Bienvenue

Liens utiles

Effectifs

Ligue B : 19 membres
Ligue M : 7 membres
Ligue S : 0 membre
Créatures : 11 membres
Inclassables : 0 membre
Seigneur cauchemar : 1 membre
Rois des rêves : 0 membre

Top-Sites & Discord


Membres du mois

Zachary
Profil
Top comeback
Zephyr
Profil
Top vote
Code par MV/Shoki - Never Utopia



 

Partagez | 
 

 La plume et l’épée [Lev & Joy]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Ligue M
Pouvoir : Contrôleuse des maths
Points de Puissance : 39 350
Points de Réputation : 44 450
Messages : 408
MessageSujet: La plume et l’épée [Lev & Joy]   Ven 12 Jan - 23:07

- Bienvenue dans le grand téléphérique de Dreamland, qui vous déposera au pied de Myriade, le royaume des mythologies. Prenez place dans la cabine, ne bougez pas, ne faites pas de mouvements brusques et évitez de déclencher des bagarres de type mortel au bord de la cabine. Nous vous remercions pour votre compréhension et nous vous souhaitons une excellente traversée du massif montagneux ainsi que de la 78534e migration des nuages d’Olympie.




La matheuse se défaisait de ses gants en cuir tandis que la voix annonçait le départ du téléphérique pour les hauteurs de Dreamland. Pour retourner faire un petit tour à Myriade, elle avait opté pour une tenue chaude mais décontractée, afin de chevaucher un griffon de course comme elle le voulait. L’objectif était de rester quelques nuits pour mener sa mission à bien, et de descendre pendant une nuit entière les versants enneigés du Royaume à ski pour se mettre parfaitement bien niveau sensations, liberté, vertiges de la vitesse, et surtout retrouver de bons réflexes de glisse. Elle arborait sur sa tenue une pokéball ouverte dans le dos, ainsi qu’un bonnet bien chaud titrant « Kazino Palace » en référence à son Royaume de départ, celui des Richesses.






Pendant la montée vers Olympie, elle réfléchit longuement à la mission confiée par la Famille. Loin d’être évidente, elle promettait aussi son lot de mises en danger purement gratuites. Mais la voyageuse était de nouveau dehors, au-delà de l’horizon doré de Kazinopolis, et elle n’allait pas se plaindre de prendre l’air, et quel air ! Elle regardait le ciel en songeant à sa cible désignée...cette fois ce n’était pas une personne vivante, mais rien d’autre qu’une plume de phénix. Une plume de phénix, évidemment, quoi d’autre ? Ils n’avaient pas d’éléments plus dangereux ou plus rares, sûrement ! La voyageuse soupira et forma un rond de buée sur la vitre de la cabine qui montait toujours plus haut. Des créatures mythologiques qu’elle distinguait assez mal montaient avec eux, le grand sommet de l’Olympe, et la ville des mythologies. Dans la cabine, la voyageuse remarquait surtout beaucoup de touristes, deux trois voyageurs et des créatures perdues dans leurs pensées de montagne. Finalement, elle sortit de la cabine quelques minutes plus tard, un peu engourdie par la montée silencieuse et chaude.


Ni une ni deux elle prit le chemin des montagnes derrière le Mont Olympe, les enneigées immortelles qui brillaient dans le doux soleil de Myriade. Habillée pour le ski, elle détonnait avec les créatures issues des mythologies, et cela la faisait sourire naïvement quand elle croisait les plus étonnées d’entre elles. Finalement, elle trouva un chemin qu’on lui avait indiqué avant la montée, capable de soutenir des créatures des neiges comme les cyclopes et les géants des glaces. Elle chaussa ses skis , dévala le versant pour trouver d’autres téléphériques cachés, secrets, parfois simplement des nacelles, et elle arriva sur un coin perdu du Mont Olympe, une sorte d’accroissement de pierres dans la montagne, à partir d’un plateau. La Paume des Dieux, c’était le nom de l’endroit. Un petit village de Myriade perdu sous la neige ou sous un soleil chaleureux, selon le temps et les saisons qui défilaient parfois dans l’heure. Elle dévala les pentes jusqu’à un refuge chaleureux, qu’elle avait réservé quelques jours avant. Elle zieuta le paysage et médita un peu : oui, elle serait parfaitement au repos ici. Au repos et au travail.




- Bonjour, enchantée !
- Bien le bonjour, voyageuse ! Vous avez réservé ?
- Oui, une chambre pour cinq jours. Au nom d’Edmonde Dantesse.
- Dantesse...oui je vous ai ! Tenez vos clés, et bon séjour au Refuge d’Icare !
- Merci.



Elle s’installa dans ses quartiers, une chambre honnête en bois, lit encastré dans le mur en pierre, chauffé par la cheminée de la chambre, un bureau, une salle de bain assez grande pour accueillir un géant des montagnes...c’était comme dans un palace, mais silencieux comme une église. Elle ouvrit l’une des fenêtres de la pièce et se trouva face à face avec les nuages, les montagnes de Myriade, des créatures volantes au loin, de petites créatures ressemblant à des bouquetins mais version skateurs, qui faisaient des backflips de bipèdes avec des surfs et des vélos à skis. Le Plateau des Dieux était d’un calme...olympien, parfaitement, et elle s’y sentit parfaitement à l’aise. Prise d’une envie irrépressible, la matheuse fit couler un énorme bain brûlant dans la baignoire immense pour elle, et passa le reste de la nuit dedans. Elle décida de se bouger un peu avant son réveil. Descendant dans la salle principale du refuge, elle passa à côté d’un jeune garçon aux oreilles rondes, qui cherchait quelque chose. Elle s’apprêtait à tendre l’oreille mais elle se réveilla, et retrouva son lit, son réveil bien réel, et donc la réalité un peu plus morne, moins ensoleillée, moins montagnarde.




- C’est pas le tout, mais comment j’vais bien me procurer une plume de phénix moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Transformation humaine
Points de Puissance : 13 900
Points de Réputation : 13 450
Messages : 155
MessageSujet: Re: La plume et l’épée [Lev & Joy]   Dim 14 Jan - 16:20

La plume et l'épée

L’air caressait sa joue, le paysage défilait sous ses yeux, les autres créatures volantes passaient leur temps à totalement l’ignorer, laissant Lev voler dans les airs comme il en avait bien envie. Il n’avait pas l’air de leur faire peur même s’il était sous sa grosse forme de créature qui peut parfois en intimider certains. Voilà bien longtemps qu’il n’avait pas goutté à une si belle liberté. Cette liberté d’aller partout, cette liberté de découvrir le monde, d’observer les autres autour de lui. Tout en continuant sa route, Lev réfléchit et se rendit compte qu’il ne connaissait vraiment rien à ce monde malgré ses quelques siècles de vie. Cela le poussa d’avantage vers l’aventure, le força à tout oublier le temps d’un instant et lui permit de voler le cœur tranquille. L’air était doux et notre créature était de bonne humeur. Même s’il s’était encore prit la tête avec l’autre idiot. Mais ça c’est bien une autre histoire et c’était bien la dernière chose à laquelle avait envie de penser Lev.

Au cours de son vol, Lev tourna la tête et vit des nacelles monter. Curieux, il se contenta de les suivre et continua donc à monter toujours de plus en plus haut. L’air devenait de plus en plus frais mais Lev ne craignait pas vraiment le froid sous forme de créature. C’est ainsi donc, en suivant bêtement les télésièges, qu’il arriva à Myriade. Il vit des montagnes, de la neige. Les yeux de Lev se mirent à briller et il continua à survoler Myriade jusqu’à trouver un endroit enneigé sans aucun voyageur ni aucune créature. Et comme un véritable animal, autant le dire, il se jeta au sol et roula dans la neige. Il roula littéralement en boule, profitant de cette légère sensation froide sur son corps. Allongé au sol, il pouvait profiter de ces magnifiques paysages blancs auxquels il avait le droit pour la première fois. Il connaissait la neige, il savait que sous forme humaine il risquait d’avoir très très froid. Il n’avait pas vraiment prévu de faire de la randonnée et ses vêtements n’allaient pas lui porter chaud. Il finit par se relever, secouant l’intégralité de son corps pour faire tomber la neige. Il avait envie de rester là. Mais il fallait déjà trouver de quoi manger. Mais surtout où dormir.
Lev reprit son envole, cherchant le premier toit qu’il pouvait trouver. Et il ne mit pas vraiment beaucoup de temps pour trouver un petit refuge. C’était un minuscule village, qui avait l’air plutôt tranquille. Il se posa pas trop loin puis prit sa forme humaine afin de pouvoir y entrer. Non une créature de six mètres ne pouvait pas vraiment rentrer. Il n’avait strictement rien réservé et découvrit les lieux comme un enfant, à observer tout ce qu’il y avait autour de lui. La décoration était plutôt simple mais disons efficace, on sentait que les gérants voulaient donner une ambiance plutôt cosy à ses clients. Il finit par se faire interrompre dans ses observations par une voix qui lui était inconnue. Après ce n’est pas comme s’il en connaissait beaucoup.

« Bonjour Monsieur ! Bienvenue à notre petit refuge ! Avez-vous réservé une éventuelle chambre ?
- Ah heu … Bonjour. Non je n’ai rien réservé. C’est la première fois que je viens ici et je ne connaissais même pas ce village. Enfin je ne connaissais pas ces espaces tout court à vrai dire.
-  Voulez-vous réserver une chambre ? Vous pourrez aussi louer des skis pour dévaler les montagnes si cela vous chante, c’est la saison.
- Ski ? Bon j’vous prends une chambre. Disons pour quelques jours. »

Suite à toutes les informations que Lev devait fournir, il finit par récupérer les clés d’une chambre et il se fit même guider jusqu’à sa chambre. Comme un vrai assisté. La chambre avait le minimum syndical mais le lit était bien douillé et Lev se jeta littéralement dessus. Il finit par faire une sieste comme un enfant fatigué. Après quelques heures de repos il se leva de son lit et retrouva même sa couverture et son oreiller au sol. A se demander comment il dormait celui-là. Il ne s’embêta même pas à refaire son lit qu’il descendit dans la salle principale du refuge. Il n’y avait pas vraiment beaucoup de monde et Lev ne savait même pas quelle heure il était. Il partit voir les responsables du fameux refuge.

«  On peut vous renseigner ?
- Il n’y a que des voyageurs qui viennent ici ? Est-ce qu’il y a d’autres créatures qui vivent ici ? Il neige tout le temps ? »

Renseigner Lev en pleine nuit. C’était bien une drôle d’idée. Au même moment, une fille aux cheveux blonds passa à côté de Lev qui l’ignora totalement. Les gérants finirent par donner une simple brochure à la créature qui retourna dans sa chambre, totalement blasé d’avoir reçu qu’une simple brochure. Il finit par s’allonger à nouveau dans son lit pour la lire et s’endormir quelques minutes après.
Le lendemain, Lev retourna voir les gérants. Il voulait savoir ce qu’était le ski, quel matériel il fallait et surtout comment est-ce qu’il était possible d’en faire. Oui oui il sait bien être cancer quand il le veut celui-là. Mais bon, on ne peut pas lui en vouloir, Lev est bien trop ignorant sur trop de choses. Et vouloir découvrir de nouvelles choses ne peut que lui faire du bien et surtout lui faire oublier sa dépression. Voir du monde et découvrir de nouvelles têtes ne peut que l’aider. Et ainsi donc il recommença sa série de question, ignorant les gens autour qui voulaient aussi en poser avant de partir skier. Lev ne regarde que son nombril ? A peine ! Il ne faut pas être aussi sévère voyons.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue M
Pouvoir : Contrôleuse des maths
Points de Puissance : 39 350
Points de Réputation : 44 450
Messages : 408
MessageSujet: Re: La plume et l’épée [Lev & Joy]   Dim 14 Jan - 18:44

- Et c’est par cette métaphore que Renée devient véritablement femme dans le roman. Mais on peut aller plus loin, la végétation comme une femme est aussi le pendant de la ville très masculine de Zola.
- Mademoiselle Killamanjiro, c’est très bien ce que vous dites, mais comment qualifier la séduction d’une femme du 19e , ou de la tentation qu’elle propose...aux lecteurs – car vous sentez bien la lecture qui s’opère, double et morale ? Oui ?
- Pour moi, on aime les personnages qui se retiennent pour mieux céder. La peur du vide avant le saut. La séduction intérieure fait un contraste avec l’extérieur. La compréhension de la femme interne contre la société...qui est virile. Le lectorat aussi, peut-être.
- Bien, vous y pensez pour votre compte-rendu de séminaire sur la fonction de la femme chez les naturalistes du 19e siècle, et si vous avez le temps pour un café, je suis à côté.


L’étudiante blonde rangea son Macbook et sortit de son cours. Pas le temps de niaiser, elle était obnubilée par la plume de phénix qu’elle devait récupérer aux phénix de Myriade...si jamais ils étaient bien là. Elle rentra chez elle, bossa un peu, alla courir sur le bord de mer pour garder une bonne forme et réfléchir aux moyens de réussir sa mission. A peine le dîner englouti, elle fila au lit pour bénéficier du plus de temps possible. Elle regarda rapidement des commentaires sur le travail à faire pour la fac, et éteignit les lumières pour retrouver le soleil blanc de Dreamland, les neiges éternelles de Myriade, et la chambre accueillante du Plateau des Dieux.


Elle descendit voir les gérants et entendit la discussion d’un jeune gamin qu’elle avait croisé hier sans y faire attention. Elle prit un chocolat chaud aux neiges de mousse, avec un peu de cannelle et de chocolat noir, et écouta les demandes qui fusaient. Les gérants, pour une raison qu’elle ignorait, ne lui répondait pas totalement ou alors pas correctement. Ils semblaient pourtant très gentils avec elle et elle s’étonna de leur ton laconique, proche du mépris si on le prenait mal. Elle se rapprocha de la discussion et prit la parole en éclaircissant sa gorge.


- Ahem...excusez-moi, je vous ai entendus et je peux répondre à vos questions, jeune homme. Les voyageurs viennent ici aussi car on peut aller absolument partout. Myriade est même un royaume très fréquenté par les voyageurs, pour voir les créatures de nos mythes déjà, et ensuite pour le paysage de montagnes, incroyable. Il y a plein de créatures volantes ou habituées des montagnes, ces gens qui tiennent le refuge ont dû simplement venir ici il y a quelques années car ils n’ont pas l’air très mythologiques...mais il faut bien des gens pour que le tourisme fonctionne. Il ne neige pas tout le temps, mais assez pour faire du ski toute l’année sur les bons versants.


Elle lui souriait gentiment en expliquant dans le détail comment faire du ski, les endroits qu’elle connaissait déjà, de vue ou pour les avoir testés, et les connaisseurs en descente de Myriade.


- Je compte descendre des pistes d’ici une petite heure, le temps de me dérouiller. Je cherche un truc qui n’est pas ici, selon mes informateurs, mais dans une autre vallée. Je te propose un peu d’escalade jusqu’au sommet, et on descend par le versant sympathique d’Olympie. Il y a une piste tracé par l’équipe de ski de fond des Faunes et des Satyres de Myriade. Ça devrait le faire, si on ne rencontre pas les Minotaures des Neiges. Ils sont en snowboard et font n’importe quoi...Au fait, je m’appelle Joy, et toi ? T’es un voyageur ou pas, j’ai pas trop compris parce que tu parlais comme une créature un peu…


Elle lui tendit une main amicale. Peut-être l’occasion de ne pas se retrouver toute seule dans une énorme galère, une fois de plus. Qui plus est, le gamin l’intriguait, il était bien mature pour son âge. Un voyageur d’expérience ? Possible, mais peu probable tout de même...elle fit un clin d’œil aux gérants, manière de dire qu’elle gérait le jeune et qu’il ne poserait plus de problème.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Transformation humaine
Points de Puissance : 13 900
Points de Réputation : 13 450
Messages : 155
MessageSujet: Re: La plume et l’épée [Lev & Joy]   Dim 14 Jan - 19:31

La plume et l'épée

Lev avait beaucoup de questions et très peu de réponse. Le genre de chose qui est bien frustrant quand on est une personne qui cherche juste à savoir plus d’informations. Lev continuait de sourire, laissant la tension et l’agacement monter en lui sans forcément le montrer. A vrai dire, il savait qu’il n’y gagnerait rien à montrer clairement qu’il commençait à s’énerver et s’il pouvait avoir des informations sans provoquer de dispute c’était le must. Du moins ça le serait. Les gérants avaient l’air blasés plus qu’autre chose. Est-ce qu’ils devaient répondre à ce genre de question très souvent ? La créature voyait clairement qu’il agaçait les gérants mais s’en fichait bien. Prenant un mauvais plaisir, il faut bien l’avouer, à les embêter. Il était client donc il devait être traité comme tel. Il allait payer ses nuits passées ici, même si c’était avec l’argent de Weiss. Le plus important c’est bien que son petit séjour soit payé non ?  Donc pourquoi être si désagréables ? Lev ne comprendrait sans aucun doute jamais les autres.

La jeune fille aux cheveux blonds qu’il allait totalement ignoré la veille arriva avec son chocolat chaud en main. Et elle répondit enfin à toutes les questions de Lev. Ainsi donc c’était un lieu très fréquenté ? Il n’était même pas au courant. Au moins maintenant il le savait. Il l’écouta attentivement. Elle lui expliqua même comment est-ce qu’il était possible de faire du ski. Lev fut étonné qu’elle sache autant de choses. Elle avait l’air très gentille avec son doux sourire et le créature lui sourit en retour, très heureux de voir que quelqu’un daignait enfin à répondre à ses questions. Elle finit même par lui proposer de faire de l’escalade et du ski ensuite pour atteindre une autre vallée qui se situait plus loin. Elle finit par se présenter et lui tendit sa main. Lev avait déjà vu son père dans le passé serrer la main de ses collaborateurs et se dit que c’était une façon plutôt amicale de se saluer. Il tendit la sienne en retour tout en continuant d’afficher son sourire.

« Enchanté Joy ! Moi c’est Lev ! Je suis une créature et non un voyageur. Merci d’avoir répondu à mes questions, je ne connaissais pas du tout cet endroit et j’avoue l’avoir trouvé un peu au hasard. En suivant les télésièges au vol en fait. »

Lev finit par totalement oublier les gérants qui pouvaient enfin s’occuper des autres clients. Du moins de ceux qui étaient moins chiants que Lev, peut-être.

« Je ne sais pas skier. Ni faire du snowboard. Tu m’apprendras ? Enfin, si ça te convient. »

Plus tôt, en fouillant un peu sa chambre, Lev avait trouvé des skis et une planche de snowboard dans l’armoire de sa chambre. La location devait surement faire partie du prix de la chambre pour les personnes qui n’avaient pas les équipements adéquats. Lev finit par se retourner vers les gérants, demandant la location des deux. Que ça soit snowboard ou skis il s’en fichait bien, ce n’était pas son argent qui était gaspillé après tout. Les gérants acceptaient et lui conseillaient même des lunettes, avec le reste de la tenue qui allait. C’vrai que faire de la neige avec des rangers, un simple pantalon en toile et un manteau en cuir ce n’était peut-être pas le top. Bizarrement les gérants se montraient plus sympas quand ça concernait le fait de faire grossir l’enveloppe de la location. Lev prit tout ce que l’on lui conseilla, même des choses futiles comme une gourde d’eau toute petite qu’il pouvait glisser dans sa poche, comme si ça allait vraiment être utile sous la neige tiens. Il savait pertinemment que ce genre de connerie n’allait pas l’aider, il n’était pas bête. Il voyait bien le jeu des gérants. Mais il s’en fichait bien, qui a dit qu’ils allaient retrouver leur équipement dans un bon état de toute façon ? Personne. Et encore moins Lev qui a tendance à ne pas faire attention aux affaires des autres. Et là c’était bien que de la location.
Il finit par se tourner vers Joy.

« Ça y est, je suis prêt ! Quand tu veux ! »

Dans le pire des cas, s’il n’y arrivait pas, il pourrait bien la suivre en volant. On parle bien dans le pire des cas hein. Mais avec Lev il faut s’attendre à tout. Surtout maladroit comme il peut être dans certaines situations. Mais là il était bien motivé à apprendre.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue M
Pouvoir : Contrôleuse des maths
Points de Puissance : 39 350
Points de Réputation : 44 450
Messages : 408
MessageSujet: Re: La plume et l’épée [Lev & Joy]   Mar 16 Jan - 11:52

Le jeune garçon l'écoutait poliment, il semblait un peu soulagé d'entendre des réponses à des questions élémentaires. A croire que les gérants avaient un truc contre lui...c'était possible ? Joy chassa l'idée de son esprit, avec ses réflexes de tueuse à gages qui la faisaient se méfier de tout le monde, notamment les comportements suspects au possible. Ainsi donc ce garçon était une créature. Lev. Un nom monosyllabique, ça parlait assez bien à Joy qui se sentait naturellement plus proche des sonorités uniques, comme la sienne. Un détail, mais qui pouvait avoir son importance quand on parait escalader les sommets à deux. Il annonça qu'il ne savait pas skier, et la matheuse réfléchit à des solutions possibles.


- On va commencer par aller faire quelques descentes avec les remontées qui parviennent jusque ici. Pour le reste, je dois avoir assez de techniques pour te garder en vie.


Le garçon parla de skis et d'une planche de snowboard aux gérants, ce qui intéressa grandement la voyageuse qui quémanda de voir la planche pour à terme l'utiliser. Pour la créature il serait sans doute plus simple de rester sur des skis et de comprendre les bases de la glisse, plutôt que de foncer directement sur les changements de positions des surfeurs avec les points de gravité, l'équilibre, le dérapage, et tous ces trucs qu'on apprend quand on est jeune sur les côtes basques.


Après s'être habillés pour skier réellement, et pas pour faire du tourisme, Joy salua les gérants et entraîna son compagnon dans la descente du Plateau pour retrouver la vallée et les remontées. Une descente qui promettait car, par un certain mystère, la piste était blindée de monde. Une colonie de vacances de faunes, dryades, chérubins et jeunes prêtresses descendait à deux à l'heure et occupait toute la piste sur quelques kilomètres, encadrée par des minotaures moniteurs de ski qui soufflaient des naseaux à chaque chute ridicule et sans cesse renouvelée de certaines créatures. Joy fonça entre eux en slalomant en snowboard, faisant crier un des moniteurs minotaures. Elle s'arrêta, posa ses fesses dans la neige dans la position classique du snowboarder qui attend un truc pendant une heure sur une piste, et essaya de scruter les mouvements de Lev sur la piste. La réponse arriva dans une pluie de poudreuse, qui comprenait un minotaure moniteur qui perdait patience, qui avait deux créatures tenues par les cornes, enfoncées dans leurs vêtements, Lev, la tête en bas, qui faisait des roulés boulés avec des ailes dépliées, et à la suite, une ribambelle de faunes morts de rire se cassant la gueule et créant un carambolage dans le carambolage.


Quelques minutes plus tard.



- Bon...que dire...tu as les bases, mais il manque sûrement un peu...d'assurance, voilà. La technique va arriver doucement, sois davantage sur tes appuis, genoux pliés, et regarde toujours où tu veux aller. Un conseil, ferme les yeux quand tu es à l'arrêt, et essaie de sentir ta position précise. Tu dois savoir inconsciemment comment est positionné ton pied, sont placés tes genoux, et ton inclinaison par rapport à la piste. Il te manque enfin la confiance, mais ça...faudra voir sur une piste vide.
- Madame Blondie, c'est à qui que vous disez ça ?
- Au jeune garçon qui a tes bâtons dans la bouche de ton copain, et qui a les skis entrecroisés avec toi. Et appelez-moi Joy les enfants !
- Notre moniteur il a dit que vous aviez un sacré boule de skieuse, vous savez.
- Ah tiens. Charmant. Bon, Lev, je te propose un petit remontant au bas de la piste. On se retrouve là-bas !



Elle se releva et s'élança dans la pente vertigineuse en poussant des cris de joie. Sentant le vent fouetter son visage, la nature environnante, le paysage à couper le souffle, elle vivait de nouveau dans la liberté si chère qu'elle avait connue, la grande et belle liberté des voyageurs, celle qu'on lui avait retirée. Elle esquissa un sourire. Elle y goûterait de nouveau...mais pas encore. Mais pas encore. Ce moment présent n'était qu'un ersatz de ce qu'elle aurait une fois ses plans terminés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Transformation humaine
Points de Puissance : 13 900
Points de Réputation : 13 450
Messages : 155
MessageSujet: Re: La plume et l’épée [Lev & Joy]   Dim 21 Jan - 18:45

La plume et l'épée

Ils étaient enfin en haut. La vue était magnifique et la piste avait l’air bondée et les gens avaient l’air heureux. À passer du temps ensemble, ça avait l’air d’être un plaisir. Lev sourit pendant quelques secondes. Il se souvenait de ce plaisir qu’on pouvait ressentir à passer du temps avec quelqu’un. Voilà longtemps qu’il n’avait pas passer de temps avec Lyra. Puis ce n’est pas comme s’il pouvait passer du temps agréable avec l’autre aussi. Il prit une grande inspiration, l’air de la montagne lui faisait clairement du bien. Il secoua sa tête, fallait qu’il pense à autre chose puis il était là, avec Joy pour apprendre à skier. Découvrir de nouvelles choses et il en était bien content. Comme quoi un rien peut bien rendre heureux Lev. D’ailleurs Joy déclara qu’ils allaient faire quelques descentes sur cette piste bondée. Lev tiqua un instant, toujours en silence. Mais ça risquait d’être dangereux plus qu’autre chose en fait ! Pas que Lev pèse lourd sous sa forme humaine mais un peu, du moins aussi lourd que sous sa forme de créature.

Il vit Joy s’en aller sur son snowboard. Très stylé, fallait qu’il apprenne aussi à en faire. Posant ses skies de façon parallèle, il commença à glisser. Alors se laisser glisser ne fut pas vraiment un problème pour Lev qui descendit petit à petit la montagne. Le premier problème fut la vitesse qui arriva bien trop vite et qu’il ne gérait pas et bien entendu le monde. Beaucoup de personnes et de créatures évitaient Lev tout en lui râlant dessus. Puis ce qui devait arriver arriva. Alors qu’il ne voyait plus du tout Joy, une créature ne vit pas Lev arriver et Lev lui rentra dedans, l’entrainant elle et d’autres voyageurs et créatures avec lui dans une très belle chute. Instinctivement, Lev sortit les ailes de son dos pour essayer de ralentir la cadence. La neige vola de partout, des créatures étaient mortes de rire alors que d’autres arrivaient enfin à voler sans ailes. C’est vrai que c’était bien drôle mais pas trop pour Lev qui n’arrivait toujours pas à gérer sa vitesse. Non il ne savait pas tourner puisqu’il ne sait pas faire de ski. Il finit avec les skis entrecroisés avec un inconnu et ses bâtons disparus pendant quelques secondes.

Il écouta attentivement les conseils de Joy et finit par hocher la tête comme un simple étudiant qui écoute son professeur. Il put retrouver ses bâtons et on le déposa au sol après avoir décroisé les skis.

« C’est sûr que sur une piste bondée, à moins que les gens m’évitent, c’est compliqué. Faut dire que j’ai créé un sacré bordel quand même. Muh, ils s’en remettront. Bref, j’te rejoins en bas. En un seul morceau ne t’en fais pas ! »

Nouveau défi : descendre sans bousculer personne. Il entendit les gens qui râlaient encore autour de lui à cause de son bordel. Il haussa les épaules, repliant ses ailes pour essayer de faire de son mieux. Un moniteur pas trop content s’approcha.

« Comment un petit comme toi peux créer autant de bordel sur une piste ?
- Dis pas ça, niveau poids j’te dépasse largement.
- Un nabot comme toi ? Haha laisse-moi rire ! Arrête tes conneries, tu vas blesser quelqu’un à la longue, si ce n’est pas déjà fait. »

Le moniteur se retourna et Lev, gamin dans sa tête oui, lui sauta sur son dos. Le moniteur s’écroula automatiquement au sol. Il recommença à râler alors qu’il n’arrivait pas à se relever. Lev prit un plaisir fou à étaler tout son poids sur lui, dépliant même ses ailes pour en rajouter une couche.

« C’est qui le plus lourd, alors ? »

Lev eut un ton vraiment méprisant, un rictus faillit apparaître sur son visage. Le moniteur, toujours prisonnier au sol et voyant surtout toutes les moqueries autour de lui, lâcha le morceau pour faire plaisir à Lev qui finit par se relever, fier de sa bêtise oui. En vérité il venait tout juste de prendre un plaisir fou à l’humilier, ne désirant pas se laisser faire et ne supportant pas se faire rabaisser.

Laissant les gens rirent autour de lui, il finit par redescendre sans souci, réussissant à contourner les gens. C’était déjà un bon début. L’arrêt restait encore un sérieux problème et une fois en bas, en essayant d’esquiver une tout petite créature, il tourna sur sa droite et se prit un arbre en pleine figure. Joy n’était pas trop loin et Lev, au sol, lui fit un signe de la victoire. Il finit par se relever, saignant légèrement du nez. Il sortit un mouchoir de son manteau presque déchiré pour s’essuyer et rejoignit Joy avec son snowboard.

« On r’commence ? Par contre une autre piste moins peuplée je dis pas non. Les moniteurs ne sont pas cools ici, un peu trop foufous à mon goût d’ailleurs. »

Il avait toujours ses skies aux pieds, son mouchoir contre son nez et ses bâtons en main. C’était un réel exploit qu’il n’ai rien perdu encore.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue M
Pouvoir : Contrôleuse des maths
Points de Puissance : 39 350
Points de Réputation : 44 450
Messages : 408
MessageSujet: Re: La plume et l’épée [Lev & Joy]   Lun 22 Jan - 22:06

La créature descendait la piste sans trop de problème, manifestement. Il apprenait vite, ils n’auraient aucun souci à dévaler ce qu’ils avaient à dévaler. Bon, il venait de se payer un arbre en pleine poire, il faudrait encore bosser le freinage, mais ça partait du bon pied, enfin de la bonne moon boots. Car la surfeuse était déjà avec ses chaussures de snowboard sur l’épaule, tenue par les lacets, la planche sous le bras et des moon boots étoilé à froufrous et deux ailles argentées aux talons. La pure classe quoi. Elle aida Lev à se remettre d’aplomb et l’emmena vers la terrasse d’une taverne des parties basses de pistes de ski, pour réchauffer et requinquer les descendeurs qui fatiguaient. Un énorme mug de chocolat chaud à la mode de Dreamland attendait la voyageuse. Joy fit tourner une cuillère en sucre qui fondait dans son breuvage brûlant, chargé en chocolat noir raffiné et mélangé avec du lait concentré au whisky pur feu de Firania, des noisettes caramélisées de la Forêt des Rêves, trois marshmallows énergétiques du Royaume Sucré, et enfin une boule de glace vanille avec un trait de sirop d’érable. Une recette simple qui amusaient les enfants ici : un bâton recouvert de sirop, une couche de neige, encore du sirop, une couche de neige etc...jusqu’à obtenir un magnum, qui allait tremper dans des sirops divers, aux fruits des bois phosphorescents par exemple.


Lev mettait le temps pour enlever tout son barda mais il rejoignit la voyageuse sur la terrasse tandis qu’elle le regardait se dépatouiller avec l’ensemble. Elle le laissa s’installer et régla ce qu’il voulait en essences de vie. Une fois servi, elle attaque tout de go :



- Alors, comment ça se fait que tu aies ces ailes ? C’est assez surprenant d’en voir des comme ça, à Dreamland. Le monde des rêves n’est pas si généreux que ça avec les ailés...enfin je croyais. Tu appartiens à une race particulière, quelque chose ?


Elle ne voulait pas spécialement l’embarrasser ou autre, simple curiosité pour savoir avec qui elle faisait un bout de chemin, et surtout, ce qui était toujours utile, savoir quelles étaient les réelles capacités d’un compagnon s’avéraient toujours utile, dans les situations difficiles notamment. La matheuse pensait à sa mission, et commençait à se dire qu’une paire d’ailes ne serait pas de refus dans la mission galère qu’elle devait effectuer. Elle jeta un coup d’oeil sur les skis et fit une petite moue.


- Avec des ailes, la descente des versants doit te paraître bien morne...fallait me dire, tu aurais gagné du temps et...oui y’avait du monde sur cette piste, mais pour la prochaine, on prend une autre cabine qui nous amène à l’opposé. La cabine nous dépose en principe sur un sommet à la frontière de la zone enneigée de Myriade, et là ça commence à monter sévère. On descend un versant pour retourner dans l’intérieur des terres de Myriade, ça devrait être beaucoup plus calme. Les pistes deviennent des murs de glace, un peu bosselés. Bien fun à descendre, mais faut aimer être à la verticale ah ah !


Elle rigolait pour détendre un peu l’atmosphère, mais ce passage allait sûrement être un peu stressant pour quelqu’un qui débutait en ski. Parlant de débuter en ski, un moniteur se dirigeait à grands pas vers eux, s’approcha de la terrasse, vint à leur table et prit Lev par le col.


- TOI ! TU VAS PAYER ! JSUIS PAS UNE PLANCHE DE SURF !
- Y’a un problème, monsieur ?
- FERME-LA LA GONZE, JE CAUSE ENTRE HOMMES AU PTIT MONSIEUR !
- Ok…


Elle attendit patiemment que la situation ne dégénère, tout en préparant son mug à se soulever pour aller fracasser la tête du moniteur si le besoin allait s’en faire sentir. Ou le plaisir, elle avait encore du mal à trancher cette épineuse question. C’était aussi l’occasion de laisser la créature montrer ce qu’elle avait dans le bide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Transformation humaine
Points de Puissance : 13 900
Points de Réputation : 13 450
Messages : 155
MessageSujet: Re: La plume et l’épée [Lev & Joy]   Mer 24 Jan - 19:29

La plume et l'épée

Lev mit du temps à retirer ses skis. Déjà parce qu’il ne savait pas les retirer tout court, il était sur le point de les casser quand quelqu’un finit par l’aider. La créature était bien trop brusque et du attendre comme un enfant qu’on lui montre. Il remercia la personne avec un sourire puis finit par rejoindre Joy sur la terrasse, l’allant s’asseoir en face d’elle. Lev choisit de prendre un bon café chaud, histoire de se réchauffer et de garder des forces pour la suite du programme. Il souffla comme un enfant sur la buée de son café chaud et savoura sa première gorgée. Le café c’était la vie, trop précieuse pour Lev. Lui dopé au café ? Pas du tout voyons ! Il écouta la question de Joy sur ses ailes et fut étonné. C’était si peu commun que ça ? Il pensait pourtant. Après il n’avait pas côtoyer énormément de créatures non plus faut le dire.

« Heu … En fait je suis une créature qui a la capacité d’avoir une forme humaine et pas le contraire. Après je n’ai jamais rencontré d’autres créatures comme moi, enfin de mon espèce si tu préfères. »

Etant né du souhait d’un homme, n’ayant donc pas de parents biologiques, Lev se doutait bien qu’il n’allait pas trouver une autre créature comme lui. Ou alors quelqu’un d’autre allait faire exactement le même souhait ce qui était peu probable à vrai dire. Lev sait bien qu’il y a beaucoup de races différentes à Dream Land. Il avait d’ailleurs cherché une autre créature exactement comme lui pendant une longue période puis finit par abandonné. Il était tout simplement découragé à l’idée d’en trouver une autre. Il se fit tout simplement à l’idée que ce n’était pas possible. Lev prit une nouvelle gorgée de son café, écoutant Joy. Il sourit à sa remarque.

« Oh non ne t’en fais pas, je voulais apprendre à skier de toute façon. Voler ça je sais faire après tout ! Même si je risque encore de tomber plusieurs fois ça va aller, je me relèverais. C’pas une piste qui me fera peur ! »

Lev rit avec Joy et l’ambiance était plutôt cool, détendu. Lev n’étant pas du genre à parler de lui, il développa des capacités pour esquiver certains sujets notamment celui de son père. Il n’avait pas envie d’en parler, Lev avait toujours en travers la gorge son horrible comportement et il savait que s’il en parlait, ça risquait de mettre une très mauvaise ambiance. Il n’était pas vraiment venu là pour ça. Il n’était pas venu se battre non plus et fut surprit que le même moniteur qu’il avait humilié plus tôt cherche encore la bagarre. Il attrapa Lev par le col, envoyant balader Joy en lui demandant de la fermer. Puis le « P’tit monsieur ». Lui petit ? Il faisait 6 mètres au garrot, qu’il se calme deux secondes le minus qui mesurait moins de deux mètres. Pendant qu’il gueulait sur Joy, Lev ne perdit pas de temps et fit apparaître sa queue qu’il enroula autour du coup du moniteur. Ni une ni deux il resserra son emprise et le moniteur le lâcha immédiatement, manquant clairement d’air.

« Attends attends. Alors déjà tu vas apprendre à respecter les gens. Donc tu vas commencer par lui parler autrement. »

Et il resserra davantage. Le moniteur avait beau essayer de tirer dessus, il n’avait pas la force nécessaire. D’ailleurs, plus il essayait de tirer dessus, plus Lev serrait au niveau de son cou. Un rictus finit par apparaître sur le visage de Lev. Cette capacité à changer de faciès en quelques secondes était impressionnante. Encore une fois, il se délectait de sa souffrance, le voyant manquer d’air.  C’était un spectacle magnifique pour lui. Faire du mal, torturer les gens, Lev y prenait un plaisir fou et son regard à ce moment-là en disant long sur ses envies.

« Ensuite le P’tit Monsieur est bien plus grand que toi, tu sais combien je mesure ?! T’es sûr que tu veux voir ça ?! »

Lev avait clairement le dessus et ça le rendait fou de joie. Il desserra brusquement son emprise. Le moniteur au sol, recula en essayant de reprendre une respiration correcte. Plus il reculait et plus Lev s’approchait. Il voyait clairement qu’il avait la haine de se faire humilier une seconde fois devant autant de monde. Lev finit par prendre sa véritable forme. Faut dire qu’il ne devait pas s’y attendre au vu de son faciès à celui-là. Lev s’approcha, baissant sa tête pour être en face du moniteur.

« Alors, tu veux toujours venir me parler, p’tit monsieur ? »

Lev qui n’a pas apprécié ce surnom ? Ah bah ça ne se voyait pas du tout. Sous cette forme, seules les créatures et les animaux étaient capables de comprendre Lev, les voyageurs se contentait de l'entendre sévèrement grogner, et le moniteur comprit parfaitement qu’il avait intérêt à prendre ses jambes à son cou s’il ne voulait pas voler de l’autre côté des montagnes. Il finit par baisser les yeux, signe de faiblesse et une fois qu’il avait retrouvé sa respiration, il se leva et partit très vite très loin. Lev reprit sa forme humaine et retourna près de Joy.

« Désolé. Je l’ai bousculé tout à l’heure et depuis il ne supporte pas que je puisse être plus lourd que lui. Il me colle, c’dingue. »

Il s’assit à nouveau en face d’elle afin de finir son café dans le calme. Etrangement il n’y avait plus aucun bruit sur la terrasse.

« Bon, j’pars me préparer parce que je ne sais toujours pas enfiler et retirer des skis correctement. Prends ton temps si tu veux siroter son chocolat. J’te suivrais quand tu seras prête. Moi j’suis chaud pour dévaler les murs de glace ! »

Il lui afficha un sourire et retourna mettre ses skis. Qu’il mit du temps à mettre. Encore une fois, comme un enfant de maternel, il eut besoin de l’aide de quelqu’un. Sans quoi il allait encore une fois les casser. Un vrai boulet ce gamin.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue M
Pouvoir : Contrôleuse des maths
Points de Puissance : 39 350
Points de Réputation : 44 450
Messages : 408
MessageSujet: Re: La plume et l’épée [Lev & Joy]   Jeu 25 Jan - 18:04

Lev arrivait enfin pour prendre un remontant, mais un moniteur semblait avoir quelque chose à dire à la créature qui fut d’abord surpris par son ton. Puis la créature, malgré son jeune âge, son apparence juvénile – qui ne voulaient rien dire à Dreamland – remit sérieusement le mono à sa place, comme cela se devait. Joy pouffa un petit peu en attendant le ton autoritaire de Lev et la tête du gars qui n’en croyait pas ses oreilles. La situation allait-elle dégénérer ? Rien n’était moins sûr et la matheuse se tint prête à intervenir au besoin. Question de réflexe. Elle non plus ne se laissait pas trop parler ainsi d’habitude, mais elle laissait des moyens à ses agresseurs de se rétracter et de ne plus venir l’embêter. Elle tuait suffisamment comme ça. La queue de Lev avait fait son travail et sa sortie surprit la voyageuse qui ne s’attendait pas à ce genre de moyens pour en finir avec les lourds.


Puis vint la transformation. La créature qu’était Lev retrouvait ce qui devait être sa forme originale ou bien une particularité ? La voyageuse n’en savait rien mais elle était très impressionnée par la démonstration de force. Elle sentait une grande puissance et des envies de meurtre derrière la tête d’ange du garçon. Un passé trouble, de la souffrance...un certain plaisir dans la voix, peut-être en lien avec des humiliations passées ? Elle nota l’hypothèse dans un coin de sa tête, promettant de parler peut-être plus en profondeur avec la créature qui cachait bien son jeu. Il était grand, très grand, impressionnant et un peu sauvage, ou féroce. Il grognait, ce qui ressemblait quand même beaucoup à des menaces selon Joy, et qui fonctionnait sur le pauvre moniteur qui ne souhaitait que s’enfuir à toute vitesse.


Quelques instants plus tard, le silence régnait sur la terrasse tandis que Lev était parti retrouver ses skis pour les chausser tranquillement. Joy revint un peu se concentrer sur sa mission. D’après les plans des pistes, elle devait choper la cabine pour arriver sur les versants en face de Myriade, et continuer l’escalade jusqu’au sommet pour trouver un chemin partant du sommet, traverser deux sommets et sortir du massif pour trouver le nid de phénix repérer pour la dernière fois par ses informateurs. Avec Lev et ses talents à ses côtés, peut-être que la partie escalade ira plus vite, mais le garçon allait la ralentir dans les descentes, donc elle verrait. Elle se leva, régla la note devant les tenanciers pétrifiés par la peur, et sortit en prenant sa planche de snowboard. Elle retrouva le garçon un peu calmé plus loin, en train de galérer pour monter sur ses skis, aidé par une famille de lutins qui riait gentiment à ses déboires.




- Alors, tu commences à t’y faire ? Faut prendre le coup de main puis tu verras après ça ira tout seul pour se mettre en route. Sinon impressionnante ta transformation, qu’est-ce que tu es exactement ? Jamais vu un truc pareil depuis que je voyage ! C’est beau !



Elle discutait tout en se mettant en route sur un petit chemin skiable, très boisé, au soleil et assez plat mais en descente légère, très pratique pour profiter du paysage, discuter, remettre des dragonnes ou encore ses lunettes de soleil. Elle lui montra des petites créatures chimériques qui passaient plus en hauteur, puis au milieu du chemin, jusqu’à arriver sur le plat d’une station qui remontait d’un côté vers Myriade, de l’autre vers le mont opposé. Une foule de gens se tenait là en râlant et Joy s’assit parmi les cris furieux et les sifflets. Elle attendit son camarade de poudreuse et interpella le premier skieur devant elle, un type au visage rouge, des cornes coupées et une voix rauque qui sentait la bière.



- Qui s’passe ?
- Une avalanche sur le deuxième plateau de l’Alpaga Magique.
- L’Alpaga Magique ?
- C’est le nom de la cabine opposée à celle du Myriade Express. Du coup personne ne monte sur l’Alpaga tant qu’on n’a pas retrouvé les gens pris dans l’avalanche. Et tout est arrêté, j’vous conseille de repartir vers Myriade, ça tourne encore.
- Mais les gens restent, non ? Et vous aussi !
- Les pistes de l’Alpaga sont largement meilleures ! Et moi je dois rejoindre mon groupe assez tôt sinon Wendy va encore m’engueuler.
- Bon...okay. Et y’a pas d’autres moyens ?
- Les anges gardiens, si vous avez un pouvoir utilitaire en tant que voyageuse.
- Hum...ça se pourrait. Pas vous ?
- Ah non, moi je suis taillé pour la baston !



Elle tourna la tête vers Lev et expliqua la situation. Après quelques minutes, un troupeau venu de Myriade apparût dans le ciel. Les griffons-secouristes. D’énormes griffons portant des médecins et des alpinistes chevronnés et taillés pour ces missions volaient dans le ciel et se posaient à toute vitesse à côté de l’installation mécanique. Ils avaient le plumage rouge et or, des lunettes de mécanicien, des bonnets, des moufles pour leurs serres et une radio qui passait du reggae en boucle. Le chef, le plus petit et celui qui était arrivé en premier dépose une femme assez haute, qui prend un tas de neige, le contrôle pour former un oiseau de givre volant vers Myriade. Joy s’approcha d’elle au rythme du reggae.






Le griffon balançait la tête de droite à gauche tandis que la femme regardait Joy venir vers elle, un peu stressée et regardant aussi la montagne. La femme avait les oreilles rondes, des dreadlocks bleutés, une tenue ample et chaude, des bandanas multicolores et d’énormes lunettes de soleil rose. Elle sortait un pétard et l’alluma en relâchant une première taffe salutaire.



- Je peux vous aider, jeune fille ?
- Y’a besoin de quelqu’un en plus là haut ?
- Laissez-moi finir ma Snow Weed et y’aura besoin de personne.
- Et si je viens juste au cas où ?
- On n’a plus de griffons, ma p’tite dame, restez à vot’ place et laissez faire les professionnelles. Les filles, on se met en route. Les dryades, on arrête de draguer monsieur en rouge et en selle !
- Bon…


Elle se tourna vers Lev en faisant la moue. Ils étaient condamnés à rester dans l’attente d’une remise en route qui pouvait durer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Transformation humaine
Points de Puissance : 13 900
Points de Réputation : 13 450
Messages : 155
MessageSujet: Re: La plume et l’épée [Lev & Joy]   Dim 28 Jan - 16:46

La plume et l'épée

Plus le temps passait et plus Lev découvrait de nouvelles choses sur le monde qui l’entourait. A commencer par les différentes espèces de créatures qui peuvent exister à DreamLand. Même si les lutins l’aidaient tout en se moquant de lui, cela fit clairement rire Lev. Oui il rigolait de sa stupidité et de son ignorance avec eux. Ce n’était pas bien méchant après tout et heureusement qu’il connaît l’auto-dérision ce p’tit monsieur. Il écouta attentivement toutes les indications qu’on lui donnait et sympathisa même avec la petite minuscule famille. Enfin minuscule, les minuscules savent au mois enfiler des skis, eux. Joy finit par les rejoindre. Faut dire que Lev n’avait plus l’envie de rester sur la terrasse après la dispute de tout à l’heure. Il espérait au fond de lui ne pas l’avoir pressée inutilement. Elle lui posa des questions sur sa transformation et lui dit qu’elle trouvait ça beau. C’était très rare qu’on lui fasse des compliments et finit même par rougir comme un gosse de huit ans à qui on vient de dire qu’il vient de faire un beau dessin.

« Ah, merci Joy. »

Qu’est-ce que tu es ? Très bonne question. Qu’était-il ? Lui-même ne le savait pas. Il est le souhait d’un homme, une créature sans nom, sans origine, sans maître et sans peut-être même sans vie dans le fond. Lev réfléchit sérieusement à cette question. Qu’est-ce qu’il était, vraiment ? Il savait pertinemment que son pouvoir lui permettait d’avoir une apparence humaine d’accord. Lev ne sait pas trop se qualifier et il n’a d’ailleurs jamais su. Mais il fallait bien répondre à la question Joy. Il hésita. Enfin, il n’avait pas vraiment de nom à donner non plus à la voyageuse.

« Je suis … une créature hybride née du souhait d’un homme. »

Pas de parents. Pas de famille. Mais d’importantes attaches. Une créature avec sa forme unique. Une créature qui n’avait aucun lien de sang avec personne et qui ne savait même pas si elle pouvait en avoir un jour. Il soupira, se creusant la tête. Puis une autre question arriva dans sa petite tête d’un coup. Devait-il lui faire un compliment suite à celui qu’elle venait de lui faire ? HOY la question difficile. Nan, Lev secoua sa tête. Faire un compliment pour un compliment ce n’est peut-être pas si honnête que ça. Ils se mirent en route, la famille de lutins derrière eux et une sympathique discussion prit place. Lev écoutait attentivement afin de mémoriser toutes les informations qu’on pouvait lui donner. Plus il en savait et mieux c’était pour lui. Il était bien content d’être entouré de nouvelles personnes. Découvrir de nouvelles choses. De nouveaux paysages et de nouveaux visages surtout. Ils finirent par tomber devant un très gros groupe de personnes qui râlaient et Joy disparue de la vue de Lev.

« Non mais ce n’est pas possible !
- Qu’est-ce qui se passe ?
- Une avalanche bloque tout ! »

Brusquement, il vit des griffons arrivés et Lev écarquilla les yeux. Ce n’était pas la première fois qu’il en voyait mais il trouvait ces créatures vraiment jolies. Elles semblaient fortes, indomptables et magnifiques. Joy réapparu expliquer la situation à Lev. Il hocha simplement la tête comme un élève sage sans vraiment savoir si ça allait prendre du temps ou s’ils allaient devoir changer de destination. Ça serait dommage quand même d’en arriver là. Joy finit par faire la moue quand une femme lui dit que la seule chose à faire serait d’attendre. Les gens râlaient davantage autour d’eux et Lev commençait même à les trouver de plus en plus chiants. Lev réfléchit deux secondes. En fait il avait déjà une idée de comment résoudre leur problème et ni une ni deux il reprit sa véritable forme de créature en copiant tout simplement la taille des griffons. Lev passa sa tête sous la main de Joy tout en ronronnant comme un chat, lui donnant le feu vert pour qu’elle monte sur son dos. Lev déploya ses ailes pour lui faire signe qu’il était prêt à y aller.

« Il vous dit que ça sera à vous de le guider car il ne connait pas le chemin. »

Malheureusement Lev ne pouvait pas parler aux voyageurs sous sa forme de créature mais heureusement qu’il pouvait compter sur un lutin – encore une fois – pour traduire à Joy. Bon ok ils n’avaient pas l’attirails des griffons et Joy avait intérêt à très bien s’accrocher pour ne pas tomber. Après Lev n’allait pas la laisser chuter au sol si bêtement non plus. Mais s’ils pouvaient éviter de faire des pirouettes ça serait peut-être mieux. Ça lui faisait bizarre de se dire que quelqu’un d’autre allait monter. La dernière personne fut son père après tout. Lev secoua sa tête, se forçant de penser à autre chose. Une fois Joy sur son dos Lev continua de ronronner alors que son ami le lutin pouvait continuer à traduire.

« Il vous dit de bien vous accrocher pour ne pas tomber. Et de faire attention que ça soit au décollage ou à l’atterrissage. »

Lev finit par battre des ailes, commençant à prendre de la hauteur tout en essayant d’y aller le plus doucement possible afin de ne pas bousculer Joy. Il prit de la hauteur et commença donc son doux vol avec Joy. Il estimait qu’il pouvait bien lui faire confiance sur la destination et se contentait de suivre sagement ses indications. Lev était bien motivé pour faire de la luge aussi. Il pensait encore à plusieurs choses en même temps en se disant qu’il était tombé dans un endroit magnifique. Faut dire qu’ils avaient le droit à de magnifiques paysages. Quitte à être ici, Lev allait chercher des matériaux. Cette idée arriva brusquement dans son esprit et il se demandait même comment il n’y avait pas pensé avant. Trouver de bons matériaux pour l’autre débile aux cheveux blancs puisqu’il bosse avec ça. Le seul souci c’est qu’il ne le savait pas où en trouver et ça c’était une autre histoire. Et s’il lui demandait de lui forger une épée tiens ? Voilà un moment qu’il avait envie d’en avoir une nouvelle pour recommencer à s’entraîner avec.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue M
Pouvoir : Contrôleuse des maths
Points de Puissance : 39 350
Points de Réputation : 44 450
Messages : 408
MessageSujet: Re: La plume et l’épée [Lev & Joy]   Dim 28 Jan - 22:30

Ce fut rapide, c’était le cas de le dire. Un petit lutin fit la traduction des mots de Lev sous sa forme créature-créature, et Joy sourit gentiment en voyant l’animal agir comme un chat. Flippant et félin, de quoi faire en somme dans Dreamland. Elle cogita un peu et vit où Lev voulait en venir, grimpa sur son dos comme sur un grand destrier et prit ses aises dessus, tandis qu’elle amenait le lutin d’une formule mathématique tirant ses affaires vers la voyageuse.


- Viens dans ma capuche, on aura besoin d’un interprète là-haut !



Lev décolla d’un bond sec et aérien forcément, avec les griffons et les secouristes, une troupe de dryades et quelques créatures bipèdes de fourrure blanche qui scrutaient la montagne d’un œil inquiet. La matheuse s’accrocha à l’encolure de la créature qui montait dans les airs en tournoyant pour prendre de l’altitude, et la laissa faire tout en savourant la puissance de la brise qui passait sur elle, avec de la poudreuse très fine. Elle zieuta en contrebas le groupe de gens en attente et sourit en coin à la vue de la cheffe des secouristes qui faisait un geste de dénégation en les voyant partir. Manque de réactivité totale, la boss des avalanches !


Les lieux étaient certes magnifiques, de grandes et belles montagnes, de la neige, des arbres à perte de vue, au loin des villes installées sur des plateaux, de grands palais sur les hauteurs, des temples et des bâtiments classiques qui surplombaient tout. On voyait de là-haut une bonne partie de Myriade, et les descentes sur ce versant étaient légitimées par la vue sur tout le royaume des mythologies, juste en face, comme une carte postale incroyable, pure, immaculée dans son blanc manteau. Mais cette beauté était dangereuse, Joy le comprit assez vite quand ils survolèrent les lieux de l’avalanche. Elle avait coulé sur trois cent mètres de dénivelé, au moins. Des skis, des bâtons, une dizaines de personnes au moins, dont une faisant des grands signes des bras.



- Là, faut se poser !


La matheuse montra la partie la plus basse de l’avalanche, avec une autre personne qui sortait de la neige, tandis que les griffons plongeaient vers l’endroit. Lev les suivit et ils purent atterrir rapidement sur la zone de l’avalanche. Les gens ensevelis étaient un groupe de jeunes faunes de Myriade, partis en promenade et surpris parce qu’une dispute avait éclaté au sujet d’une jeune naïade du quartier des thermes de Myriade, qui serait partagée entre deux faunes rivaux, mais pourtant amis. L’histoire fit le tour des sauveteurs, les griffons tendaient l’oreille tandis que les dryades essayaient de communiquer avec d’éventuels végétaux sous la neige pour retrouver les jeunes gens. Joy jeta un coup d’œil à Lev et au lutin pour voir s’ils pouvaient se rendre utile. Monter là-haut, d’accord, pour pour faire quoi ? Joy fit le tour de ses techniques et commença à poser des formules un peu au pif sur le dénivelé important de l’avalanche. Elle plaça les points de sorties des premiers rescapés et tenta de reproduire des simulations de chutes ou d’emportements à cause de la neige, et commença à former des probabilités. Elle indiqua au groupe ses résultats possibles, et au bout de deux minutes, deux jeunes faunes sortirent de la neige. Ils indiquèrent qu’il y avait eu des coups et sûrement des échanges violents entre les deux rivaux pendant l’avalanche. Ils semblaient terrifiés et inquiets. Joy lisait souvent ce regard sur les visages : la culpabilité, et l’effroi. Il s’était passé une connerie monumentale qui avait déclenché l’avalanche, et ils gardaient encore quelque chose pour eux. Elle se concentra sur d’autres points probables, activa une partie de résonance avec le son qui pouvait s’échapper des frottements qu’elle entendait sous la neige, mais ce fut Lev, monture, camarade et donc sauveteur qui trouva un autre jeune faune vers un coin où il était parti fouiner. Puis ce fut au tour de la cheffe des secouristes…Joy alla vers les jeunes.



- Alors, dites-moi tout, j’ai entendu parler d’une dispute au sujet d’une fille.
- Oui m’dame !
- Les deux qui se sont battus sont sortis ?
- Pas encore. Ils étaient en train de se battre et…
- Et quoi ?
- Et on n’a pas bien vu mais…
- Il s’est passé quelque chose en plus, n’est-ce pas ?
- On sait pas m’dame !
- Si si, vous savez. L’avalanche est volontaire ? Ou bien...oh. Je vois. Un règlement de comptes, c’est ça ?
- On n’est venu juste pour s’assurer que tout allait bien se passer. Au départ ce devait être une course en hors-piste, et le premier arrivé serait celui qui sortirait avec Callirhoé.
- Callirhoé ? Je note. Quoi d’autre ?
- Scusez nous m’dame mais vous êtes de la police ou quoi ? La secouriste là avec le joint elle vous regarde depuis tout à l’heure.
- Je suis en free lance avec un camarade. Poursuivez.
- Et donc Aristophane avant la course a chauffé Xersès, et on sait pas trop comment c’est parti tout seul.


Un cri. Les dryades venaient de causer avec la végétation aux alentours, et les plantes disaient avoir retrouver un corps sans vie plus bas dans le défilé, poignardé. Joy se retourna, l’air sombre devant le groupe de jeunes, qui baissa la tête d’un même geste. Cette histoire allait s'arrêter là pour elle, l'histoire allait devenir une affaire de meurtres, et selon la juridiction de Myriade, l'un des jeunes ou plusieurs d'entre eux finiraient à la CellPool, la prison de Dreamland. La matheuse soupira, donna un coup de pied de rage dans la neige et alla retrouver Lev, pour reprendre le vol vers des contrées plus paisibles. A moins que la créature ne veuille rester plus longtemps.


- Bon, on sort de mes compétences. Bon courage les gars...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Transformation humaine
Points de Puissance : 13 900
Points de Réputation : 13 450
Messages : 155
MessageSujet: Re: La plume et l’épée [Lev & Joy]   Mar 30 Jan - 18:23

La plume et l'épée

Le petit lutin allait finalement venir avec eux. Ce n’était pas une mauvaise idée, au moins il pourrait communiquer tranquillement avec Joy puis c’était un lutin très sympathique. D’ailleurs il remuait dans la capuche de Joy, observant le paysage enneigé. Lev ne le voyait pas forcément mais il avait l’air plutôt content de voir le monde d’un nouvel œil, il avait le droit à un nouvel angle de vue, une nouvelle vision des choses. Faut avouer qu’il était bien content d’être là.

« C’est vraiment beau dis donc ! T’as d’la chance de pouvoir voir le monde de cette façon. Nous on est tout petits donc on ne peut pas avoir de si beaux paysages.
- Oui enfin, tu vois aussi des choses que je ne dois pas voir non plus, plus de détails. Ça t’offre aussi pas mal d’avantages. »

Lev profitait de chaque seconde qu’il pouvait quand il était en plein vol afin d’observer autour de lui, retenir des éléments importants, retenir les différents contrastes auxquels il avait le droit. Il adorait voir la couleur du ciel changer d’une magnifique teinte bleutée à du pourpre pour terminer avec un sublime bleu nuit illuminé par les étoiles. C’est peut-être bête à dire, mais il était dans la capacité d’observer pendant toute une journée voir toute une nuit le ciel. Cela l’aidait à se relaxer à certains moments. Et bien là il pouvait observer les différents pics enneigés, les pistes lisses toutes blanches. Puis une avalanche.
D’ailleurs Lev suivit les griffons bien docilement. Il se posa au sol le plus délicatement possible afin de ne pas faire tomber Joy et encore moins le petit passe-partout-traducteur. Lev observa autour de lui, beaucoup de mondes et il vit des faunes. Certains étaient tristes, d’autres en panique alors que les sauveteurs essayaient de les aider. La créature tendit l’oreille afin de savoir le pourquoi du comment. Une simple dispute de femme apparemment. Lev trouvait ça un peu puéril. Mais dans un sens, quand on aime la même personne, comment gérer la situation. Il écouta les probabilités de Joy et il trouvait ça très impressionnant. Faut dire que les mathématiques et Lev ça devait bien faire deux.
La créature se posa sérieusement la question. Et s’il aimait la même personne qu’une autre ? Comment il allait ou même devait réagir ? Quelle était la meilleure attitude à adopter afin d’éviter justement de créer un conflit aussi important ? Puis Lev réfléchit davantage. C’est quoi l’amour, le vrai, les sentiments ? Comment est-ce possible de savoir la personne avec qui on désire faire sa vie, fonder une famille ? Ce fut comme un électrochoc dans sa tête. Mille questions arrivèrent brusquement dans son cerveau qui vit limite un court-circuit. Il connaissait les liens familiaux et amicaux. Les liens de haine, de rejet et de mépris. Mais rien qui concernait l’amour. Est-ce qu’il y avait une attitude particulière à adopter pour se faire aimer ? Comment savoir si ce que l’on ressent pour l’autre est ou non fraternel ? Lev fut perdu dans ses pensées quelques instants. Jusqu’à ce que le lutin, caressant sa tête, le fasse revenir. Il s’était accroché aux plumes de Lev afin de rester avec lui.

« Hé mon grand, ça va ? »

Lev se contenta de ronronner comme un chat afin de lui dire que oui. Puis il bougea de sa place, cherchant ce qu’il pouvait faire pour les aider. Le lutin lui indiqua une direction, il avait vu quelque chose bouger apparemment. Lev le suivi et il put sortir un faune de la neige. Il était gelé, tremblant. Peur et panique se lisait dans ses yeux et Lev frotta sa tête au sien afin d’essayer de le rassurer du mieux qu’il pouvait. Lui tournant autour et frottant son corps plein de plumes pour essayer de le réchauffer. Cela rassura le faune qui arrêta de trembler. Mais il était toujours mal au fond de lui et ça Lev n’y pouvait rien. Le faune caressa à son tour la tête de Lev en essayant de mimer un sourire pour le remercier. Suite à ça, Lev s’approcha de Joy, écoutant la conversation qu’elle avait. Puis un cri et une histoire de meurtre apparemment.
C’était vraiment une situation inattendue. Comment est-ce que les gens pouvaient juger l’acte des autres ? Est-ce qu’il faut tuer pour aimer ou être aimé ? Encore plus de contradictions et surtout de questions qui tournaient dans la tête de Lev qui reprit très vite ses esprits en voyant Joy taper dans la neige. Elle n’allait sûrement pas se mêler de cette histoire et Lev non plus. Encore moins le lutin. Lev s’approcha de Joy, frottant sa tête à sa main une nouvelle fois. Il essayait de lui montrer à sa façon qu’ils devaient partir. Et qu’ils avaient fait leur maximum.

« Il vous dit de ne pas être déçue, après tout vous avez fait ce que vous pouviez pour les aider, c’est d’jà beaucoup hein ! Et moi j’vous l’dis, c’est déjà beaucoup. »

Tellement adorable ce lutin traducteur. Lev ronronna à nouveau continuant de voler dans la direction indiquée par Joy. Même s’il voulait que Joy soit plus sereine, il y pensait aussi lui-même de son côté. Ce n’était pas non plus le genre d’évènement qui pouvait simplement se faire ignorer ou même oublier sur un simple coup de tête. Puis il fallait aussi qu’il pense à autre chose. Et surtout comment trouver des matériaux intéressants. Trop de pensées différentes circulaient dans son cerveau. Faut dire que ça le fatiguait mais heureusement qu’il avait l’habitude. Il n’avait pas envie que ses tracas gâche tout, surtout qu’ils avaient fait de leur mieux. Il devait penser à autre chose mais accumuler différentes pensées n’était pas non plus la meilleure des idées qui soit. Lev soupira intérieurement. Il se trouva brusquement désespérant à penser à tant de choses en même temps. Sauf qu’il ne savait pas vraiment faire autrement donc il devait juste essayer de se vider l’esprit le temps de quelques minutes. Le temps de leur vol du coup. Ils finirent par atterrir à un nouvel endroit indiqué par Joy et Lev se contenta de suivre ses indications sagement.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue M
Pouvoir : Contrôleuse des maths
Points de Puissance : 39 350
Points de Réputation : 44 450
Messages : 408
MessageSujet: Re: La plume et l’épée [Lev & Joy]   Mar 30 Jan - 22:49

Le lutin faisait la traduction, mais Joy ne voulut pas traduire ce qu’elle-même ressentait. Elle connaissait que trop ces situations, les erreurs, les errements, les choses qu’on aurait dû faire, ne pas faire, les « et si... » qui tournaient en boucle, les dédouanements successifs, les réflexions et finalement les âmes qui allaient sortir les unes après les autres, se dévoiler, se montrer tel qu’on est, misérable et prenant uniquement soin de soi. C’était partout pareil, le sang coulait à flots pour des femmes ou pour du fric, pour des nichons et du pognon ; partout pareil, même loin des villes sur les versants immaculés, si proches pourtant de la beauté simple des choses…


Elle se contenta de monter sur le dos de Lev qui ronronnait gentiment sous sa main. Elle gardait encore des réminiscences de l’ancienne Joy, celle d’avant la chute provoquée par les seigneurs coalisés. Des souvenirs de ce qu’elle était, de ce qu’elle pensait, pour se retrouver parfois, avec sa morale au crible, son passé moraliste détruit comme un mur mitraillé. Tout en lambeaux, se reconstruire petitement, intimement, au plus profond de soi, quelquefois elle se l’autorisait et cela avait du bon. Se garder une part de morale et d’horreur quand on n’a plus rien, et plus rien à perdre. Maudire un assassin, une histoire d’amour mal gérée, et être soi-même un assassin issu d’une histoire d’amour mal gérée. Par échos, par transferts, par vécu et par souffrance peut-être. Elle sentait que l’arrêt sur les lieux de l’avalanche avait pas mal chamboulé Lev et elle passa la main sur son encolure, s’il ne le prenait pas mal.



- Nous ne pouvons qu’aider, en effet. J’y ai cru, pendant un temps. Pouvoir aider tout le monde. Je ne me suis pas aperçue, dans mon emportement, qu’un jour personne ne serait là pour m’aider. C’est peut-être pour ça que j’ai changé de vie et que j’accepte tout ça...il y avait de la bonté en moi, mais personne n’a eu la bonté nécessaire pour me sauver. Je ne suis pas déçue, pas vraiment. Je me dis que nous avons tous beaucoup de travail à faire sur nous-mêmes. Même dans les lieux les plus magnifiques de Dreamland.


Laissant sa phrase ne pas trouver de fin, Joy montra la direction de la prochaine étape. Sans cabine, il fallait monter sur le sommet et reprendre les skis et le snowboard pour descendre. Ensuite, un petit village planqué dans la montagne, amenant à un autre sommet. A partir de là les vraies recherches commenceraient sûrement. Elle n’avait pas encore parlé de ce qu’elle recherchait à Lev, mais nul doute que le sujet serait abordé au moment opportun. La créature s’envola et trouva rapidement le sommet. La suite du trajet fut rapide car le village que cherchait la matheuse était vraiment à une minute à vol d’oiseau, avec des cheminées fumantes, sur la crête d’une montagne qui montait encore et encore très haut. Une vingtaine d’énormes maisons dans un style nordique et moyenâgeux, des toits en chaume, des skieurs, des alpinistes et de rares randonneurs se retrouvaient sur des terrasses énormes avançant sur le vide, en train de manger d’énormes marmites de fromage fondu et des bocks contenant sûrement de la bière d’alpages. Lev passa devant les terrasses et atterrit dans la rue principale, en fait la crête, assez étroite, qui tenait toutes les maisons qui se tenaient pour part sur du vide, avec d’énormes poteaux de bois et de pierres qui étaient encastrés dans les flancs de la montagne. L’ouvrage était impressionnant et la sécurité au rendez-vous pour un maximum de sensation.


Dans la rue principale, personne ne regardait Lev avec l’air surpris car c’était la cour des miracles. Il y avait du minotaure, de la harpie, une hydre-naine et un léviathan qui tenait en lévitation. La créature passait même pour quelque chose d’assez normal. Des forgerons, des tisserands, des fabricants de skis, des tenanciers les accueillaient partout avec leurs enseignes et des odeurs de bois brûlé au contact de la neige. D’énormes yacks passaient avec des pots en fer contenant des litres de lait chaud directement envoyés aux établissements du coin et aux habitants.



- Bienvenue, messire, madame, dans le Cil de l’Ange ! C’est la première fois que vous venez ?
- Oui, pour moi oui...et toi Lev ?


Une sorte de jeune rasta d’un mètre vingt avec les dreadlocks en suspension dans les airs était arrivé droit sur eux et leur tendait les bras. Il leur donna des dépliants et indiqua des hôtels où s’arrêter, des restaurants et des loueurs de matériels pour la randonnée.


- Mais qu’est-ce que vous venez faire au Cil de l’Ange ? Du saut à l’élastique ? De la raquette ? Du parapente ascensionnel ?
- Je dois chercher un objet, et mon ami Lev euuuh...j’sais pas trop en fait, tu viens pour quoi ?


La matheuse posait des questions tout en sachant que la créature ne répondrait pas de suite, tout du moins pas à un inconnu. Peut-être avec une bonne tasse de chocolat chaud ou un bock de bière d’alpage, avec un bon gueuleton pour se faire péter le bide. Elle proposa de voir un peu mieux le paysage depuis une terrasse, de manger un bout pour faire le point sur la suite des événements à suivre. Et puis connaître un peu Lev après le périple qu’ils avaient connus. Mine de rien c’était important de parler de ce genre de rencontres. Enfin s’il le voulait bien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Transformation humaine
Points de Puissance : 13 900
Points de Réputation : 13 450
Messages : 155
MessageSujet: Re: La plume et l’épée [Lev & Joy]   Jeu 1 Fév - 22:07

La plume et l'épée

Lev profita pleinement des caresses qu’il pouvait recevoir. Ainsi il ronronna à nouveau quand Joy passa sa main dans son encolure. Il écouta les paroles de Joy attentivement. Elle n’avait pas tort dans ce qu’elle disait. Pour Lev qui voulait sauver deux personnes chères à son cœur et qui avait échoué, cette situation restait délicate à supporter. Il n’avait pas su protéger sa propre famille. Ni n’avait pas su se protéger soi-même. Subissant comme une simple bête les tortures autant mentales et physiques. Comment pouvait-il prétendre à sauver quelqu’un quand on ne peut pas se sauver soi-même ? Quand on est faible, on ne peut que subir et les mots ne suffissent pas toujours pour améliorer une situation qui est déjà bien catastrophique. Tendre la main vers les autres est bien une chose très difficile puisqu’on risque à tout moment de se la faire couper, de se faire emporter dans un univers inconnu mais peu appréciable, de se faire piétiner et écraser à coup de bâton, de fouets et d’autres instruments de torture. Lev frissonna. Non pas à cause du froid mais plus à cause de toutes ces sensations, toutes ces épreuves difficiles et toutes ces tortures que son corps avait subi et qu’il avait gardé imprégné sur lui-même. De quoi mettre un bon coup au moral au point où, même le lutin bavard n’osait pas couper Joy dans ses paroles et se contenta de baisser la tête en signe d’approbation. Faut dire que cet évènement était peut-être mal tombé pour une simple journée de ski et de découverte. Mais la nature est ainsi faite et il n’est pas possible de la changer. Il est tout simplement possible de changer, de grandir, d’évoluer pour devenir plus fort et apprendre à se défendre. Il faut d’abord savoir se protéger soi-même avant d’aider les autres. Triste réalité malheureusement.

Lev finit par s’envoler et ils arrivèrent très vite à destination. La créature attendit que Joy descende et resta encore quelques temps sous forme de créature. Il y avait beaucoup de mondes et cela ne m’était pas Lev à l’aise qui préférait souvent les endroits un peu moins peuplés, des espaces plus ouverts. Néanmoins il passait totalement inaperçu et voir des créatures qu’il n’avait encore jamais vu de sa vie l’étonna. Il ouvrit grand les yeux quand il vit des harpies se balader dans la grande rue principale. Ils finirent par se faire aborder par un jeune et Lev reprit immédiatement forme humaine. Il n’allait pas laisser le lutin faire la traduction tout le long du voyage quand même.

« Oui aussi. J’découvre encore beaucoup de choses ici. »

Il dit ça sans vraiment regarder le jeune ni Joy puisqu’il continuait de voir des nouvelles têtes. La variété impressionnante étonna Lev qui avait vraiment envie d’aller parler à toutes ces créatures pour savoir leur capacité, leur mode de vie, leur caractère. Il ignorait totalement les voyageurs sur le coup, il estimait que découvrir les créatures de son monde était plus impressionnant et surtout beaucoup plus intéressant. Lev finit par se tourner vers le jeune homme qui lui donna un dépliant avec les bonnes adresses du coin. La créature lue rapidement les informations. Ça ressemblait à un lieu assez touristique mine de rien. Et pourtant il n’en savait rien. Les yeux de Lev brillaient quand il vit les restaurants alors que son ventre, en accord total avec lui, se mit à gargouiller. S’il n’était pas en public, il finirait même par baver devant certaines photos alléchantes qu’il voyait. Tout lui donnait envie, il voulait tout manger. Le jeune continua de poser des questions. Joy dit chercher un objet. C’vrai qu’il n’avait pas beaucoup posé de question à Joy et se sentit un peu bête de la suivre comme il le faisait sans vraiment savoir ce qu’elle pouvait chercher à faire. Il décida qu’il lui poserait la question plus tard, quand ils seraient posés au calme ensemble à siroter un café.

« Bah moi j’te suis. »

Ce qui était le cas. Même si ce n’était pas son objectif premier. Pourquoi devrait-il raconter sa vie à un inconnu ? Son objectif ne le concernait que lui après tout et même s’il ne s’y connaissait pas beaucoup en matériaux, il prendrait tout ce qu’il lui passerait sous la main. Qui sait, peut-être qu’il finira avec une collection de pierres de toutes les couleurs ? Quand il entendit la proposition de Joy pour aller manger un morceau, il avait l’impression qu’elle lisait dans ses pensées et il afficha une mine d’abord étonnée puis sourit tout bêtement. Il était toujours opérationnel quand ça concernait la nourriture. Trop passionné ou trop gourmand, on ne sait pas trop encore. D’ailleurs, il lui montra le dépliant avec un petit restaurant qui proposait des plats inconnus mais totalement fous pour lui. Il prit les devants pour choisir le lieu et ce n’était pas loin, ce qui était une chance pour une créature comme Lev qui a un sens de l’orientation pas hyper développé. Il s’assit à la terrasse du restaurant, commandant à nouveau un bon café.

« Dis-moi, je suis curieux Joy. Qu’est-ce que tu cherches ? Et pourquoi tu en as besoin ? »

Lev et le tact ? Non mais faut pas rêver. Lui, connaître l’indiscrétion ? Encore moins. Néanmoins il avait envie de lui parler davantage, de s’intéresser un peu à elle et surtout à sa personnalité. Aux yeux de Lev, Joy était une personne très gentille, du moins elle avait toujours bien agi avec lui et il avait sentit une certaine souffrance dans les paroles qu’elle avait prononcé lors de l’avalanche. Après, si elle ne voulait pas en parler elle le pouvait. Il n’était pas du genre à insister et comprenait totalement qu’une personne n’ai pas envie de parler d’un certain sujet délicat. Il n’abordait pas énormément de sujets de sa vie non plus après tout et savait à quel point une personne insistante pouvait être oppressante.

La serveuse, une harpie, arriva avec les boissons commandées toute souriante. Lev se contenta de lui sourire en retour afin de la remercier. Fallait quand même rester poli après tout. Le lutin n’était pas venu avec eux, préférant faire du lèche vitrine pour acheter des petits cadeaux souvenirs à sa famille. Lev l’enviait dans un sens. Il avait une famille aimante qui prenait soin de lui et dont il prenait soin en retour. Il en rêvait. Retrouver, le temps d’un instant, son innocence avec ses parents adoptifs. Se dire qu’ils sont une famille unie. Les jours où Lev faisait encore du gribouillage en débordant sur la table basse. Il était encore innocent et ça pouvait lui manquer à certains moments. Il fit un sourire quelque peu mélancolique au lutin et un signe de la main pour le saluer. Le lutin sourit à son tour, les saluant poliment et leur fit un signe de la victoire pour les encourager à garder le moral. Faut dire que celui de Lev était bien bas depuis un moment. Lui qui était venu se changer les idées, rien n’était propice à la détente finalement. Néanmoins il voulait rester positif et continuait de sourire alors qu’il cherchait ce qu’il pouvait demander à Joy.

« Oh d’ailleurs Joy ! T’es super douée en mathématique dis donc. Ça a un rapport avec ton pouvoir de voyageuse ou est-ce que tu es naturellement douée ? »

Lev ne sait pas faire de compliment. Mais il voulait lui montrer de l’intérêt. Essayer de discuter avec elle pour en apprendre davantage.  
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue M
Pouvoir : Contrôleuse des maths
Points de Puissance : 39 350
Points de Réputation : 44 450
Messages : 408
MessageSujet: Re: La plume et l’épée [Lev & Joy]   Jeu 1 Fév - 22:59

La terrasse faisait totalement le taf, pour le paysage à couper encore plus le souffle, la hauteur virant au vertige et l’ambiance de restaurants chaleureux proposant de la nourriture équilibrée et raffinée. Non on déconne, c’était surtout à base de graisses, de fromages, d’équivalents multicolores à la pomme de terre, en plus fondant aussi ! La matheuse commanda une page entière de la carte, deux litres de bibine et tout ce que voudrait Lev. Elle gagnait son argent certes malhonnêtement, voire cruellement, mais c’était pas une raison pour se laisser aller. Ils saluaient de temps à autres le lutin qui faisait des emplettes, au loin, et sinon ça faisait du bien, juste. Du bien après avoir traversé l’avalanche meurtrière, les histoires horribles des autres, les conséquences à payer...beaucoup de lourdeurs qui rappelaient la dureté de Dreamland, à l’instar du monde des rêves. Ce n’était pas tant une histoire de douleurs ou de maux derrière la superficialité de la beauté, mais plutôt une coexistence naturelle, essentielle, impossible à endiguer. C’était comme ça, et les voyageurs comme les créatures vivaient du mieux qu’elles le pouvaient, sans doute.


Lev posa la question qui inquiétait Joy depuis un certain temps. Elle avait un long filament de fromage fondu dans la bouche, et tentait de déglutir sous la masse de fromage brûlant de la fondue qu’elle était en train de dévorer. Elle se reprit, prit une gorgée de bière des alpages, et retrouva un semblant de sérieux en toussotant. Rougissant légèrement, elle ne savait pas par quoi commencer. Aussi, elle avait peu l’habitude de parler de missions confiées par la Famille, et elle tentait déjà de sélectionner les informations utiles. Pour se protéger elle mais aussi Lev.



- Je cherche à récupérer une plume de phénix de Myriade. Il y a d’autres phénix dans Dreamland, mais il m’en faut une de Myriade spécifiquement. Je suis une opératrice pour une organisation...secrète, disons, de Dreamland. Des gens de pouvoir, d’influence, qui veulent que je fasse des choses pour eux. Pourquoi en ai-je besoin...fondamentalement je m’en fous un peu de cette mission, mais ça faisait un bail que je n’avais pas mis le nez dehors, et je voulais revoir Myriade, un royaume que j’ai toujours beaucoup apprécié...c’est bête, mais j’ai accepté ce job pour me promener, et rencontrer des gens. Puis, risquer ma vie pour choper une foutue plume.


Elle esquissa un sourire et décida de ne pas en dire plus. Lev n’insista pas mais elle sentit dans son regard qu’il avait compris qu’il ne faudrait pas trop pousser les questions qui pourraient, à la longue, devenir franchement gênantes. Peut-être par politesse, ou juste par méconnaissance de la façon dont on mène un interrogatoire...Cela étant, il revint à la charge après avoir fait coucou au lutin traducteur qui fut bien utile, tandis que la matheuse avait le nez au-dessus du bol de fondue, avec un peu de fromage sur le bout du pif brûlé. Elle demanda une liqueur de cerise pour accompagner la mélasse fromagère, une spécialité de la maison Killamanjiro. Un peu de fruit en liqueur, et le tout explosait le cerveau. Enfin en principe. Elle prit le temps pour répondre à Lev.



- Je n’ai pas de domaine dans lequel je suis douée, je crois. Mon pouvoir me donne les questions et les réponses, je connais les formules et j’ai les réponses que j’ai à manier. Je suis davantage une véritable contrôleuse des chiffres qu’une mathématicienne, en fait. Au sens strict. Pendant une époque, j’ai cru que j’étais douée pour changer les choses, pour amener de bonnes choses, pour convaincre les gens. Je l’ai cru, que je pouvais le faire, que tout ça ne dépendait que de ma volonté, qu’il suffisait que je me lance...mais Dreamland m’a prise par l’épaule et m’a emmenée faire un tour dans ses recoins les plus cruels. Si j’avais un don jadis, il est aujourd’hui mort, enterré et rien ne pourra le faire jamais ressortir. Je n’en ai plus l’envie, ni la volonté, encore moins la force qui me guidait dans mes premières années...Ce n’est pas grave, j’me dis que ça arrive parfois à des voyageurs, et souvent à des créatures, non ?


Elle fixa le jeune homme en essayant de sonder ce qu’il pensait, mais il était difficile de savoir ce qu’il pensait. C’était un taiseux et il semblait surtout découvrir Dreamland plus qu’il ne se cachait. Ou alors il se cachait parce qu’il découvrait le monde des rêves ; hypothèse tout à fait recevable. Pour changer de sujet, Joy prit un virage mais restait fidèlement sur la route qu’il venait tout juste d’emprunter.



- Je crois que le pouvoir nous façonne d’une manière particulière. Les mathématiques, mouais, j’ai jamais été particulièrement brillante après avoir vaincu ma peur. Avant j’étais nulle dans la matière. Les pouvoirs font péter un câble aux voyageurs parce qu’ils se sentent transcendés, élus, choisis, puissants et leur volonté de puissance, l’affirmation de l’être, l’existence de pouvoir, le pouvoir de l’existence...tout ça, nous avons du mal à le gérer. Le pouvoir répond à notre nature profonde, j’en suis convaincue, mais il nous façonne ensuite, il nous transforme et nous rend à notre propre image – l’image qu’on se fait de soi. Que nos pulsions donnent à voir. Si tu pouvais être un souhait, qui serais-tu ? C’est la question que nous pose nos seigneurs…


Elle fait un temps de pause pour voir si Lev suivait bien son raisonnement, puis poursuit en avalant des quantités astronomiques de pain et de fromage fondu sur un lit de sauce.


- Du coup, toi, Lev, que viens-tu chercher à Myriade ? Comment vois-tu ton pouvoir, ta transformation, ta nature double ? Ton animalité, et ton humanité diraient mes semblables humains...poser cette question, maintenant, à des gens qui n’ont pas encore réfléchi à ça, ça revient à poser la question de qui ils sont. Donc : qui es-tu ?


Elle souriait gentiment, l’air de dire qu’elle ne forçait pas la porte d’une discussion, mais qu’elle l’asticotait juste un peu pour en savoir plus sur lui, à son tour. Donnant-donnant, et elle recommanda deux autres litres de bière d’alpage et de la liqueur. Pour faire passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Transformation humaine
Points de Puissance : 13 900
Points de Réputation : 13 450
Messages : 155
MessageSujet: Re: La plume et l’épée [Lev & Joy]   Dim 4 Fév - 20:12

La plume et l'épée

Lev avait l’impression que la nourriture pleuvait. Bon ce n’était pas le cas, même s’il était possible de s’attendre à ce genre de chose à Dream Land. Une fois son café terminé, il n’hésita pas à commander à son tour toute la carte. Il voulait gouter à tout sans aucune hésitation. La nourriture, c’était bien toute sa vie. La table était bien garnie et Lev commença par gouter les spéciales aux différents fromages. Non il n’avait jamais mangé de fromage non, un souci ? Il trouva ça tellement bon qu’il failli tourner de l’œil. Pour vous dire. Il était presque sur le point d’oublier Joy quand il finit par entendre sa réponse. Une plume de Phénix ? Parce que ça existe ? Lev ouvrit grand les yeux, avalant son pain au fromage et la regarda stupéfaite. Oui Lev ignorait encore que les phénix et que les licornes qui peuvent partager leur corne existent. Elle n’avait l’air de parler de son organisation secrète. Néanmoins il fut étonné, il imaginait Joy en tant qu’espionne, à se cacher de partout dans les ombres pour ne pas être repérer pour voler un objet important d’un citoyen important. Tout de suite l’imagination de Lev prit le dessus. Il fut impressionné.

« Attends attends. Donc les phénix ça existe ? Et on en trouve ici ? Han mais j’te suis jusqu’au bout alors ! Mais ne t’en fais pas, je ferais tout pour t’aider si tu veux. Ça ne vaut pas le coup de mourir juste pour une plume voyons. La vie mérite d’être vécue mieux que ça, même si elle est dure à supporter parfois. »

Vivre pour mourir. C’est la base du cycle de vie. On va tous mourir un jour, même Lev en avait bien conscience. Mais lui voulait vivre pleinement sa vie et mourir dignement. Lev est le genre de garçon a accordé trop d’importance à la vie, allant jusqu’à mépriser les personnes dépressives et suicidaires. Tu n’es pas content de ta vie ? Dans ce cas tu la change mais aller jusqu’au suicide c’est bien quelque chose que les faibles réalisent. S’il voyait une personne prête à se suicider, Lev n’irait pas jusqu’à la pousser, mais il se contenterait de la regarder faire sans essayer de l’en empêcher. Mais il n’imaginait pas Joy comme ça, du moins il refusait cette idée.
Au final elle n’était pas une réelle mathématicienne. Tout était lié à son pouvoir. Ça restait quelque chose de très impressionnant pour Lev qui ne connaissait la table de multiplication que jusqu’à 10. Non il n’avait pas compris la technique pour aller jusqu’à 100, pauvre de lui. Plus il écoutait et plus il comprenait un peu la vision des voyageurs sur leur pouvoir. C’est vrai que c’était un point auquel avait pensé Lev de son côté sans vraiment chercher à se renseigner.

« Beaucoup se disent que Dream Land c’est le monde des bisounours. Alors que pas du tout. Quand on tombe dans les mauvais travers de ce monde sans forcément chercher à y être, on se rend compte que la cruauté y est très développée. Je ne sais pas comment c’est dans votre monde car le mien c’est Dream Land et c’est le seul que je peux côtoyer. Néanmoins je me dis que les deux mondes doivent avoir leur part de cruauté à leur façon. On a beau dire qu’on a perdu toute notre bonté, je n’y crois pas vraiment. Je dirais plutôt qu’au fil du temps on devient plus sélectif vis-à-vis des personnes avec qui on va partager notre bonté. On va être plus distant, plus méfiant. Mais on garde quand même quelque chose de bon en nous. On est bien en train de profiter d’un bon repas ensemble, n’est-ce pas ? »

Lev voulait voir la bonté de Joy. Il était sûr qu’il l’avait déjà vu d’ailleurs. Ils étaient en train de partager des choses ensemble, elle l’a aidé dans son questionnement, elle lui a apprit à skier, elle partage un bon repas avec lui. Comment pouvait-elle déclarer ne pas avoir de bon en elle puisqu’elle s’était toujours montrée très sympathique avec Lev ? Elle ne devait peut-être pas le voir, tout simplement. Lev se dit tout simplement que Joy avait dû vivre des choses difficiles à Dream Land pour penser ainsi. Joy décida de changer de sujet, commençant à parler des pouvoirs des voyageurs. Elle parlait de changement, pétage de câble. Lev fut étonné puis trouvait le résonnement logique ensuite. Comment rester normal quand on a des pouvoirs de super-héros et de vétéran pour certains ?

« Pour les créatures c’est différent. Nous naissons avec des pouvoirs, nous grandissons avec et ces pouvoirs sont une partie de notre vie, de notre âme. Nous ne sommes pas surprit du jour au lendemain d’en avoir puisque ça fait partie de notre quotidien. Néanmoins ça ne veut pas dire que certains ne pètent pas des câbles quand ils voient la puissance qu’ils arrivent à avoir. Avoir des pouvoirs ce n’est pas un tout, le pétage de câble arrive autant aux créatures qu’aux voyageurs je pense. Ça doit être un point de commun assez ridicule. »

Lev finit sa première assiette et passa à la seconde, commandant une nouvelle bière après avoir terminé la sienne. Parler oui mais ne pas oublier de manger c’est encore mieux. La nourriture avant tout. Il la regarda étonné quand elle lui posa des questions sur lui. Il posa sa pinte sur la table et s’adossa à sa chaise, regardant le ciel quelques secondes pour essayer de trouver ses mots. C’était un sujet bien compliqué pour la créature mais fallait bien qu’il parle un minimum de lui si elle voulait le connaître.

« Me concernant je viens chercher des matériaux pour qu’on me forge une arme, je traine sans épée depuis quelque temps et ça commence à être bien chiant de toujours devoir se transformer pour se défendre. On m’a appris l’épée quand j’étais plus petit et j’aimerais garder ça avec moi aussi. Je suis une créature capable de prendre forme humaine et non le contraire. De ce fait j’ai longtemps grandi sous ma forme bestiale et non sous forme humaine. Ma bestialité est ce que j’ai de plus important au fond de moi. Il y a … Certains aspects de ma personnalité que tu verras uniquement sous forme humaine et vis-versa. Je suis ce que je suis, né d’un souhait. Ma nature m’est propre et je sais pertinemment que personne n’aura jamais la même que la mienne. Peut-on dire que cela me rend unique ? Je ne sais pas trop … »

Il finit sa seconde bière alors que Joy commanda à nouveau de l’alcool. Lev s’attaqua à son assiette pour la terminer avant qu’elle ne refroidisse. Ne jamais maltraiter la nourriture. On ne l’abandonne pas. Voilà une des philosophies de vie de Lev.

« Comment vous, voyageurs, voyez ce monde qu’est Dream Land exactement ? »

C’était une question que Lev se posait mais il n’avait jamais trouvé de réelle réponse à cela et il n’avait pas réussi à rencontrer et poser assez de questions à d’autres voyageurs pour recevoir une réponse qu’il pouvait valider.

« Vous devez battre votre phobie pour venir ici, on est d’accord ? Dans qu’est-ce qui vous donne le courage de le faire au final ? Car ça ne doit pas être une tâche simple à réaliser après tout. Toi ta phobie, c’était bien les mathématiques du coup ? Comment tu as fait ? Quelqu'un t'a motivé ? Une envie particulière ? »

Lev se demandait quel pouvait être la motivation d’un voyageur et surtout celle de Joy. Il était très curieux à son propos et continuer à en apprendre davantage à son sujet n’était pas vraiment de refus. Après il pouvait comprendre si cela devenait trop personnel. Il n'irait pas insister, ne voulant pas non plus la mettre mal à l'aise.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue M
Pouvoir : Contrôleuse des maths
Points de Puissance : 39 350
Points de Réputation : 44 450
Messages : 408
MessageSujet: Re: La plume et l’épée [Lev & Joy]   Dim 4 Fév - 23:30

Lev se faisait péter le bide, c’était là l’essentiel dans une vraie discussion, quand on se dévoilait petit à petit, avançant les pions des passés, les pièces plus intimes qu’on ne livrait pas au tout-venant. Remplir le corps en se vidant l’esprit, toujours. Avec de la bonne nourriture, du vin, une légère ivresse et tout le poids du temps pour se tenir dignes.


- Les phénix existent oui. Ici, comme ailleurs dans Dreamland. Selon les informateurs que j’ai pu croiser, ceux d’ici se camouflent avec une intelligence de malade. Leur plumage est blanc ou bleu, personne ne les voit voler, même pas les harpies. Je sais simplement qu’on s’approche de l’endroit estimé comme étant possiblement un nid de phénix. Je suis contente que tu veuilles me suivre jusqu’au bout, parce que je ne sais pas du tout où ça va me mener cette histoire ah ah ah !



Elle réfléchit un petit peu en se calmant à ce que disait Lev sur la mort pour une petite plume. La matheuse cogita quelques secondes, et tenta une réponse, qui valait bien ce qu’elle valait.



- Avant, j’étais prête à mourir pour plein d’autres choses qui maintenant ont encore moins d’importance que cette plume. Il y a un conte célèbre dans notre monde, sur un petit prince qui surveille sans arrête sa rose. Il y pense alors qu’il voyage partout. Il s’inquiète, il est hanté par sa rose. Il a cette phrase très lucide, je trouve : « c’est le temps que tu as donné pour ta rose qui rend ta rose si importante ». On peut mourir pour une plume, pour un but débile, pour une personne ou pour une grande œuvre...ce qui compte, c’est le temps passé pour l’obtenir. Peut-être que cette obsession est une façon de mieux vivre sa vie ?



Elle lui sourit poliment, contente d’avoir parlé de Saint-Exupéry dans un univers qui devait sans doute ignorer cet auteur qui avait mine de rien compris pas mal de choses aux relations, à ce qui animait les âmes humaines. La fragilité, qui distinguait les voyageurs des créatures. Au final, ce que disait l’auteur, c’était aussi une prise de conscience maximale des actions, des sentiments, de tout ce qui faisait se remuer son petit personnage. Ses bizarreries comme des déclarations d’amour et d’incompréhension. La tyrannie de la présence, mentale, physique, tout le temps. Elle connaissait bien le sujet, grâce à Dreamland. Lev reprenait sur la dualité, de manière pertinente, et Joy reprit pour exposer sa vision d’une certaine normalité commune.



- Les deux mondes sont similaires, les humains influencent ce monde car ils s’y projettent, et les projections influencent les humains dans leurs rêves, qui les atteignent bien plus qu’ils ne peuvent seulement le voir, le savoir…Ainsi, oui, les mêmes sentiments, les mêmes agissements, les mêmes folies se retrouvent. La cruauté comme la bonté. Sélectionner des gens, je ne sais pas. Je voulais changer les choses avant, et j’y crois toujours, les idéaux idiots en moins. Je voulais des gens...tels que je concevais l’humanité, et pas tels qu’ils étaient réellement. Je pense que c’était une profonde erreur, mais une erreur essentielle pour faire changer les choses. Je pense toujours que j’étais sur la bonne voie, mais le temps m’a manqué. On ne bouge rien en quelques minutes, mais sur un temps assez long, même les montagnes se déplacent.



Elle regardait le paysage, songeant que rien n’avait changé depuis des centaines d’années. Rien sinon les influences des humains venus ici, donc les créatures, et au fur et à mesure ce lieu s’est modifié par la manière dont les vivants ont vécu autour de lui. Dans l’épaisseur du temps qui passe, en liasses de minutes, en matelas d’heures, il y avait des changements imperceptibles mais notables.


Lev parla de se chercher une épée, et Joy retint l’information. De son souvenir il y avait de quoi faire à Myriade et ses environs, et le Cil de l’Ange était une crête assez fréquentée par les créatures, quoique vraiment en retrait du Royaume. Ils pourraient demander une adresse à un combattant ou une créature armée ou armurée, ce n’était pas ce qui manquait ici. Une épée pour un jeune homme pouvant se transformer, c’était original, mais prudent dans tous les cas. Il enchaîna sur la façon dont il avait grandi, et Joy apprit quelque chose sur la croissance de son interlocuteur. Intéressant, une double croissance, une différence de gabarit en effet significative !




- Et comment tu te sens le mieux ? Animal ou humain ? Je trouve qu’il y a peu de différences entre les deux, mais je n’ai jamais été animale, ça me rendrait curieuse de sentir ma bestialité. Je l’ai sentie de temps en temps en combat, mais je sens que j’ai frôlé la chose. Les mathématiques ramènent forcément à l’humanité, n’est-ce pas ? Né d’un souhait, dis-tu ? Comment ça se passe pour vous les créatures ? On pense à vous et vous naissez ? Tu choisis quelle partie de toi tu développes en première ? Du coup si tu passes en forme animale, on n’aurait pas la même discussion ?



Elle réfléchissait à toute vitesse, songeant aux possibilités de combos, de renversements et d’enchaînements en combat ou durant une mission. En manipulant les deux côtés, Lev pourrait devenir véritablement dangereux et imprévisible. Il lui faudrait encore grandir sa partie humaine, et rendre l’animale véritablement dangereuse...si elle ne l’était pas déjà...Une créature unique, cela n’avait rien d’étonnant dans Dreamland, elle sourit simplement en voyant l’alcool couler de nouveau à flots, et Lev poser une nouvelle question, laissant cette question ne jamais finir, pour varier les plaisirs.



- Comment nous voyons Dreamland ? Un peu comme dans notre monde, ce qu’on appelle à mon avis à tort « le réel ». Nous sommes tous les deux réels, mon éveil dans Dreamland dit bien ce que ça veut dire, on s’éveille dans un autre réalité où on arrête de dormir. Je le vois, moi, comme une imbrication : un petit ensemble « rêves », dans le grand ensemble « notre réalité ». Un autre monde, imbriqué dans un monde plus grand. Mais d’autres verront...un défouloir, un lieu de reconnaissance, de célébrité, d’amour, d’amitiés, de combat, d’évasion, de fuite...il doit y avoir sûrement autant de réponses que de voyageurs, tu sais. Il a l’avantage de permettre plus de choses que le monde réel, tu sais. On est nombreux là, dans des vies souvent monotones, mornes, pas franchement folles, souvent difficiles...c’est vraiment différent d’ici, c’est compliqué à dire…



Lev poursuivit son interrogatoire, ce qui fit pouffer la matheuse qui se concentrait pour répondre tout de même assez sérieusement.




- On doit vaincre une peur, la plus forte parmi toutes celles qu’on pourrait avoir, en effet. Je pense que le courage, le déclic, ça vient de la personnalité, de comment le cauchemar est manipulé, amené, combattu...et aussi parfois ce que veut le Seigneur...Ma phobie vient des mathématiques, mais plutôt de la peur de l’échec spécifique aux mathématiques. La peur de ne pas réussir s’est incarnée dans cette matière, mais ça aurait pu être autre chose. Mes frangins étaient balèzes en mathématiques et je ne voulais pas rester sur le côté, ou dénigrée, du coup j’ai appréhendé, ça a augmenté, j’ai eu la peur vivace et tenace, mais ce ne sont pas les mathématiques spécifiquement. Je pense qu’il y a une application selon la personnalité, selon qui tu es, ta nature profonde. Je me suis retrouvée dans un labyrinthe de formules...ce qui illustre assez bien mon intellect je crois.



Elle posa sa pinte de bière des alpages. Elle se rendit compte qu’elle n’avait jamais parlé de ça à personne, et que cette peur de l’échec liée aux mathématiques revenait dans son histoire, dans l’échec de ses idéaux, de sa relation avec Lili-Anna, et la façon qu’elle avait, très scolaire, d’accomplir ses assassinats réglés parfaitement pour la famille. Une réponse comme une autre, maladive, en souffrance. Elle regarda la créature avec un regard défait, comme dépitée sur la nature même de son existence. Et dire qu’elle était dans la nuit d’un dimanche soir...


Dernière édition par Joy Killamanjiro le Mer 7 Fév - 10:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Transformation humaine
Points de Puissance : 13 900
Points de Réputation : 13 450
Messages : 155
MessageSujet: Re: La plume et l’épée [Lev & Joy]   Mer 7 Fév - 0:18

La plume et l'épée

Le repas faisait passer le temps, Lev et Joy en profitaient pleinement et ils continuaient de manger et boire encore alors que certains avaient déjà terminé alors qu’ils étaient arrivés après eux. Faut dire qu’un plat d’aussi bonne qualité ça ne se mange pas, ça se déguste ! Et Lev en profitait clairement comme s’il n’avait pas mangé depuis un siècle alors que son dernier repas datait de la veille au soir. Il fit une mine très étonnée quand il apprit que les phénix pouvaient exister. Et à quoi ça ressemblait ? Il avait vraiment envie d’en voir et cela lui donnait une raison de plus pour suivre Joy dans ses folles aventures. Si Joy parlait de plume, ça devait ressembler à des oiseaux. Des oiseaux très intelligents. Cela impressionna davantage Lev.

« Parce que c’est agressif ce genre de créature en plus ? Elles ne vont pas te tuer pour une plume quand même. Nan mais je veux dire, arracher une plume ça fait mal je le sais. Mais tuer pour une plume c’est chaud. Des oiseaux violents quoi. Enfin si ce sont des oiseaux, si ce sont des créatures à plume comme moi ça devient encore une autre histoire. J’suis bien content de te suivre, c’cool parce que j’découvre pleins de trucs avec toi ! Le ski et maintenant des phénix, c’quoi la suite du programme ? »

C’était très plaisant de papoter avec elle autour d’un repas. Lev se sentait vraiment bien et plus apaisé que précédemment près de l’avalanche. Au moins là il pensait nourriture, licorne, nourriture, Joy, nourriture, phénix. Il écouta l’histoire de Joy sur l’enfant qui surveillait une rose. Lev connaissait peu de conte, ses parents adoptifs ne lui en avait pas lu énormément et il ne savait pas si ce conte pouvait exister ou non à Dream Land.

« Chacun meurt pour ce qu’il désire, tant que c’est important à ses yeux je peux comprendre. Mais toi, mourir pour cette plume, je ne pense pas que tu la chérisses depuis des années. Donc mourir pour ça c’pas la meilleure chose à faire. Le problème c’est que ça reste égoïste de mourir pour quelqu’un aussi car au final on se contente de la laisser derrière nous. Mais dans ce cas, c’est quoi la meilleure attitude à adopter ? Mourir ou laisser mourir ? »

Voilà une profonde réflexion qu’avait Lev depuis quelques temps. Il n’arrivait pas vraiment à faire un choix. Il connaissait la douleur de perdre quelqu’un mais il ne voulait pas non plus faire souffrir. Il ne savait pas s’il pouvait mourir ou non pour quelqu’un, s’il devait se sacrifier corps et âme pour une personne. Après tout toutes les tentatives qu’il avait tentées avaient échoués minablement. Il secoua sa tête et répondit au sourire de Joy tout en continuant à s’empiffrer. Oui son nez mangeait avec lui et alors ? Laissez le en mettre partout comme un sauvage voyons. Joy continua de lui poser des questions lui. Lui qui n’était pas du genre à parler de tout ça aux autres, c’était bien la première fois qu’il en parlait à une voyageuse d’ailleurs. Il prit le temps de réfléchir quelques secondes, prenant son temps avant de lui répondre.

« Je suis né créature, donc je dirais que je me sens mieux en tant que créature. Néanmoins ma forme humaine reste agréable même si à mes yeux c’est ma forme fragile. Mais elle facilite la conversation avec les autres. Je grandis comme tout le monde, progressivement et je ne choisis pas comment grandir, mes deux formes grandissent simultanément. Ma forme bestiale plus rapidement vu la taille. Si j’étais sous forme de créature, tu ne pourrais même pas me comprendre. Les voyageurs ne comprennent pas mon langage. C’est dommage car sinon je passerais plus de temps sous forme de créature. Me sentir plus « moi-même », tu vois le truc ? Me montrer sous la forme sous laquelle je suis venu au monde. Les créatures peuvent naître de plusieurs façons, certains ont des parents par exemple. Moi on m’a … voulu. On m’a souhaité comme je suis aujourd’hui. Et je suis arrivé dans le monde de Dream Land comme ça. »

Suite à ça, Lev continuait d’esquiver le sujet direct : son père. Non il ne voulait pas en parler et il ne se sentait pas prêt pour ça. Il l’avait encore trop en travers de la gorge, il sentait la colère monter en lui juste en pensant à lui le temps de quelques secondes. Plutôt que de s’énerver inutilement, il écouta la réponse de Joy qu’il trouvait vraiment intéressante. Il n’imaginait pas deux secondes que la vie des humaines pouvait être aussi ennuyante. Lui qui voulait aller dans leur monde par n’importe quel moyen en sachant que c’est impossible, il changea très vite d’avis. Il était bien content de Dream Land bizarrement d’un coup. Au moins il y avait de l’action, des choses à découvrir et le monde humain paru bien nul d’un coup.

Il en apprit d’ailleurs davantage sur Joy, sa phobie et surtout sa peur. Il hocha sagement la tête pour lui dire qu’il comprenait et écoutait. Ainsi ce n’était pas la peur des mathématiques mais le fait de ne pas réussir à être aussi douée que ses frères en mathématique. C’était vraiment intéressant et la créature ne pensait pas que les pouvoirs des voyageurs pouvaient venir de peurs aussi profondes. C’était vraiment surprenant à apprendre.

« Mais du coup tu t’en es sortit comment de ce bordel ? Nan parce que tu n’as pas d’aile ni rien pour sortir de là facilement toi du coup. »

Lev avait tellement l’habitude de choisir la solution de facilité que ça l’intriguait vraiment de savoir comment est-ce qu’elle avait pu battre cette peur et comment elle avait réussi à sortir du labyrinthe. Lev avait beau être intelligent, il aurait juste déployé ses ailes et hop il n’est plus là. Puis fallait aussi dire ce qui était, lancer la conversation sur Joy était bien plus simple que de parler de soi-même pour lui qui se contentait de répondre aux questions de la jeune femme.

« J’suis impressionné n’empêche de la complexité de ta peur. Souvent les gens ça sera peur des mathématiques tout court, peur de la hauteur ou du feu. Ce genre de peur communes donnent lieu à des voyageurs qui ont des pouvoirs qui se ressemblent. Même si je suis d’accord, il doit bien y avoir quelques variations entre chaque individu. Du coup tu as déjà rencontré ton seigneur ? Ou quelqu’un qui a un pouvoir qui se rapproche du tien ? Parce que comparer son pouvoir avec d’autres doit être une expérience intéressante pour voir les variantes qui peuvent exister. »

C’était une idée comme une autre, pas mauvaise mais ça ne devait pas forcément être meilleure. Après tout se comparer aux autres ça n’est pas non plus la folie. Puis si c’est pour faire le pgm ensuite ça n’en valait pas le coup non plus. Si ce n’est avoir un comportement pitoyablement irrespectueux. Lev n’avait jamais comparé son pouvoir avec qui que ce soit. Il n’avait pas besoin de ce genre de reconnaissance après tout. Mais pour les voyageurs ça pouvait être une vision totalement différente de chercher des similitudes. Un simple détail qui pouvait parfois rapprocher des personnes entre elles. Créer des liens à Dream Land pouvait être pratique pour les voyageurs, s’ils ne veulent pas voyager seuls par exemple. Mais Joy avait l’air de faire sa vie de son côté. Lev leva un sourcil, prêt à poser une nouvelle question quand la serveuse arriva, débarrassant l’assiette vide de Lev et de Joy pour en servir une nouvelle avec un sourire très poli. Lev était déjà bien plein mais on ne gaspille pas la nourriture. Il allait finir cette assiette et ce à n’importe quel prix !

« Franchement ici c’est délicieux. On va ressembler à des boules en sortant de ce restaurant à force de manger, j’te le dis haha ! »

Il rit gaiement. Il était juste content et le partageait avec Joy. A la fin elle finirait par le trainer jusqu’au nid des phénix s’il continuait de manger sans limite comme il le fait.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligue M
Pouvoir : Contrôleuse des maths
Points de Puissance : 39 350
Points de Réputation : 44 450
Messages : 408
MessageSujet: Re: La plume et l’épée [Lev & Joy]   Mer 7 Fév - 11:35

- Les phénix ? Aucune idée j’en ai jamais rencontrés. Peut-être. Non en fait j’en sais vraiment rien...on verra ?


La matheuse sourit à Lev en reprenant une gorgée de bière des alpages et en reprenant un plat qui mélangeait avec une élégance innommée la tartiflette, un gratin de pâtes, des crêpes et une sorte de hachis-parmentier à base de reblochon, de patates douces et d’une viande qui ressemblait à du bœuf mariné pendant des heures, en goût on ressentait comme une crème de marron à base de viandes, avec des relents de vanille, de cannelle et de girofle. Elle demanda la même chose pour Lev, et ce serait sûrement le dernier plat de cette commande gargantuesque !


- Le ski est une chose, les phénix en sont effectivement une autre, et de taille. Après ça je ne sais pas, je sais juste qu’il va falloir trouver...une nichée. En fouillant les archives au sujet de l’apparition de phénix à Myriade j’ai trouvé un nom : la Nichée du Soleil. De ce que j’ai pu lire, un alpiniste a passé quelques semaines avec la nichée, et il y a des rites, une méthode pour s’adresser à eux, mais je ne sais pas trop comment ça peut se faire. Ma mère, qui a croisé une fois un phénix sur un champ de bataille au début de sa vie de voyageuse m’a parlé de faire comme avec un hippogriffe, donc on verra un peu sur le moment...s’ils existent encore. Après le phénix franchement je ne sais pas, au-dessus c’est le soleil.


Lev répondait au conte de Saint-Exupéry, et semblait plutôt bien réagir à cet ouvrage qui était universel. L’échange entre les humains et les créatures ne faisait que les rendre toujours plus semblables, plus proches, finalement plus vivants.


- Je ne souhaite pas mourir pour cette plume. Je voulais passer du temps hors de...hors du monde que je connais. M’évader, c’est le terme. Être ici, à la montagne, avec toi, à manger, causer, refaire le monde, boire un coup, chercher un but impossible...c’était ma vie avant, c’était ce que j’étais, plus précisément. Ça me manque. Se sentir puissamment vivant, libre d’aller partout. Tu sais, les voyageurs, entre nous, on fait grand cas des pouvoirs, des applications, du sentiment de puissance démesurée, mais j’ai toujours pensé que tout ça, c’était d’une faiblesse intellectuelle totale. Le pouvoir n’est pas fait pour dominer, être le meilleur de je ne sais quoi. Non, le don que nous recevons est fait pour que nos voyages ne ressemblent à aucun autre. On parle de voyage, c’est qu’il y a un départ et une arrivée...je suis partie avec la liberté au cœur et en tête, et mon voyage m’apprend qu’il faut sacrifier beaucoup de choses, et aussi se sacrifier soi-même pour la toucher réellement. Je refuse de me laisser mourir, c’est peut-être pour ça que je suis là, avec toi, ici, à tenter de retrouver ce que j’étais, mais je sais que je suis en train de mourir. Pas parce que le temps est un assassin, mais parce que mon voyage s’écrit lentement et ne tend que vers ce but : mourir. Chez nous, on dit que philosopher, c’est apprendre à mourir. Ici, j’ai toujours vu les voyages comme l’apprentissage de la mort. Avec ses moments d’intensité : les découvertes, les rencontres, les combats...les gens qui t’amènent à penser différemment, qui te remettent en question avec bienveillance. Pour mourir le plus tranquillement possible. Je refuse de mourir ou de me laisser mourir car je ne suis pas tranquille.


Lev expliqua ce qu’il était, sa nature de créature. Né d’un souhait, d’une volonté. Joy avait du mal à saisir l’explication de sa naissance, mais elle savait que les créatures pouvaient naître comme ça, simplement issues d’une pensée, d’une volonté particulière de quelqu’un. Quitte à se poser des questions sur son identité, ses origines, ce qu’on faisait qu’on était quelqu’un, qu’on portait une histoire. Ça n’avait pas l’air de déranger Lev, du reste, mais la matheuse sentait que le garçon se questionnait beaucoup sur sa double forme, et qu’il lui manquait des bases dans son éducation. Qu’il aimait également dialoguer, discuter, apprendre des choses nouvelles. Elle avait croisé tellement de créatures qui pensaient tout savoir sur tout qu’elle trouvait le garçon très rafraîchissant. Entre les lignes, Joy avait compris qu’il avait tout de même des géniteurs, quelqu’un qui avait eu l’idée...de lui. Qu’il grandissait sous deux formes, mais qu’il préférait la forme bestiale. Problème de communication, ça revenait à parler de sa différence, et sa différence amenait à la façon dont il avait été voulu, rêvé, créé. Le terme de créature prenait ici tout son sens, et avait une certaine cruauté pour quelqu’un du monde réel. Elle n’ajouta rien sur le sujet, voyant parfois le visage du garçon un peu fermé, ou pincé. Sujet sensible, comme elle pouvait en avoir. Il revint la questionner sur sa peur, qui c’est vrai avait le mérite de porter quelques complexités en hypothèses quant à la naissances des peurs dans Dreamland. Hypothèses qu’elle travaillait avec le reste du clan Killamanjiro quand il restait que les voyageurs à table.


- Je crois...comment dire...je crois fermement à la volonté de puissance. C’est une théorie développée par un philosophe de chez nous, Nietzsche (qui est mon co-pilote). Attention, tu es prêt pour le cours ? Bien ! Tout d’abord, il y a une volonté d’être puissant, mais rester là serait totalement réducteur. La volonté de puissance est plus forte que la vie, l’homme veut aller au-delà de lui-même, dans un dépassement total de tout pour devenir un surhomme face aux épreuves qu’on lui impose. La volonté de puissance organise la surpuissance de l’homme ou du surhomme pour qu’il touche du doigt l’essence de son être, de sa vie, malgré toutes les difficultés qu’il peut rencontrer. Un effort vers son âme. Une partie des humains, dans notre monde, ont une religion dans laquelle ils appellent ça le djihâd. Le mot signifie une guerre religieuse, mais aussi, littéralement, un effort intérieur pour être le meilleur homme possible. C’est à peu près similaire, avec des représentations, une culture, une pensée différente du réel. Car la volonté de puissance selon Nietzsche est tout ce qui forme le réel : l’art, la morale, la pensée, l’écriture, et bien sûr ce qui dirige les relations sociales et qui explique les actions des gens. Cet effort intérieur, en soi-même, exprime tout ce qu’on est de la manière la plus intime qui soit. Là, tu me diras « ouais mais qu’est-à-ce que ça a à voir avec la phobie ? ». J’y viens. Je pense qu’il y a une multitude de grilles de lecture pour combattre sa phobie : psychanalyse, sociologique, historique, vécu relationnel, etc. Mais je reste attachée au concept de volonté de puissance, car c’est plus fort que la volonté de vivre. En somme, pour combattre sa peur, il faut toucher du bout des doigts sa volonté de puissance, c’est-à-dire se trouver soi-même et s’exprimer du mieux possible, par le corps et sur le réel. C’est dans les explications de Nietzsche. La phobie est la meilleure des forces contraires, qui permet soit de soumettre l’homme et de le dominer, soit de le faire combattre cette résistance contre son aspiration à être meilleur. S’il gagne, il devient un surhomme – ou plutôt il tend à redevenir ce surhomme. Et ça rejoint totalement, à ce moment là, l’idée du voyage comme initiation à la mort, l’idée de survivre, d’être plus fort que la volonté de vie ou de mort. Le voyage, par le pouvoir. Appliquer son être tout entier aux forces contraires qui s’opposent à lui.


Elle fit un temps de pause, dévala la pinte de bière d’alpage pour reprendre son souffle et écarquilla les yeux pour revenir à la fin de son discours.


- Ah c’est sûr y’en a qui n’ont pas lu que Martine à la plage hein !


Son plat arriva et elle le laissa refroidir, mise sur sa lancée elle enchaîna rapidement pour développer un peu les idées du philosophe, mal compris dans la première moitié du XXe et affirmée dans la deuxième moitié du siècle. Il expliquait tout, et même des phénomènes très actuels et récents, parce que les idées étaient et seraient toujours aux mains de l’humanité toute entière.


- Et tu peux appliquer ce raisonnement à des choses totalement éloignées, comme les héros des films, des mangas (surtout depuis les années 2000), les romans bien sûr, mais les exemples comme ceux de ce soir par exemple. Les alpinistes, les sportifs de l’extrême, les skieurs, nous-mêmes...nous sommes tous hantés, que ce soit dans nos vies ou dans nos représentations du réel, par la volonté de puissance. Selon Nietzsche toujours, elle serait la structure du réel, ce qui motiverait l’être, toi comme moi donc, à toucher la pulpe profonde de l’âme de toute chose, ce qu’on appelle l’essence. Elle serait l’essence du monde. Je parle aussi de mouvement, en mathématiques. Par ce qu’on doit retenir, ce n’est pas la volonté DE puissance, mais la volonté VERS la puissance. Tu prends un manga comme One Piece, le début et la fin sont définis, le manga est un mouvement vers. Heu pardon je m’emballe, tu ne connais peut-être pas ! MAIS ! Ce mouvement peut-être ancré pleinement dans le réel, comme un voyage, un trajet en bateau, mais il peut être totalement symbolique ou mental, comme devenir le chef d’un village caché de la feuille ! J’dis ça…


Lev semblait complètement...en fait Joy ne savait pas vraiment le dire. Il lança le sujet sur le Seigneur et elle quitta les terres nietzschéennes pour retrouver les siennes, à savoir son passé.


- Oui, j’ai rencontré mon Seigneur, mon géniteur. Je crois que j’étais une sorte de souhait. De par ma place dans son labyrinthe, et par l’aide qu’il a pu m’apporter. Mais il m’a trahie, et je ne souhaite pas parler de lui. Pas tout de suite. Je pense que j’ai une partie de son pouvoir, et il m’a bloqué une partie du sien pour éviter...que je le tue.


Elle regarda le vide devant elle, s’arrêtant de manger. Le ton de la conversation allait vers la profonde mélancolie pour Joy, le temps passé à Mathematica, les services rendus et la bonne entente cordiale avec Euclide. Elle ne comprenait toujours pas ce qui avait merdé…


- Je ne souhaite...souhaitais...utiliser mon pouvoir que pour voyager et faire ce que j’estimais bien, selon moi. J’ai appris que le bien et le mal n’existent pas, ça aussi Nietzsche en parle. Ma morale n’était pas la leur, et j’ai payé le prix maximal pour ça. Si tu as bien saisi tout ce que je t’ai dit, tu comprendras par toi-même comment je vois mon pouvoir. C’est un accès direct à ce que je suis, en essence, dans mon intimité. Quand celui qui t’a donné la vie te trahit...il y a quelque chose qui se brise à jamais…


Elle fixa Lev des yeux, embuée par l’émotion. Elle ressentait rarement ce genre de choses, mais cette fois, elle était prête à revenir sur le sujet de la trahison qu’elle avait connue. Elle ne pleurait pas, elle avait le visage déterminé, furieux et désemparé.


- N’est-ce pas… ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Créature
Pouvoir : Transformation humaine
Points de Puissance : 13 900
Points de Réputation : 13 450
Messages : 155
MessageSujet: Re: La plume et l’épée [Lev & Joy]   Jeu 8 Fév - 23:45

La plume et l'épée

Ainsi Joy n’avait jamais rencontré de phénix non plus. Cela étonna Lev. Si elle en cherchait, elle devait bien avoir une idée de leur forme, de leur taille et de leur personnalité non ? Il haussa les épaules, ils finiront bien par découvrir tout ça ensemble. La nourriture prenait le dessus sur la question, fallait l’avouer. Si elle n’en avait jamais vue, elle aurait du mal à les décrire. Ça serait un peu une petite surprise du coup. Joy commanda un nouveau plat encore plus gras et bourratif que le précédent. Un vrai plaisir pour Lev qui pouvait manger sans se lasser. La qualité était vraiment présente, tout était parfaitement dosé et les bières très bonnes aussi. Lev aurait pu passer sa vie à manger sans bouger de sa place s’il le pouvait. Néanmoins il du se reconcentrer sur la conversation qu’il avait avec Joy, elle parlait d’un lieu appelé la Nichée du Soleil. Il ne connaissait pas. Etonnant ? Pas vraiment. Joy n’allait donc pas être étonnée de voir Lev qui ne comprenait pas vraiment. Il comprit qu’ils devaient se rendre dans un nid. Il prit une gorgée de bière pour faire passer la nourriture.

« Ah parce que tu cherches une plume de phénix sans savoir s’ils existent toujours ? Tu ne t’es pas renseigné avant sur ça ? »

Des créatures disparaissent quotidiennement et ça ne serait pas étonnant que les phénix disparaissent aussi un jour. Mais ça ce n’était pas un sujet très connu de Lev qui voulait vraiment voir les phénix. D’ailleurs, le fait que Joy avoue ne pas vouloir mourir pour la plume rassura Lev. Dieu merci il n’avait pas à faire avec une suicidaire. Il aurait quitté le repas sans commentaire sinon. Elle parlait des relations entre voyageurs et le sujet revint sur les pouvoirs. C’était vraiment très plaisant à écouter pour Lev et ça devait être plaisant pour Joy d’en parler vu l’aisance dont elle faisait preuve. Elle répondit en partie à la question que Lev lui avait posé précédemment. Ainsi donc elle ne choisissait pas de mourir mais refusait totalement de se laisser mourir. Il sourit à cette dernière phrase. Lev aimait entendre ce genre de parole, croire que toutes les personnes n’étaient pas forcément obsédées par la mort pour la gloire ou autre.

« Donc quand tu seras enfin tranquille tu seras prête à mourir ? Tu accepteras de partir quand le moment sera venu ? Dans ce cas, quand est-ce que tu seras tranquille Joy ? »

Et toi, quand est-ce que tu seras tranquille Lev ? Voilà des siècles que tu souffres, tu ne sais pas t’en sortir et tu oses poser la question aux autres ? Vraiment trop curieux ou malpoli sur le coup. Il ne savait pas comment elle allait réagir sur le coup. Il n’y avait pas vraiment pensé et il espérait qu’elle n’allait pas mal réagir. Mine de rien il la connaissait depuis peu et chacun parlait beaucoup à l’autre. Jamais Lev ne pensait pouvoir parler de sa naissance à une personne qu’il venait de rencontrer dans la journée. La conversation continua gaiement, l’alcool coulait à flot et les assiettes commençaient à se vider petit à petit au fur et à mesure du temps.

Lev ouvrit grands les oreilles quand Joy commença à lui parler d’un certain Nietzsche. Elle parlait de dépassement de soi, de développement, d’aller toujours plus loin. Elle réussit même à lier cette théorie de puissance avec la phobie, disant que c’était cette envie d’être un surhomme qui poussait les voyageurs à battre leur phobie. Il est vrai que Lev ne peut pas vraiment comprendre un voyageur qui a battu sa phobie puisque lui-même n’avait jamais expérimenté la chose. C’était assez complexe mais en même temps hyper stimulant pour le cerveau de Lev qui écoutait vraiment comme un élève qui avait son professeur en face de lui. C’était vraiment un sujet dont Lev n'avait jamais entendu parler et Lev pouvait continuer de l’entendre parler de ce certain Nietzsche encore longtemps. Lev découvrait ce concept.

« Ce genre de philosophie est aussi présente pour les créatures. C’est moins flagrant car en fait pour être à Dream Land nous n’avons pas besoin de vaincre une phobie ou autre. Du coup c’est très peu visible et je pense même que certains ne savent pas que ça existe. Ce Neuztche a l’air d’avoir réalisé des travaux vraiment intéressants. J’aime beaucoup en tout cas le rapprochement avec la phobie. Est-ce que ça revient à dire que les hommes sont toujours en quête de puissance du coup ? Ça expliquerait en tout cas comment est-ce que vous arrivez à passer outre pour vous améliorer. Si tu es d’accord avec ce qu’il dit, ça revient à dire que ta soif de puissance est bien plus importante à tes yeux que ton envie de vivre. Du moins c’est que j’en déduis. Est-ce que ce monsieur a réalisé d’autres travaux sur d’autres thèmes de ce genre ? »

Lev ne comprit pas ce qu’était « Martine à la plage » et la regarda en hochant simplement la tête.

« Martine à la plage je connais pas. Chez nous c’est Katar à la plage et sur la couverture on le voit avec son petit-ami en train de courir. Il s’appelle Drazure son amoureux d’ailleurs. »

Il se souvenait de sa mère qui lui lisait toutes ces histoires aussi folles les unes que les autres et Lev sourit au souvenir de sa mère. Il avait vraiment envie de la revoir. Il secoua la tête, il fallait penser et se concentrer sur autre chose. Il en avait marre de divaguer et de penser à tellement de choses en même temps. Tellement fatiguant. Elle continua à parler ce Nietzsche en y associant la philosophie avec des choses plus communes. Cela aidait Lev à la compréhension et il hocha la tête tout en continuant d’avaler son plat. S’il pouvait il finirait par manger l’assiette si elle était comestible. Il secoua la tête pour signaler que non, One Piece il ne connaissait pas. Ce n’était pas des littératures de leur monde et dans tous les cas il n’en connaissait pas assez sur Dream Land pour dire s’ils existaient ou non.

« Donc tu souhaites aller vers la puissance avec ton pouvoir de mathématique ? Mais aller vers la puissance c’est une chose, mais quel intérêt ? J’veux dire, chacun peut avoir ses propres justifications et c’est normal. Mais toi, qu’est-ce qui te pousse vers cette puissance au final ? Tu as un but précis en tête ? Quelque chose à protéger ? Des preuves à réaliser ? »

Il pouvait continuer à lui poser mille questions sur le sujet pendant encore très longtemps. Néanmoins le sujet finit par changer, malheureusement pour Lev qui trouvait vraiment cette conversation très passionnante. Il avait enfin trouvé quelqu’un capable de stimuler son cerveau hyperactif. Le sujet de son géniteur arriva. Fallait croire qu’ils avaient un sujet en commun : aucun n’aimait vraiment en parler. Joy le dit clairement contrairement à Lev qui se contentait d’esquiver le sujet. Il avait trahi Joy. Lev voulait poser mille questions. Quoi, pourquoi, comment, qu’est-ce qui s’est passé ? Lev eut une boule au ventre d’un coup et il finit son verre d’alcool d’une traite. Il comprenait Joy. Lev aussi avait été trahi. Lev fixait Joy en silence, l’écoutant simplement parler. Joy avait l’air furieuse. Elle avait dû deviner que Lev avait aussi connu ce genre de sentiment. Quand elle lui lança la balle, Lev sentit une grande vague de stress l’envahir. Il serra les poings, serra des dents et son regard devint mauvais brusquement. Son cœur battait la chamade, c’était bien récent et la réaction était encore trop violente. Il détourna le regard, regardant le sol et baissant la tête.

« Je rêve de lui arracher la tête. Payer cette trahison. Est-ce que ton Neuztche explique quelque chose sur la trahison ? La vengeance ? La seule chose que je souhaite aujourd’hui c’est … Le tuer. »

Il resserra davantage son poing et tapa violemment contre la table brusquement quand il avoua son envie de meurtre. L’évènement était bien trop frais pour que Lev se contrôle. Il avait beau essayer de prendre sur lui, il avait vraiment du mal à se contenir. Une serveuse arriva, marchant à reculons et demanda s’il y avait un problème. Lev demanda la note, prêt à payer cette fois pour remercier Joy des fois précédentes. Un silence venait de s’installer au sein du restaurant. Puis petit à petit les voix recommençaient à remplir la salle.

« Je … Te comprends Joy. Je ne sais pas comment est-ce que tout est arrivé, je ne sais pas ce que j’ai fait de mal pour en arriver là. Je ne sais rien, j’ai juste été emporté là-dedans sans aucune raison. Excuse-moi … Je m’emporte. C’est pas du tout contre toi. »

Il prit une grande inspiration pour essayer de se calmer. Pour la première fois, Lev ne finit pas son plat. Chose exceptionnelle. Il n’avait clairement plus faim et ne voulait plus y toucher.  
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La plume et l’épée [Lev & Joy]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La plume et l’épée [Lev & Joy]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» La plume du paon... ( autodérision )
» Une nouvelle voie...(Privé Plume de colombe)
» La plume de Rarage | Grande Guerrière => Crèp
» une plume qui tombe du ciel
» Plume Sombre [Journaliste]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Partie RP :: Troisième Zone :: Myriade-
Sauter vers: