de puissance. Un crétin habituel, somme toute, mais qui y mettait les formes. Il vint leur serrer la main et présentant du mieux qu’il pouvait, impresario ou client déçu ? Mensonge sans frémir, il avait des soucis avec la justice pour bosser en périphérie de la ville ? Ou alors c’était pas tout à fait les rentrées d’argent qui faisaient acte de présence ? Joy fit le tour du bureau. Apparence. Apparat. Il y avait un budget conscient sur ce qui marquait le client, et on oubliait le vide à l’extérieur, la misère à côté, autour, et en lui. Pauvre gars.


Deux chaises, une invitation, le sort était scellé. Sympa la moquette magique pour retenir les clients, fallait y penser, comme investissement. Il commença à poser des questions, et Joy nota qu’elle n’était pas le seul à avoir fait le tour du propriétaire. Il était vif et rapide. Il taillait rapidement la forêt pour voir l’essentiel du jardin. Impressionnant. Beaucoup d’énergie, mais rien qui expliquait pour l’heure sa situation. Wait and see. Blanche prit la parole, après quelques égarement silencieux que noterait sûrement le jeune avocat. Il était rapide, c’était vrai, et ça pouvait donc déstabiliser une jeune voyageuse, et la mathématicienne n’était pas en reste niveau surprise. L’apiphobe alla donc inventer une histoire de mariage interdit, mais c’était du chiqué. Le ton, la façon de s’exprimer, le rythme rapide, tout ça le dénommé Saul devait sûrement connaître les bails, et ça ne passerait jamais. On pouvait savoir assez rapidement quand une personne ment. Gestes rapides, tête baissée, yeux fuyants ou ailleurs, ton mal maîtrisé, gestes inconscients...il suffisait de voir pour savoir si la personne mentait, et Blanche, qui pensait le mener en bateau, ne faisait que lui donner des indications. Ce qui n’était pas plus mal. Dans son métier, les gens mentaient, et c’était son rôle de dénouer le fil des peurs, des craintes qui amenaient le mensonge. Il ferait donc logiquement son taf, tandis que la matheuse souriait doucement en le contemplant.


L’avocat partit chercher un bouquin et mentionna des textes de lois...de la semaine dernière. Détail un peu à la con, mais qui fit sursauter la voyageuse. Si des lois de la semaine dernière était à prendre en compte, les deux voyageuses étaient complètement à la ramasse pour essayer de prendre Law Legato de manière législative. Elle le sentait mal. Point positif, il était capable de forcer Law à se marier, mais au regard de tout ce qu’il soulignait comme institution, l’idée d’un Law déjà en route vers la robe blanche la traversa amèrement. Elle attendit que le jeune avocat en finisse, mais elle le savait, un truc leur avait échappé. Les lois que Law s’imposait à lui-même…Il finit avec ses honoraires, ce qui était toutefois assez honnête...enfin...ça aurait pu être pire, il aurait pu envoyer la note à la fin sans prévenir. Il manquait d’essences de vie, il était dans la dèche. Pas amusé par les lois, sa connaissance et son talent n’étaient selon lui pas reconnus, ou pas à sa juste mesure. Joy vit émerger un début de plan, la flatterie fine serait de mise, et sans doute à côté de choses bien plus dangereuses, pour lui comme pour elle.


Blanche fit la moue pour parler du paiement, ce qui n’était pas la chose à faire avec ce ripoux. Non, il valait jouer dans sa cour, l’assurance et la confiance fausses. On revenait sur l’affaire et Blanche tenta le coup de poker. Or, l’ambitieux sentait qu’il tenait un truc. Il avançait doucement ses pions mais ne se révélait pas totalement...il faisait le malin, il était temps de renverser la vapeur et de jouer cartes sur table. Face aux entrechats d’un être faux, c’était la meilleure attaque possible. L’amener dans sa propre cour, et bas les masques !



- Bon, on va arrêter le petit cirque. On cherche une nana pour Law Legato. On cherche aussi un moyen pour qu’il se marie sans trop sortir les textes de lois. Pour ça, on a trouvé deux candidates : Cupi-c han, la Reine du Mariage, et Aphrodite, la Reine du Divorce. Triple mariage, triple divorce, en boucle, pour que chaque partie augmente son pouvoir tout en le montrant à chaque fois. Seulement il y a des failles dans notre plan, et justement, un fonctionnaire de Justicity doit se marier sous une durée précise...Law Legato étant un fonctionnaire, il connaît ses propres lois et rien ne nous dit qu’il n’a pas déjà enclenché les recherches de son côté.


Elle fit un temps de silence. Elle le craignait, mais les lois qui obligeaient un fonctionnaire au mariage les mettaient bien comme il fallait dans la mouise. Elles n’avaient pas commencé par ça, et l’erreur serait sans doute de taille.


- Concernant les honoraires, vos bénéfices seront triples : je paierai ce que vous demanderez, je gagne assez bien ma vie dans Dreamland. Ensuite vous participerez au mariage de votre Roi et vous avez l’occasion de briller devant tout Justicity, ainsi que Law lui-même. Pas sûr que beaucoup de vos clients déjà vous fassent autant confiance, et ensuite vous proposent de prendre la parole face à votre Seigneur...enfin s’il s’avère que vous êtes doué et digne d’intérêt, si vous n’êtes pas qu’un minable de plus comme j’en croise tous les jours, alors je pourrais de temps en temps bosser pour vos intérêts et vos affaires.


Elle fit un temps de silence, bas les masques, il était temps.


- Des clients insatisfaits, violents, mauvais payeurs...vous vivez en périphérie dans la mouise. Il y a trois règles dans l’immobilier : l’emplacement, l’emplacement, et enfin...l’emplacement. Vous êtes hors de là où ça se passe, et votre bureau n’est qu’un écran de fumée cachant le vide de vos comptes, pour ne pas dire de votre talent. Je peux vous aider à atteindre ce que vous voulez, je peux faire rentrer l’argent autant que la réputation...mais pour ça va falloir qu’on se tire les doigts du fion, et ensemble. Pour vous c’est tout ou tout, pour nous c’est quitte ou double.


Elle se leva, s’étira tandis que la moquette présentait la chaise pour qu’elle se rassoit. Elle l’ignora sans rien dire en zieutant la porte et Blanche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Invocatrice de dards
Points de Puissance : 15 300
Points de Réputation : 11 900
Messages : 126
MessageSujet: Re: Qui veut épouser mon juge ? [Quête de Joy & Blanche]   Sam 28 Avr - 10:04

Pour être honnête, Blanche ne s’attendait pas à ce que lorsque Joy serait intervenue, ce serait carrément pour révéler toute la vérité à Saul. Sur le coup, Blanche n’aurait pas agi comme ça, elle aurait continué sur sa lancée, avec son demi-mensonge, à tenter de négocier le prix de ces honoraires. Cependant, il faut rendre à César ce qui est à César, en l’occurrence ici, il s’agissait de Joy, qui travaillait pour la « Famille » et qui avait bien plus d’expérience que la jeune voyageuse en matière de communication, surtout dans ces cas-là. La jeune femme en déduisit donc que si Joy le faisait, c’est qu’il y avait une bonne raison à cela. Joy a toujours des idées en tête qui ont bien tournées (enfin, elle ne pouvait se baser que sur ce qu’elle avait vu à Maskaria, honnêtement), alors pourquoi ne pas lui faire confiance ? La matheuse releva d’ailleurs un point important. Law connaît forcément ses lois il est le dirigeant de Justicity, alors s’il sent que quelque chose va échapper à son contrôle, il va immédiatement tenter de se protéger avec des lois et règlements applicables d’urgence, ce qui n’était pas bon pour elle. Est-ce qu’elle avait même l’effet de surprise pour elle ? Qui sait, Law savait sûrement déjà tout, alors il fallait le prendre de vitesse.

Concernant les honoraires, ce fut Joy qui régla le problème, elle qui proclamait avoir bien assez d’argent pour le payer. Dépendant le prix, Blanche se dit d’ailleurs qu’elle devrait la rembourser, ça ne se faisait pas de tout payer seule, elle devait aussi lui rendre la pareille. La matheuse renchérit en insistant sur le fait que Saul avait besoin de cette affaire autant qu’elles avaient besoin de ses services. Pour lui, c’était l’affaire du siècle, celle qui lui permettrait de se propulser au sommet, parmi les plus grands avocats de ce monde. Parce qu’il fallait être honnête, le Saul là, bien qu’il ait un joli bureau, des beaux costumes, et une belle gueule, comme disait Joy, tout était trop faux et parfait (deux adjectifs qui qualifiaient bien l’avocat d’ailleurs. Faux et parfait.), ce n’était qu’une jolie chantilly destinée à camoufler la merde dans laquelle il se trouvait en ce moment, le client mécontent qu’elles avaient vu à l’entrée en étant une très bonne représentation. Saul n’avait pas l’air d’un mauvais avocat, au contraire, il paraissait avoir un talent inégalable, mais il ne le présentait pas à son avantage et c’était sur ça que Joy jouait. Lui permettre de montrer à tous qui il était vraiment. Pour cela, il fallait qu’il les aide. S’il ne les roulait pas, alors il deviendrait un grand avocat de Justicity, celui qui a réussi à prendre Law à son propre jeu, s’il refusait de les aider, tant puis pour eux. La voyageuse se leva aussi, imitant Joy dans sa gestuelle :

« C’est vrai ça. On a besoin de vous autant que vous, vous avez besoin de nous. Si vous êtes aussi doué que vous le prétendez, c’est l’occasion de le prouver, devant nul autre que Law Legato lui-même. Si vous ne voulez pas, on recommencera nos recherches à zéro, mais vous, vous aurez perdu l’affaire qui va vous propulser au sommet. Vous aurez un bureau encore plus splendide que celui-là, des clients encore plus prestigieux. C’est vrai, ça, un avocat qui a tenu tête et a gagné contre Law Legato lui-même, c’est forcément qu’il est fort, non ? On va aller le voir lui. »

Blanche se retourna alors, regardant carrément la porte, faisant dos à Law.

« Si vous ne voulez pas nous aider, alors nous repartons. Nos chances de trouver ce que l’on veut deviendrons très faible, mais on aura encore une chance, même minime, de trouver ce que l’on cherche. » La voyageuse se retourna de nouveau, fixant l’avocat droit dans les yeux, « Mais j’ai une question, vous, vous devrez attendre combien de temps avant qu’on vienne vous proposer une telle affaire sur un plateau d’argent ? Combien de temps vous devrez rester dans ce bureau qui fait trop parfait pour être vrai, à attendre qu’on vous reconnaisse à votre juste valeur, et qu’on vous traite comme vous êtes vraiment, un avocat talentueux ? »

Blanche espérait vraiment qu’elle avait bien agit. Elle ne s’était jamais aventurer dans ce genre de terrain, autant à Dreamland que dans la vraie vie, alors elle n’était vraiment pas sûre que ce qu’elle faisait était la marche à suivre ou simplement une bonne vieille mission suicide qui allait lui péter incessamment sous peu dans la figure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
Messages : 364
MessageSujet: Re: Qui veut épouser mon juge ? [Quête de Joy & Blanche]   Dim 6 Mai - 0:13

Si on était observateur, on pouvait observer comme un léger tressaillement de la part de Saul quand Joy commença à « percer son jeu » en sous-entendant qu'il était autant dans le besoin qu'elles. Mais c'était assez difficilement perceptible si on n'avait pas l'habitude d'avoir affaire avec des bluffeurs et autres manipulateurs experts de l'apparence, du mensonge et de la tromperie. En fait, assez vite, cette légère gêne qui était apparut en un éclaire sur son visage s'était effacée aussi vite qu'elle était arrivée pour laisser place à un grand sourire non retenu puis à une explosion de rire. En tous cas, même si on n'avait pas perçu son petit tressaillement, eh bien on ne pouvait que constater qu'il se relâchait un peu et que ses gestes étaient moins contrôlés, plus instinctifs, tout en restant cependant assez rigides.

- Hahaha ! Marier Law Legato ! Je me disais bien quand vous êtes entrées que vous n'étiez pas des clientes standard. Merci de la jouer franchement. Je pourrai ainsi mieux vous aider que si vous me cachez des informations.

Il sembla reprendre un peu son calme comme si l'excitation de l'annonce de Joy n'était que passagère et son rythme de voix fut assez vite de nouveau calme, posé et réfléchit.

- Je tiens tout d'abord à vous rassurer quant  ma situation. Elle est très bonne ! Le choix de cet emplacement est assumé et non subit. Cela peut paraître contre-instinctif pour des non habitants de justicity mais officier en périphérie peut avoir de nombreux avantages. Premièrement, plus on s'éloigne du centre de décision e justicity et plus les législations deviennent souples. En tant qu'homme de loi, je suis bien placer que cette dernière est parfois très contraignante. Ouvrir un cabinet près des institutions centrales, c'est devoir passer des années à remplir des formulaires pour être autorisés à s'installer. De plus, j'attire ainsi une clientèle venue de l'extérieur du royaume plus facilement. Les contrôles de papiers sont moins courants dans le quartier, chez que la plupart des étrangers jugent très intrusive. Et enfin, en était éloigné des centres de décision, ce n'est pas tout le monde qui vient à moi par ce que je suis proche du tribunal. Seul ma réputation joue. Les clients viennent à moi, par ce qu'ils me veulent moi et non pas un avocat par ce qu'il leur faut un avocat quelconque.

Disait-il vrais ou essayait-il simplement de garder la face et d'avoir le dernier mot ? Difficile à dire. Etait-il déjà dans un jeu de négociation ? D'un certain point de vue oui, par ce qu'il dévaluait ainsi l'une des récompenses que faisait miroiter Joy et leur faisait comprendre à toutes les deux qu'en fait, il pourrait très bien refuser cette affaire par ce que contrairement à ce qu'elles pensaient, il n'était nullement dans le besoin. Vulgaire bluff ou vérité ? À vous de juger !

- Mais vous avez raison, on ne traite pas tous les jours d'un cas comme celui-ci. Je suis votre homme !

Il passa de nouveau de l'autre côté du bureau pour se rapprocher d'elles et leur serrer la main en signe de conclusion de l'accord. Passons sous silence les petites négociation concernant la récompense purement financière de laquelle il débattit succinctement avec Joy, parvenant à se mettre d'accord assez vite. Il se posa contre son bureau en s'appuyant sur ce dernier, desserrant un peu sa cravate et portant une main à son menton en signe de réflexion comme s'il réfléchissait aux éléments apportés par Joy et Blanche.

- Votre idée de « triple mariage » n'est pas mauvaise. Sur le plan politique elle est même très bien pensée. Ça contourne assez habilement les possibilités de refus et les rigidités de certaines lois sur les mariages de Kazinopolis. On sent que vous avez travaillé votre sujet ou cette idée ne vous serait pas venue. Cependant, j'ai peur qu'elle ne soit que difficilement applicable. En effet, comme je l'ai souligné plus tôt, il me semble que comme beaucoup d'étrangers, vous n'avez qu'assez peu la mesure de la lourdeur administrative de la moindre procédure juridique à Justicity. Un divorce classique, sans faute, sans conflit, par consentement mutuel c'est parfois un an de paperasseries en amont. Alors imaginez un mariage royal ! Le moindre mariage, puis divorce de Law pourrait prendre des années de procédure. La rigidité administrative de Justicity ne permet pas l'exploitation de votre idée, je le déplore. Je ne pense pas que les reines du divorce et du mariage tirent grand bénéfice d'unions et de divorce à un rythme d'un échange tous les 10 ans. Votre proposition serait réellement bénéfique si les mariages et divorces étaient constants et je pense que c'était votre idée.  Mais je ne pense pas que Aphrodite acceptera de rester mariée 10 ans et Cupi-chan divorcée pendant tout ce temps. Si vous voulez mon avis de professionnel ; Cupi-chan est un meilleur parti... meilleur que Aphrodite et aussi l'un des meilleurs choix possible  dans tout Dreamland je le pense.  Mais ce n'est pas là le cœur de la plus grande difficulté dans le cas du mariage de Law Legato...

Il se frotta les yeux puis fit d'un geste rapprocher grâce à sa carpette magique la table sur laquelle se trouvait les boissons. Il se permit de se servir un café et de le boire d'une traite avant de reprendre la parole.

- Le véritable obstacle, l'ennemi dans cette affaire, plus encore que la loi et le système juridique de mon royaumes ; c'est la commission des mariages royaux. Une bande de veux croûtons réactionnaires qui s'y connaissent autant en mariage et divorce qu'un chat connaît l'honnêteté. Ils examinent toutes les candidatures de mariage de Law. Et c'est eux qui bloquent toutes les candidatures, mêmes celles qui ont passés toutes les autres étapes administratives. Ils trouvent sans cesse de lois qui empêchent l'union à tel ou telle roi ou reine. Inconstitutionnalité, non respect des lois contre le tapage vocal, non respect du code de l’éthique royal, manquements à l'hygiène buco-dentaire, jugement pour incompétence, délibéré de non réciprocité du statut royal et vices de procédures en pagaille. Voilà comment se finit chaque candidature au mariage royale avec Law. Avec le temps de moins en moins de monde s'intéresse à law malgré le fait qu'il soit un bon parti. Toute tentative de mariage avec lui est quasi-impossible à cause de cette commission. Et malheureusement, aucune loi ne précise de date maximale à respecter pour le souverain de justicity. Il n'y a aucune limite car la vertu principal du conjoint du juge suprême doit être l'exemplarité. Or, la conjointe parfaite pour ce titre n'existe pas.  Et c’est pour cela que ce cirque dure depuis des années !

En effet ça semblait se compliquer. Selon ses dires, en gros, il existait une institution légale qui n'avait qu'un seul but : trouver une épouse à Law. Mais visiblement cette dernière faisait tout pour l'empêcher. En fait, ça devait être un peu blasant pour les deux voyageuses de ne découvrir que maintenant qu'une telle institution existait. C'est dire à quel point les institutions de Justicity sont complexes, inextricables et mystérieuses. Dailleurs, Saul se révélait être en réalité un avocat assez singulier. Un juriste qui critique l'inextricabilité des dites lois du royaume. Une personne qui juge qu'elles sont trop nombreuses, trop complexes et que ça rend son métier impossible. C'était peut-être donc ça la raison de son installation en périphérie. Il ne supportait pas l'excès de réglementation ? Ce qui voudrait dire que ses propos un peu plus tôt seraient partiellement vrais ? Ça ne veut pas pour autant dire qu'il n'est pas en galère de tune et que Joy n'a pas raison sur la complexité de sa situation. Au contraire même. Peut-être est-il al vu par ses collègues et les juges pour ses prises de position en faveur d'une libéralisation des lois de justicity ? En fait, peut-être qu'au final les intérêts de Saul et celui des deux voyageuses étaient plus liés qu'elles ne le pensaient. Saul devaient voir en leur tentative de marier Law un moyen de tenter de réformer en partie le système juridique du royaume. Du moins, dans le domaine matrimonial.

Saul se dirigea vers sa bibliothèque, saisit un gros pavé : Le guide des institutions légales de Justicity dernière édition datée de la semaine dernière. Il l'ouvrit à la page de descriptif de la commission des mariages royaux afin que les deux voyageuses puissent lire en détail les missions de la commission ainsi que ses attributions légales, son fonctionnement, les lois auxquelles elle répond, sa composition, bref toutes les caractéristiques de cette commission. Après qui, Saul reprit sa position initiale.

En tous cas, il semblait réfléchir, main portée à son menton en signe de réflexion. Il n'avait visiblement pas de réponse toute faite. Faire dissoudre cette assemblée ? Non il y avait déjà pensé étant étudiant en droit mais aucune procédure ne serait assez rapide. Et puis ces vieux croûtons sont biens placés et protégeront leurs fauteuils plus ardemment que des sénateurs en fin de vie politique. Changer une loi clé pour faciliter la procédure ? C'était hors de leur pouvoir ?  Aller parler directement à Law ? Impossible ça ne changerait rien, il respecte trop la loi pour s'opposer aux décisions de la commission ou même se marier de façon impulsive. Toutes les tentatives de contourner le phénomène étaient soldes par un échec alors que dans sa tête il réfléchissait. Ce n'était pas la première fois qu'il pensait à ça mais à chaque fois ça se finissait de la même façon dans ses prévisions : un échec cuisant. Mais... il avait cette fois, contrairement à avant, il avait deux alliés. Certes elles n'y connaissaient rien au droit, mais justement, leur façon hors des clous de penser pouvait être un atout, elles pouvaient peut-être donner à Saul de nouvelles perceptives d'attaque. Après plusieurs minutes sans parler, il baissa les bras, retourna derrière son bureau et se réfugia la tête dans ses mains.Son enthousiasme et son hilarité semblaient être vite passés. Il s'était rapidement emballé avant de redescendre sur terre et de se rendre compte que la réalité rendait cette mission très difficile.

- J'ai beau réfléchir... Je ne vois aucun moyen de contourner la commission... Et je peux vous assurer qu'ils refuseront Cupi-chan comme ils refuseraient n'importe qui. Ils ont des tas de choses qui pourraient les faire refuser. Accusation en frivolité, un ancien casier judiciaire etc. Je ne sais pas... peut-être avez vous une idée ? Ma foi, un peu folle, comme les voyageurs en ont souvent. Comme votre idée de la « triple union » mais pour contourner non pas l'éventuel refus de Law mais le refus de la commission !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamland-infinity.forumactif.com
avatar
Ligue M
Pouvoir : Contrôleuse des maths
Points de Puissance : 33 600
Points de Réputation : 28 200
Messages : 250
MessageSujet: Re: Qui veut épouser mon juge ? [Quête de Joy & Blanche]   Dim 6 Mai - 15:22

Blanche enfonça le clou lancé par la matheuse, c’était pas plus mal, il fallait lui mettre un peu la pression et lui enlever le maquillage trop parfait qu’il se plaisait à appliquer sur sa personne. Elle attaqua sur l’importance de l’affaire et sa singularité, ce qui n’était pas faux. Mais enfin dans sa position, il pouvait aussi s’en foutre royalement, justement, et le provoquer sur le sujet pourrait être mal pris. Il éclata de rire et reprit les deux voyageuses, cette fois sur un ton assez différent. On entrait dans le vif du sujet. Joy écouta patiemment l’avocat, qui en saurait largement plus sur son royaume qu’elles deux réunies...il le savait, ils s’étaient mutuellement ferrés comme de bonnes proies. Il se présenta alors plus franchement, les cartes se révélaient à sa manière sur la table, et sa stratégie n’était que trop convaincante, si bien que la matheuse hocha la tête machinalement. Il était malin, c’était leur homme, elle le savait.


Elle serra la main de l’homme en lui souriant. C’était un bon, qu’il soit bluffeur ou professionnel. En fait peu importait, le bluff comme la connaissance du métier seraient aussi utiles l’un que l’autre, et il semblait emballé par l’idée de marier Law Legato. Parlant de ça, il était temps pour les deux voyageuses devenues clientes de revoir la stratégie de base. Saul marquait un point, le temps n’allait pas jouer en leur faveur et le combo de pouvoirs ne marcherait peut-être pas. Cela étant, c’était pour Law une bonne chose que d’avoir des procédures en route, beaucoup moins pour les Reines. Cupi-chan revenait donc comme un choix intéressant, et un bon parti, ce qu’elle nota. Il parla ensuite de la Commission des mariages royaux, ce dont elles n’avaient jamais entendu parler, et la présentation des motifs de refus lui donna de véritables sueurs froides. L’objectif devenait quasiment impossible à ce rythme et elle hésita à soupirer d’abandon, mais elle faisait partie de la Famille, et elle savait une chose : chaque association d’êtres vivants amenait son lots de pourriture et de corruption. Elle laissa l’avocat poursuivre tout en réfléchissant en même temps.


Elle comprit aussi dans sa démarche une critique ouverte du Royaume, et la complexité des lois. C’était pour la matheuse fascinant, cet imbroglio de lois, de commissions, de surveillances, de personnes chargées de faire respecter des conventions sorties des accords sociaux, des besoins, des nécessités, et bien sûr des vécus. Elle plissa des yeux en zieutant Saul...c’était un fou furieux, un passionné des lois, un malade de la justice. Malin, intelligent, il voulait voler dans les airs des tribunaux mais les lois actuelles le mettait au sol...un albatros typiquement baudelairien, dont « les ailes de géant l’empêchent de voler »...elle sourit un petit peu, ils étaient pareils finalement. L’avocat était à sec et donnait à lire un énorme pavé sur la commission. Elle passa tout ce qui concernait la législation interne pour aller directement à la composition du groupe. Elle connaissait ses points forts et ses faiblesses. Elle ne bittait rien de rien au droit, mais elle était un assassin de haute volée pour tout Dreamland, et elle connaissait du monde au sein de la Famille, et en marge. Devant des lois trop strictes ou trop exigeantes, on embauchait souvent des hors-la-loi quand il fallait aller assez vite. De plus, elle s’était questionnée une fois sur une cible, une jeune créature héritière d’un petit royaume qu’elle avait tuée sous une commande venant de Justicity. Elle zieuta et ne vit aucun nom qui lui parla. Mais elle trouva des initiales d’un commanditaire. J.S. Jacques Solkano, un des magistrats les plus importantsde la commission chargé de vérifier les antécédents de chaque candidate. Y’avait-il un lien ? Elle ne pouvait le dire, mais l’intuition était présente.



- Saul. Il faut que je vous dise...je m’occupe des sales boulots de la Famille. Du vrai sale boulot, vous voyez ce que je veux dire ? Je n’ai pas votre savoir ni votre talent...mais je sais qu’un groupe de créatures est comme l’homme : défectueux. Il y a toujours un salaud, un pervers, un corrompu et un pourri quelque part. Celui-là, Solkano, je crois que c’est un de mes anciens clients. J’ai tué une héritière d’un petit royaume sans importance, qui fut rasé peu après. Je ne peux rien affirmer, mais j’ai eu un commanditaire ayant ses initiales. Faute professionnelle de sa part, mais à un moment je devais avoir plus d’infos sur la cible et il m’a envoyé une lettre pour me donner son emplacement. Elle était en marge de la première zone, elle semblait pleine d’espoir et elle portait des habits de mariage ancestraux. Je ne peux rien affirmer, mais je ne sais pas, je le sens pas ce mec. Vous avez un moyen de faire des recherches, et, le cas échéant, de le faire tomber ?


Oui, elle prenait sur elle la révélation de son job. Elle fixait Blanche d’un air sincère et désolé, et reprit sa concentration pour écouter ce qu’avait à dire l’avocat. Peut-être que la voyageuse des abeilles avait trouvé une faille elle aussi ? Joy reprit, sérieuse comme pour préparer un assassinat.


- Maintenant, puisque vous connaissez mon job, j’ai deux choses qui me viennent en tête : tout d’abord, nul être vivant n’est parfait, et certains sont parfois parfaitement immoraux. Il me suffit de rester quelques heures en surveillance, et vous aurez de quoi envoyer la loi contre des gens de la commission s’il le faut. Changer la commission, pour mieux vous donner un poste au prochain recrutement, ça vous intéresserait ? Je peux faire tomber des têtes. Mais une seule peut suffire. Solkano. Et si ce n’est pas lui...on peut toujours inventer un cas. C’est dégueulasse, mais ça fait partie de mes pratiques habituelles. On crée une affaire et on le fait tomber. Pourquoi lui ? Parce que lui, et on n’a pas besoin de réfléchir sur le sujet. Je sais, c’est salaud, mais c’est possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Invocatrice de dards
Points de Puissance : 15 300
Points de Réputation : 11 900
Messages : 126
MessageSujet: Re: Qui veut épouser mon juge ? [Quête de Joy & Blanche]   Mar 8 Mai - 16:19

Toutes ces manœuvres avaient marché, finalement, et Saul était maintenant devenu leur avocat attitré pour cette affaire. Une bonne chose de faite, tient. Mais ce n’est pas parce que maintenant Joy et Blanche étaient devenues ses clientes qu’il fallait pour autant baisser sa garde. Rester prudent était de mise face à Saul, on ne sait jamais ce qu’il pourrait faire. Mais pour le moment il était temporairement leur allié dans cette affaire maritale singulière, et il n’y avait plus de temps à perdre, il fallait se mettre au boulot. D’après Saul, bien que leur idée d’origine, de boucle infernale de mariage et de divorce paraissait bien, c’était sans compter que l’on parlait de Justicity, où la lourdeur administrative n’était pas un vulgaire cliché de la maison des fous des 12 travaux d’Astérix, mais un fait bel et bien réel. De ce fait, cette idée tombait à l’eau, et avec ça, la perspective de satisfaire la reine du mariage ET du divorce. Un chaix devait maintenant être fait, entre Cupi-chan et Aphrodite. Blanche ne savait pas l’avis de Joy sur cette idée, mais l’invocatrice était du côté de l’avocat sur ce point, peut-être pas pour les mêmes raisons. Sûrement parce que l’idée d’un mariage à la Cupi-chan lui paraissait plus joyeux que les mariages plus que conventionnels d’Aphrodite. Mais le choix de la promise de Law était loin d’être le principal problème, oh non, il y avait quelque chose de bien pire, et c’était la commission des mariages.

Encore une commission ?! Fut ce que Blanche songea sur le coup. Elle avait l’impression que dès qu’elles trouvaient une faille, une brèche à Justicity, c’était pour immédiatement se retrouver face à une nouvelle impasse, encore plus ardue à démanteler. De plus, ce n’était pas n’importe quelle commission, mais celle chargée de marier le roi de Justicity, ce qui n’était pas rien. La joyeuse bande de lurons qui composait cette administration semblait encore plus stricte que Law lui-même, et Blanche eut un instant la vision de l’horreur que cela devait être de se retrouver face à cette commission. Et encore, une fois choisie par la commission, il y avait Law à appâter ! Encore une fois, on abat un mur pour s’en retrouver face à un autre, terriblement décourageant et Saul semblait de cet avis. Cela dépendait maintenant de Blanche et Joy, et ce fut la matheuse qui trouva encore une fois une idée pour les sortir de cet éventuel mauvais pas. La matheuse avoua ses affiliations avec la famille et même un de ces crimes. Cette révélation sordide cachait cependant un moyen d’accès à la commission, une fissure pour briser le mur, personnifié par un seul des membres de la commission.  Un vieux croutons qui semblait avoir utilisé les services de Joy par le passé. L’invocatrice remarqua le regard que lui lança Joy et se pinça le menton. Les crimes passés de Joy attendront, elles avaient plus urgent pour le moment, de plus, elles n’étaient pas en danger directement, en tant que clientes de Saul, elles étaient maintenant protégées par le secret professionnel, ce qu’avait donc fait Joy restera entre elles deux et Saul.

« Faire tomber Solkano, hein… Ca me parait être le plan le mieux structuré que l’on a. »  Dit l’invocatrice, « D’ailleurs, on aura juste besoin de le faire tomber lui, comme dit Joy. Si Solkano tombe, les autres membres de la commission penseront que leur tour viendra, même s’ils n’ont rien fait. Peut-être pensent-ils que Solkano est blanc comme neige aussi ? Ils penseront qu’on a inventé une affaire, et alors ? Ils auront automatiquement peur que la même chose leur arrive. Effet de groupe. La seule chose qui me gène, c’est qu’après la commission, vient Law… »

Blanche s’accorda quelques secondes de répit, réfléchissant à la marche à suivre, puis dit tout haut ce qui lui venait à l’esprit :

« Mais si on fait tomber la commission, Law pourrait ne pas être un problème. Je m’explique, Law incarne les règles de Justicity, l’ordre, et leur rigidité ? Quiconque ne les respecte pas se verra sanctionné. Imaginez son désarroi en apprenant qu’un membre, un seul de la commission des mariages royaux est défaillant, que penserait-il ? Les hommes qui sont supposés être les mieux à même de le juger, car ils sont chargés de lui trouver une promise, qui ne sont pas aussi rigoureux que lui ? Comment pourrait-il faire alors confiance aux autres membres ? Qu’est ce qui lui dit qu’ils ne sont pas défaillants eux aussi ? Cependant, au milieu de tout ça, il pourra se fier, du moins temporairement à nous. En effet, nous lui apportons la preuve qu’un des membres de la commission est faillible. Pourquoi nous lui apportons ces preuves ? Car nous connaissons son amour pour la loi, les règles et l’ordre et qu’on ne pouvait pas laisser cette injustice impunie. Cette manœuvre serait enfin l’occasion de l’approcher, et de lui soumettre l’idée du mariage, et sa promise. Sur ce point, je suis avec Saul, Cupi-chan me parait mieux qu’Aphrodite… »

Elle regarda Saul, puis Joy une fois sa phrase terminée. Est-ce que c’était la marche à suivre ? Son raisonnement ne se basait pas sur des lois, mais sur l’humain, une réaction hypothétique de Law, basé sur ce qu’elle savait un tout petit peu de lui, mais Saul pourrait sûrement approfondir ce point, et lui donner ou non raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
Messages : 364
MessageSujet: Re: Qui veut épouser mon juge ? [Quête de Joy & Blanche]   Mer 9 Mai - 23:02

Quand Saul avait demandé aux voyageuse une solution pour se sortir de ce pas, il ne songeait pas immédiatement aux affaires illégales. Il ne put visiblement pas retenir une sorte de grimace à l'écoute des propos de Joy. En même temps, faut le comprendre. Un criminel c'est un peu la pire chose qui soit pour une créature de Justicity. Cependant, il calma vite ses réactions. Son devoir d'avocat l'obligeait à retenir ses émotions pour se mettre aux service de ses clientes. Il devait mettre son point de vue personnel de côté. Mais, il n'en pensait pas moins. En fait pour lui, il était inconcevable d'utiliser des moyens si... bien criminels que ceux que proposait Joy. Mais bon, l'information qui lui avait donné Joy valait semble-t-il son pesant de cacahuète par ce qu'il réagit au final assez vite.

- Je vois... On est dans un cas évident de manquement à ses obligations en tant que magistrat, abus de pouvoir et corruption sans parler du crime de commanditer un meurtre. C'est largement suffisant, si vous avez les preuves suffisantes, pour faire tomber Solkano. Par chance, il est l'annonceur de la commission. Cela pourrait vite créer un scandale interne qui engendrerait alors une possible dissolution de la commission selon la close quatre de la lois sur l'éthique institutionnelle. Mais c'est risqué par ce que c'est le genre de choses qui peuvent être évitées par des manipulations procédurales. Et les membres de la commission voulant garder leur siège sauront comment se sauver. Il va donc falloir que je prépare le cas et que je consulte des confrères dont ce genre de cas est la spécialité. Mais si on prépare bien notre coup, on pourrait provoquer la dossilution de la commission, la nomination de nouveaux membres plus propres ou même le changement des institutions. Se servir de ces informations pour faire ce que l'on veut de la commission pourrait être possible.

Puis blanche intervint en annonçant que s'ils faisaient tomber Solkano, peut-être que les autres auraient peur et se plieraient à ça ou même que Law voudrait dissoudre le tout. Seulement, les cas de corruption, ça arrive, Law ne s'offusque pas tant de ça au final. Certes il est dirige mais il es conscient de la réalité de la faillibilité humaine. Il réfléchit aux propose de Blanche et hocha un peu la tête par la négative.

- Law ne s'offusquera pas de la corruption d'un fonctionnaire. Certes il le fera punir comme la loi l'exige. Et par chance, vu la place de Solkano, le procès sera rapide car porté en priorité je pense. Du moins, ça ne poussera pas Law à se méfier complètement de la commission. Par contre en effet, ça peut être un moyen d'approcher Law et de lui soumettre nos projet. Je pense qu'il est le premier à vouloir régulariser sa situation maritale. Mais son amour des institution et des règles feraient certainement qu'il ne contournera jamais les institutions. Et à ma connaissance, la commission ne peut être contournée par Law car cette dernière est justement un organe de contre-pouvoir, afin d'éviter que le juge suprême ne fasse un choix d'épouse qui ne profite pas à l'ensemble du royaume. Sinon ça fait longtemps qu'il l'aurait contourné et se serait trouvé une femme. Mais si nous nous montrons convaincants on pourrait lui mettre en tête que la commission n'a pas lieu d'être ou qu'elle est inefficace, il pourrait ainsi lancer une consultation populaire en nominant des citoyens du royaume chargés d'étudier le cas et donnant un rapport objectif sur la situation de la commission. Ce rapport pourrait être fortement à charge, ce qui pourrait entrainer un changement de juridiction en matière du mariage royal. Étant donné que c'est lui qui dirige la cour anti-corruption. Si c'est nous qui portons les accusations, nous pourrons le rencontrer à l'occasion du procès de Solkano.

Il reste cependant à noter que toutes ces procédures qu'il décrit peuvent être hasardeuses. elles pourraient peut-être se retourner contre eux ou même ne pas fonctionner du tout. puis rien ne dit que chacune de ces étapes ne prendrait pas des jours à cause de la pénibilité administrative et tout. Si on écoutait Saul, tout ça avait l'air simple, voire de couler de source. mais c'est qu'il taisait évidemment la pénibilité des tâches administratives sous-jacentes. Et puis, il y avait tout de même pas mal d'approximations dans tout ça. rien ne prouvait que Law se laisserait convaincre. Rien ne prouvait que s'il se laissait convaincre, il lancerait en effet une consultation populaire. rien ne prouverait que le rapport serait à charge, rien ne prouvait que les préconisations du rapport iraient dans leur sens. Beaucoup d'inconnu dans tout ça. Et au final, c'est là qu'on se rend compte que malgré la rigueur générale du royaume, il reste une forte part d'incertitude, d'imprévisible qui rend le droit assez passionnant, fascinant, étrangement attirant voire fun. On se prêt vraiment à ce jeu d'énigme juridique à essayer de chercher les failles etc. Il se tourna ensuite à nouveau vers joy en arborant un regard déterminé et un peu dur, un regard qu'il n'avait pas eu jusqu'à présent.

- Je vous avertis cependant, il se peut que cette accusation vous mette en danger. Que la justice enquête sur votre cas pour démêler le vrais du faux dans cette affaire. Il se peut que le procès vous attire des ennuis avec la justice ou même auprès de vos... « supérieurs » si ça venait à se savoir par ce que tout ceci serait rendu public. Nous pouvons faire en sorte de vous placer sous un statut qui peut protéger votre témoignage durant le procès... Mais la police du royaume gardera le droit d'enquêter sur votre cas et si ce n'est pas déjà le cas, vous pourriez être rentrés dans le fichier du crime organisé. Êtes vous prête à assumer les conséquences d'un tel acte ?

Il restait une autre solution, moins risquée pour Joy, aller dans une approche complètement criminelle. Confronter Solkano, le faire chanter pour qu'il fasse pencher les décisions de la commission. Mais ça, Saul ne préférait pas l'aborder par ce qu'il désapprouvait la méthode. C'est pourquoi, malgré le fait qu'il avait cette idée en tête, il ne l'aborda pas. Il préférait jouer au maximum dans les règles. S'il veut changer la loi et la situation, il veut que ce soit à la réglo, dans les clous. Il reprit parole avant que Joy ne lui réponde.

- L'un dans l'autre, quoi que vous décidiez, j'aurai besoin de temps pour enquêter, pour préparer l'éventuel procès, les preuves que vous pouvez mettre à ma disposition, nos possibilités mais aussi prendre le contacte de compères à même de nous aider dans cette affaire. Cela pourrait prendre entre sept et dix jours de préparation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamland-infinity.forumactif.com
avatar
Ligue M
Pouvoir : Contrôleuse des maths
Points de Puissance : 33 600
Points de Réputation : 28 200
Messages : 250
MessageSujet: Re: Qui veut épouser mon juge ? [Quête de Joy & Blanche]   Mer 16 Mai - 12:20

L’assassin de la Famille sourit largement en voyant l’air de l’avocat. Elle était manifestement face à quelqu’un qui n’aimait pas trop les affaires illégales, criminelles, ou juste la complicité ? Ils devraient pourtant faire avec, surtout si ça pouvait l’aider à accélérer les processus. La matheuse entendit le raisonnement de Blanche. Oui, une remise en cause d’un jugement qui s’avérerait faussé pourrait être d’une terrible efficacité, mais Saul n’allait pas forcément aimer qu’on abîme l’image respectable de son royaume, de son pouvoir, de sa nature même. Ça restait à voir, mais l’avocat semblait avoir sa petite fierté et une certaine indépendance. Pas question pour lui, semblait-il, de finir écrasé en guacamole. Voilà celle-là elle était gratos, merci. Elle attendait, mais dans l’idée, il s’agissait quand même de faire tomber un mec qui n’avait rien demandé pour placer Saul dans la commission, et d’influencer le groupe d’une manière peu recommandable. C’était ça, être dans la Famille, et Joy l’assumait.


- Solkano, si c’est bien lui, est en lien avec la Famille. Du coup vous vous prenez la tête pour rien. On n’a pas à avoir un plan parfait qui tient la route sur trois mois, il ne faut juste un déclencheur, quelque chose qui lance une enquête, une rumeur, des soupçons, et surtout surtout...une méfiance envers le bonhomme ! Pour lancer la piste de la Famille, les preuves, vous les avez devant vous. Il y a deux jeunes jolies femmes, il a eu recours à nos services pour des choses pas mal choquantes, sauf qu’à l’époque, on était mineures, ou bien on bossait pour des malfrats, on était battues, violentées, obligées, que sais-je ? Les preuves ? On invente des examens médicaux de grossesses interrompues, coups et blessures à l’époque où on l’a connu. On travaillait de loin pour la Famille. Quand les potes verront ma tronche ils feront sans doute demi-tour, au pire je préviens mon Boss. Nous, Blanche et moi, on crée une histoire commune, on se met d’accord sur les détails, on falsifie des documents et on apporte deux témoignages de folie en surfant sur une vague de contestation du pouvoir patriarcal lancé à Borliday.


Elle réfléchissait sur un moyen de remettre en cause seulement un membre, pour juste fragiliser une commission qui pourrait avoir son importance. En cas de scandale, Law pouvait tout aussi bien décider de repousser la recherche de femme pour installer une nouvelle commission plus ordonnée et plus éthique...le risque était à prendre, même s’il était gros. L’idée de la consultation populaire, en gros un referendum plaisait beaucoup à la matheuse, mais il y avait deux points noirs : tout d’abord, une femme qui ne plairait pas à Law. Okay, le mariage de raison pouvait se justifier avec la place de Roi, mais tout de même, une femme décidée par son peuple n’était pas une femme qui allait rester dans le nid familial très longtemps...longtemps au regard des créatures. Il fallait un mariage quand même un peu heureux, puisque l’idée était de lui trouver une femme qui le sortirait de ses textes de lois. Ensuite, il y avait le risque de se retrouver avec une Jeanne-Sophie Castagnette, une wannabe, une star pour rien, une greluche sans panache ni élégance, qui ne correspondrait à rien et qui leur ferait perdre du temps. Ils devaient selon Joy garder le contrôle sur le choix de la femme, le peuple ne sachant souvent pas choisir correctement.


L’avocat réfléchissait, sans doute aux mêmes problématiques ou bien certaines proches de ce que pouvait penser la matheuse. La loi rejoignait les mathématiques par sa logique froide, pure, et sans concession. Il mit en garde la voyageuse sur l’implication et ses dangers. Elle chassa cette idée d’un revers de main.



- Le danger, c’est ma profession. Que la justice fasse son enquête, j’ai fait la pute, la barmaid, l’escort, la girlfriend, la callgirl, la strip-teaseuse, la chauffeuse, la cuisinière et j’ai même une fois été institutrice pour tuer un gamin ciblé par...enfin bref, j’ai fait dix mille métiers, souvent une seule nuit, mais assez de métiers pour avoir des contacts, et des preuves de toutes mes vies. Au pire la Famille pourra arranger certains...fouineurs. On sait être très convaincant quand il faut, et contrairement à ce qu’on croit, on tue moins de fouille-merdes qu’on ne le pense. Entre la mort et un gros paquet de thunes, des promotions ou des cadeaux en nature, tout le monde ou presque fait le même choix. Je n’ai qu’un supérieur, et de plus en plus je me suis devenir une start-up à moi toute seule, donc c’est pas un souci. Si vous craignez pour ma vie, sachez que je suis morte il y a cinq ans. Plus rien ne me fait peur, et surtout pas la Famille. Elle me protégera comme il faudra, vos flics et vos lois resteront impuissantes. L’argent, l’influence et les seigneurs mènent le monde, c’est tout.


Elle avait commencé son discours en souriant, et elle était devenue petit à petit maussade et aigrie durant son monologue, en faisant le tour de la pièce et en tournant le dos à ses deux interlocuteurs en parlant de la mafia onirique. Elle leva ses billes de bois qu’elle fit tourner autour de sa main de mort. Puis annonça.


- Au pire, si vous vous avez peur, laissez-moi dix minutes avec Solkano, et je défonce la commission, promis. Vous aurez tout le temps pour vous préparer, mais vous savez tout aussi bien que moi que la justice de Law est utopique. L’autre justice passe par la pourriture et le vice. Si son nom me parle, c’est qu’il est pourri. S’il est pourri, j’peux l’enterrer en deux heures, le temps d’aller et de revenir. Désolé de causer comme ça Blanche, mais au moins t’es au courant sur qui je suis réellement, maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Qui veut épouser mon juge ? [Quête de Joy & Blanche]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Qui veut épouser mon juge ? [Quête de Joy & Blanche]
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Evénement #1 : Qui veut épouser mon Llama [Fe]
» QUI VEUT ÉPOUSER KEYKEY ?! [Micro]
» Qui veut m'épouser ?
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» Retour aux bercailles [Qui veut]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Partie RP :: Première Zone :: Justicity-
Sauter vers: