Bienvenue

Liens utiles

Effectifs

Ligue B : 18 membres
Ligue M : 7 membres
Ligue S : 0 membre
Créatures : 10 membres
Inclassables : 0 membre
Seigneur cauchemar : 1 membre
Rois des rêves : 0 membre

Top-Sites & Discord


Membres du mois

Barman
Profil
Coup de ♥
Wylen
Profil
Top vote
Code par MV/Shoki - Never Utopia



 

Partagez | 
 

 Du rififi chez les félins | Quête feat Blanche

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Ligue B
Pouvoir : Dino Maker
Points de Puissance : 15 000
Points de Réputation : 15 500
Messages : 207
Localisation : Vers là bas
MessageSujet: Du rififi chez les félins | Quête feat Blanche   Mar 23 Jan - 20:02

L'effervescence du fameux, du légendaire marché carotte était telle que le décrivaient les habitants d'un des villages adjacents à la capitale traversé par Drasur il y a quelques heures de cela. La foule était dense, les gens se poussaient, chacun voulant voir ce qu'avaient à offrir les stands, tout cela rythmé par les cris des vendeurs ventant leurs produits. Une certaine ambiance de souk plongeait le jeune homme dans une bonne vieille nostalgie, lui rappelant ses escapades au pays natal de ses parents, à l'époque où il était encore jeune et innocent. Ah c'est sûr qu'il ne l'était plus aujourd'hui, sirotant son verre de "Catnip special", tranquillement posé sur une terrasse du marché, une cigarette au bec. La fameuse spécialité du bar était, d'après la description du menu, un mélange de lait et de bourbon, le tout enflammé après avoir été saupoudré avec de l'herbe à chat. Le serveur avait assuré au voyageur que ce breuvage aiguiserait ses sens, l’élèverait à un stade de conscience jamais atteint auparavant. Tout ça ressemblait d'avantage à un bon vieux mensonge histoire de pousser le cocktail le plus cher au voyageur naïf en pleine mission, car il ne sentait absolument rien pour l'instant, si ce n'est un léger sentiment de s'être fait rouler.

Crachant des nuages de fumée de plus en plus gros, l'invocateur observait la foule devant lui, faisant doucement glisser son regard sur chaque passant. Il n'était pas ici pour rien, on lui avait confié une mission et il comptait bien la remplir. Quelle mission vous demandez vous derrière votre écran ? Il semblerait que des pickpockets traînent au marché depuis quelques temps, ce qui est loin de plaire au grand Nekonyan, seigneur des chats et autres félins. L'un de ses sujets interpella ainsi notre héros il y a quelques nuits de cela, lui demandant d'intervenir dans la plus grande des discrétions et de prendre les malfrats sur le fait. Il n'avait pas parlé de récompense ce qui désola le jeune homme, mais l'occasion de se faire connaître des autorités d'un royaume si important ne pouvait être ignorée, ça pouvait toujours aider. Puis surtout, il n'avait pas grand chose à faire ces derniers temps et était capable de n'importe quoi pour s'échapper de sa routine onirique. À quoi bon être conscient du monde des rêves si ce n'est pas pour y vivre des aventures formidables et excitantes ? Même si attraper des petites frappes relevait plus du travail d’intérêt général que de la quête épique, c'était mieux que rien.

La créature mi-lionne mi-chat de gouttière ayant trouvé Drasur pour ce boulot lui avait affirmé qu'il engagerait quelqu'un d'autre et que le point de rendez-vous serait cet établissement, le "Chat chen bon là dedans !" mais il ne voyait personne d'autre autour, si ce n'est des créatures. Il était persuadé que son partenaire serait un autre voyageur, le chat-lion lui ayant bien précisé que le roi cherchait des voyageurs relativement inconnus pour cette tâche. Cette précision sur la célébrité relative de notre héros le piqua au cœur, ce dernier se berçant d'illusions depuis qu'il avait atteint le top 1 000 de la ligue Baby, il aurait besoin d'un peu de temps pour se remettre de cette humiliation, le temps que son ego surdimensionné ne guérisse.

Perdant peu à peu patience et ayant terminé son verre hors de prix, le jeune homme décida qu'il était temps d'agir sans attendre son potentiel collègue. Il avait repéré un petit stand de maroquinerie à quelques mètres de la terrasse qui l'aiderait bien dans son plan. Il le rejoint et acheta un bon gros portefeuille à fourrure grise. Il le remplis de quelques serviettes récupérées au bar, afin de rendre le tout le plus attrayant possible et l'enfonça dans la poche arrière de son jean, le laissant dépasser de quelques centimètres. Il se mis alors à marcher quelques mètres, les mains sur l'arrière de son crâne, donnant l'illusion de flâner comme un touriste idiot, son portefeuille bien en évidence. Histoire de donner un peu de consistance à son plan machiavélique, il se mit également à parler tout seul.

« Ahlala, quelle belle nuit ! J'espère vraiment que rien ne se passera mal, je suis vraiment nul pour remarquer quand quelqu'un me touche hahahaha ! »

La subtilité à son paroxysme ... Si sa réflexion n'attirait pas les voleurs, cette histoire se terminerait bien vite en agression sexuelle pour sûr. Il était pourtant persuadé que sa tactique serait des plus efficaces, allant jusqu'à penser qu'il serait capable de boucler l'affaire bien avant que l'autre voyageur n'arrive, ce qui lui permettrait d'obtenir l'intégralité de la récompense, même si rien ne confirmait son existence pour le moment. Bien qu'il se sentait capable de boucler l'enquête seul, il aimait parfois se surnommer "Inspecteur Drasur" tout seul sans aucune raison valable donc pour lui il n'y avait aucune difficulté dans sa tâche, il décida tout de même de maximiser ses chances en multipliant ses yeux. Il invoqua ainsi Rexouille, sa fidèle mascotte, qui apparut au niveau de ses pieds, il se baissa alors à son niveau pour lui chuchoter.

« Bon mon p'tit, le plan est simple, si quelqu'un m'approche trop, tu lui saute dessus et tu le mords de toutes tes forces, essaye de pas trop me coller non plus pour que ce soit pas trop grillé, t'as compris ?
- Wouf wouuuf awoouuuh !
- On va dire que c'est un oui, allez, motivé ! »

Il se releva alors et constata que les aboiements de son tyrannosaure avaient pas mal attirés les regards des passants, étant des félins pour la plupart. Certains feulaient, d'autres hérissaient leurs poils en signe de contestation mais tous le méprisaient. Drasur lâcha un long soupir, espérant au moins que la bourde de son invocation attirerait éventuellement les voleurs vers lui. Il continua ainsi sa route, suivi de près par Rexouille qui ne semblait pas vouloir suivre ses directives, faisant les cents pas, attendant patiemment que quelque chose arrive.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Ligue B
Pouvoir : Invocatrice de dards
Points de Puissance : 15 300
Points de Réputation : 11 900
Messages : 135
MessageSujet: Re: Du rififi chez les félins | Quête feat Blanche   Mar 23 Jan - 21:44

« En retard, en retard, j’ai rendez-vous quelque part ! » cria Blanche en bousculant quelques félins qui feulèrent à l’attention de l’invocatrice, bien mécontent d’avoir été poussés.

Une bonne vieille insomnie, comme on les aime ! Évidemment, il fallait que ça arrive pile. Poil. Aujourd’hui, génial ! Le seul jour, de tous les jours (ou nuit, plutôt, serait un choix de mots plus judicieux) où elle ne devait pas être en retard, elle ne trouvait pas le sommeil ! Parfois, elle avait envie de se mettre des baffes.

Pour une fois qu’on lui confiait une responsabilité en plus ! Rien de moins que de choper des voleurs, pour le compte du roi des félins en personne ! Sa majesté voulait des voyageurs pas trop connu (voire même pas connu du tout) pour attraper ses malfaiteurs et Blanche, qui avait déjà eu affaire avec des félins, en compagnie de Jøn au royaume miniature, avait décidé d’accepter la mission. Elle sera avec un autre voyageur sur le coup, donc pas de soucis à se faire non ?

Si elle ne s’était pas perdue, elle devrait bientôt être arrivée au point de rendez-vous, un bar au nom plus que douteux (quoiqu’elle se souvint de la souris gangsta nommée Jerry et se dit que finalement c’était plutôt normal.), bar où son compagnon pour cette quête l’attendait déjà depuis un moment.

Vérifiant la devanture, s’assurant ainsi qu’elle ne s’était pas trompée d’endroit, la jeune femme se mit à scruter les alentours à la recherche d’un autre voyageur. Cependant, personne. Est-ce qu’il serait par chance, en retard lui aussi ?

L’invocatrice effectua quelques allers-retours dans le bar, espérant l’avoir simplement raté, mais rien, aucune trace d’un autre voyageur. La jeune femme croisa les bras et fit la moue. Soit il l’avait abandonné ici, et ce n’était pas très sport, soit il était aussi en retard, et ce n’était pas sport non plus de la laisser seule enquêter sur ces vols !

Blanche prit alors une chaise et s’assit dessus, toujours boudeuse, observant les alentours en espérant apercevoir, de près comme de loin, son allié.

Alors qu’elle commençait à perdre patience, son regard se porta sur un homme de dos, accompagné d’une drôle de bestiole (qui semblait bien faire flipper les autres félins) qui déambulait dans les allées de la ville, mais ce qui frappa l’invocatrice, c’était surtout le portefeuille bien en évidence qui était fourré dans sa poche du pantalon de l’homme (non, elle ne le matait pas, elle était juste observatrice).

N’écoutant que son courage, et aussi parce que c’était le but de sa mission, d’empêcher les voleurs de voler, la jeune femme se leva et courut vers l’homme, l’écoutant pas le serveur râler, alors qu’il lui demandait de payer une consommation pour rester assise là.

Bousculant de nouveau les félins sur sa route qui ne savait décidément que râler et cracher leur boule de poil, Blanche atteignit bientôt l’homme et se mit à le héler :
« Hey ! Hey M’sieur ! M’sieur, votre portef- »

Blanche n’eut pas le temps d’achever sa phrase que la bestiole, qui s’avéra être un putain de tyrannosaure oh mon dieu c’est quoi cette chose, se retourna et se mit à grogner sur l’invocatrice, qui recula aussitôt, visiblement peu enclin à se laisser mordre par la créature qui était quand même un tyrannosaure, un putain de tyrannosaure bordel de merde.

« Pardon, Pardon ! Pas manger ! » cria alors Blanche vers le dinosaure, « Gentille bestiole, gentille ! Ramenez-le ! » Dit alors la jeune femme en direction de l’homme, et en espérant qu’il coopère surtout.

Alors que leur regard se croisèrent, Ce fut comme si le temps s’arrêta, Blanche plongeant son regard dans celui de l’autre voyageur, comprenant enfin que oui, c’était lui. Un grand sourire apparut sur son visage et elle déclara, pleine de joie :

« Aaaaaah, mais oui c’est toi l’autre voyageur, pour la mission ! Ben oui je suis trop bête, Ahah ! » Dit-elle en se frottant la nuque, « Désolé pour le retard, hein, les insomnies, quand ça nous prend. Enfin bref. Moi, c’est Blanche, Blanche Marchal, et toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Dino Maker
Points de Puissance : 15 000
Points de Réputation : 15 500
Messages : 207
Localisation : Vers là bas
MessageSujet: Re: Du rififi chez les félins | Quête feat Blanche   Sam 27 Jan - 15:17

Ah bah ça commençait bien dis donc, Rexouille ignorant totalement les directives de son invocateur au premier suspect. Il était censé mordre, fort, enterrer ses dents dans la chair des voleurs si profondément qu'ils passeraient le reste de leurs vies ensemble, à jamais liés par les crocs de l'animal. Mais non, il s'était contenté de grogner et d'alterner entre miaulement et aboiement, ce petit con. Bon, il n'y avait pas que du mauvais dans son action, il avait au moins réussit à interpeller Drasur, lui indiquant bien que quelqu'un ou quelque chose s'approchait de lui. Ce dernier étant perdu dans ses pensées, ignorant totalement la raison de sa présence ici pendant quelques minutes, réfléchissant à des problématiques un peu inutiles. Il se demandait par exemple si le fameux cliché du chat retombant toujours sur ses pattes était réel ou pas, se voyant pas mal tenté d'attraper une créature féline aléatoire et de la jeter d'un immeuble pour voir. Fort heureusement pour son intégrité physique, son casier judiciaire onirique et surtout le bien être de la population locale, l'arrivée du voleur le tira de ses pensées horribles.

Il se retourna rapidement, plaçant une main sur son portefeuille pour le protéger, avant de réaliser qu'il n'avait aucune valeur et qu'il ne servait donc pas à grand chose, surtout qu'il avait mis la main sur le voleur. Ou la voleuse plutôt ? Elle n'avait pas vraiment l'air d'une créature, surtout pas une créature du royaume des chats d'ailleurs. Après quelques secondes à reluquer la jeune fille, Drasur comprit enfin qu'il s'agissait très certainement d'une voyageuse. Elle était pas mal mignonne tiens, avec ses petites antennes, ses collants et sa petite robe et ... Il n'eut pas le temps de continuer de fantasmer comme le bon vieux pervers qu'il était, la voyageuse visiblement paniquée lui demandant de reprendre le contrôle de sa bête sanguinaire, c'est à dire le gentil bébé reptile. Bon, un bébé tyran lézard, mais un bébé quand même enfin !

Drasur attrapa ainsi la bêbette par la nuque et le posa sur sa tête, la petite bête partant sur une petite sieste bien méritée après ces trois minutes d'activité intenses. Le lausannois se tenait là, debout comme un con, alors que la jeune fille le dévisageait, jusqu'à que dans un éclair de génie, elle ne réalise qu'ils étaient censés faire équipe tous les deux. Ah bah oui, c'est logique ça, le maker aurait pris quelques minutes avant de tout lier dans sa caboche, surtout qu'il pensait à d'autres choses là, comme cet homme chat qui passait à côté et qui serait parfait pour son expérience et ... Non ! Il fallait oublier cette idée.

Dans tous les cas, la jeune fille se présenta, s'excusant de son retard. Drasur se mit un peu à stresser, non pas à cause du retard de sa compère mais plutôt à cause de la manière dont elle déclarait dans le plus grand des calmes, avec une foule dense autour d'eux, qu'elle était là pour une mission. Même si elle n'hurlait pas forcément, ce n'était pas la plus grande preuve de discrétion. Le jeune homme attrapa ainsi Blanche par le poignet, la tirant avec lui pour s'extirper du marché et rejoindre la terrasse où ils étaient censés se rencontrer. Il percuta plusieurs personnes en route, la foule donnant l'impression de grandir seconde après seconde. Après quelques temps, le duo arriva enfin au café, Drasur s'installant à la même table qu'auparavant, posant Rexouille sur une des autres chaises, essuyant la bave du gosse lui ayant coulé sur le front. Il commanda d'une main levée deux nouveaux verres et s'alluma une cigarette, avant d'enfin répondre à la petite abeille.

« Blanche c'est ça ? Enchanté, moi c'est Drasur et lui là c'est Rexouille ! Bon, désolé de pas avoir répondu avant mais je préférais ne pas parler de la "mission" en plein milieu du marché ... Bon, du coup, t'as un plan d'attaque ? Moi je pensais faire l'appât comme t'as pu le voir, mais bon ça a pas trop marché, mais du coup j'ai encore le portef... Putain je l'ai plus ! On me l'a chouré sa mère ! »

Le serveur arriva au même moment, déposant deux "Catnip special" sur la table, alors que Drasur pétait littéralement un câble de son côté, vérifiant toutes ses poches pour être certain de ne pas avoir changé le portefeuille d'endroit. Il ne l'acceptait pas encore mais il s'était fait avoir par la, ou les, personne qu'ils recherchaient. La chasse avait débutée mais les voyageurs étaient encore sur la touche. Espérons que Blanche ait un meilleur plan, sinon la nuit promettait d'être longue ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Ligue B
Pouvoir : Invocatrice de dards
Points de Puissance : 15 300
Points de Réputation : 11 900
Messages : 135
MessageSujet: Re: Du rififi chez les félins | Quête feat Blanche   Sam 27 Jan - 16:00

Heureusement pour Blanche, le sale petit monstre fut rapidement maitrisé par son maître. Ce dernier chopa la saloperie qui lui servait d’animal et le posa sur sa tête tel un dresseur portant son faignasse de pokémon.

A peine les présentations terminées, Blanche n’eut pas le temps d’ajouter quelque chose que l’autre voyageur lui chopa le poignet et la traîna avec lui. Il fallait quelques secondes à la jeune femme pour retrouver un rythme de marche calqué sur l’homme qui l’emmenait avec elle, si bien que lorsqu’elle commença enfin à marcher normalement, lui lâcha sa poigne, et se rassit à une table du café où ils étaient supposés avoir rendez-vous. Ah ben ça servait bien à quelque chose tient.

Imitant son comparse, l’invocatrice se posa sur une chaise et posa ses coudes sur la table et son menton sur ses mains, alors que le voyageur retirait le pokémon ambulant de sa tête et commandait deux verres (de mojito, elle espérait). Alors qu’il commençait à allumer une cigarette, elle ne pouvait s’empêcher de fixer avec de grands yeux le filet de bave qui coulait sur le front du voyageur. Bonjour le tue-l’amour, c’est l’antithèse du mot « sexy ». En plus, ça doit puer de fou.

Essayant de ne pas se focaliser sur le putain de filet de bave oh mon dieu comment on peut survivre à ça, Blanche se concentra du mieux qu’elle put sur le discours de son collègue voyageur, qui répondait au nom de Drasur.

Elle n’eut pas le temps que répondre, que ce fut le drame. Le portefeuille de Drasur était porté disparu, ce qui semblait porter un coup au voyageur, quand même.

Blanche se demanda ce que contenait le bien disparu pour que tant de colère soit en train d’être extériorisée par Drasur, mais rapidement, son attention se porta sur les cocktails, avant de faire une moue déçue. Oh ben non, ce n’était pas des mojitos. Dommage.

Tout en laissant le voyageur se calmer, Blanche prit son cocktail et commença à le siroter, tout en balayant son regard tantôt sur Drasur, puis la bêbête qui l’accompagnait. Bon, si on oubliant le filet de bave et le putain de monstre, le voyageur était plutôt pas mal dans son genre. Ils pourraient peut-être faire connaissance après leur boulot, qui sait ? S’il acceptait de se nettoyer le crâne, bien sûr.

Lorsqu’enfin, le voyageur eut terminé de bien péter un câble, Blanche reposa son cocktail, et se pinca le menton, prenant une expression songeuse.

« Une idée ? Ben, euh… Oh ! Je sais ! Y a une série télé que je regarde, FBI, duo très spécial, c’est pas génial, mais c’est assez cool. Euh, enfin bref, c’est l’histoire d’un flic du FBI qui travaille en collaboration avec un faussaire, spécialiste dans les vols et arnaques. Enfin, y a un épisode, le faussaire, il s’appelle Neal, ben il doit apprendre au flic, Peter, comme devenir un vrai voleur. Non, attend continue de m’écouter, ça peut marcher ! Genre, il lui apprend comment voler en s’entraînant sur un mannequin, tout ça. Enfin ! Tout ça pour dire que si on veut choper les voleurs, il faut penser comme les voleurs ! On doit observer, et apprendre d’eux, et comme ça, on pourra les prendre à leur propre jeu ! » Dit Blanche avec un triomphe non dissimulé dans la voix. Un bon petit plan bien foireux comme on les aime. Mais l’important, c’était d’y croire, et Blanche y croyait.

Reprenant son cocktail, je jeune femme se mit à scruter la foule à la recherche d’un potentiel élément suspect dans le décor qui lui permettrait d’appréhender le voleur, tel tout bon détective privé qui se respecte.

Bon, l’important c’est de participer, et ça, pour participer, l’invocatrice y mettait du sien. Pas sûr que la qualité y soit, par contre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Dino Maker
Points de Puissance : 15 000
Points de Réputation : 15 500
Messages : 207
Localisation : Vers là bas
MessageSujet: Re: Du rififi chez les félins | Quête feat Blanche   Mer 31 Jan - 3:07

Pfiou ... Il était temps de se calmer. La colère était montée d'un coup, envoyant une bonne grosse dose d'adrénaline dans le système sanguin du voyageur, le tout se dissipant presque immédiatement. Il prit une grande inspiration, une bouffée de fumée cancérigène et expira le tout en levant la tête vers le ciel, fermant les yeux pour éviter de perdre trois points de vision à fixer le soleil qui brillait de milles feux. La nuit était belle, il était sur une terrasse avec une petite voyageuse, un bon verre bien fort devant lui, tout devait bien se passer. Sauf qu'il y avait bien sûr cette putain de mission et ces voleurs qui s'étaient bien foutus de sa gueule.

Il esquissa un sourire en coin en les imaginant, complètement déçus en déballant leur butin, n'y découvrant qu'un tas de serviettes bon marché. Bon là dans l'immédiat, un liquide visqueux lui coulant toujours sur le front, il aurait bien eu besoin de ces mouchoirs, se voyant forcé de nettoyer le tout d'un coup de manche un peu dégueulasse, c'était sale mais mieux que rien, au moins les voleurs eux n'aurait rien à faire avec ces serviettes À moins qu'ils ne savaient très bien qu'ils ne trouveraient rien de bien glorieux et n'aient accomplis leur acte dans le seul but d'humilier la graine d'inspecteur qu'était Drasur ... Rien que de penser à ça l'enrageait d'autant plus, il décida ainsi de vider son esprit de ces pensées toxiques, autant que faire se peut et de se concentrer sur les paroles de Blanche.

Elle lui présenta un plan plutôt bizarre, tout en décrivant une série télé qu'elle semblait aimer, un peu trop en détails d'ailleurs. Enfin, notre héros avait déjà vécu cette situation, il savait ignorer les informations en trop et récupérer seulement les bons tuyaux. Ecouter une femme parler des Frères Scott pendant deux heures tout ça pour terminer la soirée avec une bise sur la joue, il avait déjà donné. Il n'empêchait que l'idée n'était pas mauvaise, se mettre dans la peau du voleur, penser comme lui, voir même s'infiltrer dans leur réseau et le détruire de l'intérieur ... Il y avait clairement de l'idée là derrière, ça pourrait marcher, bien mieux que de simplement servir d'appât bêtement comme il l'avait tenté plus tôt. Il pris une bonne lampée de boisson et cru entrer en transe, était-ce l'herbe à chat qui faisait enfin effet ? Ou bien un effet placebo particulièrement puissant ? Il n'aurait su dire, mais il se sentait chaud tout à coup, chaud patate même.

« Bon alors observer les voleurs, j'pense qu'on peut oublier, si on pouvait les voir on leur sauterait dessus et ce serait fini. Par contre ... Penser comme eux ça me plaît, il faut se mettre dans leur peau t'as bien raison, comprendre où il serait plus simple d'agir et pourquoi ... Putain ça m'a chauffé ! J'vais tester direct ! »

D'un geste vif, il termina son verre d'un cul sec des plus glorieux avant de le taper avec force sur la table. Le serveur, un chat tigré gris s'élevant vers le mètre soixante dix, s'approcha de la table pour récupérer le verre vide. Le visage de Drasur changea subitement, arborant subitement un sourire et un regard carnassier. D'un coup de main, mimant un étirement, il fit tomber le verre au sol. Il ne se brisa pas mais força le serveur à se baisser pour le récupérer, sa chance était là, l'arrière train du chat se trouvant à quelques centimètres de lui. D'un geste rapide, il fit entrer ses doigts dans la poche arrière de la créature, avant de les retirer aussi sec. Le serveur se releva immédiatement, outré au plus profond de son âme.

« Monsieur, vous venez de me mettre une main aux fesses ?!
- Euuuh nan, c'est ma copine là ! Elle voulait faire de l'échangisme et elle voulait tester la marchandise, pas vrai chérie ? Hahaha vraiment, en voilà un malentendu ! Allez explique au monsieur que c'était rien de bien méchant ! »

C'était moins une, mais en même temps comme on dit au bistro, tout cul tendu mérite son dû ! Drasur laissa alors Blanche se dépatouiller, c'était sale et pas très sympa de sa part, mais il se disait que ça passerait sûrement mieux venant d'elle. Après quelques minutes, le serveur s'éloigna, quel que soit son humeur, l'invocateur ne faisant plus attention à lui. Il était bien trop occupé à célébrer intérieurement sa victoire, qu'il ne tarda pas à présenter à sa partenaire. Après avoir vérifié que le serveur n'était plus en vu, il ouvrit sa main devant Blanche, révélant son butin qui pendouillait entre deux de ses doigts : une clé argentée, accrochée à un porte-clé représentant des coussinets dorés. Il sourit à pleines dents avant de lancer à la voyageuse.

« Et voilà ! Comme quoi, ceux qui disent que le vol c'est dans le sang, ils ont pas si torts ! Bon au final on s'en fout de la clé, elle doit ouvrir quoi, la remise ou l'entrée arrière ? C'est pas ça qui est important ! C'est que j'ai réussi à lui piquer sous le museau et tout ça grâce à une chose : j'ai détourné son attention ! Le verre, Rexouille qui ronfle comme un malpropre, ton décolleté, tout a joué ! Il suffit qu'on repère des distractions potentielles dans le marché et on pourra délimiter des zones d'action ! »

Il se mit alors à scanner la foule environnante à la recherche de distractions. Ah ça, c'est pas du tout ce qui manquait. Entre les crieurs, ceux qui organisaient des spectacles de rue, les gens qui passent juste et bousculent tout le monde, ceux qui prenaient leurs temps pour faire leur shopping, les jeunes chattes qui hurlaient en prenant des selfies, les quelques mendiants, les jongleurs, les prix incroyables de Carley, une des vendeuses les plus en vogue de sa génération et j'en passe. Tout attirait l'attention dans ce marché et pourtant, il fallait trouver quelque chose, la chose qui attirait tous les regards, qui avait attiré celui de Drasur un peu plus tôt dans la soirée sans qu'il ne s'en rende compte ... Ça allait être compliqué tout ça dis donc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Ligue B
Pouvoir : Invocatrice de dards
Points de Puissance : 15 300
Points de Réputation : 11 900
Messages : 135
MessageSujet: Re: Du rififi chez les félins | Quête feat Blanche   Mer 31 Jan - 11:59

Et ben voilà ! Le plan de Blanche n’était pas si mal que ça, en fin de compte, puisque son compagnon voyageur l’approuvait ! Comme quoi elle pouvait parfois avoir de bonnes idées, voire même d’excellentes idées ! Son sourire s’agrandit alors que Drasur semblait plus qu’enthousiaste de mettre le plan que la jeune femme avait exposé. Il voulait même le tester, que dire de plus ?

Si seulement Blanche avait su dans quelle situation ça allait la mettre, elle n’aurait rien dit du tout. Avec une stratégie digne des plus grands films de gangsters, Drasur fit tomber son verre et tenta un vol (qui réussit, étonnamment) sur le serveur qui était venu nettoyer les dégâts. Cependant, le vol ne fut pas une réussite à 100% puisque le chat se retourna, outré d’avoir senti une main sur son popotin.

Appliquant de nouveau un fine stratégie, Drasur rattrapa le coup en accusant tout simplement Blanche, qui mit quelque secondes à comprendre, assez pour que le chat grossisse ses poils et lance un regard à l’invocatrice qui aurait pu la foudroyer sur place.

« Mais… Euh, Quoi ? » Balbutia Blanche, incapable de sortir une excuse décente au félin, qui commença à feuler. Paniquant, la jeune femme réussit cependant à retrouver ses moyens, enfin pas tous mais un peu.

« Mais je vous mettrais jamais la main au cul, monsieur, je… Vous n’êtes pas du tout mon genre, enfin, non, c’est pas ce que je veux dire, hein, vous êtes très bien comme chat, je suis sûre que pleins de félins et de félines doivent se retourner en vous regardant c’est juste que vous voyez, je suis pas dans la zoophilie… Enfin pas que vous soyez considéré comme un animal, enfin, je veux dire… C’est un malentendu ! »

La sauce ne passa visiblement pas et le félin, bien énervé, baffa la jeune femme avant de partir, furibond. Au moins, il ne l’avait pas griffé, mais nul doute que si un équivalent à twitter existait sur Dreamland, un hashtag #BalanceTonDard aurait probablement émergé en tendance et ce grâce à l’intervention de Drasur.

Se frottant la joue, Blanche regarda le concerné avec des yeux furibond avant d’immédiatement se calmer alors qu’il lui présentait sa découverte, une clé qu’il avait probablement volé au serveur, en lui mettant la fameuse main au cul. Même si ça n’avait pas exactement marché comme dans la série (Neal ne se faisait jamais choper comme ça, allons !) le plan avait au moins fonctionné, et ça avait l’air de rendre Drasur plus qu’heureux qu’il y ait une avancée dans leur plan extraordinaire.

Alors que le jeune homme se mit à scanner le marché à la recherche de distraction, Blanche baissa les yeux rapidement sur sa poitrine, se demandant bien en quoi son décolleté avait pu jouer, sachant que ce n’était pas elle qui avait mis la main au cul, mais Drasur. M’enfin bref, rapidement, elle imita son compagnon et observa la foule.

Malheureusement,  les distractions étaient bien trop nombreuses, et le champ d’action des voleurs pourrait se résumer à tout le marché. Une zone bien trop énorme pour deux voyageurs. Il fallait absolument réduire la zone.

« Pour voler, il faut qu’ils puissent les toucher, approcher les victimes de très près. En général dans les séries ou les films, les voleurs bousculent les gens pour pouvoir être assez près d’eux, et ainsi leur piquer. Oooh ! C’est peut-être ça qui s’est passé avec ton portefeuille ! On s’est bien fait bousculer quand on est revenu au bar, alors, les voleurs ont pu te le piquer à ce moment-là ! Tu l’avais toujours quand on s’est vu, non ? En fait, il faut essayer de voir qui est ce qui bouscule un peu trop les gens. Oooh ! Et aussi, s’ils sont plusieurs, voir les gens qui demandent leur chemins ou font de la pub pour des trucs inutiles ! EN général, un distrait, et l’autre vole ! En tout cas, dans la vraie vie et dans les séries c’est comme ça, alors pourquoi pas à Dreamland ? »

Focalisant de nouveau son attention sur le marché, elle essaya de repérer tout ce qui lui semblait suspect, prête à sauter sur le voleur à la moindre occasion, même sans mandat d’arrêt. La présomption d’innocence ? Bullshit ! On va y aller à l‘américaine, Oh yeaaah.

« Après, on peut retenter ta tactique. Celle de servir d’appât. Maintenant, on est deux… enfin 3 si on compte… « Rexouille » pour surveiller. » Dit Blanche en regardant la bestiole toujours endormie. Est-ce qu’elle se révélera vraiment utile en fait ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Dino Maker
Points de Puissance : 15 000
Points de Réputation : 15 500
Messages : 207
Localisation : Vers là bas
MessageSujet: Re: Du rififi chez les félins | Quête feat Blanche   Jeu 1 Fév - 16:15

Ah oui, le serveur était donc parti sur une bonne grosse gifle, alors ça c'était inattendu. Heureusement que Drasur ne l'avait pas remarqué, probablement encore sous les effets bizarres de l'herbe à chat, sans quoi il aurait démarré au quart de tour. Il n'avait pas beaucoup de principes dans la vie, mais frapper quelqu'un sans raison comme ça, de plus une femme, ça avait tendance à le mettre hors de lui. Alors oui, de nos jours cela peut être vu comme du sexisme ordinaire et même si il en était lui même conscient, il avait été élevé comme ça. Sa mère lui ayant toujours dit d'ouvrir les portes aux femmes, de leur tirer la chaise au restaurant, de ne surtout jamais au grand jamais les frapper, toujours nettoyer la gougoutte aux toilettes avant un rendez-vous galant et bien d'autres conseils pas mal datés qui pourtant lui collaient à la peau. Enfin, tout ça pour dire qu'il aurait cramé le café si il avait été témoin d'une telle chose, ce qui ne fut heureusement pas le cas pour le bien de leur mission.

Elle commençait d'ailleurs à doucement tourner en rond cette mission. Cela faisait plusieurs dizaines de minutes que les voyageurs s'étaient retrouvés et pourtant, ils n'avaient fait aucune découverte à propos des voleurs qu'ils étaient censés attraper. Drasur avait appris qu'il était lui même capable de voler à la tire, tout comme il pouvait en être la victime, ce qui au final n'avançait pas grand chose. Heureusement, Blanche avança que la distraction n'était pas tout, ils ne pouvaient pas se fier uniquement sur ce qu'il se passait autour, les voleurs devaient sûrement travailler à plusieurs pour s'organiser, sinon leurs vols ne seraient pas si parfaits, ils se seraient fait voir au moins une fois et le roi n'aurait pas eu besoin de dépêcher des voyageurs pour s'occuper de ce cas ... Malheureusement, tenir un visuel sur autant de personnes se bousculant, c'était beaucoup trop pour deux personnes ... Encore une impasse donc.

« Ouais c'est bien beau la théorie mais je suis pas certain qu'on puisse les trouver comme ça, à moins qu'on reste ici une semaine et qu'on commence à identifier des visages familiers et encore ... Même là ce sera chaud, il est toujours blindé ce putain de marché. »

La voyageuse au costume d'abeille proposa alors de tenter la même technique qu'auparavant, avançant qu'étant désormais deux et demi, Rexouille ne comptant pas pour une personne entière on va pas se mentir, cela faciliterait les choses. Drasur était sceptique, c'était certes la seule piste qu'ils avaient mais ... Cela lui semblait un peu trop aléatoire. Alors il continuait d'observer la foule, faute de mieux, prenant le verre de Blanche pour se désaltérer entre temps. Ah bah oui, si le serveur ne leur apporte plus rien c'était un peu sa faute au final ! Le temps paraissait long, trop long, l'invocateur ayant l'impression de faire la même chose depuis trois jours. Il n'avait qu'une seule envie, déployer le maximum d'invocations possibles et contrôler tout le monde, mais même cette idée n'apporterait rien, avec ses deux pauvres dinosaures, qu'aurait il bien pu faire ? Si seulement Rexouille était adulte, là il aurait pu faire quelque chose, terroriser la population pour forcer les voleurs à sortir de leur cachette ou quelque chose dans le genre ...

Son esprit n'était même plus vraiment concentré sur la foule après un certain moment, la patience étant loin d'être une de ses vertus. Puis, soudainement, un éclair de génie le frappa. C'était évident ! Certes, Blanche et lui venaient d'arriver et n'avait aucune connaissance de ce marché, des habitués, de ceux qui avaient l'air louches ou quoi que ce soit. Mais quelqu'un qui s'y trouve toute la journée, constamment, aura forcément vu quelque chose ! Il s'empressa alors de partager sa découverte à Blanche.

« Attend ... Attend ! J'ai une idée de ouf ! Suis moi, tu vas voir c'est loin d'être con ! »

Il attrapa rapidement son bébé Tyrannosaure et le plaça sur son épaule, le reptile étant toujours complètement endormi. Il se dirigea alors rapidement vers la foule à nouveau, espérant que sa partenaire suivrait. Il traversa l'allée du marché jusqu'à arriver devant une petite fille, une mendiante semblant ne pas dépasser les 8 ans, même si il faut avouer que les apparences peuvent être plus que trompeuses dans ce monde, si ça se trouve elle était bien plus vieille que ce marché lui même. Il l'attrapa par la main en lui demandant de la suivre, tentant de la rassurer en lui disant qu'il lui donnerait de quoi manger si elle coopérait. La petite, une sorte de gamine avec les oreilles et les yeux d'un chat et un peu de fourrure sur le côté du visage, accepta en ne cachant pas sa peur.

Il l'amena alors avec lui, rejoignant un endroit plus calme en dehors du marché, histoire d'être plus tranquille et pouvoir discuter avec la petite. Ils se trouvaient désormais à côté d'un pont chevauchant une petite rivière, permettant d'entrer en ville. Le marché était toujours en vue, à une petite centaine de mètres de là. La petite tremblait et était au bord des larmes, brisant net le cœur de notre héros. La pauvre petite n'avait rien fait de mal, mais elle était primordiale pour la mission. Elle s'agenouilla au sol, baissant la tête, cachant son visage dans ses guenilles, alors que le jeune homme pris Blanche à parti pour lui expliquer son action.

« Alors écoute, je pense que cette petite est là tous les jours, au point que plus personne ne fait attention à elle. Si quelqu'un a pu voir quelqu'un ou quelque chose, c'est bien elle. Elle a l'air de flipper de moi, ou de Rexouille j'sais pas, donc j'pense que c'est mieux si c'est toi qui t'occupes de l'interroger. Essaie de la calmer aussi, la pauvre elle est en panique. J'vais rester là et faire en sorte que vous soyez pas dérangés, c'est notre seule chance j'te fais confiance ! »

Il agrémenta alors son petit discours d'un clin d’œil à l'attention de la voyageuse avant de s'éloigner d'elle de quelques mètres. Il avait vraiment foi en cette petite qui constituait la seule et unique piste plausible qu'ils avaient, si la petite n'avait rien à dire, la mission pourrait directement être considérée comme échouée, à moins qu'ils n'aient un gros coup de chance. Malheureusement, la chance ne semblait pas vraiment avec eux depuis le début de la nuit ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Ligue B
Pouvoir : Invocatrice de dards
Points de Puissance : 15 300
Points de Réputation : 11 900
Messages : 135
MessageSujet: Re: Du rififi chez les félins | Quête feat Blanche   Jeu 1 Fév - 19:54

Drazur n’avait pas tort. Ils n’allaient pas passer le reste de leurs nuits à se tourner les pouces dans ce café à attendre de prendre les voleurs en flagrants délit. Autant dire qu’ils en avaient pour le reste de leur vie de voyageurs ! Et Blanche n’avait pas envie de terminer sa vie de voyageuse à chercher des voleurs dans un seul et même satané marché !

Alors qu’elle faisait la moue, se morfondant sur son sort, son compagnon voyageur semblait avoir eu une idée de génie, et sans laisser le temps à Blanche de finir son cocktail (enfin, déjà bien entamé par Drasur quand même), l’invocateur se leva et s’engouffra dans la foule avec son monstre. Blanche mit quelques secondes avant de réagir, et se leva précipitamment, courant au travers de la foule en espérant finalement rattraper Drasur. Heureusement, Rexouille était là pour aider l’invocatrice à retrouver son cher collègue détective. Une espèce de chien-dino miniature sur l’épaule d’un voyageur humanoïde au milieu de chats et de félins en tout genre, ça se voyait quand même un peu.

Lorsqu’enfin, la jeune femme retrouva, c’était pour se retrouver devant une scène digne de se retrouver dans un mauvais porno pas très légal sur les bords, à savoir Drasur qui emmenait une petite fille-chat dans des ruelles déserte. Attends, on n’est pas si désespérés quand même ! On va trouver une solution ! A quoi ça va nous servir la taule ? Blanche voulait bien essayer de penser comme un voleur, mais fallait pas déconner non plus, la case prison est facultative !

Blanche brava alors la foule en espérant arrêter un acte pas trop trop moral, et finit par rejoindre Drasur et la petite gamine.

Heureusement pour le casier judiciaire de l’invocatrice, ce n’était pas pour effectuer des actes que la moralité réprouve que son collègue l’avait emmené dans les ruelles mais pour l’interroger, police-style. La petite semblait prête à exploser en pleurs, et Drasur, alors qu’il essayait bien de faire quelque chose (de légal), finit par abandonné et prendre Blanche à parti, lui expliquant son rôle dans ce plan génialissime de fou.

« Ah oui, je vois. En gros on doit faire le good cop/bad cop et t’es le bad cop. J’ai pigé, je m’en charge. » Dit Blanche en souriant et en levant le pouce en l’air. Alors que son compagnon allait vérifier qu’ils ne se feraient pas interrompre, Blanche s’approcha de la gamine et plia les genoux.

« Coucou petite. » Commença-t-elle, mais son discours atterrit dans l’oreille de chat d’une sourde alors que la gamine continuait de pleurer de plus belle. « Euh… Tu sais, tu n’as pas à t’en faire, pour mon copain. Il fait un peu peur, mais il est sympa. Il ne te fera pas de mal… Je crois. »

Oups, ce n’était pas la chose à dire. Enfin presque. La gamine avait arrêté de chialer, mais elle regardait maintenant Drasur avec un regard paniqué. Bon… on avait réussi à moitié, pour l’instant.

« Non ! Ce que je veux dire, c’est… On a besoin d’informations que seule toi peux nous donner. Moi, je ne te veux rien, tu sais, mais si je n’ai pas ce que je veux, alors je vais repartir, et te laisser avec mon ami et son… sa chose. »

La gamina paniqua de plus belle, et sembla s’imaginer le même scénario catastrophe que Blanche précédemment, mais en ajoutant un côté plus sanglant à ça, puis, tournant son regard vers Blanche, hocha la tête et couina, d’une toute petite voix,
« Vous voulez quoi ? »

« Trois fois rien ! » Dit Blanche, satisfaite, « Juste… Tu sais qui est là dans ce marché, hein ? Nous, on cherche des méchants pas beaux, des gens qui piquent des choses aux autres gens, sans les payer ou leur demander. On veut juste savoir si tu as déjà vu ces gens, c’est tout. Alors ? »

La petite mendiante se mit alors à réfléchir un instant, devant probablement passer en revue tous les visages qu’elle devait voir depuis déjà un moment dans ce marché. Son visage s’illumina alors qu’elle semblait avoir trouvé quelque chose.

« Oui ! Tu parles de Palicouilles et sa bande ! »

Oh le nom de merde, pensa alors Blanche avant de reprendre son sourire un peu maternelle et de regarder la gamine.

« Palicouilles, tu dis. C’est lui qui prend aux gens sans demander ? »

« Totalement. » Dit la petite fille, « Mais tu sais, je ne suis pas débile, je sais qu’il vole. Même qu’il me donne un peu du butin parfois, quand il est de bonne humeur, mais il est rarement de bonne humeur. On peut le reconnaître parce qu’il a un tatouage en forme de requin dans le dos. A moins que ça soit son pelage qui est comme ça. Enfin bref, voilà. Il est toujours avec deux, trois autres chats parfois. Mais dis, tu lui veux quoi à Palicouilles ? »

Blanche regarda la mendiante quelques secondes en clignant des yeux avant de baragouiner :

« On va… lui demander d’être plus souvent de bonne humeur pour qu’il te donne plus de trucs, ça te va ? »

Au vu du regard de la jeune fille, Blanche vit qu’elle n’était pas convaincue et qu’il fallait un moyen d’acheter son silence. Une idée lui vint alors :

« Si tu préviens Paliburnes, je te jure que je rappelle mon pote et je te laisse avec lui, pigé ? »

Le message sembla bien passé au vu du regard de la jeune fille. Blanche lui ordonna alors de partir, ce qu’elle fit sans demander son reste, accélérant en passant devant Drasur et Rexouille. Blanche lui sivit de près, un air victorieux sur le visage.

« On cherche un chat avec un tatouage dans le dos en forme de requin. Il s’appelle Palicouilles et il traîne toujours avec deux trois autres chats de sa bande. Apparemment, c’est des voleurs du coin. Alors, on s’y met, à cette traque aux chats ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Dino Maker
Points de Puissance : 15 000
Points de Réputation : 15 500
Messages : 207
Localisation : Vers là bas
MessageSujet: Re: Du rififi chez les félins | Quête feat Blanche   Jeu 15 Fév - 14:51

Ah oui, la petite abeille semblait capable de piquer quand il le fallait, elle n'avait pas hésité une seule seconde à partir sur de la bonne vieille menace pour soutirer les informations à la petite. Drasur  de son côté n'avait pas tout entendu de la conversation, se contentant de tendre une oreille distraite pour tout de même s'assurer que cette histoire ne se termine pas en snuff movie. Au vu des réactions paniquées de la petite, c'était très certainement ce scénario là qu'elle s'imaginait, pauvre gamine apeurée qu'elle était. Lui qui pensait apporter un peu de douceur dans la vie de la mendiante en lui offrant un peu d'amour maternel, c'était raté. Enfin, au moins, le duo de détective de choc avait enfin les informations dont ils avaient tant besoin : un nom et une description, ce qui s'avérait largement suffisant désormais. Blanche exposa ainsi ses trouvailles rapidement, ce à quoi le maker ne pu s'empêcher de pouffer de rire.

« Putain le gars s'appelle Palicouilles ? Et il a un tatouage de requin ? V'là le beauf hahaaa ! Moi qui pensais qu'on tomberait sur une organisation criminelle dangereuse, ça va on est bien en fait. »

Une fois sa moquerie effectuée, il dégaina une cigarette de plus et l'alluma tranquillement, levant les yeux au ciel tout en crachant sa première taffe, parce qu'à Dreamland comme dans la vie, c'est toujours un peu stylé de s'en griller une pendant une profonde réflexion. Il se mit ainsi à réfléchir, ils avaient bien avancés certes, mais ça n'allait tout de même pas être de la tarte. Le royaume des chats était l'un des royaumes touristiques les plus visités du monde onirique, cela revenait un peu à dire à quelqu'un qu'il peut retrouver un gars qui s'appelle Jean-Eude à Paris et qu'il a un tatouage, ça reste bien compliqué comme bordel. Mais dans la vie réelle, il n'y a pas d'invocations et ça, ça facilite les choses. Avant de lancer son plan complètement fou et trop intelligent qui allait marcher c'est sûr, il interpella tout de même la petite qui s'enfuyait à toutes jambes. Elle se stoppa net et se retourna, complètement terrifiée, mais qu'est ce que Blanche avait bien pu lui dire bon sang ?

« Tiens, j'pense que c'est certainement la clé de l'arrière boutique du "Chat chen bon là dedans", si t'y vas discrètement tu devrais pouvoir te trouver de quoi béqueter. »

Il lui balança alors nonchalamment la clé, que la petite attrapa avant de s'en aller à toute vitesse, séchant ses larmes à l'aide d'une de ses manches brunie par la crasse, ce qui était mignon mais un peu dégueulasse quand même. Si la menace n'avait pas achetée son silence, ce petit geste ferait sûrement l'affaire, à moins qu'elle ne soit une vraie traîtresse. Après la découverte de la vraie nature de l'abeille envers les enfants, qui sait comment les gens pouvaient se comporter dans ce bled, plus rien n'était sûr désormais. Tout en continuant de griller sa tige à cancer, Drasur entreprit le lancement de son fameux nouveau plan 2.0. Il écarta les mains, une sorte de résine dorée apparaissant dans le creux de chacune de ses paumes, avant d'entrechoquer ses mains ensemble et de chuchoter une petite incantation un peu mystique qui au final, était plus théâtrale qu'autre chose. Mais bon, si on peut se faire mousser devant une jeune fille, on ne rate pas l'occasion, ce serait criminel. Dans un pouf de fumée, Rexouille disparut juste après avoir commencé à mordiller l'oreille de son maître, lui montrant bien que le fait de se faire révoquer ne lui plaisait qu'à moitié. Pourtant il n'eut pas le choix et disparut, laissant apparaître A-380 devant le duo de détectives.

« Ah voyageur tu tombes bien, il y a des fouteurs de troubles aux plaines anciennes et nous aurions bien besoin de ...
- Euh ouais, une autre fois si tu veux, là je bosse. J'ai besoin de toi d'ailleurs ! Je voudrais que tu voles au dessus du marché et que t'essaies de repérer un chat chelou avec un tatouage de requin dans le dos.
- Vous faites un bien piètre protecteur mais soit ... J'honorerais mon pacte, bien qu'il ne durera plus bien longtemps si vous continuez de procrastiner ainsi.
- Roooh ça va c'est bon j'vais y passer aux plaines un de ces soirs chiale pas là, bon allez va fidèle animal volant ! Rejoins les cieux et rend moi fier ! ... Bon il s'est barré, du coup Blanche on y retourne ? On a un peu de soutien mais bon, il va quand même falloir se bouger le fion j'pense ... Putain ce que ce boulot est chiant j'te jure ... J'pense qu'il faudrait interroger des gens, limite qu'on se sépare, comme tu le sens, si on trouve quelque chose on hurle, ça te va ? »

Soupirant aussi fort que possible, voyant au loin son ptérodactyle décrire des cercles au dessus de la foule, il se mit en route vers le marché, toujours sa cigarette au bec. Pénétrer dans la foule après en être sorti était aussi désagréable que de tenter de faire ses courses le dernier dimanche avant Noel, tout le monde se poussait, se rentrait dedans, l'un des cercles de l'enfer devant certainement ressembler à quelque chose du genre d'ailleurs. Notre héros se mit alors à interroger des marchands, des musiciens de rue, bref tout ce qui passait devant lui, leur posant toujours la même question : est ce qu'ils connaissaient Palicouilles et est ce qu'ils savaient où le trouver. Malheureusement, toutes les personnes interrogées l'envoyèrent bien gentiment balader, certains avec insultes, certains plus poliment. Au fur et à mesure des questions, Drasur semblait tout de même remarquer que beaucoup baissaient les yeux et semblaient légèrement paniqués à entendre le nom du brigand, sauf un vendeur de glace qui lui s'était simplement esclaffé à entendre le patronyme ridicule du chat. Enfin une réaction normale ! Pour le remercier, le voyageur lui pris une triple boule rhum-vanille-bœuf, qui apparemment était le mélange de saveurs qui faisait fureur au royaume félin. La boule au bœuf sentait un peu trop la croquette pour être honnête, mais pour honorer le gars sûr qui lui avait vendu, il se força malgré tout à se la taper. Sa glace à la main, il s'adossa au stand, faisant la moue, voyant A-380 toujours tourner dans les airs, cherchant Blanche dans la foule autour de lui, espérant qu'elle ai fait avancer l'affaire elle au moins. Parce que le fameux Inspecteur Drasur pédalait carrément dans la semoule actuellement ...
Hors RP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Ligue B
Pouvoir : Invocatrice de dards
Points de Puissance : 15 300
Points de Réputation : 11 900
Messages : 135
MessageSujet: Re: Du rififi chez les félins | Quête feat Blanche   Jeu 15 Fév - 18:24

Blanche se retint de pouffer avec Drasur parce qu’il fallait l’avouer, Palicouilles c’était bien un prénom où on pouvait deviner que le félin n’avait pas été voulu à la naissance. Dans la catégorie prénom pourri, sur une échelle de un à Jean-Franswag, on était sur du niveau Corentin, là. Oubliant bien vite la bonne poilade qu’avait provoquée ce prénom assez inhabituel (pour le monde réel, peut-être l’était-il dans le monde onirique. Dans ce cas, toutes mes condoléances), Drasur s’alluma une cigarette et sembla plonger dans un genre de réflexion que seuls les bruns ténébreux savaient avoir, non sans avoir récompensé la gamine de toutes ces précieuses informations en lui offrant la clé du bar dans lequel Drasur et Blanche avaient bu un verre quelques minutes plus tôt. Au moins, elle aurait quelque chose à se mettre sous la dent ce soir cette petite. A moins qu’elle ne tombe sur un serveur, alors là, ben au revoir la petite mendiante, ravie de t’avoir connue.

Ensuite, son compagnon de route entreprit la suite des réjouissances en commençant à incanter quelque chose, à la manière d’un rituel un peu sataniste, murmurant incantations sur incantations, le creux de ses mains brillants. Blanche regardait la scène bouche-bée. Ses dards, eux, apparaissait normalement au creux de sa main. Ça, c’était la classe quand même. Peut-être que lorsqu’elle sera une voyageuse plus expérimentée, elle pourra faire des invocations comme ça ? Un pouf de fumée s’en suivit pour laisser d’abord apparaître le monstre qui accompagnait Drasur lorsqu’elle l’avait rencontré, avant de laisser place à une autre invocation, qui commença à parler d’une drôle de quête dans les plaines, que Drasur entreprit de remettre au lendemain, non sans déplaire à l’invocation, qui lui obéit et entreprit de s’envoler afin d’inspecter le marché. Pratique d’avoir une vue d’ensemble !

Drasur proposa son plan, qui lui rappelait étrangement Fred de la série Scooby-Doo qu’elle regardait petite, plus précisément la partie « On se sépare » de l’épisode. En général, l’un des deux groupes se faisait bien couillé et finissait par croiser le monstre de l’épisode. Là, point de monstre, mais Palicouilles, le bandit. Blanche approuva le plan malgré les risques que cela présentait, et s’en alla joyeusement commencer son enquête de son côté. Mais la réalité de Dreamland n’est pas si simple. Beaucoup refusait de renseigner Blanche avant même qu’elle ait commencé à parler, d’autres, qui daignait lui accorder quelques secondes de leur vie se renfrognaient dés qu’elle mentionnait Palicouilles. Est-ce que c’est le ridicule du prénom qui les mettait dans cet état ou simplement autre chose, ce qui était plus probable ? Et dans ce cas, à quel point Palicouilles était-il dangereux, en fait ?

L’invocatrice leva le nez en l’air, et vit que l’invocation de Drasur ne semblait pas avoir fait mouche non plus. Elle espérait que son compagnon avait quand même fait mieux qu’elle parce que là, c’était vraiment la dèche. Blanche trouva un tonneau pas loin et s’assit dessus avec une moue boudeuse. Pourquoi c’était si compliqué que ça, on était à Dreamland non ? On pouvait trouver une solution à tous les problèmes ! Mais là, la voyageuse n’avait aucune idée de comment avancer dans tout ce merdier. Alors qu’elle se morfondait sur son sort, elle sentit, ou plutôt, elle ne sentit plus rien sur sa tête. Hey, elle n’avait pas un serre tête ici, habituellement. L’invocatrice se tata la tête, se rendant compte que la soudaine absence de son fidèle serre-tête antenne. Oh les cons, ils avaient profité d’un moment de faiblesse, salauds !

Refusant de laisser un tel acte d’affront impuni, Blanche régit au quart de tour et regarda autour d’elle, furibonde. On ne vole pas le serre-tête de Blanche sans en payer les conséquences. Où est ce qu’elle allait en trouver un autre à Dreamland exactement pareil, hein ?

Scannant la foule, Blanche remarqua, s’éloignant d’elle, un des pompons qui ornait son accessoire. Le voleur était en train de s’enfuir ! Mettant à profit le plan de Drasur, ne réfléchissant pas à si c’était oui ou non une bonne idée. Blanche prit tout l’air qu’elle put dans ses poumons et se mit à hurler :

« DRASUR, RAMENE TON CUL, Y A UN CONNARD QUI M’A VOLE ! » Et une fois l’alerte lancée, elle se jeta dans la foule. Directement, le voleur avait commencé à accélérer le pas. Evidemment, puisque le marché était maintenant au courant. Mais cela ne découragea pas Blanche qui se frayait courageusement un chemin dans la foule, poussant les vieilles sur les stands de poissons en s’excusant tout de même car elle n’était pas un monstre. Se rendant bien vite compte qu’elle ne rattraperait pas le félin avant que celui-ci disparaisse, l’invocatrice tenta le tout pour le tout. Elle fit apparaître son fidèle dard paralysant et hurla aux passant de dégager avant de le lancer sur sa victime. Miraculeusement, le projectile atteint sa cible, qui s’écroula bêtement au sol, avant que Blanche ne lui saute dessus, dans ce qui devait être l’arrestation la plus débile de l’histoire du royaume. Récupérant son serre-tête et inspectant le voleur arrêté, Blanche put remarquer un tatouage en forme de poisson sur le félin. Folle de joie, elle le prit par la queue et le souleva, faisant de grands signes en espérant que Drasur la voit :

« J’ai récupéré Palicouilles ! Regarde ! »

A l’entente de ce terrible nom, le félin se mit à paniquer et secoue les pattes, affolé :

« Pardon ? Non ! Il y a erreur sur la personne ! Je ne suis pas Palicouilles, je m’appelle Poupou ! »

« Ah bon ? » Demanda Blanche, confuse, « Ben alors pourquoi tu as un tatouage qui ressemble à un poisson, comme Palicouilles ? »

Bon okay, la technique d’interrogatoire était moisie et il aurait pu avoir le même tatouage, mais la question foudroyante eut pour effet de faire suer le félin, qui cherchait de l’aide du regard.

« C’est… c’est un hasard ? » Dit-il sans grande conviction.
Hors RP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Dino Maker
Points de Puissance : 15 000
Points de Réputation : 15 500
Messages : 207
Localisation : Vers là bas
MessageSujet: Re: Du rififi chez les félins | Quête feat Blanche   Ven 16 Fév - 18:57

On se fait un peu chier quand même nan ? Enfin, pas nous là physiquement, mais c'est cette pensée précise qui flottait tranquillement dans l'esprit de Drasur, alors qu'il semblait avoir complètement abandonné l'idée de continuer son enquête. La flemme l'emportait toujours chez lui de toutes manières, cette fainéantise légendaire qu'il se plaisait souvent à faire passer pour un déficit de l'attention, voir même une forme d'autisme, comme auprès d'une ex qu'il s'était fait grâce à son jeu d'acteur incroyable, en la persuadant qu'il était un enfant handicapé. Enfin, on s'éloigne du sujet principal, tout ça pour dire que la situation de notre héros n'avait absolument pas évoluée entre temps. Il était toujours adossé au stand de glace, enchaînant d'ailleurs son troisième cône, constitué uniquement de boules au bœuf cette fois. Il s'était dit qu'au final, autant y aller à fond pour cette saveur qu'il n'aurait nulle part ailleurs, si on omet le fait qu'il pouvait simplement acheter des croquettes dans la vraie vie bien sûr. Il ne glandait donc pas grand chose, envoyant des coups de langue à un rythme régulier chercher un peu de crème glacée, laissant son regard se balader dans la foule devant lui, vérifiant parfois les dos dénudés à la recherche d'un tatouage, parfois A-380 faisant des tours toujours aussi inutiles dans les airs, le plus souvent à mater les chutes de reins des créatures femelles passant par là. Il n'aurait certainement pas dit non à se taper une petite chatte ce soir, à défaut d'une petite abeille ... Non, il fallait qu'il garde un minimum de concentration, mais en même temps il s'en foutait, c'est pas comme si il y avait une récompense de fou à la clé ... La situation était on ne peut plus chiante.

Fort heureusement, Blanche semblait avoir plus avancé que lui, sa voix résonnant dans tout le marché, clamant qu'elle avait elle aussi fait les frais d'un de ces brigands de grands chemins. Ne sachant pas vraiment où se trouvait sa partenaire et vomissant d'avance à l'idée de devoir traverser cette satanée foule encore une fois à l'aveugle, il joignit ses lèvres et fit s'échapper un sifflement de toute beauté. Le dinosaure volant fut bien entendu interpellé, son utilité aurait été bien relative si il n'avait pas compris le signal, plongeant en piqué vers son maître. Une fois arrivé au niveau du maker, le ptérodactyle stoppa sa chute d'un coup d'aile puissant, balançant un courant d'air faisant voler quelques chapeaux mais surtout soulevant quelques jupes, ça fait toujours plaisir on va pas se mentir. Drasur effectua un petit saut pour se retrouver à chevaucher l'animal, avant que ce dernier ne s'envole à nouveau vers les cieux. Si aucun des deux ne savait où se trouvait Blanche, ils la trouverait certainement d'aussi haut, un cosplay d'abeille aussi jaune ça se voit de loin.

Après quelques secondes à une bonne trentaine de mètres de hauteur, notre héros parvint enfin à repérer son acolyte, la voyant courser un petit chat tout mignon. Bon, il était moyennement petit, mais il était sûrement mignon, quoique de cette distance c'était dur de voir, la seule information valable étant donc qu'il s'agissait d'un chat, certainement. Prenant son courage à deux mains et espérant sincèrement que son corps était plus résistant dans ce monde que dans le monde réel, Drasur se lança dans un magnifique saut de l'ange. Alors ça, ça allait être stylé. Quoi de plus cool qu'un tacle venu du ciel ? Pas grand chose, Blanche tomberait certainement amoureuse sur le coup, comme toutes les femelles aux alentours d'ailleurs, si il ne se brisait pas le cou dans l'opération bien entendu. Malheureusement, son plan parfait avait une faille : Blanche avait elle même rattrapée le voleur avant qu'il n’atterrisse. Ah bah il avait l'air bien con d'un coup, à chuter pour rien, il aurait pu simplement se contenter d'un atterrissage normal, mais non, A-380 était déjà révoqué, il n'avait plus d'alternatives.

Il se dirigeait donc à toute vitesse vers le chat et donc, Blanche qui le tenait, comme une enclume dans un dessin animé.  La voyageuse faisait des grands signes de la main, espérant certainement que l'invocateur ne la voit à travers la foule. Ah pour la voir, il la voyait bien, trop même, elle approchait un peu trop vite, comme le sol d'ailleurs. À moins d'une dizaine de mètres du sol, un regret profond faisait doucement son apparition en lui, mais il n'allait pas lâcher l'affaire si facilement non, il fallait au moins tenter de faciliter sa chute. Il se plaça ainsi de côté, mettant son coude vers le bas, dans une magnifique descente du coude qui entrerait certainement dans la légende. Il ferma alors les yeux, priant toutes les divinités possible qu'il ne succombe pas sur le coup. Cinq mètres, quatre mètres, deux mètres, l'impact était violent, bien trop violent. Son coude s'enfonça profondément dans l'abdomen du chaton, alors qu'un épais nuage de poussière explosa à l'impact final.

Le tout se dissipa après quelques secondes, révélant Drasur au sol, Blanche aussi certainement, ainsi que quelques passants qui avaient visiblement aidés à amortir la chute à leur insu. Le voyageur se releva difficilement, une profonde douleur le lançant de son bras gauche, très certainement cassé de partout. En même temps, c'était son bras et le chat qui avaient certainement pris le plus cher, d'ailleurs en parlant du chat où est ce qu'il ... Oh le con, en plus d'avoir survécu, il boitait un peu plus loin dans une tentative ridicule de fuite. Drasur regarda alors sa partenaire, voulant quand même tenter de s'excuser, même si son large sourire et ses yeux d'enfants trahissaient le fait qu'il ne regrettait rien et le referait sans hésitation. Il leva ainsi son pouce non brisé et afficha un large sourire avec quelques dents en moins.

« Hahaaa désolé, j'ai peut être abusé j'espère que t'as rien de cassé, bon je me suis pété le bras moi mais c'était grave stylé, c'était lui Palicouilles ? Parce que là il a l'air pas mal ravagé, si on le suit il nous amènera certainement directement à sa planque ! Et là boum, le butin, mission accomplie et on se met bien jusqu'à la fin de la nuit ! »

Dans son état actuel, le chat n'irait certainement pas très loin, à moins que la légende ne soit vraie et qu'il possède bien neuf vies, mais bon ce serait cheaté quand même. Il devait être pas mal secoué, le prendre en filature devrait être un réel jeu d'enfant, enfin si Blanche n'était pas morte. Naaaaan elle devait être encore vivante, sûrement, elle ne s'était pas pris un gros impact normalement, avec un peu de chance elle aurait même pu esquiver au dernier moment qui sait, elle devrait être encore entière, enfin espérons.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Ligue B
Pouvoir : Invocatrice de dards
Points de Puissance : 15 300
Points de Réputation : 11 900
Messages : 135
MessageSujet: Re: Du rififi chez les félins | Quête feat Blanche   Dim 18 Fév - 12:03

Mais où est ce qu’il était Drasur ? C’est qu’il en mettait du temps, le salaud ! Elle ne pourrait pas tenir Poupou encore très longtemps. Ah, les hommes, tous les mêmes, c’était les femmes qui portait la culotte, en vrai ! Agacée de ne voir venir aucune aide extérieur, Blanche leva donc le nez au ciel en espérant voir l’invocation de Drasur pour lui intimer de faire rappliquer le voyageur ici vissa. Alors, elle vit bien quelqu’un dans le ciel, mais étrangement, c’était Drasur. Il était tout petit, vu du ciel, mais très rapidement, il grandissait, très vite, voire trop même, mais surtout, il grandissait vite en direction de Poupou et de Blanche, et ça, c’était problématique.

Blanche aurait très bien pu se pousser, dans un réflexe et un instinct de survie monstre dont seul l’être humain est capable pour survivre à sa propre stupidité et ç celle des autres membres de son espèce, mais sur le coup, voir son compagnon voyageur tomber du ciel comme ça, ça l’avait bloquée. En fait, elle ne s’y attendait tellement pas et ça l’avait tellement bluffée que même le cerveau ne trouvait aucun moyen de réagir. Cependant, et fort heureusement pour la vie de la voyageuse, son cerveau remit les turbines en marche et se mit en alerte rouge « danger imminent de MORT » au dernier moment, ce qui permit à Blanche de finalement réagir au quart de tour et qui décida bien vite entre son devoir de détective et sa vie. Elle voulait bien mourir pour la justice, mais de mort lente si possible, et pas écrasée par son propre acolyte. Elle décica donc de lâcher Poupou et de sécarter quelques secondes avant que Drasur n’atteigne sa cible. Malheureusement, elle avait réagi trop tard et l’impact de la chute fit aussi son effet. Elle ignorait qu’un coup dans l’abdomen pouvait faire une telle onde de choc. Et qu’une onde de choc pouvait aussi faire mal. Littéralement soufflée par le coup, l’invocatrice se retrouva à terre et trainée sur quelques mètres, avant de stopper sa course, complètement sonnée.

Il lui fallut quelques secondes pour redevenir maîtresse de ses sens, parce que sur le coup, tout autour d’elle était flou. Elle avait du mal à comprendre ce qui venait de lui arriver, et surtout, elle avait putain de mal au dos, nom d’un chien. Ou chat plutôt. Enfin bref. Sa petite course au sol avait du bien lui râper la peau et son dos devait être foutu pour le reste de la nuit. Après quelques secondes à contempler son existence, Blanche reprit enfin conscience du monde autour d’elle et la voix de Drasur lui vint enfin aux oreilles. Si elle comprenait bien les paroles de son acolyte, le chat était en train de s’enfuir, alors qu’elle venait tout juste de l’attraper. Quelle poisse. Cependant, le bon côté de cette mésaventure c’est que Drasur l’avait assez défoncé pour qu’il ne puisse pas les semer. L’invocatrice essaya de se relever, grinçant des dents alors que son dos la faisait souffrir. Une fois la lancinante douleur passée, elle regarda la direction dans laquelle le chat s’enfuyait tant bien que mal.

« Je sais pas, il disait qu’il s’appelait Poupou. Soit c’était un mensonge, soit c’était quelqu’un qui avait l’air de le connaître. Dans tous les ca-Aïe ! Tu as raison, le suivre c’est la meilleur chose à faire ; Peut-être qu’il ne amènera au vrai Palicouilles… ou à son repère si c’est LUI, Palicouilles. »

Alors qu’elle s’apprêtait à reprendre la route, le dos de Blanche lui refit de nouveau mal. Putain, mais quelle plaie, vraiment. Son si joli dos était foutu, et que dire donc de sa robe ? Elle était toute fichue maintenant. Un si joli vêtement. Et en plus, elle avait un peu mal quand elle avançait. Mais c’est alors qu’une idée de génie lui vint. Fit qu’il ait le bras cassé en deux, son dos lui, était intact. Avec une agilité de félin, Blanche sauta sur le dos de Drasur et s’y accrocha. Au moins, elle aurait un chauffeur et elle n’aurait pas mal lors de la filature. Héroïquement, elle pointa Poupou du doigt :

« Suivez-moi ce chat ! » Clama-t-elle comme si elle s’adressait à un taxi. Bon, en soit, ça n’allait pas être compliqué, la bestiole était tellement détruite qu’ils auraient pu la suivre sans aucun problèmes dans la ville en marchant, et en s’arrêtant même pour draguer des passants.

Après une folle course poursuite digne des plus grands films d’actions, Poupou finit par sauter dans une espèce de caniveau assez profond. En s’approchant de plus près, on put voir une porte de la taille du chat, où le félin s’engouffra. Pour des voyageurs de la taille de Blanche et Drasur, l’entrée était possible, mais dans ce cas, il faudrait ramper à l’intérieur. En espérant que ça soit un peu plus grand à l’intérieur après.

« On dirait qu’on a trouvé notre cible. Je sens qu’on est près de défoncer Palicouilles. » Dit Blanche avec enthousiasme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Dino Maker
Points de Puissance : 15 000
Points de Réputation : 15 500
Messages : 207
Localisation : Vers là bas
MessageSujet: Re: Du rififi chez les félins | Quête feat Blanche   Lun 19 Fév - 12:37

Poupou donc ... C'était relativement mignon comme nom de chat, bien moins que quelque chose comme Patoune par exemple, mais c'était pas mal malgré tout. Son tatouage laissait à penser qu'il était le fameux Palicouilles, mais le fait qu'il se soit fait chopper si facilement et soit en train de s'enfuir comme une victime en traînant à moitié au sol laissait à penser le contraire. L'information donnée par la mendiante était elle erronée ? Il y avait très peu de chances que ce soit le cas, elle n'avait absolument aucun intérêt à mentir, contrairement aux commerçants qui eux n'hésitaient pas à feindre l'ignorance. Qu'ils aient peur, qu'ils se fassent graisser la patte, quelle que soit leur raison de garder le silence, ce n'était clairement pas le cas de la petite. Enfin, toutes ces questions n’amèneraient à rien de bien constructif de toutes manières, la meilleure chose à faire restait de suivre le suspect et de voir ce que ça apporterait.

Enfin, ça restait plus facile à dire qu'à faire, car Blanche semblait d'un autre avis concernant cette filature. En un bond rapide, elle se jeta de tout son poids pour atterrir droit sur le dos de Drasur, s'y agrippant immédiatement. L'impact dévoila une nouvelle information à notre héros : visiblement quelques une de ses côtes étaient également brisées, ah. Se retrouver avec seulement un bras et quelques dents en moins après une telle chute relevait du miracle il était vrai, mais là ça commençait à faire beaucoup. Heureusement que l'abeille n'était pas si lourde que ça, sans quoi il aurait certainement perdu connaissance sur le coup. La voyageuse lui ordonna de suivre le chat, en le pointant sévèrement du doigt. On en était donc là, elle commençait à donner des ordres ? Ah bah bravo, de toutes façons les femmes c'est toujours pareil hein, tu donnes la main ça te bouffe le bras, c'est comme le droit de vote, depuis qu'on leur a donné c'est bon elles veulent tout le reste. Enfin, on s'égare, un article sur Madmoizelle apparaîtra bien assez tôt pour traiter de ce qui vient d'être écrit de toutes manières.

Drasur n'avait pas vraiment envie de servir de taxi personnel donc, ayant déjà du mal à respirer avec ses côtés fêlées, le moindre mouvement de la voyageuse poussant sur son bras complètement brisé, lui lançant des douleurs aigus. Il avait d'ailleurs craché une bonne dose de sang sur le sol au moment où l'invocatrice était arrivée sur lui, mais il tentait tant bien que mal de cacher sa faiblesse. Après tout, ne se devait il pas d'être fort devant une demoiselle ? La poitrine de cette dernière pressant contre son omoplate lui disait oui, son corps en miettes lui criait non et les créatures autour lui disaient "cours". Car oui, Blanche s'était à peu près remise de sa chute, mais ce n'était pas le cas de tout le monde. Le marché carotte étant pas mal blindé à n'importe quelle heure du jour comme de la nuit, il y avait forcément eu des dégâts collatéraux. Quelques créatures s'étaient ainsi retrouvés dans le gaz, certains se réveillant peu à peu et commençant à pas mal s'énerver à la recherche du coupable. Certaines victimes ne se relevaient pas par contre, est ce qu'elles étaient mortes ? Peut être, c'était largement plausible après tout. Drasur cacha alors rapidement le bas de son visage en tirant le col de son t-shirt sur sa bouche et se mit à courir de toutes ses forces en se répétant pour se rassurer lui même : « C'est pas moi j'ai rien fait, c'est pas moi j'ai rien fait, c'est pas moi ... ». Se voiler la face et se mentir à soi même, c'est toujours la meilleure des solutions.

La "course poursuite" dura quelques minutes, durant lesquelles le chat s'éloigna carrément du marché, passant par des rues adjacentes de plus en plus sombres et de moins en moins propres. Durant la filature, Drasur prit même le luxe de se taper une petite pause clope, calmement, histoire de reprendre son souffle et de laisser un peu d'avance à Poupou qui traînait quand même vachement. Une fois arrivé à destination, le félin se glissa dans un petit caniveau et disparut aussi sec. L'invocateur se tenait donc là, son acolyte toujours sur le dos, le regard un peu perdu, se tâtant sur la marche à suivre. L'abeille quant à elle semblait bien motivée tout à coup, c'est sûr qu'elle avait eu le temps de reprendre des forces en ne glandant rien pendant un quart d'heure, c'est facile d'être motivé dans ces cas là ! Un sourire en coin apparut alors sur le visage du jeune homme, alors qu'il avait trouvé une réponse parfaite à l'arrogance de la voyageuse. Il se baissa, arracha un bout du caniveau d'un coup sec, révélant un trou bien plus large que celui par lequel Poupou était passé. Une sale odeur émanait de l'orifice et le chemin semblait bien escarpé ...

« Bon bah si tu veux le défoncer, j'imagine qu'on peut y aller du coup ? C'est bien toi qui m'a dit de suivre le chat, allez on est partis wouuuh ! »

D'un bond parfaitement calculé, Drasur se jeta dans le trou, la tête la première, sa partenaire toujours sur le dos. L'intérieur du caniveau s'avérait être un long tuyau, que les deux voyageurs empruntèrent comme un toboggan, à la seule différence qu'ils glissaient sur de l'eau croupie et qu'ils allaient peut être mourir à l’atterrissage aussi, mais sinon c'était vraiment comme un toboggan hein. Après quelques minutes de glisses, enchaînant virages serrés, loopings et hurlements de joie du maker, le tout se termina en une chute libre de quelques mètres.

L'atterrissage était douloureux et compliqué, envoyant les deux enquêteurs directement sur une montagne d'objets. Le temps de reprendre ses esprits, le jeune homme constata qu'ils se trouvaient dans une immense salle, ressemblant à un entrepôt, mais à l'apparence d'égouts dégueulasses. Tout autour d'eux se trouvaient des collines d'objets, formés de trésors dorés, de meubles, d'habits, de matériaux de récupération ... Bref, tout ce que des voleurs expérimentés auraient pu piquer pendant quelques années d'exercice quoi. Plus loin, en train de fouiller dans la mare de butin, se trouvaient une petite dizaine de chats, de taille toutes différentes, certains frôlant les deux mètres de haut alors que d'autres étaient de simples chats normaux. Bien motivé à enfin résoudre cette satanée enquête, Drasur prit sa voix la plus grave avant d'hurler à l'attention des créatures.

« Pas mal le butin les gars, bon maintenant si vous voulez pas qu'on bute tout le monde et qu'on crame tout, c'est qui Palicouilles dans le tas là ?!
- Je suis Palicouilles.
- Je suis Palicouilles et vous n'auriez jamais du venir ici.
- JE suis Palicouilles, nous devons vous éliminer désormais.
- Je suis ... Argh, Palicouilles aussi ... Et vous allez payer ...
- Je suis Charl... Palicouilles et t'inquiètes pas Poupou, on s'occupe d'eux. »

Le petit manège continua, alors que chacun des chats se présenta en tant que Palicouilles. Alors, notre héros avait déjà plusieurs théories à ce sujet. Soit ils étaient tous schizophrènes, soit ils faisaient partie d'une secte un peu chelou, soit ce n'était que des petits voleurs à la sauvette qui tentaient de se donner un style comme ils le pouvaient. Dans tous les cas, ils commençaient à doucement s'énerver les bougres, encerclant dangereusement le duo d'enquêteurs.

« Bon bah j'espère que ton pouvoir est bourrin Blanche parce qu'on est un peu dans la merde là, ils ont tous un putain de tatouage, va falloir tous les tabasser j'pense ! »

Il se mit en garde, se préparant au combat comme il le pouvait avec ses blessures actuelles. Pourquoi rien ne pouvait jamais être simple à Dreamland ? On cherche un voleur, on le trouve, on lui dit que c'est pas bien, on l'emmène aux autorités. Mais non, voilà qu'ils se retrouvaient dans une cache secrète digne du coffre de Picsou si il avait été rempli par des employés d'Emmaüs, à devoir se battre contre des chats psychopathes ... Tout ça pour aucune récompense d'ailleurs, je tenais à le souligner encore une fois, saleté de mission.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Ligue B
Pouvoir : Invocatrice de dards
Points de Puissance : 15 300
Points de Réputation : 11 900
Messages : 135
MessageSujet: Re: Du rififi chez les félins | Quête feat Blanche   Mar 20 Fév - 11:54

Blanche regardait le trou par où était entré Poupou. Vraiment, c’était un tout petit trou, et même avec sa taille de guêpe, la petite abeille ne pourrait s’y glisser, elle finirait coincée au milieu du conduit sans pouvoir aller plus loin. Si près et pourtant si loin à la fois, quel désespoir ! Tout ça pour rien ? Il faudrait attendre la nuit prochaine, et encore, si les voleurs étaient maintenant plus prudents, comment est-ce qu’ils feraient ? C’était là un problème de taille, il fallait absolument rattraper Poupou, coute que coute. L’idée de génie pour le rejoindre ne vint pas de Blanche mais de son partenaire, qui, tout sourire, avait complètement défoncé un bout de caniveau, formant un trou dans lequel les deux voyageurs pourraient passer. Blanche jeta un coup d’œil à l’intérieur. C’était loin d’être accueillant dis donc ! En plus, la descente avait l’air raide et elle puait. Beurk. Cependant, Blanche n’eut pas le temps de dire à Drasur que quitte à défoncer un truc, ils auraient pu tenter d’élargir le trou de Poupou, sans sous-entendus, (Même si cela prendrait des jours, mais Blanche n’avait pas envie de descendre dans le trou qui puait), mais Drasur ne lui laissa pas le temps de réagir et sauta gracieusement dans le passage fortuit.

Blanche aurait pu hurler. Blanche aurait pu détruire les oreilles de Drasur avec des insultes diverses et variées composées de nom d’oiseaux et de fromages. Mais Blanche était bien trop terrorisée par la descente et dégoutée par l’odeur et la crasse pour penser à sortir un seul mot de sa bouche. Elle avait cependant pensé à fermer les yeux en espérant que le temps passe vite, et que ça se finisse vite. Le vœu de la voyageuse fut exaucé, mais l’atterrissage ne fut pas de tout repos. Le dos de Blanche, déjà bien amoché, rencontra une pile d’objet bien solide comme il fallait. Aie ! Ce n’est pas ça qui allait arranger le tout dit donc ! L’invocatrice ouvrit les yeux pour découvrir qu’elle se trouvait sur une pile d’objet divers et variés, fruit d’années de vols et de larcins. Une vraie caverne d’ali-baba. Le seul reproche que la voyageuse aurait pu leur faire, c’est de ne pas avoir volé de coussins pour leur permettre d’atterrir en douceur.

En contre-bas de la pile de butin, il y avait un groupe d’autres chats avec eux aussi, un tatouage semblable à Poupou. Nul doute que si la petite mendiante disait vrai, c’était « la bande » de « Palicouille et sa bande ». En tout cas, les bienpensants ne pouvaient pas râler, car la bande était diverses. Des gros, des maigres, des chats de couleurs, des chats blancs. Mais comment ? pas de femelles ? Quelle honte ? Quand est ce que la suprématie des mâles hétéro cisgenre allait donc cesser ?! Mais le moment n’était pas au débat car Drasur se dressa héroïquement et prit une voix si grave que Blanche crut un instant qu’il allait commencer sa phrase par « Je suis Batman. », mais il demanda simplement où se trouvait leur cible, ce cher Palicouilles. Et évidemment, comme rien n’était simple, tous déclinèrent leur identité comme étant « Palicouilles », même Poupou. Et Bien évidemment, comme chaque putain de nuit, Blanche allait devoir se retrouver à se battre. Comme dit un certain film, qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu ? En tout cas, le bon dieu devait avoir pris un sachet de pop-corn et profitait bien du spectacle à regarder un voyageur complètement défoncer de partout, une voyageuse qui se demandai vraiment ce qu’elle faisait là face à une bande de chats qui s’appelaient tous Palicouilles, et dont le but à court terme était de bien leur défoncer leur race.

Décidant d’innover pour une fois, Blanche fit apparaître un dard qu’elle lança dans le bidon d’un des chats, un mignon calico d’un mètre soixante-dix. Ce dernier regarda le dard planté dans son ventre et rit en direction de Blanche :

« Ah ! Parce que tu crois que ça m’a fait quelque chose ? Alors là tu te mets le doigt dan-OH PUTAIN JE MEURS ! » hurla-t-il soudain avant de s’écrouler au sol, se tordant de douleur. Ne t’en fait pas, chaton, ce dard ne tue pas, pas encore. Tu vas juste avoir mal pendant quelques minutes, c’est tout, mais tu vas assez souffrir pour être hors service le temps que Blanche s’occupe du reste de l’équipe. Un autre chat, plus petit et plus agile, se lança du sur Blanche et la fit tomber à terre, dans un tas de bijoux dorés. Sortant ses griffes, le félin commença à attaquer le bras de Blanche qui ressembla bientôt à son dos. Ca faisait un mal de chien, si vous voulez bien me passer l’expression, et il fallait que ça s’arrête ! Elle invoqua alors son dard le plus fidèle, le dard paralysant, qu’elle planta dans l’un des bras du chat. Surpris que l’un de ses membres ne fonctionne plus, Blanche en profita pour utiliser la technique porc-épic et bientôt, le chat ne fut plus qu’un tas de dard inconscient.

Se relevant, Blanche épousseta sa robe. Une bonne chose de fait, ça ! Il n’avait que ce qu’il méritait, vilain chat ! Son autre adversaire était encore à terre pour quelques temps et Blanche pensa qu’elle pouvait respirer. Mais ce fut sans compter un autre gros chat baraqué qui la souleva En chopant son bras gauche. Blanche se retrouva bientôt au niveau des yeux du chat qui avait une tête de bouledogue, ce qui est cocasse, pour un chat. Par réflexe, la jeune femme planta un dard dans l’épaule du chat mais ce dernier devait avoir la peau dure car il ne flancha pas. Alors qu’elle voulait recommencer la même stratégie qu’elle avait utilisée contre le premier chat, le gros matou utilisa sa main libre pour attraper la main droite de Blanche qui avait fait apparaître son dard.

« Euuh… Bonjour ? » Sourit Blanche nerveusement. Là, elle n’était pas dans la merde, et le regard du félin ne voulait pas dire qu’ils allaient prendre le thé ensembles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Dino Maker
Points de Puissance : 15 000
Points de Réputation : 15 500
Messages : 207
Localisation : Vers là bas
MessageSujet: Re: Du rififi chez les félins | Quête feat Blanche   Sam 3 Mar - 17:31

Ah ouais, elle rigolait pas Blanche. Drasur fut, pour la seconde fois de la nuit, complètement choqué par le comportement de sa collègue inspectrice. Comme quoi, on peut parfaitement être une jeune femme à la bouille toute mignonne, se balader en cosplay d'abeille et être une putain de sauvage de la baston qui défonce des gueules à la chaîne. En effet, sans même que le maker ne puisse comprendre ce qu'il se passe, un des chats était déjà hors service, après que l'abeille lui ai balancé quelque chose. Au vu des hurlements du gars, ça avait l'air douloureux, extrêmement douloureux même. Pourtant, notre héros n'avait clairement pas réussi à discerner le projectile en lui même. Mais qu'est ce que c'était que son pouvoir ? Elle invoquait des petites abeilles ? À moins qu'elle ne soit une arnaqueuse professionnelle et que son costume n'ait absolument aucun rapport avec son pouvoir, alors ça ce serait du génie. Il n'empêche qu'elle semblait être une invocatrice, mais de quoi, ça c'était encore bien trop flou pour le jeune homme. Une chose était certaine cependant, elle avait piqué son intérêt. Cela pouvait toujours être utile de connaître un autre voyageur sachant se débrouiller, surtout pour les projets qu'il prévoyait de concrétiser à Dreamland prochainement.

Enfin, nous nous éloignons du sujet, encore une fois. Une bonne vieille mandale provenant d'un chat albinos sans poil dégueulasse de deux mètre trente réveilla d'ailleurs Drasur lui même de son intense réflexion pour le tirer par la peau des fesses dans la réalité. Il était temps, c'était le combat final, pas le temps de niaiser. En se frottant la joue et se relevant difficilement, son corps commençant à le faire quand même bien souffrir de partout, il se fit d'ailleurs cette réflexion : beaucoup de ses nuits se terminent avec un gros "combat final" un peu cliché. Est ce que c'était le cas pour tous les voyageurs ? À moins que ce ne soit lui qui apporte ça, ayant toujours rêvé de vivre dans un shonen ? Il n'en avait aucune idée en réalité, mais la question méritait d'être posée tout de même, cela arrivait vraiment très souvent. Bon, sauf l'autre nuit avec Joy, là le combat final c'était toute la nuit, huit heures intenses de fight intensif pour la survie, mais ça c'est encore un cas à part.

Quoi qu'il en soit, il était temps de s'y mettre pour lui, car pendant qu'il se posait des questions philosophiques et qu'il s'était pris un bourre-pif en traître, Blanche s'était déjà occupée de deux adversaires de son côté, ce qui était pas mal déjà on va pas se mentir. Il se releva ainsi et évalua rapidement la situation. Des ennemis, il y en avait un peu partout autour, le plus proche étant le sauvage qui l'avait balancé à plusieurs mètres en un seul coup. Il avait un bras hors service, quelques côtes en moins, donc le combat au corps à corps qui malheureusement s'avérait être sa spécialité, n'allait pas être une option viable. Il allait devoir se débrouiller avec ses invocations seules et ça, c'était pas une bonne nouvelle. Le chat géant se rua soudainement vers lui, ne lui laissant pas vraiment le temps de réfléchir plus en profondeur, heureusement ses jambes fonctionnaient encore parfaitement, lui permettant de fuir comme un bon gros lâche. La scène était ... Ridicule, semblant sortir droit d'un Benny Hill, alors que le voyageur courrait en rond, suivi de près par un chat vener' qui ne voulait visiblement pas le lâcher. Après quelques secondes, Drasur se stoppa d'un dérapage un peu stylé et s'élança vers son adversaire, histoire de l'attaquer et de ne plus fuir pour changer. Un petit pouf de fumée fit son apparition alors que la lame d'Edgy fut invoquée sur son avant bras droit. Si il n'était pas capable de gérer un combat entier au corps à corps, il le prendrait par surprise. Le chat se stoppa, prêt à le frapper comme le bourrin qu'il était, mais le maker se jeta vers le sol dans un tacle glissé des plus réussi. Il passa directement entre les jambes gigantesques du chat qui formaient un arc parfait, avant d'enfreindre le tabou ultime de tout mâle : il lui trancha l'entrejambe d'un coup sec de voile d'Edgy.

C'était horrible. Le cri de douleur du chat venant de perdre ses bijoux de famille résonnait dans toute l'enceinte, alors que tous ceux possédant le même genre de tuyauterie ne pouvaient s'empêcher de sentir une sensation plus que désagréable parcourir leur propre attirail, Drasur y comprit. Franchement, attaquer à cet endroit, ça se fait pas, mais là il n'avait pas spécialement le choix il faut le dire. Il se releva alors, tentant comme il le pouvait d'essuyer la gerbe de sang qu'il s'était pris sur le visage. Bon, ça en faisait un de moins, mais son corps ne lui permettrait clairement pas de repartir sur ce genre d'attaque surprise, déjà parce que là, tout le monde ferait bien plus gaffe à son entrejambe qu'auparavant : il n'y avait plus de règles dans ce combat. Le tout se transformait peu à peu en vrai combat de rue bien à l'ancienne, si ils avaient pu, les chats seraient certainement partis dans une chorégraphie synchronisée en claquant des doigts, mais non malheureusement. La situation s'épiçait malgré tout, Blanche s'étant faite immobilisée alors que Drasur était encerclé de trois autres matous, dont l'un d'eux était Poupou. Il avait l'air de bien galérer à respirer, marcher, vivre en général, mais il semblait bien déterminé à prendre sa revanche malgré tout. Les deux autres avaient un physique à peu près similaire à celui de Poupou, pas bien grands, mais certainement agiles. En temps normal, le maker aurait pu s'en débarrasser relativement facilement mais au vu de son état actuel, les choses seraient certainement plus compliquées. Seul, il n'avait aucune chance et sa priorité actuelle était de tenter d'éviter que sa collègue ne se fasse égorger dans le plus grand des calmes. Il révoqua ainsi sa lame et enchaîna en faisant apparaître le MC Jurassique.

« Bon, Rap, c'est la hess. Va sauver Blanche je me démerde moi.
- T'inquiètes je gère la go, par contre il a l'air deter' le chat
Il va me falloir des lyrics sales, un classique comme on les aime mon gars ♫

- T'inquiètes je m'en occupe ... L'école du micro d'argent ... L'école du micro d'argent ... L'école ...
- OH PUTAAAAAAIN OUIIII !»

Le raptor se rua alors en direction de Blanche et de son bourreau, hurlant à la mort alors que son invocateur crachait son flow sur l'un des plus grands classiques du rap français en fond. Il n'en fallait pas plus pour que le dinosaure ne soit au maximum de ses capacités. Drasur ne pouvait voir ce que faisait son invocation, mais il avait confiance en lui, il savait qu'il libérerait la petite abeille et qu'à deux ils régleraient tout ce merdier. En attendant, le trio de chat s'était lancé sur lui et le tabassait comme il faut. On était sur un bon lynchage des familles là,  le maker au sol, se prenant des coups de partout, tentant comme il le pouvait de continuer à chanter pour que Rap continue d'être boosté. C'était héroïque, un peu stylé et vachement badass, mais surtout vachement douloureux il fallait l'avouer. Ah et un peu con aussi, faut le dire.

PS:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Ligue B
Pouvoir : Invocatrice de dards
Points de Puissance : 15 300
Points de Réputation : 11 900
Messages : 135
MessageSujet: Re: Du rififi chez les félins | Quête feat Blanche   Lun 5 Mar - 12:01

Alors qu’elle avait espérée secrètement comme dans tous bons films bien niant niant qui se respecte que Drasur vole à son secours, tel un preux chevalier ténébreux allant sauver la damoiselle en détresse, il n’en fut rien, et au lieu de ça, Blanche pu observer son « héros » courir en rond autour d’une pile d’objets divers que les chats avaient usurpés, poursuivi par un matou d’au moins la taille de celui qui était en train de tenir Blanche. Mais quel bras cassé (l’expression s’adaptait bien à la situation en plus) franchement, les hommes c’est tous les mêmes de toute façon, incapable de faire une chose aussi simple que de voler au secours d’une jeune femme en détresse, il fallait toujours qu’elle règle tout toute seule, vraiment. Quoiqu’au vu de la situation actuelle de l’invocatrice, régler son problème toute seule n’allait pas être chose aisée, loin de là. Cela semblait même être de l’ordre de l’impossible, et elle se trouvait dans une impasse. Mais alors que Blanche visualisait l’horreur de sa situation, une chose incroyable arriva. Son acolyte semblait avoir décidé d’enfin avoir des burnes et d’être un homme, un vrai, et s’élança courageusement vers son adversaire, dans une scène digne des plus grands films d’action. Une épée était apparu dans la main du héros de ce film alors que le choc entre les deux adversaires allait être imminent, il ne restait plus que quelques mètres qui séparait les deux combattant, la collision allait être imminente, la tension était à son comble, tant que même le chat qui tenait Blanche avait arrêté sa besogne et regardait le combat (non sans toujours tenir l’invocatrice), il ne restait plus que trois mètres, deux, un…

Oh.

Oh putain ça devait faire mal ça.

Blanche posa sa main libre sur sa bouche, et prit un petit air effarouché, alors que les autres chats grimaçaient en voyant leur adversaire s’être fait castrer sans anesthésie, ce qui devait pas être très agréable au vu du cri de douleur qui sortait de la bouche du pauvre animal, bien qu’il l’ai sûrement un peu mérité vu qu’il voulait tuer Drasur, mais tout de même, il s’agit des bijoux de famille, l’une des choses les plus précieuses chez une créature de la catégorie « mâle ». C’était un geste fort en symbolique que de priver un autre homme de ce qui le définit. Près de Blanche, le chat qu’elle avait empoisonné, toujours conscient de ce qui se passait autour de lui, hurla avec une voix brisé :

« Non ! Pas les couilles ! Pas les coooouilles ! »

Mais alors que le choc général commençait enfin à passer, les chats qui n’étaient pas en train de combattre se décidèrent à venger leur ami castré et se ruèrent sur Drasur, prêts à en découdre avec lui, le criminel qui avait osé commettre l’affront ultime, accompagné par Poupou, bien décidé à lui aussi se venger de s’être reçu un voyageur dans la figure. Quant à Drasur, se rappelant qu’il y avait là une jeune demoiselle à sauver, invoqua un autre dinosaure et lui ordonna d’aller sauver la princesse en détresse qu’elle était. Alors que son compagnon se mit à chanter, l’invocation semblait revigorée, en fonça en direction de Blanche, prête à en découdre, alors que Drasur tentait tant bien que mal de garder un flow de paroles alors qu’il se faisait tabasser. Alors que l’invocation était en train de se démener contre les chats qui bloquaient le chemin jusqu’à Blanche, Drasur semblait avoir de plus en plus de mal à continuer ses déclamations et le dinosaure de rabattit sur Blanche :

« Hey, toi, oui toi, je sens qu’on va bientôt tomber en rad de flow, ça s’rait cool si tu prenais le relai, un bon vieux rap comme on les aime pour que j’ai la forme, tu peux faire ça, s’il te plait ? »

Un rap ? Mais Blanche ne connaissait pas de rap ! Enfin si, elle en connaissait peut-être un seul, mais est-ce que c’était vraiment un rap ? Boah, qui ne tente rien n’a rien, vous me direz, et Blanche pouvait toujours essayer. Alors qu’elle commençait à chanter tant bien que mal le début de « Dommage » du seul groupe de rap qu’elle connaissait, une voix plus forte se fit entendre :

« Tu appelles ça RAPER ?! C’est une HONTE ! Je vais te montrer moi, ce que c’est un bon flow, un vrai rap, de la vraie musique, quoi ?! »

Alors que plusieurs chats soupirèrent, certains même mumurant des « Pas encore » blasés, de derrière une pile de CD piratés sorti un chat au pelage blanc comme la neige, habillé d’un blouson en cuir, arborant une grosse chaine en or en forme de poisson, et des grosses lunettes bien ridicule apparut dans le champ de vision des deux voyageurs :

« Yo, Kittynem est dans la place, ouais, et on va vous montrer la puissance de mon flow, allez, les kittinettes, balancez un bon son et venez danser. » Dit-il alors que plusieurs chattes en maillot de bain et avec ce qui semblait être une fausse poitrine (une chatte à a pas de poitrine, hein ? Blanche en doutait un peu, maintenant) apparurent, sono à la main et se déhanchant comme une travailleuse du sexe au bois de Boulogne en fin de mois.
Le dénommé Kittynem se chauffa la voix et alors que le beat se lança, poussa des miaulements aigu rythmé, alors que ses compagnes se mirent à se déhancher, non sans troubler Blanche ainsi que d’autres chats qui bien qu’habitué à la situation, ne s’en remettaient pas. Cependant, s’il y avait une personne que le rap semblait enchanter, c’était l’invocation de Drasur.

The Rap Cat:
 

« Oh mon gars, ça c’est du rap, du vraii ! OH YEAH, je me sens en pleine forme ! J’arrive, ‘tite voyageuse, avec un beat comme ça, ça sera plié vite fait ! »

Le gros chat qui tenait Blanche n’eut pas le temps de régir et de se remettre de ses émotions, que Rap fonça vers lui et le dégomma d’un coup de tête bien placé dans le ventre. Le souffle coupé, et le choc lui firent lâcher la voyageuse qui tombé sur le sol peu gracieusement alors que Rap continuait à tabasser son goelier au rythme du flow de Kittynem. Maintenant qu’elle était libre, elle pourrait aller aider Drasur qui était aussi dans une situation un peu compliquée. Mais alors qu’elle allait utiliser sa fameuse technique du porc-epic, une voix encore plus forte que Kittynem se fit entendre :

« BORDEL, JE PARS POUR DEUX HEURES ET VOUS FOUTEZ LE BORDELS, VOUS ÊTES VRAIMENT DES SALES PETITS CONS ! »

Derrière une pile de pièces d’or sortit un chat qui faisait la taille d’un homme, à la carrure imposante d’un rugbyman. Il avait une balafre sur l’œil droit et un énorme tatouage de requin sur le bide. Il semblait bien remonté :

« De un, qui m’a appelé, de deux pourquoi Kitty s’est encore mis à chanter comme une casserole et enfin-- »

« Mec, parle pas de mon flow comme ç-- »

« TA GUEULE ! Et de trois, qui c’est ces deux-là ?! » Hurla-t-il en pointant Drasur et Blanche. Un silence de mort s’en suivit alors que le chat que Blanche avait empoisonné gémit :

« Je vous ai pas appelé Boss… j’ai hurlé parce qu’ils… ils ont castré Thomas. »

A cette déclaration d’une grande importance, le chat géant sembla viré au rouge, et foudroya les deux voyageurs du regard.

« Comment ?! C’est un acte que je ne peux laisser impuni ! Moi, le grand Palicouilles, je vais vous faire payer cet affront, et vous faire regretter d’avoir mis les pieds dans MA planque ! »

Bonne nouvelle. Ils avaient trouvé Palicouilles. Mauvaise nouvelle, ils étaient dans la merde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Dino Maker
Points de Puissance : 15 000
Points de Réputation : 15 500
Messages : 207
Localisation : Vers là bas
MessageSujet: Re: Du rififi chez les félins | Quête feat Blanche   Jeu 22 Mar - 14:12

Je mène les troupes au combat pour défaire
Les guerriers en contre-plaqué de l'école du micro en bois
Notre bannière flotte au dessus de Tsunami
Annonçant fièrement la charge du micro d'argent


La symphonie des coups de pieds dans la gueule faisait du maintient du flow une tâche extrêmement compliquée. Pourtant, il n'avait pas vraiment d'autre choix, si il n'avait pas fait le con à tenter sa descente du coude céleste, il serait encore en état de se battre. Mais non, ses mauvais choix l'avaient tous amenés ici, au bord de la mort, à se faire passer à tabac. Ses ennemis n'étaient pas très forts, bien heureusement d'ailleurs, sinon il serait mort depuis quelques temps déjà. Fort ou pas, cela importe peu cela dit lorsqu'on a rempli une chaussettes de piles et qu'on la balance sur un pauvre gars au sol. Ouais ouais, ça piquait, tout ça pour une mission de merde sans aucune récompense en plus, quel gâchis de sa vie de voyageur. Il avait désormais terminé le premier couplet, il ne lui en restait plus qu'un, un refrain et c'était terminé. Tout ce qu'il espérait étant que d'ici là, Rap aurait ouvert le ventre du chat tenant Blanche à bout d'un bras, en un coup de griffe ça devrait se régler relativement rapidement, c'était un raptor après tout.

Ma mission faire bouger sans tabou
Sans pression ni relâche jusqu'au bout
Vous partagez ma passion, cela vous donne des raisons
D'innover l'maximum sur cette piste
J'ai rassemblé la clique des valeureux guerriers barbares
Dare-dare j'ai envoyé paître les lettres
Pourchassé les traîtres, selon l'enseignement de mes maîtres
Sans relâche, je crache des cendres


Est ce qu'il se rapprochait doucement de la mort ? Une mélodie différente résonnant dans le fond de son esprit, pas assez forte pour qu'il puisse la distinguer mais assez pour qu'elle le dérange ... C'était vachement chiant cette déconcentration, moins que les low-kicks qu'il se prenait, mais tout de même assez pour lui faire grincer les dents. Enfin, celles qui étaient encore attachées quoi. Les trompettes de l'au delà l’accueillirent elles déjà ? Possible, même si cela aurait été bizarre qu'il atteigne l'outre monde sur un vague son de reggae dancehall un peu nul. Il tentait tant bien que mal de voir ce qu'il se passait du côté de Blanche et Rap, mais ne pouvait distinguer grand chose à travers son tabassage, si ce n'est qu'un des matous aux ordres de Palicouilles ne se mit à ... Chanter ? On pouvait considérer ça comme du chant ? Parce que quoi que ce soit, ce n'était certainement pas du rap ... Et pourtant, le raptor se donnait à fond sur ça ?! C'était un scandale, Drasur n'avait qu'une seule envie : punir son invocation. Mais bon, au risque de le répéter, il était un peu occupé là. Donc il se retrouvait à tenter de maintenir son flow, alors qu'une musique provenait du fond de son âme et qu'un chat vomissait sa merde de l'autre côté. C'était très compliqué là.

Effaçons toutes les tensions, ce soir, c'est dance hall à fond
Quand j'prends le mic, j'm'enflamme
J'vous sens bien hot mes dames
C'est ça que j'veux, j'veux mettre le feu
Délégué pour mettre un terme à ces horreurs
Tel est mon labeur, tu sais de qui je défends l'honneur
L'école du micro d'argent ...
L'école du micro d'argent ... Je représente


Bon, il avait réussi à arriver à la fin, priant intérieurement pour que ce soient ses efforts à lui qui venaient de permettre à son invocation de défoncer le bourreau de sa partenaire et non le flow tout pété du chat de merde. Oui, il avait un peu la haine contre celui qui se faisait appeler "Rap Cat", non mais oh, un peu de respect pour les gens de la profession tout de même ! Drasur n'était pas vraiment de la profession, mais quand même ! Et Rap s'était contenté de mettre un coup de tête à sa cible en plus ... TU ES UN RAPTOR ! Mords, griffe, déchire, prend un bain dans le sang de tes ennemis bon dieu ! Sois un prédateur ! Il allait entendre son maître gueuler pour sûr le lendemain, à moins que ce dernier ne casse sa pipe dans les minutes qui suivent, ce qui n'était pas une prévision si folle que ça au vu de la situation. Heureusement, l'arrivée d'un gros chat, très gros même, calma la meute qui laissa un peu le maker respirer, alors que celui qui semblait être le chef calmait un peu tout le monde avec sa grosse voix. D'un pas lourd, il s'approcha de notre héros au sol qui se fit mettre à genou pour faire face à son bourreau, alors que plusieurs de ses sous-fifres encerclaient sa partenaire et son invocation pour être sûrs de calmer toute tentative de combat. Des litres de sang coulaient sur le visage du voyageur alors qu'il peinait à se tenir droit, une bonne partie de son visage gonflée, chaque respiration amenant avec elle son lot de douleur insoupçonnée. Il était dans une belle merde.

« Alors comme ça c'est toi qui a castré un de mes hommes ?
- Ouaip' et t'es le prochain mon gros ! Enfin si tu nous manges pas tous avant bien sûr, avec la planque et le butin, ça va le bide mec tu le vis bien ?
- Tu vas regretter d'êtr ...

J'sens la chaleur qui s'installe
Certains talents se dévoilent
De mieux en mieux
Oh non

- ... Tu comprend ? Vous ne sortirez jamais vivants, tout ce que je viens de te décrire, tu vas le vivre doucement jusqu'à ton dernier souffle !
- MAIS J'AI PAS ENTENDU J'AI UNE PUTAIN DE MUSIQUE DANS LA TETE JE COMPREND RIEN AAAAAAH J'ARRIVE PAS A ME CONCENTRER TA GUEULE ! »

Pour une fois, il ne se foutait pas de la gueule de son geôlier, il n'avait vraiment pas entendu la moitié de ce que Palicouilles avait annoncé, cette satanée musique résonnant de plus en plus fort dans sa tête, sans qu'il ne puisse pour autant en comprendre les paroles ou le rythme. Tout était flou, comme une illusion auditive au loin, pourtant il savait pertinemment qu'il la connaissait et ça le torturait. Il hurlait ainsi à la mort, serrant ses tempes de toutes ses forces pour tenter d'arrêter tout ça, mais rien n'y faisait. Le chef de la bande s'éloignait de lui, se dirigeant vers Blanche, certainement pour lui décrire ce qui l'attendait également. Les chats autour de Drasur se préparaient doucement à son exécution alors que lui même sombrait dans la folie. Lui qui avait toujours voulu obtenir une mort glorieuse à Dreamland, qui ferait écho aux plus grandes légendes, il allait mourir comme un con dans un égout tué par des chats, sans même s'en rendre compte. Et bah putain.

J'veux qu'tout le monde bouge ses fesses
Qu'les femmes oublient leurs compleexes
Façon seeexe, oh ouais
Oui maintenant faut qu'ça bouge
Que tout le monde soit dans l'moove
Faaçon seeeeexe, oh ouais

Mais oui ! Enfin ! Il avait reconnu la musique et il savait d'où elle venait ! Il s'apprêtait à hurler quelque chose à Blanche alors qu'une griffe s'approchait rapidement de sa jugulaire mais le tout fut coupé par un pouf, alors que Drasur disparut, ne laissant qu'un léger nuage de fumée derrière lui. Il ouvrit les yeux, la musique étant à un volume maximal pour enfin constater qu'elle provenait de son portable sur la table de chevet ... Putain ... Son rendez-vous au Pôle Emploi, enfin l'équivalent suisse, il l'avait complètement oublié, heureusement qu'il avait programmé un réveil. L'avantage étant qu'il venait certainement d'échapper à la mort en tant que voyageur, l'inconvénient étant qu'il avait laissé Blanche dans la merde. Il jeta un rapide coup d’œil à son cellulaire portatif pour y voir l'heure : 6:32. C'était tôt, bien trop tôt même, il fallait qu'il fasse quelque chose, ne serait-ce que pour revoir la chute de rein de l'invocatrice de dards à nouveau, ou pour l'aider à survivre par esprit chevaleresque, à vous de voir. Il se jeta ainsi sur son pc et entra le nom de la jeune fille sur tous les réseaux sociaux possibles : bingo. Il la harcela de messages, espérant qu'elle possède l'application sur son propre portable. Si c'était le cas, les *ding ding* à répétition devraient l'aider à se réveiller, si ça ne marchait pas ... Il n'y avait plus qu'à prier pour elle ! Avant ce soir, il n'avait aucun pouvoir de toutes manières. En attendant une réponse de la jeune fille ou au moins un "vu", sur lequel il enchaînerait pour tenter d'organiser un plan pour la nuit suivante, il brancha son téléphone à son enceinte et pris son petit déjeuner. Une clope, une part de pizza froide, un café et du Tribal King en fond, que demander de plus ? La survie de sa partenaire, ouais, peut être ça.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Ligue B
Pouvoir : Invocatrice de dards
Points de Puissance : 15 300
Points de Réputation : 11 900
Messages : 135
MessageSujet: Re: Du rififi chez les félins | Quête feat Blanche   Sam 24 Mar - 11:00

Drasur était dans un sale état dis donc. En même temps, c’était un peu normal, sachant qu’il venait de se faire tabasser comme un Parisien à Marseille et vice versa. Le brun ténébreux était un peu parti vaquer à ses occupations ailleurs, pour laisser place au troisième frère caché des frères Bogdanov, qui n’avait pas été épargné par la chirurgie esthétique de la vie. C’était sûr que sur le coup, l’invocateur était loin d’être craquant et que Blanche n’aurait jamais accepté de prendre un verre avec lui s’il avait demandé, pas qu’elle voulait, hein, mais on est toujours paré à toutes les éventualités. Sauf à celle de Palicouilles, peut-être.

En parlant de la cible des deux voyageurs, la voilà, sonnante et trébuchante, terrible bandit dont la seule voix et présence suffisait à faire régner un silence de mort dans le repaire qui quelques secondes auparavant regorgeait de vie, de sang et de sueur. Et il avait choisi de s’occuper d’abord de l’homme, de Drasur, qui n’hésitait pas à lui lancer une punchline assez osée, avant de réaliser une autre action miraculeuse, et de les sauver tous les deux de cette situation un peu embarrassante, ah non, ce n’est pas ce qu’il allait faire ? Souhaitant utiliser ce moment pour tenter s’amorcer une retraite imprévue, la jeune femme tenta de percer le cercle de félins qui l’entourait avec la très connue technique du « on fonce », qui s’avéra un peu inutile en réalité, car un matou la ceintura alors qu’elle n’avait même pas commencé. Décidemment. C’est donc impuissant qu’elle assista doucement à la perte de santé mentale de Drasur, qui n’avait rien de mieux à faire que d’avoir une musique coincée dans la tête à un moment des plus fatidiques dans le tournant de sa vie de voyageur, ce qui ne rassurait absolument pas la jeune invocatrice, qui aurait tout donné pour être ailleurs à ce moment-là, tranquille.

Décidant qu’il n’en valait plus le coup, Palicouilles détourna son attention de Drasur et d’un signe dramatique et cliché, leva la main, signe secret indiquant à ses sbires qu’ils pouvaient « disposer » de Drasur, dans le sens mafieux du terme. Considéré comme déjà mort, le chef des voleurs se tourna maintenant vers Blanche et eut un sourire carnassier, le genre qu’on les chats qui ont trouvé un petit oisillon sans défense, le petit oisillon sans défense s’appelant ici Blanche. L’invocatrice lança un regard de détresse à son compagnon, qui lui aussi, voulu lui dire quelque chose, peut-être une déclaration enflammée, la dernière de leur vie de voyageur, avant qu’ils n’oublient tout et se revoient peut-être un jour en tant que rêveur, mais non, il disparut dans un nuage de fumée.

Oh.

Oh l’enculé, il s’est réveillé.

Aussi surprise que les chats qui s’apprêtaient à tuer son compagnon voyageur, Blanche était surtout outrée qu’il se soit réveillé et est échappé à la mort aussi facilement et PAS ELLE. Elle va mourir là, comme une crotte et lui il va continuer de vivre sa vie, non mais les hommes c’est vraiment tous des porcs sans exception ! Alors que Palicouilles allait lui déclamer un discours de méchant de James Bond, il vit l’invocatrice virer au rouge et secouer les pieds, hurlant moultes insultes à l’intention du voyageur disparu, qui effrayèrent quelques chats qui prirent soin de reculer, au cas où elle venait à se libérer. Agacé par le bruit qui n’en arrêtait pas, Palicouilles attrapa les joues de Blanche avec une de ses grosses pattes et lui lança un regard injecté de sang :

« Mais tu vas te la fermer, oui ? J’AI PAS ÉTÉ ASSEZ CLAIR LA PREMIÈRE FOIS C’EST CA ?! »

« Calmez-vous, chef, c’est pas bon pour votre ulc- »

« MAIS JE SUIS CALME ! » hurla le gros matou alors que Blanche se tut immédiatement. Si elle pouvait gagner quelques secondes de répit, au moins, ça serait déjà ça. Mais rapidement, Palicouilles reprit son monologue :

« J’aime pas me répéter, minette, alors tu vois ce que j’ai dit, à ton ami ? »

« Pas vraiment, non, en fait, il hurlait beaucoup, donc… »

« Peu importe ! » Coupa Palicouilles d’une voix dont on discernait qu’il devait être un tout petit peu au bord de la crise de nerfs. « Tu vas subir tout ce que ton pote-là n’a pas subi ! »

Ding ding.

La petit sonnerie surprit Blanche qui regarda autour d’elle, alors que toute la meute de bandit ne semblait pas avoir entendu le son. Pourtant, il avait résonné assez fort, et à moins d’être sourd, ils auraient dû l’avoir entendu :

« Vous avez entendu ? » Demanda Blanche, oubliant un instant sa situation, ce qui eut le don d’agacer de plus en plus Palicouilles, qui n’avait qu’une envie, c’était de trouer le bide de l’invocatrice sur le champ. Mais ça aurait été moins drôle. Il lui a peut-être répondu quelque chose, mais elle n’entendit pas alors que les sonneries continuaient de retentir, de plus en plus fort.

Ding ding.

Ding ding.


DING DING.


Pour les chats de Palicouilles, l’invocatrice disparut de la même manière que Drasur juste avant, dans un petit pouf de fumée. Pour Blanche, ce fut un réveil désagréable et en sursaut dans sa chambre d’étudiante. Perdue, la jeune femme ne comprit pas ce qui se passait alors que la série de petits ding retentirent de nouveau. Après encore quelques secondes de demi-sommeil, les sens affutés de Blanche comprirent qu’il s’agissait des vibrations de son téléphone sur sa table de chevet, et que le son venaient des notifications de son application. Grommelant, elle prit son précieux appareil électronique pour constater qu’il n’était même pas 7 heures du matin. Mais qui harcèle les gens à 7h du matin, ce n’est pas possible, ça ! Tout en se frottant les yeux, Blanche regarda ses notifications, pour constater qu’un certain « Drasur El Kouffar souhaite communiquer avec vous ».

Drasur… Mais c’est qui Drasur ?

Drasur… Ah mais oui, putain, Drasur de Dreamland !

Enfin, le cerveau de Blanche venait de s’activer. Ce crétin de Drasur pas si crétin au final, venait de la harceler de messages ces dernières minutes pour lui permettre de se réveiller, et de ne pas finir en pâté pour chats ! Peu soucieuse de la rapidité avec laquelle il l’avait retrouvée sur les réseaux sociaux, la jeune femme se dit qu’il n’était pas sympa de le laisser sur le « vu » tant craint par les lovers, et lui envoya un message, indiquant que sa jugulaire allait bien, et qu’elle le remerciait, le tout en ajoutant un petit smiley qui rigole mais en sueur quand même, parce que c’était totalement comme ça qu’elle était à ce moment. Maintenant qu’elle était réveillée, elle ne pouvait plus rien faire, et il n’avait plus qu’à attendre ce que Drasur lui proposerait comme plan, puis la nuit suivante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue B
Pouvoir : Dino Maker
Points de Puissance : 15 000
Points de Réputation : 15 500
Messages : 207
Localisation : Vers là bas
MessageSujet: Re: Du rififi chez les félins | Quête feat Blanche   Mer 28 Mar - 7:02

Putain d'attente devant la porte ... Putain de salle d'attente ... Putain de conseillère et ses conseils de merde ... Putains d'offres d'emplois qui puent du cul ... Putain de nouveau rendez-vous dans deux semaines alors que rien n'aura bien évidemment changé ... Putain de paquet de clope vide ... Putain de téléphone déchargé ... Putain de tram en retard ... Putain de pluie ... Putain de bordel dans l'appartement ... Niveau matinée de merde, Drasur était au top du top. Il n'avait beau être que neuf heures du matin, soit un peu plus de deux heures après son lever, il avait déjà envie de retourner se coucher. Mais non, il ne pouvait pas se le permettre, parce que la temporalité à Dreamland est totalement incompréhensible en premier lieu, en témoignent ses nombreuses rencontres avec des voyageurs vivant dans des fuseaux horaires totalement différents, il ne saurait donc pas quand il se retrouverait au monde des rêves si il s'endormait maintenant et vu la situation dans laquelle il s'était foutu la nuit dernière, il valait mieux éviter. En second lieu, il allait avoir besoin de soutien, c'était certain, hors il voyageait encore seul en ce moment, sa vague idée de team n'ayant pas encore suffisamment germée dans son esprit. Donc il fallait attendre Blanche ... Un homme qui ne peut accéder à une petite sieste est un homme détruit, sachez le. C'est ainsi qu'il se retrouvait, sur son clic-clac, la main sur le visage, à se battre contre sa propre fatigue du mieux possible. C'est tout de même triste la vie de voyageur, terminées les siestes improvisées, tout doit être calculé. Il fallait qu'il se change les idées ...

Après un bon quart d'heure, nécessaire à se donner la motivation nécessaire de parcourir courageusement les deux mètres le séparant du bureau, il s'installa enfin sur sa chaise qui lui détruisait le dos peu à peu, jour après jour, allumant enfin son pc. Un passage par les soldes Steam lui rappelant douloureusement que de toutes façons il n'avait pas d'argent, il se motiva enfin à aller voir les réponses de Blanche sur le réseau social du moment -on va se contenter de ça sans le nom, le CSA nous surveille c'est sûr-. Elle lui avait en effet répondu, le remerciant simplement et lui précisant qu'elle allait bien, c'était tant mieux. Il était désormais temps d’échafauder un plan d'action. Quelque chose de travaillé, de subtil, qui mettrait le maximum de chances de leur côté, en prévoyant parfaitement les agissements ennemis, qui rendrait Ocean vert de jalousie ... Mais d'abord, ce petit album photo "vacances 2016" devait être épluché. Un demi pot de lubrifiant, quelques feuilles d'essuie tout et vingt minutes plus tard, il avait été exploré en profondeur. C'est qu'elle était bien foutue la bougre, si ils survivaient il tenterait quelque chose pour sûr, en espérant que Kahina ne soit pas jalouse. Après plus de six mois de voyages, il était temps qu'il trempe son biscuit dans le monde onirique quand même, ne serait-ce que pour savoir comment c'est ... Et tester un petit truc avec Rexouille aussi, par curiosité, mais c'est une autre histoire. En effet, maintenant qu'il était détendu au possible, que ses idées éttaient en place et qu'une bonne dose d'endorphine l'avait enfin calmé, il était temps de réfléchir à une contre attaque.

Bon ... On s'est clairement fait baiser la gueule la nuit dernière, j'ai fait le con, ça arrive. Maintenant, on a que cette nuit pour s'occuper de cette affaire, c'est que j'ai pas spécialement envie de crapahuter toute ma vie au royaume des chats quoi ... Je vais m'endormir en premier, pour 22h, fais en sorte de t'endormir à 22h30 en pensant à moi pour directement débarquer sur moi. Entre temps, j'aurais eu le temps de retourner à leur planque. Si ils sont là, ton arrivée surprise devrait nous donner un putain d'avantage, j'aurais déjà débuté le combat. Je compte sur toi, sois prête parce qu'on va les baiser.



On était loin des plans les plus subtils dont il rêvait, mais il n'avait pas mieux dans l'immédiat. Il avait confiance en ses capacités, il en avait soulevé de la créature et il savait que frais, en forme, il pourrait s'occuper de la plupart des sous-fifres sans grande difficulté. Il se débrouillerait ensuite pour leur faire baisser leur garde, en feignant de se rendre par exemple, afin que l'entrée de sa collègue soit la plus explosive et inattendue possible. Suite à ça, ils les soulèvent, ils ramènent tout ça à la garde et ils terminent la nuit à siroter des cocktails ... Ou à faire la bête à deux dos, ça dépendra du nombre de cocktails justement. Apaisé et se sentant enfin prêt, il s'affaira enfin à faire ce qu'il savait faire de mieux : jouer pendant 12 heures d'affilées, à quelques centimètres de l'écran, la luminosité au maximum, jusqu'à que ses yeux soient complètement explosés et que ses lentilles soient aussi sèches que la culotte d'une ménopausée. Il ne connaissait rien de mieux pour être certain de s'endormir à une heure définie et pour cause, c'était plutôt efficace. Une demie journée plus tard, à quelques minutes du rendez-vous qu'il s'était lui même fixé, il se retrouvait affalé sur son canapé-lit, du bon vieux Cabrel résonnant dans son studio, il n'y avait rien de mieux pour se relaxer.

____

Enfin, il y était, le soleil un peu trop lumineux qui rayonnait au dessus de la capitale féline lui brûlant les rétines ainsi que l'arrière goût de litière dans l'air lui confirmaient bien qu'il était au bon endroit. Personne ne parle jamais de cette fameuse odeur d'ailleurs, mais c'est dégueulasse, on ne s'y habitue jamais, il faut bien que quelqu'un le dise à un moment. Mais Drasur n'avait pas le temps de tergiverser là dessus, car il n'avait pas autant de temps qu'il l'aurait souhaité, Morphée n'ayant pas été si généreux que ça avec lui. Il avait quelques minutes de retard certes, mais il avait le temps, il lui suffisait de sprinter comme jamais il ne l'avait fait auparavant, traversant le marché carotte comme un camion sur un bord de plage (#PrayForChat). Il était tellement concentré sur sa course qu'il n'avait d'ailleurs absolument pas remarqué les deux gardes royaux l'ayant discrètement pris en filature. Au bout de quelques minutes de course intense, il arriva enfin à l'entrée de l'antre des chats, il était temps désormais. La grille qu'il avait arraché la veille l'était toujours, il se jeta ainsi dans l'ouverture, tout en invoquant Edgy pendant sa longue glissade. La lame d'écailles lui apparut sur le tibia droit, il voulait que ses mains soient libres pour mettre des bourre-pifs et que ses high-kick tranchent des mères, c'était le compromis parfait.

Après une longue glissade qui semblait un peu moins fun maintenant qu'il était seul, il atterrit enfin dans la salle du butin et ... Plus rien, vide, nada, pas un rat, pas un chat, pas une chaussette qui traîne, rien ... Le visage du voyageur se décomposait alors qu'il réalisait s'être fait rouler, il n'avait même pas pris en compte cette éventualité d'ailleurs, comment auraient-ils pu déplacer tout ça en une journée ? C'était de la sorcellerie, voilà la seule réponse qui le satisfaisait ... Après une nuit entière de galère, il allait devoir repartir de zéro, reprendre l'enquête depuis le début, alors que Palicouilles savait désormais que des voyageurs le recherchait ... C'était la merde, bien plus qu'auparavant encore. Complètement penaud et démotivé, il emprunta une longue échelle qui le ramènerait vers la surface. Il avait bien tenté d'essayer de trouver quelques indices mais non, rien, tout était parfaitement nettoyé, les murs brillaient, ils n'avaient rien laissés au hasard les cons. Quelques minutes lui suffirent à enfin atteindre la plaque d’égout qui le mena de nouveau à la surface. Il n'était pas très éloigné de l'entrée-toboggan, à l'abri des regards indiscrets, dans une ruelle relativement sombre. Quelle ne fut donc pas sa surprise quand il aperçut deux gardes l'attendant de pied ferme, une panthère se tenant sur deux pattes, revêtant l'uniforme de la garde et portant une hache de guerre, alors que le second était un énorme Maine coon se tenant à quatre pattes, un brassard de la garde sur l'une d'elle.

« Veuillez nous suivre s'il vous plaît.
- Et pourquoi ?
- Veuillez nous suivre s'il vous plaît.
- Attend je rêve ou c'est un délit de faciès là ? C'est parce que j'suis rebeu c'est ça ?!
- Veuillez nous suivre s'il vous plaît.
- Nan mais attendez j'ai rien fait c'est quoi cette merd ... Ooooh d'accord, je vois, discret le tatouage mon con. »

En effet, un bout de tatouage sur le torse de la panthère dépassait près de son col, faisant comprendre à Drasur que la bande de voleurs ne se suffisait pas à elle même, ils étaient infiltrés, ils avaient des contacts ... Mais quel bordel. Au moins, il l'aurait son combat de début de nuit, histoire de se chauffer un peu il n'y avait rien de mieux. Le voile d'Edgy toujours sur son tibia, il leva ses poings, prêt à en finir, ça ne devrait pas être long de toutes façons, que Blanche débarque maintenant ou pas. Tiens d'ailleurs, où est ce qu'elle était ? Elle ne s'était pas endormie ? Et allez, encore un problème de plus. Quoi qu'il arrive, le plus important restait de se débarrasser de ces nuisibles, putains de chats ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Ligue B
Pouvoir : Invocatrice de dards
Points de Puissance : 15 300
Points de Réputation : 11 900
Messages : 135
MessageSujet: Re: Du rififi chez les félins | Quête feat Blanche   Mer 28 Mar - 11:31

Il était tôt, et comme le « vu » n’arrivait pas, Blanche s’était rallongée dans son canapé. Elle n’était pas si loin de l’université, et elle avait encore le temps avant que les cours ne commence. Cependant, elle ne pouvait pas s’empêcher de penser à Palicouilles, et la perspective de finir dans sa planque si elle avait le malheur de se rendormir l’effrayait assez pour qu’elle refuse de retourner à Dreamland seule. On dit qu’il vaut mieux être seule que mal accompagnée mais s’il y avait une bonne poire qui voudrait bien servir d’appât à sa place, elle ne dirait pas non. Elle somnola donc pendant une bonne heure avant de finalement se décider à se lever et à prendre un déjeuner et sa douche avant de partir pour ses cours tant redoutés. Une bonne douche froide suffit à réveiller l’esprit ensommeillé de la jeune femme qui était partie pour une journée entière avant de repartir pour le royaume des rêves. Il lui fut bien dur de se concentrer pour aujourd’hui, son âme vagabondant sans cesse ailleurs. Elle ne pouvait s’empêcher de penser à Drasur. Ce n’est pas ce que vous pensez. Alors que les cours allaient commencer, une notification familière lui vint à l’oreille. Elle dégaina son téléphone, caché de manière astucieuse comme elle savait si bien el faire après plusieurs années d’entrainement. Et comme elle le pensait, il s’agissait de Drasur qui lui exposait son plan pour la nuit prochaine. Elle qui n’était pas une spécialiste en stratégie, elle se contenta d’approuver le plan de son compagnon de voyage. Ils n’avaient rien de mieux à faire après tout.

Blanche fut incapable de dire ce qu’elle avait appris aujourd’hui. D’ailleurs, elle n’avait probablement rien appris du tout, parce qu’elle pensait sans cesse à la nuit précédente et aussi la suivante. Qu’est ce qui allait se passer ? Est-ce qu’ils allaient froler la mort encore une fois ? Ou alors est ce qu’ils allaient vraiment mourir ? Blanche ne voulait pas vraiment ça en vrai, elle n’avait encore vraiment profité du royaume des rêves. Mais elle serait avec Drasur, qui semble bien plus expérimenté qu’elle. Mais est ce que l’invocateur étaient une source fiable, telle était la question. Elle ne pouvait que lui faire confiance sur ce coup. D’ailleurs, elle n’avait pas arrêté de penser à lui aujourd’hui. Au moins, elle était sûre de ne pas l’oublier au moment de s’endormir. Elle avait profité de sa journée pour se balader sur les réseaux sociaux, en apprendre un peu plus sur son compagnon de voyage. Il était bien roulé, dis donc ? Mais ça avait l’air d’un beau kéké quand même. Probablement un bon coup, sans plus. Mais on avait appris à Blanche à apprendre à connaître les gens et à ne pas se fier aux apparences, ce qu’elle ferait surement. Peut-être. On verra. On peut se faire plaisir de temps en temps, non ?

Enfin, le soir arriva, et Blanche entreprit d’être responsable et de se coucher tôt pour une fois. A 22 heures, la voilà déjà au lit, prête à s’endormir à l’heure prévue pour rejoindre son compagnon voyageur. Il ne fallait surtout pas qu’elle pense à autre chose que Drasur, Drasur, Drasur, ça ne sonne pas bizarre, je vous jure. Aux environs de l’heure prévue, enfin, Blanche sentit ses yeux se fermer et doucement, s’endormir, et glisser vers le monde des rêves.

« Drasuuuuur, je suis là ? … Drasur ? » Appela Blanche, surprise de ne pas voir le Dino maker, et surtout, de ne pas voir le sol sous ses pieds. Pas le temps de se demander pourquoi elle était apparue à quelques mètres au niveau du sol que la gravité la rappela à l’ordre et la fit chuter lourdement. Mais à quoi elle avait bien pu penser avant de dormir ?! En tout cas, elle avait rempli sa part du contrat, car en tombant, elle vit la silhouette de Drasur entouré de deux chats, qui ne semblaient pas des bandits. Dans tous les cas, ils ne semblaient pas être là non plus pour sympathiser et on pouvait dire qu’elle tombait littéralement à point nommé.

« J’arriiiiiiiive ! » Cria-t-elle à l’intention du voyageur. Quant aux gardes, ce fut le Maine Coon qui subit la chute de Blanche. Bien que plutôt légère comme tout, la force de la chute la fit atterrir sur le dos su chat qui poussa un miaulement strident, empli de souffrance, mais ne flancha pas. Par réflexe, Blanche agrippa la fourrure de la bestiole qu’elle tint fermement.

« Oh, salut Drasur ! » Sourit l’invocatrice, « J’espère que je ne suis pas en retard, j’ai essayé de m’endormir à l’heure, on dirait que je tombe bien, héh- Ouaaaaaah ! Attends ! »

Le Maine Coon, bien insatisfait de comment il se faisait traiter, se mit à bouger dans tous les sens pour dégager la voyageuse qui avait osé le chevaucher. Une grande partie de rodéo s’engagea donc alors que Blanche se tenait à la fourrure comme à sa vie. Au moins, elle avait l’attention d’un des deux gardes.

« Ca commence bieeeeeeeen ! » Dit-elle, une petite larme coulant sur ses yeux alors qu’elle essayait d’invoquer un de ses dards pour le planter dans le dos du chat, espérant qu’il se calmerait au bout d’un moment, mais vous avez déjà essayé d’invoquer un truc et de le planter dans la fourrure d’une bestiole qui essaye de se débarrasser de vous comme si vous étiez un simple nuisible ? Spoiler, c’est très dur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Du rififi chez les félins | Quête feat Blanche   

Revenir en haut Aller en bas
 
Du rififi chez les félins | Quête feat Blanche
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Du rififi chez les tau
» [Libre]Du Rififi chez les Sushi
» visite chez le gynéco
» Jean-Bertrand Aristide doit rentrer chez lui !
» L'on n'est jamais mieux que chez soi!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Partie RP :: Seconde Zone :: Royaume des Chats-
Sauter vers: