Bienvenue

Liens utiles

Effectifs

Ligue B : 18 membres
Ligue M : 7 membres
Ligue S : 0 membre
Créatures : 10 membres
Inclassables : 0 membre
Seigneur cauchemar : 1 membre
Rois des rêves : 0 membre

Top-Sites & Discord


Membres du mois

Joy
Profil
Top quêtes
Léo
Profil
Top vote
Code par MV/Shoki - Never Utopia



 

Partagez | 
 

 Dès deux verres, le risque existe ! [PV Sao Luciano]

Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Ligue B
Pouvoir : Pouvoir des 9 queues
Points de Puissance : 21 000 points
Points de Réputation : 18 400 points
Messages : 129
Localisation : Horror Park
MessageSujet: Dès deux verres, le risque existe ! [PV Sao Luciano]   Dim 28 Jan - 17:24

Il y a des ruelles qui sentent la vinasse, des lampadaires qui tentent de m'éclairer en gueulant "Police ! Police ! Personne ne bouge !", un homme (ou une femme ?) PQ qui a essayé de m'enlever mon caleçon pour m'essuyer en gueulant "Service, serviçu" et mon seul vêtement est un caleçon blanc aux motifs de pattes de chatons, que transpercent mes deux queues. Bref, je suis à Délirium City et je me sens coupable.

J'ai jamais été un grand consommateur d'alcool. Quand j'étais plus jeune, j'étais beaucoup plus croyant que maintenant. Je m'étais promis de ne pas fumer ou de ne pas boire, d'être très pratiquant contrairement à mon père. Pas parce que je considérais que boire faisait de quelqu'un un "mauvais" musulman ou quoi que ce soit, juste parce que je le sentais comme ça. Mais en grandissant, je me suis laissé tenter par les potes, j'ai voulu faire le kéké. Je me suis dit pourquoi pas ? Tant qu'il y a pas d'abus ! Je me suis retrouvé à boire, puis à fumer.

Maintenant, j'essaie d'arrêter les deux car cette routine me saoule un peu. J'arrive à m'amuser sans, j'ai pas l'impression que c'est pour moi, donc je le laisse aux autres. Sauf que c'est pas facile d'arrêter quand tout le monde t'y encourage. Faut constamment se justifier, la tentation est partout. L'alcool et la cigarette permettent de sociabiliser, j'ai même fait une dissertation sur le sujet pour la fac. Au risque de me répéter, je suis pas fier de me retrouver à Délirium City.

La soirée avait bien commencé. J'avais proposé à Ismaël et à nos potes du collège, Antoine et Raphaël, de se réunir dans un bar et de discuter du bon vieux temps. Soirée tranquille, posée, que j'ai débuté en trempant mes lèvres dans un verre de coca sans alcool. En plus, j'étais pas peu fier d'avoir fait sortir Ismaël de chez lui vu qu'il était plutôt du genre à s'enfermer toute la soirée pour finir Skyrim une énième fois, avec des mods pour rendre le jeu plus dur. Et puis, des filles plutôt jolies étaient entrées dans le bar et Antoine avait commencé à nous expliquer qu'il avait appris à draguer en suivant des tutos sur Youtube et à nous ensevelir sous des termes anglais assez zarb, à nous proposer de faire partie du "game", d'être ses "wingmen".

Les autres ont commencé à rentrer dans son jeu et j'avais pas envie d'être mis de côté, donc j'ai utilisé ma propre technique perso de drague. La VWJ. Un verre de Vodka orange, un verre de whisky et enfin un verre de pastaga ! Le combo qui me permet d'approcher une femme sans avoir les jambes qui tremblent, de lui parler sans bégayer et de me mettre à danser avec elle sans savoir danser. Au diable mes bonnes résolutions.

Résultat ? Je me suis retrouvé à danser avec une fille que mon regard alcoolisé a transformé en bombe. Une fille qui s'est mystérieusement éclipsé sans que je puisse prendre son numéro quand Antoine a insisté pour qu'on change de bar car "y avait que des 5/10 ici". Et quand j'ai discuté avec Ismaël, sur le trajet , j'ai appris qu'Antoine avait passé la soirée à dire que je me conduisais comme un manche et que je devais mon succès qu'à la chance du débutant. Le super bon pote, quoi !

Arrivés dans le second bar, j'ai commencé à m'expliquer avec Antoine et le ton a monté. Je voulais juste crever l'abcès mais cet enculé semblait increvable. Du coup, pour calmer le jeu, je me suis excusé et lui ais proposé de boire un verre de réconciliation. Et Toinou a tenu à ce qu'on le finisse en cul sec. Bref, verre de trop et quelques heures et râteaux après, je me couche seul, mais le sourire aux lèvres. Elle était pas si mal cette soirée : pas de bagarre, juste un peu de tension et j'ai dansé avec une jeune femme.

Voilà pourquoi je me retrouve, pour la seconde fois de ma vie, dans le quartier de l'alcool joyeux de Délirium City. Je suis apparu avec une bouteille de Jägermeister dans la main mais je l'a jeté dans la première poubelle que j'ai vu. La poubelle a lâché un rot bien sale avant de me remercier.

Je quitte la ruelle puante que j'arpentais pour arriver sur un boulevard où des rêveurs et quelques Voyageurs se déhanchent sur une musique un peu latino, crachée par un homme-enceinte couvert de graffitis. Il y a même quelques femmes qui s'approchent de lui en twerkant. L'ambiance est plutôt bon enfant et je décide de m'approcher et de me joindre aux danseurs. J'ai pas totalement l'esprit clair mais je refuse poliment les verres qu'on me tend.

Sans alcool, la fête est plus folle !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Contrôle des Sens
Points de Puissance : 6 000 points
Points de Réputation : 4 200 points
Messages : 74
MessageSujet: Re: Dès deux verres, le risque existe ! [PV Sao Luciano]   Lun 29 Jan - 14:08

Il est des nuit, des nuit ou les regrets vous étouffes, comme cette nuit là, où à Recif, un bar clandestin doit faire face aux déboires d'un tueur à gages, sans pouvoir le virer, car il fait partie des enfoirés qui assure la "protection" de l'établissement....
En réalité, il était tout calme à son arrivée, peut être même trop, son regard n'avait quitté le sol qu'à de rares occasions, notamment pour commander ces cocktails explosifs qui avait le pouvoir de transformer la peine en euphorie. Entre les Caïpirinha, et les Daïquiris qu'il buvait directement par deux, sa vision commençait à suivre le même schéma, sa voix devint plus grasse, et il allumait cigarette sur cigarette...

"Tu me connais Emilio, hic... Tu sais que ça a jamais été facile pour moi... Une fois j'ai rencontré une femme dis toi, elle était belle, elle me comprenait..."

Il faisait référence à Calypso, ils avaient fait quelques affaires ensembles, et avait eu une liaison... Il s'était connu en concurrence sur un assassinat et avait eu une sorte de coup de foudre... Luciano avait toujours pensé que leur conversations alcoolisées sur un futur potentiel entre eux étaient pleines de vérités... Les sentiments de la jeune femme étaient factices... Il l'avait tué, elle aussi, rien à voir avec leur histoire c'était le boss qui lui avait ordonné car elle semblait trop curieuse quand à leurs affaires.

Pourtant, c'était sûrement une des seules fois ou il avait eu l'impression d'être aimé, depuis, ils se noyaient dans l'éthanol et les réseaux de prostitutions!

Il attrapa d'ailleurs une hôtesse par la taille, la ramenant à lui, la jeune Sarah 20 ans depuis peu, une belle blonde aux yeux verts, elle avait de quoi faire tourner la tête à Recif, ce qu'il faut là ou il faut, de la naïveté, et une cupidité à toutes épreuves... De ses princesses dont on excuse l'étroitesse d'esprit pour profiter d'une beauté éphémère. Elle savait qu'il avait de quoi la recouvrir de bijoux, et plusieurs fois c'est avec elle qu'il s'oubliait...

L'affection, c'était en réalité le talon d’Achille de São... Une drogue parmi les autres, quel genre d'homme le nierait.

Après avoir foutu un sacré bordel dans l'établissement...

Sarah avait ramené São chez elle, bleu, titubant, se cramponnant à son décolleté, elle entra la clef dans la serrure, aida l'alcoolisé à monter les trois étages, une étape plus que laborieuse.
Arrivés dans son appartement, Luciano prit ses marques et s'échoua dans le canapé.

"Met toi à l'aise" ricana la charmeuse...

Elle lui posa un verre de Whisky et commença à tracer une ligne de blanche qu'elle inspira, puis elle partie revêtir quelque chose de plus confortable!

"Si tu veux prendre une douche ne te gène pas!"
c'était clairement une invitation à un Luciano poisseux suppurant l'alcool bon marché par tous ses pores...

Elle revint quelques instants plus tard dans une tenue affriolante. Mais le tueur à gage s'était endormi après avoir descendu le dernier verre, Sarah lui porta une couverture et déposa un baiser sur son front, conscience professionnelle ou simple marque d'affect ?

Les deux!

Aussi quand Délirium City apparut, Luciano était en caleçon long, presque maillot de bain, avec une marque de rouge à lèvres sur le visage... Son corps de lâche apparent, mais le flingue dans le calebard était là pour rappeler que dans la vie il y a deux types de personnes, ceux qui tiennent le flingue et les autres.

 Le Brésilien était arrivé dans une zone où l'on dansait comme il avait dansé en ébriété dans le bar quelques heures auparavant, les mélodies et les rythmes lui parlaient, elles semblaient directement empruntés à son pays !

Son mal de crane le bouffait, et il suait à grosses gouttes, il le savait, ce soir le contrôleur des sens ne serait pas en pleines dispositions de ses capacités...


Dernière édition par São Luciano le Mar 20 Fév - 15:50, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Pouvoir des 9 queues
Points de Puissance : 21 000 points
Points de Réputation : 18 400 points
Messages : 129
Localisation : Horror Park
MessageSujet: Re: Dès deux verres, le risque existe ! [PV Sao Luciano]   Lun 29 Jan - 22:55

Je quitte la ruelle puante que j'arpentais pour arriver sur un boulevard où des rêveurs et quelques Voyageurs se déhanchent sur une musique un peu latino, crachée par un homme-enceinte couvert de graffitis. Il y a même quelques femmes qui s'approchent de lui en twerkant. L'ambiance est plutôt bon enfant et je décide de m'approcher et de me joindre aux danseurs. J'ai pas totalement l'esprit clair mais je refuse poliment les verres qu'on me tend.

Sans alcool, la fête est plus folle !

Si je ne craignais pas de passer pour un con, j'irais bien présenter mes excuses aux régents de ce royaume. S'il y en a bien sûr. Je pensais que Délirium City était un royaume zarbi et inintéressant, qui réunissait tous les plus gros défauts des beuveries, mais j'avais dû atterrir dans le mauvais quartier la dernière fois que j'y étais venu. Parce que là, je m'amuse plutôt bien. Tout le monde danse et a le sourire aux lèvres, moi le premier. Les mecs sont tellement contents d'avoir plus d'alcool pour eux qu'ils n'essaient pas de me faire boire, les meufs semblent apprécier le spectacle de mon corps et certaines me font des clins d'œil... Bref, si j'avais l'expérience et la tchatche des vrais beaux gosses, je sens que je pourrais passer le reste de cette nuit en étant très bien accompagné.

Mais je suis pas super doué pour ça alors je me contente de sourire d'un air gêné et de détourner le regard quand celui d'une jeune femme se fait trop insistant. Je me sens pas prêt, en fait, c'est peut-être un peu trop tôt. Et puis, je me préserve pour la bonne, celle qui sera prête à me supporter pour un bon bout de temps.

Lorsque je détourne le regard pour la troisième fois, je remarque un type qui semble pas aller super bien. Coupe affro, marque de rouge à lèvre sur le visage, caleçon long, voilà un type qui se débrouillait mieux que moi. Je commence à lui faire un sourire puis je remarque une bosse dans son caleçon. Enfin, une bosse anormale, que ma pudeur masculine m'avait masqué jusque là. Un gros flingue, de ceux qui font bien mal.

Putain, je passais une super soirée. Pourquoi l'univers m'inflige-t-il ça ? Il peut pas se passer une nuit à Dreamland sans que j'ai à faire la police ? Enfin, je devrais quand même lui laisser le bénéfice du doute, il n'a pas l'air bien méchant. Juste un peu perdu.

Je m'approche de lui, les mains bien en évidence pour qu'il ne fasse pas de truc bizarre. Ce serait bête de déclencher les hostilités à cause d'un quiproquo.

- Hé, salut mec ! Rassure-moi, tu comptes pas t'en servir ? lui fais-je, tout en désignant son caleçon du doigt.

J'espère qu'il va pas se méprendre, il peut mettre Popaul là où ça lui chante, je n'en serais que ravi pour lui.

- Ah mais j'en oublie la politesse, désolé. Moi c'est Edgar, je suis Voyageur depuis quelques mois. Tout comme toi, je me trompe pas ?

Je lui tends la main et lui fais un sourire que j'espère amical. Je suis un peu crispé : les mecs armés me mettent mal à l'aise depuis le jour où je me suis mangé une balle dans le pied. Très longue histoire, qui a bien fait rire les infirmière aux urgences.

Au même moment, un type débarque sur notre gauche, en courant comme un dératé, ses bras s'agitant dans tous les sens. Il a l'air un peu amoché et est recouvert d'une espèce de soupe de pois cassés malodorante... Je préfère pas savoir ce que c'est. Et il est à poil, popaul se baladant dans tous les sens.

- Ai... Aidez-moi, s'il vous plait ! Ils... Ils m'ont volé mon caleçon...

Il a les larmes aux yeux et ça me fait pitié. Tant pis pour la nuit tranquille, je peux pas laisser un homme chialer. Je jette un coup d'œil au gars à mes côtés.

- Jouer les justiciers te tente ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Contrôle des Sens
Points de Puissance : 6 000 points
Points de Réputation : 4 200 points
Messages : 74
MessageSujet: Re: Dès deux verres, le risque existe ! [PV Sao Luciano]   Mar 30 Jan - 9:13

Il fallait qu'on vienne le faire chier, ce soir là, lui qui ce serait bien vu oublier en dansant toute la nuit. Il fallut que ce type se pointe et vienne l'interpeller... Depuis ses chroniques dans le dream mag, depuis qu'il avait été berné par ces putains d'actrices, quelques chose s'était brisé en Luciano... Lui qui faisait un paquet d'effort pour ne pas paraître trop antipathique, là, il ne s'en souciait plus, et petit à petit, il devenait tel qu'on le connaissait dans le monde réel, froid sans le moindre sentiment. Un cracheur de haine aux visages.

"Hé, salut mec ! Rassure-moi, tu comptes pas t'en servir ?" dit le chieur désignant son engin. Hum... Son flingue bien entendu.

"Je comptais pas jusqu'à ce que tu viennes me casser les couilles!" dit-il en l'attrapant, en profitant pour se gratter allègrement les balls. Ouais là il pensait que ça allait partir en fight direct, mais non.  Le type se présente comme-ci les mots du Brésilien n'avait eu aucun impact sur lui...

"Ah mais j'en oublie la politesse, désolé. Moi c'est Edgar, je suis Voyageur depuis quelques mois. Tout comme toi, je me trompe pas ?"

Tendant sa main refusée par le rustre Brésilien,  comprenait le, il avait l'alcool mauvais, il aurait du tirer un coup, mais s'était lamentablement endormi, les boules, et là il arrive dans un royaume sans queue ni tête, et son pouvoir est altéré... Comment voulez vous ne pas avoir le démon ?

"J'aurais préféré que tu oublies la politesse, moi ne m'appelle pas, et tu te trompe, toi et moi on a rien à voir! Ok?"

Ouais il poussait le vice loin quand même, mais apparemment pas assez pour refroidir Edgar, São se demandait si le type était stupide ou si il le faisait exprès.

Edgar, c'était un type assez baraqué mais ça n'effrayait pas São qui continuait à le prendre de haut; Il avait de ça le regard parcouru d'une étincelle, il semblait bien sans sa peau entretenue, et ça ça avait le don d'énerver notre antagoniste. Luciano qui voyait encore un peu trouble n'avait pas apperçu les deux queues derrière le voyageur. Là, il prit un certain recul, ce voyageur disposait d'un pouvoir dont Luciano avait brievement entendu parler... Mince il avait eu tout faux, sur toute la ligne, il avait voulu se la jouer sans cœur mais avait peut être froissé le voyageur qui était venu sympathique comme tout se présenter... Raaah qu'est-ce qu'il pouvait être un sale con parfois!

"Ai... Aidez-moi, s'il vous plait ! Ils... Ils m'ont volé mon caleçon..." cria un type dénudé qui  courait après ses agresseurs le zgeg en métronome.

"Jouer les justiciers te tente ?" Ed semblait lui laisser une dernière chance. Si il il l'acceptait, Luciano pourrait sans doutes lui parler de son projet. Il fallait commencer par repartir sur des bases saines... Il peina à esquisser un sourire qui n'apparaissait pas flippant, et il retendit sa main pour refaire cette poignée de main avant de rassurer Ed.

"Écoute, en réalité, j'ai passé une soirée abominable, je viens d'apparaître ici et comme toi je suis voyageur depuis peu. Je n'aurais pas du m'énerver contre toi, on se connait même pas, moi c'est Luciano, enchanté Edgar! Je veux bien t'aider pour m'excuser..." ça lui avait vraiment écorché les lèvres, pourtant il avait pris soin  de ne pas le faire sonner faux... Non en réalité il avait mis les formes mais il n'en pensait pas moins. Edgar le voyageur aux neuf queues l'intéressait réellement!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Pouvoir des 9 queues
Points de Puissance : 21 000 points
Points de Réputation : 18 400 points
Messages : 129
Localisation : Horror Park
MessageSujet: Re: Dès deux verres, le risque existe ! [PV Sao Luciano]   Mar 30 Jan - 11:29

Bon, le type avait pas trop bien pris le fait que je vienne me mêler de ce qui ne me regardait pas. C’était compréhensible et j’avais tenté de rattraper le bousin en me présentant. Le fait qu’il ait sorti son flingue aurait dû me déranger sauf que je n’avais aucune raison de craindre la mort, bien au contraire. J’avais ensuite tendu ma main et il m’avait totalement snobé, préférant jouer les gros durs.

Ou alors, c’était vraiment un gros dur ? C’est sûr qu’il en a plutôt l’air, malgré son gabarit pas si impressionnant. Il ne semblait toutefois pas avoir l’attention d’utiliser son arme, ni sur la foule, ni sur moi. Il semblait l’avoir sorti pour intimider ou pour me faire déguerpir, mais c’était mal me connaître. Au contraire, j’allais lui coller au train histoire d’être sûr qu’il n’y aurait pas de problèmes. Je ne comptais pas laisser un mec armé et éméché se balader au milieu d’une foule qui n’avait rien demander d’autre que de s’amuser.

Du coup, quand j’ai vu le type sans slibard courir après ses agresseurs, j’ai sauté sur l’occasion. J’ai proposé au type en face de moi de jouer les justiciers. Après tout, on était à Dreamland, même un criminel endurci pouvait aspirer à une vie plus honorable dans ses rêves, alors pourquoi ne pas faire une bonne action ? Même pour le fun ?

Il pourrait se défouler sur l’éventuel voleur et calmer ses nerfs, plutôt que de les passer sur moi ou sur la foule, c’était un deal correct.

Du coup, là, j’attends sa réponse. Il tente de me faire un sourire, un peu bizarre certes mais c’est un bon début, puis il me tend la main. Je la serre tout en m’attendant à un coup dans les burnes ou à une attaque sournoise. Il ne fait rien de tel et je me détends. Je le sors mentalement de la case « Malade lunatique » où j’aurais pu le ranger.

Et là, il me présente des excuses et se justifie en m’expliquant qu’il a passé une soirée abominable. Bref, ça prend un peu de temps, on a perdu le voleur et son poursuivant de vue mais si ça nous permet de partir sur de meilleures bases, je suis totalement pour !

- L’alcool mauvais, hein ? Il a dû y avoir une couille voire deux dans la matrice, pour que tu apparaisses dans le quartier de l’alcool joyeux. Et pas la peine de t’excuser, c’est moi qui suis venu te casser les couilles ! Désolé pour le délit de faciès mais les gars qui se trimballent avec un flingue dans le caleçon, ça court pas les rues.

Je désigne du doigt une grande avenue sur notre gauche, dans laquelle le voleur et son poursuivant s’étaient engagés.

- On y va ? Ils sont partis par là, je cr….

Les bâtiments se mettent alors à gueuler qu’il est 1h et deux gratte-ciels viennent fermer l’accès de l’avenue que je montre. Leur déplacement ouvre toutefois l’accès à deux rues plus étroites, parallèles à l’avenue fermée d’accès et qui semblent aller dans la même direction.

- Putain, fais chier ! Bon, Luciano, je pense qu’on a assez perdu de temps. Que dirais-tu de nous séparer pour augmenter nos chances ? Je prends la droite.

C’est pas super cool mais chaque minute de gaspillée pouvait coûter la vie à un slibard. Enfin, façon de parler. J’ai donc pas attendu de réponse et je me suis élancé dans la rue de droite, avec une accélération à faire pâlir d’envie un sprinteur jamaïcain. Y a pas à dire, c’était cool d’avoir un pouvoir qui boostait sa vitesse !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Contrôle des Sens
Points de Puissance : 6 000 points
Points de Réputation : 4 200 points
Messages : 74
MessageSujet: Re: Dès deux verres, le risque existe ! [PV Sao Luciano]   Mar 30 Jan - 14:33

Ils partirent donc, après avoir conclu un accord, à la poursuite du voleur de caleçon... Non sans lui rappeler sa nuit avec Siegfried, décidément Dreamland regorge d'un sacré paquet de détraqués sexuels! Edgar indiqua que les zigotos étaient parti dans une ruelle, vers la quel ils se pressèrent. Sans doutes pas assez car leurs chances s’annihilèrent lorsque les murs se rétractèrent. (Nique sa mère les rimes en R). Cependant le possesseur du pouvoir des 9 queues, opta pour qu'ils se séparent pour chacun emprunter une des ruelles. Là Luciano hésita à le laisser faire seul, après tout, là il n'y avait pas de primes... Mais si il voulait l'estime du Catman, fallait qu'il les retrouves avant lui.

Il s'enfonça dans sa ruelle attitré, sans réellement se presser, pensant qu'il pourrait peut être compter sur ses sens... Merde. "MERDE!"

Son pouvoir activé, il recouvrait juste ses sens commun, pas assez pour mener à bien son plan, là il commença à courir, cet endroit lui rappelait de plus en plus ces favelas! Il semblait pris dans une sorte de labyrinthe, Il arriva au point de croisement de plusieurs ruelles, il faisait assez sombre... Il s'arrêta un peu essoufflé, il lui sembla entendre quelqu'un courir dans la rue juxtaposée. Il s'y précipita mais confus, ne savait réellement si il l'avait entendu ou fantasmé!

Une présence se faisait sentir juste dans le dos du Funky Cops qui se retourna et s'apprêtait à frapper le spectre, pour finalement s'arrêter le poing à un millimètre de sa cible.
"Edgar ?" sur un ton aussi surpris que blasé!

Mais celui qu'il avait pris pour son comparse, n'était en fait qu'un vagabond perdu entre ces murs depuis trop longtemps, une créature tant ivre qu'effrayante, à faire pâlir Cronemberg et sa mouche.

"Fais chier!!!" décréta le Brésilien, qui commençait à en avoir marre d'être aussi faible à Dreamland, il se voyait obliger de fuir,  empruntant hasardeusement un des passages pour finalement tomber dans la zone des Alcools mauvais...

Plusieurs regards convergèrent vers lui. Tous plus haineux les uns que les autres. Le point positif, avec ce petit sprint, Luciano s'était réoxygéner et commençait à désaouler lentement... Ce n'était pas le cas d'un des types à coupe mulet qui s'approcha de notre antagoniste !

"Hé qui..qu.Hé mais T'ESt qui TOaaa ? Tu traine..Dans not' secteur impu... IMPUNEMENT là ! J'VAIS TE NATCHAVE MOI, JE SUIS un FOU moAA!" un putain de Patrick Sébastien de ses morts qui tenta de le frapper!

"FAIS CHIEEEEEER !" Hurla plus fort et plus clairement Luciano, mettant tout le monde d'accord !

Il enchaina par un gros coup de coude de forain dans la gueule du beauf de France qui s'échoua au sol la mâchoire en sang! Luciano déclencha son mode furie lui sautant dessus et lui explosant sa tronche à coup d'énorme coups de lattes dans ses dents, il se décida à s'arrêter quand il eu mal aux mains ses dernières recouvertes d'Hémoglobines! (JE DEMONTE DES PNJs SI JE VEUX !!!) là il s'était bien défoulé!

Et pour palier aux enfoirés qui se ramenait voulant en découdre à leur tour, il empoigna le flingue tourna la molette avant de tirer à blanc dans les airs. L'assemblée se réduit alors de moitié. São se mit en position Bruce Lee et attendait que les épaves les plus téméraires et les plus imbibées viennent ! Kyzyviennent !

Mais il avait mis tellement de cœur à l'ouvrage qu'il avait convaincu la foule. Il ne comprenait pas pourquoi sa force n'était pas équivalente à celle du monde réel, pas juste dans l'instant car il était encore un peu vaseux, c'était sans doutes lié à son pouvoir...
Mais il pouvait jouer sur l'intimidation. En soit c'est un peu ce qu'il faisait en réalité. Peut être que c'était ça... A Dreamland il avait tendance à laisser place à son coté pur qu'il cachait dans le monde réel, et inversement.

Il songea qu'il lui suffirait de jouer le puritain seulement avec les bonnes personnes, et n'épargnerait plus les chieurs. Alors il se nettoya les poings sur les fringues du gars qui avait servi de défouloir pour ne pas choquer Edgar... Ils semblait vivre dans deux mondes parallèles, outre la proximité, il ne voulait pas lui montrer ses tares.

En attendant il avait perdu le voleur de caleçon!


Dernière édition par São Luciano le Jeu 15 Fév - 14:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Pouvoir des 9 queues
Points de Puissance : 21 000 points
Points de Réputation : 18 400 points
Messages : 129
Localisation : Horror Park
MessageSujet: Re: Dès deux verres, le risque existe ! [PV Sao Luciano]   Mar 30 Jan - 16:19

Après mon départ en fanfare, je ralentis un peu le rythme afin de ne pas trop utiliser mon énergie : je risque d’en avoir besoin si des combats viennent à éclater. De plus, la topographie des lieux n’est pas idéale pour les sprints : les immeubles d’habitation et les bars sont assez resserrés et la rue que j’emprunte se scinde en de nombreux embranchements. Heureusement, j’arrive plus ou moins à rester parallèle à la grande avenue où a disparu le voleur.

J’espère qu’il n’a pas changé d’itinéraire.

L’ambiance se fait moins amicale et des graffitis à peine compréhensibles recouvrent les murs. Certains écrits avec du vomi, d’autres avec du sang séché. Des tessons de verre recouvrent le sol et je fais attention aux endroits où je mets les pieds. Un homme-biberon, au lait qui a viré au vinaigre, m’apostrophe.

- Eh ! C’est ma ruelle, là ! T’veux quoi ? T’veux qu’on s’batte, toué et moué ? Hic !

Il a un fort accent que je n’arrive pas à identifier et des relents d’alcool fort émanent de sa tétine. J’évite de lui accorder de l’attention et je continue ma route. Un jet de lait vinaigré bouillant me touche et me pique comme des piqûres d’abeille.

Je me retourne et jette un regard mauvais à mon assaillant. Puis je pense au pauvre type qui a perdu son caleçon : je n’ai pas le temps à perdre en combat inutile. Je reprends ma course tout en serrant les dents, avalant les mètres si vite que le second jet de lait finit sa course derrière moi, sans que

- R’viens qu’j’ te fasse une faciale, oué !

Pourquoi les créatures belliqueuses de Dreamland veulent tant me tartiner la face ? Repenser à ma rencontre avec l’autre gus de Babyland m’aide à accélérer davantage et, plutôt que d’emprunter la nouvelle intersection, je fonce directement en direction d’un bar.

Il y a une table à côté de laquelle deux créatures cheloues ont abandonné leurs consommations pour se disputer allègrement. Je passe à côté d’eux comme un courant d’air, prend appui sur la table, saute, attrape l’enseigne du bar, me balance, saute de nouveau et parvient à attraper le rebord de la fenêtre du premier étage.

Des toits plutôt bas trouvent à seulement quelques mètres sur ma gauche. Je bénis mentalement Antoine pour m’avoir initié au parkour quand nous étions gauche, et fais le grand saut. Dans le monde réel, je me serais loupé d’une vingtaine de centimètres et serait tombé comme une grosse merde. À Dreamland, ma plus grosse accélération me permet de parcourir une distance plus grande et j’atterris sur le toit en tuile, glissant légèrement à cause de la substance qui le recouvre.

De l’eau de pluie, de l’alcool ? Non, non, encore du vomi. Je réprime un haut-le-cœur et reprends mon ascension. Je n’ai pas choisi ce bar et arrêté ma course par hasard : les bâtiments adjacents du toit où je suis sont tous de taille croissante. De quoi les surnommer les Daltons. Je me sers donc des rebords des fenêtres et de mes restes en parkour pour arriver le plus rapidement possible du bâtiment le plus haut, puis je reprends ma course.

Cette fois-ci, la topographie des lieux est à mon avantage et je peux laisser pleinement s’exprimer ma vitesse. Les rues sont étroites, à peine deux mètres de large, le plus dur est donc de ne pas faire une glissade puis une sale chute. Y a des manières plus honorables d’obtenir une troisième queue, just sayin’.

Du haut des toits, je prête l’oreille aux éclats de voix mais je suis fréquemment déçu. Ce ne sont pas des appels à l’aide mais des injures, car les combats font rage en-dessous de moi. Et puis, la révélation : j’aperçois au loin un type défroqué, une bouteille à moitié tendue à la main, qui semble trop bourré pour marcher droit et gueule comme un putois.

Ma cible est passée par là.

J’accélère un peu et je finis par la voir, elle est également sur les toits. De loin, elle ressemble à un enfant affublé d’un bonnet fluo et dissimulé sous un lourd manteau de fourrure et qui se trimballe avec un filet rempli de caleçons. Je m’élance et cette fois, j’atteins ma pleine vitesse. L’instant d’après, je suis à ses côtés et je tends ma main gauche pour l’attraper par l’épaule.

Deux crocs acérés se plantent dans ma chair et m’arrachent un cri de douleur. Ce n’est pas un enfant vêtu d’un manteau de fourrure et d’un bonnet fluo, c’est un petit singe à la tête enfoncée dans un préservatif vert fluo. Des trous semblent avoir été faits, histoire qu’il puisse respirer. Je serre les dents et tente de lui attraper la nuque, mais il disparaît !

Ce bâtard a enfoncé ses orteils dans les tuiles afin d’arrêter sa course… Et moi, je continue à courir, incapable de m’arrêter après avoir atteint ma pleine vitesse. En face de moi, il y a de nouveau une rue à sauter…. Sauf que ce n’est pas là que je vais.

J’arrête ma course en me mettant de côté et en me laissant racler les tuiles. C’est comme de descendre une montagne faite de cailloux, le secret est de garder son équilibre. Une fois ceci fait, je reviens sur mes pas et me met à courir après le voleur de sous-vêtements.

♦️♦️♦️


Alors que Sao nettoie ses revolvers, un petit être poilu saute du toit au-dessus de lui et tente de se réceptionner sur sa coupe afro. Il tente de lui griffer le visage puis saute de son perchoir et attrape son caleçon qu’il tente d’arracher avec une force plus élevée que la normale.

L’agresseur de Sao est un petit gorille, a la tête enfoncée dans un préservatif violet fluo.

Que son agresseur parvienne ou non à lui arracher son caleçon, Sao a intérêt à courir s’il veut l’attraper !

[HRP : N’hésite pas à toi aussi t’amuser à jouer le singe à la capote verte (ou un autre singe) histoire de me mettre des bâtons dans les roues. Comme d’hab, si quoi ce soit te dérange, MP ^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Contrôle des Sens
Points de Puissance : 6 000 points
Points de Réputation : 4 200 points
Messages : 74
MessageSujet: Re: Dès deux verres, le risque existe ! [PV Sao Luciano]   Jeu 1 Fév - 9:24

"Saloperie de bestiole!!!" Dit Luciano lorsqu'il vit que leurs cibles n'était qu'un petit singe, et lui ayant sauter dessus il lui attrapa la queue, avant de se faire mordre et de lacher son emprise! La bête tenta alors de lui voler son caleçon, mais un gros coup de pied non sans rappeler un tir au rugby, fit planer la bestiole sur six bon mètres avant qu'il ne s'échoue au sol inconscient. São s'en approcha pour l'attraper et le ramener à Edgar mais lorsqu'il arriva à portée, la bête qui faisait semblant d'être assommée, couru finalement à toute vitesse en direction du quartier des alcools forts... Luciano lui emboitait le pas, l'arme toujours à la main.

Lorsqu'ils arrivèrent, le brésilien avait perdu de vue le ouistiti. et il se demandait ou cette satanée bête avait pu se cacher, autant de ruelles, de perchoirs potentiels, dans ce royaume c'était comme chercher une aiguille dans le bras d'un camé. N'ayant toujours pas recouvert l'intégralité de son pouvoir, il ne pu tirer de conclusion sur cette ombre qui planait au dessus de la zone, pourtant il voyait bien qu'au dessus de sa tête se trouvait une sorte de citée aérienne... Étrange! Très!
Alors il se mit en route pour trouver Ed, qui serait un peu plus simple à trouver, n'ayant pas le gabarit d'un petit singe. Il fallait le prévenir qu'il avait vu de ses yeux à quoi ressemblait  le détracteur voleur de caleçon, mais à vrai dire plusieurs questions trottaient le contrôleur des sens, comme par exemple qu'est-ce que ce mangeur de bananes pouvait bien faire avec tous ces caleçons.
Enfin bon l'heure était plus à la recherche du gros félin répondant au nom d'Edgar.
___________________________________________________________________________
Pendant ce temps, alors qu'il courait toujours pour rattraper un autre des petits singes que les deux voyageurs ignorait tous deux en nombres. Ce dernier tenta de faire tomber le possesseur des 9 queues en nouant la sienne autour d'une jambe, si il ne faisait pas attention, ce serait la chute. Cependant, peut être qu'elle réunirait les deux voyageurs, et qui sait, celà les éclairerait sûrement sur tout ce bordel de confronter leurs esprits critiques

"EEEEEEEEEEDDDDGGGGGGGGGARRRR !!!" rententit la voix de Luciano, qui parvint jusqu'aux oreilles du félin sans nul doutes, c'était à la fois un appel à l'aide et une tentative désespérée de retrouver son comparse car...
___________________________________________________________________________

Luciano était encerclé par une armée de ces foutus  macaques !  Des gorilles des mandrill et des orangs-outans étaient de la partie, prêt à en découdre, comme si ils protégeaient la zone. Là les balles de Luciano ne lui serait d'aucune utilité, et sa force physique était casi nulle dans ce foutu monde des rêves... fais vite Edgar!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Pouvoir des 9 queues
Points de Puissance : 21 000 points
Points de Réputation : 18 400 points
Messages : 129
Localisation : Horror Park
MessageSujet: Re: Dès deux verres, le risque existe ! [PV Sao Luciano]   Jeu 1 Fév - 11:09

Je gagne du terrain assez facilement sur le fuyard, mais sans avoir besoin d'utiliser mon pouvoir. Cela m'étonne vu qu'il se déplaçait beaucoup plus rapidement tout à l'heure. Est-il blessé ? Ou craint-il de glisser ? Ma main me fait encore mal et me rappelle que ce singe est assez sournois. Je continue donc de me rapprocher mais je reste sur mes gardes.

Encore quelques mètres et je pourrais l'attraper. Il faudra que je fasse attention à être rapide et à bloquer sa tête pour ne pas me faire mordre !

Deux mètres, un... Je me mette en avant et cherche à lui faire un collier avec mon bras, afin de l'immobiliser... Sauf que le singe se laisse tomber au sol et sa queue s'enroule autour de ma jambe. Ma vitesse ne me permet pas de garder l'équilibre, je bascule en avant et j'enroule mes bras autour du corps pour ne pas me les péter. Nous roulons tout deux le long du toit et nous finissons par glisser.

Le singe ne semble pas vouloir mourir d'une chute. Il déroule sa queue pour la jeter vers un lampadaire, au moment même où je lui fais un collier. Nous nous balançons en avant, lui attaché par sa queue, moi accroché à lui.

- Ouh, ouh ouh ! Ouh, ouh, ouh ! s'égosille-t-il, en se débattant pour que je lâche prise.

Mais je tiens bon, je me passerais bien d'une mort aussi peu glorieuse. Sa queue, par contre... finit par lâcher alors qu'on finit un énième balancement et il se met à pousser un cri de douleur pendant qu'on chute.

J'ai mal. C'est bon signe. Apparemment, le lampadaire n'était pas si haut et le gros de la chute a été fait avant que le singe ne s'aggripe au lampadaire. Je reste encore quelques temps sur mon épaule douloureuse, et je me rends compte que je tiens le singe blotti contre moi. Je l'ai protégé lors de la chute, déformation personnelle oblige.

- Ouh... Ouh, ouh ? Ouh, ouh !

Je parle pas le singe mais il a l'air d'avoir pigé que je lui voulais pas que du mal. Il est assez mignon, malgré sa capote sur la tête et je décide de le relâcher. Il ne me mord pas, ne se jette pas en avant et me regarde avec de grands yeux hésitants.

C'est alors que j'entend gueuler mon prénom. Je reconnais pas trop la voix mais il y a pas trente-six mille personnes à qui j'ai donné mon blaze, et ça a l'air urgent. Tant pis pour le voleur de sous-vêtements, je vais pas laisser quelqu'un en danger.

Je me mets à courir dans la direction de la voix, le singe sur mes talons. Souhaite-t-il me prendre mon caleçon ? Tant pis, je continue à courir et j'accélère l'allure. Je croise au passage des mecs totalement torchés, certains en plein coma éthylique, qui tentent d'échapper à des espèces d'objets inanimés. Faites que jamais je me retrouve dans ce quartier, je comprends mieux pourquoi j'entends crier.

Je finis par arriver sur un spectacle assez surréaliste, sauf pour Dreamland. Pas un, pas deux mais une dizaine de singes de toutes origines entourent Luciano. Certains se frappent le torse, d'autres martèlent le sol. Quelques-uns, plus petits, se jettent sur Luciano pour tenter d'attraper son caleçon, tandis que d'autres tentent de sauver leur camarade.

Je continue ma course et traverse l'armée comme une fusée afin de rejoindre Luciano.

- Bon, ça va être galère. Je pense qu'il faut qu'on trouve qui est le chef et qu'on le frappe en priorité, ça dispersera peut-être les aut...


Un singe noir et bleu, assez petit, se jette sur ma gorge, les crocs découvertes. Le petit singe que j'ai protégé de la chute saute également et le pousse, déviant sa trajectoire. Je m'en étais pas rendu compte mais il avait continué à me suivre !

- Ouh... Ouh, ouh, ouh ! Ouh, ouh ! fait-il, en sautillant sur place et en me désignant du doigt, avant de frapper le sol.

Il semble expliquer un truc aux autres singes. Peut-être intercède-t-il en notre faveur ? Un gros gorille noir, à l'oeil droit fermé à cause d'une balafre et à la tête revêtue d'un préservatif rouge, s'approche de lui et se met à grogner. Le petit macaque continue son manège... Est-ce une plaidoirie ? Et là, le gorille lui balance un soufflet qui l'envoie voler contre un mur. La boule de fourrure reste inerte et mon sang se glace dans ses veines.

Mais quel bâtard !

Sans réfléchir, je fonce vers lui et lui décoche un coup de poing qu'il reçoit sans broncher avant de m'en assèner un. Je prends le coup dans le torse et recule sous l'impact... Il frappe fort ! Deux singes profitent de l'occasion pour me sauter dessus, j'en frappe un avec un violent crochet du droit mais l'autre m'arrive dans le dos...

J'aimerais bien avoir le temps de demander à l'aide mais tant pis... Luciaaaaano ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Contrôle des Sens
Points de Puissance : 6 000 points
Points de Réputation : 4 200 points
Messages : 74
MessageSujet: Re: Dès deux verres, le risque existe ! [PV Sao Luciano]   Ven 2 Fév - 12:41

C'est là que Luciano, lui et Edgar furent un jour du même bois, il s'était vraiment trompé lorsqu'ils s'étaient rencontrés. Il lui avait dit que tous les séparaient, et pourtant il y avait le même enfant dans les deux cœurs, celui qui protéger les opprimés. La différence étant que l'un s'était laissé consumer par sa haine. Après tout  Ed n'avait pas même hésité a volé à la rescousse de Luciano... Et ce petit singe, cette faible créature, elle lui rappelait aussi son histoire. Le mouton noir, l'exclu du groupe, le détesté. Il ne savait que trop bien quel sentiment pouvait l'habiter...

Aussi quand un de ses singes de malheurs s'en prit à Edgar, Luciano ne réfléchit pas même, aussi anodine pouvait paraître cette nuit. Elle n'en demeurait pas moins celle où Luciano avait réalisé son erreur. Comment avait-il pu croire que Dreamland avait la rudesse du monde réel? Ne s'était-il pas dit que ce serait ici sa renaissance, l'occasion de se refaire.
Il avait maintenant quelques objectifs, péter la gueule aux actrices qui s'était moqué de Drasur et lui. Et empêcher l'injustice... Le Funky Cop portait de mieux en mieux son titre.
Il fonça tête baissé à toute vitesse et de toute sa force en position bélier sur l'assaillant d'Edgar, le projetant sur un de ses camarades. Le gorille sans doutes le plus imposant du groupe.

"RoaAAAARRRR!" cria-t-il se martelant la poitrine!

Luciano l'imita comme pour lui signifier qu'il n'avait pas peur. La bestiole l'empoigna par le crâne de sa grande main avant de la projeter assez fortement sur le sol.
Son visage lui faisait incroyablement mal, il avait du y laisser une dent... Il se releva peinant, ses jambes tremblantes, l'arme à la main. Il peina à viser mais tira deux balles. La première cachant la trajectoire de la deuxième. Si bien que malgré l'esquive du projectile le plus proche, le second heurta l’œil de la bête qui s'aveugla larmoyant de douleur. Juste assez longtemps pour que Luciano lui assène un coup de boule conséquent qui n'arrangea en rien son cas avant qu'ils s'effondrent tous deux au sol.

Et avant qu'Edgar ai pu même réagir, le gorille se releva un peu sonné s'empara du Brésilien et couru, se balança à un lampadaire avant d'atteindre un toit, un autre plus haut jusqu'à avaoir grimpé le plus haut building de la zone. Arrivé à son antenne, là ou les nuages cachait un escalier qui rejoignait la zone flottante que São avait bel et bien repéré précédemment!

Le Disco Jesus revint à lui, mais constatant qu'il se trouvait bien loin du sol dans les bras d'un gorille fou. Il préféra simuler son inconscience. Il entrouvra juste assez les yeux pour voir qu'ils montaient à l'échelle d'un plongeoir, au dessus d'une piscine pleine d'un liquide non identifié, elle semblait en piteux état, d'où les vols de sous vêtements. Il servaient à colmater les fissures dans la bassine... A la surface plusieurs créatures nus, flottaient inertes à la surface, tu m'étonne de cette hauteur ils avaient du faire le plat du siècle... Et ça aurait du être le tour de Luciano... si une fois que couché sur le plongeoir dos à la piscine... Le singe s’apprêtant à lui retirer son caleçon, il n'avait pas tiré sa dernière balle à portée dans l'autre œil de King Kong... Avant de le frapper de ses deux jambes.
La créature tomba en arrière, en une suite de salto , dans sa chute se cogna la tête à l'échelle car dès l'or tout le plongeoir vibra et un sinistre bruit d'os se brisant en rencontrant le métal retentit.

Luciano s'avança près du bord pour voir si il avait survécu. Mais il ne le voyait même plus sur l'île flotante. Attention Ed, il pleut des gorilles... Luciano s'était bien dit que la bête avait frapper l'échelle trop fort car le plongeoir de fortune commença à s'ébranler! MERDE !
N'hésitant pas, il plongea dans la piscine en position piquet, droit comme un I, Il se niqua les pieds à la rencontre du liquide qui s'avérait être une liqueur de banane plutôt goûtu, tout devenait plus clair maintenant... Il resta au fond un moment de peur de recevoir le plongeoir sur la gueule, d'ailleurs ça ne passa pas bien loin. Puis il remonta à la surface et effectua quelques brasses. C'est pas tous les jours qu'on nage dans un cocktail où on remplace les glaçons par des cadavres. Étrangement ça collait bien à Luciano... La question était de savoir si Ed s'en sortait?...

Mais aussi comment le brésilien allait-il bien pouvoir le rejoindre maintenant ? Il avait bien une idée mais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Pouvoir des 9 queues
Points de Puissance : 21 000 points
Points de Réputation : 18 400 points
Messages : 129
Localisation : Horror Park
MessageSujet: Re: Dès deux verres, le risque existe ! [PV Sao Luciano]   Ven 2 Fév - 16:02

Luciano percute violemment le singe qui m'arrivait dans le dos et me sauve ainsi la mise. J'en profite pour me repositionner, dos à un lampadaire, et je jette un regard à nos assaillants. Le gorille faitt face à Luciano et se met à frapper son torse, en signe de défi. Il est rapidement imité par mon nouveau camarade, qui semble tout de suite bien moins effrayant. En même temps, tout le monde n'a pas la chance d'avoir un torse musclé et velu.

Les singes se mettent en cercle et frappent le sol en rythme. Je ne sais pas si c'était voulu ou un bête concours de circonstance mais j'ai l'impression que Luciano vient de défier le chef pour un duel dans les règles. Les singes semblent avoir décidé de ne pas intervenir et je me plie à leur décision : si j'interviens et qu'ils décident d'intervenir, on se retrouvera à deux contre onze. Alors que là, Luciano se retrouve en un contre un, même si la carrure de son adversaire est bien plus impressionnante que celles de ses subalternes.

Le gorille attrape la tête de Luciano et le fracasse contre le sol. J'ai mal pour lui. Le duel n'a commencé que depuis quelques secondes et il est déjà pas mal amoché... Je prends sur moi pour ne pas intervenir car cela ne ferait qu'empirer la situation. Je dois lui faire confiance, c'est un Voyageur et il a certainement un pouvoir. Il attend certainement le bon moment pour l'utiliser.

Luciano se relève et dégaine son arme. Je jette un coup d'oeil aux macaques, craignant qu'ils ne considèrent cela comme de la triche, mais ils se contentent d'attendre en silence. Je fais de même et je sursaute quand je vois Luciano tirer deux balles en direction du gorille. Je me fais violence pour ne pas me jeter sur lui car c'est trop tard.

Okay, foutre une bonne raclée à ce singe pour lui apprendre les bonnes manières, pourquoi pas ! Mais le tuer ? C'est trop expéditif !

Le gorille parvient à éviter la première balle mais se prend la prochaine, dans l'oeil. Je m'attends à voir une gerbe de sang tandis qu'elle lui traverse le cerveau, mais la balle semble ricocher contre l'oeil du gorille. Est-il super résistant ? Ou alors, les balles du pistolet ne sont pas létales ?

Luciano se jette sur le primate et lui décoche un violent coup de boule. Les deux combattants se retrouvent tous les deux  au sol, sonnés mais le gorille se relève en premier. Il attrape Luciano, le charge sur son épaule puis grimpe à un lampadaire. Je fonce dans sa direction afin de tenter de le ralentir et de récupérer Luciano et les singes se mettent à crier avant de cavaler vers moi à quatre pattes.

Le gorille ne m'accorde pas la moindre attention. Il se balance, se jette sur un mur, grimpe sur le toit et continue de grimper jusqu'à atteindre une espèce d'île flottante, située au-dessus du quartier des alcools forts. Pour ce faire, il grimpe le long d'espèces de cordes multicolores qui semblent faites de vêtements attachés entre eux. À cette distance, je ne vois pas bien.

Les singes m'entourent et je m'étonne qu'ils ne m'aient pas encore sauté dessus, tandis que je regardais leur chef s'éloigner. L'un d'eux, un orang-outan, se met devant moi et frappe son torse avec ses poings. Le message est reçu, je fais de même et les singes se mettent en cercle autour de nous, encourageant leur camarade.

- J'te préviens, mon beau, j'suis un peu pressé ! je lance, tout en souriant.

Mon camarade a beau être dans de sales draps, c'est Dreamland et je suis content de me mesurer à un autre adversaire. Je me mets en garde et j'attends qu'il fasse de même, tout en le jaugeant. Mon adversaire se contente de m'imiter de manière maladroite, essayant tant bien que mal de ressembler à un boxeur.

Désolé, p'tit gars, mais je dois vous mettre K.O rapido avant d'aller aider mon pote.

Je fonce sur lui, mes queues au vent, et lui porte une série de petits jabs rapides afin de perturber sa garde imparfaite, avant d'enchaîner sur un violent direct du droit. Sa mâchoire émet un craquement et il tombe au sol, sonné. L'un des petits singes s'approche de lui et frappe le sol lentement. À la dixième frappe, il frappe plus rapidement et deux singes sortent du public et me sautent dessus. Je m'apprête à leur envoyer des coups de poing mais ils ne me montrent pas leurs dents et se contentent de frapper dans leurs mains, avant de se réceptionner sur mes épaules et de tenter de lever mes bras.

Je viens de comprendre, ils me désignent comme vainqueur.

Les singes évacuent ensuite leur camarade inconscient et, cette fois-ci, c'est un babouin qui se présente devant moi et martèle son torse avec ses petits poings.

Sérieusement, les gars ? Vous allez venir un par un ? C'est pas équilibré, c'est... Merde, vous êtes tellement mignons, honorables et suicidaires pour des singes voleurs de slips...

Le babouin tente de se mettre en garde et je constate une nouvelle fois que sa garde est imparfaite. Cette fois-ci, je ne fonce pas dans sa direction pour le frapper. Je m'approche de lui et tente de l'apaiser avec des mouvements de main de haut en bas. Il boxe dans le vide, les crocs découvertes en signe d'hostilité.

- Du calme, mon grand. Je veux juste t'apprendre à te battre. Regarde.

Je me mets en position de combat mais me tiens de flanc par rapport à lui. Je me mets ensuite à boxer dans le vide, afin de lui montrer comment on fait, la posture à avoir. Il semble comprendre ce que je lui propose de faire et m'imite, accompagné par deux de ses camarades.

Suis-je vraiment en train d'enseigner la boxe à des singes coiffés de préservatifs, en étant habillé d'un caleçon ?

♦️♦️♦️

Le gorille continua sa chute et finit par tomber plusieurs dizaines de mètres plus bas, sur une table où trois créatures jouaient au Shot Poker. Qu'est-ce que le Shot Poker ? C'est comme le Poker classique, sauf que chaque joueur commence avec une grande réserve de shots et que l'objectif est de récupérer les shots de l'adversaire puis de les boire. Un jeu où on finit rapidement très, très imbibé.

- Putain, c'est, hic, abusé ! Il a anéan, hic, ané, hic, ananti, hic, pardon, anéanti, hic, not'...
- Ta gueule, Josh ! Mais attends... Mais c'est c'foutu macaque, là, le chef de la bande d'là-haut ! fit un grand, très maigre, à la chevelure bleue.

Il portait un bandana noir sur les yeux, sur lequel une mâchoire souriante et blanche était dessinée.

- BURP ! ajouta une espèce de pirate, avant de tomber tête en avant sur le cadavre.

Il venait de s'endormir, ayant beaucoup trop bu.
- Et merde ! V'la que Zack joue les matelots d'eau douce. Moi qui comptais profiter de l'occaze pour confisquer leur foutu liqueur de bananes ! On commence à être à court d'alcool à brûler, ici bas.
- Mais, hic, j'suis, hic, là chef ! HIC ! s'exclama Josh.

Josh était une espèce d'ours en peluche de taille humaine et à la fourure rose imbibée d'alcool. Un espèce de sifflet animé s'était coincé dans sa bouche et l'empêchait de parler, faisant des "hic" dès qu'il tentait d'ouvrir sa bouche.

- Là est tout le souci...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Contrôle des Sens
Points de Puissance : 6 000 points
Points de Réputation : 4 200 points
Messages : 74
MessageSujet: Re: Dès deux verres, le risque existe ! [PV Sao Luciano]   Lun 5 Fév - 9:19

Quand à Luciano, son idée était osée mais c'était à ses yeux la seule solution... Il lui fallait détruire la piscine et se servir du flot pour retomber en bas en limitant les dégâts... Seulement, il savait que ça lui attirerait pas mal d'ennuis, après tout c'était le travail de plusieurs nuits pour ces singes, mais bon... Il avait pas la grâce du félin ni même l'agilité d'un tarzan... Donc bon...

Il ramassa un bout de métal de l'échelle et frappa sur le bord de la piscine, une légère fissure se dessina mais rien à faire, elle ne semblait pas vouloir céder... Il allait falloir trouver une autre façon... Si il enlevait les caleçons qui colmataient les fissures, il n'y aurais pas assez de liquide pour l'amortir... Il regarda du bord la hauteur vertigineuse... Ouais non le saut était pas envisageable.
Assis en tailleur il réfléchissait encore au façon de descendre... *CriC* *CRAaak* des bruits de craquements retentirent.

"Hein ?" s’interrogea São.

La piscine avait bel et bien commencé à céder là ou Luciano frappait précédemment et bientôt elle s'éventra emportant le brésilien dans ses flots, la chute parut lui durer plusieurs minutes... Mais il était enveloppé dans une belle couche de liqueur, et lorsqu'il arriva presque à portée il se réceptionna sur un ours en peluche tombant de tout son poid. La force centrifuge, doublé de la pression du liquide qui ne semblait pas s'interrompre, avaient fait recracher un sifflet au dit ours en un dernier et strident "HIIIIIIIC"

"OH MERCI ! MON SAUVEUR! Viens m'faire un... câlin *burps*! Moi c'est Josh !" Luciano le regarda de haut en bas avec un air bête.

Tandis que les singes constataient l'ampleur des dégâts, et perdait peu à peu toute bienveillance et que les autres habitants du quartiers se précipitaient pour réceptionner le précieux jus qui tombait du ciel, dans des bassines et des jerricans.

"..." Luciano restait sans voix... Il avait détruit le dur labeur des bestioles... Le point positif c'est qu'elles ne voleraient plus de caleçons...

Plusieurs d’entre elles se précipitèrent pour sauver leur bien. D'ailleurs ils avaient du réussir à en garder un peu, mais le bilan était catastrophique pour ces êtres poilus . Le petit singe commençait à revenir à lui, quand il fut sur pattes et vit le gros gorille inerte près du Brésilien, il l'adopta comme nouveau chef de meute et monta sur son épaule.
Et sans aucun doutes alertés par les événements, les singes éparpillés dans tous Délirium City arrivaient par nuées.

"Hé l'nounours, toi et tes collègues vous pourriez pas nous filer un coup de main ? ça va être la meilleure bagarre d'ivrogne à laquelle tu n'ai jamais participé."

A ces mots la peluche attacha sa ceinture sur son front pour en faire un bandana, puis traça deux traits avec de la terre sur chacune de ses joues.

"LES GARS vous avez entendu le sauveur qui vient du ciel ? Les gars ?" ouais les types profitaient du précieux jus qui allait bientôt s'arrêter de couler pour se donner du courage, bien que l'un d'eux qui s'était réveillé dans l'espoir de goûter la liqueur se rendormit aussitôt plein comme une pute
! Le chef n'avait pas vraiment envie d'aider Luciano mais comme son pote Josh devait une reconnaissance au voyageur à la coupe afro, il était aussi de la partie, puis lui c'était un brave, un vaillant, mais un fourbe également.

LE fight final ! ça allait être dantesque, São couru comme il put, ses jambes et ses pieds lui faisant presque aussi mal que son visage,il était entrain de rejoindre Ed suivit de leurs nouveaux compagnons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Pouvoir des 9 queues
Points de Puissance : 21 000 points
Points de Réputation : 18 400 points
Messages : 129
Localisation : Horror Park
MessageSujet: Re: Dès deux verres, le risque existe ! [PV Sao Luciano]   Mar 6 Fév - 19:25

Alors que les singes sont à peine capables de tenir leur garde sans faire les pitres, un choc soudain se fait entendre. Il s'agit du gros gorille, de leur chef. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé entre lui et Luciano mais il s'écrase à une centaine de mètres de nous, sur une table où des créatures jouaient tranquillement à une sorte de Poker.

Ils peuvent dire adieu à leur partie, et les singes à leurs chefs. Je sens beaucoup de tension chez mes élèves et certains montrent les dents. Ils ont perdu tout leur intérêt pour le cours et se mettent à regarder en l'air, les poils hérissés. Je suis leur regard et j'apperçois, loin au-dessus de nous, une espèce d'île qui flotte sur laquelle se trouve une sorte de réservoir. À moins que ce ne soit une piscine gonflable ? Je ne vois pas très bien à cette distance.

Les macaques semblent attendre. Mais quoi ? Je n'ose pas les interrompre et je préfère attendre la suite des événements.

Un léger glougloutis se fait entendre, puis un brut plus fort se fait entendre alors qu'un liquide doré sort sous forme de jet d'au-milieu de la paroi de la piscine. Comme si quelqu'un vient tout simplement de la crever... Et se tient au milieu du jet avant d'être réceptionné par l'un des joueurs de cartes.

- Luciano, Luciano... Que viens-tu de faire ? je murmure pour moi-même, le silence religieux des singes ne me disant rien qui vaille.

De nouveaux jets sont expulsés et on entend un bruit d'explosion. Les murs de la piscine ont dû céder et tout le liquide contenu dedans s'effondre lourdement sur le sol, formant une cascade puis un tsunami d'une force phénomènale.

Je remarque que les joueurs de cartes n'ont pas l'air d'avoir remarqué le phénomène, pas plus que les singes. Des combats commencent à éclater entre eux, les singes affluant de toute la ville pour constater l'ampleur des dégâts et s'en prendre à ceux que tout désigne comme responsables.

Quant à moi, je ne suis pas pris pour cible car j'étais avec eux lorsque cela s'est produit. Ils ne sont pas assez rusés pour risquer de croire que je tentais de les occuper pendant que mon camarade provoquait ce désastre.

- Courez tous ! Trouvez un abri, ne restez pas sur le passage des vagues ! je hurle, tout en sprintant dans l'une des rues principales, à la recherche d'une ruelle dans laquelle m'abriter.

Les vagues vont être plus fortes dans les rues principales et dissiper leur énergie au contact des bâtiments, qu'elles vont peut-être fragiliser ou abîmer. Dans les rues secondaires, l'eau s'engouffrira à une vitesse bien plus faible et avec bien moins d'énergie. C'est avec cette pensée en tête que je m'engouffre in-extremis dans une petite ruelle. Les murs autour de moi tremblent et le liquide pénètre la ruelle où je suis et me balaie les jambes. Je tombe en avant mais parviens à me retenir à un volet pour ne pas me faire emporter jusqu'à l'avenue principale.

Je n'entends que le fracas des flots et les cris des blessés.

Puis le calme revient. Le liquide s'est étalé et s'est infiltré dans le sol et dans les égoûts, et quelques soudards survivants se mettent à lécher les pavés afin de récupèrer un peu d'alcool. Quant à moi, je pue la banane et aurais bien besoin d'une bonne douche.

En plus, mon caleçon trempé me moule et je me sens pas super à l'aise, c'est poisseux, ça colle !

Je reviens dans la rue principale, à la recherche de Luciano, et je vois un spectacle assez troublant. Deux singes semblent grandir au fur et à mesure qu'ils avalent le liquide doré qui se trouvent au sol. Enfin, ce ne sont pas eux qui grandissent mais leurs muscles, qui vont jusqu'à déchirer la peau et la fourrure, tout en prenant une texture jaune tachetée de noirs.

Les singes tournent ensuite vers moi leurs yeux entièrement blancs puis me foncent dessus, l'écume aux lèvres.

Je pense pas que ce soit pour me faire un calin...

J'entends des bruits de course derrière moi, mais je ne peux pas me retourner. Est-ce la cavalerie qui vient me prêter main forte ? D'autres singes ? Ou des survivants coursés par des singes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Contrôle des Sens
Points de Puissance : 6 000 points
Points de Réputation : 4 200 points
Messages : 74
MessageSujet: Re: Dès deux verres, le risque existe ! [PV Sao Luciano]   Jeu 8 Fév - 14:43

Luciano avait fais bien plus de dégâts que ce qu'il pensait à juger de l'aspect boueux du sol, la dégradation des bâtiments, ainsi que l'odeur de Banane planant dans l'air... Mais comment se fait il qu'il n'ait pas vu le raz de marré occasionné par son plan tordu? Et bien lorsqu'elle s'éventra, la piscine commença par un seul jet conséquent qui projeta Luciano derrière un bâtiment plus éloigné de la position d'Edgar, qui lui, se trouvait juste en dessous du réservoir voilà tout.

D'ailleurs Disco Jesus tombait à pic, lorsque Ed se retrouva confronté à deux Gorilles sous pressions, assez similaire aux transformations des Sayen, bien que tout de même moins grand... Ils atteignaient chacun leurs tours deux bon mètres ayant fini jusqu'à la dernière goutte de liqueur jonchant le sol...
Mais notre Funky Cop s'était surpassé ce soir... Si le mental était présent (comme à son habitude) son corps lui, ne lui permettrait pas d'assurer sur ce combat final... C'était trop lui en demander... Il n'avait plus de balle non plus... Mais Ed allait se prendre un coup surpuissant de la part d'un des deux Donkey Kong sous dopant pendant la fraction de seconde où il se retourna pour voir ses alliés...

Le Brésilien allait s'interposer mais Josh qui le voyait tremblant  lui coupa l'herbe sous le pied, il bomba son ventre et le fit balloter pour contrer le monstre... Son poing rebondit sur la surface pelucheuse du nounours créature et le singe fut victime de son propre assaut ! Alors que le chef lui, tenait ses deux mousquets par les canons pour se servir des calottes (de ses morts) de crosses comme massues et utilisant la technique de l'homme saoul à merveille (ça suscitait l'admiration...) Il frappait de plus belle le singe qui tentait de l'écraser en vain en martelant le sol.

Luciano, qui commençait à être sacrément en pls maudissait son pouvoir qui même étant un parfait outil de traque, et même lorsqu'il ne l'utilisait pas, lui demandait trop d'énergie. Il commençait à comprendre que c'est par la dissolution de son ego qu'il pouvait en avoir une meilleure maîtrise, mais en contrepartie, il n'avait pas même la moitié de la force qu'on lui connaissait du réel!

"NOOOON ! Tu VAS Me le PAYER !" hurla dramatiquement l'ours en peluche !

L'un des gorilles avait eu raison du chef, une bonne fois pour toute, ayant écrasé sa tête contre un mur, elle avait explosé comme une pastèque... L'heure était grave, Luciano était presque paralysé et l'un des gorilles victorieux s'approchait de lui en montrant les crocs !

le petit singe affublé de son préservatif vert éffrayé, changea de perchoir et opta pour l'épaule moins abîmé de Ed!

Josh accouru ramassa le Brésilien et.... Il le mangea...
Spoiler:
 


"TECHNIQUE DE L'ENMITOUFLAGE!" cria-t-il!



La tête de Luciano sortait de la bouche du nounours à qui il poussa soudainement une coupe afro molletonné, il faisait chaud entouré de toute cette fibre de coton, et un peu humide, qui semblait être vivante... Quelle étrange créature... Mais prêtant sa force à Luciano, il était comme son Exo-squelette... Avec une forte odeur d’éthanol en prime !

"Haha! T'es un monstre Josh! viens on va leur montrer de quel bois on se chauffe !"

Après quelques secondes d'adaptation à cette nouvelle armure, Luciano commençait à se sentir plus libre de ses mouvements, seulement, il était encore trop lent. Et le gorille les mordit déchirant les coutures et atteignant le bras de São se plantant dans sa chaire!

"Arrgh... L'enfoiré!" prononcèrent les lèvres conséquentes du mafieux.

Avant de lui porter un uppercut renversant avec l'autre bras intact, la bête trembla de la mâchoire, et ses yeux devinrent humides! Ce n'était pas assez pour le vaincre il le savait... Mais sous cette forme le funky cop avait peut être une chance de suivre le rythme d'Edgar et ensemble ils viendraient peut être à bout des monstres, forçant le respect de tous les singes admirant le combat du haut des toits !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Pouvoir des 9 queues
Points de Puissance : 21 000 points
Points de Réputation : 18 400 points
Messages : 129
Localisation : Horror Park
MessageSujet: Re: Dès deux verres, le risque existe ! [PV Sao Luciano]   Ven 9 Fév - 15:19

Les pas derrière moi se font de plus en plus proches et je décide de me retourner, quitte à exposer mon dos aux singes qui arrivaient face à moi. Je ne peux pas prendre le risque d'être pris en tenaille. Si ce sont des singes derrière moi, il va falloir que je me jette sur le côté et que je prenne la fuite.

Un coup d'oeil jeté derrière moi m'apprend qu'il s'agit de Luciano et de deux types que je connais pas, dont l'un d'eux est un ours en peluche géant et rose. Ce dernier détail attire mon attention et je reste retourné un peu trop longtemps, le dos exposé...

Heureusement pour moi, l'ours en peluche me dépasse et se place entre moi et le singe placé le plus à gauche, encaissant le coup à ma place. Afin de lui éviter de se retrouver en situation de un contre un, je fonce sur le singe transformé de droite et lui envoie une série de jabs rapides, avant de me déporter sur la gauche. Je cherche plus à l'énerver qu'autre chose, afin qu'il me suive et s'éloigne de Luciano et des autres.

Maintenant qu'il est transformé, mon adversaire devrait être plus lent. Je peux donc me permettre de réfléchir à une stratégie pour le vainc...

L'énorme singe me fonce dessus, déployant une vitesse impressionnante pour sa taille et son poing me cueille au ventre, me projetant à quelques mètres. Il s'arrête ensuite et se frappe le torse de ses poings.

- AOUH ! AOUH ! AOUH ! fait-il, tout en me montrant ses crocs.

Je me relève avec difficulté. J'en ai mangé des vols planés mais celui-la fait partie des plus douloureux. Je serre les dents et ignore la douleur qui se répand dans mon ventre, où le poing a laissé un bleu. J'ai pas l'impression d'avoir une côte cassée mais encore un coup comme ça et...

Le singe s'élance de nouveau et je me jette sur le côté. Il passe comme une furie à côté de moi et frappe le mur avec son énorme poing, créant quelques fissures. Mieux vaut que je ne reprenne pas un autre coup comme celui-là ! Cet assaut a eu le mérite de m'aider à identifier une faiblesse exploitable : le singe est peu agile et ne peut pas corriger sa trajectoire en pleine course.

Je me mets face à lui et monte ma garde, prêt à me battre. Il me fonce de nouveau dessus et, cette fois-ci, je me déporte qu'à peine sur la gauche et lui balance un violent coup de poing dans le flanc, au niveau des côtes.

- Humpff !

Il arrête sa course et envoie sa grosse paluche dans ma direction. Je me déporte un peu en arrière pour l'éviter, puis je fonce droit sur lui, prenant appui sur le sol pour lui porter un uppercut dévastateur. Sa mâchoire émet un craquement et sa tête part en arrière, il est certainement K...

Il prend appui sur le sol avec ses mains, derrière lui, et se projette de nouveau en avant, sa tête revenant à sa position initiale comme si elle est accrochée à un élastique. Trop tard pour réagir, je me mange un violent coup de boule qui semble me briser le front et me fait tomber en arrière, mon dos heurtant le sol avec un craquement plutôt sinistre.

J'ai un énorme mal de crâne, du sang plaque mes cheveux contre mon front et s'écoule le long de mes sourcils. Mon adversaire forme un marteau avec ses poings et les lève au-dessus de moi... Il frappe, soulevant un énorme nuage de poussière.

Quand le nuage se dissipe, je suis toujours blessé mais encore vivant et le singe tient ses poings ensanglantés au-dessus d'un trou fait dans le pavé. J'ai réussi à rouler sur le côté juste avant la frappe. Le singe fond de nouveau sur moi et je fouille fièvreusement le sol à ma droite, à la recherche d'un objet qui pourrait me sauver.

Mon poing se referme autour d'un bloc de pavé d'une taille assez conséquente et un brin pointu. Je m'écorche les doigts dessus mais ce n'est rien comparé à ce qui va m'attendre en cas d'échec. J'ai ramené mes pieds au niveau de mes fesses.

Le singe se prépare de nouveau à frapper.

Je pousse sur mes jambes afin de me relever d'un coup en un second uppercut, dont la puissance est renforcée par le morceau de pavé que je tiens dans ma main. Je vise de nouveau son énorme menton et y mets toute ma force, expirant comme un boeuf afin de bien oxygéner mon corps, dans le cas où je survivrais.

La bête est soulevée en l'air puis elle retombe, tente de faire quelques pas et chancèle, avant de s'effondrer sur le sol, ses poings toujours en marteau lui retombant sur la gueule.

Debout et tremblant de tous mes membres, je jette un regard dans la direction de Luciano. J'ai perdu pas mal de sang et je ne pense pas pouvoir l'aider s'il est en danger, encore moins affronter un second singe dopé aux anabolisants s'il est mort ou inconscient.

Code:
HRP : Pas de soucis, ça me va ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Contrôle des Sens
Points de Puissance : 6 000 points
Points de Réputation : 4 200 points
Messages : 74
MessageSujet: Re: Dès deux verres, le risque existe ! [PV Sao Luciano]   Lun 12 Fév - 14:40

Les membres étaient engourdies, bien que le revêtement de peluche lui offrait un second souffle, Luciano peinait à cacher sa souffrance, même dans sa combinaison qui faisait office de nouveau pote, il tremblait... Il n'était pas au bout de ses sueurs froides car le gorille le frappa d'estoc. Les deux alliés fusionnés furent projetés sur le reste d'un mur en ruine. Ce soir, pour prouver sa valeur à Edgar, notre antihéros s'était surpassé...

Se dégageant des briques sous lesquels il était enseveli, il eu l'idée de s'en servir comme projectile. Aidée par sa vision à peine améliorée, il atteignait parfois sa cible mais c'est sa puissance de tir qui n'était pas au rendez vous et le gorille qui le trouvait ridicule s'amusait à arrêter net les pierres avec la paume de sa main ... Luci songea alors à une autre approche, il projeta quelques briques d'un seul coup en direction du visage... Puis de son bras droit il avait fermement empoigné une brique... Il fonça en position bélier dans le ventre de son ennemi amorçant une prise au corp. Alors que la bestiole était entrain d'arrêter les projectiles, l'un d'eux lui déchira l'arcade, et Luciano perpetua cette mode de l'uppercut! Mais avec une brique en main... Si le bras de Josh était mou deux briques pris simultanément, dont une sous le menton de toute les dernières force que l'instinc de survie conférait à notre Brésilien, le bilan santé n'en serait que moins en l'avantage de King-Kong!

Et si il resta quelques secondes la mâchoire levée, les yeux vers le ciel, du sang perlant aux deux coins des lèvres, il était toujours conscient ! Merde!

Le poing de la bête se serra si fort qu'il en était bruyant, ses deux yeux haineux se plongèrent dans ceux du Funky Cop, lui annonçant sa mort prochaine, son bras recula, il armait un coup surpuissant.

Se remémorant alors comment Josh avait contré le premier coup, São profita de cette forme occasionnelle pour répéter le mouvement. Il fallait rentrer tout le ventre de Josh, cambrer le dos, et attendre le moment crucial... Le temps semblait se décomposer comme il l'avait ressenti à Kazinopolis avec Drasur, le poing se rapprochait dangereusement de son visage... Combinant un saut et ...

"MAINTENANT!" redressant tous le poids de son armure dans son ventre il contra le poing du gros bestiau avec le ventre de Josh! Encore une fois le poing s'était retrouvé dans la tronche de son propriétaire.

Alors projeté hors de son compagnon, Luciano tomba K.O aux pieds de Edgar, et la peluche également. D'ailleurs Josh avait repris une forme plus adapté à un enfant, et inerte ses coutures déchirées on l'aurait pu penser sur sa fin de vie...

Si la bête n'avait pas subi le même sort que le Funky Cop, elle n'en était pas loin, et ce n'était pas un gros efforts qui attendait Edgar, une pichenette aurait fais l'affaire. Si le voyageur à la coupe afro en avait payé le prix, il avait exposé sa bravoure à Ed, et il savait que ce dernier ne le lâcherait pas, et qui sait, peut être était-ce le début d'une grande collaboration. Et avant de tomber dans les pommes, disco jesus se persuada que tout ça n'avait pas été vain.

Cette rencontre transcendait beaucoup de choses, comme si leurs chemins s'étaient déjà croisés, peut être dans une autre vie, pour se retrouver dans celle-ci, comme si ils avaient grandit et muri, pour arriver à ce point là!

Etaient-ils destinés à ce voyage initiatique, une chose était sûre c'était l'impression de déjà vu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Pouvoir des 9 queues
Points de Puissance : 21 000 points
Points de Réputation : 18 400 points
Messages : 129
Localisation : Horror Park
MessageSujet: Re: Dès deux verres, le risque existe ! [PV Sao Luciano]   Ven 23 Fév - 14:53

Sao est dans le même état que moi, voire pire. Je le vois tituber puis il finit par tomber, quasiment à mes pieds. Mais il n'avait pas perdu conscience pour rien : à quelques mètres de lui, un singe bodybuildé s'effondre au sol. Les efforts conjugués de la créature combinaison et du Voyageur à la coupe afro ne se sont pas révélés vains.

Je contemple le champ de bataille, le visage déformé par une grimace amère. Les singes étaient des voleurs mais il n'étaient pas méchants : ils ne faisaient que protéger leurs biens. En voulant bien faire, moi et Sao avons gaspillé leur bien le plus précieux, provoqué la mort de leur chef ainsi qu'un raz-de-marée qui avait dû faire des victimes.

On avait peut-être même tuer deux singes supplémentaires... Le cœur battant à s'en rompre, je me précipite sur le corps du singe que j'ai vaincu et prends son pouls. Ouf, il respire encore. Son corps rétrécit à chaque mouvement de diaphragme et il finit par reprendre sa corpulence initiale. Je me dirige vers le second singe : ouf, lui aussi respire.

Je charge sur mon épaule le corps de Sao et je commence à faire quelques pas dans une direction au hasard, avant de revenir sur mes pas et d'également charger la peluche sur mon dos. Ils sont tous les deux trop lourds mais je ne peux pas les laisser ici, ça peut être dangereux.

J'aperçois une ruelle à ma droite : elle semble déserte et pue la pisse. Bon, on a fait mieux niveau infirmerie mais si on peut rester discret et éviter d'autre affrontement... J'y dépose la peluche et Sao, et je décide de les veiller jusqu'à leur réveil ou le mien.

L'arrivée d'un petit singe me fait sursauter. Va-t-il se transformer en gigantesque colosse et nous tuer tous les trois ? Mais je le reconnais rapidement : c'est le singe à la capote verte fluo. Il s'approche de Sao, le désigne avec le bras et fait des "Ouh ouh ouh ?" d'inquiétude. J'essaie de le rassurer en inspirant et en expirant rapidement, afin de lui faire comprendre qu'il respire encore. Le singe me regarde avec des yeux écarquillés et se met à m'imiter.

Je suis pas certain qu'il ait compris quoi que ce soit.

Au moment où je tente une autre approche, je me réveille.

La tête lourde, je me précipite vers une bouteille d'eau que je vide, afin d'essayer de noyer l'alcool qui subsiste encore dans mon organisme. Objectif : me débarrasser de cette gueule de bois et réfléchir à ce que je pourrais faire pour réparer ma connerie de cette nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Contrôle des Sens
Points de Puissance : 6 000 points
Points de Réputation : 4 200 points
Messages : 74
MessageSujet: Re: Dès deux verres, le risque existe ! [PV Sao Luciano]   Lun 12 Mar - 10:16

Luciano S'éveilla en premier dans Dreamland, le choc avait été tel qu'il ne pouvait toujours pas bouger, et puis il faut dire que rien n'avait été clément avec lui, rien ne l'avait épargné. Son regret fut de ne pas voir Ed à son réveil. Était-il parti ? S'était-il réveillé ? Le singe à la capote verte été là lui, il regardait Luciano au dessus de sa tête, occasionnant des filets de baves, São trop faible pour être répugné, songeait à sa prochaine rencontre avec le catman. La prochaine fois, il lui demanderait de voyager ensemble. Bien qu'ils aient foutus une sacré pagaille, le brésilien avait vu chez son camarade la loyauté, la bonté et tant de valeurs qu'il avait à apprendre. La vérité était que Edgar suscitait de l'admiration pour notre antihéros. Et il sentait qu'avec lui il finirait par trouver sa place.

Des singes s'approchaient du corps engourdi du Disco Jesus, merde, allait-il mettre fin à ses jours aussi facilement?

Le petit singe s'interposa, jetant un regard de compassion à São, ce dernier se réveilla alors qu'un de ses nouveaux amis allait se sacrifier pour lui. Leurs chemins se recroiseraient, ils l'espéraient tous deux.

Alors qu'il se réveillait cette fois-ci chez cette femme de petite vertu, dont les talents d'oratrices n'avait rien à voir avec sa façon de s'exprimer, celle-ci était d'ailleurs entrain de lui faire une démonstration, nue. Un plateau était posé sur la table avec le petit déjeuner servi.

Parce que même si il était des nuits où les regrets vous étouffes, il est des matins où l'on se réveille sous le charme d'une ambiance à la Jacquie et Michel, et le corps du brésilien qui quelques secondes auparavant était inerte, n'avait guère changer, si ce n'est qu'il s'abandonnait au plaisir plus qu'à la douleur (mais qu'est-ce que j'écris ? (c'est pas du bdsm. (si si je vous jure!)))

"Ah Sarah s'exclama-t-il si t'étais pas une hôtesse j't'épouserais, parce que t'es bonne à marier"

"Mouais, si tu allais enfin prendre ta douche on pourrait peut être passer à la suite du programme."

'J'sais pas vous mais cette nuit m'avait filé une sacrée trique' pensa Luciano comme si tous ses amis pouvait l'entendre par télékinésie. Encore une affaire rondement menée. Mais tout de même si il retournait à Délirium city, ils allaient devoir la jouer fine parce qu'ils étaient grillés maintenant.

Le voyageur à la coupe afro avala ses tartines, bu son jus d'orange et tapa sa trace. S'apprêtant à aller prendre une bonne douche, le soleil était resplendissant à Rio pour le tirer du sommeil. Et pour la première fois il commençait à ressentir de nouveau de l'empathie, pour le singe et pour Josh... son inquiétude l'empêchaient de profiter pleinement de cette belle matinée, mais la vie est belle putain.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Dès deux verres, le risque existe ! [PV Sao Luciano]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dès deux verres, le risque existe ! [PV Sao Luciano]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Deux verres autour de grands projets.
» Le pot de mayonnaise et les deux tasses de café...
» Est-ce que Haldir existe? O_o
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Partie RP :: Première Zone :: Délirium City-
Sauter vers: