Bienvenue

Liens utiles

Effectifs

Ligue B : 18 membres
Ligue M : 8 membres
Ligue S : 0 membre
Créatures : 10 membres
Inclassables : 0 membre
Seigneur cauchemar : 1 membre
Rois des rêves : 0 membre

Top-Sites & Discord


Membres du mois

Florian
Profil
Top activité
Léo
Profil
Top vote
Code par MV/Shoki - Never Utopia



 

Partagez | 
 

 UNE RENCONTRE QUI TOURNE MAL - EXPLICATIONS [PV Ezekiel Okahelheim]

Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Ligue B
Pouvoir : Pouvoir des 9 queues
Points de Puissance : 13 000 points
Points de Réputation : 16 900 points
Messages : 92
Localisation : Horror Park
MessageSujet: UNE RENCONTRE QUI TOURNE MAL - EXPLICATIONS [PV Ezekiel Okahelheim]   Dim 28 Jan - 2:12

Ismaël, t'aurais cinq minutes à m'accorder ? Non, c'est pas à propos de la dissertation qu'il faut rendre pour Lundi, mais à propos de Dreamland. Ouais, je sais que t'aimes pas trop qu'on en parle quand on est à la fac mais c'est important. Tu sais des trucs par rapport à la Famille ?
 
Non mais ça me va, je cherche pas à tout savoir sur eux. Je me doute que t'en sais pas plus que la majorité des gens à Dreamland. Le truc, c'est que je sais strictement rien sur eux. Avant cette fameuse nuit à Horror Park, j'avais jamais entendu parler d'eux...

 
Cela s'est passé Jeudi dernier. Je m'étais endormi devant un bon vieux film d'horreur, The Mummy des années 30. Un truc qui fait pas trop peur, qui est sympa à regarder si on est pas rebuté par du noir et blanc et qui montre qu'à l'époque, y avait des scénarii assez cools ! Rien à voir avec le remake des années 1999... Je t'avoue que j'avais un peu appréhendé l'apparition à Saharia mais je me suis bien retrouvé à Horror Park, comme voulu.
 
Pour être précis, je me suis retrouvé attaché sur une espèce de table en pierre, dans l'une des salles de la Pyramide Grise. Les liens n'étaient pas bien solides et Tût Ankh'Arton m'a fait un clin d'œil quand je suis apparu. C'est une momie qu'Ox m'avait présenté, quand il était encore en vie. Un bon gars qui a la capacité de déboîter sa mâchoire tout en hurlant.
 
Il s'est détourné d'un groupe de rêveurs effrayés et a tendu sa main enrubanné vers Ramfès IV, son meilleur ami et principal assistant.
 
- Kriss sacrificiel ? a-t-il fait à Ramfès IV.
- Tenez, grand prêtre.
- Tension artérielle du sacrifice ?
 
J'avais fini par comprendre ce qu'ils comptaient faire et j'ai donc joué mon rôle de type terrifié. J'ai poussé quelques hurlements, que j'espérais convaincants, tout en gigotant un maximum. Après tout, il n'y avait pas vraiment de mal : les rêveurs qui venaient ici étaient de grands fans de films d'horreurs et il arrivait que certains applaudissent devant certaines performances.
- Elle est stable, répondit la momie subalterne, avant de murmurer. Je fais signe à Amon Effe'Hix de balancer la lumière rougeâtre et de lancer "horror_music.avi" ?
- Bien sûr ! Je sens que ces rêveurs vont chier dans leur froc, ne lésine pas sur le jus de tomate pourrie !
 
Et voilà, le grand final : Tût plongeait son kriss en sucre glace dans ma poitrine tandis qu'Amon déclenchait le système d'arrosage, placé sous l'autel sacrificiel, qui balançait du jus rougeâtre partout.
 
Je criais comme un porc qu'on égorge, l'odeur était dégueulasse, les rêveurs fuyaient en hurlant pour se retrouver dans les bras d'un prêtre à tête de chacal ou d'un sarcophage vivant. La routine, quoi.
 
- Merci Edgar ! C'est vraiment chic de ta part de nous donner un coup de main, les rêveurs qu'on sacrifie ne crient pas aussi bien que toi !
- En même temps, quelle idée de sacrifier une grand-mère asthmatique ? Même les rêveurs ont fini par rire, on aurait dit un ballon qu'on dégonfle...
 
J'avais la gorge un peu enrouée après tous ces cris mais j'arrivais quand même à m'exprimer, avec une voix un peu éteinte cependant.
 
- Pas de problème les gars ! Avec plaisir ! ais-je fait, d'une voix vraiment dégueulasse.
 
Ces bâtards en ont profité, bien sûr.
 
- Et que vas-tu faire maintenant ? Tu veux pas rester avec nous ? fit Tût, avec une voix de constipé.
-Eh, Ed'... T'aurais pas un chat dans la gorge ?
 
J'ai ri poliment à la blague. Ils ne connaissaient pas vraiment mes origines mais les deux queues de chat qui me suivaient partout alimentaient l'humour de certains.
 
- Je vais faire un tour dans les différentes zones du royaume, histoire de vérifier que tout se passe bien. Puis, je passerais faire un tour à la taverne. Si vous avez aimé ma performance, n'hésitez pas à me payer un verre ou deux !
- Si tu croises Kax, invite-le à venir avec nous. On ne le voit pas beaucoup, depuis la mort de son frère.
- C'est comme si c'était fait.
 
Depuis la mort d'Ox et mon impuissance à le sauver, Kax n'était plus aussi joyeux et farceur qu'avant. Il ne faisait plus son boulot et je le trouvais assez souvent près du cimetière, où il regardait à travers les barreaux comme si c'était lui, le prisonnier. Et pas les abominations morte-vivantes qui se trouvaient de l'autre côté. Je trouvais son comportement suspect mais que pouvais-je y faire ? Tant qu'il ne faisait rien de mal, ce n'était pas moi qui allais l'empêcher d'agir à sa guise.
 
Je cessais de penser à Kax et je me concentrais sur la suite des événements : il fallait que je fasse mon tour de garde habituel. Cela n'allait pas être trop difficile, puisque je commençais à connaître plutôt bien les différentes zones d'Horror Park. C'est simple, je ne prenais même plus le train fantôme pour aller de l'une à l'autre puisque courir à allure modérée était presque plus rapide depuis que j'avais obtenu ma seconde queue.
 
Je décidais de me rendre au Manoir Hanté aux 666 fantômes. Gasper y était de garde une nuit sur deux. C'était un petit fantôme, qui avait constamment l'air d'être surpris ce qui l'aidait pas des masses à faire peur. Il quittait souvent son poste et se baladait dans le parc, traversant les obstacles sans soucis. Ce n'était pas la première fois que je faisais appel à ses services et il m'attendait, les bras croisés.
 
D'après lui, le royaume était plutôt calme ce soir-là, les clients étant majoritairement des rêveurs.  Un Voyageur avait toutefois été signalé dans la zone de la Muerte, et il pensait qu'il pourrait m'intéresser. En effet, il était accompagné d'un chat, et comme j'avais deux queues... Bref, Gasper pensait que cette information allait m'intéresser.
 
Et il avait raison.
 
J'avais jamais croisé d'autre Voyageur originaire du royaume des chats. Avait-il décidé d'en servir le roi ou avait-il également été ignoré ? Quel était son pouvoir ? Comment s'appelait-il, que faisait-il ? Considérait-il les créatures comme des PNJs comme toi ou d'autres Voyageurs, ou les voyait-il comme de véritables êtres vivants comme moi ? Beaucoup de questions fusaient dans ma tête alors que je courais en direction de la zone de la Muerte où il avait été aperçu en dernier.
 
Les zombies mexicains m'ont pas mal aidé dans ma recherche, m'indiquant où ils l'avaient vu en dernier. La piste se réchauffait et j'étais plutôt fier de moi quand je le vis au loin. Bon, okay, c'était pas comme s'il s'était caché ou que j'avais résolu une énigme assez complexe... Mais Horror Park n'était pas non plus super petit, et y trouver quelqu'un n'était pas si facile que ça.
 
J'ai marché dans sa direction en lui faisant un sourire que j'espérais chaleureux. Notre rencontre était un peu provoquée et j'espérais que ça ne le dérange pas. Je voulais pas passer pour un mec bizarre. Après, j'étais dans mon bon droit, en tant que protecteur du royaume : je me devais de connaître les intentions des Voyageurs, en prévision d'éventuels débordements. Toutefois, j'essayais de la jouer cool.
 
- Salut ! Désolé de t'interrompre en pleine découverte du parc, moi c'est Edgar. Je suis un Voyageur et je participe également à la protection du royaume. Comme tu dois t'en douter, j'suis venu pour m'assurer que t'as pas de mauvaises intentions, j'espère que tu comprends ma démarche ! Et si t'as des questions, bien sûr, je suis là pour y répondre ! ais-je fait, tout en lui tendant la main.
 
J'essayais de garder la même approche, malgré les mauvaises surprises. Une fois, un gars avait attrapé ma main et m'avait balancé un crochet du droit, sans prévenir. Le bon vieux psycho, quoi ! J'avais craché une ou deux dents mais je lui avais rendu la monnaie de sa pièce.
 
Avec les intérêts.



Dernière édition par Edgar le Jeu 8 Fév - 22:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Cat Maker
Points de Puissance : 6 300
Points de Réputation : 6 300
Messages : 11
MessageSujet: Re: UNE RENCONTRE QUI TOURNE MAL - EXPLICATIONS [PV Ezekiel Okahelheim]   Jeu 8 Fév - 1:19

La soirée se terminait pour Ezekiel, et il rejoindrait bientôt Horror Park, bercé par ses envies de barbe à Papa et de train fantôme.
Aussitôt arrivé, il s’épousseta les vêtements et avança au détour d'une ruelle sur l'axe principal qui s'offrait à lui, le bruit des poubelles qu'il venait de quitter lui firent tendre l'oreille et tourner la tête pour se confronter à ce qui était un petit chaton noir aux yeux ambrés et aux grandes oreilles.

-Décidément tu n'es pas commode comme garçon.


-Mais.... on s'est vu la nuit dernière non ?


-Effectivement, mon nom c'est Alakeï si tu ne te remets pas.

Soudain un nuage cotonneux apparu au dessus de la tête de Zeke, nuage où flottait trois yeux rouges dont la nature échappait probablement aux passants.


-Et moi c'est Momochi, mais tu peux m'appeler Momo.


Zeke sentit sa tête tourner légèrement, comme-ci il avait couru toute la journée sans manger. Il vacilla et s'agrippa au stand de Barbe à papa le plus proche pour ne pas s’étaler au sol.
Là les voix ne se distinguèrent plus pendant un instant, le temps de retrouver ses esprits, le duo de chats s'étaient fait rejoindre par le vendeur de Sucrerie qui brandissait sa came comme on brandit un marteau.

-Tiens Hombre , mange un peu de sucre ça va te requinquer.

-Non merci...

-Moi je prends ! Et Momo qui s'empressait de la dévorer.

-Tu es trop gourmand Momo, tu aurais du me laisser faire le topo avec lui avant de t'imposer comme ça , résultat tu nous l'a crevé.

-J'allais pas rester tout seul dans la Pyramide avec Mantis, il passe son temps à dormir !

-Qu'est-ce qui s'est passé ?


-Il y'a que l'on s'est permit de s'invoquer de nous-même, mais à priori tu es encore fragile de ce côté pour tenir deux invocations en même temps, donc on va essayer de passer la nuit comme ça sans accrocs. Juste à titre informatif , tu sais te battre ?


-Heu je cours relativement souvent si ça peut aider...et vous ?


-Quand je faisais 3 mètres de haut je n'avais pas peur de me battre, à l'heure actuelle je vais rester flotter au dessus de toi et te servir de vigie.

-Momo, quand tu faisais 3 mètres tu passais tes journées sur ton cul à attendre qu'on t'apporte les souris qui grouillaient dans ton antre ....
Disons que je ne suis pas très à l'aise avec ce corps de chaton, mais si jamais on se fait attaquer, tu me lance vers l'ennemi, je devrais pouvoir le retenir le temps qu'il te faudra pour que tu fuis.


-J’apprécie que vous mettiez la main à la patte; mais,rassurez moi, vous allez grandir rapidement j'espère ?


Et les deux en chœur :

-Tout dépend...


Zeke se releva , fit signe au Squelette qui avait donné la barbe à papa à Momochi que c'était sympathique de sa part, celui-ci en profita pour expliquer le fonctionnement des E.V au jeune voyageur et lui glissa deux mots quant à la fatigue qu'il pouvait accumuler rapidement en laissant des invocations indisciplinés s'invoquer de leurs propres chefs.
Il en profita pour lui parler d'un gars qui avait essayé d'invoquer toutes ses invocations en même temps et qui en était mort sur le coup, vidé de toute magie.

-Merci encore Monsieur, je tâcherais de ne pas oublier !

Bon, où allons nous maintenant ?



-Il y'a un voyageur qui arrive par ici. Il te fait signe.


-Il n'a pas l'air d'être armé.

et en chœur :

-Il sent le chat.


Le voyageur se présenta alors sous le nom d'Edgar et souhaita connaître les intentions du jeune voyageur avant de le laisser poursuivre sa nuit, cela avait l'air légitime vu qu'il semblait être comme l'agent de sécurité du parc.

-Moi c'est Zeke, et le petit chaton à mes pieds qui sent le parfum Dior c'est Alakeï , le nuage au dessus de ma tête c'est Momo.

Momo reprit sa forme physique et se posa sur l'épaule d'Ezekiel pour scruter le visage du voyageur face à eux. Keï se contenta de faire le tour de celui-ci.

-C'est l'un des nôtres.


-Il a déjà deux queues.

-Qu'est-ce que ça signifie ?

-Qu'il avait peur des chats, tout comme toi.


-En tout cas je peux t'assurer que je n'ai pas de mauvaises intentions, je ne m'attendais pas à finir ici pour tout te dire. Et ce n'est pas plus mal finalement de se retrouver dans une zone tranquille pour commencer son développement.


-Ouais parce qu'on est des chatons sans défense...


-Parle pour toi Momo, tu me laisse une dague en main et je lui arrache un oeil avant qu'il me pète la nuque.

-Du coup qu'est-ce qu'on fait ce soir ? on va pas se promener toute la nuit, si ?


-ça serait quand même plus raisonnable effectivement.

-On connaissait pas quelqu'un qui habitait dans cette zone ?

-Si.... Mais impossible de me souvenir qui, j'ai l'impression que ça a aussi altéré ma mémoire ce coup de jeune...


-T'as peut-être une idée Ed' ? tu permets que je t'appelle Ed' ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Pouvoir des 9 queues
Points de Puissance : 13 000 points
Points de Réputation : 16 900 points
Messages : 92
Localisation : Horror Park
MessageSujet: Re: UNE RENCONTRE QUI TOURNE MAL - EXPLICATIONS [PV Ezekiel Okahelheim]   Ven 9 Fév - 13:31

Le Voyageur que j'ai interrogé m'indiqua qu'il s'appelait Zeke et qu'il n'avait pas de mauvaises intentions. Il était arrivé dans ce royaume par hasard et semblait ravi d'être dans une zone plutôt paisible. Les deux chatons qui l'accompagnaient, Alakeï et Momo, semblaient avoir des capacités vu que l'un d'eux ressemblait plus à un nuage qu'à un chat. Il y avait donc de grandes chances qu'il soit le Maker du royaume des chats.

Alakeï faisait quelques remarques un peu belliqueuses à mon égard, pendant que Zeke me répondait, et j'ai décidé de garder un oeil sur lui, juste au cas-où. J'avais entendu dire que certains Voyageurs peu expérimentés avaient beaucoup de mal à contrôler leurs invocations, et je n'avais pas envie d'en faire les frais.

J'essayais de réagir à ce que me disait Zeke mais il était perdu en pleine conversation avec ses chatons. Dès qu'il faisait une pause, un chaton prenait le relais et faisait une remarque, posait une question... Bref, j'avais l'impression de servir de lampadaire et c'était pas super agréable. En plus, ses chatons parlaient de moi à la troisième personne, ce qui n'arrangeait pas les choses.

Je lançais un regard à la ronde, histoire de me changer les idées. Je vis un mariacchi vendre des tickets à un couple de rêveurs, un clown squelette jongler avec des têtes réduites pour attirer l'attention d'un petit groupe de touristes du royaume des chiens tandis qu'un squelette armé d'une faux se glissait derrière eux et un zombie poursuivre un homme couvert de sang, qui semblait affolé.

Je ne sais pas qui c'était occupé du maquillage, ce soir, mais c'était super réaliste ! On aurait presque dit que l'acteur avait vraiment peur et ses appels à l'aide étaient assez convainquants.

- T'as peut-être une idée Ed' ? Tu permets que je t'appelle Ed' ?

- Hein, quoi ? Ed ? Bien sûr, pas de soucis. C'est cool sinon que tu sois pas venu avec de mauvaises intentions, j'aime bien croiser des Voyageurs qui foutent pas la merde et aiment bien s'amuser ou explorer. Du coup, c'était quoi votre question ?

...

- Ah, vous pensez connaître quelqu'un ici ? Mmmh... Vu que vous êtes tous deux des chatons, pas besoin d'être un génie pour imaginer que ce doit également être un chat. Je ne connais pas encore tous les habitants du royaume, mais je peux vous guider vers quelqu'un capable de mieux vous aider. Ça vous va ?

Le zombie avait enfin rattrapé l'acteur et... se mit à le mordre à la gorge. Le spectacle était bien plus gore qu'effrayant et... beaucoup trop réaliste. Ce n'était pas une mise en scène, il y avait des créatures infectées dans le parc d'attractions !

J'ai laissé Zeke en plan et j'ai foncé sur le zombie.

Hooooookuto no chabalu !

Je l'ai plaqué au sol et ai attrapé ses poignets que j'ai immobilisé dans son dos avec mon bras gauche, pendant que ma main droite maintenait sa tête au sol.

- Qui es-tu et que fais-tu là ? D'où viens-tu ?
- Bleuargh, beuargh, feuargh, bleauargh...

J'avais bien ma petite idée mais j'espérais me tromper : si le Cimetière avait été ouvert, il allait falloir le refermer avant que trop de créatures n'en franchissent le portail. Et que trop de gens ne soient contaminés...

Alors que j'étais concentré sur le zombie, le type que je venais de sauver se précipitait vers moi, bave aux lèvres, dents découvertes. Il avait clairement envie de me dévorer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Cat Maker
Points de Puissance : 6 300
Points de Réputation : 6 300
Messages : 11
MessageSujet: Re: UNE RENCONTRE QUI TOURNE MAL - EXPLICATIONS [PV Ezekiel Okahelheim]   Ven 9 Fév - 17:27

Edgar proposa d'amener Zeke et sa team vers quelqu'un qui pourrait les renseigner, il était agréable de rencontrer quelqu'un de sympathique, de sociable et incroyablement réactif...

-Oui avec plaisir, c'est plus agréable de faire le tour du parc en compagnie de quelqu'un qui connait les lieux!


Il eut à peine le temps de finir sa phrase, alors que la tête de Zeke vaquait d'un chat à l'autre pour suivre les répliques, qu'il avait déjà quitté sa posture attentive pour défoncer ce qui semblait être un vrai Zombi, celui-ci s'étant attaqué à un rêveur ou quoi qu'il puisse être, le jeune Maker se prit le menton et regarda d'abord la scène , attentif à son tour sur ce qu'il se passait autour de lui.
Les intervenants semblaient vouloir distraire les quelques passants pour que la panique ne gagne pas le parc.
Bien que cela avait l'air d'une mise en scène, elle était incroyablement sanglante...

C'est clairement au dessus de mes attentes en terme de spectacle, regarde on peut presque distinguer les chairs au niveau de sa gorge ! Puis les palpitations sont juste dingue !

-Mais c'est parce qu'il est vraiment en train de se zombifier Zeke...

-C'est bluffant ! Tu crois qu'il répète souvent ses cascades le Edgar ?

-On devrait peut-être lui filer un coup de patte avant que l'autre lui saute dessus vous ne croyez pas ?

Expliqua Momo alors qu'il regagnait sa forme nuageuse pour voler au dessus de la tête de Zeke.

-Trop peu pour moi, si c'est un vrai Zombi, j'avais pas vraiment prévu ça pour ce soir.

-Vous avez beaucoup plus en commun qu'il n'y parait comme ça....


Alakeï bondit au niveau du visage d Ezekiel et fit un rapide 360 sur lui même pour caresser sa queue sous le nez du Maker avant de partir en courant sur ses quatre pattes en direction de l'acteur galeux.

Zeke éternua, et lorsqu'il rouvrit les yeux Keï sauta dans la direction de l’agresseur, il balança ses pattes arrières dans sa gueule avec toute la rapidité que permettait ses réflexes félins.

- Wawachat-guéri !!!

Il se réceptionna ensuite au sol et remarqua que son coup de coussinets n'avait eu pour effet  que de changer le focus du Zombi.
Le regard vitreux, la bave aux lèvres, il laissait clairement paraître que manger du chat restait totalement envisageable.

Keï ne perdit pas plus de temps pour courir se réfugier dans la direction supposée d'Ezekiel, qu'il avait quitté pour se munir d'un chariot à hot dogs dans lequel Momo s'était caché pour se repaître de bouffe gratuite , fonçant droit sur l'acteur-Zombi.
Keï sauta sur le chariot et se posa sur le parasol en son centre attendant l'impact. Le parfum faisait son effet à priori.


-J'ai toujours voulu faire ça! Collision imminente !!!



-Au moins ça aura eu le mérite de le faire bouger...


Impact.
Le cadis se stoppa net.
La goule se retrouvait collée au chariot , agitant ses bras pour attraper soit Zeke qui était face à lui , soit Momo qui était dans le compartiment de stockage jetant la bouffe dans la gueule du Zombi, soit l'ombre du chat sur la toile au dessus de lui.

-Vas-t'en !!! Haaaaaa des cornichooooons !!!!

Il ne fallu pas plus de temps pour que Momo s'échappe par la portière latérale du chariot, flottant tel le ballon d'helium, il roulait sur lui même tout en s'envolant.
Car lorsqu'il était stressé il perdait le contrôle de son pouvoir.
Keï lui sauta dessus, retombant sur une épaule de son Maker, pour que Momo puisse s’agripper aux vêtements d'Ezekiel avant d'être hors de portée.

Et le Maker en profita pour fermer le Parasol coinçant son buste , ses bras  dans l'espace de stockage, il ne mettrait pas longtemps à se libérer si il était capable de penser correctement, sinon c'est qu'il s'agissait bel et bien d'un vrai Zombi.

A partir de là Ezekiel fit quelques pas en arrière , Keï sur une épaule et Momo sur l'autre accroché toutes griffes sorties à l'épaule de son maître, son corps éthéré flottant au gré du vent.
L'étudiant attrapa le couvercle de poubelle le plus proche de lui pour lui servir de bouclier, il avait toujours voulu faire ça ! Ainsi il se sentait dans un sens proche de Captain America.

-Est-ce que ça va Edgar ? Tu gère ? Parce que de notre côté on est plutôt limité en terme de stratégie guerrière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Pouvoir des 9 queues
Points de Puissance : 13 000 points
Points de Réputation : 16 900 points
Messages : 92
Localisation : Horror Park
MessageSujet: Re: UNE RENCONTRE QUI TOURNE MAL - EXPLICATIONS [PV Ezekiel Okahelheim]   Dim 11 Fév - 15:33

J'ai entendu Zeke gueuler et je me suis retourné pour le voir tamponner un zombie avec un chariot à hot-dogs. Ce moment d'inattention a permis à mon zombie de légèrement se dégager de mon étreinte et d'avancer sa gueule vers mon épaule. Heureusement, le bruit qu'il faisait m'a alerté. En même temps, pousser un grognement n'est pas la plus discrète des approches.

J'ai raffermi ma prise son crâne et l'ai encore plus fermement rabattu au sol.

- Qu'est-ce qui s'est passé, Ed' ? Pourquoi tu maintiens Johnny au sol ? m'a fait un zombie affublé d'un chapeau de cow-boy.

Il avait l'air étonné et un brin effrayé, et j'avais de la peine pour lui.

- J'te réponds dans dix secondes, tu peux regarder où l'autre Voyageur en est avec son chariot ? Il va bien ?

- Il va mieux que Jeanjean qu'il vient de percuter, en tout cas. Du coup, t'as une explication ?

- Eh bien... j'ai commencé, avant d'être interrompu par ce qui semblait être le hurlement du vent.

Une forme indistincte traversait l'avenue à toute vitesse, comme un courant d'air, et a fait plusieurs tours autour de moi. Puis, ce qui ressemblait à une balle blanche et translucide s'est arrêté au-dessus de moi et m'a hurlé dans l'oreille comme si la situation était urgente. Enfin non, rectification : la situation était urgente.

- ED ! ED ! ED ! ED ! EST-CE QUE TU M'ENTENDS ? C'EST IMPORTANT !
- Du calme, Gasper, qu'y-a-t-il ?
- C'EST KAX, JE CROIS QU'IL A... continuait de s'égosiller le fantôme.

C'est à ce moment-là qu'est arrivé l'autre Voyageur, un couvercle de poubelle en guise de bouclier et deux chatons en guise d'épaulières. Un frisson m'a parcouru l'échine : j'allais probablement devoir affronter une horde d'abominations morte-vivantes et c'était lui qui allait assurer mes arrières...

Il m'a demandé si ça allait et m'a expliqué qu'ils étaient un peu limités, lui et ses invocations, en terme de stratégie guerrière. En y réfléchissant, je me suis rendu compte que je n'étais pas bien plus calé que lui. Je m'en voulais de l'avoir mal jugé juste à cause de son accoutrement : au final, le couvercle de poubelle était une bonne idée !

- Comme tu le vois, je fais un petit massage à...Johnny, c'est ça ?
- Oui, c'est ça. C'est mon cousin ! a cru bon de préciser le zombie cow-boy.
- ED ! ED ! ED ! ED ! VOUS ME VOYEZ ? JE SUIS PAS REDEVENU INVISIBLE ? JE DEMANDE PARCE QUE CELA M'ARRIVE DE ME RENDRE INVISIBLE ET INAUDIBLE SANS LE VOULOIR !

En temps normal, je lui aurais fait croire que c'était le cas (faut dire, c'était amusant de le voir gesticuler pendant quelques minutes avec sa petite bouille toute mignonne) mais la moindre information était vitale.

- Oui, Gasper, on t'entend ! Ne nous fais pas attendre, qu'est-ce qu'il se passe, le cimetière a été ouvert ?
- OUI, C'EST EXACT ! PAR KAX JE CROIS.
- Gasper, j'ai les oreilles qui commencent à siffler, peux-tu arrêter de me hurler dedans, s'il te plaît ? Sinon, comment sais-tu que c'est lui ? Tu l'as vu faire ?
- Pardon... Je l'ai trouvé à l'intérieur du cimetière mais je n'ai pas osé le suivre par crainte d'être contaminé par de mauvais spectres !
- Jacky, je pense que tu as eu ta réponse. Ton cousin a dû être contaminé par des envahisseurs venus du cimetière. Beaucoup ont pu franchir le portail, Gasper ?
- Un peu moins d'une dizaine.
- Bon, c'est déjà ça ! Jacky, amène-nous plusieurs cordes bien solides, s'il te plaît. Zeke, voilà ce que je te propose mais te sens pas obligé d'accepter : nous allons nous rendre au cimetière pour en fermer le portail afin de limiter les dégâts, puis capturer les infectés présents en ville et les raccompagner jusqu'au cimetière. Qu'en penses-tu ? Quant à toi, Gasper, fais passer le message à tous les habitants d'Horror Park. Dis-leur de se méfier de tout comportement suspect et de ne pas hésiter à se barricader en cas de besoin. En cas d'infection, je me détesterais d'avoir à les enfermer au cimetière...


Je donnais l'impression d'être une sorte de petit chef et j'aimais pas ça, mais chaque minute comptait. Le rôle que je leur avais donné était très important, les cordes étaient nécessaires pour entraver et balader les zombies et autres créatures infectées. Prévenir les habitants allait également ralentir la progression de la corruption.

Il n'y avait plus qu'à croiser les doigts et se dépêcher.


Dernière édition par Edgar le Sam 10 Mar - 17:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Cat Maker
Points de Puissance : 6 300
Points de Réputation : 6 300
Messages : 11
MessageSujet: Re: UNE RENCONTRE QUI TOURNE MAL - EXPLICATIONS [PV Ezekiel Okahelheim]   Ven 23 Fév - 14:12

Cela paraissait une bonne idée de suivre Edgar pour la continuité de la nuit, ils partageaient ainsi pour point commun l'altruisme , car en effet rien n'obligeait Ezekiel à aider l'Homme Chat, mais le fantôme semblait bien apeuré par ce qu'il se tramait.
Etait-il capable de faire face aux aléas que lui réservait les nuits à Dreamland ?
Nous le saurons bientôt...

-Moi ça me dérange pas, puis entre natifs terrestre on se doit de se serrer les coudes pour s'en sortir. Acquiesça Ezekiel

-En voilà une bonne occasion de se faire tuer.... Répondit Momo, toujours sur l'épaule de son maître.

-Tu ne cessera donc jamais d'avoir peur ? rétorqua Alakeï, bien determiné à aider Ezekiel jusqu'au bout des nuits.

Le cat maker se frotta les vêtements et pratiqua un rapide échaufement des bras jusqu'aux épaules.

-Où est-ce qu'on va trouver les cordages ? On te suit.

Ils commencèrent alors leurs première quête ensemble, tels des aventuriers, mais chacun poursuivait ses propres objectifs par le biais de cette association, la réétéreraient-ils ?
Le paysage de la magnifique fête forraine rendait, malgré la tension de la situation, Ezekiel heureux d'être là. Il se passionnait du regard pour tout, l'effet du parfum faisant toujours effet, c'est le bouclier-poubelle à la main qu'il avançait dans les ruelles avenues d'Horror Park.
Certes cela devait paraître ridicule, on entendait des passants parler d'un "chevalier-poubelle", ça le faisait rire et s'amusait à saluer les quelques rieurs comme-ci il était fière de sa prestation.

Durant leurs marche, Ezekiel interrompit le dialogue qu'il entretenait avec ses chats et Edgar, profitant de ce moment de calme pour poser ses questions à son camarade.

-Excuse moi Ed', t'as l'air de traîner ici depuis un moment, tu connaîtrais pas des Chats dans le coin ? On pourrait aller faire un tour une de ces nuits les voir ? Et sinon pourquoi vous bétonnez pas le cimetière pour mettre une maison dessus ? ça marche bien dans les films....

-En voilà une bonne idée. Ronronna Keï.

-Il pose les bonnes questions, il n'est pas si mal comme Cat Maker. se contenta de dire Momo dans un baillement.

-C'est quoi ça là bas ? s'arrêta Ezekiel en tendant son doigt loin derrière Ed'.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Pouvoir des 9 queues
Points de Puissance : 13 000 points
Points de Réputation : 16 900 points
Messages : 92
Localisation : Horror Park
MessageSujet: Re: UNE RENCONTRE QUI TOURNE MAL - EXPLICATIONS [PV Ezekiel Okahelheim]   Sam 10 Mar - 18:35

J'ai souri en voyant que Zeke acceptait ma proposition. C'était pas tous les jours que je pouvais compter sur un autre Voyageur pour m'aider ! Et avec cette invasion de zombies et d'autres abominations, j'allais avoir plus que jamais besoin d'aide.

Jacky nous a mené jusqu'à une sorte de petit cabanon où des objets de toutes sortes étaient entreposés. Il y avait là des bougies, des citrouilles extrudées, des déguisements, des ballons et enfin des cordes.

- J'm'en sers pour faire les lassos avec lesquels j'effraie les touristes, a expliqué le zombie cow-boy.
- J'espère qu'elles tiendront le choc, on ne va pas attacher des visiteurs aujourd'hui...

Jacky s'y connaissait beaucoup mieux que moi en noeuds et il s'est occupé d'entraver Jeanjean et Johnny, prenant soin de leur fermer la mâchoire à l'aide d'une corde et de leur coller les mains au dos.

- Je vais vous accompagner. Ce n'est pas que je n'ai pas confiance en vous mais je préfère être celui qui s'occupera des infectés.

J'ai acquiescé du chef, avoir les mains libres me serait très utile. Nous nous sommes mis en route et avons pénétré le "Village Hanté" du parc d'attraction. Cette partie faisait à la fois office de résidence et d'attraction. Le bouclier poubelle de Zeke semblait provoquer les moqueries de quelques employés mais je préférais les voir secoués par le rire plutôt que tremblants de peur. Zeke le prenait plutôt bien et saluait les moqueurs.

- S'il vous plaît, allez vous mettre à l'abri. Le cimetière a été ouvert et nous allons avoir du mal à distinguer nos alliés de nos ennemis.

Jacky se chargea des explications et, bientôt, les allées du parc ne furent pleines que de rêveurs. Nous ne pouvions pas faire grand chose pour eux, il n'était jamais très facile d'interragir avec.

Zeke est ensuite venu me voir afin de me demander si j'avais déjà vu des chats dans le coin.

- Comme je te l'ai dit tout à l'heure, c'est plutôt un ami à moi qui s'y connaît. Tu te rappelles le petit fantôme de tout à l'heure ? Il connaît tout le monde ici donc n'hésite pas à lui poser la question quand les choses se seront tassées. S'il y a un chat ou une aiguille parlante dans le royaume, il parviendra à les trouver. Et concernant le bétonnage du cimetière, faudrait déjà être capable d'y aller sans perdre la vie. Tous ceux qui y sont allés ne sont jamais revenus, c'est une terre sauvage, laissée à l'abandon... Les Voyageurs et créatures qui auraient la puissance de s'y rendre ne s'en soucient guère.

Tout en parlant, Edgar avait tourné le dos à la route vers laquelle il marchait. Aussi, dès que Zeke pointa du doigt la zone derrière lui, le morpheur félin se retourna d'un bond. Il s'en voulait d'avoir baissé sa garde.

Ce qu'il y avait en face d'eux avait des bras, des jambes et des têtes, en bien trop grande quantité. Il s'agissait d'une demi-douzaine de cadavres cousus entre eux et animés. Le résultat était une sorte d'agglomérat de zombies. Heureusement, aucun d'eux n'était armé.

Jacky a dégluti.

- Vous voulez vraiment le capturer, lui aussi ?

- Entre perdre la vie et faire une exception... Je pense qu'on va faire une exception. Ce monstre a-t-il seulement eu une conscience un jour ?

- Mais les copains, qu'est-ce que vous dites ? Vous allez pas m'attaquer, quand même ? Ma môman elle dit que c'est pas bien de juger les gens à cause de leur apparence. Si vous continuez, je vais le dire à ma môman ! fit le monstre, de ses multiples gueules.

J'ai poussé un soupir de soulagement. S'il avait fallu affronter un monstre de cette taille, s'occuper des autres fugitifs et fermer le cimetière aurait été très difficile.

- Stein ! Dépêche-toi de rentrer à la maison, c'est dangereux dehors ! fit une poupée maudite depuis la fenêtre d'une maison adjacente.

- J'arrive môman !

J'ai passé la suite du trajet sans rien dire, honteux d'avoir confondu un de nos protégés avec l'ennemi. Alors que nous arrivions aux abords de la seconde zone, un squelette au volant d'une auto-tamponneuse nous fonça dessus. Cette fois-ci, j'étais certain qu'il s'agissait d'un fugitif.

Je poussai Jacky hors de son passage et m'écartai d'un bond, espérant que Zeke esquiverait lui aussi l'assaut.

Cette auto-tamponneuse allait beaucoup trop vite, pourquoi ne m'avaient-ils pas écouté quand je leur avais conseillé de réduire la vitesse de ces engins ? Je leur avais dit qu'un beau jour, quelqu'un allait se faire tuer.

Maintenant, j'espérais que ce ne serait pas moi.

- Un plan qui te vient en tête ? J'suis rapide mais ça suffira pas là...

Le squelette claquait des dents, nous faisant une démonstration de sa manière particulière de rire. Il enfonça l'accélérateur et fit un second passage, s'amusant de nos tentatives de lui échapper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Pouvoir des 9 queues
Points de Puissance : 13 000 points
Points de Réputation : 16 900 points
Messages : 92
Localisation : Horror Park
MessageSujet: Re: UNE RENCONTRE QUI TOURNE MAL - EXPLICATIONS [PV Ezekiel Okahelheim]   Dim 22 Juil - 20:01

HRP : J'écrivais à la première personne par désir de faire un exercice de style, afin de tester. Au final, la première personne au passé composé, en mode récit relaté à l'oral, peut être sympa mais je suis pas super fan.

Donc je vais raconter la suite de cette histoire à la troisième personne, bonne lecture !

Edgar ne reçut aucune réponse ; son camarade avait disparu dans un nuage de fumée onirique. Il était donc seul face à un squelette complètement taré, au volant d'une auto-tamponneuse. Il n'avait donc plus le droit à la moindre erreur. Une idée germa dans son esprit et il s'arrêta de courir, se mettant en garde comme s'il participait à un match de boxe.

Un claquement de molaires se fit entendre alors que le squelette tentait d'imiter un rire. Il se positionna en face d'Edgar et se mit à accélèrer et à freiner, afin de rester sur place et de l'intimider.

Déterminé, Edgar ne sourcilla pas. S'il était incapable de venir à bout d'un gars au volant d'une auto-tamponneuse pour gosses, comment pouvait-il imaginer protéger qui que ce soit ?

Il se mit alors à courir, droit vers le véhicule. Le squelette écrasa l'accélérateur et fonça en avant, tapant la carosserie de son poing squelettique en riant comme un demeuré. Il continua de rire alors que son crâne reposait dans la main ouverte d'Edgar, qui avait sauté au-dessus du véhicule et arraché le crâne au passage.

— Je suis désolé, Jacky, mais j'ai mes limites. Je ne peux pas tous les entraver sans leur faire de mal, lâcha le jeune homme à l'adresse du cow-boy mort-vivant.

Il lança le crâne au zombie qui sortait de la petite ruelle où il s'était réfugié. Le corps du squelette était dans le même état que l'auto-tamponneuse qui avait fini dans un mur : réduit en miettes.

— Je vais le mettre dans un sac, m'sieur Edgar.

Edgar ne se formalisa pas de la soudaine distance que le zombie avait mis avec lui. Il espérait que son compagnon mort-vivant était plus impressionné qu'effrayé. Il voulait sauver ces gens, pas leur faire peur. Mais pour cela, il allait devoir se battre avec toutes les tripes qu'il avait.

Il prit son inspiration et porta ses mains autour de sa bouche, dans l'objectif de se faire entendre un maximum.

— La situation est très sérieuse ! Je ne pourrais pas assurer votre sécurité si vous restez dehors ! Pire, je représenterais moi-même le danger. Que ceux qui ne sont pas infectés se barricadent à double-tour. Quant aux autres, je donnerais tout, même ma vie, pour vous renvoyer au cimetière ! s'égosilla-t-il.

Il se tourna vers Jacky.

— À partir de maintenant, inutile de se trimballer les cordes. C'est trop dangereux pour nous, nous risquons de devenir infectés. Contente-toi du sac et de ramasser les morceaux.

— Quels morceaux, m'sieur Edgar ?

Le jeune homme ne répondit pas et s'élança en avant, ses deux queues fouettant l'air. Le parc était désert et un frisson le parcourut : si ses alliés l'avaient entendu, il en était de même pour ses ennemis. Peut-être se tapissaient-ils dans l'ombre...

Il ne se trompait pas : en sortant d'une ruelle comme une balle d'un fusil, il glissa sur une sorte de flaque nauséabonde et visqueuse, et s'étala de tout son long sur le sol.

— Muuuuuuurgh... mugit une abomination morte-vivante au corps boursoufflé et recouvert de gigantesques tumeurs.

La créature faisait bien deux mètres cinquante de haut et un mètre de large. Ses épaules, disproportionnées, évoquaient des fruits trop mûrs sur le point d'éclater. De larges bosses, noirâtres, recouvraient son corps et battaient faiblement, comme des coeurs mutants.

Elle faisait face à Edgar et bloquait le passage d'où il venait.

Edgar se redressa et apperçut Jacky qui arrivait par la ruelle. Le cow-boy semblait vouloir porter une attaque sournoise à l'abomination, et semblait attendre de trouver du courage.

— Oublie ce que j'ai dit, Jacky, et tire-toi. Ne cherche plus à me suivre ou à m'aider. Si jamais vous ne me revoyez pas, partez du principe que je ne suis pas parvenu à refermer le cimetière et quittez les lieux. On pourra toujours reconstruire le parc, mais pas ressusciter ses habitants...

— M'sieur Edgar...

Jacky posa le sac qu'il portait et Edgar se méprit sur ses intentions. Il crut que le zombie comptait s'alléger afin de fuir plus rapidement. Il se trompait.

Jacky se jeta sur l'énorme monstre comme un gamin se jette sur un catcheur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Pouvoir des 9 queues
Points de Puissance : 13 000 points
Points de Réputation : 16 900 points
Messages : 92
Localisation : Horror Park
MessageSujet: Re: UNE RENCONTRE QUI TOURNE MAL - EXPLICATIONS [PV Ezekiel Okahelheim]   Dim 22 Juil - 23:32

Le zombie cowboy atterrit dans la masse spongieuse qu'il se mit à ruer de coups sans toutefois parvenir à attirer l'attention du béhémot. Il finit par attraper la jambe du colosse comme s'il s'agissait d'un baobab et s'égosilla à l'adresse du morpheur aux deux queues.

— Foncez vers le portail, m'sieur Edgar, je vais le ret....

Il fut interrompu par deux volets de chair qui s'écrasaient sur son visage. Les mains difformes du monstre n'éclatèrent pas seulement la tête du pauvre Jacky, victime de sa tentative d'héroïsme. Elles firent également perdre la tête à Edgar qui en oublia son sang froid. Il regarda autour de lui, à la recherche d'une arme capable de terrasser le monstre. Il voulait le réduire en miettes et ses poings n'en étaient pas capables.

Au sol, il y avait des prospectus, des jetons, une tronçonneuse, une carabine foraine, un seau usagé et d'autres outils qui pouvaient être utilisés afin d'effrayer les touristes. La tronçonneuse aurait pu être fausse et servir à effrayer les rêveurs, mais Edgar connaissait le zèle de certains forains. Rien ne faisait plus vrai que le réel. Il ramassa la tronçonneuse et actionna la poignée. Le moteur rugit et la lame se mit à vibrer avec un rugissement malsain.

Le mastodonte mort-vivant mugit également, en signe de défi. Il frappa de ses énormes mains sur ses épaules et ses pustules éclatèrent, projetant des sortes de geysers malsains qui inondèrent le sol. Des mares ainsi créées montèrent une série de cris gutturaux. Pas moins de dix zombies mutants se relevèrent de manière désordonnée et dardèrent sur Edgar leur regard dénué de vie, tandis que leur génitrice continuait de mugir.

— Vous allez payer pour Jacky ! s'égosilla Edgar afin de couvrir le rugissement de la lame et les cris de la créature.

Il fonça droit sur l'armée cadavérique, la lame au clair. L'arme fit des ravages, taillant dans la viande cadavérique comme dans un filet mignon à soixante balles. Les muscles bandés par la rage, Edgar ne cherchait plus à trouver des excuses ou des circonstances atténuantes à ses ennemis. Il devait protéger ce parc d'attractions et découperait tous les monstres qui se mettraient en travers de sa route.

Le sol fut rapidement jonchés de membres, de têtes et de morceaux de chairs, mais il n'y avait personne pour les ramasser et les mettre dans un sac. Edgar s'était fait griffé, tailladé et même mordu, mais il ne se souciait pas de se faire infecter. Couvert de sang de la tête aux pieds, il ressemblait à un démon vengeur.

Il ne restait plus que le boss final et Edgar fonça dans sa direction, bien décidé à le trancher en deux. La créature était trop lente et ne put baisser les bras assez vite, laissant la scie pénétrer la chair. Edgar força sur ses jambes, bien décidé à trancher horizontalement le mastodonte. Le vrombissement du moteur s'interrompit et la lame s'arrêta d'avancer, coincée dans deux centimètres de chair graisseuse et putride.

— MUUUUUUUUUUURGH... geignit la bête blessée.

Edgar serrait tellement fort les poignées de la tronçonneuse qu'il ne réussit pas à dégager ses mains. Il essaya d'extirper la tronçonneuse de la chair du géant, sans succès.

Un marteau de chair s'écrasa sur son crâne et il sombra dans l'inconscience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Pouvoir des 9 queues
Points de Puissance : 13 000 points
Points de Réputation : 16 900 points
Messages : 92
Localisation : Horror Park
MessageSujet: Re: UNE RENCONTRE QUI TOURNE MAL - EXPLICATIONS [PV Ezekiel Okahelheim]   Mar 24 Juil - 20:33

Une odeur rance de pourriture prit Edgar à la gorge et il eut un haut-le-coeur. Sa tête lui tournait mais c'était bon signe : il était en vie. Il attendit que le sol arrête de tanguer puis ouvrit les yeux. La puanteur lui piquait les yeux. Il s'efforça de se relever, avec difficulté.

Il n'était pas le seul à être au sol. Des membres et des têtes désséchés étaient éparpillés autour de lui, vestiges du combat qu'il avait mené. Sa partenaire, la tronçonneuse, se trouvait à quelques mètres de lui. La lame avait été tordue et quelques filaments de chair faisandée se trouvaient encore coincés dans les dents de la scie.

Il n'y avait plus aucune trace du mastodonte, hormis quelques flaques verdâtres et malodorantes qui semblaient mener vers l'est.

Edgar se palpa le corps et fut surpris de constater qu'il n'avait rien de cassé. La créature s'était contentée de l'assommer et ne l'avait pas dévoré ou piétiné. Il se demanda pourquoi : avait-elle cru qu'il était mort ? Lorsqu'elle avait éclaté la tête de Jacky, elle ne s'en était pas prise à ses restes. Peut-être pensait-elle qu'il était également un zombie, vu qu'il était recouvert de leurs fluides non-vitaux.

C'était probablement ça, elle ne s'intéressait pas à la viande déjà morte, elle se contentait de tuer ceux qui la gênaient.

Le jeune homme fit quelques pas, s'assura que tout fonctionnait correctement et s'avança à bon rythme en direction du portail. Le coup lui avait remis les idées en place : il ne pouvait pas venger Jacky de suite, sous peine de condamner davantage de personnes.

Il devait d'abord refermer le portail.

Tout en marchant, il regardait autour de lui, à la recherche d'une nouvelle arme. Ses poings ne seraient pas suffisants pour les combats qui l'attendaient. Il aurait bien aimé tomber sur un lance-flamme mais il ne savait pas si son fonctionnement serait aussi intuitif que celui de la tronçonneuse.

De toute façon, il n'y avait pas de lance-flammes dans cette partie-là du parc d'attractions, et ceux qu'on pouvait trouver dans des zones plus reculées étaient factices. Par contre, il y avait de nombreux instruments de torture ou de références à des jeux-vidéos et des films à ambiance horrifique. Ainsi, quand Edgar apperçut un pied de biche sur le sol, il s'empressa de le ramasser et de le soupeser afin de vérifier que ce n'était pas un jouet.

C'était bel et bien un pied de biche, de ceux que peuvent brandir certains héros afin de sauver l'humanité dans un univers post-apocalyptique.

Il observa son reflet dans la vitre d'une machine à pince. Couvert de sang, le regard déterminé et armé, il avait l'air prêt à affronter une armée de zombies, de parasites extraterrestres et de soldats futuristes.

— Il ne vous manque que les lunettes, Edgar Freeman... trouva-t-il la force de plaisanter face à son reflet.

Mais il n'avait pas le coeur à sourire. Jacky était mort, d'autres aussi. Les responsables devaient payer pour leurs crimes.

Il reprit sa route à une allure bien plus vive, sans se soucier des visages plaqués contre les vitres des rares habitations d'Horror Park. Les habitants regardaient leur protecteur avec un respect mêlé de doute. C'était la première fois qu'Edgar devait affronter une situation aussi périlleuse. Allait-il se montrer à la hauteur ?

Les forains l'espéraient car leur survie et leur futur en dépendait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Pouvoir des 9 queues
Points de Puissance : 13 000 points
Points de Réputation : 16 900 points
Messages : 92
Localisation : Horror Park
MessageSujet: Re: UNE RENCONTRE QUI TOURNE MAL - EXPLICATIONS [PV Ezekiel Okahelheim]   Jeu 26 Juil - 13:43

La situation était moins grave que l'aurait pensé Edgar. Il s'était imaginé qu'une horde de mort-vivants se déversait par le portail grand ouvert du cimetière. La réalité était toute autre : il ne croisait que très peu de zombies et de squelettes en s'approchant du portail et un coup de pied de biche voire deux suffisait à avoir raison des plus résistants.

Lorsqu'il arriva en vue du cimetière et de son portail, il comprit la raison de cette faible densité de morts-vivants. Aux abords du portail, des tas de cadavres inanimés s'entassaient sur les côtés et seuls quelques survivants erraient. Les zombies survivants n'étaient pas attirés vers le portail, bien au contraire, ils semblaient s'en désintéresser, habitués à être retenus en captivité.

Edgar ne comprenait pas la situation et, plutôt que de se contenter de refermer le portail, il décida de pénétrer dans le cimetière et d'examiner les restes cadavériques. Certains étaient criblés de balles, d'autres tranchés en deux. C'était l'oeuvre d'étrangers. Edgar se demanda comment Gasper n'avait pu être témoin de ce spectacle : peut-être que le fantôme avait eu peur de s'approcher trop près du portail ? Ou alors, les amas de corps étaient récents ; Edgar raffermit sa poigne sur son pied de biche. Armes à feu ou pas, il allait trouver les responsables et leur faire payer.

Il remarqua un tas d'ossements reposant sur de la poudre blanche assez fine. Une larme roula sur sa joue. Il s'agissait peut-être des restes de Kax et il s'en voulait d'avoir imaginé que le squelette ait pu ouvrir le portail.

Des coups de feu se faisaient entendre au loin et Edgar chercha à s'en rapprocher. Couvert de fluides bien dégueulasses, il était snobé par les morts-vivants et se servit de cette particularité pour se frayer un passage parmi les créatures sans avoir à se montrer violent. Il ne choisit donc pas d'emprunter la voie jonchée de cadavres mais de faire un léger détour, afin de passer dans des zones encore vierges de toute exploration.

Les responsables de tout ce bordel avaient pu laisser un éclaireur et il voulait bénéficier au maximum de l'effet de surprise.

Lorsqu'il entendit des cris par-dessus les coups de feu, il décida de s'avancer en rampant, bénéficiant des tombes afin de rester à couvert. Il finit par voir l'origine de toute cette agitation : une dizaine de créatures, habillées en costard et aux allures de gangsters, faisaient face à une horde de mort-vivants. L'un d'eux, une sorte d'homme-ours dont le costard semblait prêt à exploser, tranchait des espèces d'énormes tentacules osseux qui surgissaient du sol avec une énorme hache rouge et noire. Trois appendices coupés se trémoussaient déjà sur le sol, comme des poissons mis hors de l'eau.

— Chef, nous n'aurons bientôt plus aucune munition ! fit un chat cauchemar, le visage crispé par la peur.
— Alors servez-vous de vos poings, bande de mollusques ! vociféra l'homme à la tête d'ours, avant d'arracher la tête d'un zombie imprudent d'un simple coup de patte.

Edgar décida d'attendre : affronter les belligérants maintenant était beaucoup trop risqué et, s'il mourait, ses adversaires auraient largement le temps de s'enfuir avant qu'il ne revienne avec une troisième queue.

Il sentit soudain une sorte de liquide poisseux qui lui tombait dessus et coulait le long de sa nuque. Il se retourna très doucement et vit qu'une sorte de molosse mort-vivant le regardait à travers des orbites vides. Il ne voulait pas savoir si la gueule du chien pouvait s'ouvrir comme une fleur carnivore et l'engloutir d'une seule traite. Et il ne voulait pas que le flair supérieur du canidé remarque, en se rapprochant davantage, qu'il était un mets de choix.

— Gaaaaouh, gaaaaouh... fit-il d'une voix gutturale.

Son cri ressemblait à s'y méprendre au miaulement d'un chat sous acide. Son imitation du zombie ordinaire n'allait pas lui valoir un Oscar.

Le chien ne se méprit pas et se mit à grogner. Derrière-lui, une quinzaine de chiens s'avancèrent et montrèrent les crocs à Edgar. Ce qui, chez eux, signifiait bel et bien que leur gueule s'était transformée en une sorte de fleur de chair, façon tropicale, avec une centaine de crocs acérés.

— Ouaaaargh, ouargh ! tenta Edgar, afin de faire diversion.

Il bondit hors de sa cachette et se précipita vers la créature à la hache, talonné par une meute de chiens zombies.

Même couverte de sang de zombie, l'odeur d'un chat ne disparaissait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Pouvoir des 9 queues
Points de Puissance : 13 000 points
Points de Réputation : 16 900 points
Messages : 92
Localisation : Horror Park
MessageSujet: Re: UNE RENCONTRE QUI TOURNE MAL - EXPLICATIONS [PV Ezekiel Okahelheim]   Jeu 26 Juil - 13:53

Le premier à apercevoir les nouveaux arrivants fut le subordonné geignard, qui se mit à courir à reculons.

— Chef ! Chef ! Y a des molosses qui arrivent ! Y a des... Argh !

La tête du sous-fifre disparut dans la gueule d'un des molosses. L'homme au crâne rasé qui se trouvait à sa gauche tua le molosse d'une simple balle dans la nuque.

— Quel crétin, commenta-t-il, en regardant le costard ensanglanté et étêté.

De son côté, Edgar continuait de foncer vers la créature à tête d'ours, profitant qu'il ait levé sa hache afin de trancher un sixième tentacule. Il arma son pied de biche, prêt à l'abattre. Puis il s'envola dans les airs, lâchant son arme dans l'action.

Sans même se retourner, le chef des malfaiteurs lui avait balancé un méchant coup de pied en plein ventre. Edgar tomba sur le dos, le souffle coupé, désarmé. Il eut à peine le temps de retrouver la faculté de respirer qu'un chien lui sautait à la gorge. Mû par son instinct, il se précipita en avant, afin de plaquer sa tête contre le cou du chien, tout en lui enlaçant le cou avec ses bras.

Puis il serra le cou de toutes ses forces, comme Will Smith dans "Je suis une Légende". Sauf qu'il ne versa pas une seule larme, pas pour une abomination morte-vivante, qui menaçait sa vie et celles des habitants de cette zone. Il attendit que les soubresauts de la créature cessent, puis balança le corps sans vie sur le côté.

Il se releva ensuite et regarda ses environs immédiats. Il y avait des zombies autour de lui mais leur odorat était trop faible pour qu'ils le considèrent comme un repas potentiel. Les créatures se dirigeaient vers les deux tireurs survivants, qui avaient récupéré les munitions de leurs camarades morts.

Edgar resta couché et analysa la situation : seulement trois chiens étaient encore en vie et ne semblaient plus vouloir se battre. Ils entouraient et reniflaient le cadavre d'un congénère plus grand, tranché en deux par une lame plutôt lourde.

Il n'y avait plus de tentacules osseuses rattachées au sol, elles gesticulaient toutes par terre, sans avoir de réelle direction.

Pour résumer, Edgar n'avait plus vraiment d'alliés involontaires et allait devoir affronter les survivants seuls. Il regarda l'homme-ours charger une foule de zombie et en trancher une dizaine d'un seul coup de hache circulaire. Il devait se rendre à l'évidence : il n'avait pas encore le niveau et l'expérience d'affronter un tel adversaire. Et s'il perdait son temps à mener un combat impossible, des vies risquaient de s'éteindre.

Edgar s'élança donc dans la direction des deux sous-fifres restants.

— Steve, couvre-moi, je m'occupe du coureur ! fit l'un d'eux en appercevant le Voyageur.

Le chauve se mit à tirer en direction d'Edgar. Ce dernier s'efforçait de courir légèrement en biais, afin de profiter de la faible cadence de tir du pistolet et de sa propre vitesse pour épuiser un maximum de munitions.

De plus, le jeune homme gardait le corps courbé en avant afin de réduire la surface de chair qu'il offrait à la morsure des balles. Mais ce n'était pas suffisant et une balle finit par pénétrer son épaule, en restant bloquée dans l'os. La douleur était irréelle et Edgar faillit chanceler. C'était comme s'il avait été piqué par une énorme guêpe et qu'il avait perdu toute sensation de son bras gauche.

Ce qu'il attendait finit par arriver : les tirs cessèrent. Edgar risqua un coup d'oeil en direction du tireur avant de foncer sur lui ; l'homme armé était bel et bien en train de recharger son arme mais n'avait pas relâché sa garde.

Edgar n'avait pas le choix : il devait sprinter ou mourir. Il poussa davantage sur ses jambes et sentit que ses muscles se durcissaient, comme s'ils rechignaient à la tâche. Il força davantage et eut rapidement l'impression de ne plus toucher le sol tellement ses pieds le quittaient rapidement.

Un guépard nommé Sarah pouvait courir à 95 km/h dans le monde réel. Edgar ne put se chronométrer mais en moins d'une seconde, il était arrivé au niveau du tireur qu'il bousculait de toute sa force, avant que le gars n'ait pu finir de recharger et de tirer. L'homme vola dans les airs avant de retomber plusieurs mètres plus loin, comme frappé par le poing d'un morpheur insectoïde.

Quant à Edgar, il avait eu raison de mettre son bras inutilisable en avant lors de l'impact : la force de l'impact l'avait totalement fracturé et il pendait mollement, faisant un mal de chien à l'homme aux queues de chat.

Sans perdre de temps, Edgar attrapa le second tireur -occupé à tirer sur des zombies- en collier avec son bras valide et lui mordit l'épaule droite avec ses dents plus acérés que la normale. Le tireur poussa un cri effroyable et lâcha son arme. Edgar resserra la pression exercée autour du cou de l'homme-chien, attendit quelques secondes puis la relâcha. Il vérifia ensuite qu'il respirait encore et le chargea sur son épaule comme s'il s'agissait d'un sac de patates.

Il le roula ensuite dans les restes de zombie comme s'il s'agissait d'un bourrito. Il en eut des hauts-le-coeur mais évitait ainsi que les zombies aux alentours leur courent après, attirés par l'odeur. Puis, il jeta un coup d'oeil au chef : l'homme-ours était entouré de cadavres et semblait avoir totalement perdu la tête. Edgar pouvait donc éloigner le mafieux inconscient sans risquer de se faire pister.

Il revint sur ses pas et marcha à allure modérée, afin de récupérer un minimum des combats précédents. La charge qu'il portait le gênait un peu mais ça allait encore, la créature était moins lourde qu'un homme. Il franchit de nouveau le portail et adossa son fardeau contre le mur d'une attraction du parc, puis il lui mit des claques afin de le réveiller.

Au bout de quelques minutes, l'homme-chien finit par ouvrir les yeux.

— Tu vas devoir me dire qui vous êtes et ce que vous foutez dans le royaume que je protège.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Pouvoir des 9 queues
Points de Puissance : 13 000 points
Points de Réputation : 16 900 points
Messages : 92
Localisation : Horror Park
MessageSujet: Re: UNE RENCONTRE QUI TOURNE MAL - EXPLICATIONS [PV Ezekiel Okahelheim]   Ven 27 Juil - 21:01

L'homme de main remarqua qu'il n'était pas attaché et qu'il n'y avait aucune arme de torture aux alentours. Il ne fit pourtant pas mine de s'enfuir ou de se débattre.

— Aïe ma tête... Vous pouvez répéter ? demanda-t-il.

Edgar ne se fit pas prier.

— C'est confidentiel, vous croyez vraiment que je vais tout vous révéler ? Je risque ma peau. Vous allez me torturer, c'est ça ?

— Non. Mais je dois protéger les vies des habitants de cette ville et ton silence les met en péril. Je te ramènerais donc là où je t'ai trouvé et tu te débrouilleras tout seul.

— Quoi ? Là-bas ? Avec les zombies qui veulent nous bouffer ? Vous avez pas un code moral qui vous empêche de faire ce genre de trucs, vu que vous avez l'air de vous prendre pour un gentil ?

— Si tu réponds à mes questions, je te laisserais pas moisir ici et t'amènerais dans un endroit plus sûr. Tu penses vraiment que ton chef te décernerait une médaille si tu lui expliquais avoir tenu ta langue ? J'ai pas eu l'impression qu'il en avait quelque chose à foutre de vous...

L'homme-chien fronça les sourcils et se caressa la tête, comme un humain se caresserait la barbe tout en réfléchissant. Il finit par hocher la tête et cracha dans sa patte avant de la tendre à Edgar. Le jeune homme fit de même et serra la patte du gangster, en espérant ne pas se faire duper.

— Okay, marché conclu ! Nous sommes de la Famille. Si tu sais pas ce que c'est, demande autour de toi, c'est assez renommé à Dreamland. Des scientifiques souhaitent mener des recherches archéo-j'sais pas quoi dans le cimetière et nous ont payé pour qu'on le vide des créatures qui s'y trouvent, vu que toutes les expéditions qu'ils ont lancé ont disparu. Au départ, on voulait juste ouvrir le portail et laisser les mort-vivants se déverser dans le parc d'attractions... mais ça n'a pas marché. Les morts-vivants n'en avaient rien à foutre de s'évader du cimetière. Notre chef a tenté de les pousser vers le portail... Pareil, ça fonctionnait toujours pas alors il s'est mit en tête de débarrasser lui-même le cimetière de ses habitants.

— Je vois. Voilà qui éclaircit bien des choses. Je pense qu'on ne reverra jamais ton chef, il y a bien pire dans le cimetière que des zombies sans cervelles et des chiens mutants. Je vais toutefois refermer le portail. Attends-moi ici.

— Comme si j'avais le choix... soupira piteusement la créature, en désignant ses jambes qui étaient un brin ensanglantées.

Edgar s'éloigna du gangster et se rendit au portail, qu'il poussa afin de le refermer. Il comprit alors pourquoi Kax n'avait pas pu l'ouvrir, même s'il l'avait voulu. Le portail n'avait pas de serrure mais était lourd et le loquet n'était accessible que de l'intérieur. De plus, depuis Horror Park, il fallait tirer pour l'ouvrir... Vu comment Edgar peinait à le pousser, il voyait mal un habitant du parc d'attractions parvenir à ouvrir le portail par ses propres moyens.

Une fois le portail refermé, il referma le loquet ou plutôt ce qui servait de loquet : une barre métallique qui passait en travers du portail et qui était à présent dressée à la verticale. Il se contenta de pousser un peu dessus et de laisser faire la gravité.

Le battant s'abattit avec un bruit sourd, condamnant l'accès au cimetière.

Edgar revint sur ses pas, satisfait, puis laissa échapper un juron bien senti.

Le mafieux avait disparu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Pouvoir des 9 queues
Points de Puissance : 13 000 points
Points de Réputation : 16 900 points
Messages : 92
Localisation : Horror Park
MessageSujet: Re: UNE RENCONTRE QUI TOURNE MAL - EXPLICATIONS [PV Ezekiel Okahelheim]   Ven 27 Juil - 21:14

Edgar fut déçu par le comportement de l'homme-chien, qui avait failli à sa parole. Il décida qu'il ne perdrait pas de temps à le chercher et s'occuperait en priorité de débarrasser le parc de la nuisance morte-vivante.

Cependant, alors qu'il venait à peine de se remettre en route, un cri venant d'un quartier plus loin se fit entendre.

— Au secours ! Aidez-moi !

Il s'agissait de la voix de l'homme-chien. Il devait se trouver en très mauvaise posture pour mettre fin à sa cavale si rapidement. Il continua d'appeler à l'aide, lâchant même quelques aboiements et gémissements.

Edgar se précipita dans la direction d'où provenaient les cris.. Il aurait pu se méfier et pressentir un piège mais il sentait une vraie détresse dans le timbre de la créature. Il ralentit au moment de pénétrer dans la ruelle bruyante, afin d'avoir le temps d'analyser la situation.

L'énorme zombie qui avait assommé Edgar faisait face à l'homme-chien, dont les jambes étaient maculées d'une substance verdâtre. Le mafieux avait un os qui lui sortait du genou et avait dû faire une très mauvaise glissade. Le sang s'écoulant de sa blessure couvrait l'odeur de chair en putréfaction et semblait hypnotiser le monstre cadavérique.

— MUUUUUURGH ! beugla la bête comme un supporter aviné lors d'une finale de coupe du monde.

Edgar resta interdit. Il avait le bras et l'épaule gauche en miettes et aurait douté de ses chances face à la créature même s'il avait eu ses deux bras. Elle était bien trop forte physiquement, le moindre coup pouvait l'envoyer dans les vapes.

Mais il ne pouvait pas laisser quelqu'un en détresse mourir devant ses yeux, sans rien faire.

Il se pencha en avant et s'élança. Il parcourut les quelques mètres qui le séparaient de la créature en un temps record, repoussant une nouvelle fois les limites de ses capacités physiques. Puis, il glissa sur la substance poisseuse, prenant encore plus de vitesse. N'ayant qu'un bras pour s'équilibrer, il le garda le long du corps et remercia son cousin de l'avoir initié au wakeboard. Il surfa tant bien que mal, tendit son bras au dernier moment et attrapa l'homme-chien par le col qu'il fit glisser derrière lui.

Derrière eux, le mort-vivant énorme et lent poussait des mugisssements plaintifs, pas encore remis de cette action qui l'avait surpris. Certain que sa proie ne s'échapperait pas, il avait baissé sa garde et ne s'était pas hâté, afin de ne pas troubler sa digestion future.

Edgar continua à traîner son fardeau, désireux de mettre de la distance entre lui et le danger. Il finit par s'arrêter net. Leur coupant toute retraite, une abomination morte-vivante qui n'avait rien à envier à leur poursuivant se dressait face à eux. Constituée de multiples cadavres cousus et possédant un bon nombre de bras, de jambes et de têtes, la créature semblait aussi dangereuse qu'elle était grosse.

Edgar maudit sa malchance jusqu'à ce que la créature prenne la parole de ses multiples bouches.

— Ah que recoucou, les copains ! Ma môman m'a dit de vous aider à tuer les méchants, car c'est un cas des Espérés. Je sais pas qui sont les Espérés mais ils ont l'air super importants car ma môman m'interdit toujours de me battre et de traîner dehors !

Edgar pesa le pour et le contre. Le glom avait vraiment la carrure qu'il fallait pour renvoyer le zombie au cimetière. D'un autre côté, s'il se faisait infecter, la situation allait vite devenir désespérée.

— Ecoute, c'est gentil de proposer ton aide mais tu vas devoir retourner t'abriter avec ta maman. C'est dangereux ici et le vilain monst...

Edgar jeta un coup d'oeil derrière lui : la créature gagnait du terrain.

— En fait, les méchants ont perdu et on joue à un jeu. Tu connais trappe-trappe ? Bah tous les gens dans la ville y jouent et sont les loups. Si tu te fais toucher, tu as perdu et tu devras nous donner tous tes bonbons !

Les multiples têtes du glom sourirent de toutes leurs dents.

— Vous m'attraperez jamais ! Môman dit que je suis rapide, beau, fort et con ! s'écria la créature, qui ne savait pas différencier les insultes des compliments.

Et la créature se mit en mouvement, avec une lenteur qui n'avait rien à envier à celle du zombie gigantesque. Edgar poussa un soupir soulagé et s'intéressa à son fardeau. L'homme-chien était rendu autiste par la douleur et se contentait de geindre en se tenant la jambe. Edgar voulut lui rappeler que son bras était certainement dans un pire état que sa jambe, mais il se retint. Cela n'allait rien changer à la situation.

- Hey, attends, petit bonhomme ! Il y a ce monsieur qui est tout blessé, tu peux le ramener à ta maison quand tu auras fini de jouer au loup ?

— Ma môman m'a dit de....

— Dis à ta maman que c'est Edgar qui te l'a demandé. Tu m'aideras bien plus qu'en allant au casse-pipe comme te l'a conseillé ta chère mère.

— Casse-quoi ?

— Vite, dépêche-toi ! Peut-être que si tu rentres vite, ta maman te donnera des bonbons !

Edgar lui tendit l'homme-chien et une armée de bras se chargea de le sécuriser sur la masse de membres. Le glom au Q.I d'enfant repartit à son allure la plus vive afin de remplir sa mission. Il était content d'avoir une bonne raison de désobéir à sa maman.

L'attention de l'homme aux deux queues se reporta sur son adversaire. Il avait déjà tenté de le vaincre et avait lamentablement perdu. Il hésitait à retenter sa chance.

— EDGAR ! EDGAR ! TU M'ENTENDS ? hurla Gasper dans son oreille.

Il venait d'apparaître de nulle part.
[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Pouvoir des 9 queues
Points de Puissance : 13 000 points
Points de Réputation : 16 900 points
Messages : 92
Localisation : Horror Park
MessageSujet: Re: UNE RENCONTRE QUI TOURNE MAL - EXPLICATIONS [PV Ezekiel Okahelheim]   Ven 27 Juil - 21:46

Edgar flanqua une claque dans le vide, croyant à une agression, mais ses doigts ne rencontrèrent personne. Il massa ses oreilles douloureuses.

— Oui, je t'entends Gasper. Arrête de crier, s'il te plaît. Quelle est la situation à Horror Park ? Y a-t-il beaucoup de mort-vivants sauvages en liberté ?

Il reprit son souffle après avoir posé ses questions. Il était obligé de trottiner pour conserver de la distance avec le bulldozer zombie.

— La situation s'est améliorée ! Je vous suivais quand Jacky est mort et j'ai raconté sa fin. Il est devenu un héros et de nombreux volontaires parmi les zombies cow-boys ont décidé d'utiliser leur savoir-faire pour capturer les échappés restants. Le seul mort-vivant encore en liberté, c'est celui qui avance vers nous. Par contre, que doit-on faire des autres ?

Edgar réfléchit à la question, cherchant une solution réalisable. Ouvrir de nouveau le portail du cimetière était dangereux. Il eut une idée.

— On pourrait construire des cages assez grandes pour qu'ils ne soient pas à l'étroit et les mettre à l'intérieur ? Faut voir avec les momies, peut-être qu'elles en ont en stock. Comme ça, ils ne risqueraient pas de blesser quelqu'un et participeraient aux attractions, à leur manière.

Gasper réfléchit et un sourire enfantin finit par étirer ses lèvres translucides et bleutées.

— Je pense que c'est une bonne idée, je vais leur en parler ! fit le fantôme avant de disparaître.

Edgar aurait peut-être dû penser à proposer d'établir un périmètre de sécurité autour des cages, pour éviter les épidémies d'infection. Mais il était trop occupé à réfléchir à un autre problème, bien plus pressant : comment allait-il se débarrasser du char d'assaut d'outretombe ?

Il fallait une arme au jeune homme, mais il n'y en avait pas autour de lui. Il y avait juste quelques manèges à sensations, qui étaient habituellement encadrés par des clowns mort-vivants. L'un d'eux retint toutefois son attention : il s'agissait d'une sorte d'ascenseur de la terreur. Une plateforme montait les passagers à plus de 30m, puis les faisait tomber brusquement au sol. Au repos, la machine se trouvait à un mètre du sol, afin de permettre aux gens de facilement s'y asseoir. Quiconque faisant plus d'un mètre risquait donc de finir en compote.

Edgar évalua sa vitesse du béhémoth pustuleux. Cela pouvait le faire. Il se précipita vers le manège et s'assura que tout était bien branché. Puis il s'approcha du tableau de commande : l'emplacement où insérer la clé de sécurité était vide. Le coeur du jeune homme se serra ; son plan tombait à l'eau et il ne lui restait plus qu'à trouver une autre solution.

En quittant la cabine, il se prit les pieds dans une chose légère qui fit un tintement métallique en tombant. C'était la clé ! Le propriétaire du manège à sensations avait dû les faire tomber dans sa précipitation. Edgar les ramassa, bénit sa chance et enfonça la clé dans la serrure. Il la tourna ensuite vers la droite et un gros voyant s'alluma en vert. Le tableau de commande n'était pas bien compliqué : il y avait un bouton "UP", un "DOWN" et un "AUTO". Et un énorme bouton avec écrit "STOP" mais Edgar ne pensait pas en avoir l'utilité.

Il pressa celui nommé "AUTO" et sortit de la cabine. Il se mit à compter dans sa tête. Il détermina qu'il fallait environ quarante bonne secondes pour que la nacelle se mette à monter, ensuite elle restait en haut pendant trente secondes afin de faire profiter de la vue aux passagers, puis elle retombait violemment, se retrouvant à un mètre du sol en moins de deux secondes.

Edgar se rapprocha du zombie, qui se mit à mugir de satisfaction, de la bave maculant son énorme gueule aux dents pourries. Dès qu'il sentit la nacelle se relever, il recula à la place de la nacelle et compta. Mais plus d'une minute à attendre pour que la nacelle redescende, c'était long. Le monstre fut donc bientôt sur lui et, pour la première fois depuis plus d'une heure, suffisamment proche pour pouvoir le toucher.

La créature approcha ses bras pustuleux et Edgar leur balança de violents jabs, frappant de toutes ses forces. En touchant la chair cadavérique, les coups produisaient des bruits de succion et ne devaient pas avoir de grand effet sur la créature. Mais cela l'agaça. La créature leva les bras vers le haut, les paumes des mains bien droites.

Edgar bondit légèrement en arrière et les deux énormes mains se fracassèrent l'une contre l'autre, avec une violence si forte que la peau d'une des mains se détacha. Si le jeune homme n'avait pas été témoin du sort de Jacky, il aurait pu y passer.

Edgar n'avait pas réussi à garder le compte mais la nacelle n'allait pas tarder à retomber. Le zombie commençait à s'avancer et à quitter la zone à risques ; Edgar était incapable de le faire reculer. Il n'avait donc plus le choix : il s'approcha du zombie et mit son bras valide dans la gueule du zombie, qui mugit de contentement.

Les dents du zombie se refermèrent sur son membre, écrasant sa chair et ses os comme s'il était fait de papier maché. La douleur était insoutenable mais Edgar lutta pour rester conscient, inspirait et soufflait calmement.

Un sifflement se fit entendre alors que le manège s'écrasait avec toute sa force sur la créature. Toute la partie supérieure du corps du zombie s'écrasa et les chairs à l'intérieur de sa peau sortirent, comme de la viande hachée pressée par un boucher. Le bras d'Edgar fut écrasé dans la masse et il perdit conscience.

Sa dernière pensée fut que s'il restait comme ça, il allait se vider de son sang et mourir.

*

Edgar se réveilla. Il n'était pas dans son lit mais allongé dans une sorte de civière improvisée, ses bras droits et gauches avaient disparu et des compresses recouvraient ses moignons qui devaient encore être à vif.

Il avait l'esprit un peu embrumé et regarda autour de lui. Il y avait une seringue vidée de son contenu qui traînait par terre, une scie à métaux et une sorte de mallette blanche marquée d'une croix rouge. Il devinait le rôle de la scie à métaux, vu qu'il n'avait plus aucun bras.

Il releva la tête. Dans son environnement immédiat, il y avait une infirmière zombie, mortellement sexy. Et en retrait, il y avait des individus de toutes sortes, de tout âge. Le glom et sa poupée de mère, l'homme-chien anciennement gangster, des clowns zombies, des momies, des squelettes dandys, le patron d'un bar du coin, accompagné de nombreuses poupées. Ils firent de nombreux hourras en voyant qu'il s'était réveillé et Edgar se força à sourire malgré la douleur et la tristesse.

Des zombies cowboys étaient également présents et trois d'entre eux portaient un cercueil noir.

— Jacky aurait voulu vous témoigner ses respects, m'sieur Edgar, fit le plus proche, en soulevant son chapeau d'une main squelettique.

Une larme roula sur la joue du jeune homme, rapidement suivie par ses petites soeurs. Il était ému de voir tant de personnes rassemblées autour de lui, à son chevet. Luc le fossoyeur squelette était même là, alors qu'il détestait la foule. C'était un homme taciturne qui vivait au calme dans une bicoque à la frontière du cimetière. Pour une raison mystérieuse, il traçait des V dans le sable.

Maintenant que l'adrénaline avait quitté ses veines, Edgar repensait au destin de Jacky, qui s'était montré héroïque. Le zombie avait été le martyr qui avait donné le courage et la force à ses congénères de prendre leurs cordes et lasso afin de se défendre eux-mêmes. Edgar en eut la chair de poule en regardant ce cercueil noir et simple, à l'image de son habitant.

L'infirmière se pencha en avant et le spectacle qu'elle offrit à Edgar lui fit un peu oublier sa tristesse. Elle essuya les larmes du jeune homme avec un petit mouchoir en dentelle, puis lui fit un sourire encourageant. Malgré le fait qu'elle était une morte-vivante, elle était très attirante. Elle ressemblait à une infirmière gothique à la peau blanchie à la craie.

Edgar cessa de dévisager l'infirmière et balaya la foule du regard, réfléchissant à ce qu'il allait pouvoir leur dire. Ces créatures avaient risqué de perdre leur vie, cette nuit, et avaient également perdu deux voisins. Il n'avait pas pleinement réussi son rôle de protecteur et leur devait des explications.

Le jeune homme finit par se lancer et décida de commencer par un léger trait d'esprit.

— Je ne m'attendais pas à un tel réveil, je devrais me faire casser la gueule plus souvent ! plaisanta-t-il, les yeux encore humides. Plus sérieusement, je suis à la fois heureux et triste. Heureux car si vous êtes tous là, autour de moi, c'est que le danger a été écarté. Triste car Jacky et Kax sont morts cette nuit et je n'ai rien pu faire pour l'en empêcher.

Les mines réjouies de certains s'assombrirent.

— En comptant Ox, cela fait déjà trois membres d'Horror Park qui meurent depuis que je m'en suis déclaré le protecteur. Il aurait pu y en avoir plus mais également moins. Je n'ai pas été suffisamment fort. Mais pleurer de nouveau ou arrêter mes efforts ne les fera pas revenir. Je vais donc continuer de vous protéger, quoi qu'il m'en coûte. J'en fais le serment !

Edgar s'était inspiré du discours d'un héros de shonen qu'il appréciait pour exprimer ses sentiments et sa volonté. Tant pis s'il paraissait ridicule ou faux, il ne savait pas vraiment comment parler devant une telle foule et ça le mettait mal à l'aise. Heureusement, son discours fut accueilli avec enthousiasme et applaudissements. Les zombie cowboy s'enhardirent et s'approchèrent pour soulever sa civière et la mettre au même niveau que celle de Jacky, malgré les protestations de l'infirmière.

— Edgar ! Jacky ! Merci ! Edgar ! Jacky ! Merci !
— Edgar ! Jacky ! Merci ! Edgar ! Jacky ! Merci !
— Edgar ! Jacky ! Merci ! Edgar ! Jacky ! Merci !

C'était des cris simples, concis, qui furent repris d'une seule même gorge par la foule et en disaient long sur la joie qui parcourait tout le monde. Celle d'être en vie et auprès des êtres qui leur sont chers.

La nuit avait très mal commencé mais son dénouement était presque heureux, bien que le coeur d'Edgar resta lourd. Il ne reverrait plus certains de ses amis et ne le pardonnerait jamais à cette "Famille" mentionnée par le gangster.

Un jour ou l'autre, ils paieraient. Ça aussi, il en faisait le serment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: UNE RENCONTRE QUI TOURNE MAL - EXPLICATIONS [PV Ezekiel Okahelheim]   

Revenir en haut Aller en bas
 
UNE RENCONTRE QUI TOURNE MAL - EXPLICATIONS [PV Ezekiel Okahelheim]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une promenade qui tourne mal...
» Tourne la Grande Ourse, tourne la Petite Ourse (PV Justin)
» Gros mekk tourne boulon et Gros mekk la feraille
» Christian vs Ezekiel Jackson
» Tentative de vol de sac à main... qui tourne court !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Partie RP :: Première Zone :: Horror Park-
Sauter vers: